Navigation – Plan du site
Lectures

Gilles BRUNEL et Claude-Yves CHARRON (dir.) (2002), La communication internationale. Mondialisation, acteurs et territoires socioculturels

Montréal, Gaëtan Morin éditeur
Larbi Chouikha
p. 203-206

Texte intégral

1L’ouvrage se présente sous la forme d’un recueil d’articles, une vingtaine, qui sont répartis dans quatre parties et dont la densité diffère sensiblement de l’une à l’autre. Une introduction et une conclusion complètent l’ouvrage.

2La première partie, « Les enjeux de la mondialisation », comprend quatre contributions alors que la deuxième, « Les nouvelles frontières médiatiques », n’en compte pas moins de sept parmi lesquelles on appréciera particulièrement l’étude « La stratégie du développement de l’autoroute de l’information en Asie : l’étude du cas d’Internet en Chine ». La troisième partie, « Vers de nouvelles alliances et mises en scène du pouvoir », compte six contributions alors que la dernière partie, au titre générique de « Témoignages », n’en regroupe que trois.

3Dès le départ, les codirecteurs de ce collectif ne cachent pas leur ambition : « cet ouvrage s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la communication internationale, aux relations internationales et aux sciences politiques » (Introduction, p. 1). Ils espèrent en outre que cette publication « se révélera utile tout autant à l’étudiant qu’au journaliste ou au public que ces questions préoccupent » (Introduction, p. 1).

4Devant cette ambition de regrouper dans un ouvrage collectif un assemblage d’études aussi variées que diversifiées, le lecteur ne peut qu’éprouver de la gêne et même de l’embarras à lire attentivement cet ouvrage de bout en bout eu égard à la diversité des champs disciplinaires, des aires géographiques et des styles d’écriture très contrastés qui les distinguent.

5D’une part, on est désagréablement surpris et même offusqué de constater « la disparition » d’une trentaine de pages (de la page 54 à la page 87) du livre, pourtant mentionnée dans la table des matières. Est-ce une bévue (manifeste ?) de l’éditeur ?

6D’autre part, l’absence d’une problématique d’ensemble clairement exposée et corroborée par des faits palpables et précis est d’autant plus décevante que l’ambition des auteurs – et le titre de l’ouvrage est révélateur à cet égard – est de dégager les grandes tendances qui caractérisent cette « communication internationale ». De plus, quelques renseignements utiles relatifs aux choix des thèmes, à leur articulation par rapport aux objectifs de départ, à leur « insertion » dans les aires géographiques choisies, ainsi qu’aux méthodes de travail et aux éclairages disciplinaires censés les sous-tendre, auraient pu contribuer à rendre la lecture fluide et la compréhension de l’ensemble des textes plus aisée. Il faut aussi souligner que la relation de certaines études publiées dans cet ouvrage au thème général de la communication internationale n’est pas du tout évidente. À l’évidence, on trouve :

  • dans la première partie (« Les enjeux de la mondialisation ») une panoplie d’exposés allant de « la coopération économique internationale », à « la mondialisation à l’heure de l’hyperterrorisme » (article amputé dès la page 54. Voir supra), à la question d’« un féminisme international » ;

  • dans la seconde partie, censée être davantage axée sur les médias, le titre péremptoire : « Les nouvelles frontières médiatiques » ;

  • dans la troisième partie, sous un titre « fourre-tout », rassemblés pêle-mêle, des textes sur les « nouvelles alliances de mises en scène du pouvoir », sur une nouvelle approche du développement associant le triptyque information/éducation/communication, sur le développement durable « vert », sur les rapports de la communication à la santé, pour aboutir ensuite à une étude sur les stratégies de communication dans l’extrême droite française ;

  • dans la dernière partie, consacrée aux « témoignages », on se demande quels ont été les critères qui ont présidé à leur choix.

7Cette abondante matière, dense et diversifiée à la fois, s’articule autour de styles d’écriture aussi variés que les thèmes abordés. Elle revêt parfois l’aspect d’exposés théoriques développés sous la forme didactique à l’instar de l’exposé-cours de Christian Deblock : « la coopération économique internationale au tournant du millénaire », appuyée par une chronologie sur la coopération et les institutions économiques internationales qui remonte au 8 janvier 1918. D’autres études nous plongent dans les exposés-rapports élaborés selon les grilles rédactionnelles des organisations intergouvernementales, comme celle intitulée « Un levier de développement à trois volets : information, éducation, communication (IEC) ».

8Enfin, la conclusion de l’ouvrage, « Au-delà de la tyrannie de la communication : vers de nouveaux projets internationaux ? », est souvent truffée de truismes et d’affirmations à l’emporte-pièce, rédigés souvent dans un style alambiqué, par exemple cette phrase : « nous sommes en présence d’info-riches et d’info-pauvres » (p. 293).

9Je demeure très perplexe à l’égard de cette affirmation rédigée sur un ton péremptoire : « Certes il y a des besoins plus fondamentaux que le branchement à Internet » (p. 294), ou encore, à la même page, cette déduction hâtive : « Si les grands récits ont perdu de leur force, il y a place pour les discours intermédiaires en haute modernité tels […] ». Enfin, je me demande à quoi sert d’écrire que « certaines ONG refusent de dénoncer les causes des problèmes pour éviter de faire des vagues et de se voir ainsi privées de lucratives sources de financement » (p. 297) si cette affirmation n’est pas corroborée et étayée par des exemples clairs, précis, qui ne prêtent à aucune confusion !

10L’objet de toute publication scientifique est d’éclairer le lecteur en recourant à un ensemble d’arguments rigoureux qui prennent sens et force dans un cadre méthodologique et sous la gouverne d’une problématique qui sous-tend pareil travail de recherche. Or, l’absence d’un fil conducteur général et celle d’un paragraphe explicatif introduisant le cadre thématique et méthodologique en prélude à chaque partie brouillent l’esprit du lecteur et rendent la lecture de cet ensemble d’articles parfois malaisée. De plus, le champ d’investigation géographique des études publiées dans cet ouvrage reste, dans son ensemble, limité à l’aire occidentale, alors que le foisonnement des chaînes satellitaires et les usages multiples qu’offre Internet aux populations des pays du « Sud » donnent aux chercheurs la possibilité de scruter de nouvelles pratiques de communication et d’usage des TIC, qui contrastent souvent avec ce que nous avons l’habitude d’observer en Occident. La couverture médiatique de la guerre du Golfe de 1990 et celle, plus récente, de l’invasion de l’Iraq avec l’irruption sur la scène internationale des chaînes satellitaires arabes, essentiellement la qatarie El Jazeera, montrent à l’évidence que les pratiques de réception sont très hétérogènes d’un pays à un autre, d’une culture à une autre. Celles-ci prennent sens dans un contexte de réception dans lequel s’entrelacent des paramètres tant collectifs qu’individuels.

  • 1 En référence à l’ouvrage de Dominique Wolton (2003) L’autre mondialisation, édition Flammarion Pari (...)

11Je reste persuadé que l’approche féconde pour appréhender les questions de « la communication internationale » dans le sens de la « mondialisation », à travers l’étude des « acteurs et des territoires socioculturels », serait, d’une part, d’insister sur l’importance des études anthropologiques pour mieux cerner ce triptyque identité/culture/communication1 et, d’autre part, de jauger le « poids » du public en scrutant ses pratiques de réception à travers lesquelles il se singularise.

Haut de page

Notes

1 En référence à l’ouvrage de Dominique Wolton (2003) L’autre mondialisation, édition Flammarion Paris, tout particulièrement le chapitre 1 « Informer n’est pas communiquer », p. 17-44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larbi Chouikha, « Gilles BRUNEL et Claude-Yves CHARRON (dir.) (2002), La communication internationale. Mondialisation, acteurs et territoires socioculturels », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 203-206.

Référence électronique

Larbi Chouikha, « Gilles BRUNEL et Claude-Yves CHARRON (dir.) (2002), La communication internationale. Mondialisation, acteurs et territoires socioculturels », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/4542

Haut de page

Auteur

Larbi Chouikha

Larbi Chouikha est professeur à l’Institut de Presse et des Sciences de l’Information, Université de Tunis. Courriel : larch3000@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org