Navigation – Plan du site
Lectures

Louise CÔTÉ (2000), En garde ! Les représentations de la tuberculose au Québec dans la première moitié du XXesiècle

Québec, Les Presses de l’Université Laval (Coll. « InterCultures »)
Frédérique Calcagno-Tristant
p. 207-209

Texte intégral

1L’intérêt de cet ouvrage est qu’il fait sans cesse le lien entre la réalité et les différentes représentations de la tuberculose au Québec dans la première moitié du XXe siècle. Cette analyse repose donc sur un travail de recherche conséquent multipliant les sources : archives gouvernementales, revues, ouvrages ou encore manuels de médecine… Mais, si l’auteure Louise Côté est historienne, c’est davantage dans une perspective anthropologique qu’elle mène son argumentation.

2La première partie s’enrichit, en effet, des représentations populaires de la tuberculose pour engager en seconde partie les représentations scientifiques de la maladie et leurs répercussions sur les traitements antituberculeux. Vous l’aurez compris, chaque partie se nourrit l’une de l’autre sans créer de clivages mais plutôt une continuité imbriquée comme avec la troisième et dernière partie sur les expériences individuelles de la tuberculose. Ainsi, à travers cette étude, l’auteure prend le temps, et nous aussi, de s’attacher aux personnes, aux médecins et aux malades. Ce n’est pas une approche humaniste proprement dite, mais une ouverture sur les comportements humains, sur leurs fondements et sur leurs conséquences. Cette fenêtre ouverte sur ce monde médical et médicalisé ne raconte pas l’histoire morbide de la tuberculose, mais témoigne en filigrane de l’influence des représentations sur le vécu des personnes et sur la société. Louise Côté nous offre ainsi une histoire culturelle de la maladie rappelant que l’univers scientifico-médical fait partie intégrante de notre culture et de notre imaginaire. Cet aspect symbolique et culturel de la tuberculose s’élabore donc à partir du champ littéraire, médical et politique garantissant de ce fait la traversée ou l’interpénétration de ces « genres ». Par son analyse, l’auteure bouscule les clivages socio-culturels, déconstruit ces frontières pour mieux appréhender le sens que chacun met derrière le mot tuberculose, que ce soit dans la première moitié du XXe siècle ou au XXIe siècle. Par ailleurs, l’objet d’analyse pourrait tout aussi bien être actuellement la maladie de la vache folle ou le sida par exemple. Le passé et le présent, et même la localisation de la maladie, n’ont pas réellement d’intérêt à nos yeux, c’est la démarche argumentative qui nous apparaît originale : rechercher du « culturel », là où nous avons l’habitude de n’y mettre qu’un diagnostic médical. De plus, l’historienne a dû faire le pas vers l’ethno-anthropologie et tisser une grande toile des sciences humaines.

3Mais, il manque néanmoins à ce travail toute une considération de la philosophie des sciences sur la définition de la maladie dans la première moitié du XXe siècle et sur le rapport du normal et du pathologique. Le lecteur a ce besoin de voir et de comprendre ce qu’on lui raconte, à un certain moment, d’un peu plus haut, avec plus de distance et de conceptualisation. Nous sommes ici beaucoup trop immergés dans le texte de l’auteure par les nombreux exemples verbaux et visuels pour sortir de ce « quotidien ». En ce sens, le descriptif prend souvent le pas sur l’analyse conceptuelle, en témoigne la définition de la représentation en bas de page. Elle aurait dû avoir une place centrale dans cet ouvrage, soulever des questions et ne plus recouvrir tout et n’importe quoi.

Par représentations, j’entends les associations ou les perceptions de natures diverses, présentes dans le discours social, qui permettent de se faire une image mentale de la réalité de la maladie. La représentation de quelque chose est aussi représentation de quelqu’un. La relation entre l’objet « la réalité représentée » et celui qui le conçoit (individu et collectivité) détermine le contenu de la représentation. Les représentations ne sont pas des copies fidèles du réel; elles sont plutôt une interprétation, issue d’un système de valeurs, de connaissances et de pratiques spécifiques. Elles ont pour fonction principale de donner un sens au comportement, de l’intégrer à un ensemble de comportements déterminés (Claudine Herzlich, Santé et maladie. Analyse d’une représentation sociale, Paris, Mouton, 1969 : 14).

4« Les représentations contribuent à modeler les comportements. Leur influence sur le réel est donc bien concrète… ». En effet, Louise Côté aborde la représentation sous l’angle par exemple de l’hygiénisme et de la contagion, et donc dans un rapport au corps particulier. Sa conception de la représentation semble donc particulière au sein de l’histoire et de l’ethno-anthropologie. En fait, l’auteure ne s’approprie pas assez ces différents concepts (représentation, hygiénisme, contagion…) pour donner un contexte théorique à ses propos. La conclusion souffre d’ailleurs, si ce n’est de quelques pages, du moins de sa légèreté herméneutique et épistémologique. Dernier regret : les dessins (ex. : dessins illustrant un article de l’Almanach du peuple Beauchemin intitulé « La peste blanche et ses ravages » (1911) ; le pneumothorax artificiel…), les photographies (Galerie de cure, 1932, Carte postale, Archives photographiques de l’Hôpital Laval ; Joueurs de cartes, 1918-1919 ; Malade écoutant la radio ; La messe chez les patients immobilisés…), les tableaux (l’intérieur d’un ivrogne), les publicités (ex. : feuillet de publicité de la campagne du Timbre de Noël intitulé « Ne vous en prenez plus à l’hérédité », ANQ-Q, fonds des Affaires sociales, série Division de la tuberculose, début des année 1940 ; publicité d’instruments chirurgicaux utilisés pour les thoracoplasties…) mais aussi les textes comme le dialogue entre la malade et le médecin tiré de la revue Le Spectre de la tuberculose ou encore les contes des Archives nationales du Québec (« Pour en finir avec le loup »), ne sont guère exploités à leur juste valeur. Il aurait certainement fallu se tourner vers l’analyse du discours visuel et verbal et vers la narratologie afin de faire émerger les procédés de rhétorique et surtout montrer de quelle manière ils viennent supporter l’interprétation ethno-anthropologique. C’est un travail qui reste à faire ! Néanmoins, c’est un ouvrage de style alerte qui demeure très agréable à lire et qui a le bénéfice de servir de référence par ses forces et par ses faiblesses à d’éventuels travaux de recherche complémentaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Calcagno-Tristant, « Louise CÔTÉ (2000), En garde ! Les représentations de la tuberculose au Québec dans la première moitié du XXesiècle », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 207-209.

Référence électronique

Frédérique Calcagno-Tristant, « Louise CÔTÉ (2000), En garde ! Les représentations de la tuberculose au Québec dans la première moitié du XXesiècle », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/4545

Haut de page

Auteur

Frédérique Calcagno-Tristant

Frédérique Calcagno-Tristant, Université Michel de Montaigne Bordeaux III – Imagines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org