Navigation – Plan du site
Lectures

Éric DACHEUX (2000), Vaincre l’indifférence. Les associations dans l’espace public européen

Paris, CNRS Éditions (Coll. « CNRS Communication »)
Bernard Lamizet
p. 210-212

Texte intégral

1Vaincre l’indifférence est un ouvrage sur les associations, leurs stratégies de communication et leur place dans l’espace public européen. Il s’agit, finalement, pour Éric Dacheux de faire enfin entrer les associations dans le champ des sciences de l’information et de la communication, de reconnaître au « tiers secteur » une place véritable dans les formes et les pratiques dont notre champ disciplinaire est appelé à rendre compte.

2Le titre, d’abord, car il faut bien commencer par là, ne correspond pas entièrement au propos de l’ouvrage. En effet, si cette belle formule, « vaincre l’indifférence », correspond à une part de l’activité des associations, d’une part, elle ne leur est pas propre (car, après tout, que font d’autre les partis politiques ?) et, d’autre part, elle ne recouvre pas entièrement l’activité des associations, car on ne saurait réduire le mouvement associatif à la mobilisation de l’opinion. Il ne faut pas oublier que les associations représentent aussi un champ considérable d’acteurs, de métiers et d’activité, qui vont bien au-delà de la lutte contre l’indifférence.

3Le livre d’Éric Dacheux propose, d’abord, de repenser le concept même de communication dans le champ politique. À cet égard, son livre s’inscrit dans tout un mouvement, dont, d’ailleurs, le laboratoire de D. Wolton, qui dirige la collection dans laquelle est publié cet ouvrage, est un acteur majeur, qui cherche à repenser le fait politique à la lumière des pratiques d’information et de communication qui y sont mises en œuvre. En proposant des définitions nouvelles de la communication politique et de l’action politique, l’auteur montre l’apport d’H. Arendt, avec la redécouverte de la persuasion comme mode de communication politique. Il articule cet apport à ceux de J. L. Austin sur le performatif et le rapport de la parole à l’acte, et à ceux de l’École de Palo Alto, en soulignant que, selon lui, la communication ne se réduit pas au langage. On est donc bien placé, dans cet ouvrage, au cœur des questionnements les plus aigus de la communication et du politique. Ce sera notre premier questionnement, car il me semble qu’il doit y avoir débat sur ce point. D’abord, il n’est pas sûr que ce type d’analyse et d’interrogation soit propre au thème des associations (c’est toute la communication politique qui est, ici, interrogée). Ensuite, on peut se demander si, paradoxalement, les travaux de l’École de Palo Alto, invoqués ici, ne conduisent pas, finalement, à une conception dépolitisée de la communication.

4Par ailleurs, l’auteur se livre à une analyse du mode particulier d’engagement citoyen auquel donne lieu le fait associatif. Consacré aux associations, l’ouvrage s’interroge sur le mode particulier de sociabilité et d’engagement auquel donne lieu le mouvement associatif, ainsi, bien sûr, qu’aux stratégies et aux pratiques spécifiques de communication auquel il donne lieu. Sans doute est-ce sur ce point que la réflexion proposée par Éric Dacheux est la plus novatrice et la plus stimulante. La question majeure du fait associatif, et qui s’inscrit pleinement dans le champ d’intelligibilité et de rationalité des sciences de l’information et de la communication, est bien celle de l’engagement. Mais, curieusement, l’auteur met de côté une question sans doute majeure de l’européanisation de l’espace public européen. Il s’agit de la confrontation entre des logiques associatives puissantes, celles qui sont issues de l’Europe du Nord, (sans doute en relation avec l’éthique protestante dont parlait Max Weber), et des logiques différentes, issues de l’Europe du Sud (dont la tradition est, sans doute, plus étroitement politique du fait de leur antagonisme avec l’Église catholique).

5Éric Dacheux s’interroge aussi sur les alternatives qui existent au marketing politique dans les nouvelles mises en scène de l’action publique. Si le marketing politique a élaboré des pratiques et des usages nouveaux de communication et de propagande destinés aux partis et aux acteurs politiques, sans doute le mouvement associatif a-t-il hérité de ces pratiques, mais en les adaptant et en se les appropriant de façon particulière. Sans aucun doute, le développement du marketing politique, dans les années 1960 en Europe, est-il à l’origine d’un renouveau de l’interrogation et de l’investigation théorique sur la communication politique — ne serait-ce que parce que la critique à laquelle il nous engage est de nature à nous faire élaborer de nouveaux concepts et de nouvelles méthodes. Mais, sur ce point encore, on peut se demander dans quelle mesure les usages associatifs du marketing politique sont tellement différents de ceux des partis ou des mouvements politiques traditionnels. Le livre d’Éric Dacheux, très complet et très précis sur les activités des associations en matière de marketing, ne répond pas pleinement à la question.

6Enfin, l’ouvrage comporte une réflexion intéressante sur les recompositions de l’espace public, en particulier, annonce-t-il, à l’échelle européenne. Sans doute ne peut-on plus parler d’espaces publics nationaux ; sans doute les solidarités politiques et institutionnelles, les logiques du marché, les stratégies de la communication et des médias poussent-elles à une internationalisation du fait politique. C’est à cette échelle qu’Éric Dacheux nous convie à observer les logiques associatives de la modernité. À cet égard, la confrontation entre les logiques politiques du Nord et de celles du Sud sera, sans doute, l’une des lignes de clivage majeures de la construction européenne. On s’est rendu compte, récemment, de l’importance de la question avec le débat sur la référence ou non aux valeurs chrétiennes dans la future constitution européenne. L’auteur pose, sans doute, un problème majeur quand il articule la réflexion sur le développement du mouvement associatif à une autre réflexion, sur la difficulté de la construction d’une identité politique européenne. L’analyse critique approfondie à laquelle se livre l’ouvrage à propos du modèle d’Habermas et des reformulations dont il fait l’objet dans la réflexion politique est une réflexion utile et qui prend toute son importance au cours du débat européen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lamizet, « Éric DACHEUX (2000), Vaincre l’indifférence. Les associations dans l’espace public européen », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 210-212.

Référence électronique

Bernard Lamizet, « Éric DACHEUX (2000), Vaincre l’indifférence. Les associations dans l’espace public européen », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/4547

Haut de page

Auteur

Bernard Lamizet

Bernard Lamizet, Institut d’Études Politiques de Lyon. Courriel : bernard.lamizet@sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org