Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre DELCAMBRE (dir.) (2000), Communication organisationnelle : objets, pratiques, dispositif

Rennes, Presses universitaires de Rennes
Mustapha Belabdi
p. 213-216

Texte intégral

1Initié par le groupe de recherche « Org et Co », cet ouvrage collectif regroupe des contributions théoriques et des recherches empiriques ayant pour champ d’observation les « objets communicationnels » en entreprise. C’est le deuxième volume d’un projet de recherche en communication. Le premier volume, qui date de 1998, aborde la question de la « familiarité distante » à l’égard du champ de recherche en entreprise. Mais, comment atteindre cette familiarité distante qui permet à la fois « de recueillir les données et de conserver à leur égard un recul suffisant pour que la prégnance n’influence pas les hypothèses et analyses ? » (p. 11).

2Dans son introduction de l’ouvrage, Pierre Delcambre souligne d’emblée qu’il est difficile de problématiser la communication organisationnelle. Celle-ci se heurte au système de fonctionnement et de communication déjà en place dans ces organisations par les pratiques et études qualifiées de managériales. Le terme communication organisationnelle peut alors être pris comme concept générique pour désigner des aspects relevant de la communication interne, du mécénat, de la communication institutionnelle…

3Ce deuxième volume a été consacré à cette question de familiarité distante en mettant l’accent sur différentes approches. La question posée par Christian Le Moënne, depuis le premier volume, est que le champ scientifique de la communication organisationnelle demeure difficile à structurer à cause de la faiblesse des problématiques et la différence — estime-t-il — entre les approches de différentes disciplines comme la sociologie du travail ou des organisations, la psychologie sociale, l’ethnologie, la gestion et sciences politiques et les approches communicationnelles est particulièrement floue, voire inexistante (p. 12). Le Moënne ajoute qu’il ne faut pas se limiter au constat des aspects informationnel et communicationnel en tant qu’« entités objectives indépendantes de toute construction problématique dont la seule existence suffirait à constituer le champ » (p. 12).

4Les textes qui composent ce deuxième ouvrage partent de terrains divers, utilisant des approches allant de l’objet empirique à l’objet scientifique. Les auteurs se sont exprimés sur les pratiques de recherche, le contexte théorique et les méthodes qui les ont conduits à adopter une démarche scientifique.

5Les articles de la première partie présentent une réflexion sur les objets sous différents angles et dans diverses situations.

6Pour Michèle Lacoste qui a abordé le travail collectif, le terme « d’objet » est appréhendé selon une approche socio-ethnographique de l’action et de la communication organisationnelle. L’analyse s’appuie sur les théories de l’action située, les interprétations individuelles et collectives, les interactions et la construction des connaissances partagées ou convergentes dans les cas de circulation de l’information.

7Dans une perspective plus novatrice, l’objet de réflexion dans l’article de Valéry Lépine porte sur le groupeware comme objet d’entreprise. C’est aussi un objet symbolique servant à instaurer de nouvelles formes de médiation entre les partenaires de la production intellectuelle et de service.

8Dans un terrain plus proche, le travail sur le dessin, présenté par Olivier Lavoisy et Dominique Vinck, traite de cet objet en tant qu’intermédiaire dans le domaine industriel. Le dessin est conçu dans le sens de la recomposition des formes de médiation compte tenu de sa complexité. C’est aussi un objet dont l’existence et le développement dépendent de plusieurs acteurs et médiateurs.

9Enfin, l’étude de Jean Luc Bouillon se veut plus générale. L’auteur interroge, dans leur globalité, les supports écrits et électroniques véhiculés par l’entreprise, dans le cadre d’une perspective organisationnelle face aux objets.

10Dans la seconde partie de l’ouvrage, l’objet d’étude s’élargit à de nouveaux concepts. Les mots clés comme système et dispositif sont les axes privilégiés. Les définitions proposées de ces systèmes mobilisent des outils de recherche empiriques des systèmes d’information comme objets scientifiques qui se caractérisent par les interactions, les démarches individuelles, les relations et l’outil de médiation, dans une démarche de réflexion théorique.

11C’est le cas de l’étude de Brigitte Guyot sur le système d’information comme construction d’un objet de recherche. Les autres articles s’attachent à des réalités plus concrètes des organisations publiques et privées.

12Le volet pratique organisationnelle domine dans la troisième partie. Plusieurs types y sont étudiés en lien avec des aspects comme la gestion participative, interrogée par J.-C. de Crescenzo qui s’appuie sur les équipes autonomes et les groupes de projets. Les autres textes se sont penchés sur l’implantation des codes d’éthique dans un cadre institutionnel, le mécénat, en lien avec la culture organisationnelle en entreprise, dans une perspective sociologique.

13L’étude des documents d’archives, réalisée par Pierre Delcambre, visait à reconstituer des pratiques de communication à partir de traces. C’est une étude que l’auteur considère comme un tour ethnographique d’analyse de pratiques collectives et de communication au cours du travail. Enfin, l’article de Sylvie Bourdin traite des organisations comme terrain médiologique, en s’inspirant d’une définition générale du concept de médiologie, qui s’adapte au cadre des organisations à travers l’impact des objets matériels et techniques sur les rapports collectifs, l’efficacité discursive dans le sens austinien du terme et les changements produits par les objets, dans une perspective bourdieusienne de la violence symbolique.

14Le dernier volet de l’ouvrage, intitulé « objets et images en représentation », aborde, entre autres, les ressources médiatiques utilisées en entreprise et leur rapport avec le concept de représentations sociales.

15Parmi les exemples étudiés, on s’interroge sur des supports audiovisuels et notamment sur les conditions de « construction » d’un film sur l’entreprise, le rôle des acteurs impliqués parmi les instances politiques (managériales) et les instances fonctionnelles, le contenu et la place de l’audiovisuel en entreprise face aux autres supports communicationnels et à sa réception auprès du public cible.

16Les autres supports interrogés dans les articles suivants concernent la presse interne et externe dans la communication universitaire qui est une tentative de comprendre les images et représentations de l’université Paris 7 auprès des acteurs internes et auprès des médias, en vue de cerner l’interaction entre la presse interne et la presse externe.

17L’article concernant le journal interne en entreprise est un autre exemple d’étude de cas qui essaie d’analyser la portée de cet outil en tant que processus de mise en relation de l’entreprise avec ses ressources humaines. Cette mise en relation véhicule des messages et des contenus symboliques présentés par l’auteure Nathalie Deley comme des représentations.

18Enfin, l’étude d’Arlette Bouzon met l’accent davantage sur les représentations sociales dans l’entreprise à travers l’analyse des aspects allant de la cohésion à la conformité. La question posée par l’auteure concerne l’homogénéité des représentations sociales, son impact et ses limites sur le renforcement de la cohésion des acteurs et de la cohérence de leurs actions. Tout en admettant l’importance de l’homogénéité comme facteur de performance, capable de favoriser une meilleure réception des messages, l’auteure souligne que l’hétérogénéité est aussi source de créativité et d’innovation susceptible de favoriser le développement de l’entreprise.

19Au terme de cet aperçu succinct de l’œuvre, il importe de souligner la difficulté de rendre compte de l’ensemble du contenu des textes qui fournissent moult détails sur les spécificités des organisations étudiées et des commentaires et analyses concernant les objets appréhendés. Les points de vue sont variés et les approches aussi.

20Pour un paradigme de recherche comme la communication organisationnelle où la réflexion théorique et critique s’est développée depuis plusieurs décennies, notamment dans les écoles nord-américaines, il aurait été souhaitable de trouver des indications significatives à ces recherches dans l’ouvrage. La documentation abondante dans ce domaine pourrait développer la consistance des articles de cet ouvrage. De même qu’un certain nombre de termes comme « personnel, entreprise, établissement… » suscitent l’amalgame quant à la position des auteurs face aux aspects étudiés, notamment en ce qui concerne la conceptualisation théorique. Le terme d’« objet » nous semble aussi problématique compte tenu de sa signification courante et de la dynamique dans laquelle les textes voulaient le positionner.

21Enfin, le découpage adopté des textes en quatre parties ne semble pas toujours cohérent. Le texte « Gestion des connaissances productives et objets de communication professionnelle » s’adapterait mieux avec la troisième partie portant sur les pratiques dont « la gestion des connaissances » fait partie. De même, le texte « Le mécénat, <cristallisateur> de la culture organisationnelle » pourrait convenir à la dernière partie sur les représentations, étant donné que cet aspect traite de l’image que l’organisation tente de projeter d’elle-même auprès de son public et donc de sa manière de construire des représentations symboliques en harmonie avec son mode de fonctionnement.

22Ceci ne minimise pas cependant la qualité des articles de cet ouvrage qui contribue à l’enrichissement des recherches sur la communication organisationnelle et qui creuse de manière intéressante la question de la familiarité distante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Belabdi, « Pierre DELCAMBRE (dir.) (2000), Communication organisationnelle : objets, pratiques, dispositif », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 213-216.

Référence électronique

Mustapha Belabdi, « Pierre DELCAMBRE (dir.) (2000), Communication organisationnelle : objets, pratiques, dispositif », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/4548

Haut de page

Auteur

Mustapha Belabdi

Mustapha Belabdi est doctorant en communication, Université du Québec à Montréal. Courriel : b_muss@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org