Navigation – Plan du site
Lectures

Eytan GILBOA (dir.) (2002), Media and Conflict : Framing Issues, Making Policy, Shaping Opinions

Ardsley, Transnational Publishers
Gérald Arboit
p. 217-221

Texte intégral

1Depuis la fin de la Guerre froide, les conflits n’ont cessé d’émailler l’actualité mondiale. Les irrédentismes mal éteints depuis cinquante ans se sont réveillés. La faillite des idéologies, loin de faire émerger de nouvelles espérances, a conduit à de nouvelles inquiétudes. Dans cette évolution du monde, quel a été le rôle des médias ? Ces mutations sont en effet concomitantes de l’émergence de l’information continue, de l’infotainment, néologisme combinant le souci d’informer à celui de divertir. De nouveaux médias sont apparus, mais Internet n’en est qu’à des balbutiements désordonnés. Par contre, la télévision a atteint sa maturité. Touchant, consciemment ou non, la majorité des consommateurs que forme l’opinion publique, ils ne font qu’amplifier des errements propres à la couverture des conflits, au premier rang desquels se range la manipulation.

2Le constat n’est pas nouveau. C’est pourtant ce qui émerge de l’ouvrage coordonné par Eytan Gilboa. Le thème n’est peut-être pas nouveau. D’autres, avant cet universitaire israélien, se sont essayés à ce thème. Depuis Jacques Ellul (1966) et Marshall McLuhan (1968) à Michel Mathien (2001) et la Netherlands Association of Journalists, en 2002, on ne compte plus les études sur ce sujet. Mais, à la différence de ces précédents travaux, centrés sur un conflit ou sur un média, le pari d’Eytan Gilboa a été de se pencher sur les différents types et niveaux de conflits. Se présentant comme un bilan des années 1990, ce livre se veut une analyse « multidisciplinaire, transnationale et transculturelle ». La notion de conflit est perçue à l’aune de la mondialisation, où gouvernements et organisations non gouvernementales sont impliqués, mais aussi, plus classiquement, à l’aune des relations internationales, où les protagonistes sont les seuls États, et des affaires intérieures des nations, où les questions d’environnement et les relations intercommunautaires impliquent de plus en plus les médias. Elle l’est également dans le cadre de la gestion et de la résolution des conflits, ainsi que de la transformation de leur nature.

3Une équipe internationale de 22 chercheurs, de 9 nationalités différentes, mais diplômés dans 72 % des cas d’universités américaines, s’est donc penchée sur trois pistes : le cadre dans lequel se meuvent aujourd’hui les médias, leur interaction avec la politique et leur relation avec le public. Une occasion de battre en brèche des idées, des modèles, des postures échafaudées depuis la première guerre du Golfe et l’apparition des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication.

4À propos de la mondialisation, Andrew Rojecki estime que les théories concernant la presse et les relations internationales de l’après-Guerre froide ont été invalidées par le mouvement de Seattle. L’émergence de la société civile dans la scène politique, à l’occasion du sommet inaugural de l’Organisation mondiale du commerce, bouleversait définitivement l’équilibre dans lequel vivaient presse et décideurs politiques. Elle était concomitante d’une mise en récit des événements, où l’indocilité était montrée en exemple. La légende se substituait à l’information. Le comportement des médias à Seattle se retrouve dorénavant dans tous les traitements de l’actualité des conflits. Linda L. Putnam le montre pour les problèmes d’environnement, développant l’exemple de la gestion de la nappe phréatique Edwards, dans le comté de Texas Hill. Dans une question où les « parties en conflit sont séparées par la géographie et les organisations, les médias jouent un rôle important en documentant les événements, en représentant l’environnement concerné au public et en formant les images de la nature d’une querelle ».

5Cette attitude est également présente dans le traitement des affaires internationales. Alors que le Proche-Orient se voit analysé journellement, tant sous l’angle du conflit que des solutions que la communauté internationale cherche à lui apporter, l’Afrique n’est vu qu’à travers le prisme de la guerre tribale. Quel que soit le conflit, l’attitude du gouvernement américain est toujours positive. Mais, ce rapport des médias à l’intérêt national déborde largement les frontières des États-Unis. Comparant les couvertures sud-coréenne et japonaise du conflit de souveraineté de Tokyo, de janvier à juin 1996, Young Chul Yoon et Gwangho E. montrent combien la propagande est un phénomène commun à toutes les nations, qu’elle recoure comme partout aux « stéréotypes » pour qualifier l’opposant. Et les journalistes jouent un rôle particulier pour diffuser les images, construites par les dirigeants politiques de leur pays, « [a]vec pour résultats, une mésentente mutuelle et un antagonisme […] qui [ne sont] pas prêt[s] de disparaître dans un futur proche ».

6C’est la traditionnelle histoire du regard sur soi et sur l’autre, qui influence l’opinion, dans laquelle se trouvent les dirigeants politiques. C’est ainsi que s’enclenche, comme le montre Christopher Beaudoin et Esther Thorson, à travers la couverture de l’actualité internationale par un des plus influents journaux américains, le Los Angeles Times, la spirale de la violence. Elle implique des stratégies de communication de la part des politiques, qui trouvent des tribunes dans les éditoriaux et les interviews d’une presse complaisante, comme le laissent entendre William A. Donahue et Gregory D. Hoobler à propos des négociations israélo-palestiniennes d’Oslo, en 1993 et en 1995. Les dirigeants politiques utilisent les médias comme un outil sophistiqué pour atteindre leurs buts, tant à l’intérieur qu’à l’international. S’appuyant sur les négociations israélo-arabe, à partir de 1973, Eytan Gilboa pose la question de ces pratiques journalistiques. Le spinning system se présente cependant comme une arme à double tranchant, puisque les politiques qui le manient font aussi partie de l’opinion publique qui le reçoit.

7L’« effet CNN » en est un exemple. Mais, affirme Piers Robinson, il ne fonctionne vraiment que dans le cadre de politiques non définies clairement. Meseret Chekol Reta élabore quant à lui un « modèle de l’incertitude », invalidant celui de propagande défini par Herman et Chomsky (1988). Par contre, le ton gouvernemental est important pour comprendre un conflit. Le cas nord-irlandais, présenté par Howard Tumber, est instructif de ce point de vue, puisque la seule vision qui prévaut est celle imposée par le gouvernement britannique. Mais, cette actualité reformatée à Londres a pour effet de discréditer le travail des journalistes d’Ulster. Le même traitement distancié des conflits s’est imposé au Kosovo, depuis Bruxelles, et lors de la seconde guerre du Golfe, depuis Doha…

8La question de l’ex-Yougoslavie apparaît comme centrale dans Media and Conflict, comme dans cet Occident qui n’en finit pas de s’interroger sur son attitude. Plus que le Golfe, où la télévision réinventa la radio, comme les militaires réinventaient le combat d’artillerie, avec leurs missiles de croisières, la guerre du Kosovo a pris une position particulière dans le traitement médiatique des conflits. Face à la longue décision d’intervenir pour mettre fin à la guerre civile, les politiques ont-ils utilisé la télévision ou la télévision les força-t-elle à agir ? C’est à travers l’agenda des médias que Kimberly L. Bissel apporte un élément de réponse. Au Kosovo, l’attitude du public a été en relation avec la couverture (texte et image) du conflit. Les médias se sont contentés de présenter le « sort des réfugiés » et les atrocités serbes, plutôt que de plaider en faveur d’un engagement dans le conflit. Toujours l’humanitaire… Le cas bosniaque le montre bien. De 1992 à 1995, la politique américaine, analysée par Yaeli Bloch et Sam Lehman-Wilzing, a oscillé entre la réduction de la détresse humaine et la résolution du conflit. L’effet CNN joua en faveur de la première, tant l’Occident ne souhaitait pas se voir impliqué dans une guerre civile.

9Le rôle des médias est donc important dans le cadre des conflits. Ils peuvent mettre en évidence, comme les Izvestia de la guerre tchétchène (1994-1996), le coût humain et économique d’une guerre non désirée. Ce comportement, comparé à celui du journal le plus puissant de l’ère soviétique pendant la guerre d’Afghanistan (1978-1989) par Olga V. Malinkina et Douglas M. McLeod, était notable, comme si le syndrome du Vietnam, conjugué à la bouffée d’air apportée par la chute du communisme, laissait apparaître une volonté de liberté de la presse, même face à un conflit. Mais, l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine et les conséquences du 11 septembre 2001 ont mis fin à cet « état de grâce ». Du fait de son histoire, le cas russe reste cependant une exception.

10Les médias présentent généralement, et c’est là l’autre point fort de Media and Conflicts, une distorsion de la réalité, ignorant ou minimisant les obstacles fondamentaux. Face à l’œuvre de réconciliation nationale qu’exige la situation sud-africaine, les médias de ce pays, note Arnold S. de Beer, n’ont pas su empêcher l’éloignement des communautés blanches et noires. Quant aux médias palestiniens et israéliens, ils n’ont pas voulu voir les racines culturelles de l’opposition des deux peuples. Et Dov Shinar de pointer le dilemme de la presse libre en situation de conflit : vouloir jouer les pacificateurs et pointer en même temps les divergences culturelles qui font le lit des guerres. Sonia Gutiérrez-Villalobos ne dit pas autre chose lorsqu’elle montre comment les médias salvadoriens, nicaraguayens et guatémaltèques réclamèrent une volonté politique tout en limitant leur audience à destination d’un public cultivé minoritaire.

  • 1 Voir à ce propos les questions posées par le numéro d’Hermès, « Les journalistes ont-ils encore du (...)

11Publié aux lendemains du sommet de Gênes de juillet et des attentats du 11 septembre 2001, pendant la guerre d’Afghanistan et à la veille d’un second conflit contre l’Irak, cet ouvrage collectif offre les clés pour comprendre comment se forge une opinion publique favorable à une équipée militaire et hostile aux grands-messes de la mondialisation. Il pose le problème plus général des pratiques du journalisme dans une société sur-médiatisée1, mais largement sous-informée. Ce contexte ouvre la porte à toutes les manipulations, qu’elles aient lieu dans le domaine militaire, économique, culturel. C’est l’enjeu de la guerre de l’information. Ou par l’information…

Haut de page

Bibliographie

CHOMSKY, N., et E. S. HERMAN (1988), Manufacturing Consent, New York, Pantheon, publié en français sous le titre de La fabrique de l’opinion publique. La politique économique des médias américains, Paris, Le serpent à plume.

ELLUL, Jacques (1966), Propagandes, Paris, Armand Colin.

MATHIEN, Michel (2000), L’information dans les conflits armés. Du Golfe au Kosovo, Paris, L’Harmattan. Actes du colloque des 23 et 24 mars 1999.

MCLUHAN, Marshall (1968), Understanding Media : The Extension of Man, New York, McGraw-Hill.

NETHERLANDS ASSOCIATION OF JOURNALISTS (2002), The Role of the Media in Conflict Prevention and Peace Building : Report of a Seminar, La Haye, The Netherlands Association of Journalists, 20 février. Disponible à http://www.impacs.org/pdfs/Seminar_Report_20-02-02.pdf

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos les questions posées par le numéro d’Hermès, « Les journalistes ont-ils encore du pouvoir ? », no 35, mars 2003. Voir notamment les articles de Dominique Augey, « Les journalistes : petits maillons au bout de la chaîne industrielle », et d’Albert du Roy, « Les liaisons dangereuses du journalisme et de la politique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Arboit, « Eytan GILBOA (dir.) (2002), Media and Conflict : Framing Issues, Making Policy, Shaping Opinions », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 217-221.

Référence électronique

Gérald Arboit, « Eytan GILBOA (dir.) (2002), Media and Conflict : Framing Issues, Making Policy, Shaping Opinions », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/4550

Haut de page

Auteur

Gérald Arboit

Gérald Arboit est chercheur au CERIME, Strasbourg.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org