Navigation – Plan du site
Lectures

Hanno HARDT (2002), Social Theories of the Press: Constituents of Communication Research, 1840 to 1920

Lanham, Rowman & Littlefield (deuxième édition)
Jean-Pierre Chamoux
p. 222-225

Texte intégral

  • 1 On se souvient que l’influence germanique est très profonde et très ancienne aux États-Unis, notamm (...)

1Parue cette année dans la série « Critical media studies : institutions, politics & culture », dirigée par notre collègue Calabrese de l’Université du Colorado, cette deuxième édition, revue et complétée, nous affirme qu’une partie de la doctrine critique américaine du XXe siècle trouve ses sources en Allemagne1. L’auteur s’efforce de prouver que la pensée américaine sur la communication s’inscrit, notamment, dans la continuité d’un courant sociologique allemand du XIXe siècle dont il décrit plusieurs figures remarquables. Bien que les circonstances historiques de la Seconde Guerre mondiale aient facilité l’autonomie du courant critique américain, l’ouvrage va tenter de démontrer la persistance du cousinage intellectuel germano-américain que d’autres sources, britanniques et même françaises, n’ont pas altéré depuis les années 1960, à son avis.

2Il s’agit donc d’un ouvrage construit autour d’une thèse forte, un peu provocante même pour la pensée américaine d’après-guerre, mais d’une thèse appuyée sur des sources homogènes et solides qui lui donnent un relief autrement plus intéressant que s’il s’agissait d’un simple essai sans preuve ! Ici, les preuves s’appuient sur une solide érudition germanique — c’est du moins ce que ressent le lecteur —, fondée sur un corpus étendu qui parcourt quatre-vingts ans d’histoire austro-allemande, au cœur de la révolution industrielle, intellectuelle et philosophique qui prépara l’aventure marxiste du XXe siècle et la philosophie matérialiste qui ont tant marqué ce siècle, historiquement et politiquement.

3Dans sa préface à la nouvelle édition, l’auteur explique pourquoi il a jugé bon d’ajouter deux nouveaux chapitres à son travail original : encadrant le texte antérieur dont le propos était surtout de décrire la construction d’une critique allemande de la presse et de la relier à l’école américaine, ces deux chapitres sont d’une autre nature et d’une autre portée ; ils situent explicitement la démarche de l’auteur dans une perspective néo-marxiste (ce qui était, semble-t-il, moins le cas de son édition originale) revendiquée à plusieurs occasions dans le texte.

4Résumons d’abord la trame initiale du livre avant de revenir sur les additions récentes : très didactiques, les chapitres 3 à 7 présentent au lecteur anglophone cinq auteurs allemands, peu traduits, voire inconnus en anglais, dont l’œuvre s’étale sur un siècle (de 1850 à 1950 environ) et dont il s’efforce de démontrer, dans le chapitre 8 de l’ouvrage, qu’ils ont eu une influence très significative sur l’émergence de l’école critique de la communication aux États-Unis. Aucun de ces auteurs germaniques n’apparaît, au premier regard, comme un fondateur des études sur la presse, à proprement parler ; c’est presque par incidence que l’un ou l’autre d’entre eux s’est penché sur les médias de son époque. Hanno Hardt signale clairement les amitiés ou même les filiations intellectuelles qui construisent entre ces cinq auteurs des liens assez forts pour que l’on soit tenté de les rattacher à un seul et même courant de pensée.

5Présentées par ordre presque chronologique, ces personnalités sont : Albert Schäffle (1831-1903) à qui le chapitre 3 est consacré, tour à tour chroniqueur de politique étrangère, professeur d’économie politique en Allemagne et en Autriche, homme politique wurtembourgeois ; Karl Knies (1821-1898), dont le chapitre 4 résume les apports, lui aussi universitaire, plutôt attiré par l’économie politique, chroniqueur de bonne facture dans la presse de son temps et homme politique badois ; Karl Bücher (1847-1930), à qui le chapitre 5 est consacré, journaliste d’abord, universitaire ensuite, en Allemagne, en Russie et en Suisse, grâce au soutien de son aîné et protecteur Schäffle ; Ferdinand Tönnies (1855-1936), dont la curiosité fut nettement orientée vers la sociologie naissante, avec un œil attentif sur les problèmes posés par la formation de l’opinion publique que l’on retrouve au détour de ses nombreux ouvrages, est le sujet du chapitre 6 ; Max Weber (1864-1920), dont la partie de l’œuvre traitant des relations entre la presse, le métier de journaliste et la vie publique fait l’objet du chapitre 7, Weber étant le seul personnage de cet échantillon dont le travail soit vraiment connu en Amérique.

  • 2 Ne serait-ce qu’en raison de l’importance des machines à imprimer en Allemagne, pays qui a non seul (...)

6Hardt souligne que ces auteurs, souvent polyglottes, ont lu et retenu Thomas Hobbes, Auguste Comte, Herbert Spencer et même Karl Marx pour certains comme Tönnies. Plusieurs d’entre eux ont à la fois une vocation polygraphe et un engagement politique progressiste, une culture classique solide et un tempérament plutôt réformiste qui explique leur rôle dans la presse de leur époque, voire leurs activités politiques en Allemagne. C’est pourquoi, à l’exception de Tönnies et peut-être de Knies qui ont vraiment porté un effort particulier sur ce que nous appelons aujourd’hui les « études de médias », il est finalement naturel que ces hommes actifs et responsables aient réfléchi au rôle de la presse dans la Prusse de leur temps, aux rapports entre les grandes industries et la presse2. On peut donc s’interroger sur l’apparente naïveté de l’auteur de ce livre, par ailleurs si précis et si clair. Pourquoi s’étonner de l’ouverture d’esprit et des curiosités multiples des grands anciens ? Pareille ouverture d’esprit n’était-elle pas naturelle au siècle de la révolution industrielle ? Rappelons qu’il en fut ainsi de tous les politologues (de Chateaubriand à Poincaré en France), des économistes (de Marx à Keynes), des poètes même (de Lamartine à Hugo) !

  • 3 Où l’on sent poindre, avec une malice involontaire sans doute pour l’auteur qui n’est probablement (...)

7Revenons justement à Marx (1818-1883) auquel Hardt consacre le chapitre 2 (nouveau) de son ouvrage. Après un rappel biographique, succinct mais bien suffisant pour le propos de ce travail, l’auteur s’emploie à inscrire la liberté de presse dans la démarche de K. Marx, comme s’il s’était agi d’un axe majeur de cette œuvre, caché en quelque sorte par sa dimension proprement révolutionnaire et politique ! Le trait apparaît ici un peu forcé tout de même car, s’il est vrai que ce grand auteur a usé — parfois même abusé — de sa plume acidulée dans des articles et des supports de presse qui n’ont pas eu la vie facile, qu’il a subi, comme la plupart de ses contemporains, les risques d’une censure endémique, notamment en Prusse, il n’en reste pas moins que le plaidoyer de Marx pour la liberté de presse était d’une nature bien différente de celle qu’ont pu souhaiter les vrais chantres de la liberté de pensée et de conscience du xixe siècle : ce plaidoyer, assez clairement exposé aux pages 33 à 403 du livre, est présenté comme strictement utilitaire. Il s’agit, nous dit-on, pour Marx de rompre le lien capitaliste entre ceux qui écrivent la presse et ceux qui l’ont fondée, de détacher le journal de ses propriétaires et d’en transférer le contrôle aux hommes de plume qui l’écrivent, en bref, d’exploiter la liberté de presse pour en faire l’instrument objectif de la conquête du pouvoir et du renversement de la bourgeoisie !

8Il apparaît donc que le développement consacré à K. Marx est d’un propos bien différent de celui des chapitres suivants : comme si l’auteur avait, par cet ajout postérieur, voulu remettre son ouvrage dans une perspective néo-marxiste qui ne devait pas aussi clairement transparaître dans l’édition originale ! Cette hypothèse se confirme à la lecture des chapitres 8 et 9 : dans le premier, Hardt explique qu’une génération de jeunes universitaires américains se sont nourris en Europe, et notamment en Allemagne, au contact des maîtres auxquels les chapitres précédents ont été consacrés : Schäffle, Bücher, Tönnies en particulier. Cette imprégnation germanique des intellectuels américains du début du XXe siècle est assez bien illustrée par trois personnages qui servent ici de témoins concrets : A. W. Small (1854-1926), sociologue fonctionnaliste qui reconnaît explicitement son dû à Schäffle, W. G. Sumner (1840-1910), dont les réflexions sur le langage ne sont pas sans évoquer Saussure, de culture partiellement germanique, lui aussi, et enfin E. A. Ross (1866-1951), sociologue réformiste et engagé, dont les analyses, nous dit Hardt, rappellent — mais les citent-elles ? — les sources allemandes précédentes.

9Dans son chapitre conclusif, l’auteur plaide pour que non seulement soit reconnue l’influence de la pensée critique allemande moderne sur l’école américaine contemporaine, ce que disent bien tous les manuels de communication citant l’école de Francfort, Adorno, Horkheimer et plus récemment Habermas, mais aussi pour que l’on inscrive au Panthéon de l’étude des médias ces intellectuels allemands, élevés dans la Prusse conquérante du xixe siècle, dont il s’efforce de démontrer le rôle fondateur pour notre récente discipline. Au sein de cette riche filiation, que ce livre s’efforce de réhabiliter, c’est l’influence de Marx et de ses compagnons de route qui motive surtout l’auteur. Il s’en explique à la fin de l’ouvrage écrit d’ailleurs avec un style et un propos bien différents des pages précédentes : emporté par sa conviction militante, Hardt y développe, avec une plume parfois un peu lourde et un bonheur inégal, une vision un peu nostalgique des études médias, dont on sent bien qu’il les préférerait militantes que descriptives.

10C’est là que l’on touche aux limites de ce travail par ailleurs fort bien construit ; à force de trop vouloir prouver, l’auteur dérive et ne donne plus le meilleur de lui-même : son vocabulaire devient codé (je veux dire : explicitement marxiste) et l’engagement prend le pas sur le savoir et les certitudes sur la connaissance scientifique ! On se prend à regretter que l’ouvrage en pâtisse : il aurait pu facilement échapper à ce mélange de genres en s’appuyant jusqu’au bout sur les solides connaissances de l’auteur et sur l’originalité de son propos qui reste crédible, véridique et intéressant pour inscrire la science de la communication américaine dans sa perspective historique ! Un autre « petit » livre qui, malgré ses quelques travers, un petit format et une pagination restreinte (200 pages environ), a un véritable intérêt.

Haut de page

Notes

1 On se souvient que l’influence germanique est très profonde et très ancienne aux États-Unis, notamment dans certains États du middle-west : les engagements américains dans la Première et la Deuxième Guerres mondiales ont été tardifs en raison notamment de l’important lobby allemand aux États-Unis. D’ailleurs, l’anglais avait été choisi comme langue officielle de l’Union à une voix de majorité seulement par rapport à la langue allemande ! Les rafales successives de l’immigration germanique ont entretenu longtemps des liens culturels profonds entre les intellectuels américains de langue maternelle allemande et les mères patries de leurs parents. L’immigration des années 1940, celle à laquelle les générations d’après-guerre sont le plus sensibles, prolongeait une tendance historique déjà ancienne.

2 Ne serait-ce qu’en raison de l’importance des machines à imprimer en Allemagne, pays qui a non seulement donné naissance à l’imprimé, mais dont les fabricants de presses, d’encres, de rotatives et de machines graphiques tiennent le haut du pavé mondial depuis la révolution industrielle !

3 Où l’on sent poindre, avec une malice involontaire sans doute pour l’auteur qui n’est probablement guère familier de la France, l’argumentaire aujourd’hui courant à Paris en faveur de l’autonomie des rédactions et des sociétés de rédacteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chamoux, « Hanno HARDT (2002), Social Theories of the Press: Constituents of Communication Research, 1840 to 1920 », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 222-225.

Référence électronique

Jean-Pierre Chamoux, « Hanno HARDT (2002), Social Theories of the Press: Constituents of Communication Research, 1840 to 1920 », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/4553

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chamoux

Jean-Pierre Chamoux, Université René Descartes–Paris V. Courriel : chamoux@waika9.com.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org