Navigation – Plan du site
Lectures

Yves LABERGE (dir.) (1998), Esthétique, littérature et modernité

Actes du colloque (décembre 1994) du Centre de recherche sur l’Imaginaire (CRI), « Ruptures et modernité », Les Cahiers de l’Imaginaire, no 16, Paris, L’Harmattan.
Valérie de Courville Nicol
p. 226-228

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble en deux dossiers les actes du colloque du Centre de recherche sur l’Imaginaire (CRI), tenu à Montpellier. Les auteurs proviennent des États-Unis, du Canada, de France et d’Espagne. Il y a dans cet ouvrage quelque chose pour quiconque s’intéresse à la modernité esthétique ou à une esthétique de la modernité dans son rapport à la rupture, à la nouveauté, à l’imagination, à la monstruosité et à la postmodernité.

DOSSIER 1 : Actualité du mythe

2Dans le premier dossier, « Actualité du mythe », plusieurs auteurs soulignent le passage du mythe prométhéen au mythe dyonisien. Ce passage, défendu par le sociologue Michel Maffesoli dans certains de ses ouvrages, se rapporte à une distinction formulée entre la structure moderne et mécanique, dont le rapport au temps est linéaire, dramatique et tourné vers l’avenir, et la structure postmoderne et organique, dont le rapport au temps est cyclique, tragique et ancré dans le présent. La moralité et la rationalité instrumentale sont à la modernité ce que l’éthique et le ré-enchantement du monde sont à la postmodernité. Les collaborateurs n’accordent pas cependant un potentiel uniquement libérateur à l’effervescence postmoderne.

3La lecture que fait Metka Zupancic des écrits de Chawaf, de Cixous et d’Hyrvard la pousse à constater que leur activité littéraire témoigne du désir urgent « de FAIRE autrement » (12), voire du désir de mettre au monde ou de « faire intervenir un nouveau paradigme, de changer les croyances acceptées, sous-jacentes dans les mythes que véhicule notre civilisation occidentale » (8). Pour sa part, Johnathan F. Krell s’interroge sur la tendance littéraire renouvelée à vouloir excuser l’ogre de ses crimes, une tendance qui ne se limiterait pas à la littérature. Comment concilier les ogres « réels », dont l’exercice du pouvoir politique ou religieux est intolérant et intransigeant, et les ogres littéraires de Michel Tournier, de Jacques Chessex et de Daniel Pennac, qui appréhendent plutôt la monstruosité comme potentiel, à la manière de Jacques Derrida ? L’auteur avance que si l’effervescence dionysiaque qui est le propre de la monstruosité est source d’inspiration révolutionnaire, ce désir de vivre intensément le présent, qui est un désir de totalité, comporte un danger dans la mesure où il risque de dégénérer en totalitarisme. À l’instar de Krell, Arlette Bouloumié associe ces ogres littéraires à l’effervescence dionysiaque, sauf que pour cette dernière il s’agit de souligner son aspect positif et libérateur en tant qu’« hymne à la vie où le mythe de Dionysos milite pour la réhabilitation de toute une “part maudite”, refoulée par notre civilisation » (24). Manon Lewis s’intéresse également à l’aspect créateur de la rupture. Elle fait une lecture du roman L’héritage de l’écrivain québécois Victor-Lévy Beaulieu afin de démontrer en quoi une pensée hystérique et apocalyptique préfigure la (con)quête d’une identité nationale.

4Dans ce même dossier, Elizabeth Pasquié s’interroge sur la prédominance du personnage Salomé, cette femme fatale dont la présence serait l’emblème du « mythe décadent » dans l’expression artistique de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Enfin, Marta Mabel Franzone formule un rapport entre la rupture et l’anxiété. L’auteur explique la réapparition des bestiaires dans la littérature en avançant qu’ils « nous présentent des éléments qui hantent la psyché collective : le surnaturel, les démons individuels ou la problématique socio-politique dans des époques de crise [...] » (45).

DOSSIER 2 : Philosophie et littérature

5Si les collaborations dans le premier dossier semblent presque dialoguer entre elles, à mon avis nous retrouvons un contenu plus éclaté, mais non moins enthousiasmant dans le deuxième dossier, « Philosophie et littérature ».

6L’œuvre littéraire de Michel Tournier apparaît une fois de plus à titre d’intérêt dans ce dossier. Pour Christiane Melançon, le morcellement primitif dans son œuvre, voire « la multiplication des possibles corporels et leur monstrance [...] peuvent mener à l’éclatement du sujet » (50). Dans le texte suivant, Michèle Lemettais fait une lecture de la littérature francophone post-coloniale dans le cadre de la subversion du mythe de Prométhée au XIXe siècle, une rupture d’avec la modernité qui « est aussi utilisée dans la littérature francophone post-coloniale comme “rupture” d’avec un passé historique et de tout son chargement de significations culturelles » (53). José-Manuel Losada-Goya s’intéresse pour sa part aux réflexions anthropologiques de l’écrivain Paul Claudel, une réflexion qui serait « un motif essentiel du modernisme post-symbolique » (60).

7Dans le prochain article, Patrick Cingolani fait le tracé de deux types fondamentaux et profondément contradictoires de la représentation du lien social moderne — celui de l’Église, dont l’emblème serait Auguste Comte, et celui du désert, dont l’emblème serait Charles Baudelaire. Alors que « la modernité chez Comte se donne sous le fantasme d’une déchirure et du désordre » — vision qui vient légitimer sa rationalisation —, en contraste Baudelaire « revendique l’espace du loisir, de l’inutilité, de la gratuité » (72). Pour sa part, Pierre Delorme déplore les visions parcellaires des phénomènes sociaux dans la sociologie contemporaine puisqu’elles ne nous permettent pas de comprendre le présent et donc de le transformer. Il attribue le désenchantement des êtres humains, tout comme leur repli dans la sphère privée, à « la difficulté de construire un projet qui au plan intellectuel et théorique d’abord reliera l’individu et le monde qui l’entoure » (75). L’auteur propose de raccommoder deux pôles d’analyse, l’individu et la société, et prend appui pour ce faire sur la conception de l’imaginaire de Cornelius Catoriadis. Pierre Siguret fait dans l’analyse suivante une lecture des écrits de Georges Perec, où l’on retrouve une subversion des conceptions canoniques de l’espace et du temps propre à la modernité, et donc une remise en cause de l’opposition réalité/fiction et une problématisation du rapport entre sujet et langage, sujet et réalité, ou encore sciences naturelles et sciences humaines. Dans le dernier texte du volume, Yves Laberge nous propose une sociologie du cinéma en élucidant sa méthode, pour ensuite passer à l’analyse du film allemand Métropolis de Fritz Lang. L’auteur en arrive non seulement à nous expliquer le contexte de la production de ce film muet durant les années 1920, mais également à nous expliquer son retour populaire durant les années 1980 — à savoir le fait que l’inquiétude face à la technique déshumanisante et à la rationalisation demeurent.

8Je recommande cet ouvrage à quiconque désire s’initier à la pensée de Gilbert Durand ou de Michel Maffesoli, sociologues qui semblent avoir saisi tant l’imaginaire de la société postmoderne actuelle que captivé celui des collaborateurs dans ce volume. Je recommanderais davantage les contributions de Krell, de Cingolani, de Delorme et de Laberge aux sociologues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie de Courville Nicol, « Yves LABERGE (dir.) (1998), Esthétique, littérature et modernité », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 226-228.

Référence électronique

Valérie de Courville Nicol, « Yves LABERGE (dir.) (1998), Esthétique, littérature et modernité », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/4555

Haut de page

Auteur

Valérie de Courville Nicol

Valérie de Courville Nicol, Université Concordia, Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org