Navigation – Plan du site
Lectures

Sylvain LAFRANCE et Pierre C. BÉLANGER (dir.) (2001), La radio à l’ère de la convergence

Actes du colloque tenu à Ottawa le 11 octobre 2000, Presses de l’Université de Montréal.
Philippe Viallon
p. 229-231

Texte intégral

1Entre l’ancienneté de la presse écrite et l’omniprésence de la télévision, entre les enjeux économiques importants du téléphone et les bouleversements amorcés par l’Internet, la radio fait un peu pâle figure. Les autres médias parlent peu d’elle, alors qu’elle s’intéresse nettement plus à eux. Les chaînes de radio privées semblent avoir une place accessoire dans les stratégies des grands groupes multi-médias : ils en possèdent parce qu’il ne faut pas laisser à la concurrence une place même secondaire, mais ils les achètent et les vendent comme de simples produits. Il semble que la prépondérance de l’image en ce début de XXIe siècle et le poids financier des industries qui s’y rapportent soient l’une des causes principales de cet effacement. Pourtant la radio occupe, faut-il le rappeler, une place importante dans la vie quotidienne des individus : le taux d’écoute moyen est de 2,8 heures par jour au Québec (source : Les pratiques culturelles des Québécoises et des Québécois, 1999, ministère de la Culture et des Communications) et 69 % des Français disent écouter tous les jours ou presque la radio (source : ministère de la Culture, Chiffres-clés, édition 2001).

2Ce manque de visibilité de la radio dans l’espace public se retrouve dans la recherche : la radio est le parent pauvre des études sur les médias. Si la presse et la télévision, notamment dans leur dimension d’outils de la démocratie, attirent l’attention de nombreux chercheurs qui en font le titre de leurs travaux ou un objet de leur corpus, la radio est quasi absente. Les causes ne sont pas à chercher dans la complexité de la technique ou dans un manque d’intérêt pour ce type de communication ; en l’absence d’une étude approfondie sur les raisons de cet état de fait, on peut supposer que le caractère intimiste du média n’y est pas étranger. Le premier mérite de ce petit livre est donc d’exister, d’essayer de donner à la radio une meilleure place dans la recherche. Son objectif n’est pas d’en faire l’apologie, ni de vanter le son feutré du studio par rapport à l’ambiance scintillante des fausses agoras des plateaux de télévision, ni même de mettre en avant ses nombreuses vertus dont sa capacité à accompagner la vie quotidienne n’est pas la moindre. Il veut plus simplement rendre compte d’un colloque qui a eu lieu le 11 octobre 2000 à Ottawa sur le thème La radio à l’ère de la convergence. Il en rend compte fidèlement, sans doute même trop. Les interventions et les discussions conservent beaucoup de traits de l’oralité et auraient mérité d’être réécrites afin de respecter les lois du genre livresque : la transmédialité a ses règles.

3Un autre des intérêts de l’ouvrage est de favoriser la rencontre entre deux publics : professionnels et chercheurs des deux côtés de l’Atlantique. Ce mélange des approches, souvent prôné, rarement pratiqué, ne peut qu’amener un enrichissement mutuel. Pour ce qui est du contenu, les spécialistes reconnaîtront les thèmes favoris de Dominique Wolton : le média comme lien social, la priorité à donner à l’homme sur la technique. Le chercheur français parle d’ailleurs beaucoup plus de nouvelles technologies que de radio, comme, de manière générale, la majorité des intervenants. Il y a là sans doute l’expression d’une inquiétude des professionnels face à un avenir inconnu et du souci des chercheurs de comprendre l’évolution. Après des questions de fond posées par Sylvain Lafrance sur cette convergence – quelle est la valeur ajoutée de la radio sur Internet ?, en quoi les usages vont-ils être modifiés ? –, d’autres interrogations sont soulevées notamment par Pierre Belanger : quelles sont les limites du « copier-coller » sur Internet des documents diffusés par voie hertzienne ? Qu’est-ce que les 5 000 radios actuellement disponibles sur Internet, dont beaucoup sont du type à la carte, vont changer dans les pratiques médiatiques ? Quel est le risque d’une « napsterisation » ? Philippe Breton, pour sa part, avec son sens habituel du mot juste, établit une comparaison intéressante entre les nouvelles technologies et la religion avec ses « fondamentalistes », son vocabulaire, sa prise en charge des questions morales.

4Parmi les autres questions abordées dans La radio à l’ère de la convergence, celle de la place du service public est fondamentale. Tous les acteurs présents semblent d’accord sur le fait qu’il faille la « protéger » au nom « d’une intégrité écologique », même si la porte reste ouverte à des collaborations avec les intérêts privés. Une plus grande distance face aux considérations économiques, un rôle dans la promotion des identités régionales et des consciences nationales, dans le développement de la culture et des grandes valeurs démocratiques lui semblent acquis. Il est dommage cependant que la radio privée n’ait pas été représentée parmi les intervenants. Il aurait été utile d’entendre sa voix pour équilibrer le débat et pour avoir une vision des stratégies mises en place par les grands groupes sur cette question. Les intervenants, notamment Jean-Marie Cavada, insistent également à juste titre sur la fonction de médiation essentielle exercée par les professionnels. Le développement de la technique semble rendre cette fonction superfétatoire, le fantasme s’installe que tout individu serait capable de produire et de devenir à son tour émetteur. L’histoire des techniques montre que cette utopie fait long feu à chaque nouvelle invention.

5Ce modeste ouvrage est pour les chercheurs européens un utile état des lieux de la radio au Canada, notamment grâce à une courte histoire du média développée par Michel Filion. Le fait que la situation en Amérique du Nord préfigure souvent celle en Europe renforce son intérêt. Ce livre est également, de manière plus générale, une réflexion intéressante sur les fonctions actuelles et futures de la radio. Il soulève sans doute plus de questions qu’il n’apporte de réponses, mais c’est là une des caractéristiques de toute recherche à ses débuts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Viallon, « Sylvain LAFRANCE et Pierre C. BÉLANGER (dir.) (2001), La radio à l’ère de la convergence », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 229-231.

Référence électronique

Philippe Viallon, « Sylvain LAFRANCE et Pierre C. BÉLANGER (dir.) (2001), La radio à l’ère de la convergence », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/4558

Haut de page

Auteur

Philippe Viallon

Philippe Viallon, Université Lyon 2. Courriel : philippe.viallon@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org