Navigation – Plan du site
Lectures

Rowland LORIMER and Mike GASHER (2001), Mass Communication in Canada

Don Mills (Ontario), Oxford University Press, (quatrième édition)
François Demers
p. 232-233

Texte intégral

1C’est un bel objet. 359 pages sur papier de qualité, format 18  23 centimètres, couverture glacée. Un peu partout, sans surcharge et avec bon goût, il y a des images et des photos de qualité, des encadrés et des tramés de diverses teintes du bleu. Dans la main, le livre pèse, accentuant l’impression d’un ouvrage substantiel.

2C’est un manuel scolaire. Pas une thèse argumentée, ni un compte rendu de recherches empiriques ou un exposé théorique. Encore que l’intention descriptive et documentaire n’échappe jamais totalement à l’une ou à plusieurs de ces dimensions. Dans ce cas-ci, au détour des chapitres, on les rencontre effectivement toutes, en mineure. La table des matières qui fait quatre pages aligne les grands thèmes incontournables dans ce genre d’ouvrage quasi encyclopédique : la dimension sociale, la politique, l’économique, la technologie, la culture, etc. Évidemment, les exposés sont plutôt panoramiques et descriptifs, avec des intentions didactiques évidentes. À titre d’exemple, le chapitre 9 (p. 234 à 259) sur les journalistes et le journalisme — mon premier champ d’expertise — rassemble et résume, comme attendu, des considérations sur le « système de production », sur le gatekeeping, sur l’agenda setting, sur le contexte légal, sur les lois d’accès à l’information, sur l’apparition du journalisme-en-ligne, etc.

3C’est un document à la page. À la fin de chaque section, il offre une liste de sites Internet pertinents, en sus d’une bibliographie de livres. Immédiatement après celle-ci, un encadré présente une liste de questions (nommée Study Guide) qui pointent les concepts et les propositions centrales du chapitre qui se termine, et qui peuvent servir de thèmes à des travaux scolaires. À la fin du volume, on trouve un glossaire de 9 pages, une bibliographie de 14 pages et un index de 10 pages. Malgré le souci d’actualisation des données, les contenus descriptifs d’au moins trois thèmes sont déjà dépassés : le changement technique, le panorama de la propriété des médias et celui des législations et des réglementations. Mais c’était prévisible et explicitement prévu dans la préface qui souligne l’accélération du rythme dans ces domaines.

4C’est un ouvrage « canadien ». Dès les premières pages, on rencontre les photos des deux grands noms de la recherche « canadienne » en matière de communication de masse : Harold Innis (p. 13) et Marshall McLuhan (p. 14), la première présentée en couple avec celle d’Alexander Graham Bell, l’inventeur canadien. Mais l’annonce des montres Omega affichant la tête de James Bond (Pierce Brosnan) avait quand même eu préséance en page 3.

5C’est même un ouvrage « canadian ». Entièrement en anglais évidemment. Subordonnant ou ignorant la réalité francophone d’un pays officiellement bilingue. Plaçant au centre de ses préoccupations l’identité « canadienne » façonnée par les médias. Ombrageux face au gros voisin américain. De même, au détour de chaque exposé, on rencontre le mythe radio-canadien (la télévision et la radio publiques) et bien sûr, comme il convient, les préoccupations de diversité culturelle et de protection des minorités. Évidemment, chaque phrase est « politiquement correcte ».

6C’est aussi un livre de professeurs/chercheurs « critiques », manière gauche du Parti libéral ou de l’ancien parti néo-démocrate. C’est donc dire qu’ils se montrent généralement plutôt sympathiques à l’intervention de l’État (fédéral) en matière de communications électroniques (surtout). Ils se font aussi les défenseurs du « système public » et soulignent volontiers les dangers de la concentration de la propriété des médias. Mais cette orientation du regard n’est aucunement agressive. Elle colore et parfume.

7Au total, c’est du solide. Ce Mass Communication in Canada est la quatrième mouture d’un ouvrage paru la première fois en 1987. Il a eu le temps d’être revu et peaufiné, plusieurs fois, sans doute à l’aide des commentaires des cohortes d’enseignants et d’étudiants qui l’ont utilisé au fil du temps. Probablement que sans être un best-seller, ce manuel connaît une popularité scolaire constante, depuis le début, dans les classes de premier cycle en communications et dans les programmes connexes, un peu partout à travers le Canada anglais. Aussi, il ne serait pas surprenant qu’une cinquième édition soit déjà en préparation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Demers, « Rowland LORIMER and Mike GASHER (2001), Mass Communication in Canada  », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 232-233.

Référence électronique

François Demers, « Rowland LORIMER and Mike GASHER (2001), Mass Communication in Canada  », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/4561

Haut de page

Auteur

François Demers

François Demers est professeur au département d’information et communication, Université Laval. Courriel : francois.demers@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org