Navigation – Plan du site
Lectures

Roberto MIGUELEZ (2001), Les règles de l’interaction, essais en philosophie sociologique

Québec/Paris, Presses de l’Université Laval/L’Harmattan (Coll. « Zêtêsis »)
Alain van Cuyck
p. 234-238

Texte intégral

1Il s’agit d’un ouvrage extrêmement important et dense que nous propose Roberto Miguelez, professeur émérite à l’Université d’Ottawa. L’auteur nous convie en quelque 344 pages d’écriture serrées et profondes à un véritable voyage intellectuel nous emmenant à visiter les philosophies sociales de certains des penseurs les plus importants de notre tradition philosophique, et ce, dans la perspective téléologique de dégager de cette pluralité de pensées ce qui pourrait fonder une véritable herméneutique des règles de la socialité.

2Paru aux Presses de l’Université Laval, dans la collection Zêtêsis, terme qui signifie étude, recherche ou enquête, le livre de Roberto Miguelez s’inscrit totalement dans cette perspective éditoriale tant est large la recherche qu’il nous propose sur les différents systèmes philosophiques qui y sont étudiés.

3Que l’on en juge : le premier chapitre s’ouvre sur la pensée de Machiavel et des règles du politique, puis passe ensuite à l’examen de la pensée de Hobbes à la recherche de la dialectique passion et coopération, proposant dans le troisième chapitre d’évoquer les différences notables entre ces deux penseurs au sujet de la socialité et de la parole. Le quatrième chapitre s’ouvre sur la pensée de Leibniz centrée sur la recherche de la raison. Le cinquième visite le projet de Rousseau, fondant les règles de la coopération égalitaire. Le sixième évoque Kant et la dimension morale de la socialité, le septième visite les dimensions légales et économiques à travers les conceptions de Marx et d’Habermas et le huitième est in fine la synthèse que fait Roberto Miguelez de toutes ces règles de la socialité à la suite d’un long et patient travail d’analyse et de confrontation de la pensée de ces différents philosophes dans le but de dégager une dimension « métapropositionnelle » de ces différents et irréversibles apports et conceptions des règles de la socialité.

4Autant dire que le travail auquel convie l’auteur est vaste, ambitieux, profond et nécessite de la part du lecteur une lecture particulièrement concentrée pour pouvoir suivre de façon compréhensible les fils nombreux et subtils de ces différents penseurs et intégrer les différentes logiques propositionnelles auxquelles il faut absolument être attentif pour pouvoir ensuite en reconstituer la trame finale que nous propose l’auteur.

5Trois grandes lignes servent de fils conducteurs dans la lecture de ces philosophes. D’une part, en arrière-fond, les visions qu’ont ces philosophes de la place de l’homme dans le social, d’autre part, les fondements normatifs auxquels il rattache leurs pensées (pouvoir, politique, raison, éthique, morale, économie, coopération…), mais également la place accordée par chacun d’entre eux au langage et au fait communicationnel. L’auteur nous guide volontairement à travers ces trois fils conducteurs, ce qui facilite énormément la progression de la pensée d’un philosophe à un autre et qui constitue in fine l’architecture de base du raisonnement sur lequel s’échafaude l’ouvrage.

6Progressivement se dessine à travers la lecture la trame générale de ce qui va constituer la mise en évidence par touches successives de ce qui constitue les quatre grands types de règles qui traversent la socialité : les règles nomologiques qui sont celles de la causalité naturelle ou technologique, les règles de coopération et de convention (qui peuvent être soit compétitives, stratégiques ou égalitaires), les règles morales et enfin les règles de lutte. Le résultat de cette analyse devient dès lors un résultat irréversible et c’est à dessein que nous employons le terme « irréversible », car c’est bien dans la mise en évidence et en lumière de ces quatre types différents de règles que se situe tout l’apport de Roberto Miguelez, qui fait là un important travail de classification et de mise en évidence de ces règles implicitement convoquées chez les auteurs étudiés. Tout l’intérêt de ce travail est donc d’avoir fait passer ce qui était latent et implicite dans l’héritage de la pensée philosophique à un niveau manifeste et donc conscient. Il s’agit donc là d’un véritable gain de la con-science que nous apporte l’auteur.

7Dans ce sens, le projet de l’auteur de construire et d’échafauder une véritable théorie « métasociologique » au sujet des règles semble être une réussite épistémologique de première importance pour tenter d’échafauder « une perspective de la socialité définie par des règles de socialité ou d’interaction d’un certain type » (p. 9).

8La démarche de Roberto Miguelez constitue ainsi une véritable démarche épistémologique et, comme il le dit lui-même, l’étude des « règles de l’interaction ou de socialité peut servir à caractériser de manière suffisante les perspectives (métasociologiques) de la socialité » (p. 9).

9Évidemment, dans cette perspective, on pourrait renverser la causalité du postulat implicite de Miguelez à savoir finalement que les règles de la socialité déterminent la socialité. Mais on pourrait partir du raisonnement tout à fait inverse et postuler le contraire : ce sont les conditions de la socialité qui déterminent les règles, ce que ne nie pas complètement l’auteur d’ailleurs en évoquant les perspectives marxistes des rapports économiques, du langage et de l’idéologie. Mettre trop en avant les règles de la socialité pour pouvoir comprendre la socialité même fait, bien sûr, l’impasse sur les conditions d’émergence de ces règles à partir de la socialité. Une autre phrase de l’auteur nous confirme ce parti pris de l’auteur : « les règles ne se retrouvent que dans les actions. D’autre part les actions peuvent aussi être définies comme des comportements qui suivent des normes ou des règles, où pour lesquelles il est possible de trouver la norme ou la règle » (p. 9).

10Or l’apport immense de Roberto Miguelez est justement d’avoir mis en lumière comment se sont historiquement et progressivement mises en raison les différentes règles éthique (Habermas), morale (Kant), basées sur la raison (Leibniz), de lutte et de politique (Machiavel), de rapports économiques et sociaux (Marx), de coopération égalitaire (Rousseau), de coopération compétitive (Hobbes), ce qui revient donc bien finalement à ne pas voir dans ces règles le fondement de la socialité d’un point de vue historique, mais bien justement de la socialité le fondement historique et culturel de l’émergence de la notion de règle.

11Ceci nous semble important à souligner et il nous semble que, selon ce point de vue, la démarche de Roberto Miguelez, qui fait de la règle le fondement de la socialité, s’oppose à la vision d’un auteur tel qu’Ehrard Friedberg dans Le pouvoir et la règle qui fait de la règle plutôt une émergence de la condition de la socialité et des rapports de force qui existent entre les différents acteurs stratégiques et une condition tout à fait historique et contingente, sans cesse remise en cause selon les logiques d’action et les logiques socio-organisationnelles qui conditionnent les processus de régulation sociale. Nous sommes bien, dans cette perspective, dans un problème de poule et d’œuf, mais qui nous semble suffisamment important ici pour que l’on mette bien en perspective des présupposés assez contradictoires et qui in fine conduisent à des perspectives épistémologiques qui nous semblent assez radicalement différentes : plutôt structuraliste chez Miguelez qui donne la priorité de la règle sur et dans l’action, plutôt constructiviste chez Friedberg qui fait de la règle un construit social émergent à partir des logiques d’action des acteurs stratégiques.

12Ce parti pris fait également que l’auteur passe implicitement ou explicitement sous silence toute la perspective d’une microsociologie de l’interaction qui s’attacherait à mieux comprendre les variances et les logiques différentes de l’interaction à partir des contextes d’action et des logiques symboliques. Visant une perspective « métasociologique », c’est-à-dire l’élaboration d’un supra-modèle de la socialité, visant finalement à dégager un véritable modèle socio-politique et moral de l’interaction et de la socialité à partir de l’étude de penseurs et de philosophes principalement occidentaux, l’auteur ne risque-t-il pas de gommer d’une manière arbitraire toutes les variations anthropologiques et culturelles de la socialité ?

13Autrement dit, les règles de la socialité peuvent-elles être appréhendées de la même manière (c’est-à-dire en visant à une métathéorie de la socialité) chez les Inuits du Canada, les Baoulés de Côte d’Ivoire ou les Sikhs du continent indien… Évidemment, là aussi, la critique est facile et ne correspond pas du tout au projet de l’auteur qui vise à essayer de dégager les règles de l’interaction sociale et politique fondées sur la morale politique, sociale et économique de la pensée occidentale. L’auteur pourrait d’ailleurs rétorquer qu’il existe également des règles techniques, morales, de coopération et de lutte dans ces différentes sociétés. Mais, on le voit, le risque d’une « métasociologie » est de gommer des différences culturelles importantes sinon fondamentales dans les conditions de la socialité, comme l’a montré toute une chaîne de penseurs allant de Bateson à Hall, centré justement sur l’importance que donne à l’interaction le fait culturel et social. Il est donc peu fait cas de l’interactionnisme pragmatique et symbolique dans ce livre et le seul auteur à être mentionné dans ce sens est Goffman qui n’apparaît qu’une seule fois dans les auteurs convoqués au titre de l’interaction.

14Enfin, et toujours dans cette perspective de la dimension interactionniste, on peut saluer le souci constant qu’a l’auteur d’évoquer le langage à la fois comme régulateur opérant et intentionnel de l’interaction mais également comme opérateur intentionnel de l’agir communicationnel, et ce n’est pas là un des moindres apports que l’on peut retirer de cette lecture d’autant que l’auteur apporte un soin extrêmement méticuleux à dégager les liens que chaque penseur entretient dans ses représentations du langage. Manipulatoire chez Machiavel, premier, conventionnel, contractuel, relationnel chez Hobbes, calcul et raison chez Leibniz, émotionnel fictionnel et simulacre chez Rousseau, idéalité et morale chez Kant, agir communicationnel et éthique chez Habermas, fondement des rapports économiques et sociaux chez Marx, le langage constitue une ligne de fonds sur laquelle l’auteur cherche à élaborer la structure d’une socialité, comme il le fait par ailleurs des visions du monde et des visions politiques et sociales des auteurs concernés.

15Le langage est donc conçu par l’auteur comme l’un des piliers constitutifs de la socialité et mérite donc une approche toute particulière pour en induire des systèmes de règles pouvant agir et structurer les interactions. Autrement dit, le statut du langage n’est pas sans fondement important pour l’élaboration théorique d’une métasociologie des règles de l’interaction. C’est un des apports principaux de l’auteur d’avoir mis en lumière les différentes fonctions du langage retenues par les différents philosophes dans leurs fondements théoriques.

16Toutefois, là encore, même si encore une fois le fait d’avoir systématiquement visité la question du langage nous semble être d’un apport épistémologique extrêmement fécond pour l’élaboration d’une théorie des règles de l’interaction, il nous apparaît qu’un pan considérable de toute l’approche communicationnelle de la socialité est passé sous silence au seul profit de l’oralité et de la langue, soit toute l’approche comportementale et systémique de la communication, c’est-à-dire la multicanalité des actes de communication avec notamment la mise en lumière de la communication non verbale, dont certains auteurs pensent qu’elle peut constituer jusqu’à plus de 80 % de la signification des actes de communication.

17Il nous semble que c’est également ici une des limites importantes à une théorie visant à élaborer des règles de l’interaction, et qui fait l’impasse sur un champ immense des comportements humains (celui de la régulation des comportements non-verbaux de la socialité incluant gestes, attitudes, comportements régulés, contexte, proxémique, temporalité, apprentissage, rites et rituels…), ce qui fait que le lecteur peut avoir un léger sentiment de frustration par rapport à l’horizon d’attente évoqué par le titre Les règles de l’interaction, même si le sous-titre Essais en philosophie sociologique restreint énormément cet horizon d’attente.

18Dans cette perspective, il nous semble que le titre Les règles de la socialité aurait peut-être été plus fondamentalement explicite que Les règles de l’interaction, car il s’agit bien là de l’apport fondamental auquel nous convie Roberto Miguelez en convoquant de manière à la fois extrêmement approfondie et pertinente des conceptions à la fois philosophiques, sociales, politiques afin d’en dégager une vision de ce qui fonde les règles de la socialité, c’est-à-dire le fondement social, moral, éthique et politique de la socialité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain van Cuyck, « Roberto MIGUELEZ (2001), Les règles de l’interaction, essais en philosophie sociologique », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 234-238.

Référence électronique

Alain van Cuyck, « Roberto MIGUELEZ (2001), Les règles de l’interaction, essais en philosophie sociologique », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/4564

Haut de page

Auteur

Alain van Cuyck

Université Jean Moulin–Lyon 3. Courriel : alain.van-cuyck@univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org