Navigation – Plan du site
Lectures

Stéphane OLIVESI, La communication au travail : une critique des nouvelles formes de pouvoir dans les entreprises

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble (Coll. « La communication en plus »)
Éric Dacheux
p. 239-242

Texte intégral

1Le livre de Stéphane Olivesi, professeur à Lyon II, est consacré à l’étude critique de la communication managériale dans les entreprises. Il se décompose en cinq chapitres. Le premier décrit l’institutionnalisation de la communication dans les entreprises françaises. Le chapitre deux montre que la communication est devenue « un nouveau mode de gouvernement du travail » (p. 42). Le chapitre trois synthétise divers travaux antérieurs portant sur la « gestion symbolique » des entreprises. Le quatrième chapitre interroge la notion de « savoir-être » qui s’impose de plus en plus dans le management et la formation continue des salariés. Enfin, le dernier chapitre est consacré aux implications de la démarche qualité. Il n’y a pas de conclusion, mais l’ouvrage se termine par dix pages de références bibliographiques. Ce livre, qui s’inscrit dans le champ de la communication organisationnelle, peut avoir deux niveaux de lecture et engendre donc deux critiques distinctes.

  • 1 B. Floris, La communication managériale, PUG, 1996. P. Zariafian, Travail et communication, PUF, 19 (...)

2Pour le chercheur, spécialiste de la communication des organisations, ce livre est une synthèse claire, mais peu novatrice. Peu novatrice, en tout cas, dans le champ de la communication organisationnelle, car on peut mettre au crédit de l’auteur le fait de développer des thèses allant à l’encontre de celles qui sont diffusées dans les manuels de gestion. Mais, d’une part, ces thèses ont déjà été formulées ailleurs1 et, d’autre part, elles ne sont pas ancrées dans des enquêtes de terrain inédites. Bien sûr, l’ouvrage recèle des passages stimulants sur le rôle de la formation professionnelle dans le management (chapitre 4), sur l’hypocrisie des audits de communication confiés à des consultants soi-disant indépendants (chapitre 3) ou sur les modifications du travail des caissières liées à l’introduction des lecteurs optiques (chapitre 2). Cependant, cet ouvrage donne de nombreux motifs d’insatisfaction. Le titre, tout d’abord, La communication au travail. En effet, l’ouvrage n’explore pas toutes les communications (formelles et informelles) dans différents types d’organisations, mais la communication interne des entreprises à destination des salariés. Du coup, une fois de plus dans un ouvrage du champ, le terme communication ne donne lieu à aucun effort épistémologique de clarification. Plus gênant, la notion de travail n’est pas interrogée, tandis que des notions comme « flexibilité », « opérateur », « flux informationnel » sont reprises sans être discutées. Or, une telle discussion aurait enrichi le propos et aurait, par exemple, évité à l’auteur d’employer le terme « acculturation » (changement dans une culture du fait du contact avec une autre culture) pour signifier « déculturation » (disparition de la culture du fait du contact avec une autre culture). Autre source d’irritation du chercheur : la multiplication des affirmations péremptoires. Deux sont particulièrement choquantes. La première porte sur la communication : « Contrairement à ce que certains essayistes ont pu affirmer, pour s’en réjouir ou s’en inquiéter, la communication n’est pas un simple effet de mode et encore moins une idéologie » (p. 8). On peut, certes, soutenir à bon droit cette thèse, mais des « essayistes » comme P. Breton et S. Proulx, A. Mattelart, E. Neveu ou N. Garhnam soutiennent, eux, dans leurs écrits respectifs2, que la communication est aussi une idéologie. Il aurait été souhaitable de discuter leurs thèses. La deuxième a trait aux formations professionnalisantes : « Les contenus enseignés s’alignent d’autant plus nettement sur les valeurs de l’entreprise et l’idéologie managériale que ces formations en sont dépendantes » (p. 73). Cette assertion n’est pas dénuée de fondement, mais mériterait d’être fortement nuancée. D’une part, un certain nombre de formations délivrées dans les IUT ont, pour diverses raisons, des contenus très éloignés de l’idéologie managériale (DUT « mesures physiques » ou « carrières sociales », licence professionnelle « économie solidaire », etc.). D’autre part, dans les IUT et IUP délivrant des formations à la communication des entreprises, les cours sont donnés, entre autres, par des enseignants chercheurs, qui, à l’image de l’auteur, publient livres et articles dénonçant le caractère manipulatoire de la communication d’entreprise. Par ailleurs, l’auteur entend remplacer la notion de « management » par celle de « gouvernement dans l’entreprise ». Pour S. Olivesi, cette substitution

répond à une triple nécessité : éviter, en premier lieu, les équivoques d’une notion dont la polysémie découle de la diversité de ses usages doxologiques par les acteurs de l’entreprise ; saisir dans la forme du concept la nature du pouvoir de la communication ; conférer à l’extension de la communication un rôle prépondérant dans l’encadrement des salariés et la direction des entreprises en la définissant comme l’ensemble des pratiques orientées vers la conduite des conduites, c’est-à-dire la prédétermination coercitive des espaces idéels et matériels dans lesquels les salariés inscrivent leur force de travail (p. 11).

  • 2 Voir par exemple J. Di Sciullo, Marketing et communication des associations, Juris Service, 1990 ou (...)
  • 3 La Société française des sciences de l’information et de la communication possède différents groupe (...)

3Or, si, effectivement, le terme de management doit être critiqué, son remplacement par l’expression « gouvernement d’entreprise » pose problème. Contrairement à ce que prétend l’auteur, cette expression ne permet pas de saisir la nature du pouvoir dans l’entreprise. En faisant de l’entreprise un système politique, cette notion masque les différences fondamentales entre, par exemple, la nature du pouvoir dans une association de citoyens où le conseil d’administration tient sa légitimité du suffrage des adhérents et du pouvoir dans une entreprise où le conseil d’administration tire sa légitimité du capital. Pour le dire en termes habermassiens, les agir qui régissent les rapports sociaux sont de nature opposée : agir stratégique dans l’entreprise, agir communicationnel dans l’association. Cette erreur conceptuelle s’explique par la réduction implicite de la communication organisationnelle à la communication d’entreprise. Or, la communication d’entreprise, la communication syndicale, la communication associative ou la communication des administrations sont de différentes natures, justement, parce que la nature du pouvoir et les mondes sociaux qui permettent aux acteurs de s’entendre et de régler leurs controverses sont très différents les uns des autres. Autrement dit, la notion de gouvernement de l’entreprise véhicule un implicite démocratique qui n’est pas le reflet de la réalité de l’entreprise et tend à légitimer l’utilisation des outils de la communication d’entreprise à tous les autres systèmes politiques (associations, syndicats, etc.). Ce qui est, effectivement, le but des marketers2, mais qui ne semble pas être le but poursuivi par l’auteur. Enfin, dernier reproche, la faiblesse de l’appareillage critique. La bibliographie est conséquente (même si les travaux du groupe « Org and Co » de la SFSIC ne sont pas cités3), mais le lecteur ne comptera qu’une seule note en bas de page dans l’ensemble du livre. Ce dernier point pose question et invite l’auteur de cette note à faire une hypothèse : la légèreté de l’appareillage critique répond probablement à une logique éditoriale : mettre à la disposition des non-spécialistes et des étudiants une synthèse claire. Si tel est le cas, si le parti pris de l’ouvrage n’est pas scientifique, mais pédagogique, le livre mérite une deuxième lecture.

4Une lecture pédagogique de cet ouvrage révèle deux petites faiblesses. Tout d’abord, l’absence d’un glossaire des termes techniques. Ensuite, l’insuffisance des exemples concrets permettant d’illustrer les propos de l’auteur. Mais ces petites lacunes sont largement compensées par un style très clair qui évite de sombrer dans un jargon ésotérique. De plus, le plan est d’un équilibre formel exemplaire : cinq chapitres découpés en cinq parties. Par ailleurs, la bibliographie distingue les ouvrages théoriques des monographies et facilite ainsi le choix des futurs lecteurs. Sur le fond, chaque chapitre est une synthèse accessible qui va à l’encontre des idées reçues véhiculées par les conseillers en communication ou par les sciences de la gestion. À cet égard, le chapitre quatre, consacré à la formation interne, met justement en garde les futurs salariés contre les dangers de manipulation de toute formation touchant au « savoir être », tandis que le chapitre cinq vient opportunément rappeler que l’introduction de la démarche qualité est moins le signe du passage à une vision posttaylorienne du travail que l’aboutissement final de cette vision. De même, l’auteur parvient à maintenir une ligne critique sans sombrer dans un essai polémique et outrancier faisant des salariés des victimes sans ressources face à des managers tout-puissants car experts en manipulation. Enfin, l’auteur invite les étudiants et les non-spécialistes à la réflexion en rappelant que si un management prônant la communication est certainement plus facile à vivre pour les salariés qu’un management autoritaire visant à faire plier l’individu, il est aussi beaucoup plus aliénant, car il vise à faire en sorte que le salarié intègre les valeurs de la direction et soit l’acteur principal de sa propre exploitation. Un ouvrage que tous les étudiants des filières professionnalisantes devraient lire avec profit…

Haut de page

Notes

1 B. Floris, La communication managériale, PUG, 1996. P. Zariafian, Travail et communication, PUF, 1996. A. Borzeix et B. Frankel (dir.), Langage et travail, CNRS éditions, 2001. N. D’Almeida, Les promesses de la communication, PUF, 2001.

2 Voir par exemple J. Di Sciullo, Marketing et communication des associations, Juris Service, 1990 ou J. P Flipo qui a écrit un livre sur le marketing de l’église (en 1984) et un autre sur le marketing associatif (en 1998).

3 La Société française des sciences de l’information et de la communication possède différents groupes de travail dont un, rassemblant une cinquantaine de chercheurs, travaillant sur la communication organisationnelle, le groupe « Org and Co », qui publie souvent les actes des journées d’étude qu’il organise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Dacheux, « Stéphane OLIVESI, La communication au travail : une critique des nouvelles formes de pouvoir dans les entreprises », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 239-242.

Référence électronique

Éric Dacheux, « Stéphane OLIVESI, La communication au travail : une critique des nouvelles formes de pouvoir dans les entreprises », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/4567

Haut de page

Auteur

Éric Dacheux

Éric Dacheux, IUT de Roanne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org