Navigation – Plan du site
Lectures

Sébastien ROUQUETTE (2002), Vie et mort des débats télévisés 1958-2000

Paris/Louvain-la-Neuve, INA/de Boeck (Coll. « Médias recherches »/«  Études »)
Patrick Amey
p. 250-252

Texte intégral

  • 1 Noël Nel (1990), Le débat télévisé, Paris, Armand Colin.
  • 2 Par opposition aux premiers débats produits par l’ORTF où une position d’extériorité du téléspectat (...)

1C’est à la chronique d’une mort annoncée, celle du débat télévisé, que Sébastien Rouquette nous convie dans son ouvrage. Ce travail s’inscrit dans la lignée de la synthèse proposée par Nel (19901) et met en évidence, selon une perspective comparative et diachronique, la façon dont les débats de parole ont évolué en France durant ces quatre dernières décennies. À partir d’un important corpus longitudinal de plus de quatre cents débats, l’auteur montre quelles ont été les logiques internes ou télévisuelles qui ont sous-tendu la médiatisation de ces débats, logiques renvoyant tant à la sélection des invités (citoyens standards, la figure de l’expert) et aux dispositifs de médiation qu’aux modalités de cadrage de la parole. L’auteur souligne ainsi que l’action stratégique des instances médiatiques qui s’intègre dans une optique de rentabilité (audience oblige) est un gage du succès d’une émission et de son essoufflement. Il note que la volonté des animateurs de formater le déroulement des débats par le choix des thèmes traités, le contrôle des tours de parole ou le recours à une langue relâchée participe de la mise en place d’« espaces sociaux télévisés » construits désormais par et pour un téléspectateur qu’il s’agit tant de séduire que d’informer2.

2Pour Rouquette, les débats de parole ont donné lieu à des formules historiquement situées : une prédominance des débats classiques dans les années 1960-1980 avec les débats institutionnels et politiques, une vague polémique (1988-1992) puis dès la fin des années 1980, l’ère des « palabres télévisés » (C’est mon choix, Ça se discute). Pour l’auteur, les premiers débats ont avant tout favorisé la confrontation d’opinions : la médiation des instances de réalisation y est minimale. La « vague polémique » accorda une place grandissante à une mise en scène plus spectaculaire notamment par l’intermédiaire des scénographies en ring ou des simulacres de tribunaux qui valorisent la dimension agonale des confrontations. Rouquette évoque un mouvement de rupture radical avec l’émergence des « palabres télévisés » (p. 56 et sqq.) qui érigeraient en norme un « principe du non-débat » (p. 59). L’auteur évite pourtant le piège d’une dénonciation gratuite : il opte au contraire pour une analyse multidimensionnelle de la mécanique de ces débats en recourant à des indicateurs sémiotiques (les dispositifs), sociologiques (l’identité des invités et leur sélection) et discursifs (les modes d’argumentation des débatteurs).

  • 3 Silvia Livingstone et Peter Lunt (1992), « Un public actif, un téléspectateur critique », Hermès, n (...)

3Cet ouvrage s’inscrit en faux contre un certain nombre d’idées reçues sur la télévision. Il semble rejeter d’abord l’opposition souvent évoquée entre une télévision à vocation informative et pédagogique, à savoir la paléo-télévision incarnée par l’ORTF des années 1960, et la télévision contemporaine qui ferait primer une communication relationnelle au détriment d’un échange de contenus et de savoirs. La perspective est ici sensiblement différente : les débats de société auraient désormais tendance à éluder la confrontation d’opinions, avec ou sans polémique, et à privilégier une transmission d’information (narration d’expériences vécues, primauté donnée à la subjectivité, savoir vulgarisé par les experts) qui condamne le simple quidam à être « enfermé » (p. 120) dans un rôle de témoin. Rouquette relativise aussi la portée de la thèse de Livingstone et Lunt3 (1992) pour qui la présence des experts et des profanes dans des débats avec participation d’invités tout-venant aboutit à une perte de légitimité des experts et à une mise en valeur de la parole profane. À l’aide d’un recensement statistique, Rouquette montre au contraire que la figure de l’expert demeure bien présente au fil des ans dans les débats français, mais surtout qu’elle cohabite avec la parole ordinaire sans perdre de sa légitimité, confirmant la volonté des producteurs de débats de cadrer et de généraliser la parole du citoyen standard.

4Dans les chapitres cinq et six, l’auteur évoque la question du droit des débatteurs à s’exprimer en leur nom et discute plus généralement de la légitimité attribuée au citoyen standard et aux experts dans les débats de parole. Si la présence du profane dans les débats télévisés français grandit au fil des ans, elle s’accompagne dans le même temps d’un enfermement de sa prise de parole. Les critères de recrutement des invités (une pseudo représentativité), le rôle de témoin imposé au sujet profane mènent à un régime de liberté surveillée et à « une citoyenneté encadrée » (p. 120). Rouquette n’est par ailleurs pas dupe des surreprésentations de certaines catégories d’acteurs dans l’espace social télévisé : alors que certains invités bénéficient d’une plus grande légitimité médiatique que d’autres (cadres, intellectuels), la catégorie des experts, c’est-à-dire ceux qui parlent en fonction d’une compétence voire d’une proximité avec un sujet donné — sociologues et psychologues au premier chef —, maintient sa visibilité sur les plateaux des débats télévisés. Loin de menacer ou de contester les dires du citoyen/simple quidam, ces experts y tiennent un rôle complémentaire : ils normalisent, généralisent les énoncés (témoignage, narration d’expériences) des débatteurs ordinaires.

5Notons que l’auteur évite de faire référence à la notion de « genre médiatique ». Ce travail de définition reste en suspens, hormis une classification rapide proposée en début d’ouvrage, mais il est vrai que l’auteur explicite ses intentions de cerner avant tout l’« évolution structurelle » (p. 20) des débats de parole. N’y aurait-il cependant pas matière à chercher des critères de généricité en recensant par exemple les espaces thématiques sur lesquels se greffent ces débats de société, en dissociant par exemple les sujets qui impliquent le territoire du Soi ou du Moi des invités de ceux qui mobilisent une citoyenneté participative ou une appartenance collective à des communautés d’énonciateurs ? D’aucuns noteront aussi que Rouquette relativise l’influence de l’agenda sociopolitique sur la légitimité accordée par le média télévisé aux débatteurs et sur celle que ces derniers s’attribuent. La sélection des invités et la place donnée par l’instance médiatique à l’expérience des citoyens par rapport au discours explicatif des experts ne sont-elles pas tributaires de cet agenda ? Débattre par exemple de l’énergie nucléaire avant ou après le drame de Tchernobyl renvoie à des postures énonciatives et à des modes de légitimité des experts/citoyens ordinaires très contrastés. Mais à la décharge de l’auteur, on dira que ce dernier ne pouvait retenir cette dimension sans restreindre la portée générale et la visée comparative de son travail.

6En privilégiant une approche à plusieurs entrées, cet ouvrage ouvre la voie à une sociologie des médias pluridisciplinaire qui recourt avec pertinence à des outils conceptuels et méthodologiques empruntés à la sémiotique, aux analyses conversationnelles ou aux théories de l’argumentation. Le constat de l’auteur est teinté d’un pessimisme lucide : dans nombre de débats/discussions télévisé(e)s, les dés sont pipés puisque l’instance médiatique fixe les règles du jeu et les conditions de son déroulement, laissant finalement peu d’espace de liberté aux débatteurs.

Haut de page

Notes

1 Noël Nel (1990), Le débat télévisé, Paris, Armand Colin.

2 Par opposition aux premiers débats produits par l’ORTF où une position d’extériorité du téléspectateur par rapport à la scène télévisée prévalait.

3 Silvia Livingstone et Peter Lunt (1992), « Un public actif, un téléspectateur critique », Hermès, n° 11-12, p. 145-157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Amey, « Sébastien ROUQUETTE (2002), Vie et mort des débats télévisés 1958-2000 », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 250-252.

Référence électronique

Patrick Amey, « Sébastien ROUQUETTE (2002), Vie et mort des débats télévisés 1958-2000 », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/4573

Haut de page

Auteur

Patrick Amey

Patrick Amey, Université de Genève. Courriel : patrick.amey@socio.unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org