Navigation – Plan du site
Lectures

Manuel CASTELLS (2009), Communication Power

New York, Oxford University Press
Katharina Niemeyer

Texte intégral

1Un pouvoir presque magique des mots se dégage dès l’ouverture de l’ouvrage de Manuel Castells : il nous fait part de son univers personnel qui pénètre sa réflexion scientifique. Il s’agit en vérité d’un enchevêtrement touchant et limpide, d’une entrée en la matière qui permet au lecteur de saisir le pouvoir et la force qu’occupe la communication dans la pensée même de l’auteur tout en dégageant les limites et impossibilités de l’expression libre et démocratique dans un régime contraignant qui était celui de l’Espagne franquiste ainsi que sa volonté d’y résister : « Yet, the depth of our revolt, and the promise of our hope, gave us strength to engage in a most unequal combat » (p. 1).

  • 1 Nous traduisons donc ici le mot power du titre par « pouvoir », car cette notion nous semble englob (...)

2En traçant son parcours de révolte, il souligne que ce sont les relations de pouvoir1 qui se cristallisent dans une société de médias de masse et de politique publique ; des relations de pouvoir dont les formes alternatives et conflictuelles font partie. L’objectif principal de l’ouvrage consiste donc à réfléchir sur le pouvoir politique à l’ère des global network societies. Castells entame d’abord une discussion des concepts théoriques du pouvoir, et il n’est pas surprenant qu’un des premiers auteurs cités soit Michel Foucault avec son ouvrage Surveiller et punir, une référence qui lui permet d’introduire la question de la violence. Celle-ci, intrinsèquement liée à ses formes discursives, performatives et physiques, mène Castells, par une courte synthèse des travaux de Max Weber, de Jürgen Habermas, de Hannah Arendt et de Talcott Parsons, au constat de l’existence inéluctable d’un pouvoir qui se dirige toujours contre ou à l’encontre d’autres acteurs au sein de ses différentes relations de pouvoir.

3Selon l’auteur, le pouvoir à l’ère des global network societies est essentiellement celui de communiquer ou encore le fait que le pouvoir passe par la communication (p. 53). L’ouvrage peut ainsi être perçu et compris comme la suite du volume II de sa trilogie The Power of Identity (1997), avec un aspect novateur qui touche notamment la réflexion sur le lien entre émotion et politique. Castells met en lumière le caractère psychologique du pouvoir à partir des études neuropsychologiques d’Antonio Damasio (chapitre 3). À partir de cette matrice et de celle de la théorie du framing (notamment Entman), il livre par la suite une analyse particulièrement brillante des campagnes électorales et de leur misinformation à l’époque de l’administration Bush et de la façon dont celle-ci avait réussi à argumenter la guerre en Irak (chapitre 4).

4La communication mondialisée qui se balade entre « massification » et individualisation est le sujet de la seconde partie de l’ouvrage dans laquelle l’auteur développe l’idée de la mass self-communication (p. 55). Désignant la possibilité de pouvoir communiquer à une échelle mondiale, cette nouvelle forme de communication s’oriente également vers le « soi-même », car elle est générée et sélectionnée par son auteur (p. 70). Le concept demeure assez obscur parce qu’il ne permet pas de saisir ou de formuler au sein du « mot-concept » même les obstacles qui s’imposent à cette forme de communication. La mass self-communication (notamment p. 65-72) semble s’attacher à un idéal communicationnel quasi utopiste : « This is a new communication realm, and ultimately a new medium, whose backbone is made of computer networks, whose language is digital, and whose senders are globally distributed and globally interactive » (p. 70). De cet espace du possible, l’auteur passe directement aux stratégies institutionnelles et économiques qui forment et transforment cette révolution (p. 71) en donnant notamment des exemples politiques et de concentration économique issus des États-Unis, mais aussi de la Chine. Le clivage entre ce concept très « individualiste » de la mass self-communication et l’approche macro-médiatique du monde numérique est trop grand pour saisir de façon fine les limites et ouvertures de cette révolution du numérique. Il aurait par exemple été intéressant ici d’en savoir plus sur les différents mass self-communicators, les acteurs qui s’engagent dans ce jeu de pouvoir, et ce, par les difficultés que les power relations imposent et proposent au sein de ces réseaux interconnectés.

5Castells y revient dans le chapitre 5 où il discute des études de cas de façon détaillée et chiffrée (y compris des approches historiques) : il se réfère à différents mouvements sociaux tels que le environmental movement et la new culture of nature ainsi que l’alter- et l’anti-mondialisme. Selon lui, c’était le networking entre la communauté scientifique, les activistes et les célébrités qui amenait le sujet vers les médias. Castells analyse également la campagne présidentielle d’Obama ou encore les protestations après les attentats de Madrid en 2004 afin d’illustrer et d’argumenter la puissance d’Internet comme plateforme du contre-pouvoir ou du changement des relations de pouvoir sans pour autant donner des détails sur les acteurs cités.

6C’est justement dans ce chapitre 5 que l’ambiguïté de la mass self-communication, également constatée par Christian Fuchs (2009), aurait pu être fructueuse pour mettre en avant la complexité et la difficulté d’une émancipation individuelle ou collective des enjeux de pouvoir qui déterminent l’espace d’actions alternatives ou contestataires au sein des réseaux, et ce, à partir des réflexions théoriques menées au début de l’ouvrage. La conclusion propose les piliers d’une communication theory of power, une théorie qui mérite certainement d’être poussée en dehors du stade « idyllique » d’une autonomie qui reste encore dans l’ombre définitionnelle du contemporain : « […] the autonomous construction of meaning can only proceed by preserving the commons of communication networks made possible by the Internet, a free creation of freedom lovers. This will not be an easy task » (p. 431).

Haut de page

Bibliographie

FUCHS, Christian (2009), « Some reflections on Manuel Castells’ book Communication Power », tripleC, 7(1) : 94-108.

Haut de page

Notes

1 Nous traduisons donc ici le mot power du titre par « pouvoir », car cette notion nous semble englober les différents enjeux que soulève power : le pouvoir au sens légal et légitime du terme, les notions de puissance et de force (psychique comme physique), mais également de capacité et de faculté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katharina Niemeyer, « Manuel CASTELLS (2009), Communication Power », Communication [En ligne], Vol. 32/1 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/4589

Haut de page

Auteur

Katharina Niemeyer

Katharina Niemeyer est Maître de conférences à l’Institut Français de Presse, Université Paris 2 Panthéon-Assas. Courriel : Katharina.Niemeyer@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org