Navigation – Plan du site
Lectures

Olivier FOURNOUT (2012), Théorie de la communication et éthique relationnelle : du texte au dialogue

Paris, Lavoisiser, Coll. « Forme et sens, essais »
Éric Dacheux

Texte intégral

Pistes et impasses d’une autre anthropologie de la communication

1Cet ouvrage, ambitieux et agréable à lire, ne se donne pas à comprendre immédiatement. En tout cas, si l’on s’en tient au titre, puisqu’il est très peu question d’éthique relationnelle et encore moins des rapports entre celle-ci et la théorie de la communication. Par contre, le sous-titre, Du texte au dialogue, nous offre une clé de compréhension : il s’agit de comprendre le dialogue à partir du texte. Plus précisément, il s’agit, en s’appuyant sur l’analyse d’un dialogue littéraire perçu comme un échange de sens et une relation spatiale de contiguïté entre des paragraphes, de saisir la communication à la fois comme un « transfert d’information » et comme « un rapport de place » (p. 201-202). Dès lors, l’esthétique du collage, chère à Internet, n’est pas la promesse d’une médiasphère nouvelle, mais le triomphe, au sein de la sensibilité contemporaine, du modèle textuel. Plus que jamais, nous sommes dans un monde où l’écriture imprime sa marque aux communications humaines. Telle est l’une des conclusions auxquelles conduit cet ouvrage aux illustrations pertinentes et à la bibliographie abondante.

2Cet ouvrage théorique, paru dans la collection dirigée par J.-J. Boutaud, se présente en deux parties inégales (5 et 8 chapitres). La première partie, « Plastique des textes hétérogènes », traite des formes visuelles de dialogue et de collage qui, selon l’auteur, constituent la matrice textuelle de la communication, tandis que la seconde, « Anthropologie relationnelle », montre comment cette matrice se retrouve dans des processus tels le dialogue interculturel (chapitre 8), l’éthique de la communication (chapitre 9), le dialogisme littéraire (chapitre 11). Ces deux parties sont, d’un côté, précédées d’un chapitre, « Une structure des relations humaines », qui « pose le cadre général du projet ainsi que les principales propositions » (p. 19) et couronnées, de l’autre, par une postface de A. Zali intitulée « La ligne une pensée en mouvement de l’autre » qui reprend l’une des thématiques d’Olivier Fournout : l’écriture, en laissant des espaces blancs, est toujours une invitation à la rencontre de l’autre, une distance qui ne cloisonne pas, mais qui met en attente de l’autre.

3Un peu déstabilisant au premier abord, cet ouvrage se révèle peu à peu être une construction théorique solide qui repose sur trois thèses s’emboîtant comme des poupées gigognes. La première, la plus large, est que la communication est à la fois une construction symbolique et une « danse relationnelle » (titre du premier paragraphe du premier chapitre). Autrement dit, la communication est, pour Fournout, à la fois ce qui circule entre les protagonistes — ce qui se transforme en les transformant — et le jeu de position entre les protagonistes. Ce jeu de position, deuxième thèse, obéit à ce qu’il nomme une « matrice relationnelle » qui

[…] s’énonce ainsi: une situation de communication met en relation des entités selon quatre données — la perception d’écart et de rapprochement entre les entités, de prise de lieu pour chacune et de fond partagé. J’appelle la matrice relationnelle cette structure à quatre termes — l’écart, le rapprochement, la prise de lieu, le fond commun — susceptible de décrire les relations entre les entités, que ces entités soient des individus, des groupes, des concepts, des mots, des images, des objets (p. 24).

4La troisième thèse, inspirée explicitement par J. Goody, est que cette matrice relationnelle surgit du texte. Plus précisément, elle est liée au collage textuel, c’est-à-dire à la présence dans un même espace visuel (la page blanche) de fragments de textes (ou, selon la terminologie de l’auteur, de « diatextes ») qui sont attribuables à des instances d’énonciation différentes, le cas le plus simple étant le dialogue littéraire. En résumé, la communication intègre un jeu sur les distances — interactions complexes de quatre données — qui se fonde sur la sémiotique visuelle des textes.

5Cette proposition théorique repose sur une grande connaissance de la littérature spécialisée, une érudition de bon aloi et une précision dans la définition des termes relevant de la communication (médias, interaction, dialogue, etc.) qui est un modèle pour tout doctorant en information et en communication. Le style est alerte et les nombreuses illustrations éclairent de manière pertinente les conceptions les plus abstraites de l’auteur. De même, la conclusion générale reprend de manière synthétique les différents fils de la pensée de l’auteur, ce qui facilite la compréhension d’un texte foisonnant qui prend le risque de formuler des propositions théoriques innovantes et de proposer des relectures inédites de textes fondateurs (l’éthique de la communication de Habermas, en particulier). Du coup, on ne peut que regretter le décalage entre le titre et la thèse défendue par l’auteur, ainsi que l’absence d’introduction et de conclusion des deux parties. Sur le fond, cette fois-ci, cet ouvrage souffre également de quelques défauts. Le premier tient à la justification insuffisante de la mise en exergue des quatre données de la matrice relationnelle que sont l’écart, le rapprochement, la prise de lieu et le fond commun. Pourquoi quatre éléments et non deux ou six ? Quelle est l’origine de ces appellations ? N’y a-t-il pas redondance entre l’écart et le rapprochement qui ne sont, au fond, que les deux faces, les deux appellations synonymes, d’une recherche de la bonne distance ? Peut-on avoir « écart » sans « prise de lieu » ? Le fond commun est-il le cadre physique, spatial, qui supporte la relation entre les entités ou le point commun aux différentes entités en présence ? Tous ces points manquent de clarté et de précisions et, comme l’auteur le reconnaît d’ailleurs avec honnêteté (p. 52), reposent sur un choix arbitraire.

  • 1 « Sous le terme de <texte>, j’entends inclure toutes les informations verbales, visuelles, orales et numér</texte> (...)

6Or, et c’est la deuxième critique que l’on peut faire, contrairement à ce que semble croire l’auteur, ce n’est pas parce que cette matrice « convient » aux différents objets analysés dans la deuxième partie que cela valide l’arbitraire de la « matrice relationnelle ». La deuxième partie montre la capacité intellectuelle de l’auteur à relire plusieurs processus de communication à l’aune de sa matrice, elle ne prouve pas la pertinence de son modèle. Comme souvent en sciences sociales, à force de vouloir montrer comment le modèle explique une diversité de cas, l’auteur en vient à réduire la complexité du réel étudié aux formes parfaites de son modèle, ce que P. Corcuff (2012) nomme la « tentation du total ». La troisième critique que l’on peut faire au projet théorique est livrée par R. Barthes dans son séminaire au Collège de France « Vivre ensemble aujourd’hui ». Fournout, nous le verrons par la suite, s’appuie avec justesse sur ce texte, mais oublie la mise en garde énoncée par Barthes : à trop vouloir insister sur l’espace, on peut finir par négliger le temps. Or, c’est exactement le reproche que l’on peut faire à ce livre : il propose une analyse atemporelle de la communication, une analyse qui oublie que toute danse — y compris relationnelle — débute et finit, que toute danse est un apprentissage évolutif qui tient compte du poids des ans. Dans le même ordre d’idées, l’auteur, qui s’appuie pourtant sur l’école des Annales pour insister, avec justesse, sur l’importance de l’espace dans la structuration de nos vies, oublie l’une des leçons majeures de F. Braudel : le poids de l’économie sur le découpage de l’espace. L’espace contemporain, dit Braudel (2008), est aménagé par l’évolution du capitalisme, par le mouvement centre-périphérie qui se déplace au gré de la compétition économique. Une analyse de l’espace dans la communication se devait donc de prendre en compte ce poids économique, sans compter qu’à l’heure où les industries de la communication jouent un rôle aussi important dans l’économie-monde, il paraît difficile de s’en tenir à une analyse textuelle pour décrire les nouveaux médias. Enfin, dernière critique, cette analyse textuelle repose sur une définition beaucoup trop extensive de la notion de texte. Reprenant une définition de D.F. McKenzie incluant aussi bien le livre que le film, le CD ou la banque de données1, Fournout, comme beaucoup de sémiologues, oublie les leçons de Kant sur la définition rigoureuse d’un concept empirique issu de l’expérience : il doit posséder une extension (tous les objets que cette représentation peut donner), mais aussi une compréhension (l’ensemble des caractères constituant la définition de cette représentation). Autrement dit, un concept doit à la fois être ouvert (recouvrir l’ensemble des formes possibles) et fermé (indiquer en quoi il se distingue). Or, la définition du texte adoptée est tellement ouverte qu’elle ne se referme plus : tout objet constitué de signes est texte donc, finalement, toute la réalité matérielle est texte, dès lors la notion de texte ne nous aide plus à comprendre le réel, elle se confond avec lui.

7Malgré ces limites importantes et, sans doute, inhérentes à la volonté intellectuelle de s’éloigner des sentiers battus de la communication, ce livre mérite d’être lu. Tout d’abord, l’ambition intellectuelle doit être saluée : à l’heure où les études empiriques sur les usages des technologies de l’information et de la communication (TIC) se multiplient dans une perspective purement descriptive, s’efforcer de porter un regard global et théorique sur la communication est un effort trop rare pour ne pas être salué. De plus, même si la tentation d’une explication sémiologique globale affleure souvent, l’auteur défend avec talent une sémiologie qui vient s’enrichir des sciences sociales, une sémiologie qui révèle le sensible et l’espace aux sciences de l’information et de la communication, mais qui, en retour, se nourrit des apports politiques et éthiques de celles-ci. De même, en donnant à voir, à côté de la circulation de l’information, la coexistence (sensible et physique) des positions, l’auteur invite les sciences de l’information et de la communication à aller davantage du côté de l’épistémologie de la complexité, à rompre avec cette culture épistémique réductionniste et utilitariste qui freine le plein développement de notre discipline interdisciplinaire. Par ailleurs, en ne cédant pas aux sirènes prophétiques des apôtres du déterminisme technologique énonçant la radicale nouveauté des TIC, mais en rappelant, au contraire, l’importance de l’écrit dans les nouveaux médias, l’auteur fait preuve d’une sagesse méthodologique qui honore notre discipline. Enfin, et peut-être surtout, cet ouvrage propose, en plus de cette théorie originale de la communication que nous nous sommes efforcé de décrire et de critiquer, deux pistes de réflexion très stimulantes.

8La première est ce que Fournout nomme la « saturation » de la matrice communicationnelle. Pour que le dialogue entre les protagonistes soit un enrichissement mutuel et non un conflit destructeur, il convient, non pas de trouver un juste équilibre entre les quatre entités (écart, rapprochement, prise de lieu, fond commun), mais de saturer chacune des entités. Dit autrement, il ne s’agirait pas de trouver une bonne distance entre le respect de l’autre et l’affirmation de soi, la mise en avant des différences irréductibles et l’existence de valeurs communes, mais au contraire de pousser chaque élément à son plus haut point d’exigence pour que s’établisse une communication satisfaisante pour tous. Une affirmation qui, par son paradoxe même, réclame d’être creusée théoriquement et testée empiriquement pour renouveler en profondeur les approches de la communication interculturelle. La seconde piste qui suscite l’intérêt est celle évoquée dans le dernier chapitre de l’ouvrage (« L’érotique de la distance »). S’appuyant sur la notion d’idiorrythmie de Barthes, c’est-à-dire l’utopie d’une coexistence communautaire où chacun peut suivre son rythme tout en rejoignant à sa guise le rythme des autres, Fournout déploie l’idée d’une distance — physique et psychique — entre les êtres d’une même société permettant d’être à la fois solitaire et solidaire. Une distance qui préserve la liberté individuelle, mais qui en appelle à l’autre, une distance qui permet de s’appuyer sur la certitude du cogito, mais qui réclame Éros. En effet, pour le philosophe J.-L. Marion (2003), la seule manière de dépasser le célèbre « À quoi bon ? (umsost ?) » que Nietzsche oppose à la découverte du cogito cartésien est de poser une autre question : m’aime-t-on ? Question dont la réponse ne dépend que de l’autre sans pouvoir être exigée de lui. Du coup, et c’est tout l’intérêt de ce chapitre, Fournout conçoit la relation à l’autre non comme un échange basé sur le don contre le don, mais comme une ouverture à l’autre, un risque pris de non-réponse, de non-réciprocité. Il s’agit donc, encore en gestation, d’un projet d’une anthropologie de la communication qui s’éloigne de celle esquissée par Mauss et Lévi-Strauss et reprise avec talent par P. Lardellier (2003). Un projet qui mérite de voir le jour.

9Au total, un ouvrage à recommander, autant pour ses imperfections que pour ses démonstrations qui toutes les deux invitent à la réflexion. Qualité de plus en plus rare.

Haut de page

Bibliographie

BRAUDEL, Fernand (2008), La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion.

CORCUFF, Philippe (2012), Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement de savoirs, Paris, La Découverte.

LARDELLIER, Pascal (2003), Théorie du lien rituel, Paris, L’Harmattan.

MARION, Jean-Luc (2003), Le phénomène érotique, Paris, Grasset.

MCKENZIE, D.F. (1992), La bibliographie et la sociologie des textes, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie.

Haut de page

Notes

1 « Sous le terme de <texte>, j’entends inclure toutes les informations verbales, visuelles, orales et numériques, sous la forme de cartes, de pages imprimées, de partitions, d’archives sonores, de films, de cassettes vidéo, de banques de données informatiques, bref tout ce qui va de l’épigraphie aux techniques les plus avancées de la discographie » (McKenzie [1992], cité par Fournout, p. 28.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Dacheux, « Olivier FOURNOUT (2012), Théorie de la communication et éthique relationnelle : du texte au dialogue », Communication [En ligne], Vol. 32/1 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/4591

Haut de page

Auteur

Éric Dacheux

Éric Dacheux est professeur à l’Université Blaise Pascal (Clermont Université) où il a fondé le groupe Communication et solidarité (EA 4647). Courriel : eric.dacheux@univ-bpclermont.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org