Navigation – Plan du site
Lectures

Pascal LARDELLIER (2012), Les réseaux du cœur. Sexe, amour et séduction sur Internet

Paris, François Bourin Éditeur
Alexandre Eyries

Texte intégral

1Si les nouvelles technologies de l’information et de la communication ont transformé en profondeur nos pratiques professionnelles, nos habitus sociaux et nos manières d’interagir avec notre environnement immédiat, elles ont encore plus affecté les modalités relationnelles entre les individus des deux sexes et les processus de séduction.

2Poursuivant l’enquête commencée en 2004 avec l’ouvrage Le cœur Net. Célibat et amours sur le Web publié chez Belin, l’auteur s’intéresse tout particulièrement à la recomposition de l’univers amoureux, aux rites de séduction et aux nouvelles formes de sexualité rendues possibles par les outils technologiques innovants que sont les sites de rencontre spécialisés, les clavardages et les réseaux socionumériques dans leur ensemble.

3Dans le prélude de son ouvrage, Pascal Lardellier rappelle le contexte dans lequel s’est déroulée sa longue et minutieuse enquête dans les méandres de l’ego-business, du marketing amoureux et du zapping relationnel, ainsi que dans les arcanes de ce qu’il appelle le « Net Sentimental » : « En France, on compte environ 15 millions de célibataires, et la moitié d’entre eux fréquente régulièrement un site de rencontre online. Ils sont donc 7 millions à pratiquer ce que j’appelle les R2AO, Relations Amoureuses Assistées par Ordinateur » (p. 5).

4Au gré des récentes évolutions technologiques, les célibataires dans le monde entier ont pris l’habitude de se connecter quotidiennement — et plusieurs fois par jour — sur des sites de rencontre, plus ou moins spécialisés (par catégories d’âge, par catégories socioprofessionnelles, par affinités culturelles, par appartenances religieuses, etc.). Ces célibataires sont tous, à des degrés divers, adeptes du online dating, de la rencontre virtuelle qui prépare – dans certains cas seulement – une rencontre dans la vraie vie (IRL, pour in the real life en anglais). Avec un regard affûté de sociologue, il écrit fort justement que

le Net est devenu en à peine une décennie un formidable entremetteur technologique, qui produit des dizaines de milliers de rencontres. Chacune est une histoire particulière « entre adultes consentants ». Elle durera quelques heures ou quelques jours, ou pourra ouvrir sur la naissance d’un couple, et même d’enfants (p. 5).

5Le Net a profondément recomposé l’espace du badinage et du marivaudage tel qu’il se pratiquait autrefois dans des lieux symboliques semblant propices à la confidence et au rapprochement des corps (bars, discothèques, etc.). Comme le remarque l’auteur, le mot relation a pris une signification nouvelle à l’ère d’Internet et des médias sociaux. En effet, à notre époque, il définit essentiellement « des conversations écrites entre inconnus, ayant l’amour pour thème ; l’amour mais aussi l’échange d’expériences, […] de fantasmes et de photos, pouvant conduire à la rencontre physique, si le désir et le feeling est là » (p. 6).

6Dans la première partie de l’ouvrage, Lardellier rappelle que les sites de rencontre s’appuient sur une injonction contradictoire : « […] le marketing orienté vers les célibataires […] vante l’indépendance, mais vend le couple comme valeur cardinale et horizon vers lequel tendre, puisque celui-ci est son fonds de commerce » (p. 18). En effet, si l’air du temps et les médias portent au pinacle l’indépendance et la satisfaction personnelle de l’individu, dans le même temps ces célibataires sont contraints, par leur entourage immédiat autant que par la pression sociale, de se conformer au modèle du couple et à celui de la « sacro-sainte famille <PME> (Père, Mère et Enfant) » (p. 19). Le Net sentimental sert de déversoir, de défouloir, d’exutoire, mais aussi de terrain de jeu, d’expérimentation et de lieu de rencontre.

7Si pendant longtemps la rencontre réelle préexistait à l’intimité, depuis quelques années, on peut s’affranchir des identités, des corps, du regard d’autrui, ce juge suprême, et des civilités qui fondaient la sociabilité traditionnelle, pour rencontrer et aimer différemment. Véritable entremetteur technologique, le Net est l’instrument idéal « pour rencontrer, <coucher>, vivre des aventures, tomber amoureux, se mettre en couple » (p. 28). L’auteur rappelle fort à propos que les sites de rencontre ne font que mettre en relation les « solitudes interactives » dont a parlé Dominique Wolton (Penser la communication, Paris, Flammarion : collection Champs essais, 1997). Ces sites sont en définitive des dispositifs « hyper-narcissiques » grâce auxquels on se raconte beaucoup plus qu’on ne se rencontre : « [L]’écran, qui fait opportunément écran, permet de se livrer textuellement et de donner libre cours à l’expression de ce que chacun(e) pense être, rêve d’être, ou voudrait être » (p. 31). Plus que les vecteurs par lesquels transitent les sentiments, les sites de rencontre sont de formidables machines à produire des images mentales, des représentations, des fantasmes.

8Poursuivant son analyse fouillée du Net sentimental, Lardellier voit dans le Web

un espace carnavalesque, où chacun peut parler librement à ceux dont le masque lui plaît. L’anonymat, les jeux de rôles et les stratégies identitaires régissent la présentation de soi. Mais de puissants filtres sociologiques sont à l’œuvre [...]. Malgré l’absence des corps, et en dépit du fait que les états-civils sont momentanément suspendus, les sites de rencontre font que chacun(e) rencontre « des personnes lui ressemblant » (p. 49).

9Dans les réseaux socionumériques circulent principalement des écrits dont la principale fonction est de renforcer les stratifications sociales :

Loin de la chimère donnant à penser que le Net est l’outil d’une nouvelle mixité sociale (certes repérable à la marge), la réalité est celle d’une « endogamie numériquement assistée », ethniquement, religieusement, socialement et professionnellement. Et l’évolution du marché des sites de rencontre va dans ce sens, voyant une hyper-segmentation à l’œuvre (p. 50).

10L’auteur termine la première partie de son ouvrage sur une analyse très éclairante des motivations profondes qui poussent les individus des deux sexes à s’inscrire sur des plateformes technologiques de rencontre : « En résumé et pour conclure : en amour, on a longtemps cherché sa moitié ; désormais sur Internet, c’est plutôt son double que l’on essaye de trouver, par effet miroir. Écran, mon bel écran, quand tu nous tiens… » (p. 50).

11Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Lardellier confronte la multiplication des identités numériques avec l’encouragement et la facilitation de l’adultère par l’intermédiaire des technologies de l’information et de la communication. Si Internet contribue à fabriquer des couples, il est de plus en plus souvent à l’origine d’un nombre important de séparations et de divorces. Il y a là un hiatus significatif qui veut que, dans le même temps, les sites accueillent toujours plus de célibataires alors même qu’ils affirment former un nombre croissant de couples. Une évolution relativement récente se fait jour :

Il y a quelques années, nous étions nombreux à connaître des couples s’étant constitué « en ligne ». Or, bientôt, nous aurons tous dans nos relations des amis s’étant séparés à cause des possibilités qu’offre le Net d’être à la fois « engagé » (en couple), et actif sur le marché de la rencontre sentimentale et sexuelle (p. 64).

12Les sites de rencontre permettent à celles et ceux qui caressent le désir de tromper leur conjoint ou leur conjointe de passer de l’amateurisme au professionnalisme. Si les nouvelles technologies facilitent les rencontres, elles multiplient les chances de se faire prendre sur le fait :

Ces TIC pleines de « mouchards » sont autant de mines dormantes pour les couples. Tout cela « big-brotherise » notre rapport aux autres. Pour celles et ceux qui n’ont pas intégré ce virage panoptique de la vie domestique, la sanction peut se révéler immédiate et cruelle (p. 69).

13En Grande-Bretagne, il n’est d’ailleurs pas innocent qu’une procédure de divorce sur cinq invoque plus ou moins directement Facebook et d’autres réseaux socionumériques.

14Lardellier met au jour l’hypocrisie constitutive de certaines plateformes spécialisées dans l’adultère et les relations extraconjugales : « [D]es sites spécialisés fournissent faux alibis et <vrais> justificatifs (invitations à des colloques, convocations à des séminaires, notes d’hôtels et de frais…) à celles et ceux tentés par la <bagatelle clandestine> » (p. 71).

15La quatrième partie de l’ouvrage embrasse la marchandisation des jeux de l’amour et la transformation du Net sentimental en espace non plus propice à la polygamie, mais à l’expérimentation sans fin de nouvelles formes de conjugalité et de sexualité. Derrière le marketing amoureux et le libéralisme relationnel se cache « une nouvelle indépendance pour des <partenaires amoureux> déliés des engagements et de toutes les convenances qui, auparavant, cimentaient le couple, pour le meilleur et pour le pire » (p. 124). Ainsi s’invente un nouvel « art d’aimer » dégagé des exigences de la fidélité des corps, libéré de la vision à long terme et des contingences matérielles inséparables de la vie à deux : c’est le phénomène des sex (ou fucking) friends dont les médias ont fait leurs choux gras et dont le cinéma s’est très vite emparé. Cette évolution sociologique notable marque donc l’avènement du polygaming et du multidating qui consistent « à <sortir> avec plusieurs personnes en même temps, en prenant ce qu’on aime chez l’un, ce qu’on adore chez l’autre, en laissant le reste de côté. Des relations naviguant entre épicurisme, éclectisme, […] consommation et zapping » (p. 128).

16Dans la conclusion, Lardellier souligne un paradoxe : « […] il semblerait que la solitude n’ait jamais été ressentie avec autant d’acuité qu’à une époque proposant une offre relationnelle incroyable, et qui a fait de la communication une vertu cardinale » (p. 143). La rencontre amoureuse est devenue un marché à part entière, qui vend des fantasmes et l’espoir d’une vie à deux, de nouveau, pour tous les naufragés de l’amour, pour tous les accidentés de la séduction et les laissés-pour-compte de la romance qui ne se rencontre que dans le cinéma hollywoodien.

17Au terme de cette enquête passionnante et solidement documentée, il apparaît que le Net sentimental n’est qu’un jalon supplémentaire d’une « histoire des rapports amoureux, jamais terminée, [qui] continue de s’écrire », inventant au passage des modalités relationnelles inédites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Pascal LARDELLIER (2012), Les réseaux du cœur. Sexe, amour et séduction sur Internet », Communication [En ligne], Vol. 32/1 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/4601

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Alexandre Eyries est membre du Laboratoire I3M, à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Courriel : alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org