Navigation – Plan du site
Lectures

Geneviève VIDAL (dir.) (2012), La sociologie des usages. Continuités et transformations

Cachan, Lavoisier/Hermès Sciences
Lionel Detry

Texte intégral

1Dans cet ouvrage dirigé par Geneviève Vidal, les auteurs font le point sur la sociologie des usages en soulignant les apports et les faiblesses de ce champ d’études ainsi que les promesses d’avenir pour celui-ci. Les articles ont été rassemblés en trois parties. Plutôt que de présenter chacun d’eux, je propose d’en synthétiser les éléments saillants qui permettent une lecture transversale de l’ouvrage.

2Née au début des années 1980, la sociologie des usages s’est forgée autour d’études d’usage des nouvelles technologies de l’époque. Ces recherches empiriques, soutenues par l’industrie des télécommunications, ont permis l’émergence d’un nouvel usager actif, loin du récepteur soumis aux messages des médias de masse. Outre cette vision de l’usager créatif (héritage du travail de Certeau [1980]), le champ se rassemble derrière l’idée d’appropriation des technologies de l’information et de la communication dans le quotidien des usagers. Cette posture sociotechnique rejette le déterminisme technique en faveur d’un enchevêtrement des facteurs techniques et sociaux. L’appropriation est d’ailleurs présentée ici comme une approche particulière de la sociologie des usages et comme celle qui est la plus précisément centrée sur l’usage (George). Les recherches touchant l’appropriation d’une technologie mettent l’accent sur la mise en usage et sur la signification que celle-ci revêt pour l’utilisateur. Contextualisé dans le quotidien, l’usage permet ainsi d’interpréter l’importance qu’a la technique pour l’individu et de mieux observer, in situ, comment les relations entre société et technique s’actualisent. Si cette micro-sociologie est notamment utile pour comprendre les détournements des utilisateurs, les auteurs s’accordent sur l’importance de prendre parfois du recul par rapport à la dimension macro des usages. En effet, des variables économiques et politiques jouent un rôle considérable dans la détermination des usages possibles. C’est, par exemple, le cas du minitel qui a bénéficié d’un soutien important de l’État français ou de l’offre de téléphonie mobile qui structure en partie l’usage du téléphone chez les jeunes (Paquienséguy). Il ne faut pas non plus négliger les inégalités des usagers devant les dispositifs numériques. Il existe des habitus qui structurent différemment le rapport à l’objet et au monde (George). Cette optique d’ouverture du cadre à une sociopolitique des usages avait été proposée par Vitalis (1994). Elle se retrouve, entre autres, dans l’article de Massit-Follea au sujet de la régulation d’Internet par le politique, un problème qui met en tension l’innovation et le principe de précaution.

3La matérialité de l’objet a parfois été trop mise de côté par la sociologie des usages, sauf par les partisans de l’ethnométhodologie qui interrogent l’usage à partir de la manipulation concrète des objets. Pour réintroduire cette source d’affordances et de contraintes, Latzko-Toth et Millerand proposent de s’inspirer du travail des STS (science & technology studies) qui interrogent les modalités concrètes de l’action en contexte. Cette ouverture dans le dialogue avec les STS est également possible par l’intermédiaire du concept d’appropriation. En effet, malgré l’emploi d’autres termes, la même idée y est défendue par les concepts de flexibilité interprétative ou de co-construction. Les recherches en cultural studies sur la domestication des technologies(Silverstone, Hirsch et Morley, 1992) sont également très proches de ces concepts. En ce qui a trait à la méthodologie, Carré propose de s’inspirer de Denis (2009) et de partir de l’action plutôt que de la technologie pour étudier l’usage. Dans sa discussion du concept d’interactivité, Papilloud constate aussi que la description technique n’est pas suffisante pour en comprendre la signification. Il propose de partir de la tâche à réaliser : quel est l’objectif de l’utilisateur et quel est le rôle de la technique pour atteindre celui-ci ?

4La définition de l’usage traverse tout l’ouvrage. Paquienséguy propose ainsi de continuer à l’explorer à la place de la figure de l’usager. À l’heure d’Internet, alors que l’usager endosse différents statuts et rôles distincts, la notion d’usage permet justement de traiter ces postures diverses et complexes. Vidal formule une autre idée de définition et d’approche de l’usager. Plutôt que d’axer la recherche sur l’autonomie de l’usager (parfois trop exagérée selon George), elle propose d’avoir recours au concept de renoncement négocié. Pris dans un dispositif créé par l’industrie, l’usager accepte sa soumission et en prend conscience tout en négociant les frontières de celle-ci. Autrement dit, il délaisse une part de liberté pour agir à sa guise sur le dispositif de son choix.

5Cet ouvrage se pose en référence pour les chercheurs qui s’intéressent aux usages des technologies. Au-delà des différents points de vue sur la sociologie des usages et son avenir, il a le mérite de rassembler, en un ouvrage unique, des réflexions théoriques et méthodologiques importantes. Il sera également d’une grande aide aux étudiants souhaitant repérer les articles clés (cités plusieurs fois tout au long de l’ouvrage) qui leur permettront de poursuivre l’investigation de ce champ de recherche. 

Haut de page

Bibliographie

DE CERTEAU, Michel (1980), L’invention du quotidien, tome 1 : Arts de faire, Paris, Union générale d’éditions.

DENIS, Jérôme (2009), Une autre sociologie des usages ? Pistes et postures pour l’étude des chaînes sociotechniques, Paris, Fondation Maison des sciences de l’homme.

SILVERSTONE, Roger, Eric HIRSCH et David MORLEY (dir.) (1992), Consuming Technologies : Media and Information in Domestic Spaces, Londres, Routledge.

VITALIS, André (dir.) (1994), Médias et nouvelles technologies. Pour une socio-politique des usages, Rennes, Éditions Apogée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Detry, « Geneviève VIDAL (dir.) (2012), La sociologie des usages. Continuités et transformations », Communication [En ligne], Vol. 32/1 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/4604

Haut de page

Auteur

Lionel Detry

Lionel Detry est doctorant et membre du Groupe de recherche en médiation des savoirs (GReMS), à l’Université catholique de Louvain. Courriel : lionel.detry@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org