Navigation – Plan du site
Articles

« Crétins internationaux », « rancis de la Guerre froide » et autres suicidés

Retour sur un corpus polémique
Claire Oger
p. 11-43

Résumés

Cet article propose une lecture de l’émergence de la violence verbale — sous la forme de l’invective — à l’occasion du déploiement de polémiques entre intellectuels dans la presse écrite. On tentera dans un premier temps de dégager les inflexions du chemin qui mène graduellement et presque insensiblement de l’argument à l’injure, puis on montrera comment cette transformation se soutient d’un dispositif de mise en scène de l’adversaire dans le discours. Enfin, à la lumière de ce double parcours dans le corpus, on tentera de proposer quelques hypothèses et de les situer par rapport aux concepts développés par d’autres chercheurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À la suite d’E. Larguèche (1983 : 6), nous ne reprendrons pas la distinction qu’elle mentionne en i (...)

1Le temps est loin, en apparence, où les Léon Bloy, les Rebatet ou les Céline, ne reculant devant aucune des « figures de l’agression », ensevelissaient leurs adversaires sous des chapelets d’invectives scatologiques (Angenot, 1995 : 235-273). Pourtant, sous des formes à peine euphémisées, la pratique de l’injure subsiste, émaillant nombre de polémiques d’attaques personnelles, de sous-entendus insultants1, de qualifications dégradantes.

2Nul besoin pour cela de fréquenter de confidentiels pamphlets dont se délecteraient quelques extrémistes, ni même de s’adresser à Jean-Marie Le Pen, dont on sait le talent pour les équivoques et les formes d’humour les plus douteuses (Bonnafous, 2001). Nul besoin non plus de convoquer les excès d’une presse satirique qui ferait de la provocation son fonds de commerce.

3Des journaux comme Le Monde, et dans une moindre mesure des revues comme Esprit ou Le Monde des débats, ont pu ces dernières années servir de tribune à des intellectuels qui se décernent réciproquement des prix de crétinerie ou des titres de « cire-bottes », à moins qu’ils n’adressent des condoléances faussement navrées à l’intelligence défunte de leur adversaire.

4De telles publications, qui sont censées alimenter une saine confrontation des points de vue, constitutive de la démocratie, fournissent ainsi un cadre légitimant l’émergence de la violence verbale, rendant à cette occasion quasiment invisible la frontière entre le débat et le combat, entre l’argumentation et l’attaque personnelle.

  • 2 Nous avons rassemblé en annexe les références du corpus.

5L’une des polémiques que nous avons choisi d’étudier est encore dans les mémoires : elle s’est développée autour de la prise de position critique de Régis Debray à propos de l’intervention au Kosovo en 1999. Nous l’étudierons principalement telle qu’elle s’est déployée dans les pages « Horizons » du Monde2. Plus récemment, les réactions à un article de Jean Baudrillard qui méditait sur les attentats du 11 septembre 2001 nous fourniront quelques exemples.

6Nus nous référerons également aux démêlés particulièrement houleux de J. Benveniste avec la communauté scientifique, qui sont bien loin de ces empoignades récentes sur fond de politique internationale : fort de ses expériences sur la dégranulation des basophiles, ce scientifique de renom avait cru pouvoir annoncer des résultats révolutionnaires, publiés dans la revue Nature, puis popularisés par des articles de vulgarisation sur la « mémoire de l’eau ». Accueillies d’abord avec scepticisme, ses prétentions ont très vite été rejetées avec la dernière violence par une très large majorité de la communauté scientifique, avant que ne pleuvent les accusations d’aveuglement coupable, de falsification, de délire…

7Enfin, nous évoquerons également quelques articles empruntés à des revues comme Le Monde diplomatique, Esprit ou Le Monde des débats qui nous fourniront des exemples ponctuels des procédés évoqués.

8Nous proposons dans un premier temps de discerner comment s’opère — parfois insensiblement — le passage de l’argumentation à l’injure, puis d’examiner la manière dont l’adversaire est mis en scène dans le discours. Ces deux premières parties privilégieront une approche descriptive, permettant, par la citation de nombreux extraits, un accès au corpus étudié. Nous examinerons ensuite les hypothèses qui peuvent être formulées à l’issue de ce double parcours dans le corpus, en tentant de les situer par rapport aux concepts et aux catégories des travaux de recherche cités au fil de l’analyse.

Investir le discours

Du dialogisme à la subversion

  • 3 Bon nombre des citations relevées ici pourraient être analysées sous cet angle : l’expression « tra (...)

9Sur le chemin qui mène de l’argumentation à l’injure, la première étape nous semble constituée par le recours à un procédé largement répertorié, par lequel le locuteur construit dans son propre discours une caricature du discours adverse. La variante la plus banale s’appuie sur la « stratégie de l’amalgame » qui permet de faire apparaître le discours de l’autre dans des « fenêtres guillemetées » (Mouillaud et Tétu, 1991 : 140-141). Un bref commentaire suffit alors à créer un effet de dérision3 :

Voilà Baudrillard philosophe du « modèle terroriste » [sic] (Baudrillard/Minc).

Dans ce contexte, même « pardonner les tueries » (expression de l’auteur) a un sens (Baudrillard/Huber).

10L’effet de cette ressource peut être intensifié au profit d’une reconstruction du discours adverse entièrement fictive, tel le scénario de la politique américaine vu par Régis Debray :

Pour vendre une guerre à l’opinion, […] la Maison Blanche doit […] d’abord raconter une bonne histoire. Un film d’action moderne […] : l’indigène, fugitive apparition, se limitant à la couleur locale, comme le couple de Français apeurés dans le Soldat Ryan, ou les Mexicains huileux chez John Ford. « Good guy », résolu mais n’échappant pas aux états d’âme […] contre « bad guy », œil torve et groin de cochon. Psychopathe, pervers, nationaliste buté. […]

Côté Docteur Nô, planqués dans leurs bunkers, les barbares et les dictateurs. […]

  • 4 Harold Pinter proposait dans le Guardian la version suivante : « La politique américaine se définit (...)

Gros bras contre coupe-jarret, c’était pourtant un script honorable (Kosovo/RD 1)4.

  • 5 « Le plus souvent, chez le pamphlétaire, elle impute à l’adversaire des propos que jamais il ne tie (...)

11Mais le procédé trouve toute sa force polémique dans le recours à la « sermocination », « discours direct fictif par lequel on fait parler quelqu’un, en particulier son adversaire »5.

[Régis Debray] dit [à J. Chirac], en substance : Vous avez, d’un côté, les témoignages de centaines et de centaines de médecins, humanitaires, […] journalistes ; vous avez la presse du monde entier, qui accumule, depuis dix ans, les preuves […]. Eh bien ! tout ce beau monde vous bourre le mou ; j’ai moi, petit Régis, parlé à deux observateurs qui ne sont « pas des bleus » ; j’ai vu une poignée de soldats serbes « monter la garde devant une boulangerie albanaise » (Kosovo/BHL).

Les Occidentaux s’acharnent sur quiconque ne leur obéit pas au doigt et à l’œil. Il ne fait pas bon être petit et faible, par les temps qui courent, car on va « s’ingérer » chez vous, vous allez voir comme ! (Kosovo/Badiou)

  • 6 Ces « discordances stylistiques » sont également relevées par Marc Angenot (1995 : 252).

12Comme on l’aura remarqué, ce simulacre de discours adverse est parsemé d’indices dévalorisants (termes familiers, lieux communs, etc.)6.

Pour Baudrillard, le monde est un alibi ; les terroristes et nous vivons réellement sur une scène primitive binaire, où l’Autre et le système remplacent papa, maman (Baudrillard/Huber).

On va mesurer jusqu’à quel point on peut humilier les Russes, et aussi, tant qu’à faire, les Chinois. Et puis en fin de « crise », comme au bon vieux temps, c’est avec ces mêmes Russes qu’on délibérera et qu’on réglera la question (Kosovo/Badiou).

On distingue assez bien le tréfonds de l’argumentaire mi-libéral mi-poujadiste qui nourrit ces hurlements : l’Ena, ma chère, c’est l’auto-reproduction de la noblesse d’État ! Savez-vous qu’on y accède exclusivement par la faveur de la reproduction bourdivine, qu’on y cultive l’arrogance en serre avant de se répartir les postes à fric et à cocarde, qu’on y apprend exclusivement le pantouflage juteux et l’art de mépriser le bon peuple ? Au bout du compte de ses méfaits, la « brève de comptoir » tombe comme un couperet de guillotine, avec toute l’assurance niaiseuse du populisme commode : oui mon p’tit pote, tout ça c’est mafia et compagnie ; y s’valent tous, mais ces mecs-là (où sont passées les filles ?) sont les rois (Divers/Rioux).

13Dans la même veine, on s’empresse parfois d’attribuer ainsi à l’adversaire des propos injurieux, forgés de toutes pièces. Simulant un climat de violence, ce dialogisme fictif légitime par avance les excès de langage auxquels pourra se livrer le locuteur, qui se présente en situation de légitime défense.

C’est devenu un cri presque unanime, une sorte de sport national, un réflexe conditionné dont profite, tout heureux, le lepénisme ambiant : honte à l’Ena, la pelée, la galeuse ! Laissons-la au piquet, la vieille chienne, quelque part entre Paris et Strasbourg (Divers/Rioux).

[Selon Benveniste,] les biologistes du monde entier abusent les politiques. Tous coquins et crétins (Benveniste/Ghazi).

  • 7 Souvent le procédé radicalise le discours adverse (Gauthier, 1995 : 178) : « L’anti-humanisme, qu’o (...)

14Cette production d’un simulacre de discours adverse nous semble une des formes privilégiées de ce que Gilles Gauthier appelle l’argument de « l’homme de paille », qui « consiste à réduire la position adverse à sa version la plus faible et donc la plus contestable7 ».

  • 8 « Dans la communication politique, l’argument de culpabilité par association consiste souvent à ass (...)

15À travers la mention du « lepénisme ambiant », l’un des derniers extraits cités combine l’argument de l’homme de paille avec une autre forme de l’argument ad hominem : la « culpabilité par association » dont « l’objectif est de discréditer l’adversaire en le rendant en quelque sorte responsable d’une action supposément répréhensible commise par une autre personne8 ». Le recours à ce procédé constitue le pivot d’une deuxième étape, qui ne concerne pas seulement le discours de l’autre, mais son comportement.

De l’argument ad hominem à l’injure spécifique

  • 9 À la différence de la « stratégie de l’amalgame » citée plus haut (qui renvoie au dispositif énonci (...)

16Le recours à l’analogie permet en effet de jeter, par un nouvel amalgame9, le discrédit sur l’adversaire. La plupart du temps, ces associations s’organisent autour de quelques figures hautement répulsives : collaborateurs et historiens révisionnistes par exemple.

Il faut se souvenir qu’on a tenu le même discours à propos de Hitler (Baudrillard/Huber).

Debray n’est pas Drieu. Ni Belgrade, Berlin. Mais enfin… d’une certaine façon, nous y sommes (Kosovo/BHL).

Le ralliement de Debray aux thèses révisionnistes va très loin (Kosovo/Joxe).

Certains historiens révisionnistes ont commencé à utiliser, ailleurs, ce procédé (Benveniste/Ghazi).

17Plus généralement, le jeu de métaphores et des métonymies permet de dessiner des ressemblances entre l’adversaire et toutes les figures caractéristiques d’une oppression supposée indiscutable. Celles-ci se répartissent autour de points de condensation qui se prêtent à des effets de polarisation : traité de gourou ou de shaman, tel protagoniste figurera volontiers ses adversaires en inquisiteurs et déclarera faire l’objet d’un procès en sorcellerie.

Avec Debray, nous quittons le thème de l’aliénation pour entrer dans le domaine de la sorcellerie (Kosovo/Bruckner).

  • 10 Ces deux extraits qui concernent Régis Debray ne renvoient pas au même article. Dans l’extrait préc (...)

Ta lettre […] a été versée à charge par les instructeurs d’un procès en sorcellerie (Kosovo/Dhombres 2/Cabanes)10.

Les ayatollahs appellent nos expériences la « percée satanique » (Benveniste/Fottorino 2/Benveniste).

Demain, le premier gourou venu, fort simplement de l’appui d’une rédaction, peut attaquer dans l’esprit du public le crédit attaché à tel ou tel champ scientifique (Benveniste/Ghazi).

  • 11 Nous avons trouvé dans un ouvrage universitaire un exemple de ce double amalgame : le géographe A. (...)

18Dans les polémiques les plus vives, les dérives irrationnelles de l’adversaire se combinent avec un climat de terreur et sont dénoncées conjointement11 :

En réalité, cet escadron de redresseurs de torts a fait régner durant cinq jours dans notre laboratoire un climat de peur et de suspicion constant, de pression psychique et intellectuelle, avec une mise en scène hollywoodienne qui interdisait tout travail scientifique véritable (Benveniste/Benveniste).

  • 12 Sur les deux personnages évoqués ici, voir infra note 25 : on reconnaît James Randi dans le « magic (...)

Quoi qu’il en soit, ce ne fut qu’une véritable comédie scientifique, une parodie d’investigation effectuée par un magicien et par un procureur scientifique travaillant dans le plus pur style des sorcières de Salem ou de l’idéologie maccarthyste ou soviétique (Benveniste/Benveniste)12.

  • 13 Dans la polémique relative à l’intervention au Kosovo, nous n’avons pas relevé les nombreuses référ (...)

19Du procès en sorcellerie à la chasse aux sorcières, le pas est vite franchi en effet. De même que la thématique religieuse alimente les assimilations croisées à l’irrationalisme sectaire et à l’inquisition, la politique a sa figure bifrons avec le communisme : la barbarie des goulags a aussi son envers, celle de l’impérialisme13.

Un véritable goulag scientifique, je n’exagère pas, est en train de se mettre en place (Benveniste/Benveniste).

Pas de conquistador sans curé apportant la vraie foi, ni de colonial sans importation à coups de fouet, chez les cannibales, de la civilisation avancée, ni de parachutiste tortionnaire sans argumentaire occidental contre la subversion communiste (Kosovo/Badiou).

  • 14 Ainsi par exemple l’OTAN a-t-elle pu figurer comme bourreau de la population serbe (lors des bombar (...)
  • 15 L’injure spécifique, qui prétend rendre compte de la spécificité de l’injurié, repose sur des relat (...)

20Quoi qu’il en soit, une fois que l’adversaire a revêtu la défroque du bourreau14, la voie est libre pour ce qu’É. Larguèche appelle l’injure spécifique15.

« C’est fini », dit l’un. « Adieu » dit l’autre. Les bourreaux ne sont pas loquaces devant la fosse commune (Kosovo/Dhombres 2/Cabanes).

Voilà que surgissent les profiteurs du courage, les charognards de l’audace (Kosovo/Delacomptée).

Disposer du corps

Du marquage axiologique à la caricature express

  • 16 Le concept d’injure non spécifique (Larguèche, 1983 : 96-114) renvoie notamment aux « mots d’injure (...)

21Parfois un cheminement parallèle emprunte des voies plus sournoises, qui mènent de la disqualification des propos de l’adversaire à la forme, plus brutale encore, de « l’injure non spécifique » et du « mot d’injure »16.

22Les premières traces en sont perceptibles dans le recours au « marquage axiologique » (Angenot, 1995 : 131-136) sous sa forme la plus élémentaire : l’adversaire est un « mauvais » journaliste, un « mauvais » étudiant (voire un « mauvais » gaulliste !), un pseudo-chercheur, et même un imposteur :

[Il] se retrouve dans la situation grotesque d’un mauvais reporter qui s’est fait manipuler par le système du mensonge serbe, avec en plus une tentative avortée pour nous faire croire qu’il est naïf et honnête (Kosovo/Joxe).

Une telle accumulation d’erreurs élémentaires — on parle ici d’un point de vue strictement professionnel, du minimum exigible d’un élève de première année en école de journalisme […] — est une catastrophe (Kosovo/RD 3/Georges).

En voilà une manière de traiter le problème de la dictature ! Un étudiant de première année de Sciences Po serait plus prudent (Kosovo/Joxe).

RD tente de situer ce dialogue sous l’égide de De Gaulle. Mais son gaullisme est de pacotille (Kosovo/Joxe).

On en a la démonstration éclatante avec cet spécimen exemplaire de recherche sur un faux objet entièrement préconstruit par le sens commun politico-médiatique du moment, puis « vérifié » par des données glanées au fil de reportages d’hebdomadaires, de sondages d’opinion et de publications officielles, mais dûment « authentifiées » (aux yeux du lecteur novice) par quelques rapides visites dans les quartiers incriminés (au sens littéral du terme) qu’est [cet] ouvrage […]. On trouve ici réunis tous les ingrédients de la simili-science politique dont raffolent les technocrates de cabinets ministériels […] : un sondage qui ne mesure pas grand-chose de plus que l’activité de l’institut qui le produit, et une série de fausses alternatives répondant à une logique d’intervention bureaucratique… (Divers/Wacquant).

Quant au discours de M. Benveniste, il est, à première vue, à la physique, ce que la mathématique de Lacan était aux mathématiques tout court (Benveniste/Ghazi).

23Dans le cas des polémiques qui nous intéressent, l’intérêt d’une telle (dis)qualification est qu’elle concerne un intellectuel ou un scientifique : on rappelle volontiers la position éminente de l’adversaire dans le champ intellectuel, en soulignant avec toutes les variantes possibles (de la feinte admiration au sarcasme) le caractère impardonnable de son faux pas :

[Cette apologie du terrorisme] vient d’un intellectuel en majesté, un de ces penseurs dont la classe médiatique ne prononce le nom qu’avec respect… (Baudrillard/Minc).

Ce qui est grave et ne passe pas, c’est l’hallucinante naïveté de ce maître médiologue, expert en soupçon et en pensée critique… (Kosovo/BHL).

Je puis bien comprendre ce changement de discours de la part d’un citoyen abreuvé de promesses non tenues […]. Je suis plus perplexe quand cela vient d’un authentique et excellent scientifique (Benveniste/A. Kahn).

A-t-on vu nos dignitaires de l’éthique journalistique proposer le bombardement immédiat de Zagreb ? (Kosovo/Badiou)

Notre philosophe a décidé d’adopter la posture, si traditionnelle en France, du grand intellectuel prophète de l’événement, garant de sa légitimité et naturellement caution de la révolution en marche (Baudrillard/Minc).

24Le manquement aux règles les plus élémentaires de l’esprit critique ne fait pas seulement de l’adversaire un mauvais journaliste ou un mauvais étudiant, il en fait l’envers d’un intellectuel, un idiot ou un fou :

Régis Debray déraille et c’est pitié (Kosovo/Joxe).

Pour faire parler de lui, il gonfle le groupe des « crétins internationaux », très bien défini par S. Rushdie (Kosovo/Joxe).

Dans la lutte pour le titre chaudement disputé de crétin international de l’année, deux poids lourds se détachent du lot. L’un est l’écrivain Peter Handke qui a stupéfié […] par une série d’apologies passionnées du régime génocidaire de Slobodan Milosevic. […] Son rival actuel dans la folie de niveau planétaire est la star de cinéma Charlton Heston. […] Heston considère que l’Amérique devrait armer ses professeurs (Kosovo/Rushdie).

Handke se fait « le compagnon de route, à moitié fou et cynique, du mal » (Kosovo/Rushdie).

  • 17 Alexandre Ghazi ajoute que comme, très rarement, il peut aussi s’agir d’un génie, on doit redouter (...)

Un homme qui prétend avoir raison contre tous est souvent un malade mental (Benveniste/Ghazi)17.

25Ou bien encore, venant d’un intellectuel ou d’un scientifique renommé, les déficiences du propos font peser sur l’auteur le soupçon de mauvaise foi. Défaut de cohérence vaut donc escroquerie.

  • 18 Nous relevons ici un exemple de « l’argument du tartuffe », qui constitue selon Gilles Gauthier l’u (...)

C’est, me semble-t-il, de la pure tartuferie. Régis Debray n’est ni si ignorant, ni si naïf (Kosovo/Joxe)18.

M. Benveniste […] en badigeonnant son propos de vernis scientifique, se pare de la caution de la science. […] Il y a là plus qu’une perversion : une véritable escroquerie intellectuelle (Benveniste/Ghazi).

  • 19 Sur les mots d’injure et les jurons comme substituts d’objets, voir Larguèche (1983 : 102-103 et 10 (...)

26Crétin ou escroc : l’injure non spécifique est là dans son élémentaire simplicité, projectile verbal19lancé contre l’adversaire.

Mise à mort

27Dès lors, c’est le corps de l’adversaire que l’on représente volontiers, dans une mise en scène dévalorisante : une métaphore transforme parfois les intéressés en gloutons, capables de s’abreuver aux sources les plus suspectes, coupables d’une infantile gourmandise :

On voit [R. Debray] gober sous nos yeux les plus énormes bobards de la propagande serbe — avec toutes proportions gardées, l’appétit de ceux de nos aînés qui faisaient, dans les années 30, le voyage de Berlin ou Moscou (Kosovo/BHL).

C’est jusqu’au dernier Serbe […] que nos « penseurs » assouviront dans la presse distinguée leur soif humanitaire (Kosovo/Badiou).

Nos cire-bottes impériaux à qui il faut quotidiennement une bonne ration télévisuelle de malheur kosovar… (Kosovo/Badiou).

  • 20 Loïc Wacquant accuse « les chercheurs les plus accordés à la problématique médiatico-intellectuelle (...)

28Le sens de cette goinfrerie est sans doute que l’adversaire-crétin y abdique le discernement emblématique de la fonction d’intellectuel20 : d’autres mises en scène du corps le suggèrent : ainsi, à Régis Debray, qui dénonce une « Europe somnambule » (Kosovo/RD 1), Pascal Bruckner rétorque qu’il « fait de nous des ventriloques » (Kosovo/Bruckner).

29Ainsi, à la figure de l’adversaire-escroc on substitue volontiers celle du magicien, dont la supercherie, sans nuisances dans le monde du spectacle, n’est guère tolérable dans l’univers du savoir :

Le tour de bonneteau devient de plus en plus osé. […] Tout à son désir d’escamotage, il fait, dans un autre tour de magie, disparaître le débat sur l’islam (Baudrillard/Minc).

Prestidigitateur, Fukuyama fait disparaître d’un coup de baguette toute la construction qu’il avait échafaudée. […] Il chante à pleins poumons un hymne à la science (Divers/Touraine).

  • 21 Dans le cas de Jacques Benveniste, l’accusation est d’ailleurs à prendre au premier degré puisque l (...)

Chaque soir le magicien du bateau Métamorphosis près de chez moi vous donne une ficelle à couper. Après un tour de passe-passe, la ficelle est de nouveau entière. […] C’est pareil avec Benveniste (Benveniste/Fottorino 2/
Charpak)21.

  • 22 Comme les « portraits et ethopées » évoqués par Marc Angenot (1995 : 315-317), qui cite néanmoins q (...)

30La mise en scène du corps de l’autre se déploie beaucoup plus largement, et les attitudes corporelles figurées dans le discours relèvent moins du portrait que de la « caricature express »22, qui isole le fragment d’une expression, d’une attitude, d’un vêtement, ou qui fige le corps dans une posture imaginaire, si possible grotesque :

[…] au-delà de la dimension ludique, sa posture est pitoyable (Baudrillard/Minc).

L’essentiel, c’est la pose anti-impérialiste (Kosovo/Bruckner).

[…] ceux qui se sont fait une seyante chasuble de cette tragédie (Kosovo/J.-F. Kahn).

Nous fournissons le plus considérable contingent de plumitifs cire-bottes de ladite expédition. On n’aura sans doute pas vu, depuis la guerre de 14-18, autant de gens en pantoufles exhorter les bombardiers et les grenadiers à faire régner l’ordre moral chez les barbares balkaniques (Kosovo/Badiou).

Peu importe que Charlton Heston, avec son visage aussi subtilement expressif que le mont Rushmore, ait aidé des millions de cinéphiles à tirer quelques heures de somme tranquille dans les salles obscures (Kosovo/Rushdie).

Régis Debray a eu, autrefois, du courage et du talent. Le sens du geste et celui de la phrase. […] Depuis quelques années déjà les choses s’étaient compliquées. Des poussées récurrentes de fièvre chevènementiste. Des appels, un peu ridicules, au retour des blouses grises dans les écoles et des coups de menton nationalistes qui ne lui ressemblaient pas. […] Des anathèmes de curé boudeur contre mai 68 et son héritage. Bref, un côté serial writer tirant sur tout ce qui bouge dans les parages de l’esprit moderne… (Kosovo/BHL).

31Dès lors le simulacre d’adversaire peut être utilisé comme un pantin, se prêtant à des postures diverses, dans lesquelles se lisent parfois l’humiliation du perdant, celle du lâche ou celle du condamné :

Très bientôt tu vas te ramasser une veste dont tu sortiras tout nu jusqu’à la fin de tes jours (Benveniste/Fottorino 2/M.-F. Kahn).

Ce que votre enquête […] ne montre pas, c’est le poids du silence amusé de nombreux collègues, plus redoutable encore que la dérision violente ou la haine exprimées par une minorité. […] S’il était démontré que Jacques Benveniste a raison, ceux-là sortiraient de dessous leur paillasse pour déclarer qu’ils s’en doutaient, et applaudir au génie de l’ex-hérétique (Benveniste/Courrier/Testart).

G. Charpak se déclare prêt à examiner les expériences de Benveniste « si M. Benveniste veut bien mettre sa tête sur le billot, c’est-à-dire consentir à les effectuer dans des conditions de contrôle satisfaisantes » (Benveniste/Fottorino 2/Charpak).

  • 23 Pour Marc Angenot, « l’injure se ramène en général à deux domaines de prédilection […] : celui de l (...)

32Nombre de passages enfin nous semblent reprendre sous des formes allusives euphémisées des registres largement exploités jadis par la littérature pamphlétaire : si les injures sexuelles, scatologiques ou les assimilations animales23semblent avoir disparu, elles affleurent dans les polémiques contemporaines, perceptibles et comme tangibles sous l’allusion :

Pour toute cette gauche […], [l’Amérique] représente le chancre lové dans nos têtes et dans nos cœurs et qu’il faut extirper à tout prix (Kosovo/Bruckner).

Certains restent comme le peuple serbe « captifs d’un passé qui ne passe pas. Ce sont des kystes de l’Histoire » (Kosovo/Delacomptée).

Pour ces rancis de la guerre froide […], Satan parle anglais et paye en dollars (Kosovo/Bruckner).

  • 24 « La boue est une litote de la merde » (Angenot, 1995 : 269).

[Le Monde] se permettait […] de nous noyer dans la fange glauque et nauséabonde des benvenisteries24 (Benveniste/Courrier/Mayaux).

  • 25 « Benvenisteries », « benvénitesques » : les néologismes ou jeux de mots sur les noms propres sont (...)

L[a] dernière éruption benvénitesque25 [des journalistes du Monde] est un chef d’œuvre dans le genre horrible (Benveniste/Courrier/Job).

  • 26 Telle était la réponse de Marcel-Francis Kahn à Jacques Benveniste qui déclarait avoir réalisé 150 (...)

Neuf grossesses d’un mois ne représentent pas une grossesse à terme26 (Benveniste/Fottorino 2/M.-F. Kahn).

  • 27 Telle était la réponse de Marcel-Francis Kahn à Jacques Benveniste qui déclarait avoir réalisé 150 (...)

33Tout l’art réside désormais dans un usage doublement indirect de ces procédés : d’une part, on substitue à une mention directe et explicite une image plus allusive, d’autre part et surtout, on en attribue la responsabilité à l’adversaire par le procédé de reconstruction fictive de son discours que nous avons évoqué plus haut27 :

[L’Ena] est à vrai dire le bouc émissaire idéal. […] On tient mordicus qu’elle était prédestinée à devenir ce virus omniprésent entretenant la fusion indistincte de toutes nos élites, le chien de garde du « mal français », la mouche du coche de la pagaille tatillonne, la fausse couche de la politique moderne et franche. Sont donc mises tacitement à l’abri des aboiements de la meute toutes les autres élites non énarchiques (Divers/Rioux).

  • 28 Telle était la réponse de Marcel-Francis Kahn à Jacques Benveniste qui déclarait avoir réalisé 150 (...)

34En dépit de ce double détournement, les protagonistes de ces polémiques évoquent bien souvent les péripéties de la polémique comme une mise à mort sociale28.

Ils ont essayé de me crucifier. À titre individuel, ils vont perdre la face (Benveniste/Fottorino 2/Benveniste).

Tout s’est passé comme si l’on avait fait sortir l’alouette du champ de blé pour mieux la tirer (Benveniste/Benveniste).

35Là encore, il est rare que le meurtre, même métaphorique, même traité sur mode la dérision, soit assumé comme tel et nous n’en avons trouvé qu’un seul exemple, d’ailleurs euphémistique.

Traité de « monstre » par Alain Finkelkraut… […] [P. Handke] mérite d’être « fini », comme l’a succinctement déclaré Susan Sontag. […] [Charlton Heston] mérite d’être « fini » lui aussi (Kosovo/Rushdie).

36La mort de l’autre prend beaucoup plus facilement une forme indirecte, détournée, qui est celle du suicide :

Fukuyama élimine tous ses adversaires d’une épée qui semble invincible. Et quand le champ de bataille est couvert de morts, il se retourne contre lui-même et se suicide intellectuellement au bout d’une tirade enflammée (Divers/Touraine).

Haine des « démocrates » et de l’Europe ? Haine de soi ? Passion de s’aveugler, de décevoir ? Suicide, en direct, d’un intellectuel. Dommage. Adieu Régis (Kosovo/BHL).

37François Jacob, qui accuse Jacques Benveniste de fraude, évoque un scientifique qui abusait le monde en peignant des pattes de crapaud et il ajoute : « Le gars s’est suicidé » (Benveniste/Fottorino 3/Jacob).

38L’actualité récente a fourni de ce meurtre détourné à la fois une illustration et une interprétation : à Baudrillard fasciné par le « suicide » des tours du World Trade Center, répondant « au suicide des avions suicides » (Baudrillard/Baudrillard), le psychanalyste Gérard Huber répond par une interprétation qui se fait rétorsion :

[Baudrillard] a la même attitude vis-à-vis de la scène d’interprétation psychanalytique que le terrorisme vis-à-vis de la modernité. […] Le terrorisme est comme un patient qui se tue sur la scène psychanalytique, pour tuer le système d’interprétation de son psychanalyste, mais n’en continue pas moins de vivre. […] Ce patient fictif voudrait obtenir par l’imagination de sa propre mort, que son psychanalyste se tue. Pour le dire autrement, Baudrillard semble engagé dans une lutte psychique profonde entre le fantasme de se suicider et la volonté que ce soit l’autre qui se suicide (Baudrillard/Huber).

  • 29 La formule, popularisée par une chanson, a connu quelques variantes, comme « Slobo, pends-toi et sa (...)
  • 30 Le mauvais goût de ce suicide imaginaire devrait sans doute être évalué à l’aune des suicides, bien (...)

39Nous proposerons quant à nous pour achever cette lecture un autre rapprochement, en rappelant le cri des opposants à Milosevic, qui refusait de céder le pouvoir : « Suicide-toi29 ». Le rêve de meurtre s’efface devant le fantasme du suicide de l’autre30, comme l’injure tend à se déplacer, sous ses formes les plus outrées, dans le discours de l’autre.

40Ainsi se rejoignent les deux procédés de construction de l’autre dans le discours que nous avons évoqués : le simulacre du discours de l’adversaire et le simulacre de son corps servent une même destitution de l’autre et permettent en même temps de rejeter sur lui l’initiative de la violence.

Retour sur le parcours proposé

41Dans ces conditions, l’injure nous semble se porter mieux qu’on ne le pense communément : si le genre pamphlétaire semble en recul, la plupart des procédés que nous avons relevés en sont directement inspirés. Et depuis l’argumentation, fût-elle polémique, qui s’attaque au discours de l’autre, plusieurs voies d’accès à l’attaque directe de la personne, et à l’injure, sont ouvertes.

42La première de ces voies passe par l’argument ad hominem « circonstanciel » décrit par Gilles Gauthier, la seconde par la disqualification de l’adversaire comme véritable intellectuel : réduit au statut de pantin, figé dans de grotesques postures, il est la cible de ces substituts du négatif que sont les mots d’injure, et même l’objet d’un désir de meurtre inavoué. En ce point précis les deux chemins que nous avons explorés nous semblent se rejoindre.

L’argumentation périphérique

43De la lecture que nous avons proposée du corpus étudié ressort une impression de brouillage des catégories, qui peut être interrogée à partir des analyses proposées par G. Gauthier. Rappelons succinctement dans quel cadre elles s’inscrivent : pour étudier la communication politique, G. Gauthier propose de distinguer trois constituants (1995 : 169 et sqq.) :

  • « l’image », ensemble de traits physiques et psychologiques qui construisent la représentation d’une personnalité politique, produits selon une stratégie de séduction qui s’adresse à l’affectivité des citoyens-électeurs et qui s’appuie sur un « modèle marketing »,

  • « l’argumentation idéologique », qui renvoie au « modèle dialogique », gouvernant un « espace public », où l’argumentation est définie comme échange d’idées et circulation des idéologies,

  • « l’argumentation périphérique », qui se déploie « en marge de » la précédente et qui comprend les arguments qui « ne portent pas sur les enjeux idéologiques de la politique », mais qui ont trait au caractère contradictoire et conflictuel de la communication politique :

l’argumentation périphérique, c’est donc l’ensemble des procédés discursifs de la communication politique qui se rapportent formellement à sa nature polémique.

44Cette argumentation périphérique vise l’homme, la personnalité politique, et l’un des principaux arguments périphériques est bien l’argument ad hominem dont nous avons relevé dans les pages qui précèdent plusieurs exemples. Plus précisément, G. Gauthier distingue trois types d’argument ad hominem (1995 : 177 et sqq.) :

    • 31 Il correspond à l’argument ad hominem de C. Perelman et L. Olbrecht-Tyteca (1992 : 148-153).

    l’argument ad hominem logique qui s’attaque à une contradiction interne du discours31,

    • 32 Il correspond à l’argument ad personam de Perelman.

    l’argument ad hominem circonstanciel, qui dénonce une contradiction entre discours et comportement (ou disqualifie le discours en attaquant le comportement)32 et qui s’adresse donc « indirectement » à la personne,

  • l’argument ad hominem personnel du type : « il est incompétent » (Gauthier, 1995 : 173-176), qui vise « directement » la personne et non son discours.

45Les arguments que nous avons relevés plus haut en adoptant la terminologie de G. Gauthier (le tartuffe, l’homme de paille et la culpabilité par association) relèvent tous trois du type circonstanciel et pointent donc une contradiction entre un discours et un comportement : on comprend dès lors l’effort des polémistes pour investir le discours de l’adversaire tout autant que pour mettre en scène son corps, pour brosser en somme un portrait à charge d’un dire et d’un faire qui sont tous deux visés.

46Si le cœur de l’argumentation polémique qui nous intéresse ici semble bien constitué par l’argument ad hominem circonstanciel, il faut peut-être en chercher la raison dans le fait que les protagonistes des polémiques que nous avons étudiées sont des intellectuels et des scientifiques (nous avons vu dans la deuxième partie l’importance de leur disqualification comme intellectuels — ou scientifiques — dignes de foi).

  • 33 Dans le « miroir brisé » que tendent les journalistes aux intellectuels, on trouve, sous une autre (...)

47En effet, certains motifs décrits s’appliquent particulièrement bien à des individus censés privilégier la lucidité et la pensée critique, ou la connaissance : irrationalité, égarement, fausse naïveté trouvent dans les figures de l’argument ad hominem circonstanciel des formes particulièrement adaptées. Le comportement vient y démentir les prétentions du discours, et plus l’adversaire peut faire valoir son expertise et sa compétence, plus les postures de son corps représenté l’enracinent dans la matière et le figent ainsi dans le grotesque. Esprits supérieurs et grands discours finissent ainsi — par le jeu des métaphores et en dépit des euphémismes — par apparaître comme englués dans les aspects les plus misérables de l’existence charnelle33. C’est peu de dire que leur « image », tout autant que l’efficace de leur discours, en souffre : comme les hommes politiques, auxquels s’intéresse G. Gauthier, les intellectuels et les scientifiques sont censés articuler fonction discursive et fonction sociale, et sommés de rendre des comptes à ce sujet.

  • 34 Nous nous référons ici au concept d’ethos tel qu’il a été proposé par D. Maingueneau : « Le “garant (...)

48Il nous a semblé plus difficile de démêler si les autres procédés mis en évidence relevaient de l’une ou l’autre des catégories proposées par G. Gauthier, tant le portrait proposé de l’adversaire mêle les allusions, les glissements, les transferts du discours à la personne. Ainsi, nombre des procédés analysés dans la deuxième partie seraient probablement répertoriés par G. Gauthier dans l’argument ad hominem « personnel » : mauvais reporter ou escroc, les qualifications semblent s’adresser davantage à la personne qu’à son discours. De même, évoquer, à propos de Charlton Heston, son « visage aussi expressif que le mont Rushmore » tient de la caricature la plus personnelle. Mais les « coups de menton nationalistes » de R. Debray, ou la « seyante chasuble » dans laquelle se sont dignement drapés les adversaires, renvoient plutôt à la corporalité imaginaire de l’ethos de l’énonciateur34 (les coups de menton qu’est supposé donner l’orateur nationaliste) qu’à la morphologie réelle de l’énonciateur lui-même… De manière plus générale, le corps qui est convoqué dans la polémique et les postures dans lesquelles il est saisi sont bien davantage qu’une image de l’adversaire, une subversion de l’ethos sur lequel s’appuie son discours. Et dans cette attaque contre l’ethos de l’adversaire nous semble s’abolir la distinction entre argument ad hominem personnel et circonstanciel puisque la « personne » qui est attaquée est à la fois celle de l’énonciateur réel (à travers les mentions du visage de C. Heston ou d’éléments de la biographie de R. Debray) et l’ethos présumé que dessine son discours (les coups de menton de l’orateur nationaliste).

Frontières incertaines de l’argumentation

49Au-delà de cette restriction, le rapprochement entre l’argument ad hominem circonstanciel, tel qu’il est défini par G. Gauthier, et la distinction opérée par É. Larguèche entre injure spécifique et injure non spécifique permet de rendre compte de notre hypothèse centrale qui postule l’intrication étroite — plutôt que la discontinuité radicale — entre argumentation polémique et injure.

50On peut ainsi relever que l’injure spécifique, reposant sur des métonymies ou des métaphores, revêt une dimension argumentative au sens de l’argument ad hominem circonstanciel (vous instaurez un goulag scientifique = vos pratiques entrent en contradiction avec les principes d’une politique scientifique [supposée transparente et démocratique], et je ne vous reconnais donc aucune légitimité). Mais on peut également, à ce stade de l’analyse, restituer — dans le cas des polémiques entre intellectuels, qui nous intéressent ici — une dimension argumentative semblable de l’injure non spécifique (vous êtes un idiot ou un fou = vous vous exprimez en tant qu’intellectuel, mais vous ne développez pas un discours raisonnable ni raisonné, et je ne vous reconnais donc aucune légitimité dans ce débat).

51De manière générale, la plupart des injures que nous avons analysées relèvent en dernier ressort de l’argumentation périphérique, au sens où les qualifications ne prennent pleinement leur sens injurieux que dans ce contexte de contradiction entre discours et comportement (vous vous réclamez de la science et vous vous comportez comme un gourou, vous êtes un intellectuel et vous faites de la prestidigitation).

52Nous avons donc moins affaire à une translation de l’argumentation polémique à l’injure, dans laquelle le discours changerait de nature, qu’à des échanges réversibles entre des procédés mal partagés, l’argumentation se faisant injurieuse, l’injure se soutenant d’une dimension argumentative.

  • 35 Nous avons cité plus haut La parole manipulée (Breton, 1997). Nous nous référons ici également à l’ (...)

53D’autre part, même si nous avons affaire à des procédés qui se situent aux marges extrêmes — voire en marge — de l’argumentation, il nous semble hasardeux d’interpréter en termes de « manipulation » les pratiques que nous avons observées à travers l’étude de ce corpus. Nous avons cité plus haut les travaux de P. Breton relatifs à l’amalgame cognitif et affectif, et qualifié d’« amalgame », comme lui, une comparaison de l’énonciateur adverse avec les nazis, par exemple35. L’ensemble de la problématique que nous adoptons ici s’articule d’ailleurs, comme celle qu’il adopte dans les travaux que nous avons cités, autour d’un questionnement sur les « dérives » de l’argumentation et sur les formes de violence — directe ou indirecte — qui peuvent investir ou sous-tendre les débats publics. Toutefois, notre problématique nous conduit à aborder d’une manière différente le « rapprochement indu » (Breton, 2001 : 431) que constitue l’amalgame.

54Les principaux critères retenus par P. Breton pour le passage de l’argumentation à l’amalgame relèvent de la distinction qu’il établit entre argumentation et manipulation :

Une figure proche de l’amalgame le devient lorsqu’elle ne laisse pas d’autre choix à l’auditoire que de l’accepter […]. La liberté de réception implique qu’on reste dans l’ordre du discutable. La manipulation sape, à la base, cette dimension du « discutable » qui est au fondement de l’argumentation. La manipulation est une « simulation d’évidence » obtenue par l’émotion à laquelle on fait jouer le rôle de raisonnement (2001 : 433).

55Or il ne nous paraît nullement indispensable de postuler, pour rendre compte du succès que peuvent rencontrer les argumentations polémiques, que la capacité d’analyse des lecteurs soit inhibée ou abolie, ni qu’ils se trouvent aveuglés par la charge émotionnelle que véhicule, par exemple, le rappel du génocide nazi. Outre le fait que la banalisation même de cet amalgame — relevée par P. Breton (2001 : 466) — a probablement érodé sa capacité à bouleverser à ce point les esprits, il ne nous semble pas impossible que la perception même de la violence du procédé, et de sa visée disqualifiante, loin d’échapper à l’auditoire, participe à sa séduction.

56Ainsi, si nous considérons avec P. Breton que de tels procédés font sortir le discours de l’espace normé de l’argumentation et des procédures licites pour gagner l’adhésion du public, le critère central que nous retenons est celui de l’effet de violence, et de la séduction paradoxale qu’il peut exercer : que cette séduction — cette jouissance ? — du public s’abrite derrière des formes de dénégation, qu’il s’efforce de la rationaliser au nom de la valorisation d’un « parler vrai » (ou d’une critique du « politiquement correct »), qu’elle repose plus banalement sur la connivence amusée que peut susciter un « mot d’esprit » un peu cruel, c’est bien cette articulation problématique entre violence et adhésion que nous interrogeons.

Effet de violence

57On comprendra dès lors pourquoi nous nous sommes tournée vers les travaux de la psychanalyste É. Larguèche pour approcher ce qu’elle appelle « l’effet injure ». Il est impossible de citer ici le détail de ses analyses, qui s’appuient sur l’œuvre de Freud, et nous nous bornerons à quelques citations qui nous paraissent particulièrement fécondes.

  • 36 Dans le jeu politique, remarque E. Larguèche, l’effet visé ne porte pas tant sur l’injurié que sur (...)

58Dans le cas de l’injure spécifique, la situation de l’injurié est supposée entraîner un « sentiment de honte », lié à « l’exposition de soi sous une image négative ». C’est en tout cas ainsi qu’elle apparaît aux yeux du tiers qui en est le témoin. Quant à l’injurié lui-même, « l’effet traumatique » que l’on cherche à lui faire subir repose, selon la « théorie traumatique de la névrose », sur une représentation de l’injurieur en « séducteur ». L’ensemble de ce dispositif permet de différencier, dans le cas qui nous intéresse (où l’effet visé concerne le public, dont on cherche à gagner la « complicité »36), le trait d’esprit de l’injure :

  • 37 Dans le jeu politique, remarque E. Larguèche, l’effet visé ne porte pas tant sur l’injurié que sur (...)

Si l’injure spécifique [peut] être considérée comme un trait d’esprit à tendance hostile, elle s’en différenci[e] néanmoins par le fait que, dans l’injure, l’injurié est présent (ou du moins il a connaissance de ce qui se dit à son propos). La complicité dans ce cas n’est plus de même nature : d’hostile dans le trait d’esprit, elle devient, dans l’injure, sadique, c’est-à‑dire que, étant donné l’effet traumatique sur l’injurié et son corollaire, la tendance sadique chez l’injurieur, le tiers devient en quelque sorte complice d’une agression sexuelle (Larguèche, 1983 : 132)37.

59Dans l’injure non spécifique, les mots d’injure, « substituts du négatif », sont assimilés aux « objets partiels » ambivalents évoqués par Mélanie Klein, et visent également un effet traumatique sur l’injurié, mais cet effet repose ici sur une angoisse devant la perte de puissance. Pour le public, témoin de l’injure, la complicité se double du « plaisir de l’utilisation des mots d’injure ».

60Comme on le voit, l’ensemble de ces effets, pour reposer sur des mécanismes inconscients, n’en est pas moins parfaitement compatible avec la perception du caractère indu de l’analogie qui peut être mobilisée par l’injurieur.

61Quoi qu’il en soit, la fonction de ce résumé, très réducteur, est moins de rendre compte des thèses d’É. Larguèche que de souligner un aspect de la situation polémique essentiel à notre démarche : le caractère public de l’injure et le rôle essentiel joué par le tiers, témoin et complice de l’effet traumatique visé par l’injurieur.

62Il nous semble d’autre part probable que la mise en œuvre de ces ressorts inconscients peut très bien s’accompagner, chez le lecteur, de justifications conscientes qui accompagnent la perception de la violence (et la reconnaissance du caractère indu de l’analogie), mais contribuent à faire passer pour licites les procédés discursifs que nous avons cités. Nous évoquerons deux de ces justifications ou rationalisations possibles : la première concerne le phénomène d’énonciation collective qui caractérise les polémiques auxquelles nous nous intéressons, la seconde concerne l’interprétation de la violence verbale comme l’expression d’une juste indignation.

Effets cumulatifs et énonciation collective

63Si, aux yeux du lecteur lui-même, sa propre complicité apparaît comme licite, ou tout au moins comme tolérable, c’est probablement en raison des effets limités de violence que l’on peut enregistrer à l’échelle de chacun des textes, lus séparément. Nous avons mentionné plus haut les deux principaux effets d’atténuation des procédés pamphlétaires, qui consistent soit à les euphémiser, soit à attribuer l’initiative de violence à l’adversaire. Il faut y ajouter une dilution de la responsabilité énonciative, liée à une situation d’énonciation collective. Si telle ou telle personnalité se trouve la cible d’attaques convergentes, la polémique n’est jamais concentrée en un seul texte (dans le cas présent en un seul article), mais se déploie au contraire en un réseau de textes, de déclarations, de prises de position. C’est donc à l’échelle de l’ensemble de ce réseau que doit être évaluée la violence subie par l’injurié. Inversement, à l’échelle du texte singulier, le lecteur ne se rend complice que d’attaques qui peuvent lui sembler mesurées.

  • 38 Il nous semble plus problématique, au moins dans le cas que nous avons étudié, de le qualifier de « (...)

64Nous voyons ici ce qui accrédite l’idée d’un « lynchage médiatique », contribuant au succès de l’expression : le terme de « lynchage » rend admirablement compte de l’exposition publique à l’hostilité, de la mise à mort métaphorique et symbolique qui peut en résulter, ainsi que du caractère collectif et cumulatif des attaques portées38.

65En occultant cette dimension, le lecteur peut ainsi facilement se rassurer sur sa propre complaisance puisqu’à chaque lecture, il n’est témoin (et ne se rend complice) que d’une ou deux de ces attaques, aucune d’entre elles n’ayant le pouvoir d’être décisive.

66Tout comme la proximité entre mot d’esprit et injure, l’énonciation collective contribue à masquer l’intensité de la violence verbale.

Scène publique et émotions

67L’autre raisonnement disponible pour disculper le lecteur repose sur la place accordée à l’expression des émotions sur la « scène publique ». Le recours à cette notion nous permettra, pour plus de clarté, de nous démarquer de la vision d’un « espace public » accueillant la libre confrontation des points de vue dans l’« univers de bienséance ouatée et de convenances rhétoriques » (François et Neveu, 1999 : 51), qui constitue la version vulgarisée de l’espace public habermassien.

68La lecture critique de l’œuvre d’Habermas par L. Quéré apporte en effet ici un élément qui nous semble intéressant, en distinguant au sein de la notion d’espace public « deux idées essentielles : celle d’une “sphère publique” de libre expression, de communication et de discussion […], [et] celle d’une “scène publique”, c’est-à-dire d’une scène d’apparition, où accèdent à la visibilité publique aussi bien des acteurs et des actions que des événements et des problèmes sociaux » (Quéré, 1992 : 77). Selon L. Quéré, la problématique d’Habermas le conduit à mettre l’accent sur « le caractère discussionnel et procédural de la sphère publique » et sur le caractère normatif du concept, négligeant la « figure concrète » d’un espace public qui est « d’abord et avant tout une réalité phénoménale, une réalité qui advient, et qui se manifeste comme réalité sensible, à travers des pratiques sociales ». C’est à ce titre qu’il se tourne vers l’œuvre d’H. Arendt pour y rechercher une réflexion de phénoménologue, orientée vers la mise en évidence de la « scénarité de la vie sociale ». Un tel cadre d’analyse privilégie une approche socio-anthropologique de la vie et des relations en public, qui s’efforcera de dégager de l’étude des « pratiques socialement organisées, relevant des croyances, désirs et habitudes d’action constitutifs d’une forme de vie », un « mode historique d’institution symbolique du collectif ».

69Selon une conception voisine, Patricia Paperman s’intéresse à ces « conduites ouvertes » que sont les émotions, visibles et directement lisibles dans leur caractère public. Il s’agit d’envisager en effet les émotions non pas comme des « manifestations pulsionnelles » qu’il faudrait exclure de l’espace public, ni même comme un outil de prévision des conduites d’autrui, mais comme des manifestations qui participent à l’institution du commun, en tant qu’elles ont « une fonction et une valeur démonstrative, indiquant aux autres ce qu’il importe de regarder dans une situation » (Paperman, 1992 : 105). La colère, l’indignation dans cette perspective, valent comme indication d’un jugement moral, indication de la manière dont il convient d’apprécier une situation :

C’est donc le caractère ou la valeur prescriptive (et non descriptive) des émotions qu’il convient d’examiner lorsqu’on s’attache à l’analyse de l’espace public. Elles rappellent, incarnent ou figurent, une dimension morale de la réalité commune à laquelle celle-ci doit une part au moins de son caractère sensé.

70Nous n’entrerons pas ici dans la discussion détaillée du point de vue proposé dans cet article, mais il nous paraît utile pour élucider la manière dont les émotions peuvent être reçues et traduites par le public. Que, bien loin des débats sociologiques, les émotions puissent être lues comme la manifestation d’un jugement moral, qu’elles puissent par là-même apparaître non seulement comme acceptables, mais comme légitimes, et qu’elles puissent avoir droit de cité sur la « scène publique » nous semble plus que vraisemblable si l’on interroge les représentations communes : ainsi, si le recours à la violence verbale peut être lu comme une manifestation de la colère, et si l’on considère la colère comme l’expression d’une position morale qui désigne l’inacceptable, si en d’autres termes les émotions participent à la reconnaissance des limites de l’acceptable et de l’inacceptable dans une société donnée, comment ne pas y voir un abri confortable pour le lecteur déjà séduit, et qui peut se rassurer en acceptant sans plus de contestation les signes d’une « juste » indignation.

71Là encore, nous retrouvons une ressource connue et exploitée des pamphlétaires étudiés par Marc Angenot : « La volonté de démonstration ne peut être exempte d’éléments d’indignation, de prophétie, de dénégation, d’obsécration, de dérision » (1995 : 35).

72Dans le pamphlet, « la vérité n’est pas contemplation mais hybris » (Angenot, 1995 : 79). Pathos et intensités affectives se trouvent placés au centre d’une dialectique qui se défend de la « tiédeur » ou de l’objectivité. À la lumière d’un tel modèle, les excès de l’invective se parent d’une aura de sincérité et d’authenticité qui contribue certainement à entretenir, aujourd’hui encore, dans l’esprit des lecteurs, la licéité des attaques que nous avons citées. Aussi pensons-nous que ce n’est pas l’émotion du lecteur qui est ici sollicitée pour se substituer au raisonnement, mais celle de l’énonciateur qui, soutenant un ethos de la vertueuse indignation, prescrit l’exclusion de l’injurié.

Conclusion : l’espace public entre approche des normes et jugement normatif

73Ainsi, au terme de ce parcours, il nous semble que les relations entre violence verbale et argumentation, entre violence et normes ou entre injure et rationalité ne peuvent être envisagées uniquement sous l’angle de la discontinuité et de la rupture. Plus précisément, il existe entre ces domaines apparemment étanches des formes complexes de continuité qui contribuent à rendre tolérable — voire séduisante parfois — pour le public l’émergence de la violence verbale.

74La difficulté principale de l’analyse en ce domaine réside dans l’élucidation du niveau auquel se situent les différentes interprétations proposées.

75Le premier niveau est celui de la qualification des procédés observés : peut-on (doit-on) qualifier d’injure, d’argument, telle ou telle configuration discursive ?

  • 39 Soit directement lisibles comme tels (arguments de l’homme de paille, du tartuffe…), soit interprét (...)

76Sur ce point, nous avons été amenée à considérer, à la suite d’É. Larguèche, que l’injure pouvait comporter (et même comportait généralement, dans le corpus que nous avons étudié) une dimension argumentative. De manière symétrique, l’argumentation (entendue comme « argumentation périphérique » au sens de G. Gauthier, et représentée dans ce corpus principalement sous la forme d’arguments ad hominem circonstanciels39) peut comporter, sous différentes formes, un « effet injure », qui nous semble défini par la violence symbolique imposée à autrui.

77Le deuxième niveau est celui des hypothèses formulées sur les ressorts psychologiques de l’adhésion du public : la capacité de raisonnement du lecteur est-elle inhibée ou altérée par l’émotion ? Perçoit-il la violence du procédé ? Nous avons repris ici les analyses d’É. Larguèche concernant les soubassements inconscients ou préconscients de la pratique ou de la réception de l’injure, avançant que la séduction d’un procédé peut procéder de sa violence même. Cette satisfaction inavouée peut s’assortir d’ailleurs de rationalisations reposant sur des formes de raisonnement, dont nous avons proposé des exemples possibles.

78C’est précisément à cet égard qu’un troisième niveau peut être dégagé, s’efforçant d’identifier des normes partagées, de repérer ou de deviner les points d’ancrage de la légitimation des discours et des comportements perçus comme acceptables dans une communauté donnée. C’est ainsi par exemple que nous avons compris et repris les propositions de P. Paperman concernant les usages sociaux des émotions. Le phénomène d’énonciation collective nous semble également participer à l’évaluation dissymétrique de l’effet de violence, par une victime, qui se voit comme la cible de toutes les attaques, et par un public, presque amusé, qui ne se rend coupable à chaque lecture que d’une complicité limitée.

79Cette analyse bien sûr ne préjuge pas de l’évaluation de ces procédés à l’aune des normes reconnues et assumées par le chercheur lui-même, qui relève d’un quatrième niveau. Celui-ci concerne les critères de légitimité énoncés par le chercheur pour définir les conditions du débat public, ou les définitions qu’il propose lui-même des phénomènes, découlant de ses choix théoriques.

80De ce point de vue, par exemple, l’amalgame est bien à nos yeux un « rapprochement indu », en tant qu’il s’appuie sur une relation analogique pour induire un effet de violence et, en ce sens, expliquer son succès de manières diverses aux deuxième et troisième niveaux ne conduit pas à le légitimer au quatrième.

81Dans l’analyse que nous avons proposée, des propositions utilisées pour l’analyse de niveau 3 (les émotions peuvent être perçues comme la manifestation d’un jugement moral et à ce titre apparaître comme une composante légitime de l’apparition sur la scène publique) ne relèvent pas de nos propres choix théoriques (ce qui supposerait que l’on considère que les émotions sont la manifestation d’un jugement moral). Le recours répété aux travaux d’une psychanalyste suffit d’ailleurs à le signaler…

  • 40 Dans un cas, la validité normative obéit à ces critères strictement procéduraux, dans l’autre, l’an (...)

82Or la valeur normative attachée au concept d’espace public (qu’il s’agisse de la « sphère publique » ou de la « scène publique »40) tend à favoriser, sur ce type de sujet, les glissements, des normes mises en évidence aux normes souhaitées ou souhaitables. La confusion qui en résulte entre les différentes formes de normativité contribue peut-être à maintenir en dehors du champ de l’analyse ce qui permet à des pratiques condamnables d’être si largement et si impunément déployées sur la scène publique.

83C’est ce qui fait à notre sens le paradoxe d’un usage de l’injure si unanimement réprouvé et pourtant si largement répandu. C’est peut-être aussi ce qui, dans un registre voisin, continue à assurer le succès du discours du Front National, et singulièrement de J.-M. Le Pen : la condamnation normative de ses propos et de ses pratiques n’atteint guère sa maîtrise exceptionnelle du jeu sur les frontières de l’acceptable (Bonnafous, 2001 : 61).

Haut de page

Bibliographie

ALIX, François-Xavier (1998), « La déontologie : un appel, et non une recette », Panoramiques, 35 : 37-47.

ANGENOT, Marc ([1982] 1995), La parole pamphlétaire, Paris, Payot.

BERQUE, A. (1990), Médiance ; de milieux en paysages, GIP Reclus

BILGER, Philippe (1998), « Le droit peut-il empêcher le lynchage ? », Panoramiques, 35 : 26-29.

BONNAFOUS, Simone (2001), « L’arme de la dérision chez J.-M. Le Pen », Hermès, 29 : 53-63.

BRETON, Philippe (1997), La parole manipulée, Paris, La Découverte.

BRETON, Philippe (2001), « Analyse de l’amalgame entre le génocide commis par les nazis et les crimes des troupes serbes pendant la guerre du Kosovo », dans Michel MATHIEN (dir.), L’information dans les conflits armés, du Golfe au Kosovo, p. 429-446.

CAILLAVET, Henri (1998), « Battue aux sangliers, traque nauséabonde », Panoramiques, 35 : 59-63.

COHEN, Philippe, et Franck ADLER (1998), « T comme Pierre-André Taguieff », Panoramiques, 35 : 134-143.

DOMECQ, Jean-Philippe (1998, entretien avec), « A comme Art contemporain », Panoramiques, 35 : 90-93.

FEUERHAHN, Nelly (2001), « La dérision, une violence politiquement correcte », Hermès, 29 : 187-197.

FRANÇOIS, Bastien, et Érik NEVEU (1999), « Pour une sociologie politique des espaces publics contemporains », dans Bastien FRANÇOIS et Érik NEVEU (dir.), Espaces publics mosaïques ; acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Presses universitaires de Rennes, p. 13-58.

GAUTHIER, Gilles (1995), « L’argumentation périphérique dans la communication politique. Le cas de l’argument ad hominem », Hermès, 29 : 167-185.

GUILLEBAUD, Jean-Claude (1998, entretien avec) « La médiatisation peut tuer un innocent », Panoramiques, 35 : 21-25.

KRIEG-PLANQUE, Alice (2003), « Purification ethnique ». Une formule et son histoire, Paris, CNRS Éditions.

LARGUECHE, Évelyne (1983), L’effet injure. De la pragmatique à la psychanalyse, Paris, Presses universitaires de France.

LEGAVRE, Jean-Baptiste (1999), « Les intellectuels dans l’espace public », dans Bastien FRANÇOIS et Érik NEVEU (dir.), Espaces publics mosaïques ; acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Presses universitaires de Rennes, p. 209-228.

MAINGUENEAU, Dominique (1999), « Ethos, scénographie, incorporation », dans Ruth AMOSSY (dir.), Images de soi dans le discours ; la construction de l’ethos, Lausanne, Delachaux et Niestlé, p. 75-100.

MAINGUENEAU, Dominique (2000), « Lecture, interprétation et monde éthique », Études de linguistique appliquée, 119 : 265-275.

MERCIER, Arnaud (2001), « Pouvoirs de la dérision, dérision des pouvoirs » (Introduction), Hermès, 29 : 9-17.

MOUILLAUD, Maurice, et Jean-François TÉTU (1991), Le journal quotidien, Presses universitaires de Lyon.

OGER, Claire (1999), « Le foulard entre tchador et mantille : enquête de voisinage dans le tissu journalistique », Langage et société, 90 : 29-56.

OLERON, Pierre (s.d.), « Sur l’argumentation polémique », Hermès, 16 : 15-27.

PAPERMAN, Patricia (1992), « Les émotions et l’espace Public », Quaderni, 18 : 93-107.

PERELMAN, Chaïm, et Lucie OLBRECHTS-TYTECA (1992), Traité de l’argumentation, Éditions de l’Université de Bruxelles, 5e éd.

QUÉRÉ, Louis (1992), « De la théorie politique à la métathéorie sociologique », Quaderni, 18 : 73-91

SOULEZ, Guillaume (1998), « La scène morale », Panoramiques, 35 : 48-58.

TAGUIEFF, Pierre-André (1998), « Les écrans de la vigilance », Panoramiques, 35 : 65-78.

Haut de page

Annexe

Corpus

Généralement, les références abrégées rappellent le nom que nous avons donné à la polémique, puis le nom de l’auteur de l’article. Lorsque l’énonciateur responsable de la citation produite est différent de l’auteur, nous avons ajouté son nom à la suite des précédents.

Ex. : Benveniste/Fottorino 1/M.-F. Kahn : citation de M.-F. Kahn, rapportée par E. Fottorino dans son récit de la polémique relative aux travaux de Benveniste.

« Benveniste »

« Benveniste »

De nombreux autres articles du Monde évoquent cette polémique (voir notamment 6 mars 1985, 30 mai 1988, 6 juin 1988, 15 juin 1988, 30 juin 1988, 27 juillet 1988, 1er août 1988, 9 août 1988, 8 juillet 1989 et 12 juillet 1989).

Quant aux articles (Benveniste/Ghazi et Benveniste/A. Kahn), ils répondent à un article de J. Benveniste : « L’ARC, les vaches et les recherches folles » (Le Monde, 22 mai 1996).

La rédaction du Monde a répondu à son tour à A. Ghazi dans un article intitulé « Le débat public sur la science » sous la plume de son médiateur André Laurens (Le Monde, 2-3 juin 1996).

Signalons également les articles de Michel Eltchaninoff (« Dormez tranquille, Bernard-Henri Lévy ») et de Lilly Marcou (« Bonjour, Régis Debray ») qui dénoncent la violence de l’article de Bernard-Henri Lévy dans Le Monde du 20 mai 1999. Leurs articles ne contenant pas d’injures, nous ne les avons pas cités. En revanche, ce sont ces deux auteurs qui sont qualifiés de « charognards de l’audace » par J.-M. Delacomptée quelques jours plus tard (25 mai).

Le 20 mai, le journal publiait également une lettre de Peter Handke qui répondait à l’article de S. Rushdie du 11 mai.

« Baudrillard »

« Baudrillard »

Haut de page

Notes

1 À la suite d’E. Larguèche (1983 : 6), nous ne reprendrons pas la distinction qu’elle mentionne en introduction entre insulte et injure, mais celle qu’elle établit par la suite entre injure spécifique et injure non spécifique (voir infra).

2 Nous avons rassemblé en annexe les références du corpus.

3 Bon nombre des citations relevées ici pourraient être analysées sous cet angle : l’expression « trait d’esprit hostile », employée par E. Larguèche, traduit bien le fait qu’un même comportement langagier peut être analysé à la fois comme un effet humoristique et comme une agression (Larguèche, 1983 : 132). Nous reviendrons sur ce point dans la dernière partie.

4 Harold Pinter proposait dans le Guardian la version suivante : « La politique américaine se définit de la façon suivante : baise mon cul ou je t’écrase la gueule » (Kosovo/Dhombres 1/Pinter).

5 « Le plus souvent, chez le pamphlétaire, elle impute à l’adversaire des propos que jamais il ne tiendrait, en prétendant reconstituer son absurde logique et lui mettre par force dans la bouche l’aveu de ses inconséquences » (Angenot, 1995 : 290). Sur la « subversion du contre-discours » : ibid., p. 290-293.

6 Ces « discordances stylistiques » sont également relevées par Marc Angenot (1995 : 252).

7 Souvent le procédé radicalise le discours adverse (Gauthier, 1995 : 178) : « L’anti-humanisme, qu’on croyait englouti avec le communisme, est là, bien présent, et Baudrillard le pratique avec componction : rien ne vaut rien » (Baudrillard/Minc).

8 « Dans la communication politique, l’argument de culpabilité par association consiste souvent à associer un politicien à une doctrine ou à une idéologie impopulaire » (Gauthier, 1995 : 179).

9 À la différence de la « stratégie de l’amalgame » citée plus haut (qui renvoie au dispositif énonciatif), le procédé évoqué ici relève de l’amalgame cognitif ou affectif (voir Breton, 1997 : 91 et 120-121). Pour une proposition de rapprochement entre trois formes d’amalgames (« lexical », « énonciatif » et « cognitif ou affectif »), voir Oger (1999).

10 Ces deux extraits qui concernent Régis Debray ne renvoient pas au même article. Dans l’extrait précédent, P. Bruckner réagit à l’article de Régis Debray que nous avons noté Kosovo/RD 1. Claude Cabanes renvoie ici à l’intensification de la polémique après la parution de Kosovo/RD 2.

11 Nous avons trouvé dans un ouvrage universitaire un exemple de ce double amalgame : le géographe A. Berque, après avoir comparé M. Serres à un shaman en transe (« Tel le shaman sibérien avec le tigre des neiges, mais en plus cosmique, Serres dit qu’il faut passer contrat avec la Terre »), n’hésite pas à ajouter : « Serres ne s’est pas rendu compte que sa voile inspirée nous ramenait à deux encablures de la rue Lauriston » (Berque, 1990 : 63).

12 Sur les deux personnages évoqués ici, voir infra note 25 : on reconnaît James Randi dans le « magicien » et dans le « procureur scientifique », Walter Stewart.

13 Dans la polémique relative à l’intervention au Kosovo, nous n’avons pas relevé les nombreuses références à la guerre d’Algérie, ni à la situation en Israël, car elles répondent directement à des parallèles suggérés par R. Debray dans l’article Kosovo/Debray 2. On peut donc considérer qu’il ne s’agit pas d’attaques personnelles par voie d’amalgame, mais plutôt de passages d’argumentation dans lesquels on reproche à R. Debray d’avoir lui-même pratiqué l’amalgame.

14 Ainsi par exemple l’OTAN a-t-elle pu figurer comme bourreau de la population serbe (lors des bombardements), des réfugiés kosovars (lors des fameuses « bavures ») et même de l’ONU : « L’opération de l’OTAN est mal pensée, mal évaluée, mal jugée, mal calculée, désastreuse. Elle est aussi totalement illégale et enfonce probablement le dernier clou dans le cercueil des Nations unies » (Kosovo/Dhombres 1/Pinter).

15 L’injure spécifique, qui prétend rendre compte de la spécificité de l’injurié, repose sur des relations métonymiques ou métaphoriques entre l’injurié et la qualification injurieuse (ainsi R. Barre est-il qualifié par F. Mitterrand de « Tartarin des indices »). Elle contient donc une dimension argumentative qui repose sur l’analogie (Larguèche, 1983 : 69-93).

16 Le concept d’injure non spécifique (Larguèche, 1983 : 96-114) renvoie notamment aux « mots d’injure » qui « représentent d’emblée du négatif » (« idiot ») ou qui sont susceptibles de prendre une signification injurieuse stéréotypée (« andouille »). Dans le cas de l’injure non spécifique, « les mots ne sont plus véhicules d’un sens mais substituts du négatif » (ibid. : 100).

17 Alexandre Ghazi ajoute que comme, très rarement, il peut aussi s’agir d’un génie, on doit redouter que le grand public ne retienne plutôt cette dernière interprétation. Marcel-Francis Kahn évoque quant à lui le « délire psychotique » de Jacques Benveniste (Benveniste/Fottorino 1/Kahn).

18 Nous relevons ici un exemple de « l’argument du tartuffe », qui constitue selon Gilles Gauthier l’un des principaux arguments ad hominem en usage dans la communication politique (Gauthier, 1995 : 177).

19 Sur les mots d’injure et les jurons comme substituts d’objets, voir Larguèche (1983 : 102-103 et 108).

20 Loïc Wacquant accuse « les chercheurs les plus accordés à la problématique médiatico-intellectuelle du moment » d’« abjurer [leur] autonomie intellectuelle » (Divers/Wacquant).

21 Dans le cas de Jacques Benveniste, l’accusation est d’ailleurs à prendre au premier degré puisque la commission dépêchée dans son laboratoire par la revue Nature comprenait, outre son rédacteur en chef (John Maddox), un expert en fraudes scientifiques (Walter Stewart) et un prestidigitateur américain (James Randi, célèbre pour avoir confondu Uri Geller). Voir Benveniste/Fottorino 1. Voir aussi Le Monde du 27 juillet 1988.

22 Comme les « portraits et ethopées » évoqués par Marc Angenot (1995 : 315-317), qui cite néanmoins quelques portraits développés (le portrait de Mitterrand par Jean Cau constituant un étonnant morceau de bravoure).

23 Pour Marc Angenot, « l’injure se ramène en général à deux domaines de prédilection […] : celui de l’obscénité […] et celui de la scatologie. […] La vieille dichotomie idéaliste fonctionne pleinement ici : l’homme qui est esprit ne peut être sexe, corps, matière, sans régresser au règne animal » (1995 : 269-270). Sur la relation entre dérision et sexualité, voir Mercier (2001 : 13-14) et Feuerhahn (2001 : 190).

24 « La boue est une litote de la merde » (Angenot, 1995 : 269).

25 « Benvenisteries », « benvénitesques » : les néologismes ou jeux de mots sur les noms propres sont une des « figures de l’agression » (Bonnafous, 2001 : 57-58). L’adjectif le plus remarquable dans ce domaine est l’adjectif « bourdivin ».

26 Telle était la réponse de Marcel-Francis Kahn à Jacques Benveniste qui déclarait avoir réalisé 150 expériences significatives.

27 Telle était la réponse de Marcel-Francis Kahn à Jacques Benveniste qui déclarait avoir réalisé 150 expériences significatives.

28 Telle était la réponse de Marcel-Francis Kahn à Jacques Benveniste qui déclarait avoir réalisé 150 expériences significatives.

29 La formule, popularisée par une chanson, a connu quelques variantes, comme « Slobo, pends-toi et sauve la Serbie » (voir Le Monde, 3 et 7 octobre 2000). Plusieurs membres de la famille de Milosevic et de celle de sa femme s’étant suicidés (voir Le Monde, 7 octobre 2000), on a voulu parfois y voir une allusion biographique. Quoi qu’il en soit, indépendamment de cette éventuelle allusion, la formule fonctionne très bien comme cri de haine, comme l’a prouvé le « Carla, suicide-toi », lancé par une poignée de manifestants hostiles à Carla del Ponte, procureur du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, lors de sa visite à Belgrade (Le Monde, 27 janvier 2001).

30 Le mauvais goût de ce suicide imaginaire devrait sans doute être évalué à l’aune des suicides, bien réels, qui ont parfois conclu l’usage de tels procédés. Pierre Oléron rappelle notamment les cas célèbres de P. Bérégovoy et de R. Salengro (Oléron, 1995 : 21). Voir aussi Guillebaud (1998 : 21-25) et Caillavet (1998 : 62).

31 Il correspond à l’argument ad hominem de C. Perelman et L. Olbrecht-Tyteca (1992 : 148-153).

32 Il correspond à l’argument ad personam de Perelman.

33 Dans le « miroir brisé » que tendent les journalistes aux intellectuels, on trouve, sous une autre forme, le même procédé : « Sous la plume des rédacteurs, les représentants de l’universel des Lumières redeviennent ainsi des êtres de chair ramenés à l’universelle condition d’humbles mortels : de (petites) compétitions, des affects et des intérêts » (Legavre, 1999 : 217).

34 Nous nous référons ici au concept d’ethos tel qu’il a été proposé par D. Maingueneau : « Le “garant” dont le lecteur doit construire la figure à partir d’indices textuels de divers ordres, se voit ainsi affecter un caractère et une corporalité […]. L’ethos implique ainsi une police tacite du corps appréhendé à travers un comportement. Caractère et corporalité du garant s’appuient donc sur un ensemble diffus de représentations sociales valorisées ou dévalorisées » (1999 : 79). Voir aussi Maingueneau (2000).

35 Nous avons cité plus haut La parole manipulée (Breton, 1997). Nous nous référons ici également à l’article dans lequel P. Breton analyse l’amalgame entre le génocide commis par les nazis et les crimes des troupes serbes pendant la guerre du Kosovo (Breton, 2001). Plusieurs des textes cités dans cet article se retrouvent dans le corpus que nous étudions ici. Sur cet amalgame particulier, voir également Krieg-Planque (2003, en particulier p. 371-376).

36 Dans le jeu politique, remarque E. Larguèche, l’effet visé ne porte pas tant sur l’injurié que sur le public qui en est le témoin (1983 : 120).

37 Dans le jeu politique, remarque E. Larguèche, l’effet visé ne porte pas tant sur l’injurié que sur le public qui en est le témoin (1983 : 120).

38 Il nous semble plus problématique, au moins dans le cas que nous avons étudié, de le qualifier de « médiatique », dans la mesure où les auteurs des articles que nous avons cités ne sont qu’exceptionnellement des journalistes, et beaucoup plus généralement des intellectuels ou des scientifiques. La responsabilité des médias n’est engagée ici qu’en tant qu’ils fournissent une tribune à ces énonciateurs (la rédaction du Monde a par exemple été mise en cause par R. Debray ou par les adversaires de J. Benveniste). D’autre part, si le lynchage médiatique se caractérise par un climat d’« unanimité vengeresse » (Guillebaud, 1998 : 24), par le « silence des victimes » (Bilger, 1998 : 26), ce n’est pas exactement le cas des polémiques entre intellectuels ou scientifiques, dont les feux croisés se nourrissent de réponses, de rétorsions et de ralliements divers. En ce sens d’ailleurs l’affaire dite des « Rouges Bruns », qui a visé notamment P.-A. Taguieff en 1993 (Taguieff, 1998 et Cohen et Adler, 1998) ou les débats sur l’art contemporain (Domecq, 1998) nous semblent relever davantage de la polémique que du lynchage, dont une définition plus rigoureuse rejoindrait probablement celle des deux types de victimes définis par F.-X. Alix (1998 : 38) : ceux qui ont des comptes à rendre à la société par la justice et ceux dont la vie personnelle attire la curiosité.

39 Soit directement lisibles comme tels (arguments de l’homme de paille, du tartuffe…), soit interprétables comme tels (dans la mesure où les attaques dirigées en apparence « contre la personne » sont pour nous généralement des attaques contre l’ethos, donc contre le discours).

40 Dans un cas, la validité normative obéit à ces critères strictement procéduraux, dans l’autre, l’analyse s’attache à « un ensemble de procédures normatives d’institution du commun » (Quéré, 1992 : 91).

Haut de page

Table des illustrations

Titre « Benveniste »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4617/img-1.png
Fichier image/png, 104k
Titre « Kosovo »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4617/img-2.png
Fichier image/png, 170k
Titre « Baudrillard »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4617/img-3.png
Fichier image/png, 42k
Titre Divers
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4617/img-4.png
Fichier image/png, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Oger, « « Crétins internationaux », « rancis de la Guerre froide » et autres suicidés », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 11-43.

Référence électronique

Claire Oger, « « Crétins internationaux », « rancis de la Guerre froide » et autres suicidés », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/4617 ; DOI : 10.4000/communication.4617

Haut de page

Auteur

Claire Oger

Claire Oger est rattachée aux laboratoires CREC-Saint-Cyr et CEDITEC (EA 3119 – Paris XII). Courriel : claire.oger@club-internet.fr Cet article constitue une version remaniée et augmentée de la communication qu’elle avait proposée au colloque Violences médiatiques (Historial de la Grande Guerre, Péronne, 23-24 janvier 2002). Les deux premières parties reprennent pour l’essentiel le texte de cette communication. La troisième tente de mettre en perspective la démarche adoptée en en explicitant les concepts.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org