Navigation – Plan du site
Articles

Les interactions dans Internet

Mailing listes et forums dans le domaine de la santé et de la santé mentale
Bernard  Convert et Lise Demailly
p. 63-98

Résumés

Internet permet des rencontres qui seraient improbables dans l’espace ordinaire de communication. L’exemple des forums et mailing lists dans le domaine de la santé et de la santé mentale est particulièrement significatif de processus de décloisonnement social (par exemple entre professionnels et profanes, usagers, amateurs). L’article analyse les conditions qui rendent possible ces rencontres, les types d’interactions ainsi produites, leurs éventuels échecs. Il montre comment, sous l’utopie égalitariste, et bien qu’un jeu sur les identités soit possible, les rapports sociaux ordinaires se rappellent et conservent leur force symbolique.

Haut de page

Texte intégral

1Une hypothèse souvent formulée à propos d’Internet est que, en matière de lien social, ce dispositif multiplie les interactions et affaiblit les cloisonnements sociaux qui marquent traditionnellement la sociabilité. Avec ce média, un certain nombre de contraintes traditionnelles de la communication sembleraient levées. Les interactions y sont-elles pour autant émancipées des rapports sociaux structurant ordinairement la communication ? Telles sont les questions que nous travaillons ici à partir d’une analyse des interactions sur les listes et forums de santé (somatique et psychique).

2Ces lieux nous paraissent un terrain d’observation propice à cette étude, pour plusieurs raisons. D’abord, tout simplement parce que les professionnels de la santé sont parmi ceux qui sont les plus présents sur le Net, par les pages Web, les forums et les listes de diffusion. Ensuite, parce que c’est un domaine où, traditionnellement, il y a une grande asymétrie dans la relation entre le professionnel et le profane. Or les forums et listes de santé accueillent souvent les profanes, usagers ou amateurs, ou simples « chatteurs » (« bavardeurs ») en quête de rencontre. Ils voient ainsi se croiser professionnels et usagers de la santé, constituant par là un cas particulièrement intéressant et rare de renoncement à l’entre-soi social (Adam Herzlich, 1994 ; Cresson Schweyer, 2000). Enfin, parce que ce sont des lieux où débattent des professionnels de milieux divers et de position hiérarchique ou symbolique différente. Les forums et listes voient coexister dans une même « région d’interaction » (Goffman, 1973) des étudiants, des juniors et des seniors, ainsi que des représentants d’écoles différentes (orthodoxes et hétérodoxes ou orthodoxies rivales), qui y échangent, communiquent, argumentent, au lieu de s’excommunier par tiers interposé (par exemple par des déclarations publiées dans la presse), comme ce peut être le cas dans l’espace public ordinaire.

3En d’autres termes, l’exemple de la santé, où les cloisonnements, d’une part, et les hiérarchies symboliques, d’autre part, sont ordinairement très puissants, constitue pour notre interrogation une sorte de cas-limite : quels types d’interactions peuvent s’instituer entre des personnes aussi différemment placées dans l’espace social que les patients et les professionnels de la santé, ou les professionnels de métiers différents ?

  • 1 Il fait partie d’un travail plus vaste qui concerne l’ensemble de l’Internet de santé, y compris le (...)

4Il s’agit dans cet article1 de cerner les nouveautés qu’introduit le Net dans les relations entre ces individus et les caractéristiques des débats ainsi produits, dans un cadre théorique qui, comme on le verra, se nourrit d’interrogations sociologiques plutôt que de l’analyse de conversation. Nous verrons qu’à la question de la nature des interactions sur le Net, certains répondent sur les listes elles-mêmes, en développant une représentation de la spécificité du débat : Internet serait l’occasion d’une culture décloisonnée, égalitaire, inventive, productrice d’intelligence collective. Sans le contredire complètement, nos analyses empiriques ne confortent pas toujours ce point de vue.

5Après avoir précisé nos choix méthodologiques et déontologiques (point 1), nous analyserons ce qui permet la rencontre et la communication de personnages qui ne devraient pas se rencontrer dans les situations sociales ordinaires ou dont les interactions ne devraient pas « tenir ». Nous montrerons, pour l’expliquer, le rôle du dispositif technologique lui-même (point 2) et de croyances-supports (point 3). Puis, nous répondrons à la question : qu’est-ce que ces rencontres créent en termes d’activité, d’événement ou de produit ? (points 4 et 5). Enfin, nous montrerons que, sous l’utopie égalitariste, il arrive que les interactions échouent (point 6) et que les rapports sociaux ordinaires gardent leur force symbolique (point 7). Nous tenterons de conclure sur le débat théorique qu’ouvre une telle recherche en montrant les spécificités du lien social dans Internet.

Choix déontologiques et méthodologiques

  • 2 Pour les études sociologiques, on trouvera un premier bilan-programme et une première recension dan (...)

6Si les interactions utilisant Internet ou d’autres médias modernes ont fait dès le début l’objet d’études en linguistique interactionnelle ou en analyse de conversation qui ont construit des méthodes adaptées à leur cadre théorique, il n’en est pas de même en sociologie. Il n’y a pas encore de tradition méthodologique ni de positions déontologiques en sociologie qui se soient imposées pour l’étude de cet objet2. En effet, ce nouveau média pose à l’approche sociologique au moins trois problèmes majeurs : le caractère quasi illimité des ressources qu’il offre, le perpétuel changement dont il est le siège et le caractère ambigu de la communication qui y a cours, en termes de statut privé ou public. Les deux premiers prennent à contre-pied les procédures les plus stabilisées de la recherche comme l’échantillonnage ou la vérification. Le troisième pose avant tout des problèmes déontologiques.

7Les premiers sociologues qui ont travaillé sur le média se sont très vite heurtés aux difficultés liées au caractère éphémère d’Internet. Travailler sur Internet, c’est viser une cible mouvante. Les sciences sociales ont certes toujours eu des objets « situés » leur interdisant l’énoncé de propositions qui ne soient pas indexées à une situation. Internet porte ce problème au paroxysme. Chaque jour, des lieux de débats se créent, d’autres disparaissent sans laisser aucune trace ; leur tonalité évolue de jour en jour au gré de l’arrivée de nouveaux entrants, du départ d’anciens. Souvent, Internet ne laisse pas ou peu d’archives, rendant tout historique sinon impossible, du moins délicat (il faut soi-même archiver au fur et à mesure). Pire, les travaux (notamment quantitatifs) faits sur un échantillon constitué à un moment du temps ne pourront plus être vérifiés six mois plus tard, l’échantillon étant devenu impossible à reconstituer à l’identique. Prendre la précaution d’indexer certaines propositions par une date est nécessaire, mais invérifiable.

8Un autre problème rencontré de tout temps par les sciences sociales, celui de la nécessaire participation de l’observateur dans l’enquête, trouve ici un nouveau visage. Travailler sur les forums et plus encore sur les listes de discussion oblige le sociologue à participer, au moins en tant que simple lecteur (« sous-marin » dans le langage du milieu), parfois en tant que participant, pour y poser des questions avec l’identité affichée de sociologue, ou pour participer à des discussions sous une autre identité. La restitution du matériau ainsi obtenu pose un problème déontologique. On sait que la tradition sociologique en la matière impose l’anonymat pour toute information individuelle obtenue dans le cadre d’une procédure d’enquête, qu’il s’agisse de questionnaires, d’entretiens ou d’observation in situ ou participante. Elle autorise à sortir de l’anonymat s’il s’agit de propos ou d’information publics. Elle impose de nommer l’auteur d’un texte auquel on se réfère (règles de la citation). Or, sur les forums et les listes, des discours des trois types peuvent être présents.

9La restitution des propos tenus sur les forums publics ne pose pas de problème. Il s’agit bien de propos publics, que l’auteur tient et signe aux yeux de tous, décidant lui-même d’utiliser ou non un pseudonyme. Ces propos peuvent être restitués avec leur signature.

10Sur les listes de discussion, le problème est plus délicat puisqu’il s’agit d’espaces semi-privés (y participer suppose de s’y inscrire, sous son identité véritable ou sous une identité fausse). Comme dans le cas de l’enquête de type ethnologique, les propos ou les renseignements obtenus à titre personnel (par exemple en utilisant l’échange par courriel avec certains participants de la liste) doivent être rendus anonymes. Les propos tenus et échangés ont un statut ambigu. Ils sont, en droit, à destination des seuls participants de la liste ; mais alors que certains peuvent être assimilés à des produits de l’enquête de terrain (comme le serait une discussion saisie dans un café), d’autres, tout au contraire, peuvent être assimilés à des œuvres (certains messages sur les listes « psy » sont de véritables articles scientifiques). La tradition nous impose de rendre anonymes les premiers et de citer scrupuleusement l’auteur(e) des seconds. C’est ce que nous nous sommes efforcés de faire, même si la limite entre les deux registres n’est pas toujours claire.

  • 3 Nous n’avons pas pu retenir de lieu en psychiatrie. En effet, dans ce domaine, dominent les sites s (...)

11Pour construire le corpus et les méthodes d’observation, nous avons tenu compte de la spécificité des champs professionnels — médecine, psychiatrie3, psychothérapie et psychanalyse — et des spécificités des lieux de discussion. C’est pourquoi nous avons suivi les protocoles suivants.

  • 4 Notre choix se justifie aussi de ce qu’il s’agit d’un lieu de discussion suffisamment large qui cou (...)
  • 5 Un « fil » ou « une enfilade » (anglais thread) est une suite de messages se répondant les uns les (...)
  • 6 Nous avons, à partir des 144 « fils » répertoriés sur la période d’observation, construit des indic (...)

12Dans le domaine de la médecine stricto sensu, nous avons étudié un forum, le plus actif4 des lieux de discussion ouverts aux profanes, www.fr.bio.médecine. Nous avons mis en œuvre sur ce forum deux observations, l’une consistant à enregistrer l’ensemble des messages émis au cours d’une fenêtre d’observation (février 2001), l’autre consistant à recueillir une vingtaine de « fils5 » particulièrement actifs au cours de cette période, avec l’ensemble des messages les constituant (voir annexe). Le matériel a pu être soumis à diverses analyses quantitatives6.

  • 7 L’inscription à une liste se fait par l’intermédiaire de l’hébergeur ou directement sur le site pou (...)
  • 8 Conversion sous Word de l’ensemble des messages, nettoyage de la partie non intéressante des en-têt (...)

13Dans le domaine de la psychothérapie, nous avons étudié une mailing liste7, Psychologie, dont les archives de plusieurs années sont consultables sur Yahoo-groups. Cette liste est modérée par Catherine (une quarantaine d’années, elle vient d’obtenir sa licence de psychologie par correspondance). Les débats font se rencontrer des étudiants, des amateurs, des usagers potentiels en quête d’un praticien, des professionnels très divers : psychologues, psychothérapeutes, consultants, psychiatres, « gourous ». À la différence d’un forum, il n’est pas possible, pour étudier une liste, de partir des « fils », puisqu’ils ne sont pas gérés par le logiciel. Nous avons cherché à identifier des « discussions », par une lecture de l’ensemble du texte obtenu après une préparation méthodique du matériel8. Nous en avons réorganisé logiquement les dialogues en répartissant les 93 messages en 4 « discussions » qui s’entremêlent sur la période de 22 jours étudiée et que nous avons nommées : Pour ou contre la pansémiotique, Fabrice pose mal ses questions, Pour ou contre le Pacs, Lacanisme et cognitivisme.

  • 9 Aleph, Clinic-psy, Carnet-psy, Forum de la psychanalyse, Dire, lacan-list, Freud-lacan, Lutecium, P (...)
  • 10 Par exemple, le sujet « Dostoïevski souffrait vous le sav » commence effectivement par le rapport d (...)

14Dans le domaine de la psychanalyse (et ses domaines connexes), les listes, une douzaine, ont été repérées en passant par plusieurs moteurs de recherche et en explorant les hébergeurs de listes (Francopholiste, Voilà, Yahoo groups)9. La cible ici est particulièrement mouvante : depuis le début de la recherche, plusieurs listes ont changé d’adresse et d’hébergeur, d’autres se sont fermées ou ouvertes, l’une a vu ses archives perdues. Ces listes réunissent en général des psychanalystes, psychologues, psychothérapeutes, usagers et usagers potentiels, étudiants en psychologie, ethnologie, philosophie, artistes, curieux, autour de sujets concernant la pratique et la théorie analytique, la politique, la philosophie. Sur ces listes, les messages sont ainsi faits qu’il est impossible d’isoler des « fils » tout autant que des « discussions », ce qui nous interdit d’utiliser les méthodes employées pour Psychologie ou fr.bio.medecine. La plupart des messages en effet portent sur plusieurs sujets en même temps et s’adressent à tous. Le titre du message, produit le plus souvent automatiquement en utilisant la fonction « réponse » des messageries, se met, au bout de quelques messages, à n’avoir plus aucun rapport avec le sujet débattu10. Le contenu des messages, qui absorbent parfois plusieurs textes antérieurs auxquels il a été successivement répondu, a souvent des allures de cacophonie. Les pratiques de multipostage de certains multi-abonnés (poster le même message sur deux ou trois listes différentes) ajoutent à la confusion. En outre, il n’est pas rare que quelqu’un réagisse à un message vieux d’une semaine, séparé par une centaine d’autres (d’une trentaine de lignes pour le format le plus courant). Enfin, il est admis qu’un deuxième circuit de communication entoure le premier, des courriels privés doublant l’expression publique sur la liste, dès que le sujet devient trop pointu, trop personnel, ou dès qu’il est susceptible d’« encombrer » la liste, selon l’expression en usage. Ces échanges dit « privés » sont abondants. Nous ne pouvons y avoir accès que si nous nous engageons nous-mêmes dans une relation privée (ou quand une erreur de manœuvre ou un refus de déontologie aboutit à « balancer » des messages privés sur la liste). Ces spécificités nous ont conduits, au-delà de quelques comptages élémentaires (fréquence et longueur des messages), à choisir la lecture cursive des messages de trois listes anciennement créées (anonymées), sur un temps d’observation long : une année d’archives.

  • 11 Nous avons pris connaissance d’un certain nombre de travaux d’analyse conversationnelle (de Fornel, (...)

15Nous avons été particulièrement attentifs, dans la lecture cursive de l’ensemble du corpus, aux constructions identitaires, aux méthodes de présentation ou de refus de présentation de soi, aux relations de pouvoir ou de domination, aux méthodes de cadrage (Goffman, 1973, 1991)11.

Le rôle du dispositif technologique dans la construction des interactions

16La spécificité des interactions sur le Net doit beaucoup à celle du dispositif technologique lui-même. Par l’aspect proprement technique de leur fonctionnement, les espaces de discussion offrent des conditions d’accès aux débats d’opinions que l’on n’avait jusque-là rencontrées dans aucune des institutions (clubs, journaux) qui ont accompagné le mouvement historique d’invention de l’« espace public ». Comme l’a montré Bourdieu (1982), la domination sociale et symbolique n’est jamais absente des rapports de communication : exprimer une opinion suppose qu’un certain nombre de conditions sont réunies. Pour parler, et être écouté des autres, il faut s’en sentir autorisé, donc disposer d’un certain crédit et des ressources adéquates pour accéder à l’expression articulée d’opinions susceptibles d’être entendues. Ce sont ces conditions tacites d’accès à l’expression qui expliquent des phénomènes classiquement observés s’agissant du fonctionnement des débats, comme le fait que chaque locuteur tend à occuper, c’est-à-dire à s’autoriser (et à être autorisé par les autres), un temps de parole proportionnel à son importance sociale.

  • 12 Combinaison de lettres utilisées en petit dessin pour tempérer une expression ou signifier un état (...)

17Or, sur les espaces de discussion du Net, où le locuteur est caché, plusieurs de ces conditions latentes d’accès à l’opinion articulée sont à priori levées. Les signes de l’identité du locuteur peuvent y être l’objet de toutes sortes de manipulation. Le cadre d’interaction a pour principale caractéristique qu’il blanchit les identités, faisant converser des « personnages » sans marqueurs sociaux ou d’ethnie, sans accent, sans profession, dont le nom et le genre peuvent être fictifs. La manipulation des identités civiles est rendue possible par l’absence de corps : avec lui disparaissent une grande partie des signes de l’identité sociale : hexis corporelle, accent, vêtement, etc. (Goffman, 1974 ; Bourdieu, 1979) — et des classements que peuvent opérer les interlocuteurs sur la base de ces signes (notamment pour accorder ou non leur attention à ce qui se dit). On pourrait objecter que demeurent néanmoins les signes écrits (style, grammaire, orthographe). C’est en partie vrai, mais les messages, souvent écrits rapidement et peu relus avant envoi, truffés d’abréviations, autorisent un relâchement typographique et orthographique et brouillent ces distinctions. En contrepartie, l’absence du face-à-face et des ajustements verbaux et non verbaux, que la coprésence corporelle permet, laisse ici, malgré les smileys12 qui tentent de la relayer, la place libre à l’imaginaire : nous verrons que s’opère sur Internet une gestion des émotions tout à fait spécifique, qui permet paradoxalement à des interactions teintées d’agressivité de se maintenir durablement dans le temps.

18Les diverses pratiques de l’anonymat, qui vont du léger brouillage (par exemple, par la différence entre le nom du courriel, visiblement inventé, et la signature, réduite à un prénom) à la création d’une « marionnette » (personnage intégralement inventé dans l’ensemble de ses caractéristiques), en passant par le « pseudo » régulier, avoué comme tel, font que le réel de l’interaction se joue entre des textes de messages, plutôt qu’entre des personnes réelles.

On a pu par exemple sur Liste 1 assister à une dispute violente entre Zaleno (pseudo de V.) et Jéminas, jusqu’à ce que Zaleno dévoile que Jéminas était sa création ou plus exactement la création de V., ce qui avait trompé de nombreux abonnés. Un peu plus tard, une nouvelle marionnette sera démasquée plus vite. Un autre membre créera un an plus tard plusieurs personnages, sans trop en masquer la nature fictive, mais ils seront quelque temps perçus par quelques personnes comme de nouvelles marionnettes de V.

19Les pratiques des fournisseurs d’accès, des « portails » tels que Yahoo et des offreurs d’adresse courriel gratuite favorisent la création de ces identités multiples et discrètes qui permettent à leurs possesseurs d’intervenir sur les listes et forums sans engager leur personne dans l’espace public. De ce fait, ce sont plus des performances que des compétences qui donnent lieu à l’appréciation publique, louangeuse ou critique, dans les échanges Internet, même si, à l’usage, des compétences se dessinent : talent pour intervenir au bon moment dans un débat, pour écrire des messages percutants, intéressants, ni trop longs ni trop ennuyeux, capacité d’écoute des autres, humour, capacité pédagogique, etc.

  • 13 Certains modérateurs se gardent la possibilité de désinscrire, mais c’est un cas rare et une pratiq (...)

20Autre caractéristique distinguant radicalement les débats sur le Net : alors que les conversations ordinaires se déroulent nécessairement en temps limité — ce qui a nécessité l’invention de différentes techniques pour distribuer les tours et les temps (Sacks et al., 1974) —, rien de tout cela ne joue sur les forums et listes. Non seulement les débats peuvent durer autant de temps que les interlocuteurs le souhaitent (certains « fils » sur les forums ou certains sujets de débats sur les listes tiennent plusieurs mois), mais aussi et surtout, comme les discussions ne se font pas en temps réel, chacun peut intervenir quand bon lui semble. C’est le programme d’ordinateur qui se charge de faire apparaître la succession des messages qu’il juxtapose au fur et à mesure qu’ils lui parviennent. Dans ces conditions, tout se passe comme si le temps de « parole » devenait un « bien public » : ce qui est consommé par l’un n’entame en rien les occasions de parler des autres, le temps de parole n’est plus une ressource rare, chacun y est en droit d’occuper la place qu’il souhaite, voire d’inonder le lieu de ses messages (certains intervenants enchaînent dix messages de suite), même si des mécanismes finissent par jouer pour écarter ceux que l’opinion majoritaire finit par désigner comme gêneurs, ennuyeux, répétitifs, hors sujet13.

21En résumé, si l’on compare les débats sur les espaces Internet à deux autres formes classiques, le débat oral en interaction de face-à-face et les débats d’idées par journal interposé, on peut faire apparaître les différences suivantes.

Tableau 1. Les débats sur les espaces Internet

Tableau 1. Les débats sur les espaces Internet

Les croyances qui soutiennent les interactions

22Les caractéristiques techniques ne rendent toutefois pas compte à elles seules de ces rencontres improbables qui ont lieu sur le Net. La spécificité du Net, sa capacité à brouiller les ségrégations des univers sociaux, est aussi soutenue par un certain nombre de croyances. Les croyances développées par les promoteurs du média, rappelées par les animateurs des listes ou naïvement partagées par les entrants, permettent à la conversation de tenir, malgré les ratés fréquents (non-réponse, malentendus, délégitimation de la parole de l’autre, etc.) sur lesquels nous reviendrons plus bas. C’est d’abord la croyance à la présence, à l’écoute de l’autre : je parle, il y aura certainement quelqu’un pour me répondre. Le droit à obtenir une réponse, comme faisant partie des « allant de soi », est souligné par des protestations quand un message adressé à la cantonade tombe dans le vide ou quand le message explicitement adressé à un destinataire ne déclenche pas d’accusé de réception. C’est aussi la croyance à la fonctionnalité du brouillon, aux bienfaits de la forme d’un discours « écrit-parlé », intermédiaire entre l’oral et l’écrit, moins formel que l’écrit, plus décontracté, plus « spontané », plus sincère (forums médicaux), laissant jouer plus librement les associations d’idées (listes psy). C’est la croyance en la cordialité, la convivialité, l’amitié, la communauté, l’égalité, les possibilités d’intelligence collective qu’ouvre la communication sur Internet. Ces termes ne sont pas équivalents, plus ou moins communs (la convivialité), plus ou moins savants (l’intelligence collective, qui réfère aux travaux de Pierre Lévy (2000)), mais dessinent une utopie commune de l’interaction, foncièrement non ségrégative, libératrice, démocratique, bonne en elle-même.

Nouvelle sur le web, j’ai eu quelque raison de m’inscrire à liste 1 et j’ai suivi vos échanges depuis environ trois semaines, avec un vif intérêt. J’ose aujourd’hui, ajouter mon grain de sel. C’est tout simple: j’ai été tout à fait enthousiasmée par le parler vrai et imprévu qui circulait entre vous, si loin de celui des réunions professionnelles que je fréquente à reculons. Je me suis émerveillé de la liberté de ton que vous avez inventé, de votre capacité à installer la proximité dans la distance. Vrai, c’était à s’y tromper: Jean-Paul, Zaleno, Bernard et les autres, discutaient-ils à plat ventre dans l’herbe ou devant un feu de cheminée? Et voilà qu’on sent tout proche, comme une communauté de destin… Tout ceci est pour vous familier? En ce qui me concerne, j’ai eu envie de partager mon regard tout neuf et enthousiaste. Alors, sur liste 1, surtout, continuez… enfin, continuons… [La correction du « continuons » est intéressante. C’est par ce simple passage de la deuxième à la première personne qu’est créé le statut de membre.]

23La croyance en l’égalité et en la symétrie de principe autorise la discussion entre professionnels et usagers. Dans l’extrait suivant, un usager (liste 2) donne carrément son avis sur un point qui concerne la pratique professionnelle des analystes :

Bonsoir a tous, Si je puis me permettre de donner l’avis d’un(e) « patient(e) » — vous noterez au passage que le terme ne me parait pas outre mesure adequat — il me semble que vous compliquez inutilement la question du paiement des seances. Un analysant qui a integre son travail d’analyse trouve non seulement normal de payer les seances manquees mais au-dela meme de cette « normalite » s’en sert comme, disons de « de-culpabilisant »: j’ai pas envie d’y aller mais de toutes facons il/elle ne sera pas fache, ne m’en voudra pas, ne me desaimera pas, ne sera pas decu, etc. au choix, puisque je le/la paie (=mon argent, c’est moi, je « paye » de ma personne). X

24Dans cet autre, un usager demande des explications sur les ficelles et usages de la pratique professionnelle analytique :

j’ai déjà eu des entretiens préliminaires et j’étais rebuté, et même choqué, par le fait que l’analyste se place d’emblée dans un mode d’écoute analytique comme si je lui avait déjà donné ma confiance.

25Réponse d’un senior :

Oui, les entretiens préliminaires sont des étapes cruciales et malheureusement il n’y a pas beaucoup de garanties à ce que tous les praticiens s’y emploient avec la rigueur requise. Ces entretiens précèdent justement un engagement réciproque dans une cure. Si le candidat sent qu’il n’a plus le choix dès ces entretiens, il vaut mieux qu’il renonce tout de suite et qu’il aille consulter quelqu’un d’autre. C’est une pratique assez courante que de rencontrer plusieurs analystes potentiels, même d’écoles différentes, avant de faire son choix. Du côté analyste, environ deux tiers des premières rencontres n’ont pas de suite au-delà d’un seul entretien… Que le « courant passe » ou non, on reste dans la parfaite subjectivité aléatoire…

26La possibilité de ces dialogues entre professionnels et usagers est d’ailleurs soulignée par un usager (liste 3) comme signe de valeurs et de pratiques démocratiques :

Par contre là où je vois une démocratisation c’est lorsque sur une liste de discussion sont admis des analysants, leur côtoiement avec les analystes contraint ces derniers à se démocratiser tout d’abord dans leur langage, afin d’obtenir de réels échanges.

Styles d’échanges, supports techniques et métiers

27Les caractéristiques sociales et techniques du Net en matière de communication autorisent plusieurs styles d’échanges, une palette de formes de débats. Les styles des échanges apparaissent liés en partie aux supports techniques (liste ou forum) et aux univers professionnels. Sans verser dans un déterminisme socioprofessionnel ni technologique, on peut cependant repérer des caractéristiques techniques qui jouent tendanciellement sur les styles d’interaction. La technique est bien une variable consistante.

28Il serait intéressant de comprendre par quels mécanismes concrets telle profession choisit tel support technique, lui-même donnant ainsi forme au débat et condensant déjà, en tant que technologie à la fois matérielle et sociale (Demailly, 2000), des compromis sur la manière dont on peut s’adresser à l’autre. De fait, les deux supports de débat, le forum et la mailing liste, ne sont pas identiques et ne sont pas indifféremment choisis.

29La liste implique l’abonnement. Cet abonnement peut être géré par un robot, mais requiert souvent un contact par courriel préalable avec le « propriétaire » de la liste, son animateur, son modérateur et l’accord de celui-ci. Il y a donc moins d’entrées et de sorties que sur un forum, plus de fidélité, l’arrêt de la réception des messages demandant une procédure de désabonnement qui n’est pas toujours simple techniquement. L’ambiance est donc plus communautaire sur les listes : on y parle de « colistiers », on en est « membre » ou « résidant », on parle de la liste comme d’un bien commun ou, de façon quasi animiste, d’un être auquel on tient ou qui risque d’être détruit par la négligence de certains, ou encore en employant de nombreuses métaphores positives ou critiques (« cette liste, comme la parabole du semeur et du grain qui tombe sur la rocaille », etc.) qui matérialisent imaginairement le groupe. La liste a une histoire et une mémoire, que les anciens inscrits évoquent parfois, avec des disputes fameuses, des événements mythiques (par exemple, l’arrivée de GG sur la Liste 1, voir infra), des bons moments, des séquences intéressantes pour lesquelles on évoque périodiquement l’utilité de faire un vrai travail de relecture des archives.

30Si ces caractéristiques ne sont pas toujours absentes de certains forums, les forums diffèrent des listes par le fait que l’on y entre et sort « comme dans un moulin ». Le forum s’imagine moins souvent comme un groupe, les allusions aux archives sont plus rares, les références au passé lointain des interactions moins fréquentes.

31Une autre différence technique majeure entre le forum et la liste est que la forme courriel que prend le message sur une liste permet l’envoi de documents textes attachés, ainsi que de liens hypertextes et d’images, voire de séquences sonores accrochées au message. Les messages eux-mêmes tendent à être plus longs que sur les forums.

32Sur une des listes étudiées, les 100 messages postés du 4/11 au 12/11 ont, en ce qui concerne le texte original (c’est-à-dire nettoyé des en-têtes et des citations du texte auquel on répond), une longueur moyenne de 1 350 caractères. Si certains courriels n’ont qu’une ligne, d’autres comptent 55 000 caractères, soit la taille d’un article. À l’inverse, sur le forum www.fr.bio.medecine, la longueur moyenne des messages est de 770 caractères, soit la moitié moins que sur la liste. Dans les deux cas, la taille normale d’un message est le produit d’un travail collectif de négociation et de normalisation tacites (« Je sais que je suis trop long », « pour faire plaisir à X, je vais économiser de la bande passante », « pensez à ceux qui n’ont pas de connexion rapide », « pouvez vous en dire plus »), ainsi que des rappels à la netiquette.

33Une dernière différence notable est le plus fort taux de féminisation des listes.

34La proportion de femmes écrivant est de 41 % sur Liste 2 (sur deux ans), liste de psychanalyse, alors que sur le forum médical étudié, pendant la durée d’observation, 20 % des messages (et 13 % seulement de la longueur des textes en nombre de caractères) sont signés d’un nom féminin (les messages signés d’un nom masculin représentent 62 % du nombre des posts et 73 % en nombre de caractères ; ceux signés d’un nom « indéterminé » représentent 18 % des posts et 14 % en nombre de caractères). (Rappelons qu’en France, le taux de féminisation du corps médical, généralistes et spécialistes confondus, est de 30,7 %.)

35Le dispositif de la liste tend donc à produire des débats à priori plus intellectuels, plus documentés, plus proches de l’échange littéraire, savant ou technique, que le dispositif du forum, qui tend lui à produire des échanges parfois plus proches des stéréotypes de la conversation « de bistrot » ou « de salon », c’est-à-dire sans inhibition mais sans grande responsabilité non plus. Les intervenants de passage qui ne « reverront » pas leurs interlocuteurs se soucient peu de l’image qu’ils laissent. Seuls les fidèles veillent à leur image. La liste se caractérisant par une plus grande fidélité de ses abonnés (parfois 6 ou 7 ans pour le « noyau dur »), la gestion des images fait que les messages y sont souvent plus réfléchis.

  • 14 Les essais de forums échouent : 10 messages en 6 mois pour le site de carnet psy, qui offre aussi u (...)

36Quels usages les professionnels préfèrent-ils ? Dans le domaine de la médecine proprement dit, les forums sont actifs, on y trouve de nombreux médecins à coté des profanes, et les médecins utilisent également les listes, nombreuses, dont l’objet est spécialisé. En revanche, les psychanalystes utilisent exclusivement la technique de la liste14. Les prétentions littéraires et intellectuelles des psychanalystes ainsi que leur conception communautaire du travail collectif trouvent davantage de connivence avec ce dispositif d’échanges. L’échange avec les pairs et les curieux, si modeste soit-il, ne saurait se dérouler dans un cadre instable, il implique un certain engagement de la personne dans la parole. L’idéologie de l’égalité de tous devant la prise de parole et son caractère « grave » y sont plus forts : du coup, par exemple, la proportion de messages sans réponse y est très faible.

37Ajoutons que des spécificités importantes isolent, à l’intérieur du secteur psy, les listes psychanalytiques des autres listes, en psychologie notamment. La liste Psychologie se rapproche plutôt de www.fr.bio.médecine quant à son fonctionnement.

Travail intellectuel collectif ou simple confrontation d’opinions arrêtées

38Parmi les interactions durables, quatre formes nous paraissent identifiables.

  • 15 « Troller » signifie pratiquer une forme de provocation. L’intention du trolleur peut être maligne (...)

39La première, que nous n’étudierons pas en détail, consiste dans le maintien ou la célébration du lien : suite de plaisanteries, congratulations mutuelles, « trolls » bénins15, digressions sur la technologie de communication elle-même (notamment sur les virus).

40La deuxième est celle des espaces de travail, sans doute moins formalisés et légitimes que l’édition, mais nettement plus interactifs, relativement proches du fonctionnement d’un séminaire de recherche, avec sa présentation de « documents de travail », de « premiers jets », de « brouillons », d’idées en gestation, offerts à la critique d’autrui, ses échanges d’information, comme cela a pu être étudié à propos de la communication par courriel entre chercheurs (Grosetti, 1998, Paravel, 1998, Rosenthal, 1998).

41La troisième est celle de débats citoyens autour des problèmes de politique publique de santé.

42La quatrième est celle de la simple confrontation d’opinions arrêtées. Dans ce dernier cas, même si l’interaction « tient » durablement, les interlocuteurs défendent des positions antagonistes sans chercher véritablement à amener l’autre à modifier ses positions.

43Un des problèmes qui se pose au chercheur est d’établir selon quels critères il peut, tout en résistant à l’ethnocentrisme intellectuel, identifier qu’un espace d’interactions a permis un travail collectif et qu’un autre est resté voué à la doxa. Cette objectivation est nécessaire pour éviter les images spontanées qui viennent, à l’esprit du chercheur, cristalliser cette opposition ou qui sont explicitement proposées sur les espaces de débat eux-mêmes (saloon, salon de thé, piste de danse, bibliothèque, bistrot, séminaire). Il semble qu’un critère utilisable pour identifier et objectiver une conversation comme étant « de travail » puisse être le fait que les participants acceptent de se laisser entamer par les questions des autres et le reconnaissent explicitement, qu’ils avouent avoir changé de position après l’échange ou qu’ils admettent avoir appris quelque chose d’autrui, voire même y avoir pris plaisir. Ces attitudes sont repérables et explicites dans les écrits que nous nous autoriserons à classer comme parties prenantes d’interactions de travail. Celles que nous avons qualifiées de débats citoyens sont aussi de ce type. À l’inverse, on trouve des « débats » qui ne sont que des juxtapositions d’interventions que ne régule aucune norme consensuelle en matière de rationalité de la discussion.

44Présentons maintenant rapidement les deux principaux types d’interactions qui se révèlent « tenir », celui du travail intellectuel et celui de la confrontation statique d’opinions arrêtées.

Lieux et moments du travail intellectuel

45Le caractère dominant des listes de psychanalyse (hors période de crise comme après le 11 septembre 2001 ou quand des « marionnettes » peu soucieuses de la netiquette envahissent la « bande passante ») est qu’il s’agit de lieux de travail intellectuel collectif, au même titre que l’usage du courriel tel qu’il a pu être analysé à propos de la communication scientifique des chercheurs ou d’un fonctionnement de séminaires. Des thèmes comme celui de l’intelligence collective sur Liste 1, celui la réforme du nom de l’enfant et des nouvelles formes de famille (couples homosexuels ou autres) sur Liste 2, courent en filigrane pendant plus d’une année. Sur Liste 3, les transcriptions des textes de Lacan correspondant à des séminaires non encore publiés et leurs différentes versions sont critiquées dans le détail. On est ici dans des fonctionnements proches de ceux du champ intellectuel, avec annonces de parution, signal de manifestations intéressantes, textes donnés en lecture pour réactions critiques, demande d’aide pour des traductions :

– … J’ai besoin d’aide à propos du texte de Freud « État amoureux et hypnose » (chapitre 8. Essais de psychanalyse). L’un d’entre vous pratiquant la langue allemande pourrait-il nous retraduire ou confirmer la traduction des deux passages qui suivent:

– Dans la nouvelle traduction (Payot) p. 179 /…/ ou bien discussions cliniques sur des cas ou sur des modalités de la pratique professionnelle :

– Dans mon service j’ai reçu un jour une dame avec une demande qui s’annonçait purement sociale et ayant trait à l’orientation scolaire de son fils dit « caractériel ». /…/ /…/Voilà, c’est un cas particulier peut-être, mais qui me fait néanmoins réfléchir.

– Comment allez-vous éviter qu’il subsiste un lien de dépendance en fin d’intervention? Poueez-vous être « tué » en tant que « père » transfériel? Ca va poser problème!

  • 16 Un exemple de prise en charge d’une étudiante :
    — Bonjour à tous, je n’ai pas l’air très active sur (...)

46La représentation partagée de la liste est celle d’un espace de production collective ou de débats utiles pour faire avancer chacun dans ses productions personnelles. Des débats se nouent, par exemple, sur Liste 3 souvent dans le domaine de l’histoire de la psychanalyse, sur les rapports entre Ricœur, Freud et Lacan, ou Bataille et Lacan. Les échanges sont scandés par des remerciements pour telle contribution qui a permis de réfléchir, d’avancer, ou pour telle donnée bibliographique, pour lesquels ces listes constituent de fait une mine de renseignements. Les jeunes sont pris en charge, quant à des pistes de travail16.

Les confrontations d’opinions arrêtées

47Forums et listes sont également les lieux d’opposition de doctrines scientifiques, morales ou politiques. Les affirmations de position y prennent un tour dogmatique.

48Par exemple, la « discussion » Pour ou contre la pansémiotique, sur Psychologie, a comme protagonistes principaux deux seniors, spécialistes de domaines que notre inculture psychologique ne nous a pas permis de clairement identifier. Mais ils sont érudits dans leur domaine et passionnés. L’objet de la confrontation est la pansémiotique et l’analyse des phénomènes allergiques. La question est de savoir si toute allergie s’explique par la psychologie ou non. Les courriels sont longs (plusieurs pages chacun), nombreux et s’échangent quasiment tout au long des 22 jours observés.

49À la fin des échanges, personne n’a changé d’opinion. Il en est de même pour la « discussion » que nous avions nommée « Pour ou contre le PACS », ainsi que de « Lacanisme et cognitivisme », où les deux orthodoxies rivales s’affrontent dans le champ de l’explication de la maladie mentale.

50Les espaces Internet sont aussi le lieu de débats longs et récurrents à propos de questions politiques, comme les événements du 11 septembre et le Moyen-Orient sur les listes de psychanalyse. Sur Liste 1 par exemple, au moment de la reprise de l’Intifada, 700 messages environ ont été échangés en trois mois sur la question du Moyen-Orient. Les politiques de santé donnent aussi lieu à ce type d’échanges.

  • 17 Rhallalalalalalala, indécrottable l’Elie….
    Tu es un janséniste de la pensée sur les systèmes de sant (...)

51Le trait le plus frappant de l’ensemble de ces débats est que non seulement les opinions, bloquées, sont exprimées crûment, mais l’opposition aux opinions adverses incarnées par l’interlocuteur est elle-même peu euphémisée. Le fait que les interlocuteurs ne soient pas en présence physique les uns des autres explique sans doute l’un des traits. D’où la poursuite de relations conversationnelles durables fondées pourtant sur des échanges d’invectives ordinairement réservés aux seules relations éphémères (du type échanges d’insultes entre automobilistes). Tout se passe comme si les interlocuteurs, s’accordant sur l’intérêt à prolonger le dialogue qui est la raison d’être de leur présence sur le forum, et la source du plaisir à y écrire chaque jour, s’ingéniaient à situer leur discours juste en deçà du niveau de rupture. D’où l’emploi d’un registre d’insultes tout à fait spécifiques, parce que précisément calculées pour ne pas blesser l’adversaire, et l’utilisation de smileys qui tempèrent les effets d’une expression qui pourrait apparaître trop agressive17.

52Les dialogues qui se prolongent sont, le plus souvent, des passes d’armes entre ennemis rapidement intimes, où l’invention verbale, la nécessité de ne pas perdre la face (même si l’horizon temporel de cette gestion d’image est court), les gains narcissiques immédiats comptent plus que la volonté de parvenir à un consensus rationnel. L’invention rhétorique qu’autorise le bas niveau de censure est sans doute une des choses qui font le plaisir d’écrire sur les forums Internet.

Les ratés de la définition de situation

53À la suite de Goffman, nous appelons ainsi les cas où l’accord sur les croyances est en fait démenti par des interactions en impasse, dont les figures les plus frappantes sont les questions sans réponses, les monologues « délirants », les provocations, les dérapages de la violence verbale. Des déceptions peuvent s’ensuivre par rapport aux idéaux confiants de la communication.

Les « lettres mortes »

  • 18 On peut avoir une idée de la répartition entre « habitués » et « nouveaux-venus », en observant la (...)
  • 19 Avec un sentiment de l’urgence, qui, comme l’avait déjà remarqué Hughes (1996), est toujours en déc (...)
  • 20 Si ça te soulage, j’ai trouvé beaucoup plus efficace l’essence de menthe poivrée. Le synthol est pa (...)

54Les questions laissées sans réponse contreviennent à la norme de convivialité et d’écoute. Elles sont plutôt le fait des nouveaux-venus. Les nouveaux-venus18 sont souvent les porteurs des thèmes qui vont se révéler en fait tacitement (ou explicitement selon les termes de la charte) exclus du site. Par exemple, un des grands motifs d’intervention des profanes sur fr.bio.medecine est la recherche d’information à propos d’une affection grave récemment diagnostiquée. Ces profanes viennent sur le site animés par l’espoir d’y trouver une réponse à des demandes de renseignements sur des symptômes ou des pathologies graves, des traitements lourds ou encore des institutions ou des médecins19. L’absence de réponse montre bien que les participants partagent une définition plus ou moins tacite du « grave » et du « non grave ». Le domaine du « grave » interdit tout échange de conseils précis, celui du « non grave », à l’inverse, autorise en l’absence de risque et d’angoisse les échanges nombreux, souvent entre profanes, de conseils d’automédication20.

55Un exemple de question sans réponse :

Bonjour, Mon mari agé de 68 ans est atteint d’un carcinome à petites cellules, inopérable. Il a des métastases dans la colonne vertébrale et fémur/…/ Quelqu’un peut il me renseigner sur les autogreffes de moelles osseuses (efficacité, lieu de traitement, durée de chances d’amélioration ou de guérison). tout autre renseignement sera le bienvenu. merci par avance. Sylvie

56Ceux qui posent des questions sur des thèmes exclus se voient opposer le silence ou, dans les meilleurs des cas, des précisions sur ce qu’il est possible de faire sur le forum. L’exemple suivant, sur Psychologie, la discussion que nous avons nommée « Fabrice n’obtient pas de réponse », permet de repérer en détail un mécanisme soutenu de non-réponse, malgré l’insistance du demandeur. Il s’agit typiquement d’un « raté de définition de situation » : Fabrice pose des questions qui n’ont pas la bonne forme par rapport à la norme de la communication :

Fabrice

Bonjour,

Je vous adresse à toutes et à tous tous mes vœux de bonheur pour cette nouvelle année.

Voici pour débuter quelques sujets de méditation destinés à des psychologues, psychothérapeutes ou étudiants…. Ne vous méprenez pas sur la simplicité qui peut sembler évidente des sujets abordés!!

1/ pouvez-vous argumenter et me démonter en quoi la paranoïa est à ranger dans la classification des psychoses et en quoi c’est une pathologie de la pensée?

2/ Sur le plan éthique, que signifie respeceter le Sujet en l’aidant à se guérir de ses psychopathologies plutôt que de le guérir?/…/.. (suivent deux autres questions du même style)

J’attends le fruit de votre réflexion et je vous en remercie

Psy 8

Ahhh ce sont des partiels?

Fabrice

Erreur, mon cher(…), ce ne sont pas des partiels et quand bien même ce le serait, la réflexion collective ne peut faire que progresser. Votre réponse ne me surprend pas pour autant!! Attention aux idées préconçues!! J’ai 42 ans et mon cheminement me conduit à approcher la psychopathologie après un cursus universitaire en R.H./…/

Acceptez-vous d’ouvrir le débat et de me faire profiter de vos acquis concernant les sujets que je vous ai présentés?

X

Franchement, j’ai cru moi aussi que c’était des partiels ou des questions pour un concours de recrutement. Et la forme tres scolaire des questions n’invite guère à répondre, car cela semble aux antipodes d’une réflexion clinique et/ou théorique.

57Nous coupons les réactions de Sabine, de Michelle et d’étudiante 2, du même type que X. Fabrice reprend :

Je vois que la forme de mes questions rebute, trop simpliste pour certains. Sabine estime qu’il n’y a pas d’attrait intellectuel… Michelle, Psychologue, souhaite semble-t-il se plonger dans une réflexion clinique ou théorique. Pardonnez-moi Michelle et (étud 2), de ne pas répondre à mon tour à votre désir (hic!), mais tout simplement là n’est pas l’objet de mon attente. Chers amis, c’est une approche en psychopatho comparée (propédeutique). En tant que Spécialistes (Michelle+Sabine), je pensais que vous l’aviez compris et que vous pourriez vous mettre à ma portée.

Michelle

Prenez-vous toujours aussi mal les réflexions des personnes qui vous répondent alors qu’elles essaient de vous aider ou de celles qui ne sont pas d’accord avec vous?/../

De plus, vous n’êtes pas qualifié pour juger notre niveau de compétence quel qu’il soit.

Fabrice

Michelle, /…/Vous vous imaginez maintenant que je « juge votre niveau de compétence ». Je vois là un trait caractéristique de la paranoïa, la représentation que vous avez de mes paroles est étonnante et témoigne probablement de votre jeunesse. Peut-être devriez-vous faire attention si vous recherchez un job? Que s’est-il passé dans votre vie pour que vous soyez si impulsif? Bien à vous

Psy 8 intervient une seconde fois de façon moqueuse. Fabrice réinsiste pour légitimer ses questions, en vain.

58La discussion qui comporte en tout 12 messages s’arrête là, les interlocuteurs laissant tomber en quelque sorte. Fabrice n’obtiendra jamais la moindre réponse. Cela peut être rapporté à une erreur de style de Fabrice, prétendant mal inspiré (Bourdieu, 1976). Il n’a pas le ton qu’il faut, il n’a pas saisi les normes implicites de la liste. Par cet exemple, on voit que la pratique des listes exige des compétences particulières de communication, notamment la capacité à rectifier rapidement si on n’a pas démarré l’échange avec un ton qui passe. Ici, dans le cas de Psychologie, la norme est la suivante : le sujet de l’énonciation doit toujours être mis en avant, voire mis en scène, l’implication personnelle dans les questions posées doit être explicite, sinon à la première formulation des questions, toujours à la deuxième, en réponse à : mais pourquoi posez-vous cette question ? En quoi vous concerne-t-elle ?

Les monologues de dénonciation

59Parmi les discours ordinairement écartés des débats publics, certains discours de dénonciation dont Boltanski (1984) a montré qu’ils pouvaient être taxés de « délires » par des locuteurs ordinaires, trouvent sur le Net les moyens de leur « publication ». C’est ainsi que, pendant la période d’observation, deux « complots » étaient dénoncés sur www.fr.bio.médecine : l’attribution du SIDA au virus HIV (et la commercialisation forcée par Glaxo-Wellcome de l’AZT) et les dangers de la vaccination en général et du vaccin contre l’hépatite B en particulier. Certains de ces discours de dénonciation présentent les traits typiques décrits par Boltanski, notamment des procédés pour « grandir » fantasmatiquement les différents actants de la dénonciation (en tout cas, dans le cas présent, la victime, le dénonciateur) ou le discours de dénonciation lui-même (référence à une « personne collective douteuse », grandeur absolue de la victime, « tous menacés : animaux, humains… »), emploi de surcharges typographiques, fréquence atypique du point d’exclamation, emploi de majuscules

Organisation: L’anti dictature vaccinale française!

Subject: Re: VACCIN HEPATITE B Reponse A……

Ce ne sont probablement pas les prions qui sont à l’origine de la maladie de la Vache Folle.

Cette épidémie n’en est pas vraiment une… Elle n’est liée à aucune contamination ni CONTAGION, comme le démontre son extension aveugle et incohérente.

Elle n’est probablement que la résultante d’un empoisonnement massif par l’ALUMINIUM.

Nous sommes tous menacés: animaux, humains…

Nous autres, humains, sommes déjà touchés. Mais nous baptisons nos troubles différemment Maladie de Creutzfeld Jacob, Maladie de Alzheimer, Démence, Chorée de Huntington, Autisme; Chaque fois, à l’autopsie, les lésions sont identiques des vacuoles apparaissent dans les neurones. C’est l’encéphalite spongiforme, c’est à dire en forme d’éponge! Ces lésions microscopiques sont celles que l’on observe lors de l’intoxication par l’aluminium.

Aujourd’hui, la plaisanterie a assez duré

Il faut cesser l’empoisonnement par l’aluminium!

Les personnages qui défient la netiquette

60Une autre forme d’impasse des interactions, qui peut aller jusqu’à des crises graves mettant en jeu l’existence même de la liste, est l’apparition d’un personnage qui contrevient systématiquement aux normes de la netiquette et provoque ses interlocuteurs. Voici deux courts extraits de messages de GG (pseudo, de sexe inconnu) sur Liste 1 :

On avance à fleuret moucheté ici… Les enculages de mouche se trament dans la régulation polie des adoubements et conte-adoubements… La prise de pouvoir s’opère en maëutique sophistique… Cher machin, cher truc… Voilà mon petit fond de commerce-intello-clinico-conceptuel… Ah oui mais les mains dans la vie, jamais, je mouille juste mon doigt pour tourner les pages des trop nombreux livres que je thésaurise et index pour citations de salon… Les panpan cu-culs du modérateur pour les vrais-faux écarts du jeu de dupes… Drôle à mourir…

J’avais déjà observé que le psychanalyste est une espèce qui utilise le questionnement non pas comme mode de préférence de la vérité, en superposant d’une bonne foi, toutes les excellentes réponses au pertinentes questions que sa curioisité suscitent. et comme en plus, il ne saurait être sec, re-englobant d’un intellect totalitaire sa compréhension, du monde, de lui-même, de dieu et des mouches donc… Il ne lui reste plus qu’à user de pirouettes cacahuètes pour se retomber tel un chat sur ses pattes… Je disais donc… Socrate est mortel. Tous les chats retombent sur leur pattes… Donc Socrate n’est pas un chat…

61C’est le début de longues tentatives infructueuses pour faire rentrer GG dans le rang et d’une longue polémique entre les membres de la liste pour savoir s’il faut « virer GG » :

VirerGG? C’est virer quoi? Un discours. Ca s’appelle la censure. Je suis contre. Le discours continuera d’exister quoi qu’il en soit, ailleurs, sauf qu’on se sera bouché les oreilles.

62Les joueurs de l’identité, bien que leur droit à jouer de leur identité soit reconnu et parfois même défendu, suscitent une forte agressivité, de même que l’usage avoué de pseudos, vécu comme une provocation (à l’inverse de leur usage discret qui ne suscite en général pas de remarque).

Les dérapages verbaux et les fins de dialogues

63Lors des dérapages verbaux, le niveau de violence s’élève au point qu’un des partenaires décroche : cessation du dialogue. Les échanges ont basculé vers la confrontation d’opinions violentes autour des événements du 11 septembre et de la guerre au Moyen-Orient où les accusations d’antisémitisme et les insultes personnelles ont brusquement flambé :

Le vomi de M. sur la liste m’éclaboussait via l’écran

64ou

R devrait se détendre un peu, boire une tisane, fumer, faire du footing… Peut-être cela lui éviterait-il de jacasser à tour de bras, d’éclabousser de ses n’importe quoi. Ces jugements à l’emporte-pièce, pour ne point dire son racisme, son antisémitisme foncier qui éclatent ici, dénotent un état d’esprit peu fait pourvenir en aide à la paix, et pour les personnes qui sont actuellement en train de souffrir, tandis qu’elle, elle se pelotonne dans ses jugements à la gratte-moi-le-nœud, ses sautes d’humeur de nantie acariâtre.

65qui ont abouti à des désabonnements des listes (ou au moins à des annonces de désabonnement).

Les déceptions

66C’est alors la déception pour celui/celle qui s’était naïvement installé(e) dans la croyance à la convivialité. Les deux extraits ci-dessous témoignent de l’amertume qui accompagne ce dessillement :

• Pardonnez moi d’être entré par hasard dans la Tour de Babel des Médecins de l’esprit humain! Me voici donc affublée d’un gracieux bonnet d’âne, tout a fait assorti à la malice de mon regard! Je remercie chaleureusement ceux qui ont eu la gentillesse de répondre a mes interrogations. Ils m’on apporté la confirmation que ma quête ne relevait pas de votre science, mais de l’humanisme et du bon sens (même maladroit!) Je vais donc la poursuivre sous d’autres cieux, moins érudits mais davantage tournés vers la solidarité et l’humilité.

• Oserais-je vous suggérer de faire l’effort de vous mettre à portée de l’être humain de base, pour indiquer à l’entrée de votre liste qu’il s’agit d’une confrérie hermétique reservée aux chercheurs qui considèrent l’humain comme un cobaye plus que comme un égal,

Réglement de comptes a cyber-city… avec prise en otage d’abonnés innocents qui croient voir un débat psy dans un vague (mais violent) conflit d’interets personnels! J’ai l’amère impression (et je sais que je ne suis pas la seule!) d’avoir été « utilisée » a des fins personnelles indéterminées dans une querelle (déjà ancienne) dont nous ne connaissons que la petite partie émergente!

Sous les décloisonnements, les rapports sociaux ordinaires

67Le « naturel », en l’occurrence le social, retrouve aussi ses droits, avec ses identités civiles et ses rapports de force symboliques.

68On peut observer, sur les listes (mais pas sur les forums où le lien est moins communautaire), le dévoilement progressif des identités et le travail stratégique de présentation de soi. Après quelques échanges et un certain temps de « fréquentation », les gens disent parfois : il serait temps que je me présente, et déclinent alors leur métier et les raisons de l’intérêt pour les sujets discutés. La pression à l’abandon des pseudonymes va dans le même sens de retour à la normalité des rapports sociaux. Alors même qu’Internet permet la création de personnages, de marionnettes, les personnages sont finalement priés sur les listes de rentrer dans le rang, de cesser de « jouer » et doivent réintégrer leur identité sociale, caractérisée par le nom d’état
civil, la profession et le sexe, faute de quoi ils s’exposent à une agressivité certaine ou à des accusations de « perversité » (comme ce fut le cas sur une liste psy).

69Après un certain temps d’échange donc, les rapports de force symboliques rétablissent souvent, contre et malgré l’utopie, les hiérarchies entre orthodoxes et hétérodoxes (médecine officielle et chiropractie, ostéopathie, etc., psychanalyse d’école légitime (ECF, SFP…) et psychothérapies d’obédiences diverses ou syncrétiques), professionnels et patients, dominants et « prétendants » (professeurs et étudiants de la même discipline, seniors et juniors, au sein d’une même profession), professionnels et « amateurs ».

Les prétendants hétérodoxes

70Les modes d’argumentation des prétendants hétérodoxes, par exemple sophrologues sur une liste de psychanalyse ou chiropracteurs sur une liste de médecine, présentent la même structure : intervention de l’hétérodoxe à la fois pour légitimer son approche et pour « racoler » des clients, puis coalition des orthodoxes pour le délégitimer, le réduire au silence, voire le chasser de l’espace de discussion.

71Sur www.fr.bio.medecine, un jeune étudiant en « chiropractie » cherche d’abord à afficher, de façon pathétique, aux yeux des « médecins légitimes », le sérieux de sa discipline et celui de ses représentants. C’est ainsi que ses premières interventions consistent à énoncer bien fort ce qui est si profondément ancré dans la pratique des détenteurs de la légitimité que cela va ordinairement sans dire : ici, la référence à « l’anamnèse » et à « l’examen clinique », qui plus est énoncée dans une proposition d’allure naïve ou puérile (« le monsieur ») produit l’effet inverse de celui souhaité et apparaît plutôt comme vulgaire psittacisme :

le monsieur qui a consulté cette personne aurait du mener une anamnèse correcte et un examen clinique correcte

72Le représentant de la médecine officielle ayant décidé de sortir du silence, au nom de la sécurité des patients (« Les patients qui consultent un chirotruc ne sont pas en sécurité »), toute la difficulté pour lui est alors de répondre au prétendant sans lui accorder, par le fait même de répondre, une quelconque légitimité, un quelconque sérieux : c’est ce qui explique, par exemple, que pendant tout le fil, il refusera d’appeler la chiropratie autrement que « chirotruc », dont il dénoncera systématiquement le caractère vénal. Poussé à bout par ce mépris affiché, l’hétérodoxe renonce à la recherche de la reconnaissance pour passer à l’offensive (« toi sur ta plaque tu as mis méditruc de base »), mais finit par se disqualifier par sa violence même et abandonne le combat.

Les juniors et les amateurs insuffisamment éclairés

73Il arrive que des jeunes se fassent remettre à leur place (taisez-vous un peu !). Dans l’exemple suivant, deux jeunes vont successivement faire montre de méconnaissance de l’histoire de la psychanalyse, à propos de JAM (Jacques André Miller, gendre et exécuteur testamentaire de Lacan). Le deuxième suscite l’irritation.

M (senior)

Quand je pense que c’est moi qui ai donné l’idée à Siboni de créer une association avec cotisations pour couvrir ses frais alors qu’il vivait dans la terreur quotidienne de la faillite et du procès de JAM.

T (jeune)

Chère M., Pour moi, le JAM, c’était une salle de jazz à Montpellier… De quoi parlez-vous? Amicale, T,

M.

Ah, T, heureusement que vous êtes là!/…/

D (jeune)

Que d’echanges incomprehensibles.. une association appelee Jam (qu’est ce que ca veut dire au juste? en quoi consiste t elle?),des exclusions (pourquoi d’ailleurs?),de l’animosite… si vous utilisez cet espace pour echanger, pouvez vous au moins expliquer aux lecteurs? D

M (senior)

Chère D, Je crois que mes messages sont très clairs du moins pour ceux qui ont une information minimale du paysage des institutions analytiques et de leurs relations. C’est pourquoi je ne vais pas encombrer la liste avec des informations que tout le monde connait.

74Les forums et listes sont le lieu idéal d’expression des autodidactes, des « amateurs ». Comme l’idéologie de la communication de tous avec tous oblige ceux des « professionnels » qui fréquentent ces lieux à ne pas laisser sans réponse des interrogations d’« amateurs » qui en attendent une, les professionnels s’efforcent souvent de répondre avec amabilité et tolérance même aux questions qui leur apparaissent « naïves ». À condition que l’« amateur » reste dans son rôle. Dans le cas contraire, l’agacement prend le dessus :

Michel:

À propos de génétique, j’avais le chiffre de 27 000 enfants génétiquement différents possibles, pour un couple, à partir de 7% de matériel génétique variable et dans une émission datant de 1998 sur le clonage qui est passé il y a quelques semaines sur Planète, Axel Kahn parlais de 1 milliard

Jerry: J’ai beau me creuser la tête, cela ne fait aucun sens. /…/

75Un autre professionnel, Jean-Paul, qui avait commencé par répondre par un calcul statistique simple et sur un mode « bon enfant » (« notre popa », « notre moman »)…

On est fait de cellules à 46 chromosomes, 23 de notre popa et 23 de notre moman. Nos gamètes, mâles ou femelles, sont constitués, au terme de la méiose, de 23 chromosomes.

76… finira par refuser d’accorder le moindre intérêt à la question et, agacé par les maladresses et la prétention de Michel, terminera par des termes d’insultes de plus en plus blessants : « ballot », « nase », « stupide », « crétin » :

>Et même si j’avais tord votre méthode d’explication truffée d’insultes est d’une profonde bêtise.

Normal, c’est une explication pour crétin.

Les usagers qui inquiètent les professionnels

  • 21 Les rapports entre usagers et professionnels ont été suivis sur les listes de psychanalyse de maniè (...)

77Dans quelles mesures Internet peut-il contribuer à la transformation des rapports entre professionnels et usagers de la santé qu’encouragent, en France, une série de réformes appelant à un « partenariat » plus étroit entre les deux protagonistes ? À la lecture des interactions sur le Net qui ont ce thème pour sujet21, on peut parler d’ambivalence pour caractériser cette relation médecin/usager.

78Les professionnels expriment en effet régulièrement une certaine méfiance à l’égard de l’usage par les profanes d’Internet en matière de santé, tant à propos de la présence des usagers sur les listes et forums qu’à propos de leur utilisation des sites. Ils se demandent par exemple s’il ne faudrait pas reconstituer des lieux de discussion « plus techniques », « plus cliniques », où l’on serait entre-soi et où les discussions ne seraient pas perturbées par les malades. Ils se demandent également si la disponibilité de l’information médicale offerte par le Net ne risque pas de compliquer la relation médecin malade :

De plus en plus de malades débarquent chez les médecins avec des photocopies d’articles et réclament tel traitement, je redoute que ce mouvement s’accentue.

Sur l’Internet, on trouve de plus en plus de site sur des maladies rares. Les patients deviennent plus informés que les médecins qui les soignent.

79Sont également redoutés les dangers de cette autodidaxie d’un patient noyé sous une information pléthorique et parfois de mauvaise qualité et qui se croirait plus savant qu’il ne l’est.

80Quand ils ne sont pas mis en demeure par les usagers de modifier la relation professionnel/usagers et ne se sentent pas agressés ou quand ils réfléchissent entre eux à cette relation ou au rôle d’Internet, les positions peuvent être plus modernistes, plus volontaristes quant au changement. Le professionnel accepte alors de discuter avec l’usager, la norme étant la courtoisie et l’usage d’Internet comme espace démocratique.

81Mais dans le cours des interactions, l’usager, pour le professionnel, se révèle inquiétant, car la vision qu’il a du professionnel n’est pas celle que la profession a d’elle-même, parce qu’il est à la fois non respectueux et incompétent par essence :

je ne suis absolument pas certain que la majorité des patients soit véritablement capables de juger de la compétence médicale de leur médecin.

82Les plaisanteries révèlent méfiance et défense. De ce fait, nous pouvons employer le terme d’ambivalence pour caractériser globalement la relation professionnel/usager telle qu’elle peut se lire dans Internet.

83Remarquons cependant une différence. Les médecins ont tenu à créer un nombre important de lieux de discussion où ils restent « entre eux » (200 listes francophones environ alors que les psychanalystes, après avoir hésité, n’en ont créé aucun). Le style des relations entre professionnels et usagers est assez systématiquement moins tendu sur les listes relevant de la santé mentale que sur celles relevant de la médecine, où, à feuilleter les forums, il semble que les échanges, commencés courtoisement, se terminent souvent mal. À l’inverse, en santé mentale, si les rapports de force symboliques ne sont pas absents, les relations de pouvoir sont très fortement euphémisées.

84On pourrait faire l’hypothèse bien sûr d’une plus grande attention aux relations humaines dans le champ de la santé mentale, d’une plus grande sensibilité à leurs nuances, d’une précaution prise à l’égard d’usagers qui ont potentiellement des problèmes concernant la relation. Toutefois, il faut faire aussi intervenir le prosélytisme d’école ou de doctrine et la recherche de clients. Quand les courriels indiquent dans la signature l’adresse d’un site personnel, qui fait de la publicité pour la relation d’aide par courriel, ou l’adresse d’un cabinet, il est évident que l’usager sur le Net est bien accueilli parce que c’est un client potentiel et qu’il faut bien, dans les tons des premiers courriels, lui faire entrevoir la qualité de la relation possible.

85En ce qui concerne plus particulièrement la psychanalyse, c’est plutôt la discipline en général qui est défendue et les professionnels aident les usagers potentiels à s’orienter, les listes constituant alors un lieu de promotion de la profession et d’entretien global de la clientèle potentielle. Enfin, la question de la transmission modifie profondément le rapport entre le professionnel et ses clients. Pour le psychanalyste, l’analysant est un confrère potentiel. Consulter régulièrement un analyste est le premier élément de la formation au métier (alors qu’il n’est pas exigé d’avoir été malade pour devenir médecin). La relation analysants-analystes est plus proche d’une relation de compagnonnage. Ce souci de la transmission est un facteur d’euphémisation des rapports de force symboliques et donc de relative plus grande courtoisie des relations.

Les femmes empathiques et pédagogues

86Notre revue du poids des rapports symboliques ordinaires ne pouvait passer sous silence le rôle des stéréotypes de genre. Sur l’ensemble des listes et des forums, ce sont les femmes qui conseillent et consolent les « égarés » (certaines femmes sont affectueusement nommées « notre mère à tous »), les malades anxieux, les étudiants qui doivent finir dans un mois l’écriture de leur mémoire de maîtrise ou de DEA, les analysants manifestant de la bonne volonté culturelle.

87Les calculs faits sur l’ensemble des messages de la fenêtre d’observation du forum www.fr.bio.medecine montrent que, parmi les habitués du forum, les hommes se consacrent presque exclusivement aux débats internes aux habitués (et ce, d’autant plus qu’ils apparaissent haut placés dans la hiérarchie médicale), alors que les femmes répondent beaucoup plus fréquemment aux messages émanant des non-habitués du forum, notamment les « égarés », c’est-à-dire ceux qui posent des questions tacitement ou explicitement « hors-charte ».

88C’est ainsi qu’à la question « sans réponse » de Sylvie, évoquée plus haut, c’est une « femme », « Agnès », qui prendra la peine de répondre tout en tentant de consoler la questionneuse, et ceci, avec une compassion et une gentillesse toutes « féminines » (qui tranche en tout cas avec le machisme d’expert qui a ordinairement cours sur le Net, où les « mauvaises » questions se voient souvent répondre un « moron ! » (crétin !)), faites d’une multiplication de formes d’atténuation et d’euphémisation — conditionnel et subjonctif —, adjectifs d’atténuation (« petite » confusion), euphémisation (« le type de maladie de votre mari »), encouragements (« je vous souhaite beaucoup de courage »), etc. :

Vous savez, je crois que le mieux serait que vous demandiez aux médecins qui suivent votre mari toutes les précisions que vous souhaitez. C’est leur travail aussi d’expliquer les possibilités thérapeutiques. En l’occurrence, j’ai l’impression que vous faites une petite confusion, car à ma connaissance, on ne fait pas d’auto-greffes de la moëlle osseuse (auto-greffes de cellules de la moëlle osseuse, en réalité) dans le type de maladie de votre mari. Cette information vous a-t’elle été donnée par les médecins ou l’avez-vous lue quelque part? Vous voyez, sur ce genre de forum, il est impossible de donner un avis thérapeutique personnalisé […] Ceci dit, je vous souhaite beaucoup de courage à vous et votre mari.

89Quant aux messages que l’on pourrait ranger dans la catégorie « drague » s’ils étaient émis dans une situation de face-à-face, ils circulent surtout des hommes vers les femmes.

90Par rapport à ces stéréotypes de genre et ces « arrangements entre les sexes », les personnages non sexués, tel GG (voir supra) qui a réussi à cacher jusqu’au bout son identité sexuelle, n’en apparaissent que plus subversifs.

Conclusion

91Nous voudrions en conclusion revenir sur le cadre théorique que nous avons mobilisé pour analyser le fonctionnement des listes et des forums.

92Nous sommes partis de l’existence d’un certain nombre de contraintes structurelles, dont, en premier lieu, les contraintes techniques qui spécifient la communication Internet par rapport à la communication orale ou aux interventions dans l’espace public (presse, par exemple, par rapport à laquelle les contraintes d’entrée sont ici beaucoup plus faibles), ou qui sont différentes pour les listes et les forums. Sur ce point, nos listes et forums de santé sont bien représentatifs de ce qui se passe en général sur Internet. Nous avons montré aussi, à titre de contrainte structurelle, le poids des rapports de force symboliques qui séparent seniors et juniors, orthodoxes et hétérodoxes, professionnels et profanes. Nous avons en particulier plusieurs fois identifié des prétendants, faisant là référence à une catégorie de description du champ chez Bourdieu. Est-ce à dire que notre point de vue se résumerait à penser que l’Internet serait un champ et que les gens interviennent dans les listes et forums en mobilisant leur habitus ? Non, pour deux raisons.

93Premièrement, les débats sur Internet ne peuvent être construits en toute rigueur sous la figure théorique du champ, même si des homologies entre les débats sur Internet et les champs concernés subsistent. En effet, du fait que les conditions d’accès au débat n’existent pas, les hétérodoxes et les marginaux du réel social ont ici tout loisir de s’exprimer sans se voir opposer des droits d’accès. L’ordre des interactions n’est en rien homologue à l’ordre des concurrences structurelles des champs professionnels correspondants, il présente par rapport à eux des hypertrophies et des déformations. Par exemple, le champ de la psychanalyse tel qu’on pourrait le construire par une étude du système des Écoles, des associations, des enseignements et des revues, ne trouve pas une traduction fidèle dans les débats des listes de psychanalyse, même si certaines grandes concurrences y trouvent bien à s’exprimer. En ce sens, l’utopie égalitaire et ouverte d’Internet a une part de vérité : c’est un lieu d’expression où ne fonctionnent pas les censures préalables, où l’on ne peut pas empêcher les petits de jouer dans la cour des grands, n’importe qui de s’adresser à n’importe qui.

94Deuxièmement, les identités professionnelles, les positions sociales, les catégorisations sociales sont ici par définition brouillées, remises en jeu dans un tissu de négociations et d’apprentissages, voire de cache-cache, qui appellent le recours aux catégories et à la modélisation de l’interactionnisme symbolique, dans ses formulations les plus dramaturgiques.

Nos pratiques de positionnement et nos pratiques de désignation, envisagées comme un système unifié, servent donc à définir avec qui nous allons devoir être en relation en même temps qu’elles permettent que ces relations s’établissent,

95écrit Goffman (2002 : 88), qui reconnaît que ces deux ensembles de pratiques ont besoin du support de la vue ou du son, manquantes dans Internet. Les identités y sont même parfois carrément falsifiées ou jouées, par ceux qui en ont la capacité ludique ou en ressentent la nécessité (inhibition, malaise, cloisonnements ressentis comme nécessaires, volonté de protection de la vie privée ou professionnelle, désir d’exprimer ce qui n’est jamais dit d’habitude). Nous sommes, avec le débat sur Internet, dans un univers où ce qui compte, ce ne sont pas seulement les compétences des personnes, leurs caractéristiques et qualités, mais plus encore les performances immédiates des discours.

96Bien sûr, dans les débats les plus sérieux où les intervenants le font avec leur identité civile et leur adresse professionnelle, on peut repérer le fonctionnement du système des dispositions, des goûts et des prises de position. C’est particulièrement vrai du débat entre professionnels et usagers, qui se révèle particulièrement stéréotypé dès lors qu’il porte sur des généralités, telles que « les patients », les « médecins », et qui est assez uniformément révélateur des contradictions entre exigences consuméristes/demande de service public du côté des usagers, demande de reconnaissance sociale sans condition/désir de coopération et de lien social négocié, du côté des professionnels.

97En dehors de ces moments où la dyade professionnels/profanes alterne entre escarmouches méfiantes et bonne volonté coopérative, le plus souvent, si des réputations, des images se forment, c’est petit à petit, au long des interactions. Les rapports symboliques qui se construisent sont extrêmement mouvants, prompts à se retourner ou à se fragmenter, jamais garantis. L’espace d’interactions qu’occupent certains « personnages » fait que l’on ne sait plus où sont les « dispositions vraies » : dans le personnage qui dit écrire sous son identité civile ou dans la marionnette qu’il a lancée ? Ces dispositions, tout sociologue lecteur cherche à les reconstituer, de même qu’il cherche, par habitus professionnel, à reconstituer une profondeur et une continuité de personnes socialement situées, derrière les messages. Or ceux-ci ne livrent souvent que des surfaces à facettes.

98De ce fait, pour spécifier le lien social dont Internet permet l’émergence, nous pouvons penser à un espace de jeu, autorisé par la pratique de l’anonymat et le flou des identités, tissu mouvant et souvent imprévisible, de rôles instables et de micro-stratégies constamment actives, avec des gestions d’images et des processus d’apprentissage au cœur même des interactions.

99Sur le plan empirique, il serait utile d’interroger certains acteurs de ces listes, autour de cette question de l’identité et des exigences de liberté au cœur des identités qui semblent caractéristiques de formes actuelles de subjectivation. Nous nous proposons également de confronter cette étude à celle des usages du Web par d’autres groupes professionnels pour pouvoir généraliser et spécifier notre propos.

100Enfin, notre étude rejoint les interrogations contemporaines sur les formes nouvelles de l’individualisme (De Singly, 2003), des modes de subjectivation (Ehrenberg, 2000) et du lien social dans la société contemporaine (Putnam, 2000).

Haut de page

Bibliographie

ADAM, P., et C. HERZLICH (1994), Sociologie de la maladie et de la médecine, Paris, Nathan.

BEACCO (dir.) (1992), « Ethnolinguistique », Langages, no 105 : 8-27.

BEAUDOIN, V., et J. VELKOVSKA (1999), « Constitution d’un espace de communication sur Internet », Réseaux 17(97) : 121-177.

BOLTANSKI, Luc, Yann DARRÉ et Marie-Ange SCHILTZ (1984), « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, no 51 : 3-40.

BOURDIEU, P. (1976), « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 2-3 : 88-104.

BOURDIEU, P. (1979), La distinction, Paris, Éditions de Minuit.

BOURDIEU, P. (1982), Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

CONVERT, B., et L. DEMAILLY (2002), L’Internet et la santé, sites, listes et forums, approche sociologique, Contrat de plan État/région/IFRESI.

CRESSON, G., et F. X. SCHWEYER (dir.) (2000), Les usagers des systèmes de soins, Rennes, ENSP.

CUSIN-BERCHE, F. (1999), « Courriel et genres discursifs », dans J. ANIS (dir.), Internet, communication et langue française, Paris, Hermès, p. 31-54.

DE FORNEL, M. (1992), « Le cadre interactionnel de l’échange visionnaire », Réseaux, no 64 : 107-132.

DEMAILLY, L. (2000), « Le mode d’existence des techniques du social », Cahiers internationaux de sociologie, juillet : 103-124.

DE SINGLY, F. (2003), Libres ensemble, l’individualisme dans la vie commune, Paris, Nathan Université. (Coll. « Essais & recherches ».)

DIMAGGIO, P., E. HARGITTAI, W. Russell NEUMAN and J. P. ROBINSON (2001), « Social implications of the Internet », Annual Review of Sociology, 27 : 307-336.

EHRENBERG, A. (2000), La fatigue d’être soi, Paris, Odile Jacob.

GEORGES, E., et M. TOTSCHNIG (2001), « 20 ans de CMO. Dialogue sur l’histoire d’un concept et d’un champ de recherche », dans Actes du colloque de Sherbrooke, La communication médiatisée par ordinateur : un carrefour de problématiques, 15 et 16 mai.

GODARD, M., et Ph. GODARD (2001), L’Internet et la médecine, Paris, Masson.

GOFFMAN, E. (1973) « La présentation de soi », t. 1 de La mise en scène de la vie quotidienne. « Le sens commun », Paris, Éditions de Minuit.

GOFFMAN, E. (1974), Les rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit.

GOFFMAN, E. (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit.

GOFFMAN, E. ([1977] 2002), L’arrangement des sexes, Paris, La Découverte.

GROSSETI, M. (1998), « Communication électronique et réseaux sociaux », Flux, 29 : 5-13.

GUMPERZ, John J. (1982), Discourse Strategies, Cambridge, Cambridge University Press.

HUGHES, E. C. (1996), Le regard sociologique, Paris, EHESS.

LEVY, P. (2000), World philosophie, Paris, Odile Jacob.

MARCOTTE, J.-F. (2000), Les communautés virtuelles : mécanismes de régulation et identités sociales, mémoire de maîtrise en sociologie, Montréal, Université du Québec à Montréal.

MINISTÈRE DÉLÉGUÉ À LA SANTÉ (2001), L’usager au centre d’un dispositif à rénover, Plan santé mentale, « Rapport Roelandt Piel », novembre.

PARAVEL, V. (1998), « Réseaux scientifiques et communication électronique », dans N. Guéguen et L. Tobin (dir.), Société, communication et Internet, Paris, l’Harmattan, p. 121-138.

PROULX, S., et G. LATZKO-TOTH (2000), « La virtualité comme catégorie pour penser le social : l’usage de la notion de communauté virtuelle », Sociologie et sociétés, XXXII(2) : 99-122.

PUTNAM, R. D. (2000), Bowling Alone : The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon and Schuster.

Réseaux (1996), « Les usages d’Internet », no 77, mai-juin.

RHEINGOLD, H. (1995), Les communautés virtuelles, Paris, Addison-Wesley.

ROSENTHAL, C. (1998), « Les nouvelles formes d’organisation de la recherche, le rôle de l’Internet », Annales des Mines, février : 103-108.

SACKS, H., E. A. SCHLEGOFF et G. JEFFERSON (1974), « A simplest systematics for the organisation of turn-taking for conversation », Language, 50(4) : 696-735.

SMITH, Marc A., et Peter KOLLOCK (1998), Communities in Cyberspace, Thousand Oaks (CA), Routledge.

VION, R. (1999), « Approche relationnelle des interactions et des discours », Langage et société, no 87 : 95-114.

WATZLAWICK, P., Beavin J. HELMICK et D. JACKSON (1967), Une logique de la communication, Paris, Éditions du Seuil. (Coll. « Points ».)

WINKIN, Y. (1984), La nouvelle communication, Paris, Éditions du Seuil. (Coll. « Points ».)

Haut de page

Notes

1 Il fait partie d’un travail plus vaste qui concerne l’ensemble de l’Internet de santé, y compris les sites. Voir Convert et Demailly (2002).

2 Pour les études sociologiques, on trouvera un premier bilan-programme et une première recension dans l’article de P. DiMaggio, E. Hargittai, W. Russell Neuman, J. P. Robinson, 2001.

3 Nous n’avons pas pu retenir de lieu en psychiatrie. En effet, dans ce domaine, dominent les sites sans forums et quelques listes dont l’accès est réservé aux professionnels. Plusieurs forums ont fermé (celui de francipsy notamment). Les discussions ayant trait à la psychiatrie ont plutôt lieu sur des forums médicaux généraux, comme fr.bio.médecine. Le seul forum spécialisé, celui de serpsy, était trop pauvre et offre trop peu d’archives (119 messages disponibles en tout) pour valoir la peine d’être étudié.

4 Notre choix se justifie aussi de ce qu’il s’agit d’un lieu de discussion suffisamment large qui couvre l’ensemble des problèmes de santé, sans l’être trop comme medito, plus culturel, ni pas assez comme les listes, qui sont spécifiées par discipline médicale. Le meilleur répertoire, le site du Comité du Réseau des Universités, donne en tout 326 listes francophones ouvertes ou réservées. Les listes réservées aux professionnels, comme dermatoliste, à accès réservé, étaient moins pertinentes pour notre objet de recherche.

5 Un « fil » ou « une enfilade » (anglais thread) est une suite de messages se répondant les uns les autres sous un même titre, organisée en « arbre » par le robot gestionnaire du forum.

6 Nous avons, à partir des 144 « fils » répertoriés sur la période d’observation, construit des indicateurs statistiques à propos des fils eux-mêmes : taille des fils en nombre de messages, taille moyen des messages selon les fils, ceci en appoint à une typologie des fils (que nous n’évoquons pas dans le présent article). Quant aux participants eux-mêmes, nous les avons également caractérisés par un certain nombre d’indicateurs (fréquence d’apparition, taille moyenne des messages) que nous avons pu mettre en relation les uns avec les autres (voir infra, par exemple, les variations de la taille moyenne des messages selon le genre). Nous avons également construit le réseau des questions-réponses entre les intervenants les plus fidèles du forum et défini, par une analyse de réseau, la position structurale (centralité, intermédiarité, marginalité, etc.) de chacun. Là encore ces indicateurs de position structurale ont été mis en relation avec d’autres caractéristiques de l’intervenant (« genre », identité sociale ou professionnelle affichée…). Cette analyse n’apparaît pas dans le présent article.

7 L’inscription à une liste se fait par l’intermédiaire de l’hébergeur ou directement sur le site pour les listes « indépendantes ». Un abonné reçoit plusieurs mails par jour. Quand il participe en postant un message, la totalité des abonnés reçoit le mail.

8 Conversion sous Word de l’ensemble des messages, nettoyage de la partie non intéressante des en-têtes (on garde seulement l’auteur, la date, le titre), nettoyage des citations quand c’est possible. Sur la fenêtre d’observation choisie au hasard, de 22 jours, on trouve 93 messages, soit 79 pages de texte préparé en caractère 10, 22 personnages intervenants. Dans le cas d’entrelacement des courriels, les citations sont laissées en italique. Nous avons procédé à l’anonymat des textes, transformation des prénoms, des noms, des pseudos. Dans toutes les retranscriptions, nous avons conservé les messages tels quels, sans modifier l’orthographe ni les coquilles, mis à part des passages « blanchis » et signalés par des italiques qui utilisaient des noms propres.

9 Aleph, Clinic-psy, Carnet-psy, Forum de la psychanalyse, Dire, lacan-list, Freud-lacan, Lutecium, Psychanalyse, Questions-réponses-psy, Réseau-des forums.

10 Par exemple, le sujet « Dostoïevski souffrait vous le sav » commence effectivement par le rapport de Dostoïevski à la mort, mais se poursuit par une discussion pratique sur les anti-virus.

11 Nous avons pris connaissance d’un certain nombre de travaux d’analyse conversationnelle (de Fornel, 1992, Baudoin Velkoska, 1999) ou de sociologie des interactions sur Internet (Marc A. Smith, Peter Kollock, 1998). Voir également les actes du colloque de Sherbrooke, La communication médiatisée par ordinateur : un carrefour de problématiques, 15 et 16 mai 2001 et en particulier pour une recension des travaux, Éric Georges et Michael Totschnig, « 20 ans de CMO. Dialogue sur l’histoire d’un concept et d’un champ de recherche ». Notre cadre théorique, sans ignorer ces travaux, est spécifique. La plupart des travaux déjà nombreux relèvent pour l’essentiel de la psycho-sociologie des cyber-communautés, de l’analyse de conversation et de linguistique interactionnelle. Posant la communication comme objet épistémologique autonome, ils s’intéressent peu à la question des effets des rapports sociaux sur les rapports de communication, ce qui est à l’inverse central pour notre propos.

12 Combinaison de lettres utilisées en petit dessin pour tempérer une expression ou signifier un état émotionnel.

13 Certains modérateurs se gardent la possibilité de désinscrire, mais c’est un cas rare et une pratique peu légitime. Enfin, un abonné peut installer un filtre sur sa boîte personnelle et l’annoncer : « les messages de X vont désormais directement à la poubelle ».

14 Les essais de forums échouent : 10 messages en 6 mois pour le site de carnet psy, qui offre aussi un « chat ». Ou bien il s’agit de forums non essentiellement francophones comme Psychomundo.

15 « Troller » signifie pratiquer une forme de provocation. L’intention du trolleur peut être maligne quand il cherche à perturber les débats ou à se moquer des participants et de ce qui les réunit. Cependant, dans les phases atones des échanges, un participant habituel peut également « lancer un troll » pour le seul plaisir d’enclencher des suites de plaisanteries. Le « troll » est plus fréquent sur les forums que sur les listes.

16 Un exemple de prise en charge d’une étudiante :
— Bonjour à tous, je n’ai pas l’air très active sur cette liste et pourtant, je vous lis regulierement et ceci me reclame enormement d’attention
Je suis etudiante en licence de psycho et je viens solliciter votre aide : Je dois rendre dans 1 mois, un travail en psychopathologie de l’enfant. Mon choix s’est porté sur les phobies scolaires en regard avec le cas du petit Hans (freud) Je me demandais si les « phobies scolaires » étaient vraiment des phobies dans le sens « freudien ». Comment se fesait le choix d’objet phobique etc… Peut etre avez vous une idée la dessus ? des articles ? merci pour votre aide et felicitation pour cette liste qui m’apporte enormement au niveau de la reflexion. B.
— Chère B,
Le terme de « phobie scolaire » me semble inadéquat en psychanalyse. Mais il est bien évident qu’une phobie peut motiver un refus scolaire.
Concernant les questions que vous posez concernant le petit Hans et la constitution de l’objet phobique, avez vous travaillé déjà, dans le Séminaire IV de Lacan « Les relations d’objet » (1956-57) le très long commentaire de Lacan sur Hans ? C’est publié aux éditions du Seuil (bien sûr, il y a d’autres transcriptions, mais ce n’est pas toujours fastoche de les trouver). Lacan y revient, concernant les trois temps de l’Œdipe, dans son Séminaire de l’année suivante, « Les formations de l’inconscient », toujours au Seuil (même remarque). Enfin, vous trouverez des indications intéressantes dans « Jeunesse de Gide ou la lettre et le désir », dans les Écrits de Jacques Lacan.
Bon travail, cordialement, R.

17 Rhallalalalalalala, indécrottable l’Elie….
Tu es un janséniste de la pensée sur les systèmes de santé. Même pas un ayatollah, un simple pasdaran…..

18 On peut avoir une idée de la répartition entre « habitués » et « nouveaux-venus », en observant la répartition des fréquences d’apparition des différents locuteurs : dans la fenêtre d’observation, 60 % des intervenants n’apparaissent qu’une fois.

19 Avec un sentiment de l’urgence, qui, comme l’avait déjà remarqué Hughes (1996), est toujours en décalage avec le sentiment d’urgence éprouvé par le professionnel.

20 Si ça te soulage, j’ai trouvé beaucoup plus efficace l’essence de menthe poivrée. Le synthol est pas mal non plus dans ces cas-là. L’avantage de la menthe poivrée en plus c’est que ça donne un coup de fouet.

21 Les rapports entre usagers et professionnels ont été suivis sur les listes de psychanalyse de manière cursive en relevant systématiquement les passages qui permettent d’observer à la fois comment les usagers prennent la parole, ce que les professionnels pensent d’Internet au sujet de la coexistence professionnels/usagers et comment se concluent les interactions. Ils ont été aussi explorés systématiquement sur les forums par moteur de recherche avec les mots clés « médecins patients » et « médecins usagers ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les débats sur les espaces Internet
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4642/img-1.png
Fichier image/png, 148k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard  Convert et Lise Demailly, « Les interactions dans Internet », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 63-98.

Référence électronique

Bernard  Convert et Lise Demailly, « Les interactions dans Internet », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/4642 ; DOI : 10.4000/communication.4642

Haut de page

Auteurs

Bernard  Convert

Bernard Convert est chargé de recherche CNRS, CLERSE/IFRESI. Courriel : bernard.convert@ifresi.univ-lille1.fr

Lise Demailly

Lise Demailly est professeure de sociologie, Université de Lille I. Courriel : demailly@ifresi.univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org