Navigation – Plan du site
Articles

Les usages militants d’Internet

Vers un espace public transnational ?
Éric George
p. 99-124

Résumés

Nous proposons de nous interroger sur les caractéristiques de la formation d’un éventuel « espace public transnational » à partir de la mobilisation d’Internet de la part des composantes du « mouvement altermondialiste ». Nous avons abordé cette question en étudiant le développement des usages au sein de l’organisation internationale ATTAC, née en France en 1998 et présente, cinq ans après, dans une cinquantaine de pays. Cette analyse permet de mettre en évidence plusieurs apports potentiels du réseau informatique en termes de communication internationale, mais attire également l’attention contre les risques de ne pas tenir compte d’inégalités considérables à l’échelle planétaire. Au-delà des aspects techniques et sociaux liés à Internet, la formation d’un éventuel « espace public transnational » dépendra aussi des relations qui s’établiront entre autorités politiques et constituantes du « mouvement altermondialiste ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Certains « nouveaux mouvements sociaux » des années 1970 et des groupes plus récents ont adopté dès (...)
  • 2 Le qualificatif d’« altermondialiste » est sans doute préférable au terme le plus souvent employé p (...)
  • 3 Les deux expressions les plus présentes dans les discours de ces organismes sont sans doute les sui (...)
  • 4 L’expression de société civile nous semble ambiguë. La difficulté est sans doute liée au fait que l (...)

1Notamment depuis l’abandon du projet d’accord multilatéral sur l’investissement (AMI) discuté entre 1995 et 1998 au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), il est question du renouveau de la critique sociale (Boltanski et Chiapello, 1999) à une échelle internationale1. Nous assisterions à la formation progressive d’un mouvement, qualifié d’« altermondialiste2 », composé de groupes militants d’origines diverses, qui ont des sujets d’intérêt variés, mais qui portent fondamentalement leur critique sur les formes prises par les systèmes capitaliste et démocratique3. Or, si on considère en s’inspirant de John Keane (1988) que ces groupes — Keane parle de son côté de la « société civile » qui correspond à un ensemble plus englobant4 — ont pour objectif soit de participer directement à la communication publique au sein de l’espace public, soit de contribuer implicitement mais indirectement au débat public en élaborant des projets alternatifs, il importe de s’interroger sur la formation éventuelle d’un « espace public transnational ».

  • 5 Nous refusons d’adopter une position déterministe qui accorderait la priorité absolue à la dimensio (...)

2Cette question est d’autant plus d’actualité que, parallèlement à la montée en puissance de ces groupes « altermondialistes », nous avons assisté au développement du réseau Internet qui, après être né dans les milieux universitaire et militaire aux États-Unis, s’est répandu à partir de la moitié des années 1990 dans les pays riches. Comme l’ont montré John Leslie King, Rebecca E. Grinter et Jeanne M. Pickering (1996), la logique de mise en valeur du capital a progressivement pénétré le développement du « réseau des réseaux » et a permis sa croissance dans les sphères professionnelle et domestique par la création de nouveaux marchés (ordinateurs, modems, connexions, logiciels, etc.). Il en a résulté une conjonction5 entre deux phénomènes : d’une part, le développement d’un réseau mondial qui permet de connecter, du moins potentiellement, tous les ordinateurs entre eux ; d’autre part, l’émergence de nouvelles pratiques citoyennes visant à proposer une critique de la mondialisation économique et financière, voire plus généralement du système capitaliste, ainsi que des formes prises par la démocratie. C’est à partir de cette analyse du contexte que nous proposons d’aborder la notion d’« espace public transnational » en étudiant les usages d’Internet susceptibles de participer à des pratiques de communication à l’échelle internationale.

Précisions d’ordres théorique et méthodologique

  • 6 « The ideal of a unified public sphere and its corresponding vision of a territorially bounded repu (...)

3Pour certains, le rôle des dispositifs techniques communicationnels, notamment des réseaux informatiques, dans la formation éventuelle d’un espace public transnational ne semble plus faire de doute. « Ces dernières années, la communication planétaire rendue possible par Internet a conféré un pouvoir nouveau et d’envergure mondiale à de nombreux mouvements issus de la société civile », peut-on lire dans le rapport annuel du Programme des Nations Unies pour le développement (2001a : 36). Lorsqu’il analyse les transformations structurelles de l’espace public, John Keane (1995) met l’accent sur la fin de la domination d’un espace public national lié à la radio, à la télévision, aux journaux et aux livres. Cette hégémonie est, selon lui, remise en cause par une multiplication d’espaces de communication organisés en réseaux qui ne sont pas directement liés au territoire. « L’idéal d’un espace public unifié et sa vision correspondante d’une république territorialement bornée composée de citoyens tâchant de vivre autour de la définition du bien commun est obsolète6 » (1995 : 8). Pour appuyer ses propos, et en se défendant de toute réification, il propose de distinguer trois espaces publics, respectivement d’ordre micro, meso et macro. À ce dernier échelon, John Keane constate que depuis la multiplication des événements retransmis dans le monde entier, notamment par la télévision et le développement d’Internet, il y a un processus de déterritorialisation des échanges entre citoyens-citoyennes (1995 : 19). Plus prudent, Marc Raboy estime tout de même que « les nouveaux réseaux globaux de communication alternative ont […] un rôle particulièrement important à jouer » dans la constitution d’un public transnational (1999 : 66). Il reste dès lors à savoir si de nouvelles pratiques sociales vont vraiment se mettre en place comme suite aux nouvelles possibilités induites par les technologies de l’information et de la communication (TIC).

  • 7 En 2003, les pays disposant d’un site Web étaient les suivants : Allemagne, Andorre, Argentine, Aus (...)
  • 8 Avec en 2003 les groupes et réseaux suivants : 50 Years Is Enough, Bretton Woods Project, CADTM (Co (...)
  • 9 Mais elle pourrait aussi être abordée comme une future norme en ce qui concerne le processus de for (...)

4Pour explorer cette éventualité à partir d’une posture épistémologique prudente, nous nous sommes intéressé au cas d’une organisation internationale, l’association pour une taxation des transactions financières pour l’aide aux citoyens (ATTAC), née en France en juin 1998, maintenant présente dans une cinquantaine de pays7 et alliée avec plus de 20 autres groupes et réseaux à travers le monde8. Notre méthode, qualitative, ne vise donc pas à aborder un corpus de recherche qui serait représentatif des nouveaux groupes militants et des usages d’Internet qualifiés d’« hacktivisme », mot né de la contraction des termes « activisme » et « hacker ». L’association sélectionnée est toutefois assez proche d’autres groupes militants qui se sont créés depuis quelques années. Ainsi, elle n’est ni exclusivement antilibérale ni foncièrement anticapitaliste. De ce fait, elle est traversée par les contradictions de la société et des aspirations diverses s’y expriment. Ce flou relatif qui se constate en ce qui concerne les objectifs — du plus spécifique concernant la taxe Tobin au plus général « se réapproprier ensemble l’avenir de notre monde » — n’est d’ailleurs pas forcément un handicap d’après le nombre de personnes qui y adhèrent (plus de 30 000 en France depuis cinq ans). Il explique certainement aussi en partie le succès, le côté rassembleur d’ATTAC. De plus, si, à l’instar de bon nombre d’autres organisations, elle est contre la mondialisation actuelle, elle contribue de par son existence même dans un nombre croissant de pays à œuvrer en faveur d’une certaine mondialisation, de plus en plus souvent qualifiée de « mondialisation des résistances ». Enfin, sa constitution sous la forme d’un réseau à l’échelle internationale ainsi qu’à l’échelle nationale est également comparable avec celle d’autres organismes. Néanmoins, ATTAC présente certaines caractéristiques plus spécifiques, notamment le fait que la place d’Internet est importante, sans doute plus centrale dans son développement que dans la plupart des groupes militants (George, 2001). En conséquence, elle doit être aussi considérée comme une exception. Toute généralisation est donc impossible9.

  • 10 Cette recherche a été partiellement effectuée dans le cadre d’une thèse de doctorat intitulée « L’u (...)
  • 11 Les images et les sons gardent une place très secondaire.
  • 12 Il s’agit là d’une métaphore par rapport à la proximité spatiale. Ici, les contenus sont proches pa (...)

5Deux des services du « réseau des réseaux » ont plus particulièrement retenu notre attention, la Toile (Web) et les listes de discussion10. Nous les aborderons l’un à la suite de l’autre dans cet article, car il nous semble impossible de considérer à priori Internet comme un ensemble uniforme. Il importe en conséquence de distinguer les services (ou applications) de façon fine afin de mieux saisir les caractéristiques des utilisations de chacun d’entre eux. Mais d’un autre côté, il n’est pas possible non plus de procéder à une distinction trop forte, ne serait-ce que parce que les services peuvent être employés en synergie les uns avec les autres. Nous avons donc fait parfois des liens entre les deux services et nous aborderons éventuellement d’autres applications. Dans un premier temps, nous nous sommes tout d’abord intéressé à la dimension internationale du site http://www.attac.org en étudiant à la fois les processus de production des informations et le contenu entendu à la fois comme un ensemble de textes11 et comme une construction hypertextuelle. Nous avons notamment porté notre attention sur les langues employées. Nous avons ensuite étudié les sites des différentes déclinaisons de l’organisation à travers le monde. Nous avons alors effectué une comparaison en termes de richesse des contenus en tenant compte non seulement de l’intérêt des textes mais aussi de leur actualité et de leur pertinence par rapport aux objectifs de l’association. Nous avons aussi porté notre attention sur les marqueurs identitaires (langues, drapeaux, symboles, acronymes, etc.) susceptibles à la fois de témoigner des notions de diversité et d’universalité. Cette analyse comparative a été effectuée en replaçant ces sites dans le contexte de développement d’Internet dans les différents pays correspondants. Nous avons étudié dans quelle mesure la présence « rapprochée12 » de contenus peut être intéressante dans le cadre d’une compréhension plus grande des points communs et des différences entre sociétés. Dans un deuxième temps, nous avons analysé les propos échangés sur une liste de discussion francophone « ATTAC-talk » en mettant l’accent sur les discussions entre internautes de plusieurs pays. Pour ce faire, nous avons sélectionné deux périodes — le mois de lancement de la liste (février 1998) puis la période autour de l’abandon de l’AMI (mi-octobre–mi-novembre 1998) — puis ajouté plusieurs moments dont celui au cours duquel il a été question du vote de la motion en faveur de la taxe Tobin à la Chambre des communes à Ottawa. Ce thème a été retenu ici parce qu’il a été discuté par des internautes de plusieurs pays. Nous avons porté alors notre attention sur l’origine géographique des personnes qui s’exprimaient, sur leurs prises de parole et sur les liens entre leurs origines et leurs opinions. Nous avons aussi porté notre attention sur la chronologie des échanges afin de voir dans quelle mesure il y avait vraiment une dynamique en la matière ainsi que sur la dimension argumentative des propos. Tels sont les points que nous allons aborder dans ce texte que nous conclurons en revenant sur les caractéristiques d’un éventuel « espace public transnational » qui serait créé par les usages d’Internet.

La dimension - inégalement - internationale du site

  • 13 Au cours de nos recherches sur la Toile au sujet de l’AMI, aucun autre site n’était traduit dans au (...)

6La dimension internationale du site se caractérise tout d’abord par la forte présence du multilinguisme. Dès la page d’accueil, on constate que celui-ci, qui comprend plus de 10 000 pages, est entièrement décliné en cinq langues : l’anglais, l’espagnol, le français, l’italien et le norvégien. Or, cette pratique systématique de la traduction est rare, et ce, même au sein d’organismes tels que l’Organisation des Nations Unies (ONU), l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) ou l’Union internationale des télécommunications (UIT) où certains documents ne sont présents qu’en langue anglaise. La dimension internationale du site se constate aussi à la présence d’un grand nombre de documents proposés dans d’autres langues que les cinq mentionnées ci-dessus, y compris dans des langues très parlées dans le monde, mais qui le sont dans des pays où il n’y a pas (encore ?) d’associations : c’est par exemple le cas du mandarin (Chine) et de l’hindi (Inde). Plusieurs facteurs, qui témoignent de l’enchevêtrement entre réseaux sociaux et techniques, expliquent ce phénomène assez rare13. Premièrement, ATTAC est née dans le giron du Monde diplomatique, mensuel qui s’est beaucoup développé depuis les années 1980 à travers le monde. Alors qu’à cette époque il n’existait qu’une version française tirée à environ 150 000 exemplaires dans l’Hexagone et à quelques milliers ailleurs dans le monde, vingt ans après, le « Diplo » dispose également de déclinaisons en anglais (produite au Royaume-Uni), en arabe (Liban), en grec (Grèce), en italien (Italie), en portugais (Portugal) ainsi que de plusieurs versions en allemand (Allemagne, Luxembourg, Suisse) et en espagnol (Argentine, Espagne, Mexique) grâce à des accords passés avec des éditeurs locaux. Au total, le tirage dépasse le million d’exemplaires si l’on additionne les 300 000 en français et les 700 000 dans les autres langues. On peut ajouter que la revue est présente sur la Toile en anglais (étatsunien), en coréen, en français et en japonais. ATTAC a donc pu largement bénéficier du réseau social du « Diplo » pour se développer à l’échelle internationale.

  • 14 C’est facilement compréhensible étant donné qu’un éditorial signé par Ignacio Ramonet, « Désarmer l (...)

7Deuxièmement, bon nombre d’abonné(e)s au mensuel se sont retrouvés parmi les premiers à participer aux échanges sur les listes de discussion de l’association14. Or, peu de temps après le lancement de la première liste « ATTAC-talk » en février 1998, il a été question de pratiques de traduction de textes autour du principal sujet de l’époque, le projet d’AMI. Les initiatives prises pour traduire des textes se sont par la suite multipliées. Une liste spécifique a été créée afin de relier les traducteurs et les traductrices entre eux. En 2002, 700 personnes consacraient au moins deux heures par semaine à travailler sur des traductions en une vingtaine de langues sur le site international. Sa dimension multilingue semble porter ses fruits, étant donné que les connexions mensuelles sont maintenant supérieures au million et proviennent d’une centaine de pays.

  • 15 Aux deux opposés, 54,3 % des Étatsuniens étaient connectés à Internet alors que c’était le cas de s (...)

8Ensuite, la dimension internationale se retrouve avec les liens vers les différentes déclinaisons d’ATTAC qui possèdent un site sur la Toile. Néanmoins, on constate qu’il n’y a pas forcément de lien fort entre le dynamisme général des associations et leur présence sur Internet qui varie considérablement selon les cas avec, d’un côté, la France qui a le site le plus important et, de l’autre, des pays comme le Burkina Faso, le Congo et le Mali qui ont des associations absentes de la Toile. On retrouve ici une facette des inégalités considérables entre pays à propos d’Internet, une facette qui s’ajoute à celle des accès aux ordinateurs branchés de par le monde. En 2000, plus des trois quarts des internautes vivaient dans un pays de l’OCDE, alors que cette « zone » comprend seulement 14 % de la population mondiale (PNUD, 2001b : 40)15.

9C’est, logiquement, dans les pays où Internet concerne une population non négligeable qu’il est possible d’établir un lien entre le dynamisme général des associations et leur présence sur le réseau. Cette tendance a pu être observée non seulement en France mais aussi en Suisse, où est née la deuxième association nationale. À l’intérieur de ce pays, les groupes locaux les plus dynamiques, généralement les groupes francophones, à commencer par celui de Genève, sont aussi ceux qui ont été très rapidement les plus présents sur la Toile. Dans le cas du Québec, le développement du site a été effectué au moment où l’association tenait son premier congrès en 1999. Il s’agissait à la fois de mettre un certain nombre de documents en ligne afin de préparer la rencontre et d’attirer le plus grand nombre possible d’adhérents et d’adhérentes. Ensuite, les difficultés à enrichir le contenu du site, l’absence de création de liste de discussion spécifiquement québécoise, alors que celle-ci avait été annoncée avant même la création officielle, ont témoigné des problèmes que connaissait la nouvelle association. L’absence d’enrichissement du contenu du site d’ATTAC Québec a également contribué au faible dynamisme de l’association, les internautes pouvant se rendre compte de l’absence de mise à jour régulière et en déduire un faible nombre d’activités. La situation a toutefois évolué depuis avec, à peu près parallèlement, une croissance de l’association, notamment à travers la formation de groupes locaux dans Charlevoix, les Laurentides, en Montérégie, à Montréal, à Québec et un développement considérable du site. Ce dernier a été possible grâce à la création d’une véritable structure organisationnelle basée sur la création de comités. D’une part, les comités formés, soit sur une base locale, soit sur une base thématique, doivent fournir de la documentation susceptible d’être mise en ligne à chaque action menée. D’autre part, l’un d’entre eux est spécifiquement chargé des activités électroniques. Toutefois, en 2003, la mise en ligne de contenus tarde toujours, surtout en ce qui concerne les groupes locaux, et ce, par manque de collaborateurs et de collaboratrices bénévoles maîtrisant la production sur la Toile.

  • 16 Au Canada, environ 13 millions de personnes, soit 53 % des personnes âgées de 15 ans et plus, ont u (...)
  • 17 La question des inégalités est en effet considérée comme importante. En France, plus de 400 corresp (...)

10Dans les pays où le nombre de personnes connectées est moins important, le lien entre les activités générales et celles qui sont menées sur Internet est donc moins systématique. Toutefois, lorsqu’il a été jugé utile de créer un site, une attention particulière a été portée à la mise en ligne d’un contenu qui puisse être consultable avec n’importe quel navigateur, même uniquement textuel (Lynx avec le système d’exploitation Unix par exemple) et avec une ligne téléphonique et un modem à faible débit. Même dans les pays où les connectés constituent dorénavant plus de la moitié de la population16, les documents disponibles sont souvent proposés en plusieurs formats afin de permettre des usages différenciés. On retrouve ainsi des fichiers en format « html » afin de bénéficier du système des hyperliens internes, en format « rtf » afin de permettre de retravailler le texte dans le logiciel de traitement de texte Word en y incluant par exemple des commentaires et en format « pdf » afin de faciliter l’impression papier, cette pratique étant très utile pour transmettre des documents de toutes sortes à des militants et militantes non branchés17. Cela dit, les contenus mis en ligne par certaines associations ne sont pas forcément adressés prioritairement aux personnes vivant dans le pays. C’est le cas de la Tunisie, où si ATTAC n’est pas interdite, elle n’est pas non plus autorisée. Une première réunion a eu lieu le 9 septembre 1999 à Tunis. Le jour même, les statuts ont été déposés auprès des services du Gouvernorat de Tunis afin d’obtenir l’agrément légal. Trois mois plus tard, l’association n’ayant pas reçu de refus, elle a été déclarée légale par ses fondateurs. Toutefois, la loi tunisienne stipule que, passé le délai de trois mois et dans la mesure où elle n’a pas reçu une réponse négative motivée signée du Ministre de l’Intérieur, toute nouvelle association doit faire l’objet d’une publication au Journal officiel. Pour ce faire, le récépissé délivré par l’administration au moment du dépôt des statuts est nécessaire. Or, celle-ci a refusé d’accorder le fameux récépissé. En conséquence, le site est en partie consacré à la lutte pour la reconnaissance de l’organisation. Uniquement en langue française, il s’adresse en fait au moins autant à des internautes situés hors de Tunisie qu’à des ressortissants et ressortissantes de ce pays. C’est d’ailleurs un comité situé en France, ATTAC Rhône, qui coordonne la mobilisation.

La Toile comme lieu de comparaisons internationales

11Nous allons maintenant nous intéresser aux contenus produits en montrant que leur présence « rapprochée » peut être intéressante dans le cadre d’une compréhension plus grande des points communs et des différences entre sociétés. Abordons tout d’abord la forme des différents sites de par le monde. L’analyse comparée amène à conclure que, malgré la grande liberté dont disposent les webmestres des différentes déclinaisons, deux éléments se retrouvent systématiquement : (1) l’emploi du l’acronyme ATTAC qui peut prendre différentes formes iconiques mais qui est présent sur chacun des sites. Dans certains cas, la signification de celui-ci « association pour une taxation des transactions financières pour l’aide aux citoyens » est traduite dans d’autres langues, mais l’acronyme demeure toujours le même, et ce, même si la traduction ne correspond pas ; (2) le pourcentage (« % ») qui est souvent repris comme emblème de l’association. Il peut servir de marque pour effectuer un retour à la page d’accueil, il peut être utilisé en fond d’écran. Même si aucun des webmestres des différents sites nationaux et locaux n’est contraint de mentionner celui-ci, il remporte un succès certain. Cet usage témoigne de la pertinence de ce signe en tant que symbole représentant l’objectif premier de l’association : taxer les mouvements spéculatifs sur les transactions monétaires.

12À côté de ces marques identitaires qui relient l’ensemble des composantes du site et à travers elles l’ensemble des composantes de l’organisation internationale, on constate une très grande diversité des façons de faire. Certains éléments constitutifs de la forme des sites sont révélateurs de différences importantes. Le site d’ATTAC France comprend des documents dans plusieurs langues, mais il est avant tout intégralement en langue française. De plus, la partie nationale a une taille considérable. À l’opposé, celui d’ATTAC Belgique n’existe pas. Le lien qui pointe vers le pays mène en réalité vers deux sites distincts, ATTAC Wallonie-Bruxelles et ATTAC Vlaanderen. L’accent est directement mis sur les trois composantes de la structure fédérale du pays. Il est également possible de se rendre directement vers les contenus régionaux et locaux à partir de cette page-là. On retrouve la dualité linguistique du pays avec dans la capitale deux groupes, l’un francophone et l’autre néerlandophone. Enfin, en ce qui concerne les langues, on remarque encore une fois le partage entre le nord et le sud. En Espagne, il n’y a pas non plus de site national à proprement parler. La page d’accueil mène directement vers les associations régionales (Andalucia, Bizkaia, Castilla y León, Catalunya, Galicia, Mallorca) et infrarégionales (Madrid, Pais Valencia et Sevilla). Les contenus sont en espagnol (castillan) excepté ceux de la Catalogne et du Pays Basque qui sont dans les langues régionales.

13On retrouve aussi une architecture très décentralisée en ce qui concerne ATTAC Suisse, à la différence près que la page d’accueil est proposée dans les deux langues les plus parlées du pays : l’allemand et le français. Un certain nombre de documents qui concernent la politique fédérale ou des sujets de mobilisation intéressant l’ensemble des groupes locaux sont rédigés dans les deux langues et contrairement aux deux cas précédents, on trouve des coordonnées pour ATTAC Suisse. Cela dit, il y a aussi un lien vers les sites de l’ensemble des groupes locaux organisés à l’échelle des cantons dès la page d’accueil. Ceux des cantons alémaniques (Basel, Bern, Zürich, etc.) sont exclusivement en allemand, ceux des cantons romands (Genève, Jura, Neuchâtel, etc.) sont uniquement en langue française. Seuls ceux des cantons bilingues (Biel/Bienne et Fribourg) sont dans les deux langues. Le comité du canton de langue italienne, le Ticino, n’était pas présent sur la Toile en 2003, mais l’ouverture du site était annoncée avec, en complément, le passage du site pan-helvétique au trilinguisme. Précisons enfin que l’assemblée constituante d’ATTAC Suisse a eu lieu le 25 septembre 1999 à Fribourg, l’une des deux villes bilingues — avec Biel/Bienne — de la confédération helvétique, située à la limite entre la Suisse romande et la Suisse alémanique. En Allemagne, autre pays décentralisé, l’ensemble du site est en allemand, mais on trouve aussi des contenus en anglais et en français. Par ailleurs, une bonne partie de celui-ci est consacrée aux comités présents dans les différents Länder ou villes, mais il y a tout comme en Suisse un contenu à l’échelle du pays avec des coordonnées nationales. Enfin, mentionnons un dernier cas, celui d’ATTAC Québec. Il est intéressant de noter que le site est entièrement en français et que s’il y a un lien vers l’association équivalente au Canada anglais, Halifax Initiatives, celui-ci est particulièrement discret. Quant au site d’Halifax Initiatives, il pointe vers la page d’accueil internationale d’ATTAC et non vers la page québécoise. On retrouve ici un exemple qui illustre les « deux solitudes ».

  • 18 Cette démission a été provoquée par le soulèvement populaire, notamment marqué par la descente dans (...)

14En ce qui concerne les contenus, un seul impératif est imposé par les fondateurs : les différentes associations de par le monde doivent adopter la plateforme telle quelle. Cela explique pourquoi il s’agit du texte vers lequel convergent le plus grand nombre de liens depuis l’ensemble des sites. Les termes de cette plateforme, conçue à l’origine par l’association française, proposent un cadre au sein duquel les activités de toutes les associations doivent se développer, mais laissent également une certaine marge de manœuvre à toutes les composantes. Chaque association est en effet invitée à développer des activités en fonction du contexte économique, politique et social dans lequel elle opère. L’analyse du contenu des sites témoigne aussi de la présence dans les agendas de thèmes qui sont susceptibles de concerner et d’intéresser des militants et militantes d’une seule région, d’un pays, de plusieurs pays, de plusieurs régions, etc. C’est ainsi que dans les Amériques, ATTAC Argentine a effectué un gros travail d’analyse sur la situation économique et sociale du pays, à la fois avant et après que les principaux médias ne s’intéressent à ce sujet. Ces derniers ont surtout porté leur attention sur les événements du mois de décembre 2001, c’est-à-dire grosso modo du 5 décembre — date à laquelle le Fonds monétaire international (FMI) a refusé un prêt de 1 264 milliards de dollars étatsuniens au gouvernement argentin, confronté à une dette extérieure de 132 milliards de dollars — au 23 décembre — date à laquelle le président intérimaire, M. Adolfo Rodríguez Sáa, a été nommé par le Congrès à la suite de la démission du président Fernando de la Rúa18. De nombreux documents sur le sujet ont été mis en ligne sur le site de l’association et ont été envoyés à des dizaines de milliers d’adresses de courrier électronique. Or, même si, dans une certaine mesure, les événements qui se passent en Argentine sont propres à ce pays, ils sont également riches d’enseignements, voire de retombées pour d’autres pays, à commencer par ceux d’Amérique du Sud. On pense par exemple à l’Uruguay dont l’économie est étroitement intriquée avec celle de l’Argentine.

  • 19 La Guyane est rattachée institutionnellement à l’Union européenne, mais elle est complètement intég (...)

15De son côté, pendant plusieurs mois, ATTAC Québec a consacré une partie de ses activités au sommet du G8 qui a eu lieu en 2002 dans la région de Kananaskis, située dans les Rocheuses en Alberta. À cette occasion, elle a répondu positivement à l’invitation lancée par le Comité permanent des Affaires étrangères et du Commerce international de la Chambre des communes (CPAECI) qui a demandé aux Canadiens et Canadiennes de s’exprimer sur l’ordre du jour de cette rencontre des pays les plus riches de la planète. Des échanges d’analyses ont pu être effectués et mis en ligne avec des associations situées dans d’autres pays, à commencer par celles qui sont directement concernés en Allemagne, en France, en Italie, au Royaume-Uni et en Russie. Parallèlement, l’association québécoise aborde aussi le projet de constitution de la Zone de libre échange des Amériques (ZLEA), une préoccupation partagée avec ses homologues d’Argentine, de Bolivie, du Brésil, du Chili, de Guyane19 et de l’Uruguay.

16Une réunion qui s’est tenue le 3 février 2002 en marge du deuxième forum social mondial de Porto Alegre a permis à ces associations de faire part de leurs priorités. À la lecture des comptes rendus mis en ligne sur un site créé spécifiquement à cette occasion, on constate à la fois la présence de thèmes qui sont traités par l’ensemble des associations dans le monde — la taxe sur les mouvements de capitaux internationaux, le blanchiment de l’argent, les paradis fiscaux, les politiques néolibérales et leurs effets — mais aussi des sujets qui concernent la totalité ou une partie des pays des Amériques : les luttes des peuples autochtones, l’intégration alternative, avec la possibilité de créer une monnaie unique dans la région, en particulier dans le Cône sud, les questions de l’eau et de l’Amazonie, le problème de la répartition des terres ainsi que la création de la Zone de libre échange des Amériques déjà mentionnée. Lors du forum social mondial qui a aussi eu lieu à Porto Alegre en 2003, les représentants de 30 associations ATTAC de par le monde ont décidé à la fois de multiplier les échanges à l’échelle mondiale et de créer des coopérations intermédiaires au niveau des continents. À cette occasion, la création d’un nouveau site dédié à la couverture en direct et dans plusieurs langues de différents événements concernant ATTAC et la mondialisation a été annoncée.

17Ailleurs, étant donné son implantation dans la principale capitale de l’Union européenne, ATTAC Bruxelles a développé des activités qui s’adressent plus particulièrement aux autorités politiques communautaires afin de promouvoir, entre autres, auprès d’eux l’idée d’une initiative européenne en matière de taxe Tobin. ATTAC Luxembourg concentre son attention sur des questions qui concernent plus particulièrement le Grand-Duché. Celui-ci étant le seul membre de l’Union européenne et de l’OCDE qui profite de sa position pour retarder, quand ce n’est pas pour bloquer, les initiatives engagées pour lutter contre l’évasion fiscale, l’association tient à jouer un rôle clé dans la lutte sur les thèmes des paradis fiscaux et du secret bancaire.

18La proximité de contenus sur la Toile permet aussi de se rendre compte que les priorités peuvent changer selon les endroits malgré des objectifs communs. C’est ainsi que si les questions financières sont vraiment au centre des préoccupations des associations en Europe, il en va un peu différemment en Afrique, notamment en Afrique noire où les problèmes sont directement matériels, d’une importance vitale selon les propos tenus par les responsables d’ATTAC Sénégal. Les interventions du FMI, de la Banque mondiale, de l’OMC et des autres institutions financières sur les économies africaines sont dépeintes comme à l’origine de l’alourdissement de la dette « par des programmes criminels » qui détruisent la santé et l’éducation ainsi que « notre patrimoine culturel et notre dignité ». L’économie africaine serait de plus en plus dépendante alors que les États sont contraints de rembourser sur le dos des populations une dette qui ne sert pas au développement du continent.

19On peut dire en conséquence qu’un certain nombre de contenus mis en ligne ainsi que les hyperliens qui sont faits entre eux témoignent de nouvelles formes de communication internationale. La mise en ligne et l’envoi de documents traduits dans le plus grand nombre de langues possible permet de constater que certaines problématiques peuvent concerner aussi bien des régions et des pays que des continents, voire la totalité de la planète. Mais les inégalités restent encore flagrantes. À l’étude du contenu du site d’ATTAC Sénégal, on note un manque quasi total d’analyses consacrées aux problématiques « attaciennes » qui tiendraient compte des caractéristiques spécifiques de ce pays ainsi que des autres pays de l’Afrique subsaharienne et de l’Afrique de l’Ouest. Rappelons aussi que les associations du Burkina Faso, du Cameroun, du Congo et du Mali n’ont même pas de site. La « contre-expertise » — pour reprendre la terminologie employée au sein de l’association — vue depuis l’Afrique subsaharienne est donc quasiment inexistante sur Internet. Or, l’un des intérêts principaux d’avoir accès à différents sites d’origines diverses ne réside-t-il pas justement dans la possibilité de croiser les analyses ?

Des échanges internationaux sur les listes de discussion intéressants mais limités

  • 20 L’association française a été créée officiellement le 3 juin 1998.

20Cela étant dit à propos de la Toile (et des listes de diffusion dans une moindre mesure, les contenus présents sur la Toile étant parfois transmis aussi par ce moyen), qu’en est-il des échanges sur les listes de discussion ? Lancée le 4 février 1998 à l’occasion de la mise en ligne du dossier consacré à l’AMI sur le site du « Diplo », la liste de discussion francophone « ATTAC-talk » a donc été la première concrétisation de l’existence de l’association20, et ce, en même temps que l’ébauche de sites sur la Toile. Les premiers échanges ont justement été consacrés au projet. La dimension internationale du sujet permit à des internautes de plusieurs pays de s’exprimer. Toutefois, il n’y eut pas de véritable débat, la dimension informative étant plus importante. On put d’ailleurs constater la même chose à propos du deuxième thème le plus abordé pendant cette période, la taxe Tobin. De France et d’ailleurs, les abonnés et abonnées à la liste préférèrent considérer la liste en tant que moyen d’envoyer et de recevoir de l’information peu ou pas reprise dans les médias traditionnels, peu ou pas connue par la majorité de leurs compatriotes, plutôt que d’entamer des débats.

  • 21 Le 14 octobre 1998, le premier ministre français de l’époque, Lionel Jospin, annonça à l’Assemblée (...)

21Environ huit mois plus tard, entre la mi-octobre et la mi-novembre, nous avons constaté que le nombre des abonnés et abonnées avait beaucoup augmenté puisqu’il était passé d’environ 150 à la fin du mois de février à plus de 500 et que le nombre de messages avait aussi augmenté — certes dans une proportion moindre — passant de 309 au mois de février à 389 messages en octobre et 408 en novembre. Parallèlement, les thèmes des messages s’étaient quelque peu diversifiés, ce qui contribua à alimenter un véritable débat sur leur pertinence sur la liste. Alors que l’AMI et la taxe Tobin avaient dominé les échanges au mois de février, la signification des termes « gauche » et « droite », d’une part, et la politique de recherche du Ministre français chargé de ce dossier, d’autre part, dominèrent les échanges en octobre et en novembre. Or, ceux-ci apparurent largement franco-français et on constata alors fort peu d’interventions d’internautes d’autres pays. Leurs points de vue, éventuellement intéressants, parce que décalés par rapport à la réalité de l’Hexagone, ne furent d’ailleurs jamais explicitement sollicités à ces occasions. La liste a dès lors balancé entre France et francophonie, celle-ci restant toutefois limitée aux pays du nord. Malgré le fait qu’il soit encore question de « sujets internationaux », comme la taxation des transactions financières et le projet d’AMI21, on remarqua notamment le retrait partiel de plusieurs abonnés suisses et québécois qui avaient pourtant été parmi les plus nombreux à s’exprimer au mois de février précédent. Cela s’est expliqué par des raisons déjà évoquées ci-dessus mais aussi, dans le cas suisse, par la création de plusieurs listes de discussion à la fois à l’échelle du pays et à celle des cantons lors de la création de comités locaux. On retrouve ici l’une des caractéristiques du processus d’appropriation sociale des TIC (George, 2001).

  • 22 Nous laissons les messages tels qu’ils nous sont parvenus par courriel, mais en ne précisant ni les (...)
  • 23 Par opposition à l’animateur officieux, L. Le premier s’effaça progressivement au profit du second.

22Certains sujets ont tout de même été propices aux échanges internationaux22. Le 23 octobre 1998, en annonçant le lancement du premier numéro d’une série intitulée « Les Dossiers d’ATTAC », des dossiers conçus comme une synthèse d’articles cernant un sujet, en l’occurrence la taxe Tobin, le bureau parisien de l’association en profita pour faire un appel à contribution à propos du dossier suivant consacré aux « fonds de pension ». Immédiatement après, l’animateur officiel de la liste23, P., envoya un texte fort complet sur le sujet rédigé par A. Celui-ci se terminait en ces termes qui s’avérèrent anticiper le climat général des échanges qui suivirent : « ma contribution se voudra aussi peu pontifiante et polémique que possible, mais ma courte expérience me dit que ces 2 écueils sont difficilement évitables. Autant le dire aux lecteurs qui n’auraient pas déjà zappé, mon message sera long, et pourtant je cours le risque de paraître bien elliptique ou simplificateur à certains. Le débat pourra donc se poursuivre, je ne prétends pas détenir la vérité absolue en ce domaine. » Le message en question qui se terminait par une bibliographie et par la formule « Merci de m’avoir lu jusqu’au bout » fut en effet long puisqu’il comptait environ 15 000 caractères, mais il fut aussi considéré comme suffisamment intéressant pour que plusieurs personnes suggèrent très vite de le mettre en ligne sur le site de l’association, de façon à ce « qu’il soit facile à retrouver, qu’il soit relu, discuté et critiqué […] (et aussi que son auteur soit remercié) », pour reprendre les propos de L. Par la suite, les échanges furent visiblement le fait de personnes qui ne cherchèrent pas systématiquement à s’opposer, mais qui consacrèrent à la fois du temps à expliciter leur pensée, ainsi qu’à comprendre celle de leurs interlocuteurs et interlocutrices. Au total, bon nombre de contributions dépassèrent largement la longueur de deux ou trois pages-écrans. Plus intéressant encore dans le cadre de l’étude des pratiques de communication internationale a été le fait de constater que le sujet avait interpellé des internautes de plusieurs pays. C’est ainsi qu’un abonné irlandais signala qu’il venait d’assister à une réunion d’ATTAC dans son pays et qu’il se demandait comment il pourrait expliquer à ses compatriotes les caractéristiques du système de retraite par répartition, ce dernier n’existant pas dans son pays. Dès lors, le débat s’ouvrit sur les analyses des deux modèles de cotisation des retraites, celui de la répartition et celui de la capitalisation. Alors que les abonnés et abonnées français trouvaient le système par répartition naturel, plusieurs de leurs homologues étrangers mentionnèrent qu’il s’agissait plutôt d’une exception dans le monde. Le débat continua ainsi pendant plusieurs semaines et la personne qui avait envoyé le texte initial fut conviée à participer à la réflexion postérieure du conseil scientifique sur ce sujet. Une synthèse des propos tenus sur la liste fut également reprise par le conseil.

23Parfois, les échanges furent moins spontanés. L’exemple suivant est symptomatique de cet état de fait. L., alors animateur officieux, annonça le 24 mars 1999 sur la liste de discussion que la Chambre des communes du Canada venait de voter une motion en faveur de la taxe Tobin en joignant un message en anglais du président de Results Canada, un message envoyé auparavant sur la liste anglophone « ATTAC-Welcome ». Le lendemain, c’est le bureau d’ATTAC qui envoya un communiqué de presse en français saluant la prise de position du Parlement canadien. Un peu moins de 24 heures après, L. envoya un autre courriel contenant cette fois une dépêche de la Presse canadienne (pc) en français qui résumait le vote, dépêche qu’il avait également récupérée sur la liste de discussion anglophone. Or, pendant ces 48 heures, personne ne posa de questions, personne ne donna son point de vue, y compris parmi les abonnés et abonnées au Canada, alors que ce vote concernait le premier objectif de l’association et qu’il était le premier portant sur ce thème dans le monde. Les échanges continuèrent à être dominés à la fois par les débats en cours depuis plusieurs mois (sur la pertinence des notions de « droite » et de « gauche » et sur la politique de recherche du Ministère français) ainsi que par les interventions consacrées aux premiers bombardements de l’OTAN au Kosovo. L. envoya alors un message au titre révélateur : « STOP ! UN PEU DE RÉSERVE ». Les premières réponses furent le fait d’abonnés français qui annoncèrent qu’ils allaient informer leurs groupes locaux respectifs de la décision de la Chambre des communes. Pendant ce temps, les échanges habituels continuèrent. L. reprit alors la parole en semblant faire un peu marche arrière par rapport à son message précédent. Certes, il écrivit : « ATTAC-TALK, notre liste, ne peut accueillir tous les débats. C’est clair », mais il ajouta aussi : « pourtant si nous n’étions pas tous ici ensemble rien ne serait possible. Et je crois que la déception exprimée est à la mesure des attentes. Il est clair qu’ATTAC-TALK doit conserver son caractère d’ouverture. » Il était facile de comprendre que sa formule « déception exprimée » faisait référence à sa propre réaction précédente.

24C’est seulement ensuite que le débat a commencé. Les propos échangés nous sont dès lors apparus pertinents, loin de toute polémique. À la suite d’une demande d’un Français, S., un abonné canadien, prit le temps de répondre en présentant brièvement les deux constituantes du Parlement canadien, en précisant que la Chambre étant dominée par le Parti libéral et en ajoutant qu’à son avis, le vote serait peu suivi d’effets, étant donné le profil du ministre des Finances, Paul Martin, responsable du dossier :

il est proprietaire d’une flotte de navires de transport de marchandises (armateur), qui ne bat meme pas pavillon canadien et dont le siege est situe dans les Antilles. Il est donc pensable qu’il est un fervent utilisateur d’abris fiscaux. Des lors, est-t-il credible pour faire la promotion de quelque chose qui ira directement contre ses propres interets.

25Il concluait son message en estimant que le Canada n’avait de toute façon pas de vraie politique indépendante des États-Unis et signa ironiquement « Canadianement vôtre » (avec un souriard). À quoi une autre abonnée canadienne, C., l’une des fortes personnalités de la liste, répondit qu’elle était entièrement d’accord avec Stéphane, tout en signant de son côté « Québécoisement vôtre ». En réponse à un Belge qui s’étonnait de ne pas avoir entendu parler de ce vote dans les médias de son pays, un abonné de Montréal, Y., répondit que les médias locaux, y compris la presse écrite, avaient fort peu parlé du vote en faveur de la taxe Tobin parce que toute l’attention des journalistes était captée par le conflit dans les Balkans. Il ajouta qu’il ne s’agissait de toute façon que d’une motion et non d’une loi, ce qui signifiait que le vote en question n’avait aucun caractère contraignant mais qu’il était essentiellement symbolique. Il expliqua à l’occasion la différence entre les deux types de textes tout en signant en guise de clin d’œil à ses prédécesseurs « Montréal. Province de Québec ». Un autre Belge, M., prit à son tour la parole afin de mentionner le seul article de presse dans lequel il avait été question du vote à la Chambre des communes puis enchaîna en affirmant que, de toute façon, il était généralement fort peu question de politique canadienne dans les médias de son pays. La discussion se poursuivit pendant plusieurs jours, notamment au sujet de la couverture médiatique internationale.

26Enfin, nous avons retenu un troisième thème d’échange, celui sur l’avenir de l’État-nation. C’est un Canadien, G., qui fut le premier à envoyer une réflexion sur ce sujet. Il conclut son long message sur la mort — Goliath — et la vie — David — en prenant position pour la mondialisation de la résistance afin qu’il soit possible de « mondialiser » les règles pour encadrer la mondialisation des marchés : « La taxe Tobin apparaît comme un simple prétexte à nous unir et travailler ensemble, partout à travers la planète, afin que les citoyens reprennent démocratiquement la politique. Après tout, comme dit l’autre, <il s’agit tout simplement de se réapproprier ensemble l’avenir de notre monde> ». G. n’obtint pas de réponse à son envoi. En revanche, le débat continua indirectement avec une reprise par le modérateur officieux d’un extrait d’une intervention de Julien Dray, député socialiste à l’Assemblée nationale française. Favorable à l’instauration de la taxe Tobin, ce député avait pris la parole à ce sujet à l’occasion des débats sur la loi des finances 1999 en disant qu’il « serait bien illusoire de s’en remettre a un hypothétique gouvernement mondial pour mettre quelques grains de sable dans les rouages bien huilés de la spéculation ». Il mentionnait par ailleurs « le néant des conclusions des derniers sommets du G7 et des dernières réunions du F.M.I. » et estimait que c’était à la France de tenir un rôle de leader afin de « donner un signal à toutes les nations. […] C’est, je crois, la première pierre à poser du nouveau Bretton Woods que le gouvernement appelle de ses vœux ».

27Le premier à réagir fut un Belge prénommé A. qui estima qu’il s’agissait là d’une attitude classique d’un homme politique niant « tout espoir d’évolution par l’innovation, en légitimant le tout par une réalité passée et jugée indépassable », qu’il trouvait « historiquement déroutant de vouloir ressusciter Bretton-Woods tout en se servant du FMI pour rejeter tout espoir d’évolution institutionnelle démocratique » et qu’il n’était « pas aise pour un élu national d’avouer que ses compétences [étaient] dépassées par la réalité, et qu’une évolution institutionnelle diminuant de fait le pouvoir de son <titre> [s’imposait] logiquement ». La réaction suivante, négative, vint cette fois… de France, L. prenant position contre toute idée d’un éventuel « gouvernement planétaire », qui rendrait possible la menace d’un « fascisme à l’échelle mondiale ». Il expliqua sont point de vue en affirmant que la « démocratie apparente » dans laquelle nous vivions était le « résultat de la concurrence entre États » et que, de ce fait, « les interventions un peu nationalistes des parlementaires français [lui étaient] sympathiques ».

28A. s’exprima à nouveau sur ce sujet en proposant au contraire la formation d’un « directoire mondial » chargé avant tout de faire en sorte que les « perversités du système actuel [capitaliste] n’aient plus la possibilité de ressurgir par la suite ». Il proposa un principe « supra-fondateur », « le respect des différences dans l’harmonie globale du système », puis illustra sa prise de position en affirmant qu’à partir de ce principe, il y avait par exemple des situations très diverses entre le sud et le nord-est du Brésil et qu’il convenait en conséquence de ne pas pratiquer la même politique dans ces deux lieux, mais que d’un autre côté, la déforestation en Amazonie concernait le monde entier. Il conclut sur la fin de l’État-nation, sur la multiplication des niveaux de pouvoir, sur l’idée de la codécision et sur la constitution d’une société civile de dimension planétaire, caractérisée par le développement de regroupements comme ATTAC pour éviter tout risque de fascisme. Y. saisit ensuite l’occasion pour estimer qu’il fallait articuler l’existence d’ATTAC à la fois aux niveaux local, national, européen et mondial, tout en se demandant ce qui se cachait derrière l’expression « société civile » et quels étaient les moyens dont disposait cette dernière pour changer la vie des gens. L’ensemble du débat nous a semblé apporter des éléments de réflexion pertinents. Il a également été intéressant de constater que parmi les personnes qui ont jugé que l’échelon politique national demeurait le meilleur garant d’un minimum de démocratie, il se trouvait beaucoup de ressortissants de la France, l’État-nation par excellence, alors que les Belges et les Canadiens, originaires de pays plus décentralisés, s’avéraient plus favorables au développement d’instances politiques à l’échelle internationale.

  • 24 De plus, ils peuvent contribuer à former des relations amicales : « outre échange d’informations, a (...)

29Ces échanges entre citoyens et citoyennes de plusieurs pays nous semblent très importants à suivre parce qu’ils permettent de dénaturaliser des situations et de montrer que celles-ci sont des constructions sociales. Ces échanges ne représentent-ils pas un moyen de comparer les façons dont les systèmes dans lesquels nous vivons, le capitalisme financier et la démocratie représentative, se déclinent différemment selon les sociétés en fonction des histoires et des cultures tout en présentant des points communs ? Les institutions n’apparaissent-elles pas dès lors plus qu’auparavant comme des constructions qu’il est possible de discuter, de remettre en cause en tant que citoyens et citoyennes ? Le fait de s’intéresser à des politiques menées dans d’autres pays sur des questions partagées ne constitue-t-il pas le premier pas vers un intérêt pour des politiques communes ? Lorsque nous avons interrogé 50 abonnés et abonnées par courriel, quelques personnes ont d’ailleurs abordé ce sujet plus ou moins directement sans qu’aucune question n’ait été posée dans ce sens. Elles ont alors mis l’accent sur les pratiques de communication à l’échelle internationale sur la liste en signalant l’intérêt d’échanger avec des internautes de plusieurs pays partageant le même intérêt pour l’économie, la finance et la spéculation. Ces échanges permettent de mieux « comprendre les mentalités, les analyses, les opinions, la rigueur des gens » nous a-t-on répondu24.

Conclusion

30In fine, que conclure à partir de nos observations afin de proposer des pistes de réflexion qui seront susceptibles d’être creusées ? Le développement d’une partie des usages d’Internet contribue visiblement à l’émergence d’échanges communicationnels internationaux qui peuvent nous aider à mieux faire comprendre à la fois nos points communs et nos divergences. Ainsi, il devient plus facile pour les citoyens et les citoyennes de reconnaître que chaque société se donne des institutions qui sont périssables, que la seule source du sens provient des activités qui se développent en son sein ; autrement dit que chaque société est caractérisée par son caractère auto-institué pour reprendre la formule de Cornelius Castoriadis (1990). Mais Internet peut-il pour autant être compris comme un espace public vraiment planétaire ? On peut s’interroger à ce sujet tellement les inégalités sont importantes. On retrouve ici le concept de « communication-monde » développé par Armand Mattelart (1998) qui, en liant celui-ci au concept d’« économie-monde » développé par Fernand Braudel et Immanuel Wallerstein, veut remettre en avant de la scène ces inégalités qui façonnent le monde. Dans notre cas, trois barrières, abordées ci-dessus et qui relativisent la création d’un véritable espace public international, voire mondial, sont importantes à considérer : (1) l’accès et l’appropriation avec des situations très différentes selon les pays. Il s’agit bien ici de parler autant en termes de transmission d’informations et de pratiques de communication que d’usages moins actifs, de consultation d’information par exemple. Les inégalités se constatent aussi bien à une échelle macro à la lecture de certains chiffres issus d’études statistiques qu’à l’échelle micro de l’observation des échanges sur une liste de discussion comme « ATTAC talk » ; (2) la langue d’usage. La plus répandue sur le « Net », l’anglais, tend certes à s’imposer comme une langue véhiculaire mais constitue une barrière pour beaucoup de monde, d’où d’ailleurs l’importance de la traduction. À ce sujet, ATTAC représente un modèle de diversité linguistique grâce à la pratique de la traduction mais c’est plutôt une exception ; (3) la difficulté à tenir compte de la différence des contextes, ceux-ci étant entendus à la fois en termes de vie quotidienne et d’un point de vue institutionnel. La comparaison internationale demandant beaucoup de temps, on peut comprendre qu’il y eut finalement peu de débats impliquant des internautes de plusieurs pays, malgré l’intérêt de créer progressivement des espaces publics internationaux.

  • 25 Il convient donc de toujours garder à l’esprit que l’étude d’un support de sens particulier en tant (...)

31Enfin, il importe de revenir quelques instants sur la notion même d’espace public. Pierre Chambat note que celle-ci renvoie à deux significations distinctes (1995 : 67). Premièrement, elle correspond au principe constitutif d’une action politique que l’on reconnaît comme étant démocratique et qui n’a pas forcément de localisation précise et stable. L’espace public est alors un espace essentiellement symbolique, théoriquement ouvert à tous les citoyens et à toutes les citoyennes qui y discutent pour y constituer l’opinion publique. Il constitue le lien entre la société civile et l’espace politique en signalant et en problématisant les défis que celle-là ne peut relever seule et désire confier à celui-ci. Deuxièmement, la notion d’espace public amène à s’intéresser à des lieux de différentes natures, du café à la télévision en passant par le Parlement et Internet. L’espace public peut dès lors être divisé en autant d’espaces partiels qu’il existe de lieux consacrés aux échanges publics25. Or, selon les cas, ces espaces favorisent les échanges sur une base locale, régionale, nationale, internationale ou mondiale. C’est le cas par exemple de la télévision qui est organisée de façon plus ou moins décentralisée selon les pays et qui a vu se multiplier depuis quelques années des chaînes qui ont une vocation internationale mais aussi dans certains pays des stations locales. On peut aussi penser à certains événements qui sont retransmis dans le monde entier par la télévision.

  • 26 Lors d’un séminaire organisé par la revue Terminal, Thierry Vedel a signalé qu’en France, au cours (...)

32Quant à Internet, il peut aussi être mobilisé à plusieurs échelles. Ainsi, Françoise Massit-Folléa estime que c’est à l’échelle locale que son utilisation pourrait être vraiment féconde pour l’exercice de la démocratie. « On ne peut être citoyen de l’utopie, sinon en son âme et conscience », estime-t-elle avant d’ajouter que c’est au niveau local que « l’interactivité technique n’est pas un simulacre d’interaction sociale, que le dialogue gouvernants-gouvernés n’est pas une simple consultation sans conséquence, que le citoyen est considéré dans toutes ses dimensions : habitant, consommateur, parent d’élève, usager, mais aussi justiciable ou contribuable » (1998)26. De plus, si on revient à la première définition de l’espace public, il ne peut y avoir de séparation nette entre l’échelle à laquelle les débats s’organisent et celle à laquelle les décisions politiques sont prises ; ce qui renvoie à l’idée du passage d’une gouverne politique où l’État demeure central à une gouvernance techno-économique où les organisations supranationales se voient attribuer un rôle croissant. À ce sujet, les groupes militants semblent partagés. À travers leurs actions, un certain nombre d’entre eux tentent d’empêcher un déplacement des lieux de la discussion, des rapports de pouvoir et de la production des compromis entre les acteurs sociaux. Ils mettent l’accent sur l’importance d’un retour du politique à l’échelle des États — voire des regroupements d’États à l’instar de la construction européenne — en rappelant que la légitimité politique se situe avant tout à ce niveau-là. Ils s’adressent donc de façon prioritaire aux responsables politiques des États. Dans cette perspective, l’espace public créé par les pratiques de communication internationale permet surtout de faire des comparaisons. Une autre position militante consiste à accepter le déplacement des lieux de la discussion, des rapports de pouvoir et de la production des compromis entre les acteurs sociaux en se plaçant parfois directement à l’échelle planétaire. À ce sujet, les activistes qui adoptent cette position ont souvent comme référence principale le livre Empire d’Antonio Negri et Michael Hardt dans lequel on peut lire :

L’Empire auquel nous sommes confrontés dispose d’énormes pouvoirs d’oppression et de destruction — mais ce fait ne doit en aucune façon nous donner la nostalgie des anciennes formes de domination. Le passage à l’Empire et ses processus de globalisation offrent en effet de nouvelles possibilités aux forces de libération. La mondialisation, naturellement, n’est pas une chose unique et les multiples processus que nous identifions comme tels ne sont ni unifiés ni univoques. Notre tâche politique, avancerons-nous, n’est pas simplement de résister à ces processus mais de les réorganiser et de les réorienter vers de nouvelles fins. Les forces créatrices de la multitude qui soutient l’Empire sont tout aussi capables de construire de façon autonome un contre-Empire, c’est-à-dire une organisation politique de rechange des échanges et des flux mondiaux. Les luttes visant à contester et subvertir l’Empire, aussi bien que celles destinées à construire une réelle solution de remplacement, se dérouleront ainsi sur le terrain impérial lui-même — et de fait, des luttes nouvelles de ce genre ont déjà commencé à émerger. À travers ces luttes et bien d’autres comme elles, la multitude aura à inventer de nouvelles formes démocratiques et un nouveau pouvoir constituant qui, un jour, nous emporteront à travers et au-delà de l’Empire (2000: 20).

33C’est dans ce cas que l’espace public créé par les pratiques de communication internationale devient à proprement parler transnational, car il s’agit alors d’aborder des questions et d’envisager des politiques à un niveau directement planétaire.

Haut de page

Bibliographie

BOLTANSKI, Luc, et Ève CHIAPELLO (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard. (Coll. « Nrf Essais ».)

CASTORIADIS, Cornelius (1990), Le monde morcelé, Les carrefours du labyrinthe. Tome III, Paris, Seuil.

CHAMBAT, Pierre (1995), « Espace public, espace privé : le rôle de la médiation technique », dans Isabelle PAILLIART (dir.), L’espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug, p. 65-98.

GEORGE, Éric (2001), « Le processus d’appropriation sociale de l’Internet en formation : le cas d’ATTAC », Téléservices publics Usages et citoyenneté, Actes du 12e colloque du creis, Paris, du 28 au 30 mars. [En ligne] http://www.creis.sgdg.org/presentation/manifestations/is01_actes_colloque/ericgeorge.htm.

HARDT, Michael, et Antonio NEGRI (2000), Empire, Paris, Exils.

KEANE, John (1988), Civil Society and the State : New European Perspectives, Londres, Verso.

KEANE, John (1995), « Structural transformations of the public sphere », The Communication Review, 1(1) : 1-22.

KING, John, Rebecca E. GRINTER et Jeanne M. PICKERING (1996), « Grandeur et décadence d’Arpanet. La saga de Netville, cité champignon du cyberespace », Réseaux, 77 : 9-35. [En ligne] http://www.enssib.fr/autres-sites/reseaux-cnet/77/01-king.pdf

MASSIT-FOLLÉA, Françoise (1998), « Illusion techniciste de l’interactivité », Actes du colloque IDT98, Paris, Palais des Congrès, juin. [En ligne] http://www.ens-lsh.fr/labo/c2so/articles/massit_follea/comm1.html

MATTELART, Armand (1998), « Utopies et réalités du lien global. Pour une critique du technoglobalisme », Loisir et société, 21(1) : 121-144.

MIÈGE, Bernard (1997), La société conquise par la communication. Tome 2 : La communication entre l’industrie et l’espace public, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble. (Coll. « Communication, Médias et Sociétés ».)

OUVRAGE Collectif (2001), La radio à l’ère de la convergence, actes du colloque tenu à Ottawa le 11 octobre 2000, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal.

PROGRAMME DES NATIONS-UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT (PNUD) (2001a), Rapport annuel, Bruxelles, De Boeck Université. [En ligne] http://www.undp.org/dpa/french/annual/annualreport2001/

PROGRAMME DES NATIONS-UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT (PNUD) (2001b), Mettre les nouvelles technologies au service du développement humain, Bruxelles, De Boeck Université. [En ligne] http://www.undp.org/hdr2001/french

RABOY, Marc (1999), « Une régulation démocratique problématique », dans Serge PROULX et André VITALIS (dir.), Vers une citoyenneté simulée. Médias, réseaux et mondialisation, Rennes, Apogée, p. 57-69.

SCHOLTE, Jan Aart (2001), « Qu’est-ce que la société civile Mondiale ? », Courrier de la Planète, Société civile mondiale, la montée en puissance, 63. [En ligne] http://www.solagral.org/publications/cdp/cdp63/article1.htm

SÉNÉCAL, Michel (1995), L’espace médiatique. Les communications à l’épreuve de la démocratie, Montréal, Liber.

SÉMINAIRE « INFORMATIQUE - RESEAUX — SOCIETES ». 1999. « Internet et démocratie locale », Synthèse effectuée par Pascal Fortin, 13 octobre. [En ligne] http://www.terminal.ens-cachan.fr/navigation/fr/CrSem1.html

SOMMIER, Isabelle (2001), Les nouveaux mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Paris, Flammarion. (Coll. « Dominos ».)

STATISTIQUE CANADA (2001), Les temps changent : pourquoi et comment les Canadiens utilisent Internet, 2000. [En ligne] http://www.statcan.ca/francais/research/56F0006XIF/56F0006XIF00001.pdf, voir aussi : « Enquête sociale générale : utilisation d’Internet », Le Quotidien, 26 mars 2001, http://www.statcan.ca/Daily/Francais/010326/q010326a.htm

Haut de page

Notes

1 Certains « nouveaux mouvements sociaux » des années 1970 et des groupes plus récents ont adopté dès le départ une structure transnationale. Ce fut par exemple le cas de Greenpeace (Sommier, 2001). Ce phénomène a pris de l’ampleur depuis quelques années, mais n’est donc pas complètement nouveau. En revanche, les structures plus anciennes porteuses de revendications sociales, comme les syndicats, ont plus de difficultés à mener des coopérations à l’échelle internationale.

2 Le qualificatif d’« altermondialiste » est sans doute préférable au terme le plus souvent employé pendant plusieurs années, notamment dans les médias par les journalistes : « antimondialisation ». Ces groupes luttent en fait surtout contre une certaine forme de mondialisation, axée sur l’économie et notamment sur la finance, un processus que l’on qualifie parfois en français de globalisation, mais ils ne sont pas forcément contre le processus plus vaste de mondialisation.

3 Les deux expressions les plus présentes dans les discours de ces organismes sont sans doute les suivantes : « le monde n’est pas une marchandise » et « nous voulons nous réapproprier notre monde ». Avec la première formule, il s’agit de penser un autre mode, d’autres modes de régulation que le marché alors que la logique de mise en valeur du capital tend à favoriser la marchandisation systématique de toutes les activités humaines. La deuxième formule fait référence à une critique de l’état des systèmes politiques avec notamment la remise en cause de la démocratie représentative telle qu’elle fonctionne. Toutefois, il y a d’une part une volonté de défendre cette démocratie en redonnant du pouvoir aux représentants politiques, notamment aux parlementaires et d’autre part un souhait de promouvoir une démocratie plus participative. Ces deux positions peuvent être considérées comme étant à la fois complémentaires et contradictoires.

4 L’expression de société civile nous semble ambiguë. La difficulté est sans doute liée au fait que le terme a changé de signification au fil du temps. Au cours des siècles passés, la société civile était entendue comme l’ensemble des rapports sociaux hors-État définis par et à travers la sphère marchande de la société bourgeoise. Elle avait donc une dimension économique forte. Si on maintient ce schéma, l’analyse repose alors sur la relation entre société civile et État, celle-ci ne devant d’ailleurs pas être uniquement envisagée en termes d’opposition, car ces deux référents ne sont jamais complètement séparés mais s’interpénètrent à des degrés divers. Mais on en vient maintenant à considérer que la société civile n’est pas non plus le marché. On retrouve alors une triade composée de l’État, des entreprises (le marché) et de la société civile. Cette distinction est intéressante mais pose problème, car un nombre croissant d’entreprises créent et financent des organismes sans but lucratif. Où faut-il les situer ? Par ailleurs, les lobbies commerciaux tels que les chambres de commerce et les associations de banques défendent des intérêts marchands, même si ces organisations elles-mêmes ne produisent ni biens ni services. Pour sortir de cette ambiguïté, il nous semble pertinent de distinguer, à l’instar de Jan Aart Scholte (2001), trois catégories d’organismes membres de la société civile en fonction de leurs objectifs, conformistes, réformistes ou radicaux ; tout en sachant que ce travail de distinction est parfois difficile.

5 Nous refusons d’adopter une position déterministe qui accorderait la priorité absolue à la dimension technique ou à la dimension sociale à des fins d’analyse. Ces deux positions sont pourtant fort répandues et sont défendues, par exemple, respectivement par Derrick de Kerckhove et Dominique Wolton dans l’ouvrage La radio à l’ère de la convergence. Derrick de Kerckhove estime que la mobilisation qui a eu lieu à Seattle en 1999 contre la rencontre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) est due au rôle central d’Internet et Dominique Wolton adopte un point de vue radicalement inverse. Nous pensons que facteurs techniques et sociaux sont étroitement imbriqués et que, par exemple, la mobilisation contre la rencontre de l’OMC à Seattle aurait fort probablement eu lieu en 1999 sans Internet, mais certaines de ses caractéristiques auraient vraisemblablement été différentes. Elle aurait peut-être été de moindre ampleur. De toute façon, ce genre de débat demeure hypothétique.

6 « The ideal of a unified public sphere and its corresponding vision of a territorially bounded republic of citizens striving to live up to their definition of the public good are absolete. » (Traduction libre)

7 En 2003, les pays disposant d’un site Web étaient les suivants : Allemagne, Andorre, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Bolivie, Brésil, Grande-Bretagne, Cameroun, Chili, Colombie, Côte d’Ivoire, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Japon, Jersey, Luxembourg, Maroc, Norvège, Paraguay, Pays-Bas, Pérou, Pologne, Portugal, Québec, Sénégal, Suède, Suisse, Tunisie, Uruguay.

8 Avec en 2003 les groupes et réseaux suivants : 50 Years Is Enough, Bretton Woods Project, CADTM (Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde), Campagne pour l’annulation de la dette, CCCOMC (Coalition contre les clônes de l’Organisation mondiale du commerce), CEPR (Center for Economic and Policy Research), CEO (Corporate Europe Observatory), Drop the Debt, Focus on the Global South, Friends of the Earth Europe, Halifax Initiative, IED (Inicijativa za Ekonomsku Demokratiju), Jobs With Justice, Jubilee 2000, Public Citizen, RCADE (Red Ciudadana por la Abolición de la Deuda Externa), Saprin (Structural Adjustment Participatory Review International Network), Tobin Tax Initiative, War on Want, WDM (World Development Movement), WEED (World Economy, Ecology and Development).

9 Mais elle pourrait aussi être abordée comme une future norme en ce qui concerne le processus de formation des usages sociaux d’Internet, notamment au sein de regroupements associatifs, militants. Cette recherche a été partiellement effectuée dans le cadre d’une thèse de doctorat intitulée « L’utilisation de l’Internet comme mode de participation à l’espace public dans le cadre de l’AMI et au sein d’ATTAC : Vers un renouveau de la démocratie à l’ère de l’omnimarchandisation du monde ? ». Nous avons travaillé sur les usages d’Internet au sein d’organismes publics et parapublics, ainsi que de groupes constitutifs de ce que l’on appelle souvent la « société civile », à partir du dossier de l’AMI. C’est la première fois que l’utilisation d’Internet par des organisations militantes a été évoquée à l’échelle mondiale pour expliquer une mobilisation sociale. Les données ont été actualisées en 2003 dans le cadre de la rédaction de cet article. D’autres éléments présents dans le texte ont été recherchés en vue de la rédaction de celui-ci.

10 Cette recherche a été partiellement effectuée dans le cadre d’une thèse de doctorat intitulée « L’utilisation de l’Internet comme mode de participation à l’espace public dans le cadre de l’AMI et au sein d’ATTAC : Vers un renouveau de la démocratie à l’ère de l’omnimarchandisation du monde ? ». Nous avons travaillé sur les usages d’Internet au sein d’organismes publics et parapublics, ainsi que de groupes constitutifs de ce que l’on appelle souvent la « société civile », à partir du dossier de l’AMI. C’est la première fois que l’utilisation d’Internet par des organisations militantes a été évoquée à l’échelle mondiale pour expliquer une mobilisation sociale. Les données ont été actualisées en 2003 dans le cadre de la rédaction de cet article. D’autres éléments présents dans le texte ont été recherchés en vue de la rédaction de celui-ci.

11 Les images et les sons gardent une place très secondaire.

12 Il s’agit là d’une métaphore par rapport à la proximité spatiale. Ici, les contenus sont proches parce qu’ils sont séparés par un faible nombre de clics de souris.

13 Au cours de nos recherches sur la Toile au sujet de l’AMI, aucun autre site n’était traduit dans autant de langues. Les sites francophones (Belgique, France et Québec) ne sont généralement traduits qu’en anglais, voire, très rarement, dans une autre langue (allemand ou espagnol). Quant aux sites anglophones (Royaume-Uni, États-Unis), ils ne sont quasiment jamais traduits dans une autre langue, même s’ils ont une vocation internationale.

14 C’est facilement compréhensible étant donné qu’un éditorial signé par Ignacio Ramonet, « Désarmer les marchés financiers », a été publié en décembre 1997. Celui-ci faisait part de l’éventuelle création d’une association pour lutter contre la spéculation financière. Un certain nombre de lecteurs et de lectrices se sont alors exprimés par courrier électronique et ont donc pu deux mois plus tard être abonnés à la première liste de discussion créée par le mensuel. Le lancement de la liste a d’ailleurs été le fait d’Ignacio Ramonet et de Philippe Rivière, responsable des activités multimédias du mensuel.

15 Aux deux opposés, 54,3 % des Étatsuniens étaient connectés à Internet alors que c’était le cas de seulement 0,4 % de la population subsaharienne (pnud, 2001a : 13).

16 Au Canada, environ 13 millions de personnes, soit 53 % des personnes âgées de 15 ans et plus, ont utilisé Internet à la maison, au travail ou ailleurs en 2000, c’est-à-dire pendant les douze mois ayant précédé l’enquête. Le taux d’utilisation a triplé par rapport à ce qu’il était en 1994 (18 %) (Statistique Canada, 2001).

17 La question des inégalités est en effet considérée comme importante. En France, plus de 400 correspondants électroniques qui représentent les différents groupes locaux font circuler l’information vers les personnes qui n’ont pas la possibilité d’accéder à Internet et leur permettent d’y participer grâce à des secrétariats électroniques. D’autres éditent des périodiques qui peuvent être facilement imprimés. L’association elle-même publie des travaux sur support papier. Ceux-ci ne sont numérisés qu’ensuite.

18 Cette démission a été provoquée par le soulèvement populaire, notamment marqué par la descente dans la rue le 9 décembre 2001 de dizaines de milliers de citoyens et de citoyennes.

19 La Guyane est rattachée institutionnellement à l’Union européenne, mais elle est complètement intégrée à l´Amérique du Sud et connaît les mêmes problèmes que ses voisins : place des autochtones dans la société, importance du chômage, conséquences de la création éventuelle de la ZLEA, etc.

20 L’association française a été créée officiellement le 3 juin 1998.

21 Le 14 octobre 1998, le premier ministre français de l’époque, Lionel Jospin, annonça à l’Assemblée nationale que la France se retirait des négociations. Six jours plus tard, le projet était officieusement abandonné au siège de l’OCDE.

22 Nous laissons les messages tels qu’ils nous sont parvenus par courriel, mais en ne précisant ni les noms, ni les prénoms.

23 Par opposition à l’animateur officieux, L. Le premier s’effaça progressivement au profit du second.

24 De plus, ils peuvent contribuer à former des relations amicales : « outre échange d’informations, agrandir le nombre d’amis partageant les mêmes opinions, et parmi ceux-ci, quelques Canadiens ». Quand la quête de l’autonomie rejoint la recherche de la sociabilité…

25 Il convient donc de toujours garder à l’esprit que l’étude d’un support de sens particulier en tant qu’espace public ne peut que correspondre à une approche partielle de ce dernier. Rappelons aussi que Bernard Miège attire notre attention sur la marchandisation de cet espace public (1997). Michel Sénécal affirme de son côté que s’il est question de l’espace public médiatique, celui-ci est en fait de plus en plus privatisé et que, de ce fait, l’expression même d’« espace public » pose problème (1995).

26 Lors d’un séminaire organisé par la revue Terminal, Thierry Vedel a signalé qu’en France, au cours des trois premières années du développement du « Net » (1996-1999), ce sont les projets locaux d’utilisation d’Internet qui ont été les plus nombreux et qui ont semblé susciter le plus d’espoir alors que le réseau est planétaire (Séminaire « Informatique — Réseaux — Sociétés », 1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric George, « Les usages militants d’Internet », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 99-124.

Référence électronique

Éric George, « Les usages militants d’Internet », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/4655 ; DOI : 10.4000/communication.4655

Haut de page

Auteur

Éric George

Éric George est professeur au Département de communication à l’Université d’Ottawa. Il est également membre du Groupe de recherche interdisciplinaire sur la communication, l’information et la société (GRICIS). Courriel : egeorge@uottawa.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org