Navigation – Plan du site
Articles

Internet : « oubli » de l’intermédiaire technique et avènement d’un « monde » nouveau

Mise en perspective des discours contemporains sur l’Internet au regard des discours sur les techniques de communication à distance du XIXe siècle
Aurélie Laborde
p. 125-144

Résumés

Dans la profusion des premiers discours sur les techniques, il est bien souvent difficile de distinguer quelle est la part de l’imaginaire et des projections idéologiques. Dans cet article, nous avons choisi de nous intéresser aux premiers discours sur l’Internet. Pour approcher plus justement les discours contemporains sur la technique, nous les mettrons en perspective, les confronterons aux discours passés sur les techniques de communication à distance. Le XIXe siècle, siècle souvent défini comme « fondateur » des techniques de télécommunication sera notre point de repère pour appréhender les premiers discours de presse français sur le réseau Internet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Patrice Flichy (1995) ne considère pas « l’imaginaire technique » comme la matrice initiale de cons (...)

1Dans la profusion des premiers discours sur les techniques, il est bien souvent difficile de distinguer quelle est la part de l’imaginaire et des projections idéologiques. L’imaginaire est pourtant l’un des moteurs les plus puissants du développement d’une technique et de son appropriation1, d’autant plus puissant qu’il est souvent insaisissable, difficilement repérable. Dans cet article, nous avons choisi de nous intéresser aux premiers discours sur l’Internet, technique de communication qui a suscité et suscite encore de nombreuses projections et des débats passionnés. Pour approcher plus justement les discours contemporains sur la technique, nous les mettrons en perspective, les confronterons aux discours passés sur les techniques de communication à distance. Le XIXe siècle, siècle souvent défini comme « fondateur » des techniques de télécommunication et qui vit se développer successivement le télégraphe optique, le télégraphe électrique, le téléphone et la télégraphie sans fil, sera notre point de repère pour appréhender les premiers discours de presse français sur le réseau Internet.

2On remarque un grand nombre de thématiques récurrentes, au XIXe siècle et aujourd’hui, dans les premiers discours de presse accompagnant les techniques de communication à distance. Toutefois, lorsque l’on observe l’organisation profonde des discours, les combinaisons de champs sémantiques et les arguments les plus fréquemment répétés, on constate que les mêmes thèmes, incessamment déclinés, ne se renouvellent pas à l’identique et rendent au contraire compte d’une évolution de la représentation de la communication à distance depuis deux siècles. Les premiers discours sur l’Internet affichent ainsi des spécificités que l’on ne retrouve pas dans les discours du XIXe siècle. Ces originalités sont certes dues aux caractéristiques intrinsèques de la technique, mais sont également le fruit d’une époque particulière et des valeurs qu’elle véhicule (Laborde, 2001).

3Après avoir explicité notre approche du sujet, la méthode et un corpus spécifique, nous nous intéresserons plus particulièrement ici à l’évolution de trois thématiques récurrentes depuis deux siècles dans les discours sur les techniques de communication à distance : les représentations de la communication, celles de l’espace et du temps et enfin celles de l’intermédiaire technique.

4Ces différentes évolutions nous semblent alors alimenter conjointement une nouvelle vision de la communication à distance ou télécommunication, d’un échange médiatisé où l’intermédiaire technique est omniprésent, vers une communication « totale » oubliant la notion d’échange pour l’idée de relation et occultant l’intermédiaire technique.

5Nous avançons ainsi l’hypothèse suivante : si, en France, tout au long du XIXe siècle, les discours de presse sur les techniques de communication à distance portent déjà en eux les signes d’une représentation d’un monde « unifié » où chaque point serait en contact étroit avec l’ensemble des autres, ils suggèrent aussi clairement la conscience d’un intermédiaire technique et de ses infrastructures, supports incontournables et omniprésents d’une nouvelle contraction de l’espace-temps. Au contraire, les premiers discours de la presse française sur l’Internet tendraient à oublier les supports de la communication à distance, en occultant la vitesse de transmission des échanges, la technique et ses infrastructures. Ce phénomène contemporain peut s’expliquer de multiples façons, mais ce sont avant tout ses effets dont nous souhaitons traiter ici. Ainsi, les journalistes de notre corpus, ne faisant significativement allusion ni à la vitesse, ni à la réduction de l’espace temps, ni aux infrastructures de communication, contribuent — consciemment ou non — à alimenter la confusion déjà existante entre monde réel et monde virtuel et à nous donner l’illusion d’une nouvelle forme de communication, « totale », « globale », privilégiant la relation, voire la fusion, et niant l’espace.

  • 2 Internet et les (N)TIC en général sont souvent définis par les chercheurs en Sciences de l’Informat (...)

6Lorsque l’on s’attache à un objet émergeant et aussi « passionnel2 » que l’Internet, on s’expose à deux types de difficultés : la première consiste à se démarquer d’une production scientifique et littéraire déjà dense sur le sujet, la seconde, plus menaçante, réside dans la délicate étude d’un imaginaire qui nous est contemporain et, ce faisant, obscurcit la vision du chercheur. Nous avons tenté de pallier ces écueils en adoptant une double approche : la mise en perspective historique des discours modernes au regard de discours passés, d’une part, et l’emploi de l’analyse statistique de discours, d’autre part.

Mise en perspective historique : une façon originale de faire émerger des singularités modernes

7Nous avons choisi, dans cette étude, de mettre en perspective et d’éclairer les discours contemporains à la lumière des discours passés et de poser ainsi un « regard historique » sur les techniques de communication à distance. Cette confrontation diachronique nous a permis d’appréhender plus justement des discours et un imaginaire qui nous environnent, nous « pétrissent » et, en ce sens, s’avèrent souvent « opaques » pour l’observateur.

8L’approche diachronique choisie vise principalement ici à faire émerger les spécificités ou au contraire les redondances des discours contemporains sur l’Internet, au regard des techniques de communication à distance du XIXe siècle. Ainsi, nous ne cherchons pas à retracer une histoire objective des techniques de communication à distance depuis deux siècles, de leur découverte à leurs premiers usages, mais au contraire à déceler, à travers des techniques d’analyse de discours « déconstruisant » les textes, les imaginaires subjectifs accompagnant chacune d’entre elles. Au-delà des « faits » et des « hommes », c’est donc principalement les représentations de la technique — à un moment donné et dans un corpus donné — que nous analyserons, privilégiant ainsi l’« opinion sur » à la réalité.

9Dans cette perspective, on juxtaposera — pour les éclairer — des articles de journaux français accompagnant les premiers développements du télégraphe optique, du télégraphe électrique, du téléphone et de la télégraphie sans fil, d’une part, et des articles sur l’Internet, d’autre part. Nous confrontons ainsi une période que les historiens nomment le « long XIXe siècle » à la fin du xxe.

  • 3 L’étude de discours sur des techniques de communication à distance du XXe siècle comme la télévisio (...)

10Les contextes historiques, les spécificités techniques de chaque artefact étudié et l’évolution de la presse ne nous autorisent pas à faire une comparaison point à point entre les discours sur les différentes techniques de télécommunication. Toutefois, la mise en perspective — ou en parallèle — permet de dégager de grandes tendances caractéristiques de l’ensemble des techniques étudiées ou, au contraire, spécifiques à certaines d’entre elles3.

Un corpus spécifique

  • 4 Pour une justification plus complète, voir Laborde (2001). Si l’analyse de ces corpus nous donne de (...)

11Les corpus étudiés4 sont constitués d’articles de journaux, couvrant les premières années de chaque technique sélectionnée. Nous avons ainsi rapproché des analyses de discours de la presse au XIXe siècle, effectuées sur des périodes d’au moins dix ans par technique, d’une analyse contemporaine, réalisée sur un temps plus court, le temps technique qu’il nous intéressait plus particulièrement d’étudier. Pour chacun des corpus constitués autour d’une technique, nous avons recherché une cohérence dans le choix des journaux : un quotidien dit « de référence » et un quotidien et un hebdomadaire « grand public ».

Tableau 1. Corpus étudiés

Tableau 1. Corpus étudiés

L’analyse statistique de discours : vision globale et interprétation des proximités sémantiques

12Pour analyser ces corpus, nous avons essentiellement eu recours à l’analyse de discours et plus particulièrement à une analyse de discours de type statistique.

13L’analyse de discours s’attache globalement à « l’analyse de l’usage de la langue » (Brown et Yule, 1983) ou encore à « l’usage réel du langage, par des locuteurs réels, dans des situations réelles » (Van Dijk, 1985). Ce type d’approche des textes ne propose donc pas d’étudier un corpus en soi et pour soi, mais comme représentant d’une situation particulière, d’un contexte et d’émetteurs particuliers. Le discours n’est alors pas considéré comme le reflet du réel, mais comme le positionnement du ou des émetteurs par rapport au réel. Quand on multiplie les émetteurs, le discours peut donc être envisagé comme un ensemble d’énoncés qui font système et sont représentatifs de « points de vue » sur un sujet donné. « Il ne s’agit [alors] pas d’envisager un corpus en tant qu’il a été produit par tel sujet, mais en tant que son énonciation est le corrélat d’une certaine position socio-historique pour laquelle les énonciateurs paraissent substituables » (Maingueneau, 1987). C’est en ce sens que l’analyse de discours constitue un outil d’étude des représentations. Ainsi, à partir d’articles de journaux sur les artefacts techniques choisis, il nous a semblé possible de saisir différents « points de vue » sur les techniques, dans les journaux étudiés.

  • 5 Pour Analyse de Lexèmes Cooccurrents dans les Énoncés Simples d’un Texte (logiciel développé par Ma (...)

14L’analyse de discours de type statistique est une forme particulière d’analyse de discours qui mobilise généralement des outils informatiques. Nous avons choisi l’un d’entre eux pour cette étude : le logiciel ALCESTE5. Comme la plupart des logiciels d’analyse statistique de discours, ALCESTE déstructure le texte, pour permettre une reconstruction différente, en vue d’une interprétation.

15L’objectif d’ALCESTE est de mettre au jour, dans un discours global, différents « mondes lexicaux », qui peuvent être considérés comme autant de dimensions de la représentation que le ou les émetteurs activent au moment de l’énonciation. Pour Max Reinert, concepteur du logiciel, l’énonciateur ne peut énoncer qu’à partir d’une représentation lui servant de référence, à partir de « son monde » :

Chaque énoncé d’un corpus porte diverses marques de ce monde, notamment les mots pleins qui, par définition, sont associés à des « objets », « qualités » ou « actions », tels que se les représente l’énonciateur et tels que cherchent à se les représenter les co-énonciateurs ou le lecteur. L’objectif de la méthodologie est de déduire de la redondance ou de la diversité de ces marques, les traces des principaux systèmes référentiels utilisés par les énonciateurs (Reinert, 1994).

  • 6 Concrètement, les textes sont dans un premier temps collectés et numérisés. Le programme réduit alo (...)

16En admettant donc qu’il existe une représentation stable à un moment donné de chaque technique de communication à distance sélectionnée pour notre étude et que l’on puisse la déceler dans les discours, l’interprétation suppose que chaque « monde lexical » renvoie à une dimension de cette représentation6.

  • 7 Ce qui n’est pas négligeable sur un corpus de quelque 700 pages.

17À la différence d’une lecture attentive ou d’une analyse thématique classique, l’usage du logiciel ALCESTE permet d’embrasser le texte dans sa globalité7 et de ne s’attacher qu’au vocabulaire le plus caractéristique et aux proximités significatives entre champs sémantiques. Ce qui nous semble intéressant dans ce type de liste de vocabulaire à interpréter, c’est de pouvoir reprendre et « disséquer » le discours dans toute sa complexité : on ne se contente pas de définir plusieurs champs conceptuels sur l’ensemble du corpus, comme tous les emplois de tel terme, leurs occurrences et leurs synonymes, mais on recontextualise chaque forme dans le « monde lexical » dans lequel elle apparaît de façon privilégiée. Cependant, le travail sur les listes de lemmes, tout en s’appuyant sur la consultation de dictionnaires, est une interprétation du chercheur et doit se déclarer comme telle.

Évolution de la représentation de la communication à distance : vers une communication « totale » et un espace nouveau

18Compte tenu de notre approche particulière, focalisant sur le vocabulaire le plus significatif et les proximités lexicales dans un corpus d’articles de presse français, nous avons été amenée à constater une évolution importante du discours de la presse sur l’Internet, au regard des discours sur les techniques de communication à distance du XIXe siècle.

19Parmi les différentes distorsions notables de l’imaginaire des techniques de télécommunication, nous nous attacherons plus particulièrement, dans les paragraphes suivants, aux représentations de la communication à distance, de l’espace et du temps, de l’intermédiaire technique et des infrastructures de télécommunication.

Évolution de la représentation de la communication à distance : de l’échange à la relation

20Les discours de presse sur les techniques de télécommunication reposent, quelle que soit l’époque, sur des champs sémantiques de la communication, regroupant des termes comme correspondance, échange, information, messages, mais aussi union ou relation. Cependant, selon les périodes, ces champs sémantiques sont employés dans des contextes lexicaux différents, indiquant par là une évolution du discours.

  • 8 Un sème « inhibé » ne disparaît pas. Il est seulement latent, secondaire, à un moment donné et dans (...)

21Si l’on considère que toute communication — et de la même façon toute télécommunication — est conjointement « échange d’information » et « relation », on distinguera, dans l’ensemble des corpus étudiés, des lexiques caractérisant ces deux dimensions. Cependant, les journalistes, selon les techniques et les périodes, mettent davantage l’accent sur l’une ou l’autre des dimensions de la communication. En microsémantique, on dira que le contexte lexical dans lequel la forme communication est significative, active ou inhibe, par « contamination », certains de ses sèmes8.

  • 9 Ces champs sémantiques comprennent tous les termes qui peuvent être rattachés, selon leur « sens », (...)

22Selon les interprétations successives des différents corpus, on remarque que si l’accent est mis sur l’échange « strict » et la transmission d’information au XIXe siècle, c’est au contraire la « relation » à distance qui est privilégiée — ou en tout cas prend une forme spécifique — dans les discours sur l’Internet. Cette réflexion n’est pas nouvelle, nous l’illustrons ici par des champs sémantiques de la communication9 qui voient leur vocabulaire et leur contexte d’apparition évoluer selon les époques.

23La dimension « échange d’information » est omniprésente dans l’ensemble des textes étudiés. Les discours sur le télégraphe optique s’intéressent ainsi à la correspondance et à la transmission des ordres lorsqu’il s’agit de légiférer sur les nouveaux usages de l’outil ou de développer les infrastructures ; les articles sur le télégraphe électrique évoquent les dépêches, la transmission, l’expédition, la correspondance, à propos de la législation, et les messages reçus, parvenus, transmis, lorsqu’il s’agit de l’extension du réseau sur le territoire…

  • 10 Les autres dimensions du discours sur l’Internet étudié s’attachent au « marché de l’informatique » (...)

24Dans les articles sur l’Internet, l’essentiel des formes évoquant la transmission ou la correspondance apparaît dans la dimension du discours que nous avons nommée « Communiquer » et qui traite essentiellement de l’Internet comme outil de communication, par le courrier électronique et les forums. À la différence des discours sur les techniques du XIXe siècle, la grande majorité des formes suggérant la « communication », dans les discours sur l’Internet, se retrouve dans une seule et même dimension du discours, la communication étant absente de l’ensemble des autres « points de vue » sur l’objet10.

25Pour chacun des corpus étudiés, on remarquera également la présence, certes moins manifeste, mais significative, de termes suggérant la relation. Ainsi, lorsque les hommes politiques décident de développer le réseau de télégraphie optique dans le cadre de la guerre, ils déclinent fréquemment le verbe réunir. Le télégraphe Chappe a d’ailleurs été initialement perçu par les révolutionnaires comme une technique susceptible d’« unifier » la Nation, en réduisant les distances. De la même façon, quand les journalistes évoquent l’extension du réseau de télégraphie électrique, ils emploient les termes union et relier, notamment lorsqu’ils s’intéressent aux câbles sous-marins tendus entre la France et l’Angleterre. La technique de communication est alors aussi perçue comme un moyen de « relier » les peuples et même de les préserver de la guerre en permettant une meilleure « connaissance » des autres.

  • 11 Est significative, dans la perspective d’une analyse avec le logiciel ALCESTE, une forme utilisée s (...)

26Dans les articles sur le téléphone, nous n’avons pas trouvé de formes réellement significatives11 suggérant l’union ou la relation, mais les termes conversation et causer qui, appliqués à une communication à distance, restituent un espace virtuel aux interlocuteurs, où ils peuvent jouir d’une « co-présence » simulée. Si le téléphone est initialement et avant tout perçu comme un moyen pour les commerçants et les financiers de donner rapidement et sans intermédiaire leurs ordres à distance, il n’en est pas moins envisagé, dès 1877-1886, comme un instrument de « rapprochement » entre personnes éloignées.

27Les formes relier et réunir sont également fréquemment employées dans le corpus « télégraphie sans fil ». On rappellera d’ailleurs que si le télégraphe sans fil a d’abord été perçu comme un instrument permettant l’émission d’un signal là où les câbles du télégraphe électrique ne pouvaient trouver leur chemin, c’est justement parce que ces lieux étaient isolés et « coupés » de toutes « relations » avec l’extérieur, que la communication leur devenait essentielle.

28En ce qui concerne les discours sur l’Internet, les allusions à la communication-relation, plus fréquentes qu’au XIXe siècle, nous semblent également revêtir un aspect particulier.

29Notons dans un premier temps que des formes comme relier ou liaison s’affichent dans une dimension des discours traitant de la technique et de sa commercialisation, et non des usages. Les journalistes jouent alors, volontairement ou non, sur l’ambiguïté de ces termes, conférant à la technique une capacité d’action sur le social.

  • 12 Dans le sens où nous les avons rencontrées dans plusieurs autres analyses.
  • 13 Quelques exemples d’usages contemporains des termes rendez-vous, rencontre et contact (relevés dans (...)

30On remarquera également, dans ces mêmes discours, l’usage fréquent de termes originaux tels contact, rendez-vous, rencontre et même passion, aux côtés de formes plus classiques12 comme communication, échange, correspondre, envoyer… Ainsi, lorsque l’on observe attentivement les articles du Monde, de Paris Match ou de France Soir, on constate un glissement du vocabulaire journalistique, qui tend aujourd’hui à employer des termes généralement réservés aux relations de « co-présence » ou de proximité, pour décrire des échanges à distance effectués par le réseau13.

  • 14 Un terme est considéré comme plus ou moins « significatif » d’une classe en fonction de l’importanc (...)

31On remarquera également dans ces articles que le verbe raconter est plus significatif14 que le verbe informer, le premier induisant un échange personnel et intime, plus qu’un échange strict.

32L’usage de ce type de vocabulaire, dans ce contexte particulier, tend ainsi à nier implicitement le caractère artificiel et médiatisé des relations sur le réseau, les journalistes conférant à l’échange instrumentalisé l’apparence d’une communication de proximité, d’une relation de « co-présence ». L’absence significative d’un vocabulaire évoquant l’espace et le territoire, dans ces mêmes discours contemporains, et l’oubli de la vitesse de transmission et des infrastructures techniques ne font qu’accentuer ce phénomène.

Des distances occultées et une vitesse de transmission négligée

  • 15 C’est le territoire comme « étendue de terre », espace matérialisé, qui nous intéresse ici, plus qu (...)

33Des représentations du temps et de l’espace sont systématiquement associées aux discours sur les techniques de communication à distance. Ces représentations évoluent, et l’espace, le territoire15, comme la vitesse de transmission, ne revêtent pas la même importance, ni la même signification, selon les techniques étudiées et la période dans laquelle elles s’inscrivent.

Télécommunication et espace

34Au regard de l’étude de nos différents corpus, il semble que le journaliste du XIXe siècle, confronté à l’avènement de la communication rapide à distance, loin de « nier » l’espace, le place au centre de ses préoccupations. On traverse alors la terre et les mers, on franchit les airs et les habitations.

35Le territoire est ainsi fréquemment suggéré dans les articles du XIXe siècle étudiés et s’affiche comme un espace à conquérir, à apprivoiser. Avant même de « condenser », de « réduire » ou encore d’occulter l’espace et le temps, il s’agit pour les contemporains de s’approprier les zones encore vierges, de les plier à leur volonté. La géographie est donc essentielle, dans la mesure où l’espace doit être soumis pour pouvoir — ultérieurement ou même simultanément — être « nié » ou « restreint ».

36C’est avec le télégraphe électrique et dans une dimension des discours que nous avons nommée « Traversée » que l’idée de « conquête » du territoire semble prendre toute son importance, avec des termes comme traverser, arriver, voyage, parcours. Les navires et les chemins de fer sont également évoqués dans cette dimension du discours. Ce sont donc toutes les voies de communication qui investissent la surface du globe à cette époque et non uniquement les réseaux de télécommunication. Dans les articles sur le téléphone, on s’intéresse aussi largement au « maillage » du territoire par le réseau téléphonique. Toutefois, il ne s’agit plus ici d’une véritable conquête ou d’une appropriation, celle-ci ayant été réalisée autour du télégraphe électrique. Les premières communications téléphoniques à « grandes distances » étaient d’ailleurs transmises sur des câbles de télégraphie électrique… C’est à propos de la télégraphie sans fil que la notion de « conquête » du territoire reprend toute sa vigueur. Les messages ne sont alors plus transmis sur des câbles classiques, mais doivent traverser et franchir un espace nouveau : l’éther, les airs. Les discours sur la télégraphie sans fil rendent alors compte d’une étendue inédite à coloniser, un espace bien différent de celui de la télégraphie électrique étendant ses câbles, de façon palpable, le plus souvent le long des voies ferrées.

  • 16 Nous nous attachons toujours, dans le cadre de nos analyses statistiques de discours, aux termes le (...)

37À l’heure de l’Internet, le territoire, d’ores et déjà maillé d’innombrables réseaux de communication terrestres ou célestes, ne laisse que peu d’espaces vierges, propres à de nouvelles conquêtes. Dans les articles que nous avons étudiés, on ne retrouve ainsi quasiment aucune référence à l’espace16. Si des termes comme monde ou planète sont régulièrement employés par les journalistes, ils ont plutôt une fonction générique, englobante. On ne décrit alors pratiquement pas les positions géographiques des parties en communication ou les éventuelles disparités régionales.

38Paradoxalement, il semble que les journalistes n’aient jamais parlé aussi explicitement d’une conquête, d’une nouvelle aventure… Ainsi, dans les discours sur l’Internet analysés, les formes pionnier, aventure, explorer, rendent très clairement compte de la recherche, de la découverte et de l’appropriation d’un nouvel espace. Ce n’est alors plus un territoire géographique qui fait l’objet de ces discours, mais bien un nouvel espace virtuel, affichant de très nombreuses similitudes avec l’espace réel.

  • 17 Rapprochement initialement fait par D. Wolton
  • 18 Voir « L’aventure culturelle d’une génération » pour D. Wolton, « Des horizons de substitution » po (...)

39Face à un monde réel entièrement connu et colonisé, l’homme s’est recentré sur un monde virtuel, un nouveau « Far West17 » où tout est possible et où l’aventure semble encore être au rendez-vous18. Cet espace vierge, qui semble infini, devra à son tour être apprivoisé, conquis. Encore une fois, les contemporains d’une nouvelle technique de communication à distance, loin de nier l’espace qu’elle permet de « supprimer », en profitent pour renouveler la conquête d’un territoire, une aventure. Cependant, aujourd’hui, à la différence des discours du XIXe siècle, la géographie terrestre et les distances effectives n’ont plus véritablement leur place dans les discours sur l’Internet et disparaissent au profit d’un monde parallèle, affranchi des contraintes d’espace et de temps.

Vitesse des échanges

40La réduction de l’espace-temps et la « rapidité » des communications sont suggérées dans l’ensemble des corpus analysés. Toutefois, ces éléments sont évoqués différemment selon que la technique propose ou non une réelle innovation de ce point de vue.

  • 19 Voir « L’aventure culturelle d’une génération » pour D. Wolton, « Des horizons de substitution » po (...)

41Les discours sur le télégraphe optique, par exemple, restent très pragmatiques : ils ne suggèrent la rapidité des transmissions qu’en évoquant leur importance dans le cadre de la guerre ou pour sanctionner la « performance » d’un appareil. La vitesse de transmission, pourtant nouvelle (même si on ne peut encore la qualifier d’instantanée19), n’est donc pas encensée en soi et pour soi, mais en fonction de ses usages effectifs ou présumés.

  • 20 La classe « Progrès » du corpus « Télégraphe électrique » associe étroitement les termes suggérant (...)
  • 21 « Le pouvoir est inséparable de la richesse et la richesse de la vitesse. […] La vitesse est le pou (...)

42À l’inverse, les discours sur le télégraphe électrique s’intéressent à la rapidité en tant que telle, comme une des manifestations les plus patentes du Progrès20. Celle-ci suscite l’émerveillement pour elle-même, indépendamment de ses possibles usages. Durant cette période où la quasi-immédiateté des communications est radicalement nouvelle, la Rapidité s’érige en symbole de Progrès. Elle ne concerne alors pas uniquement le télégraphe, mais aussi les chemins de fer et les transatlantiques qui relient l’ancien et le nouveau monde en des temps encore jamais égalés. Si l’accélération des communications a toujours eu des effets sur l’économie, l’information, les habitudes du grand public ou les modes de pouvoir21, ces derniers ne sont pas essentiels, au commencement du télégraphe électrique, où la Rapidité n’est pas perçue comme un moyen mais comme une fin, un objet d’admiration en tant que tel.

  • 22 Même si ce n’est pas tout à fait le cas, elle est perçue comme telle dès l’époque de notre corpus s (...)

43Les allusions à la rapidité des transmissions sont moins significatives dans les discours sur le téléphone, la véritable « révolution » de la communication « instantanée »22 ayant eu lieu — semble-t-il — avec le télégraphe électrique. Le terme simultané apparaît cependant pour la première fois dans le corpus « Téléphone », suggérant une vélocité encore accrue des télécommunications, dont les contemporains ont conscience, mais qui n’est pas au centre de leurs préoccupations et ne suscite pas un enthousiasme particulier. Avec la télégraphie sans fil, la « vitesse » des communications est négligée. Dans la période de notre corpus (1893-1902), les performances de la TSF sont alors, de ce point de vue, très éloignées de celles du télégraphe électrique ou du téléphone.

44Lorsque l’on s’attache aux discours sur l’Internet, il est intéressant de remarquer que la « rapidité » des communications est quasiment occultée. Ainsi, les lemmes rapid+, prompt+, vite+ et leurs dérivés sont absents de nos comptes rendus d’analyses.

45Il semble alors que les techniques antérieures nous ont si bien accoutumés à la rapidité des communications — ou plutôt devrions-nous dire, aujourd’hui, à leur immédiateté ou simultanéité — que celle-ci ne préoccupe plus les contemporains qui, attirés par l’inédit, s’enthousiasment pour d’autres caractéristiques de l’artefact.

46Lorsque les journalistes s’intéressent au réseau Internet, ils n’évoquent donc pratiquement pas la rapidité ou l’immédiateté des échanges. Cette dimension du discours, présente à propos des autres techniques de communication que nous avons étudiées, est alors tout simplement rejetée, ce qui constitue une absence révélatrice.

  • 23 Il est d’ailleurs intéressant de remarquer l’importance accordée de nos jours à la « vitesse » par (...)

47Au-delà d’un désintéressement provoqué par l’habitude, nous avançons deux interprétations possibles de ce phénomène. La première s’appuie sur une rapidité ou vitesse « totale » qui, en ce sens, n’a plus besoin d’être nommée. Paul Virilio appelle ce phénomène la « vitesse absolue23 ». La seconde interprétation possible, complémentaire de la première, verrait dans cet « oubli » de la vitesse de transmission une action plus ou moins volontaire des journalistes qui, ne faisant allusion ni à la vitesse ni à la réduction de l’espace-temps, contribuent encore à alimenter la confusion entre monde réel et monde virtuel et l’idée d’une communication absolue, réellement indépendante des distances et — nous allons le voir — du média.

Des infrastructures oubliées

48Le lexique suggérant les descriptions techniques des différents artefacts et le développement des infrastructures de communication à distance est très développé dans les discours de presse du XIXe siècle sur les télégraphes, le téléphone et la TSF. Le vocabulaire technique indique alors un grand intérêt des contemporains pour le fonctionnement des différents systèmes et leur déploiement sur le territoire.

49Le XIXe siècle est considéré comme une période « scientiste » où le Progrès et l’intérêt qu’on lui porte résident davantage dans les systèmes techniques et leurs fondements scientifiques que dans les usages que l’on peut en avoir. Les corpus d’articles de journaux analysés le montrent bien, dissociant la technique et la science de leurs applications et attachant aux premières l’admiration, voire l’émerveillement des contemporains.

  • 24 Les journalistes citent principalement le matériel informatique dans le cadre du « marché » du même (...)

50À la différence de nos corpus du XIXe siècle, les premiers articles de presse sur l’Internet ne s’intéressent que très peu à la technique comme objet d’intérêt en soi et symbole de Progrès et ne traitent quasiment pas des infrastructures de communication et du « maillage » recouvrant le territoire. Lorsque le vocabulaire technique décrivant les ordinateurs ou leur connexion est mobilisé par les journalistes, c’est presque toujours dans un contexte lexical suggérant la commercialisation de la technique. Il ne s’agit alors plus d’ouvrir la « boîte noire » de la technique pour s’émerveiller de ses performances, mais de s’y intéresser en tant qu’objet commercialisable24. Contrairement au XIXe siècle, la technique de communication à distance ne comporte donc pas ici d’intérêt en soi et pour soi, mais en vertu de sa capacité à intégrer et à dynamiser le marché. Les infrastructures techniques, multiples liaisons connectant un point à un autre sur le territoire, sont quant à elles tout à fait négligées dans les articles contemporains que nous avons analysés. On notera également l’évolution de l’emploi du terme intermédiaire (et par là-même du segment « par l’intermédiaire »), très fréquemment et significativement utilisé par les journalistes du XIXe siècle et quasiment occulté aujourd’hui.

51Les premiers discours sur l’Internet traitent ainsi de la communication à distance sans réellement aborder l’intermédiaire technique, le système et les infrastructures, sur lesquels repose ce mode particulier de communication et d’échange.

  • 25 Remarquons à ce sujet une publicité télévisée d’Orange (septembre 2000) qui nous dit : « Le plus im (...)

52La communication à distance n’apparaît alors plus comme un moyen de lier ou de relier les hommes par l’intermédiaire de la technique. La technique, comme la distance ou l’espace que nous avons déjà traités, s’efface tout simplement pour laisser la place, dans les discours et donc selon la représentation des journalistes, à une véritable communication interpersonnelle, tendant à oublier sa médiatisation25. Il n’est plus question ici de reconstituer artificiellement une relation « par l’intermédiaire » d’une technique, mais bien de vivre « comme si » la co-présence était réelle et effective, permettant l’échange de sentiments et la « rencontre », dans un espace alternatif.

Commentaires et conclusion

53Chacune des disparités que nous avons constatées, à travers nos corpus, entre discours du XIXe siècle sur les techniques de communication à distance et premiers discours sur l’Internet peut s’expliquer ou s’argumenter de bien des façons. Nous proposons ci-dessous quelques suggestions qui ne sauraient être exhaustives. Toutefois, quelles que soient les raisons qui ont pu susciter l’évolution des représentations des échanges, du temps, de l’espace, de la technique et de ses infrastructures, il nous semble que ces changements simultanés entraînent la modification d’une représentation plus générale : celle de la communication à distance, entre le XIXe siècle et aujourd’hui.

  • 26 Les réseaux de télégraphie ou de téléphonie du xixe siècle, se déployant de poteaux en poteaux, sem (...)
  • 27 Au XIXe siècle, les réseaux et infrastructures de communication étaient largement traités dans les (...)

54La mobilisation différente des concepts de temps, d’espace, de vitesse, de technique, par les journalistes étudiés, peut trouver plusieurs explications, les plus évidentes étant des époques distinctes, aux contextes idéologiques, économiques et politiques disparates, et des artefacts techniques aux potentialités différentes. On pourrait également mentionner des représentations de la science et de la technique qui ont singulièrement évolué entre le XIXe siècle et aujourd’hui et des procédés journalistiques eux aussi très différents. Ainsi, la focalisation contemporaine sur les usages, au détriment de l’intérêt pour la technique en elle-même, est également susceptible d’expliquer l’« oubli » de l’intermédiaire technique ou sa relégation à un simple objet commercialisable dans les discours contemporains. On peut aussi évoquer le peu de transparence des infrastructures actuelles, si complexes et composites qu’il est difficile de les embrasser toutes entières26, ou encore la privatisation des infrastructures de réseau qui écarte, pour une part, leurs choix de développement du débat public et citoyen27. En ce qui concerne le peu d’intérêt des journalistes d’aujourd’hui pour la vitesse des échanges et les réseaux techniques, il est également possible de supposer que ces deux aspects, ne revêtant aucun caractère « inédit » par rapport à des techniques plus anciennes, sont moins susceptibles d’intéresser le public et donc de susciter des articles.

55Nous pourrions multiplier les possibles explications du renouvellement du discours contemporain sur l’Internet au regard des discours sur les techniques de communication à distance du XIXe siècle, mais là n’est pas notre propos. Nous souhaitions au contraire montrer, à travers notre corpus, comment ces différentes évolutions conjuguées ont donné lieu à une représentation très différente de la communication à distance, d’un échange à distance « par l’intermédiaire » de réseaux techniques à une communication « absolue », occultant la géographie et le temps, l’intermédiaire technique et son déploiement sur le territoire, et rassemblant ainsi le monde entier en un même point.

56Si l’on peut entrevoir, dès le télégraphe optique, des allusions à un nouveau type de « relation » instaurée entre les hommes, par le biais de la technique, la représentation de la relation médiatisée se renouvelle toutefois différemment à chaque époque et semble spécifique aujourd’hui, dans les discours sur l’Internet étudiés, alors que la technique « s’efface », laissant place nette à une « relation » qui ne connaît plus de contraintes.

  • 28 Dans le dictionnaire encyclopédique des Sciences de l’Information et de la Communication, Lamizet e (...)

57Dans les textes analysés, la communication à distance laisserait ainsi sa place à une forme de « communion »28 à distance, où l’échange d’information ne serait plus aussi significatif et important que le simple fait « d’être ensemble », de « partager ».

58Ainsi, si le cyberespace n’est considéré comme virtuel que parce qu’il dépend de l’intermédiation technique et des communications instantanées sur un vaste territoire, la presse étudiée, gommant les distances, la rapidité des échanges et l’intermédiaire technique, reconstruit un nouvel espace, toujours plus proche du monde « physique » et en même temps délivré de toute contrainte matérielle.

Haut de page

Bibliographie

BARBIER, F., et C. BERTHO-LAVENIR (1996), Histoire des médias, Paris, Armand Colin.

BEGUET, B. (dir.) (1990), La science pour tous. Sur la vulgarisation scientifique de 1850-1914, Paris, CNAM.

BERTHO, C. (dir.) (1984), Histoire des télécommunications en France, Toulouse, Eres.

BRETON, P., et S. PROULX (1996), L’explosion de la communication, Paris, La Découverte.

BROWN, G., et G. YULE (1983), Discourse Analysis, Cambridge, Cambridge University Press.

CARON, F. (1997), Les deux révolutions industrielles du XXe siècle, Paris, Albin Michel.

CARRE, P. (1996), « Le télégraphe ancêtre d’Internet ? », Le Journal du téléphone, novembre.

ELLUL, J. (1988), Le bluff technologique, Paris, Hachette.

FLICHY, P. (1991), « La question de la technique dans les recherches sur la communication », Réseaux, no 50.

FLICHY, P. (1997), Une histoire de la communication moderne, Paris, La Découverte.

FLICHY, P. (1995), L’innovation technique, Paris, La Découverte.

GRISET, P. (1996), Les télécommunications transatlantiques de la France (XIX-XX), Paris, Édition Rive Droite.

LABORDE, Aurélie (2001), Les discours accompagnant les nouvelles techniques de télécommunication : du télégraphe optique à l’Internet. Thèse de doctorat soutenue à Bordeaux, décembre.

LAUGT, O. (2000), Discours d’expert et démocratie, Paris, L’Harmattan.

LIBOIS, L.-J. (1983), Genèse et croissance des télécommunications, Paris, Masson.

MAINGUENEAU, D. (1987), Nouvelles tendances en analyse de discours, Paris, Hachette.

MATTELART, A. (1994), L’invention de la communication, Paris, La Découverte.

MATTELART, A. (1995), « Une éternelle promesse : les paradis de la communication », Monde diplomatique, novembre.

MATTELART, A. (1999), Histoire de l’utopie planétaire, de la Cité prophétique à la société globale, Paris, La Découverte.

MUSSO, P. (1997), Télécommunications et philosophie des réseaux, Paris, Presses universitaires de France.

REINERT, M. (1986), « Alceste, un logiciel d’analyse lexicale », Les Cahiers de l’analyse des données, Paris, Dunod.

REINERT, M. (1994), « L’approche des mondes lexicaux dans Aurélia de Gérard de Nerval », dans E. MARTIN, Les textes et l’informatique, Paris, CNRS/Didier Érudition, p. 145-159.

REINERT, (1999), « Quelques interrogations à propos de l’<objet> d’une analyse de discours de type statistique et de la réponse <Alceste> », Langage et Société, no 90, décembre.

SCARDIGLI, V. (1992), Les sens de la technique, Paris, Presses universitaires de France.

SFEZ L. (1999), « L’idéologie des nouvelles technologies » dans Révolution dans la communication, Monde diplomatique, Manière de voir, n° 46.

SIMONDON, G. (1969), Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier.

STOURDZE, Y. (1987), Pour une poignée d’électrons : pouvoir et communication, Paris, Fayard.

STUDENY, C. (1995), L’invention de la vitesse. France, XVIIIe - XXe siècle, Paris, Gallimard.

VIRILIO, P. (1996), Cybermonde, la politique du pire, Paris, Les éditions Textuel.

Haut de page

Notes

1 Patrice Flichy (1995) ne considère pas « l’imaginaire technique » comme la matrice initiale de construction du cadre de référence socio-technique, mais plutôt comme une des ressources mobilisées par les acteurs pour le former. L’imaginaire est alors une composante centrale du développement des techniques.

2 Internet et les (N)TIC en général sont souvent définis par les chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication (Wolton, Sfez, Mucchielli…) comme des réceptacles de nos passions, allant de la haine à l’engouement extrême.

3 L’étude de discours sur des techniques de communication à distance du XXe siècle comme la télévision, le minitel ou le mobile aurait sans doute été également riche d’enseignement pour ce propos. Nous nous en tiendrons toutefois ici à l’analyse des premiers discours sur les techniques fondatrices des télécommunications, en France, et comparerons les représentations qui les accompagnent à celles de l’Internet.

4 Pour une justification plus complète, voir Laborde (2001). Si l’analyse de ces corpus nous donne des indications sur la manière dont les journalistes se représentaient les différentes innovations, à chaque période, les résultats présentés ici et issus de l’étude de trois journaux par technique ne sont pas pour autant généralisables à la presse dans son ensemble, encore moins à une représentation « collective » de la technique.

5 Pour Analyse de Lexèmes Cooccurrents dans les Énoncés Simples d’un Texte (logiciel développé par Max Reinert, voir bibliographie).

6 Concrètement, les textes sont dans un premier temps collectés et numérisés. Le programme réduit alors les mots à leurs lemmes (forme canonique [masculin singulier, infinitif…] d’un mot variable). La lemmatisation permettra par la suite au logiciel de réaliser des rapprochements entre les mots indépendamment de leur genre, nombre et conjugaison. Dans un deuxième temps, le corpus est découpé en UCE (unités de contexte élémentaires pouvant être rapprochées d’une phrase ou d’un paragraphe et délimitées si possible par des ponctuations fortes) et celles-ci sont réparties dans différentes classes, en fonction de la proximité de leur vocabulaire. Chacune des classes — ou « mondes lexicaux » — se trouve donc constituée d’un certain nombre d’UCE au vocabulaire commun. Ces classes peuvent alors être considérées comme autant de dimensions de la représentation d’un objet, à un moment donné et dans un corpus donné. Elles s’appréhendent à travers des contextes lexicaux (listes de lemmes fréquemment associés) qui les caractérisent. L’interprétation des rapprochements entre mots pleins et champs sémantiques (reconstituables à partir de nébuleuses de mots pleins regroupés) dans les différents contextes lexicaux alimente l’identification et la définition des classes, désignant autant de « points de vue » différents sur l’objet.

7 Ce qui n’est pas négligeable sur un corpus de quelque 700 pages.

8 Un sème « inhibé » ne disparaît pas. Il est seulement latent, secondaire, à un moment donné et dans une phrase donnée, en fonction du vocabulaire avoisinant le mot dans la phrase.

9 Ces champs sémantiques comprennent tous les termes qui peuvent être rattachés, selon leur « sens », à la communication au sens large, telle que nous l’avons définie précédemment et selon ses deux pôles.

10 Les autres dimensions du discours sur l’Internet étudié s’attachent au « marché de l’informatique », aux « services de connexion », au « contrôle de la liberté d’expression », aux aspects « multimédia » (son, image, texte et jeu) et « base de données » de l’Internet. L’Internet est un média hétérogène concentré sur un même support technique. Le discours qui l’accompagne rend ainsi compte, à travers ses contextes lexicaux, des différentes « facettes » de l’artefact (objet technique de consommation/communication/multimédia/base de données). Nous ne traiterons pas ces différents aspects dans la mesure où, dans cet article, nous nous intéressons avant tout à l’évolution du discours sur la communication à distance.

11 Est significative, dans la perspective d’une analyse avec le logiciel ALCESTE, une forme utilisée suffisamment fréquemment et majoritairement dans un même contexte.

12 Dans le sens où nous les avons rencontrées dans plusieurs autres analyses.

13 Quelques exemples d’usages contemporains des termes rendez-vous, rencontre et contact (relevés dans Le Monde, France Soir et Paris Match, entre janvier 1994 et août 1996) :
– « les <cyber-lovers> et autres amoureux branchés ont rendez-vous sur Internet. »
– « Chacun se connectait aux heures de rendez-vous… »
– « Internet est devenu le lieu de rencontre de grandes universités américaines… »
– « On rencontre désormais sur le réseau des milliers d’amateurs de tous niveaux… »
– « Internet, lieu d’information, d’échange et de rencontres en ligne. »
– « Nous étions en contact, sur Internet… »
– « Un élargissement des opportunités de contact avec autrui puisque les messageries électroniques sont incomparablement plus pratiques et moins onéreuses que le téléphone. »
– « Des outils de communication ont été mis en place pour que les étudiants gardent le contact entre eux… »

14 Un terme est considéré comme plus ou moins « significatif » d’une classe en fonction de l’importance de son khi2 (calcul du degré d’appartenance à la classe).

15 C’est le territoire comme « étendue de terre », espace matérialisé, qui nous intéresse ici, plus que son appartenance à une institution ou à un État.

16 Nous nous attachons toujours, dans le cadre de nos analyses statistiques de discours, aux termes les plus fréquemment employés, dont le logiciel ALCESTE rend compte.

17 Rapprochement initialement fait par D. Wolton

18 Voir « L’aventure culturelle d’une génération » pour D. Wolton, « Des horizons de substitution » pour P. Virilio….

19 Voir « L’aventure culturelle d’une génération » pour D. Wolton, « Des horizons de substitution » pour P. Virilio….

20 La classe « Progrès » du corpus « Télégraphe électrique » associe étroitement les termes suggérant la rapidité aux formes comme science, savant, découverte, progrès et émerveillement.

21 « Le pouvoir est inséparable de la richesse et la richesse de la vitesse. […] La vitesse est le pouvoir même » (Virilio, 1996).

22 Même si ce n’est pas tout à fait le cas, elle est perçue comme telle dès l’époque de notre corpus sur la télégraphie électrique.

23 Il est d’ailleurs intéressant de remarquer l’importance accordée de nos jours à la « vitesse » par Virilio et plusieurs autres chercheurs et le peu d’intérêt pour cette dimension dans les médias.

24 Les journalistes citent principalement le matériel informatique dans le cadre du « marché » du même nom et le fonctionnement de la connexion à propos du coût de ce service.

25 Remarquons à ce sujet une publicité télévisée d’Orange (septembre 2000) qui nous dit : « Le plus important dans la technologie, c’est qu’on puisse communiquer comme s’il n’y en avait pas. »

26 Les réseaux de télégraphie ou de téléphonie du xixe siècle, se déployant de poteaux en poteaux, semblent plus immédiatement compréhensibles.

27 Au XIXe siècle, les réseaux et infrastructures de communication étaient largement traités dans les journaux, dans la mesure où leur développement donnait lieu à des débats politiques souvent intégralement retranscrits.

28 Dans le dictionnaire encyclopédique des Sciences de l’Information et de la Communication, Lamizet et Silem définissent la communion par rapport à la communication : « Dans la communication, la circulation d’information dans un sens ou dans l’autre est indispensable alors que dans la communion, le fait d’être ensemble peut suffire. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Corpus étudiés
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4664/img-1.png
Fichier image/png, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Laborde, « Internet : « oubli » de l’intermédiaire technique et avènement d’un « monde » nouveau  », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 125-144.

Référence électronique

Aurélie Laborde, « Internet : « oubli » de l’intermédiaire technique et avènement d’un « monde » nouveau  », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/4664 ; DOI : 10.4000/communication.4664

Haut de page

Auteur

Aurélie Laborde

Aurélie Laborde est attachée temporaire de recherche (ATER) à l’ISIC/IUP, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Courriel : aurelie.laborde@u-bordeaux3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org