Navigation – Plan du site
Articles

Contribution à la validation initiale de la Grille d’observation d’un message de santé (GOMS)

Denise Moreau
p. 145-163

Résumés

L’efficacité des différentes stratégies de promotion de la santé est étroitement liée à l’efficacité des messages transmis. À ce jour, peu d’efforts ont été consacrés à créer un modèle pratique et facile à utiliser par les praticiens pour la conception de messages de santé efficaces. Witte (1992) propose le cadre théorique « Persuasive Health Message » (PHM) pouvant servir de guide dans le développement de messages de santé. L’opérationnalisation du PHM a permis l’élaboration de la Grille d’observation d’un message de santé (GOMS). Cet article décrit l’élaboration de la GOMS et présente certains aspects de sa validation.

Haut de page

Texte intégral

1La stratégie de communication est l’une des stratégies offertes à l’intervenant en promotion de la santé. Cette stratégie consiste à transmettre un message de santé à un public cible pour l’informer, l’influencer, le motiver et le convaincre d’améliorer sa santé en changeant certains de ses comportements (McKenzie et Smeltzer, 2001 ; Rogers, 1996). Plusieurs chercheurs sont d’avis que la conception d’un message de santé efficace nécessite l’utilisation de théories du comportement humain et de la communication en plus d’une connaissance approfondie du public cible (Maibach et Parrott, 1995 ; Witte, Meyer et Martell, 2001). Cependant, à ce jour, aucune théorie ou modèle ne fait l’unanimité pour concevoir des messages de santé persuasifs et culturellement spécifiques. Qui plus est, de nombreux praticiens considèrent ces théories difficilement applicables dans la conception de messages de santé (Witte, Meyer et Martell, 2001). Hormis ceux de Witte (1992), peu d’efforts ont été consacrés à créer un modèle pratique et facile à utiliser par les praticiens pour la conception de messages efficaces de santé. L’opérationnalisation du cadre conceptuel de Witte (1992) a permis l’élaboration de la Grille d’observation d’un message de santé (GOMS). L’objectif de cet article est de décrire l’élaboration de la GOMS et de présenter certains aspects de sa validation.

Connaissances pertinentes

2Plusieurs conditions à l’efficacité de messages de santé ont été identifiées selon les auteurs quant à la forme et au contenu du message de santé. La majorité des chercheurs s’entendent pour dire que le message doit attirer l’attention, soulever des émotions et fournir un moyen de canaliser les émotions engendrées. Or, si le but du message est de démontrer au public cible la gravité d’un problème de santé et sa susceptibilité d’y être confronté, le message doit soulever l’inquiétude du public cible, mais doit aussi le rassurer en lui offrant une façon de se protéger du danger. Il s’agit alors de recommander un comportement spécifique, de montrer les difficultés couramment rencontrées dans l’atteinte du comportement souhaitable, de fournir des solutions pour contrer ces difficultés et de convaincre le public qu’il est capable d’adopter le comportement de santé proposé (Backer et al., 1992 ; Witte, Meyer et Martell, 2001).

Cadre conceptuel de Witte (1992) : Persuasive Health Message Framework (PHM)

3Witte (1992) rassemble les principales conditions d’efficacité des messages de santé identifiées par les chercheurs, dans un cadre élaboré à partir de certains éléments provenant de trois théories :

  • les composantes normative et subjective de la théorie de l’action raisonnée de Fishbein et Ajzen (1975),

  • les éléments de menace et d’efficacité de la théorie PMT (Protection Motivation Theory) de Rogers (1983) et

  • les voies de transformation de l’information persuasive (centrale et périphérique) du modèle ELM (Elaboration Likelihood Model) de Petty et Cacioppo (1986).

4Selon la théorie de l’action raisonnée, l’intention d’une personne d’adopter ou non le comportement observé est prédit par son attitude à l’égard du comportement et par la perception des attentes perçues des gens qui lui sont proches, c’est la composante normative. Quant à la composante subjective, celle-ci est déterminée par l’importance que la personne accorde à l’opinion de personnes ou de groupes de personnes qui sont significatives pour elle et par sa motivation à se conformer à leurs opinions.

5Pour Rogers, c’est la perception que l’individu se fait de la menace ou du danger qui mène au changement d’attitude et de comportement. La perception d’être à risque, la perception de la sévérité de la menace, la perception de l’efficacité de la réponse à la menace et enfin la perception de sa propre efficacité à conjuguer avec la menace sont les quatre principales composantes de la théorie de Rogers. Selon lui, l’intention d’une personne d’adopter le comportement de santé est fonction de ses perceptions qui, en retour, affectent son niveau de motivation à se protéger.

6Le modèle ELM identifie deux voies de transformation de l’information persuasive : les voies de transformation centrale et périphérique. Dans le cadre d’un message de santé persuasif, selon ce modèle les gens qui ont une préoccupation de santé ont tendance à essayer de trouver une solution en s’intéressant au contenu du message (transformation centrale). Si l’intérêt et l’engagement n’y sont pas, les gens ont tendance à traiter le problème superficiellement et s’attardent plutôt à la forme du message (transformation périphérique). Le message de santé persuasif est plus efficace lorsqu’il entraîne une transformation centrale de l’information ; en effet, le changement d’attitude engendré par le contenu du message semble davantage durable et prédictif d’un changement de comportement.

7Les deux principales composantes du cadre conceptuel de Witte (1992) sont les facteurs constants et les facteurs changeants. Les facteurs constants correspondent aux éléments essentiels à intégrer dans la conception de tout message, dont la menace, l’efficacité, les variables de persuasion au plan du message et de la source ainsi que le profil du public cible. Les facteurs changeants sont les éléments qui varient en fonction du message particulier à transmettre et de la population à rejoindre tels les buts du message, les croyances, les connaissances et personnes de référence, la culture, l’environnement et les préférences. Dans ce cadre, les facteurs changeants fournissent l’information concernant la population cible et alimentent les facteurs constants utilisés pour concevoir un message persuasif et spécifique.

8Le cadre conceptuel de Witte — Persuasive Health Message Framework (PHM) — a d’abord été conçu pour servir de guide dans le développement de campagnes de santé persuasives et culturellement spécifiques. Le PHM a entre autres été utilisé pour le développement de campagnes sur le sida (Witte, 1992c) et dans le développement d’une campagne de prévention des blessures et des décès liés à l’utilisation du tracteur auprès de populations rurales du Texas (Witte et al., 1993). Les récents travaux de Witte, Meyer et Martell (1998) ont mené à l’élaboration du Extended Parallel Process Model (EPPM) qui s’appuie sur la théorie PMT de Rogers telle qu’utilisée pour le PHM, incorpore certains aspects du Fear-as-Acquired Drive Model de Hovland, Janis, and Kelly’s (1953) et repose en partie sur le Parallel Process Model de Leventhal (1970).

Aspects de validation

9Valider un instrument signifie déterminer de façon congruente la capacité de l’outil à fournir des mesures compatibles avec les données de l’observation et avec le cadre conceptuel auquel il est rattaché (Lefrançois, 1992). La terminologie relative aux différentes étapes de validation est loin de faire l’unanimité dans le monde scientifique. Néanmoins, tous s’entendent pour dire qu’un instrument peut être fidèle sans être valide, mais ne peut être valide sans être fidèle. Il n’existe pas de validité absolue, c’est au chercheur qu’il appartient de déterminer les types de validité qui correspondent le mieux aux objectifs de la recherche. D’ailleurs, d’après Nunnally (1978), la question n’est pas de savoir si l’instrument est valide et fidèle, mais bien de savoir s’il l’est dans le contexte de la population à étudier. Cette précision de Nunnally est particulièrement pertinente dans le contexte de la validation de la Grille d’observation d’un message de santé (GOMS).

10La validité de contenu se mesure d’après le degré de représentativité des items sélectionnés en regard du concept représenté. Une première validité de contenu a été effectuée au moment de la construction de la GOMS. Deux personnes reconnues dans le domaine du sida et des campagnes médiatiques se sont prononcées sur la pertinence, la représentativité et la clarté des items choisis. La GOMS a été modifiée en fonction des recommandations soumises par ces personnes avant le pré-test de l’étude.

11Afin de vérifier la structure opératoire de la GOMS, des analyses factorielles exploratoires en composante principale et par rotation orthogonale ont permis de vérifier la validité des concepts de la grille GOMS par l’estimation de sa structure interne. L’analyse factorielle consiste à déterminer les corrélations entre les items et les groupes d’items pour en dégager (technique orthogonale) des facteurs qui expliquent ces corrélations. Selon Green et Lewis (1986), les items désignés pour mesurer le même concept sous-jacent devraient converger et obtenir une corrélation assez importante — (r = ou >,35) — sur un facteur et non sur les autres facteurs. L’examen des items se rapportant à chacun des facteurs permet de définir les facteurs en cause dans la situation et leur degré de concordance en regard du cadre conceptuel. Ce processus représente une étape essentielle à l’établissement de la validité des concepts opératoires et de la structure interne de la GOMS.

Aspects de fidélité

12La fidélité désigne la capacité d’un outil à fournir une mesure similaire, précise, chaque fois qu’il est administré à un échantillon de sujets équivalents dans des conditions d’observation identiques. En d’autres mots, la fidélité indique jusqu’à quel point l’instrument fournit des résultats constants d’une situation de mesure à l’autre (Lefrançois, 1992). Il existe différentes méthodes pour vérifier la fidélité ; dans la présente étude, seules la consistance interne et la fidélité inter- et intra-groupes sont effectuées.

13La consistance interne est une mesure de l’homogénéité qui permet de connaître le degré avec lequel les items d’un instrument mesurent la même caractéristique. Plus les items sont inter-correlés, plus grande est la consistance interne de l’instrument. Dans cette étude, les méthodes utilisées pour estimer la consistance interne sont le coefficient alpha de Cronbach, la fidélité moitié-moitié et la corrélation totale inter-items. Le calcul du coefficient alpha permet d’estimer dans quelle mesure chaque item de l’échelle mesure de façon équivalente le même concept. La fidélité moitié-moitié est une autre mesure de l’homogénéité et se calcule habituellement selon les procédés de Guttman et de Spearman-Brown qui renseignent respectivement sur l’homogénéité entre les items pairs/impairs et les deux moitiés.

14Enfin, en ce qui concerne la fidélité inter- et intra-groupes, l’analyse de variance multivariée a permis de vérifier la variabilité à l’intérieur des groupes et entre les groupes et son influence sur les résultats obtenus à la grille GOMS. En d’autres mots, cette approche statistique a permis de vérifier l’effet de séquence, l’effet de groupe et l’effet de temps sur la GOMS et sur chacune des dimensions.

Méthodologie

15Cette étude de type méthodologique suivant une stratégie de plan niché (nested design) visait à développer une grille d’observation d’un message de santé (la grille GOMS) selon le cadre conceptuel de Witte (1992) et à vérifier certains aspects relatifs à la fidélité et à la validité de la GOMS, à partir de cinq différents messages de santé télévisés sur le sida auprès d’une population d’étudiants et d’étudiantes de premier cycle à la Faculté des sciences de la santé d’une université canadienne. Les variables étudiées sont les composantes du cadre conceptuel de Witte (1992), soient les facteurs constants, les facteurs changeants et le message persuasif représenté dans cette étude par le message de santé télévisé.

16L’instrument de recherche de cette étude a été conçu en anglais. Il se compose de la grille GOMS, d’un questionnaire sur les données socio-démographiques (10 questions) et d’un questionnaire sur les connaissances relatives au VIH et au SIDA (8 énoncés).

Description de la GOMS

17La GOMS a été élaborée à la suite d’une revue des écrits portant sur divers aspects de la conception de messages de santé efficaces. La GOMS est structurée à partir des facteurs constants du cadre conceptuel de Witte (1992). Dans ce cadre, les facteurs constants représentent les éléments essentiels à intégrer dans la conception d’un message de santé : la menace, l’efficacité et les variables de persuasion en ce qui concerne le message et la source, considérant le profil du public cible.

18La grille GOMS est composée de 40 items dont 21 selon une échelle de différenciation sémantique et 19 selon une échelle de type Likert. Les 21 items de la première section de la GOMS couvrent la dimension des variables de persuasion au plan de la forme et du contenu du message ; les items 1 à 7 s’intéressent au style du message et visent à savoir si ce message retient l’attention du public, les items 8 à 14 permettent de vérifier si le public juge le contenu du message pertinent et les items 15 à 21 identifient les sentiments engendrés par le message. Les 19 items de la deuxième section de la GOMS mesurent les dimensions de menace et d’efficacité sur une échelle de type Likert en 5 points allant de fortement en accord (1) à fortement en désaccord (5). Les items de la dimension menace se rapportent aux croyances de l’individu et des personnes significatives à l’effet de se sentir ou non menacés par le sida et de considérer ou non le sida comme un problème grave. Les items de la dimension efficacité sont rattachés aux croyances de l’individu et des personnes qui sont significatives pour lui à l’effet d’être ou non convaincus que la solution proposée est la bonne et de se sentir capables ou non d’utiliser la solution proposée.

Pré-test de l’instrument

19Un pré-test a été effectué auprès de six étudiantes ne faisant pas partie de l’échantillon mais possédant les mêmes caractéristiques. Le pré-test portait sur la pertinence de la lettre d’information ainsi que sur le contenu et la clarté du formulaire de consentement. L’instrument de recherche a ensuite été vérifié en ce qui concerne la clarté des termes utilisés, la compréhension du contenu et le temps requis pour répondre. À la suite du pré-test, certains changements ont été effectués.

Choix des messages de santé télévisés

20Les messages de santé télévisés sont plus fréquemment produits en anglais et un très grand nombre de messages est produit sur le thème du sida. Cette réalité a motivé la décision de concevoir la GOMS en anglais et de choisir les messages nécessaires à cette étude parmi les messages de santé télévisés en anglais sur le sida. Cinq messages ont été choisis après le visionnement, à plusieurs reprises, d’une cinquantaine de messages sur le sida provenant de différents pays d’Europe, d’Amérique, d’Asie et même d’Australie. Dans un premier temps, il s’agissait de ne retenir que les messages qui utilisaient une ou plusieurs des principales conditions d’efficacité des messages de santé identifiées par les chercheurs. Parmi les 30 messages retenus, 5 ont été choisis en fonction du but commun poursuivi par ces messages et de la présence des facteurs constants du cadre conceptuel de Witte (1992). Les cinq messages de santé télévisés retenus pour cette étude proviennent de la campagne américaine America Responds to Aids (ARTA) (1987-1993) lancée par le CDC (Center for Disease Control (USA)) pour rejoindre les jeunes adultes actifs sexuellement. Ce sont de courts messages télévisés d’une durée de 10 à 60 secondes qui, sous différentes formes, transmettent le même message soit : « If you have sex, protect yourself against aids. » Tous les messages de santé télévisés choisis pour cette étude visent un but commun de transmettre le même message mais d’une façon différente.

Déroulement de la collecte des données

21Un total de 110 sujets se sont présentés pour la collecte des données sur une possibilité d’environ 150 étudiants lors du recrutement, ce qui représente un taux de participation de 73,3 %. Chacune des 110 personnes subdivisées en 5 groupes s’est présentée à l’heure et à l’endroit assignés au moment du recrutement ; chacun des groupes est ensuite orienté vers une salle de classe réservée au visionnement des messages et à la collecte des données. Les sept premières minutes de la rencontre sont consacrées à la lecture de la lettre d’information et du formulaire de consentement ainsi qu’à la signature de ce dernier. L’instrument de recherche est ensuite distribué afin de procéder à la complétion du questionnaire sur les données sociodémographiques et du questionnaire sur les connaissances relatives au VIH et au SIDA.

22La stratégie de plan niché pour la collecte des données de la GOMS suit une méthode probabiliste d’assignation de cinq séquences de présentation des messages. Chacun des cinq groupes de sujets visionne une séquence différente des cinq mêmes messages. Ainsi, chaque groupe visionne un premier message puis complète la grille d’observation d’un message de santé (GOMS) et, par la suite, il en va de même pour les quatre autres messages. Un temps d’arrêt est prévu après chaque complétion pour permettre à chacun des participants de finir de compléter la GOMS et pour permettre à tout le groupe d’être prêt en même temps pour le visionnement du message suivant. Le chercheur demeure disponible pour clarifier toute ambiguïté ou pour répondre à toute question de la part des sujets durant la période de la collecte des données d’une durée d’environ 30 minutes par groupe.

Résultats

Données sociodémographiques

23Les analyses descriptives ont permis de tracer le profil sociodémographique de la population à l’étude, de décrire le niveau des connaissances relatives au VIH et au SIDA chez les répondants et de présenter les scores moyens obtenus pour chacune des cinq dimensions de la grille GOMS. L’âge moyen des sujets se situait à 25,13 ans (+ 7,58) et l’étendue variait entre 19 et 52 ans. Les femmes constituaient 87,3 % du total de l’échantillon, ce qui s’explique en partie par les programmes d’études auxquels sont inscrits les répondants (sciences infirmières, ergothérapie, physiothérapie). L’anglais est la langue utilisée quotidiennement par 72,7 % des sujets. La moitié des répondants se compose de Canadiens anglais, 18,2 % sont Canadiens français et 17,3 % sont Canadiens d’origine européenne.

Connaissances sur le VIH et sur le SIDA

24Les résultats démontrent un niveau élevé de connaissances concernant le VIH et le SIDA pour l’ensemble des sujets avec un score moyen de 6,60 (+ 0,95) sur une possibilité de 4,00 à 8,00, les scores variant de 6,32 à 6,73. Les scores moyens obtenus pour chacune des dimensions de la GOMS (persuasion, menace, efficacité) démontrent une faible variation selon le groupe et selon la séquence de présentation du message de santé télévisé. Les messages ne semblent pas rejoindre les répondants puisque ceux-ci ne se croient pas menacés par le VIH et le SIDA ; par conséquent, ils ne se sentent ni efficaces ni inefficaces vis-à-vis de la prévention d’infection au VIH et au SIDA, même s’ils considèrent les messages comme modérément persuasifs. Les résultats obtenus ne sont pas une surprise, puisque les messages de santé utilisés dans cette étude n’ont pas été spécifiquement conçus pour rejoindre la catégorie de sujets de l’échantillon, même s’ils s’adressent à une population de jeunes adultes actifs sexuellement. Ces résultats corroborent l’un des facteurs constants du cadre conceptuel de Witte (1992), soit la nécessité d’établir le profil du public cible afin de concevoir un message informatif, persuasif et culturellement spécifique à ce public.

Validation de la GOMS

Validité de contenu

25La GOMS modifiée, à la suite de la première validité de contenu effectuée au moment de la conception de la GOMS, a été utilisée pour la collecte des données. Ainsi, pour cette deuxième étape dans la validité de contenu, l’analyse des items et la consistance interne fournissent des renseignements essentiels. L’analyse des items demeure selon Engelsmann (1982) une des premières étapes de validation, car l’éventail de distribution des réponses influence autant la fidélité que la validité d’un instrument. L’analyse des items est effectuée par le calcul des fréquences relatives pour chacun des items des trois dimensions de la GOMS et permet de vérifier la contribution de chacun des items à la valeur psychométrique de la grille. L’analyse des items de la GOMS présente quelques faiblesses métrologiques pour certains items à chacune des dimensions. Plus de la moitié des items de la dimension persuasion (13 items sur 21) contribuent à la puissance métrologique et discriminante de la GOMS, puisqu’ils se situent entre les paramètres de 17 % et 83 % suggérés par Engelsmann (1982) alors que seulement 4 des 10 items de menace et 4 des 9 items d’efficacité se situent entre les mêmes paramètres.

Validité des concepts opérationnels de la GOMS

26La validité des concepts opérationnels réfère à l’étude des concepts mesurés et s’effectue par une analyse factorielle en composante principale pour vérifier la structure dimensionnelle de l’instrument. Dans un premier temps, l’analyse factorielle permet de faire ressortir le nombre de dimensions ou de concepts impliqués dans la variation des résultats. Tel que présenté au tableau 1, l’analyse factorielle en composante principale montre qu’il faut cinq facteurs pour expliquer 61 % de la variation à l’intérieur de la dimension persuasion de la GOMS, alors qu’il faut sept facteurs pour expliquer 69,7 % de la variation à l’intérieur des dimensions de menace et d’efficacité de la GOMS.

Tableau 1. Analyses factorielles en composante principale des dimensions persuasion, menace et efficacité de la GOMS

Tableau 1. Analyses factorielles en composante principale des dimensions persuasion, menace et efficacité de la GOMS

27Des analyses factorielles en composante principale et par rotation orthogonale ont ensuite été effectuées séparément sur chaque dimension de la GOMS. Ces analyses ont été réalisées en imposant le nombre de facteurs proposés théoriquement, puis en imposant différents nombres de facteurs jusqu’à l’obtention pour chaque dimension, de l’ensemble d’items exprimant le mieux chacun des facteurs. Les résultats des analyses factorielles exploratoires pour la dimension persuasion (tableau 2) démontrent l’importance des variables de persuasion et suggèrent de regrouper les items en deux sous-dimensions (contenu et sentiment) puis d’établir un meilleur équilibre entre le nombre d’items représentant chacune de ces sous-dimensions.

28Les résultats des analyses factorielles exploratoires pour les dimensions menace et efficacité (tableau 3) suggèrent l’ajout d’une nouvelle dimension (non-menace) et la suppression de certains items qui ne saturent sur aucun facteur et représentent faiblement les dimensions de menace et d’efficacité.

29En somme, les résultats obtenus démontrent que la GOMS devrait plutôt se composer de quatre facteurs dont les trois facteurs constants du cadre de Witte (1992) — la persuasion (surtout contenu et sentiment), la menace et l’efficacité — et un nouveau facteur qui pourrait répondre au vocable non-menace.

Tableau 2. Répartition des 21 items de la dimension persuasion de la GOMS selon la valeur maximale obtenue à l’analyse par rotation orthogonale exploratoire

Tableau 2. Répartition des 21 items de la dimension persuasion de la GOMS selon la valeur maximale obtenue à l’analyse par rotation orthogonale exploratoire

*Le numéro de l’item apparaît entre parenthèses.

Tableau 3. Répartition des 19 items des dimensions menace et efficacité de la GOMS selon la valeur maximale obtenue à l’analyse par rotation orthogonale exploratoire

Tableau 3. Répartition des 19 items des dimensions menace et efficacité de la GOMS selon la valeur maximale obtenue à l’analyse par rotation orthogonale exploratoire

* Le numéro de l’item apparaît entre parenthèses.

Fidélité

30Pour vérifier la consistance interne de la grille GOMS et de chacune des dimensions, les techniques choisies sont le calcul du coefficient alpha de Cronbach (Cronbach, 1971) et les autres mesures de fidélité moitié-moitié selon les procédés de Guttman et de Spearman-Brown (Cronbach, 1971). La consistance interne a fourni un alpha de Cronbach de ,70 à la GOMS, alors que les analyses d’homogénéité selon les procédés de Guttman et de Spearman-Brown ont généré des coefficients de l’ordre de -,45 et -,46 démontrant que la GOMS n’est pas unidimensionnelle, les dimensions de persuasion, de menace et d’efficacité étant trop différentes pour former un tout. La consistance interne montre un alpha de Cronbach de ,79 pour la dimension persuasion, de ,47 pour la dimension menace et de ,67 pour la dimension efficacité.

Tableau 4. Analyses de consistance interne et d’homogénéité de la GOMS

Tableau 4. Analyses de consistance interne et d’homogénéité de la GOMS

31Les analyses d’homogénéité présentent des résultats semblables. En somme, l’analyse des items et les résultats obtenus aux différentes analyses de consistance interne démontrent l’adéquation de la représentativité des items de la dimension persuasion, même si cette représentativité est plus faible pour les items concernant le style. Quant aux dimensions de menace et d’efficacité, l’échantillon des items représente faiblement chacune de ces dimensions, surtout les items reliés à la menace.

Fidélité inter et intra groupe de la GOMS et de chacune des dimensions

32L’analyse de variance à plusieurs dimensions (MANOVA) (tableaux 5 et 6) a permis de vérifier la fidélité inter- et intra-groupe de la GOMS et de chacune des dimensions, c’est-à-dire la capacité de la GOMS et de chacune des dimensions à fournir des résultats constants d’une situation de mesure à l’autre (effet de séquence et effet de temps) et d’un groupe à l’autre (effet de groupe). L’effet de séquence s’est avéré significatif : il existe une différence significative dans les réponses obtenues à la GOMS et à la dimension persuasion à l’intérieur de chacun des groupes selon la séquence de présentation des cinq messages de santé télévisés. L’effet de séquence observé dans cette étude soulève de nouvelles préoccupations, à savoir la différence exercée selon le type de message présenté et le contexte dans lequel est présenté le message.

33L’effet de temps s’est avéré significatif sur les réponses obtenues à la GOMS et à la dimension persuasion. Le temps entraîne possiblement un effet de fatigue chez les sujets faisant partie de l’échantillon puisque chaque groupe de sujets a répondu cinq fois à la GOMS, soit après le visionnement de chacun des messages de santé télévisés.

Tableau 5. Résultats de l’analyse de variance multivariée pour la GOMS

Tableau 5. Résultats de l’analyse de variance multivariée pour la GOMS

* p ≤ .05, ** p ≤ .01, *** p ≤.001

Tableau 6. Résultats de l’analyse de variance multivariée pour la dimension persuasion

Tableau 6. Résultats de l’analyse de variance multivariée pour la dimension persuasion

* p ≤≤ .05, ** p ≤≤ .01, *** p ≤≤.001

34Les résultats obtenus pour l’effet de groupe démontrent la fidélité inter- groupe de la GOMS et de chacune des dimensions. Il n’y a pas de différence significative entre les groupes dans les réponses obtenues à la GOMS et dans chacune des dimensions. Ces résultats ne sont pas étonnants, puisque les groupes étaient homogènes et semblables en ce qui concerne les variables sociodémographiques et les connaissances relatives au VIH et au SIDA.

35En somme, l’effet de séquence et l’effet de temps se sont avérés significatifs pour la GOMS ainsi que pour la dimension persuasion et non significatifs pour les dimensions de menace et d’efficacité. La non-signification de ces effets s’explique en partie par la faiblesse des résultats obtenus aux analyses de consistance interne et de validation pour les dimensions de menace et d’efficacité.

Conclusion

36En dépit du plan niché minimisant les biais de sélection, certaines limites méthodologiques reliées au biais d’information (instruments) et au biais de confusion ne peuvent être niées. Néanmoins, cet article offre les résultats de la validation initiale de la GOMS conçue à partir du cadre conceptuel de Witte (1992). L’originalité et la contribution de cette étude à l’avancement des connaissances en communication de la santé se rapportent aux aspects suivants : le développement d’une Grille d’observation d’un message de santé (la GOMS) et une contribution à sa validation (validité, fidélité). La grille GOMS élaborée à partir du cadre conceptuel de Witte (1992) représente un effort intéressant d’application de la théorie à la pratique. L’utilisation de la GOMS a permis d’examiner les composantes du cadre conceptuel de Witte (1992) auprès d’un public cible et de vérifier les conditions d’efficacité identifiées par les experts.

37Les résultats de cette étude confirment l’un des facteurs constants du cadre conceptuel de Witte (1992), soit la nécessité d’établir le profil du public cible afin de concevoir un message informatif, persuasif et culturellement spécifique. L’analyse des items et les résultats obtenus aux différentes analyses de consistance interne démontrent l’adéquation de la représentativité des items de la dimension persuasion, surtout pour les items concernant le contenu et les sentiments. Les résultats des analyses factorielles démontrent que la GOMS devrait se composer de quatre facteurs dont les trois facteurs constants du cadre de Witte (1992) — la persuasion (surtout contenu et sentiment), la menace et l’efficacité — et un nouveau facteur qui pourrait répondre au vocable de non-menace. Enfin, l’effet de séquence et l’effet de temps se sont avérés significatifs pour la GOMS et pour la dimension persuasion à l’analyse de variance à plusieurs dimensions. Ces résultats laissent entendre que ce qui est visionné par le public avant et après le message est aussi important que la forme et le contenu du message ; qui plus est, la répétition entraîne probablement de la fatigue chez les sujets. À la lumière des résultats obtenus, des changements importants doivent être apportés à la GOMS avant de poursuivre les analyses de validation telle la validité prédictive avec d’autres populations, dans différents domaines de santé ou de maladie. Les résultats obtenus aux analyses ultérieures de validation de la GOMS modifiée pourraient possiblement contribuer au développement de lignes directrices dans la conception de messages de santé persuasifs et culturellement spécifiques.

Haut de page

Bibliographie

BACKER, T. E., et al. (1992), Designing Health Communication Campaigns : What Works ?, Newbury Park (CA), Sage publications.

CRONBACH, L. J. (1971), « Test validation », dans R. L. THORNDIKE (dir.), Educational Measurement. Washington, D.C., American Council on Education.

ENGELSMANN, F. (1982), « Design of psychometric instruments : Item construction scaling, reliability and validity norms », dans E. J. BURDOCK, A. SUDILOWSKY et S. GERSTON (dir.), The Behavior of Psychiatric Patient, New York, Marcel Dekker, Inc.

FISHBEIN, M., et I. AJZEN (1975), Belief, Attitude, Intention and Behavior, Reading, Mass, Addison-Wesley.

GREEN, L., et F. LEWIS (1986), Measurement and Evaluation in Health Education and Health Promotion, Palo Alto (CA), Mayfield.

LEFRANÇOIS, R. (1992), Stratégies de recherche en sciences sociales. Applications à la gérontologie, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal.

MAIBACH, E., et R. L. PARROTT (1995), Designing Health Messages : Approaches from Communication Theory and Public Health Practice, Thousand Oaks (CA), Sage.

MCKENZIE, J. F., et J. L. SMELTZER (2001), Planning, Implementing and Evaluating Health Promotion Programs, Boston, Allyn & Bacon.

NUNNALLY, J. C. (1978), Psychometric Theory, New York, McGraw-Hill.

PETTY, R. E., et J. T. CACIOPPO (1986), « The elaboration likelihood model of persuasion », Advances in Experimental Social Psychology, 19 : 123-205.

ROGERS, E. M. (1983), Diffusion of Innovations (troisième édition), New York, Free Press.

ROGERS, E. M. (1996), « The field of health communication today : An up-to-date report », Journal of Health Communication, 1 : 15-23.

STEVENS, J. (1992), Applied Multivariate Statistics for the Social Sciences (deuxième édition), Lawrence Erlbaum Associates Publishers.

STREINER, D. L., et G. R. NORMAN (1991), Health Measurement Scales : A Practical Guide to their Development and Use, Oxford, Oxford University Press.

TABACHNICK, B. G., et L. S. FIDELL (1989), Using Multivariate Statistics (deuxième édition), New York, Harper Collins.

WITTE, K. (1992c), « Preventing AIDS through persuasive communications : A framework for constructing effective, culturally-specific, preventive health messages », International and Intercultural Communication Annual, 16 : 67-86.

WITTE, K., T. R. PETERSON, S. VALLABHAN, M. T. STEPHENSON, C. D. PLUGGE, V. K. GIVENS, J. D. TODD, M.G. BECKTOLD, M. K. HYDE et R. JARRETT (1993), « Preventing tractor-related injuries and deaths in rural populations : Using a persuasive health message (PHM) framework in formative evaluation research », International Quarterly of Community Health Education, 13 : 219-251.

WITTE, K. (1995), « Fishing for success : Using the persuasive health message framework to generate effective campaign messages », dans E. MAIBACH et R. L. PARROTT (dir.), Designing Health Messages : Approaches from Communication Theory and Public Health Practice, Thousand Oaks (CA), Sage, p. 145-166.

WITTE, K., G. MEYER et D. MARTELL (2001), Effective Health Risk Message, Thousand Oaks (CA), Sage.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Analyses factorielles en composante principale des dimensions persuasion, menace et efficacité de la GOMS
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4670/img-1.png
Fichier image/png, 51k
Titre Tableau 2. Répartition des 21 items de la dimension persuasion de la GOMS selon la valeur maximale obtenue à l’analyse par rotation orthogonale exploratoire
Légende *Le numéro de l’item apparaît entre parenthèses.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4670/img-2.png
Fichier image/png, 119k
Titre Tableau 3. Répartition des 19 items des dimensions menace et efficacité de la GOMS selon la valeur maximale obtenue à l’analyse par rotation orthogonale exploratoire
Légende * Le numéro de l’item apparaît entre parenthèses.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4670/img-3.png
Fichier image/png, 136k
Titre Tableau 4. Analyses de consistance interne et d’homogénéité de la GOMS
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4670/img-4.png
Fichier image/png, 33k
Titre Tableau 5. Résultats de l’analyse de variance multivariée pour la GOMS
Légende * p ≤ .05, ** p ≤ .01, *** p ≤.001
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4670/img-5.png
Fichier image/png, 85k
Titre Tableau 6. Résultats de l’analyse de variance multivariée pour la dimension persuasion
Légende * p ≤≤ .05, ** p ≤≤ .01, *** p ≤≤.001
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4670/img-6.png
Fichier image/png, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denise Moreau, « Contribution à la validation initiale de la Grille d’observation d’un message de santé (GOMS) », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 145-163.

Référence électronique

Denise Moreau, « Contribution à la validation initiale de la Grille d’observation d’un message de santé (GOMS) », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/4670 ; DOI : 10.4000/communication.4670

Haut de page

Auteur

Denise Moreau

Denise Moreau est professeure adjointe à l’École des sciences infirmières de la Faculté des sciences de la santé, Université d’Ottawa. Courriel : dmoreau@uottawa.ca. Elle désire remercier sa collègue Dre Ginette Coutu-Wakulczyk, professeure agrégée, qui a si généreusement accepté de lire et de commenter ce texte.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org