Navigation – Plan du site
Document

Abraham Moles ou l’information et la communication

Au carrefour des sciences, de la vie quotidienne et de l’esthétique
Michel Mathien
p. 167-181

Texte intégral

1« Qui expose, s’expose ! », s’exclamait-il souvent. Avec la présente communication, l’auteur ne prend certainement pas la mesure du risque. Risque d’autant plus réel que ni la trajectoire ni l’appréhension des champs scientifiques d’Abraham Moles (1920-1992) ne correspondent totalement aux siennes. Bien qu’ayant passé une part de son cursus de formation en psychologie sociale sous la direction de Moles, l’auteur étudiait une « discipline » dont la conception était spécifique à son professeur. Pour lui, elle était liée à la communication comprise comme « science de l’interaction des êtres et des choses et plus ou moins indépendante de ces êtres et de ces choses ». Un autre risque est de présenter une lecture d’ensemble de ce « père fondateur » des sciences de l’information et de la communication qui, comme en témoigne son œuvre, a été « au carrefour des sciences, de la vie quotidienne et de l’esthétique ou de l’art ».

Le point de vue de lecture de l’auteur

2Pour ce qui relève du champ des « sciences de l’information et de la communication », que l’Université française a reconnu en 1975, grâce à l’action de personnalités comme lui, de Robert Escarpit, de Jean Meyriat, de Jean Devèze et de bien d’autres, nous avions beaucoup de convergences. En particulier à propos des analyses relatives aux processus culturels, à la place des médias, à l’opulence communicationnelle ou aux idéologies qui la sous-tendent, au bonheur en trompe-l’œil pouvant résulter de la consommation de la communication dans une « société de l’information » (celle d’avant l’ère des nouvelles technologies de l’information et de la communication) se situant dans le prolongement direct de la « société de consommation », toutes deux pouvant ô combien être fragilisées par les éléments, comme après les tempêtes de la fin 1999 en France et la dépendance monoénergétique que les pannes d’électricité ont révélée dans ce pays mais aussi ailleurs en d’autres circonstances !

De la continuité dans une démarche : sciences dures et sciences douces

  • 1 Les ouvrages publiés de Moles, dont ceux qui sont cités dans cet article, ont été recensés dans l’a (...)
  • 2 Nous ne reprenons pas ici le parcours scientifique de Moles. Nous nous sommes exprimé sur ce plan, (...)
  • 3 La réforme des diplômes de 1984 en France supprimera le doctorat d’État dont les exigences étaient (...)

3La personnalité d’Abraham Moles1, pour ceux qui l’ont connu de plus ou moins près ou dans une relation régulière, relève d’une trajectoire de vie2, à savoir l’ingénieur porté par et sur les sciences physiques, avec leurs prétentions à l’exactitude, qui a décidé de passer aux sciences sociales pour y affronter « scientifiquement » la quotidienneté. Les médias y ont vraisemblablement déjà été pour quelque chose. En effet, après la Seconde Guerre mondiale, Moles s’est trouvé à la Radiodiffusion française, pour travailler sur l’acoustique et la musique concrète, domaine dans lequel il s’était formé. Il travaille au Studio d’Essai avec Pierre Schaeffer. Cependant, les deux se brouillent au point que, par la suite, l’on ne rendra plus justice à Moles de son apport aux travaux et aux résultats de ce « laboratoire » qui deviendra « l’affaire » de Pierre Schaeffer… qui en oubliera Moles. Tout comme ceux qui traiteront de l’œuvre de Pierre Schaeffer oublieront la rencontre de ces deux figures exceptionnelles ayant poursuivi leur voie séparément alors qu’ils avaient publié un ouvrage ensemble intitulé À la recherche d’une musique concrète paru au Seuil en 1952 ! Dans cette phase de son existence, il a notamment été un des créateurs de la Revue du son, ainsi que du concept de « paysage sonore » qui a donné lieu à des applications diverses et nombreuses dans des espaces voués à la culture comme au commerce. Le signal acoustique microphonique comme les amplificateurs à gain variable en électroacoustique avaient été l’objet de son doctorat d’État ès sciences en 19523. Il collaborera aussi au Service des écoutes de ce qui est devenu la RTF (la Radio-télévision française) et sera particulièrement attentif aux études sur la réception des programmes radiophoniques. Certes, bien que nous ne sachions pas grand-chose des motifs qui ont présidé à ses choix personnels, nous observons que son orientation, après les études doctorales en physique, s’est portée sur la philosophie et ses « maîtres » d’alors. Son cursus de formation s’est achevé — si l’on peut dire ! — par un doctorat d’État portant, d’une part, sur La création scientifique et, d’autre part, sur La théorie de l’information et la perception esthétique (1958) qui deviendra un de ses ouvrages majeurs. Le titre à lui seul — et dans la discipline philosophique — indique la relation qu’il faisait et qu’il développera ensuite, dans de nombreuses publications, entre une approche fondée sur des problématiques télécommunicationnelles et la réception, non pas forcément de simples messages réduits en quantité de « bits », mais aussi de la transmission de formes confrontées à leurs critères esthétiques.

4C’est dire que l’Art chez Moles est présent quasiment partout dans son œuvre. Qu’elle traite de la cybernétique ou du kitsch comme forme du bonheur, elle présente quelque part une touche ou une critique artistique ! L’art y est comme préoccupation, référence, processus ou simple exemple, notamment dans les analyses ou considérations sur la création artistique qui, à bien des égards, sont aussi comparables à la création scientifique. Plus modestement, il y est aussi comme éclairage. En effet, dans la mesure où il peut être considéré comme aboutissement d’une problématique communicationnelle globale — bien au-delà de la transmission fidèle d’un signal d’un point A vers un point B —, il fait partie de ses thématiques. Celles-ci, dans leur extension et dans leurs applications, sont allées bien au-delà des préoccupations des inventeurs de la théorie de l’information. L’évolution des techniques de transmission et les convergences rendues possibles dans la transmission des signes lui ont largement donné raison depuis. Certes, Moles n’a pas théorisé formellement sur l’Art comme il l’a fait sur la communication et sur la quotidienneté. Toutefois, en conclusion de cet ouvrage, il invite les artistes à prendre en compte la théorie elle-même avec sa mise en évidence d’un élément commun à toutes les communications, à savoir « une quantité métrique qui est l’information <per se>, indépendamment de la forme qu’elle revêt, du canal qu’elle emprunte, des réactions qu’elle provoque ».

5Qui discuterait de cela aujourd’hui avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication où rien ne peut se gérer et, à plus forte raison, se créer, sans prise en compte de la capacité des canaux de transmission ou de stockage d’information, celle des disques durs des ordinateurs pour ne citer qu’un exemple ? Dans la démarche de déstructuration-restructuration d’une forme quelle qu’elle soit, d’une œuvre d’art, d’un objet artistique, l’artiste ou le créateur étaient invités à accepter un autre regard sur ce qu’il a créé et à s’en servir dans sa propre dynamique créatrice. Quitte aussi à ce que de simples acteurs en charge d’une parcelle de fabrication, dans un processus se complexifiant sans cesse, comme cela a été le cas dans l’imprimerie puis dans la production audiovisuelle, puissent prétendre à une dimension artistique, car interpellés par les choix esthétiques qu’ils ont à faire selon leur responsabilité professionnelle.

6S’il faut retenir des aspects éclairant l’œuvre de Moles sur le plan global, nous retiendrons : 1° son approche de l’information et de la communication ; 2° ses modes d’observation de la quotidienneté ; 3° son regard sur le « système social ».

L’approche « dure » de la communication

7Par son ouvrage déjà cité sur La théorie de l’information et la perception esthétique, les liens scientifiques étaient tissés entre Shannon, Wiener, von Neumann et bien d’autres pour « installer » la théorie de l’information, la cybernétique et l’informatique naissante avec la théorie de la forme et le structuralisme ambiant. L’étude de la matérialité de la communication sous tous ses aspects dont il venait de souligner l’importance et la richesse heuristique — en opposition avec son approche idéelle — ne pouvait qu’élargir le champ de l’épistémologie. Elle faisait notamment entrer des considérations, à priori mineures ou censées aller de soi, dans le domaine des connaissances théoriques et pratiques. Avec la séparation du contenant et du contenu, le pas était donc pris d’accorder tout l’intérêt nécessaire aux caractères physiques du message, à son environnement comme à sa structuration concrétisée par des signes ou des signaux, des règles d’assemblage et des codes, etc. Cependant, Moles n’a jamais avancé que « le medium, c’est le message », comme l’a affirmé, en 1964, un médiéviste canadien du nom de McLuhan (dans Understanding Media, traduction française Pour comprendre les médias, 1968) alors qu’il avait, à priori, plus de motifs à le faire de par son cursus brièvement rappelé.

8Moles ne dérogera pas à l’approche « dure » de la communication et ne rejettera pas les pères fondateurs des sciences de l’information et de la communication comme d’autres le feront par la suite, quitte à les faire évoluer vers du vague et de l’imprécis, pas plus qu’il ne reniera le courant de la Gestalt à partir duquel il fondera une part de son argumentation. Chez Moles, les deux théories, celle de la forme et celle de l’information, sont indissociables pour comprendre son approche de la communication et la diversité de ses aspects et angles de vue. L’ouvrage déterminant consacré à la Sociodynamique de la culture (1967, 1971) soulignera ces liens, notamment ceux qui sont établis entre le processus de création artistique, les inventions en tout genre et l’information événementielle dans le cadre du processus cyclique de diffusion de l’information ou de la culture où les massmédias sont devenus l’élément moteur. Cette « systématisation » de la culture et de ses processus apparaîtra à certains comme l’explication commentée et pertinente du schéma de Shannon et Weaver. Autrement dit, de la forte valeur heuristique que Moles lui a donnée.

9La dimension philosophique qu’il a accordée à la théorie de l’information est liée à sa théorie de la perception et à l’esthétique des formes. Après L’affiche dans la société urbaine (1969), l’ouvrage Art et ordinateur (1971, 1990) en a été une nouvelle brillante démonstration. Même si l’ordinateur est devenu capable de rivaliser avec Vasarely — avec qui il avait des rapports d’amitié comme avec son fils Yvaral —, cela ne signifiait pas pour autant la fermeture des « académies de dessin ». Déjà dans ces premiers ouvrages à dimension publique, les passages « transdisciplinaires » (pluridisciplinaires pour ne pas faire d’anachronisme par rapport à l’époque !) étaient rendus possibles par l’étude de la communication qui concerne aussi bien les organisations que les groupes et les relations interpersonnelles. En quoi les définitions de l’information fondées sur la physique de la transmission des signaux qu’ont données Shannon (« la réduction de l’incertitude ») ou Moles (« la mesure de la complexité ») n’auraient-elles pas de prise dans d’autres approches scientifiques ? On sait ce qu’il en est advenu sur l’ensemble des registres, ceux de la science, du quotidien et de l’art qui sont dans la problématique générale de son œuvre.

  • 4 Communication, Espace et Société. Actualité et perspectives des théories d’Abraham Moles, actes du (...)

10Son approche scientifique mais aussi sa philosophie conduiront Moles, on le sait, à développer une conception de la sociologie et, en particulier, de la psychologie qui sera discutée dans ces disciplines. Son Laboratoire de psychologie sociale qu’il a qualifié « des communications » — et qui a été l’extension de sa chaire professorale à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg — ne lui aura pas survécu malgré bien des espoirs. Ceci est un constat sur lequel nous ne nous étendrons pas ici, car il reprendrait bien des débats sur la continuité de la démarche scientifique originale d’un chercheur et de son équipe ainsi que sur les processus de validation de celle-ci quand elle n’est pas en phase avec son milieu ambiant. La démarche aurait pu être reprise dans un autre contexte, mais elle était déjà face à une fin de non-recevoir des « autorités scientifiques locales » et de son « successeur » qui avaient, chacun pour ce qui les concerne, d’autres intentions qui ne relevaient pas d’une quelconque « éthique de la discussion ». Ce débat avait déjà été amorcé avec Edgar Morin lors du colloque autour d’Abraham Moles qui s’est tenu en 19944. Il ne s’est pas clarifié depuis, bien au contraire. L’Université française connaît d’autres cas de cette nature.

11Quand, avec plusieurs collègues et amis, nous avions décidé de lui offrir des « mélanges », en 1989, nous avons retenu pour titre de l’ouvrage La physique des sciences de l’Homme. Nous avions estimé avoir trouvé la formulation résumée d’une démarche valorisant les sciences sociales même si, sur le plan de la signification scientifique, nous aurions dû être plus prudents en raison de la fameuse formule du philosophe Georges Gusdorf sur les sciences humaines : « Ce ne sont pas des sciences et l’homme n’est pas un objet. » L’idée était de marquer que les sciences de l’homme pouvaient entrer dans des démarches rigoureuses et intégrer les considérations matérielles de la communication surtout si on les oppose aux sciences dites dures et à leurs propres méthodes. Nous avions visé juste. Moles avait non seulement accepté l’hommage, mais il s’était aussi approprié la notion de « physique sociale » que nous avons mise en avant. Après tout, la physique des particules peut donner lieu à une métaphore où la sociologie est devenue « une science de la rencontre des atomes humains dans des champs de force, déterminant leurs états futurs en fonction de leur configuration présente et de lois attachées à celle-ci » (texte de Moles dont l’origine, comme pour d’autres, reste à préciser).

Le quotidien comme champ d’observation permanent du social

  • 5 Il a été publié dans notre article avec Victor Schwach (1992).

12La quotidienneté est présente dans la quasi-totalité de l’œuvre Moles. Elle est dans son champ d’observation quelle qu’en soit l’entrée qu’il s’est donné lui-même (voir le tableau des champs épistémologiques5). Elle se situe dans la démarche scientifique. Il s’en est fort nourri, à fortiori à partir de sa propre existence comme champ d’expérience proche et des stimuli qui l’assaillent. Que n’avait-il à dire sur sa cuisine et les actes irrationnels ou irraisonnés que son organisation lui imposait ! Son angle d’observation n’a pas été dans le sens pessimiste et idéologiquement marqué d’Henri Lefèbvre, son prédécesseur, à Strasbourg, à la chaire de sociologie qui avait été son premier poste. Inspiré des notions de liberté individuelle tirées des philosophes qu’il a catégorisées en « liberté principale », « liberté marginale » et « liberté interstitielle », Moles décrit la quotidienneté à sa façon, en phénoménologue autant qu’en psychologue préoccupé de l’action. Contrairement à ce qu’en décrit Lefèbvre dans son approche marxiste (La vie quotidienne dans le monde moderne, 1968), elle n’est pas pour lui le « conditionnement généralisé », y compris de la création artistique, ou « ce qui reste quand on a tout énuméré » pas plus qu’elle n’est « l’écume des jours » de Boris Vian :

Elle est bien plutôt ma propre reconstruction du système du monde à l’intérieur de ma sphère vitale ou de ma cellule administrative. Les choses et les êtres — dont je suis distancé par les barrières qu’édifient inépuisablement les rites sociaux — se dilatent à la mesure de la vacuité de mon champ de conscience (Micropsychologie et vie quotidienne, 1976 : 10).

13Les deux approches, qu’il faudrait présenter davantage pour les préciser et les nuancer, n’ont pas le même regard sur la réalité. L’un s’opposera à « la cybernétisation de la société », l’autre en acceptera la démarche, y compris en faisant du quotidien un objet d’observation et d’action.

14En valorisant le point « Ici et Maintenant », ce point considéré comme « centre du monde » pour chaque individu percevant les événements, les messages ou les stimuli de son environnement à travers sa « coquille personnelle », Moles développe une « philosophie de la centralité ». C’est la notion clé de La psychologie de l’espace (première édition, 1972). Dans cet ouvrage écrit avec Élisabeth Rohmer, sa compagne avec qui il commettra d’autres publications, il s’intéresse aux espaces de la vie quotidienne ainsi qu’à leur esthétique. Il se préoccupe des espaces de liberté face aux obstacles s’opposant à l’action ou venant souvent la compliquer par la faute même de l’homme, de son ignorance ou de sa méconnaissance, pourrait-on dire, à la fois du terrain et des règles élémentaires de la communication et de la perception, dans leur dimension à la fois esthétique et culturelle. Dans son irrationalité même, la quotidienneté est prise à bras le corps dans l’œuvre. Elle surprend le lecteur comme elle nous surprend dans la vie. Dans Micropsychologie et vie quotidienne (1976), il montre que l’individu peut s’enrichir de ses initiatives réactionnelles de bon sens, tout comme les concepteurs des paysages, des réseaux de transport, d’éclairage urbain, des files d’attente, des flux touristiques, des distributeurs de billets de chemin de fer ou autres pédagogues du « mode d’emploi » d’instruments banalisés, sans oublier les aménageurs en tout genre s’ils acceptaient toujours de défendre les valeurs de l’humanisme. Mais, cela supposerait qu’ils acceptent, en préalable, d’échapper au mythe des sciences et des techniques triomphantes organisatrices du vaste « système social », expression qui lui semblait plus appropriée que le mot et le concept de « société » dans la mesure où elle lui permettait de se référer à une théorie (celle des « systèmes » ou « systémique ») et de décrire la trame serrée des obligations et des contraintes venant réduire les champs de la liberté principale. Nombreux ont été les préludes à sa Théorie des actes (1977), puis à ses Labyrinthes du vécu (1982) où il rappelle que l’errance résulte aussi bien du hasard que du savoir, du pouvoir que du vouloir. Tout ceci pour signifier qu’Abraham Moles avait une approche positive de la quotidienneté et qu’il incitait, de fait, à la défendre comme « objet » d’observation et d’analyse pour mieux pouvoir y faire face dans le flot des contingences, car celle-ci n’est pas le lieu de dissolution des libertés ou de l’asservissement généralisé. Elle est celui de la confrontation des individus entre eux ou avec les superstructures, de l’appréciation des risques qu’ils encourent sur le plan physique et psychologique. Ne serait-ce que dans la rencontre qui, dans la ville comme dans le désert, est d’abord en soi une interrogation à caractère binaire (positive ou négative) !

15Quoi que l’on ait pu dire de l’aliénation de l’homme, de ses liens plus ou moins distendus par rapport au « système social », force est de reconnaître qu’il y a chez Moles toujours une part de liberté dont il lui appartient d’apprécier l’usage en toute circonstance. Que le quotidien oscille entre « prison » et « cadre de vie », l’individu est confronté à sa propre réactivité, réactivité limitée certes, mais pouvant aussi rejoindre un courant de protestation susceptible de construire un « système social réactionnel ». On a vu des exemples dans la seule histoire du vingtième siècle, surtout dans le cas de systèmes sociaux n’apparaissant plus comme la propriété collective de chacun mais lui devenant étranger. Si bien des ordres sociaux ont été bouleversés au cours de ce siècle en lien avec ce principe de réactivité ancré dans la quotidienneté, il est aussi intéressant de pointer, par exemple, l’échec de la conférence de l’Organisation Mondiale du Commerce à Seattle (États-Unis) à la fin 1999 sur des bases de protestation qui ne sont pas nées des seules circonstances du moment, mais qui se sont élargies au fil des années antérieures. Les débats entre États sur les sommets de Genève (2003) et de Tunis (2005) sur « la société de l’information » pourraient voir émerger une réactivité de même nature.

Le « système social » et sa mise en cause

16Cette extrapolation vers une actualité récente, la nôtre, relève bien de la quotidienneté et de la structuration de l’espace et du temps qui en fait partie, mais aussi des relations par des règles fondant ou modifiant des comportements individuels et collectifs, ceux qui sont portés par et sur l’action individuelle comme par et sur l’action organisée. La problématique des relations, des communications, physiques ou vicariales, de l’individu au sein du vaste système social est au cœur de son ouvrage intitulé Théorie structurale de la communication et société (1986), riche en interrogations sur l’évolution de la société de la communication, dont une concerne la logique d’amplification et de banalisation des items culturels par les massmédias venant, en se nourrissant de facto à des répertoires restreints, renforcer la norme au détriment de la déviation, donc de la création, de l’originalité et du débat. Que n’a-t-on entendu sur la « pensée unique » ces dernières années ? La question ne résulte pas de la réduction, de la faiblesse ou de la « consensualité » du débat politique en France ou ailleurs. Elle touche à un questionnement plus large comme déjà indiqué plus haut. Qu’on veuille bien nous excuser de ces rapprochements, mais nous n’avons pas une lecture datée et figée de l’œuvre de Moles. Celle-ci nous inspire dans nos approches de l’activité des médias et du contexte dans lequel ils construisent en permanence leur actualité pour leurs publics.

17Avec son ouvrage Théorie structurale de la communication et société (1986), on découvre ouvertement un concepteur et un ingénieur du social, pour ne pas dire du sociopolitique avec, notamment, ses modèles d’organisation du « système social », modèles qui n’ont évidemment pas cours dans la science politique ! Il y développe sa théorie des « Trois Cités » où il distingue celle des « administrés », des « administrateurs » et, évidemment, celle des « intellectuels » dont les fonctions ne sont pas censées se mélanger avec celles des précédents. On peut regretter quand même, eu égard à la place qu’il accordait précisément à l’Art, qu’il n’ait pas envisagé une Cité spécifique pour les artistes ! Se reconnaissent-ils tous dans la Cité des intellectuels et inversement ? Ceci est une forme de provocation dont nous ne sommes pas certains de la réponse théorique !

La critique de McLuhan

18C’est aussi dans cet ouvrage que l’on trouve une rare critique expressément formulée de McLuhan — de sa formule « le medium est le message » — et de l’engouement en faveur des techniques communicationnelles qu’il a suscité. Dans ses enseignements, Moles exprimait plus clairement ses distances avec lui, notamment en dénonçant la distinction entre « média chaud » et « média froid ». Rares ont été les textes de controverse. Aussi le passage suivant présente-t-il tout son intérêt :

Le medium n’est pas le message, il est — plus banalement — l’une des composantes de la vie dans le monde des messages, composante importante, un peu trop facilement dissociée du contenu par les communicateurs, sous le prétexte qu’elle est une technique et qu’on peut choisir plusieurs mises en page pour un même programme. On en déduit trop vite soit que n’importe quelle « mise en page » peut être plaquée sur n’importe quoi […] soit, au contraire, qu’en conditionnant — au sens de l’emballage des produits — le message, on conditionne — au sens de Skinner et du behaviorisme — le récepteur, et qu’en définitive, il n’y a que ce conditionnement qui compte, peu importe le sens, le fond du message. À l’inverse, on en déduit aussi, où ces messages sont voisins, que c’est le sens du message, son « contenu » qui compte à court terme, même si c’est la contrainte de son conditionnement qui intervient à long terme pour modifier le cadre culturel des êtres qui y ont soumis.

De là résulte l’illusion entretenue complaisamment par les communicateurs « politiques » selon laquelle la communication est un meilleur « connecteur » de l’homme au monde de la vie quotidienne, qu’elle procure une « intégration accrue », créant par-là une société plus responsable d’elle-même, alors qu’elle apparaît, au contraire, au philosophe, comme un mur, ce que nous avons appelé « le mur de la communication ». Ouvrez vos fenêtres sur le monde, sous-entendent nos communicateurs de masse, et vous serez tous frères de ceux qui les ouvrent aussi ! (Théorie structurale de la communication et société, 1986 : 177-178).

19Cette dernière formule, qui parodie Brecht dans une invitation à « sortir de chez soi » pour participer à la révolution de la rue, est contrée par Moles :

[…] la fenêtre, surtout quand elle est en verre, peut être une « garantie contre toute éventuelle implication » dans le paysage, puisqu’elle permet de choisir l’expérience par procuration au détriment de l’expérience vitale, de rejeter le lointain dans une case bien déterminée de l’espace-temps. Plus elle permet la « connaissance de spectacle » au lieu de la « connaissance d’implication », et, plus encore, elle promeut le « spectacle » au détriment du « vrai » (1986 : 178).

20Dans une liste d’axiomes qu’il avait élaborée à partir de ses ouvrages ou de ses propos oraux, on peut lire cette allusion à un autre concept de McLuhan : « Il n’y aura jamais de <Village global>, car chaque être ne peut prendre en charge qu’une fraction limitée des malheurs du monde et il y a trop de malheurs dans le Monde global. »

21Plus loin, à propos de la télévision, il précise : « Mais cette fenêtre est une <fenêtre fermée>, c’est une paroi transparente, un écran matériel, c’est un <filtre événementiel> qui quantifie la durée en tranches minces, excluant par-là la réflexion sur l’objet en soi et isolant l’être de l’objet lui-même. »

22McLuhan et Moles s’étaient rencontrés une fois, à Acapulco, au Mexique, lors d’une des toutes premières rencontres mondiales sur les communications (20-28 octobre 1974) avec notamment, parmi les intervenants, Umberto Eco, Wilbur Schramm, Jacques Fauvet, Jean-Louis Servan-Schreiber… Les deux théoriciens des médias ne se sont pas compris. L’un était porteur des préoccupations expérimentales chères à l’esprit anglo-saxon et d’un certain totalitarisme culturel, l’autre apparaissait comme le représentant d’une École formaliste et rationnelle. L’un était partie prenante de la mode culturelle et largement médiatisée, l’autre ne l’était pas et s’en méfiait. Déjà, Moles y laissait entrevoir le déclin des massmédias qu’il considérait au sommet de leur pouvoir face aux possibilités de connexion et d’interactions annoncées des nouvelles techniques et des réseaux de télécommunication. Avait-il raison ?

« Retour sur savoir »

23In fine, l’ensemble de son approche de la quotidienneté comme lieu de la manifestation permanente du social sous tous ses aspects, et par conséquent de son observation, a donné lieu à son ouvrage de positionnement épistémologique et de synthèse des approches méthodologiques développées par lui. Les sciences de l’imprécis (1990) sont un plaidoyer pour les sciences sociales, tout comme un avertissement pour les sciences dures — celles de la mesure de toute chose ! — face aux fausses sciences et aux nouvelles religions ou idéologies (de l’Ordinateur, du Nucléaire, de l’Écologie naturelle…), fausses sciences qui s’opposent d’autant plus aux sciences de l’exact (et à leurs démarches) que celles-ci ne sont pas capables d’agir sur notre vie quotidienne en raison, notamment, de leur triomphalisme et du culte du progrès qui s’en est dégagé. En particulier, celui de la réduction de l’imprécision, du vague, du flou. Si l’on peut discuter de la nature des sciences, celles de l’exact, du précis et celles de l’imprécis, de l’inexact, il n’y a qu’un seul esprit scientifique qui concerne l’ensemble des phénomènes auxquels les hommes sont confrontés, a fortiori ceux qui touchent à leurs relations.

24Ces rappels, en arrière-fond, nous interrogent. La quotidienneté, nous y baignons et nous y agissons avec un mélange de pensée rationnelle et d’impulsions irrationnelles. Sur le plan comportemental, nous y avons nos automatismes, nos réflexes, nos démarches plus ou moins construites sans qu’elles aient non plus un rapport direct avec une connaissance scientifique repérée. Elle reste le lieu complexe des relations des hommes, de leurs comportements établis, itératifs, circonstanciels, exceptionnels mais aussi du moindre effort ou d’une « écologie personnelle » qui n’est qu’une valorisation de la gestion de la « sphère personnelle » où la raison n’est pas un principe moteur, etc. Dans ce lieu de leurs contradictions, de leurs incohérences, ce qui relève du plaisir est contré par le déplaisir et la volonté se traduit en termes d’exigence, vis-à-vis de soi, des autres. Les démarches scientifiques ou esthétiques baignent dans les contingences et le commun des situations ainsi que dans la culture de masse envahissante et ses leitmotive. L’« écologie » appliquée à l’individu, comme déjà indiqué, est pour Moles un concept riche et prometteur qui peut s’étendre, bien au-delà de la « nature », aux groupes sociaux, aux modes de communication et aux médias envahissants dont il conviendra aussi que les individus, dans la diversité de leurs projets de vie, se protègent pour pouvoir préserver leur « sphère personnelle » et, bien évidemment, la « qualité de vie » qui lui est attachée. Ce dernier concept, tout juste signalé, fait aussi partie de ses préoccupations épistémologiques. Il relève de ses thématiques récurrentes et transversales qu’il n’est pas possible de développer ici davantage.

25Pour Moles, le trajet scientifique établi et vérifié dans le champ des possibles n’échappe pas au flou et à l’incertain, « ce qui ne veut pas dire nécessairement faux ». Ce trajet correspond à un « labyrinthe des possibles où il n’est jamais certain que les cloisons qui limitent le trajet du chercheur soient rigides, non plus qu’il ne soit certain qu’il n’existe pas un trajet subtil et lointain qui permette de contourner les murs de l’impossible présent » (Les sciences de l’imprécis : 26). Et de poursuivre :

Cet individu en errance contrainte, mû par toute la frénésie exploratoire qu’il tire d’un excès d’énergie mentale (la passion de la recherche), ne s’y sent « libre » que dans la mesure où « la liberté est la conscience des contraintes » (Marx). C’est là que le scientifique diffère le plus de l’artiste, qui, lui, passe à travers les murs rigides de la contrainte logique en la dénonçant (Magritte) (p. 27).

26Puis d’évoquer, à la suite, la vision toujours limitée du chercheur mais confortée par l’image du « paysage scientifique de la science achevée » représenté par le « mur des livres » érigé en édifice auquel il aura apporté une « petite pierre » ou un « petit livre ».

Et l’Homme dans tout cela ?

27Humaniste ? Moles le fut au sens commun du mot qui reconnaît chez quelqu’un la priorité des valeurs humaines sur toutes les autres. Toutefois, il n’aimait guère qu’on le qualifie ainsi en référence au mouvement intellectuel né au seizième siècle mais, surtout, aux exploitations philosophiques et idéologiques qui en ont découlé et qui ont marqué sa génération. Le philosophe qu’il fut, philosophe des sciences et physicien passé à la philosophie, et fort de son expérience psychosociologique, témoigne d’une déception à propos des valeurs prônées par les hommes sans que ceux-ci se donnent, dans le respect mutuel, les moyens de les mettre en œuvre. Sa question permanente pourrait être celle-ci : quelle est la valeur du mot humain quand, dans les différentes situations de l’existence, nous évoquons nos semblables, quand on nous en parle, quand on agit pour eux ? Dans sa liste des aphorismes, on lit celui-ci :

L’humanisme fut un stade essentiel de l’histoire de l’Occident. À travers la notion de libre examen, il a ouvert à la technique les portes de la science. Et la technique s’est à son tour érigée en force fondamentale de la technique de l’univers. Car le but de la technique est de réaliser tout ce qui est possible. La thèse humaniste des rapports entre l’homme et l’environnement paraît à l’époque des communications électroniques comme une erreur de la conscience historique.

28Et d’ajouter en fin de liste : « Par-là, l’humanisme s’est vidé de sa valeur épistémologique en imposant l’informatique et laissant envahir le monde social par la technique. » Il est vrai que le premier axiome avancé par lui fut : « L’Homme est la mesure de toute chose, excepté de lui-même. »

29Si l’on ose aller dans une analyse de l’œuvre de Moles — et il faudra bien y aller de plus en plus pour la comprendre et la comparer ! Les lecteurs assidus le savent —, on trouvera la même constance : la personne humaine. La description qu’il en donne à travers ses ouvrages — qui passent d’un champ disciplinaire à un autre ou les reliant — réside dans cette centralité de « l’être au monde » à partir duquel tout se construit dans l’espace et dans le temps, mais aussi dans le flot des contingences et des contraintes du quotidien d’où émergent les comportements mais aussi la création intellectuelle et artistique. Dans la vision systémique qu’il avait des êtres et des choses, dans leur dynamique et dans leurs interactions, tout se tient. L’information et la communication, en tant qu’objets scientifiques, en sont des aspects majeurs. Les métaphores, mythes ou analogies utilisés — de l’Homme dans sa « coquille » ou « sphère personnelle », de ses périscopes d’observation du monde environnant, des labyrinthes aux déclinaisons multiples, de l’errance, des « murs de la communication », de la présence réelle ou de la présence vicariale, de la téléperception, de la téléprésence, etc. — ont donné lieu à des appréciations évolutives au fil des publications. Un des derniers textes sur le sujet que nous avons eu à connaître date de 1992. Il est intitulé « Des fenêtres fermées sur le monde : les communications ? ». Il se termine ainsi : « ce sont des fenêtres climatisées à travers à travers lesquelles la chaleur humaine avec tous ses aléas ne passe pas, car ce que l’être attend de la société câblée pour réaliser son projet de vie, c’est sa Sécurité ». Propos qui n’est pas hors actualité onze ans après sa mort !

Conclusion

30« Ce qui compte dans l’homme, c’est son œuvre. » Ce qui reste aussi ! Moles avait cette philosophie. Était-ce une approche personnelle de la vie consistant à la considérer comme un art ? Insistant sur ce point, il n’aimait guère parler de lui au sens d’un quelconque narcissisme. Avec l’exercice auquel nous nous sommes pliés et que nous ne regrettons pas malgré les imperfections ressenties au cours d’une lecture personnelle, il apparaît de plus en plus indispensable et utile que l’œuvre de Moles devienne « objet » de recherche. Des lectures transversales d’une œuvre transdisciplinaire sont à faire, sur des bases thématiques, par exemple, qui conduisent à préciser une pensée, à en souligner sa pertinence et sa dimension projective par rapport à l’évolution de nos sociétés. Autrement dit, chercheurs ou étudiants-chercheurs sont invités à s’engager dans cette voie. Il y a encore beaucoup à découvrir ou à redécouvrir, à partir de ses travaux. Moles a choisi et montré un chemin pour s’intéresser à l’homme afin qu’il ait les moyens de se prendre en charge. En priorité ceux de la connaissance de son environnement socio-technique et culturel immédiat. Et de s’interroger : qui domine qui au quotidien ?

Haut de page

Bibliographie

MATHIEN, Michel (1989), La physique des Sciences de l’Homme. Mélanges pour Abraham Moles, Strasbourg, Éditions Oberlin.

MATHIEN, Michel (1992a), « De l’ingénieur à l’humaniste : l’œuvre d’Abraham Moles », Communication et langages, no 93 : 84-98 (avec Victor Schwach).

MATHIEN, Michel (1992b), « L’approche physique de la communication sociale. L’itinéraire d’Abraham Moles », Hermès, 11-12 : 331-343.

MATHIEN, Michel (1994a), « Penser, c’est schématiser ! », « Moles et la communication », dans Théorie de la communication et de l’information : bilans et perspectives, Journée de la Société de Bibliologie et de Schématisation, Paris, 12 juin 1993, Schémas et Schématisation, no 40 : 6-15.

MATHIEN, Michel (1994b), « Théorie structurale de la communication et Société », introduction à la « table-ronde sur la communication », Congrès du Centenaire de l’Institut international de sociologie, Paris, Sorbonne, 7-11 juin 1993, Bulletin de Micropsychologie, no 25.

MATHIEN, Michel (1996a), « Abraham Moles (1920-1992) », Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, no 27, Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, Strasbourg, p. 2679-2680.

MATHIEN, Michel (1996b), « Communication, Espace et Société. Actualité et perspectives des théories d’A. Moles. Présentation générale », dans Élisabeth ROHMER, Michel MATHIEN, Victor SCHWACH et al., Communication, Espace et Société. Actualité et perspectives des théories d’Abraham Moles, actes du colloque international des 7 et 8 avril 1994, Conseil de l’Europe-Association internationale de micropsychologie et de psychologie sociale des communications, Strasbourg, Conseil de l’Europe, p. 7-12.

MATHIEN, Michel (1996c), « Abraham Moles et la communication », dans Élisabeth ROHMER, Michel MATHIEN, Victor SCHWACH et al., Communication, Espace et Société. Actualité et perspectives des théories d’Abraham Moles, actes du colloque international des 7 et 8 avril 1994, Conseil de l’Europe-Association internationale de micropsychologie et de psychologie sociale des communications, Strasbourg, Conseil de l’Europe, p. 15-21.

ROHMER, Élisabeth, Michel MATHIEN, Victor SCHWACH et al. (1996), Communication, Espace et Société. Actualité et perspectives des théories d’Abraham Moles, actes du colloque international des 7 et 8 avril 1994, Conseil de l’Europe-Association internationale de micropsychologie et de psychologie sociale des communications, Strasbourg, Conseil de l’Europe.

Haut de page

Notes

1 Les ouvrages publiés de Moles, dont ceux qui sont cités dans cet article, ont été recensés dans l’article paru dans la revue Hermès (Mathien, 1992b : 331-343).

2 Nous ne reprenons pas ici le parcours scientifique de Moles. Nous nous sommes exprimé sur ce plan, avec d’autres. Voir bibliographie en fin.

3 La réforme des diplômes de 1984 en France supprimera le doctorat d’État dont les exigences étaient disproportionnées par rapport aux modèles étrangers, dont celui des États-Unis. Deux thèses étaient exigées en soutenance en même temps.

4 Communication, Espace et Société. Actualité et perspectives des théories d’Abraham Moles, actes du colloque international, 7 et 8 avril 1994, Conseil de l’Europe, Strasbourg, 1996.

5 Il a été publié dans notre article avec Victor Schwach (1992).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Mathien, « Abraham Moles ou l’information et la communication », Communication, Vol. 22/2 | 2003, 167-181.

Référence électronique

Michel Mathien, « Abraham Moles ou l’information et la communication », Communication [En ligne], Vol. 22/2 | 2003, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/4684 ; DOI : 10.4000/communication.4684

Haut de page

Auteur

Michel Mathien

Michel Mathien est professeur à l’Université Robert Schuman de Strasbourg (Centre universitaire d’enseignement du journalisme, Institut d’études politiques). Dans le cadre du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les constructions européennes (GRICE, Équipe d’accueil 3398), il dirige le Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur les médias en Europe (CERIME). Il est membre du réseau ORBICOM de l’UNESCO. Courriel : m.mathien@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org