Navigation – Plan du site
Recherches

Cyberdissidence tunisienne

Amor Ben Amor

Résumés

L’auteur aborde la question de la cyberdissidence tunisienne. Au lendemain du « printemps arabe » du 14 janvier 2011 s’était succédé un ensemble de discours déterministes liant cette « révolution » à l’usage intensif des médias sociaux. L’auteur rappelle que la cyberdissidence tunisienne est bien antérieure à cet événement et souligne le rôle joué par Facebook et des sites Web dissidents, depuis 1988, dans la mobilisation des Tunisiens contre le régime de Ben Ali. Il termine en posant la question de l’appropriation de la technologie par l’usager et de son implication dans le mouvement social.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par « cyberdissidence », nous faisons surtout référence aux activités des internautes tunisiens qui (...)

1Lorsqu’on étudie la littérature qui traite de la question de Facebook depuis la révolution du 14 janvier 2011 en Tunisie, l’impression que tout a commencé avec ce réseau social se montre persistante. C’est comme si le compteur de la cyberdissidence1 se déclenchait en ce moment précis. C’est à notre sens un peu réducteur. Il faut plutôt interpréter ce qui s’est passé en Tunisie pendant la révolution comme la continuité logique des tentatives certes un peu limitées mais ambitieuses qui ont été menées contre le régime tunisien depuis nombre d’années. Pour la plupart, ces tentatives ont été menées par des Tunisiens résidant à l’étranger, mais aussi par certains « téméraires » en Tunisie. Dans ce qui suit, nous essayons de rappeler brièvement, de façon chronologique, que la cyberdissidence et l’appropriation d’Internet par les cyberdissidents ont précédé de peu la révolution en Tunisie.

2Les protestations ouvertes et directes contre le pouvoir tunisien sont d’abord apparues dans quelques sites Web et espaces de discussion. La naissance de la « cyberdissidence » remonte à 1998, lorsque deux étudiants tunisiens décident de créer une liste de diffusion appelée Takriz (www.takriz.com), mot grossier dans le dialecte tunisien, pouvant être traduit par « ras-le-bol » et « emmerdement » (Lecomte, 2009). Cet organe de contestation devient une sorte de magazine électronique qui très vite attire la jeunesse en traitant dans un style à la fois moqueur et mordant de sujets, par exemple la politique et la religion, qui jusque-là étaient considérés comme des tabous. Les membres les plus actifs de Takriz étaient majoritairement des étudiants, alors que les sites qui lui ont succédé rassemblent de jeunes professionnels.

  • 2 Attariq Al Jadid, Al Mawkif, Mouatinoun.

3Créée en 2000 par des expatriés tunisiens, Tunisnews (www.tunisnews.net) est une source d’information qui a connu un vif succès en Tunisie et ailleurs. Le travail de Tunisnews consistait à rassembler des informations provenant de diverses sources : articles de la presse nationale et étrangère, de la presse de l’opposition2, communiqués de presse, déclarations et prises de position publiques. Fabien Granjon désigne ces travailleurs de la veille informationnelle par l’expression « militants-médiateurs » : « L’observation minutieuse des pratiques militantes de communication sur réseaux révèle […] l’émergence d’une nouvelle classe d’intermédiaires, constituée de militants-médiateurs fortement investis dans des opérations de propagation de l’information » (2000).

  • 3 Pour plus de détails sur Tunisnews, voir l’analyse de Larbi Chouikha (2009), qui note en passant qu (...)

4Ces médiateurs ne se contentent pas de collecter l’information, ils procèdent également à sa filtration et à son classement avant sa diffusion : « Les filtreurs s’assignent donc comme cadre d’exercice de soulager les militants-internautes menacés par l’inflation des données » (Granjon, 2000). Ajoutons que de nombreux abonnés de la liste Tunisnews reprochaient aux administrateurs un certain filtrage idéologique3.

  • 4 Yahyaoui est aujourd’hui considéré comme un symbole de la cyberdissidence par de nombreux internaut (...)

5Fondé en 2001 par Zouhair Yahyaoui, le forum Tunezine (www.tunezine.com) s’inscrit pleinement dans la vague de la contestation en ligne. Dans un style satirique et parfois même sarcastique, cet espace d’expression politique dénonce la censure et le non-respect des droits de l’homme par le régime de Ben Ali. Le contenu du site est souvent rédigé en dialecte tunisien pour le rendre plus accessible à la population. Les actions menées par Yahyaoui lui ont valu l’emprisonnement en 2002 dans des conditions difficiles. Sa santé en a été considérablement affaiblie. Il bénéficie d’une libération conditionnelle en 2003, grâce à des pressions internationales, puis meurt à l’âge de 37 ans d’une crise cardiaque4. Un an après son décès, le site cesse toute activité même si ses archives restent consultables.

6En 2002 s’est ajouté aux espaces de contestation sur Internet le site RéveilTunisien (www.reveiltunisien.org), un hebdomadaire d’opinion politique et sociale. Il fonctionne comme un magazine électronique et se démarque de ses prédécesseurs en offrant à ses abonnés la possibilité d’écrire des commentaires ou de proposer des articles. Le site, et tout particulièrement la rubrique Agora, est structuré par thèmes : économie, débats, monde, opinion politique, société.

  • 5 À partir de quelques articles de la presse tunisienne, les administrateurs du site ont dressé une l (...)

7En 2004, le paysage de la cyberdissidence tunisienne accueille le site et forum Nawaat (www.nawaat.org). Cet espace se présente comme indépendant de toute association, organisation ou affiliation gouvernementale. Il ne reçoit aucune subvention publique et n’est financé par aucun parti politique. Nawaat se distingue par l’évolution de sa plateforme technique et son recours à des outils informatiques dans la poursuite de ses activités militantes. On peut notamment citer la mise au point d’une carte des prisons tunisiennes et de deux logiciels : le générateur de langue de bois, un outil humoristique consistant à générer un discours de propagande semblable à celui des journaux tunisiens5, et le 403 Access Denied Checker, qui permet de tester et de vérifier la censure en Tunisie (Lecomte, 2009).

  • 6 La première phase a eu lieu à Genève, en Suisse, du 10 au 12 décembre 2003.

8En 2005, au moment de l’organisation du deuxième volet du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI)6, un mouvement de contestation a pu profiter de la présence de cette cyberdissidence. Diverses personnalités tunisiennes de l’opposition ont saisi cette occasion pour entamer une grève de la faim et attirer l’attention de la communauté internationale sur les atteintes aux droits de l’homme en Tunisie. Ce mouvement, appelé le Mouvement du 18 octobre, a bénéficié de la couverture de plusieurs blogues, forums et sites Web de la cyberdissidence qui l’ont défendu et qui lui ont permis d’acquérir une certaine notoriété à l’étranger.

  • 7 Les cyberdissidents « locaux » utilisaient souvent des logiciels de détournement (par exemple, Hots (...)

9Si des cyberdissidents ont mené leurs activités contestataires depuis la Tunisie, et ce, à leurs risques et périls7 (Lecomte, 2009), la plupart résidaient à l’étranger. Ce constat ne doit pas surprendre, car les Tunisiens vivant à l’étranger ont un accès à la fois plus grand et plus libre à Internet. Par ailleurs, ils sont moins exposés à la répression que les Tunisiens en Tunisie, bien que de nombreux internautes tunisiens à l’étranger craignent que leurs activités contestataires en ligne entraînent des représailles chez leurs proches restés au pays. Enfin, les expatriés tunisiens, du fait qu’ils résident généralement dans un pays démocratique, perçoivent souvent l’autoritarisme sévissant dans leur pays d’origine comme d’autant plus injuste et intolérable.

10Il ressort de ce qui précède que tout n’a pas commencé avec Facebook. Les racines du mouvement contestataire en Tunisie remontent à un peu loin. Facebook, qui a favorisé l’émergence d’une autre forme de cyberdissidence, n’est que la partie apparente de l’iceberg.

Facebook et révolution en Tunisie

11Révolution numérique, révolution Facebook, révolution 2.0 sont des qualificatifs qui nourrissent un certain déterminisme technologique selon lequel la révolution tunisienne n’aurait pas eu lieu sans la technologie, et plus particulièrement sans Facebook. Pourtant, le poids du contexte social et politique doit nuancer cette vision techniciste.

12Il convient tout d’abord de rappeler que la révolution tunisienne s’est faite dans la rue et non devant les écrans des ordinateurs. Il ne s’agit pas de nier le rôle qu’a joué Facebook, mais de le combiner à d’autres facteurs pour rendre intelligible la situation. Quelques indications peuvent en ce sens relativiser son rôle. En effet, la région où tout a commencé (Sidi Bouzid et Kasserine) ne connaît pas le même développement que les autres régions du pays au chapitre des infrastructures, notamment technologiques. Internet haut débit est peu sinon aucunement présent dans cette région. Tous ceux qui affirment que Facebook a, à lui seul, fait la révolution oublient qu’à quelques jours de l’évincement du régime, Internet était censuré et le contenu que pouvaient voir les Tunisiens, limité.

13Pour renverser le régime, il fallait sortir dans la rue, manifester, s’opposer aux forces de l’ordre. Il y a eu plus d’une centaine de morts et des centaines de blessés. Ces victimes ne sont pas tombées devant leurs écrans en publiant des notes sur leurs murs Facebook. La révolution tunisienne a été enclenchée par un acte individuel, qui s’est produit en 2010 à Monastir, mais dont les effets sont devenus dévastateurs pour le régime, parce que la situation sociale et politique était mûre pour le changement (Hammami, 2011).

14Facebook a joué un rôle important de coordination d’actions collectives telles que les manifestations. Il a alimenté les médias étrangers qui éprouvaient des difficultés à s’implanter sur le terrain, avec des séquences vidéo qui reflétaient ce qui se passait sur place. Ce rôle, combien considérable, ne peut à lui seul assurer la réussite d’une révolution. Il n’en demeure pas moins qu’à ses débuts, le mouvement contestataire en Tunisie a été fortement propulsé par Internet, par Facebook notamment.

  • 8 Francisation de netizen, netoyen est un mot hybride (net et citoyen) désignant une personne s’expri (...)

15Après l’immolation de Bouazizi le 17 décembre 2011, Facebook a facilité la propagation d’une prise de conscience chez les plus réticents. Plusieurs ont progressivement substitué à leurs photos de profil le drapeau tunisien en guise de soutien symbolique à la révolte. Ensuite, ils ont partagé leurs vidéos et exprimé leur indignation à l’égard du régime de Ben Ali. Même ceux qui, au départ, craignaient les représailles s’engagent à aller manifester. En ce sens, Facebook a créé un lien de solidarité par rapport aux événements. Ces usagers d’Internet sont devenus des « netoyens8 » à part entière. Ils ont le sentiment de servir une cause et de participer, grâce à cet outil technologique, à quelque chose d’important.

« Même s’il ne faut pas sous-estimer les réseaux sociaux, ce sont tous ceux qui sont sortis affronter le régime qui ont fait la révolution, point barre ! Ceux qui étaient à Sidi Bouzid, Kasserine, Gafsa, et partout ailleurs en Tunisie », insiste Sarra Grira, une journaliste tunisienne sur France 24 (Blaise, 2011).

  • 9 On fait référence à toutes les stratégies adoptées par les usagers pour contourner la censure et ut (...)

16Dans ce contexte très particulier, l’appropriation de la technologie signifie le développement par l’usager d’un ensemble de stratégies susceptibles de conduire à la production de nouveaux usages9, à savoir le soutien à un mouvement national de revendication sociale. Il serait très réducteur de considérer Facebook comme l’unique déclencheur du mouvement social en Tunisie, car les médias classiques y ont également joué un rôle crucial.

Quelle relation entre médias classiques et Facebook dans cette révolution ?

17On assiste depuis la révolution tunisienne à une nouvelle forme d’appropriation des médias dits classiques par les nouveaux, notamment Internet et Facebook. Ces deux types de médias se sont complétés pour servir un seul dessein : médiatiser le mouvement contestataire en Tunisie et relayer ses principales revendications.

Il s’agit d’une situation assez inédite où médias classiques et nouveaux médias ont concouru ensemble, selon une logique bi-média, et de convergence entre médias classiques […] et nouveaux médias à saper le dispositif de censure mis en place par le pouvoir pour dissimuler les événements (Hammami, 2011).

18La complémentarité entre médias traditionnels et nouveaux médias se concrétise entre autres dans le rôle considérable qu’a joué la chaîne d’information Al-Jazira dans la médiatisation de la révolution, à la suite de l’immolation de Mohamed Bouazizi. En dépit de son absence du terrain pendant la révolution et de son interdiction par le régime de Ben Ali, la chaîne a rempli son rôle d’information en exploitant les vidéos et photos postées par les journalistes amateurs. En effet, la chaîne n’a jamais pu ouvrir un bureau officiel au pays. Elle devait se contenter d’une couverture élémentaire des événements grâce à un journaliste local qui intervenait sur l’antenne par téléphone. En 2008, Al-Jazira n’a pu couvrir la révolte des ouvriers des mines de phosphate à Gafsa et les téléspectateurs tunisiens et autres n’ont pu être informés de la répression qui s’en est suivie dans cette région minière. Cela a changé pendant la révolution tunisienne. Les Tunisiens ont tiré des leçons de ce qui s’est passé à Gafsa et Facebook a changé la donne.

19Très vite, dès les premières manifestations à Sidi Bouzid, à la mi-décembre 2010, les vidéos amateurs, tournées au téléphone portable, envahissent la Toile. Signalées par Twitter, postées sur des sites d’information alternative tunisiens comme Nawaat ou Takriz, reprises en boucle sur les réseaux sociaux comme Facebook ou YouTube, ces images au cœur de l’action atterrissent dans la salle de rédaction d’Al-Jazira, qui décide de les diffuser (Barthe, 2011).

C’était comme si au lieu d’avoir zéro caméraman, nous en avions cent d’un seul coup, dit Mohamed Krichen. La qualité technique était médiocre. Il était difficile de tout vérifier. Mais en fin de compte, on a préféré prendre le risque de diffuser ces vidéos que d’être absent à un moment pareil (Observatoire des médias tunisiens, 2011).

20Al-Jazira a attisé l’intérêt des autres médias pour les événements en Tunisie. Les télévisions satellitaires arabes ont massivement suivi l’exemple de cette chaîne et sont devenues, à leur tour, des relais pour les vidéos et photos prises sur le terrain. La dissimulation des événements par le pouvoir est devenue par conséquent impossible :

« Al-Jazira s’est fondue dans le nouvel environnement médiatique, en recourant de façon très rapide et très créative aux contenus générés par le public », écrit sur son blog le politologue américain Marc Lynch, spécialiste du monde arabe, cité par Le Monde. « D’autres télévisions satellites l’ont imitée. […] Ces plateformes médiatiques et ces contributeurs individuels œuvrent à saper la capacité des États à contrôler le flux d’informations. C’est la dernière étape en date dans l’émergence d’un nouvel espace arabe » (Bénilde, 2011).

21Cependant, l’audience d’Al-Jazira a tendance à décroître au fur et à mesure que le paysage médiatique tunisien se transforme. Les télévisions et les radios nationales disposent désormais d’une marge de liberté qu’elles n’avaient pas sous le régime de Ben Ali. À titre d’exemple, la chaîne de télévision nationale (Al Wataniya) a désormais une importante cote d’écoute, notamment à l’heure du journal de 20 h. C’est la raison pour laquelle Al-Jazira perdra progressivement son leadership en tant qu’espace d’information alternatif devant les médias nationaux.

Facebook et l’appropriation négative, tout n’est pas si rose…

22Les limites de Facebook se sont fait sentir dès les premiers jours qui ont suivi la chute du régime de Ben Ali. L’intox, les fausses alertes et les faux numéros à appeler en cas d’urgence ont créé le chaos sur la Toile et, par extension, dans le quotidien des Tunisiens. Les rumeurs sur d’éventuels pillages, attaques, agressions se répandent. Les vidéos et photos partagées, souvent non datées, aggravent la situation. Aujourd’hui encore, les réseaux sociaux, notamment Facebook, continuent d’animer la scène médiatique, politique et sociale en Tunisie. Nombreux sont les Tunisiens qui ne voient la Toile qu’à travers le prisme de Facebook et certains de ses administrateurs s’autoproclament comme des faiseurs d’opinions et prêchent pour une sorte de « Facebookratie ». Tantôt ils agissent comme des journalistes de proximité, l’éthique et le professionnalisme en moins, tantôt ils agissent comme s’ils étaient des leaders dûment représentatifs : ils appellent aux sit-in ou à la manifestation, ils lancent des communiqués de presse comme s’ils avaient une légitimité quelconque, sans aucune transparence sur leurs donneurs d’ordres ou les intérêts qu’ils servent (Tekaya, 2011).

Rumeurs, diffamation et plus encore…

23Facebook commence à ressembler à une poubelle. Le sensationnel, la rumeur, la diffamation, les fausses informations relayées sur des sites douteux pullulent. Certains articles, enregistrements vidéo et clichés photo d’événements survenus dans d’autres pays sont présentés sans contextualisation ni référence à leurs sources. Cette appropriation négative du réseau social est certes la responsabilité de ceux qui ont posté ces documents, mais elle est aussi et tout autant la responsabilité de ceux qui les partagent sans examen critique.

24Facebook est par ailleurs devenu un enjeu politique de taille. Certains partis tunisiens l’utilisent pour diffuser leurs communications officielles. Facebook, dont le rôle pendant la révolution tunisienne ne peut être nié, devient une arène pour les coups bas. En réaction, une nouvelle tendance commence à se faire sentir, celle des anti-Facebook et des « débranchés ».

Conclusion

25Facebook est un accélérateur de changement. Les révolutions arabes en témoignent. Mais il n’est qu’un parmi d’autres ; certaines conditions de changement — culturelles, économiques, sociologiques, logistiques — doivent être réunies. Réduire les révolutions arabes à Facebook est une erreur. Lire les changements sociaux à travers le prisme d’Internet et de Facebook est un biais méthodologique. Le recul historique est nécessaire pour voir plus clair et tirer des conclusions.

26Le déterminisme technologique qui désigne Facebook comme le principal moteur de la révolution tunisienne occulte le double rôle joué par l’usager : son appropriation de la technologie et son engagement dans le mouvement social. C’est l’appropriation sociale de la technologie de Facebook pour en faire un relais d’information qui a fait en sorte que les Tunisiens se sont mobilisés dans la rue et ont renversé l’ancien régime. L’usager de Facebook a imaginé des stratégies et des tactiques, comme le souligne Michel de Certeau (1990), pour le détourner de son usage habituel (prescrit). Ce réseau social a pour fonction d’origine le développement de liens sociaux tous azimuts, mais dans un mouvement national de contestation et de revendication apparaissent des usages inédits. Facebook est devenu la locomotive des mouvements contestataires et a accompagné les manifestations de la rue. Il est devenu, à tort ou à raison, l’une des principales plateformes d’information pour les médias classiques. Certains usagers sont même devenus des bricoleurs d’information sur Internet. Ils traitent l’information, la transforment et la scénarisent, parfois à des fins plus ou moins avouées ou justifiées. Tout cela n’était pas prescrit au départ dans les fonctionnalités de Facebook. Il convient donc de ramener ce réseau social à sa juste valeur, en l’occurrence un instrument technologique parmi tant d’autres :

Il y a aujourd’hui probablement une tendance après tout assez naturelle à « gonfler » l’importance des médias sociaux. Après les avoir ignorés, c’est comme si aujourd’hui on se rattrapait en les créditant de toutes les vertus. Mais il faut sans doute insister encore et encore sur le fait que ces médias sociaux ne sont que des instruments. Ce n’est rien d’autre après tout qu’une technique, qui vient se greffer sur un ensemble de données, lesquelles se traduisent dans une formule politique. Il y a une temporalité dans toutes ces nouvelles technologies dont nous voyons l’éclosion. Les blogs ont joué un rôle à un moment, les réseaux sociaux sont sur le devant de la scène aujourd’hui, d’autres techniques surgiront demain (Quijano, cité par Blaise, 2011).

27Si Facebook est aujourd’hui un objet d’intérêt croissant, la question de ses usages et de ses pratiques est encore peu étudiée. Des recherches qualitatives doivent se pencher sur cette question et aborder d’autres pistes de recherche pour prévoir avec une certaine compétence l’avenir du paysage médiatique et le rôle des technologies dans les mouvements politiques en Tunisie et ailleurs.

Haut de page

Bibliographie

BARTHE, Benjamin (2011), « Al-Jazira à la pointe de la couverture de la révolution tunisienne », Le Monde [En ligne]. http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/01/19/al-jazeera-a-la-pointe-de-la-couverture-de-la-revolution-tunisienne_1467521_3218.html. Page consultée en février 2013.

BÉNILDE, Marie (2011), « La révolution arabe, fille d’Internet ? », Le Monde diplomatique [En ligne]. http://blog.mondediplo.net/2011-02-15-La-revolution-arabe-fille-de-l-Internet. Page consultée en février 2013.

BLAISE, Lilia (2011), « Facebook en Tunisie, c’est la contre-révolution », SlateAfrique [En ligne] http://www.slateafrique.com/28259/facebook-en-tunisie-la-contre-revolution. Page consultée en janvier 2013.

CERTEAU, Michel de (1990), L’invention du quotidien, Paris, Union générale d’édition.

CHOUIKHA, Larbi (2009), « Un cyberespace autonome dans un espace autoritaire : l’expérience de Tunisnews », dans K. MOHSEN-FINAN (dir.), Les médias en Méditerranée : nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Arles, Actes Sud/MMSH.

GRANJON, Fabien (2000), « Les militants internautes : passeurs, filtreurs et interprètes », Multitudes [En ligne]. http://multitudes.samizdat.net/Les-militants-internautes-passeurs. Page consultée en décembre 2012.

HAMMAMI, Sadok (2011), « Tunisie. Facebook fait-il la révolution ? », Kapitalis [En ligne]. http://kapitalis.com/fokus/62-national/2456-tunisie-facebook-fait-il-la-revolution.html. Page consultée en avril 2012.

LECOMTE, Romain (2009), « Internet et la reconfiguration de l’espace public tunisien : le rôle de la diaspora », Tic et société, 3(1-2) [En ligne]. http://ticetsociete.revues.org/702. Page consultée en janvier 2012.

OBSERVATOIRE DES MEDIAS TUNISIENS (2011), « Takriz aide Al-Jazira » [En ligne]. http://observatoire-medias-tunisiens.centerblog.net/rub-aljazeera--2.html#. Page consulté en avril 2012.

TEKAYA, Maher (2011), « Tunisie : Facebook utile pour la révolution nuisible pour la démocratie » [En ligne]. http://www.rue89.com/2011/08/03/facebook-utile-pour-faire-une-revolution-pas-pour-batir-une-democratie-216628. Page consultée en mars 2012.

Haut de page

Notes

1 Par « cyberdissidence », nous faisons surtout référence aux activités des internautes tunisiens qui, d’une part, contestent de façon très ouverte et directe le régime politique de leur pays et qui, d’autre part, ne font pas partie d’organisations politiques ou militantes. Cette non-appartenance a entre autres pour conséquence que ces internautes tiennent un discours contestataire plus franc et plus ciblé.

2 Attariq Al Jadid, Al Mawkif, Mouatinoun.

3 Pour plus de détails sur Tunisnews, voir l’analyse de Larbi Chouikha (2009), qui note en passant que la référence à l’Islam est fréquente dans les textes écrits par les administrateurs de Tunisnews, mais que ces derniers publient aussi des textes proposant des opinions très critiques à l’égard des islamistes, notamment du parti Ennahda (interdit à l’époque). L’auteur précise par ailleurs que la première liste de diffusion lancée par l’équipe de Tunisnews date d’octobre 1999 et se nommait Tunispress.

4 Yahyaoui est aujourd’hui considéré comme un symbole de la cyberdissidence par de nombreux internautes tunisiens. Il a été désigné, en 2003, lauréat du premier prix Cyberliberté de Reporters sans frontières.

5 À partir de quelques articles de la presse tunisienne, les administrateurs du site ont dressé une liste des mots qui reviennent le plus fréquemment, tels que peuple, intérêt, changement, ambition, choix, demain, décision, avenir, défi, initiative. [En ligne]. http://astrubal.nawaat.org/2004/04/20/. Page consultée le 19 novembre 2012.

6 La première phase a eu lieu à Genève, en Suisse, du 10 au 12 décembre 2003.

7 Les cyberdissidents « locaux » utilisaient souvent des logiciels de détournement (par exemple, Hotspot Shield) sous le couvert de l’anonymat.

8 Francisation de netizen, netoyen est un mot hybride (net et citoyen) désignant une personne s’exprimant sur la chose publique au moyen d’Internet.

9 On fait référence à toutes les stratégies adoptées par les usagers pour contourner la censure et utiliser Facebook non pas comme un réseau social traditionnel, sa fonction d’origine, mais plutôt comme un outil de mobilisation et d’information.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amor Ben Amor, « Cyberdissidence tunisienne », Communication [En ligne], Vol. 32/1 | 2013, mis en ligne le 03 janvier 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/4707 ; DOI : 10.4000/communication.4707

Haut de page

Auteur

Amor Ben Amor

Amor Ben Amor est maître assistant en communication et en sociologie à l’Institut supérieur des sciences humaines de Médenine. Courriel : benamor2002@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org