Navigation – Plan du site
Articles

Les militants-internautes

Passeurs, filtreurs et interprètes
Fabien Granjon
p. 11-32

Résumés

Investissant d’abord de façon ponctuelle, à l’occasion des périodes de forte mobilisation, le potentiel de communication lié à la messagerie électronique, les mouvements sociaux français ont également construit des interfaces digitales plus pérennes (sites web, listes de diffusion, etc.) et développé des pratiques soutenues et régulières des réseaux télématiques. À partir d’une solide étude de terrain, cet article se propose de rendre plus particulièrement compte des activités de mise en circulation de l’information que développent les militants de la « nouvelle critique sociale » à l’aide des technologies de l’Internet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le mouvement des « sans-papiers » milite pour la régularisation administrative des étrangers sans t (...)
  • 2 À cet égard, certaines formes d’action militante contemporaines sont véritablement proches de celle (...)

1Depuis la fin des années 1980 émergent au sein de la société civile française de nouveaux groupements protestataires orientés vers la défense de groupes à faibles ressources (pour n’en citer que quelques-uns parmi les plus médiatisés : Agir ensemble contre le Chômage (AC !), Act Up-Paris, Droit Au Logement (DAL), Droits devant ! !, Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP), mouvement des sans-papiers1, etc.). Organisations de petites tailles, non fédérées et dégagées des inféodations idéologico-politiques traditionnelles, elles répondent de plus en plus aux exigences de la lutte contre l’exclusion et réarticulent dans l’action collective des dimensions à la fois éthique et politique. Ces récentes structures de la conflictualité sociale marquent également une rupture avec les formes instituées du mouvement ouvrier et des réseaux coutumiers de la mobilisation syndicale2.

2Ce sont de nouvelles formes d’engagement militant qui apparaissent ainsi, décrivant le passage d’un militantisme « traditionnel » à un engagement distancié (un néo-militantisme, une « nouvelle » critique sociale) dont les symptômes se lisent tout autant dans le renouvellement des modes d’action collective que dans les formes de sociabilité qu’il convoque par ailleurs (Ion, 1997). Le trait principal de cette évolution est sans aucun doute la perte d’influence de la forme fédérale au profit d’un modèle d’organisation en réseau. Les néo-militants s’expriment alors de préférence au travers de multiples voies, plus modestes et chacune consacrée à une cause particulière. L’engagement se négocie davantage dans la multiplicité de projets revendicatifs menés de front à un niveau collectif ou individuel. Ce qui compte avant tout pour le néo-militant, c’est de s’inscrire non plus au sein d’une organisation idéologique clairement identifiée, mais plutôt de susciter des projets ou de s’intégrer à des projets lancés par d’autres et d’exploiter toutes les connexions susceptibles de s’avérer à cet égard utiles.

  • 3 Il est intéressant de noter que, même au sein des collectifs fonctionnant sur un modèle d’engagemen (...)

3C’est notamment au regard de cet impératif d’ajustement particulier que les plus récents réseaux télématiques sont généralement utilisés par les militants de la « nouvelle » critique sociale3. Investissant d’abord de façon ponctuelle, à l’occasion des périodes de forte mobilisation, le potentiel de communication lié à la messagerie électronique, certaines structures militantes ont également construit des interfaces digitales pérennes et plus élaborées (sites Web, lettres d’information, listes de diffusion, etc.) et développé des pratiques soutenues et régulières des réseaux télématiques. Ce recours aux technologies de l’Internet peut alors se concevoir d’une façon générale comme la traduction techno-logique d’une partie des principes d’action de l’engagement distancié. Il actualise en effet au mieux certaines des modalités d’engagement caractéristiques de la « nouvelle » critique sociale telle que la capacité des néo-militants à faire circuler l’information, à développer des liens, à entrer en relation avec d’autres militants et à s’engager dans d’autres projets.

De nouveaux intercesseurs

  • 4 C’est la sociologie de la traduction qui a remis au goût du jour l’emploi généralisé du terme d’act (...)

4La « nouvelle » critique sociale pose donc le principe d’adaptabilité comme régime principal d’action, considérant qu’il s’agit là d’une qualité essentielle dans l’optique d’avoir à tirer profit et intérêt de toute occasion susceptible de servir la réussite du dessein contestataire. Le néo-militant est donc à priori un facilitateur de réseaux (un mailleur disent Luc Boltanski et Ève Chiapello, 2000) dont une des activités dominantes est d’assurer la circulation de l’information, condition nécessaire de cette flexibilité tant recherchée. Les appuis conventionnels de la transmission d’information intègrent de nombreux objets, supports et dispositifs (ressources et mémoires externes) facilitant les conduites de coordination dont les réseaux télématiques font bien évidemment partie. En tant qu’élément conventionnel contribuant au partage et à la distribution de données fort variées, l’Internet se présente lui-même comme un actant4 à part entière, un médiateur (technique) autorisant (mais ne déterminant pas) la constitution d’un nouveau terrain de production de l’information et de mise en relation (inscription dans un réseau) des acteurs de cette production.

  • 5 Notre étude nous a conduit à fréquenter des environnements à la fois « sociaux » et télématiques en (...)

5L’observation minutieuse des pratiques militantes de communication sur réseaux5 révèle ainsi l’émergence d’une nouvelle classe d’intermédiaires, constituée de militants-médiateurs fortement investis dans des opérations de propagation de l’information : « Mon boulot en fait c’est faire le relais, on va dire ça comme ça » (militante sans-papiers). Les interfaces d’échanges et plus particulièrement les listes de diffusion sont alors le lieu privilégié où se révèlent ces nouveaux intercesseurs dont le rôle essentiel est de transmettre, de rapporter, de créer ou de commenter des informations variées, supposées servir d’une façon ou d’une autre les luttes en cours. L’objectif principal de ces médiateurs est donc de faire partager aux communautés militantes des données dont ils sont les détenteurs sans toutefois en être nécessairement les auteurs :

  • 6 Principal parti écologiste français.

Sur Internet finalement la signature n’est pas très importante, c’est surtout le contenu. Parfois tu regardes qui envoie le mail et c’est ça qui t’intéresse plutôt que la signature du mail elle-même, qui peut être différente. C’est parfois plus intéressant de connaître qui envoie les bons trucs que qui les produit. Systématiquement quand Antoine C. fait suivre des trucs je les lis et souvent ce ne sont pas des trucs que lui a écrits (militant sans-papiers et aux Verts6).

6Nous avons pu repérer trois niveaux d’intercession, c’est-à-dire trois types de fonctions médiatrices correspondant à des pratiques de dispatching de l’information plus ou moins élaborées. Elles sont mises en place par des classes différentes de militants-médiateurs que nous avons répertoriées sous les dénominations suivantes : les passeurs, les filtreurs et les interprètes.

Les passeurs

7Les facilitateurs de réseaux de loin les plus nombreux sont les militants-internautes dont l’activité directrice consiste à ménager le passage et la reprise d’inscriptions littéraires élaborées ou récupérées au sein d’espaces de production variés (en réunion, lors d’actions de terrain, en ligne, etc.), vers des « espaces de réception » tout aussi multiples. Ils supposent ainsi les acteurs fréquentant ces « espaces de réception » comme potentiellement intéressés par l’information diffusée, capables de se l’approprier, voire de produire à partir d’elle de nouvelles traces qu’ils pourront, à leur tour, mettre à la disposition d’autres individus. Cette première catégorie d’intercesseurs est celle des passeurs. Ils se contentent de faire circuler, sans commentaire et sans modification autre que formelle (donc de restituer), l’information dont ils disposent, selon des trajectoires inédites, le plus souvent non prévues par les instances émettrices originales. Les passeurs sont tous des militants « de terrain » ou des internautes actifs, c’est-à-dire des individus bénéficiant d’une exposition privilégiée à certains moyens formels de communication et dont le souci central est d’assurer une audience maximum aux informations qu’ils présument être importantes et qu’ils s’efforcent donc de redistribuer au plus grand nombre possible d’interlocuteurs. Les opérations de propagation capillaire de l’information auxquelles se livrent les passeurs se structurent ainsi selon des couplages articulant activités militantes « de terrain » et activités militantes en ligne :

J’envoie mes propres infos, je rediffuse les messages que j’ai reçus sur les forums politiques, sur les listes de diffusion ; en fait, je fais le relais, je le fais aussi de façon orale auprès des sans-papiers, dans le milieu dans lequel je travaille. Je tire pas grand-chose parce que j’ai une imprimante qui marche très mal et donc ça me décourage d’imprimer quoi que ce soit. Par contre je le fais pour certains articles de journalistes de Yougoslavie et que je redonne à des gens. Pour avertir les gens aussi, tout le monde n’a pas Internet mais on sert de relais aussi, la diffusion continue et ne s’arrête pas au réseau. Après tu relayes dans ton propre réseau et si chacun fonctionne comme ça il y a une dissémination de l’information qui est beaucoup plus large et multiple. Tu peux être au courant d’un peu tout ce qui se passe dans tous les milieux associatifs (militante sans affiliation).

  • 7 « Le site [Pajol – dédié à la lutte des sans-papiers] contient tous les textes rédigés par les sans (...)

8La première fonction des passeurs consiste donc à faire circuler sur le réseau des réseaux des informations plus ou moins informelles qui s’élaborent au sein de cercles militants restreints. Elle est aussi de rendre compte d’événements de dimension locale auxquels ils vont s’efforcer de donner une plus grande visibilité, sans toutefois avoir une idée forcément très précise du contexte de reprise des données transmises (quelle est l’utilité exacte de mon action ?). Pour ce type de passeurs, le cadre de participation est donc essentiellement apporté par le terrain. Leur engagement en ligne ne se dissocie pas de l’expérience vécue. Ce sont les activités militantes auxquelles ils prennent part ou auxquelles ils assistent qui à la fois légitiment, délimitent et justifient leur accès à un territoire commun qu’ils vont utiliser afin de contribuer activement à la publicisation de certains événements. Cette activité de « courtage de données » tend ainsi à dessiner un espace de mise en visibilité fragile et partiel à partir duquel il devient potentiellement réalisable de faire une lecture approximative mais inédite de l’état d’un mouvement social, par reconstitution des fragments d’information soumis à la lecture. Les interventions des passeurs contribuent donc, de ce point de vue, à rendre moins obscurs et plus lisibles les réseaux de luttes en cours en leur offrant de nouvelles capacités d’autoreprésentation et donc d’autoévaluation7. En permettant également la conservation des traces discursives relatant l’évolution des conflits, ce n’est rien de moins qu’une partie de la mémoire du mouvement social qui s’édifie de cette façon, au fil des messages. Avant l’apparition des listes de diffusion, l’information militante ne pouvait quasiment se narrer qu’une fois qu’elle cessait d’avoir une effectivité potentielle. Elle était utilisable pour l’expérience, mais ne constituait pas un élément central de liens et de réactivité. Témoignant des nombreux méandres de la critique sociale, les productions des passeurs se présentent donc aussi comme un outil mnémotechnique de réflexivité, de décision et d’auto-organisation :

Le mouvement des sans-papiers, c’est pas une association, il y a aucune association, c’est du collectif, des collectifs. Donc sans ça, sans Internet, il n’y aurait aucun moyen d’avoir une vue d’ensemble si tant est qu’on puisse en avoir une. C’est du 100 % mouvement autostructuré. Bon c’est certain qu’il y a des choses qui ne sont pas sur Z_pajol, c’est vrai, y compris des choses importantes comme les grèves de la faim dont certaines n’ont pas été couvertes, mais c’est parce qu’elles étaient autocentrées sur elles. N’empêche qu’on savait quand même où il y avait des grèves de la faim. On savait qu’il y en avait une à Avignon, à Marseille, etc. Actuellement, le mouvement des sans-papiers qu’est-ce qui se passe ? Il y a deux grèves de la faim : une à Lyon et une à Toulouse dont on a régulièrement des informations ; il y a les actions que peuvent faire certaines personnes par rapport aux centres de rétention, notamment le milieu libertaire, là aussi on a les infos (militant sans-papiers et au Parti socialiste).

9Les passeurs font également beaucoup transiter l’information d’un espace du réseau télématique à un autre, notamment par le biais des listes de diffusion qu’ils utilisent pour leur grande capacité de dissémination. Toutefois, aucune des listes de diffusion militantes publiques que nous avons observées n’offre la possibilité à ses abonnés d’avoir une représentation précise de la communauté opaque des co-listiers à laquelle ils sont pourtant affiliés. Il est notamment particulièrement difficile, voire impossible, de disposer de données véritablement fiables quant au nombre et aux attributs identitaires des co-listiers. Malgré un fort turnover, quelques listes semblent avoir trouvé une certaine stabilité et peuvent se prévaloir d’un nombre à peu près constant d’inscrits, tandis que d’autres enregistrent des baisses ou des hausses plus ou moins fréquentes et importantes. Dans ces conditions il est bien évidemment ardu, pour le chercheur, d’évaluer la part respective des contributeurs actifs réguliers ou sporadiques ainsi que celle des individus qui jamais n’envoient de message, et tout aussi malaisé pour le militant internaute de prendre connaissance de ces éléments. On peut toutefois estimer que sur les listes à peu près stables, le nombre des actifs réguliers représente entre 10 et 20 % des abonnés. Celui des actifs sporadiques évolue dans une fourchette plus large, entre 15 et 25 %. Le collège invisible des non-contributeurs est ainsi la catégorie des abonnés la plus représentée puisqu’elle constitue, selon les cas, entre 55 et 75 % des co-listiers, c’est-à-dire des internautes agrégés au dispositif technique. Cette estimation s’avère par ailleurs confirmée par les résultats d’une enquête en ligne que nous avons réalisée auprès de 250 militants-internautes. Parmi les individus que nous avons interrogés, 84 % sont effectivement abonnés à au moins une liste de diffusion militante et plus généralement à plusieurs. Or, au sein de ce groupe d’internautes, 60 % se contentent simplement de lire les messages qu’ils reçoivent des différentes listes de diffusion auxquelles ils sont reliés, tandis que les 40 % restant sont occasionnellement, voire régulièrement, actifs et contribuent donc à l’alimentation de ces listes en messages.

  • 8 Nous parlons de repérage plutôt que d’identification car l’on peut être effectivement en possession (...)
  • 9 « Par tout ce travail de présomptions, l’activité technique s’affirme, au niveau de chaque opérateu (...)

10Pour les passeurs, le repérage des contributeurs ne peut donc s’effectuer que par l’intermédiaire d’une consultation minutieuse des archives (quand elles existent), ou bien par le biais d’un examen attentif, systématique et itératif des messages distribués8. Le jalonnement des non-contributeurs, non autorisé par le script des listes de diffusion, est quant à lui purement irréalisable, sauf à avoir été informé au préalable de la présence effective, mais non visible, de certains militants-internautes. Ne pouvant se prévaloir que d’une connaissance pour le moins partielle des individus et des collectifs fréquentant les listes de diffusion auxquelles ils sont eux-mêmes abonnés, les passeurs expédient donc leurs informations en partie à l’aveugle. Leurs envois sont alors soumis à un principe de présomptions9. Faute de pouvoir s’appuyer sur des éléments circonstanciels précis quant aux profils des abonnés, les passeurs agissent selon un ensemble de stratégies cognitives qui leur sert de guide de conduite. Ils émettent ainsi des hypothèses sur l’utilité de leurs interventions, sur le nombre et la qualité des récepteurs, sur la façon dont vont être interprétés leurs messages et les effets ou conséquences qu’ils sont susceptibles d’entraîner et alignent donc leurs activités de transmission sur ce faisceau de projections. Une militante marraine de sans-papiers précise par exemple : « Ce qui est bien c’est que tous sont raccordés à Z_pajol. Quand tu envoies un message tu sais par exemple qu’Act Up va l’avoir et tu les vois se pointer à la manif après. » Dans ce cas précis, les présomptions émises s’avèrent tout à fait inexactes puisque l’ensemble des membres d’Act Up-Paris étaient, à l’époque de la déclaration, tous déconnectés de la liste de diffusion évoquée. La chaîne opératoire supposée ici directe est in fine beaucoup plus longue et convoque de multiples actants au nombre desquels l’on compte bien évidemment d’autres passeurs :

Être engagé dans une activité technique, c’est créer un monde conforme à ce que l’on croit être le monde, tant que les observations n’apparaissent pas comme totalement incompatibles avec cette croyance. […] Les présomptions visent également les activités des autres opérateurs. Là encore les opérateurs peuvent s’enfermer dans des stratégies cognitives qui peuvent ne s’avérer erronées qu’au bout d’un temps assez long (Dodier, 1995 : 64-65).

11Destinées à être lues par des militants, les annonces des passeurs sur les listes de diffusion se matérialisent toutefois sous les yeux d’une majorité d’internautes qu’ils supposent être en majeure partie des acteurs de la critique sociale, sans toutefois en avoir l’assurance. Les scripts bridés des listes de diffusion impliquant des pratiques de transmission peu ciblées ne semblent cependant pas poser problème aux passeurs qui déclarent intervenir, avant tout, pour un premier cercle de co-listiers qu’ils identifient plus ou moins bien et secondairement pour le restant des abonnés, un peu au hasard, espérant se rendre utiles au passage.

12Occasionnellement, l’usage des listes par présomptions poussent certains passeurs à se hasarder à des envois d’information sur des interfaces qu’ils ne connaissent que peu, mais dont ils soupçonnent les abonnés d’entretenir des accointances particulières avec le contenu des données qu’ils s’apprêtent à distribuer. Dans ce dernier cas, l’activité des passeurs évoque davantage « une circulation chaotique d’énoncés à la recherche d’un public susceptible de s’y reconnaître » (Chambat, 1995 : 98), qu’une démarche pertinente, réfléchie et orientée vers la recherche d’une réelle efficacité. Certaines listes de diffusion dont l’objet était pourtant clairement identifiable à l’origine deviennent ainsi, peu à peu, de vastes forums généralistes, où les abonnés, sous prétexte de faire circuler au mieux l’information, se permettent d’évoquer tout ce qui de près ou de loin a trait aux problèmes de société. L’orphelinat politique de certains internautes se traduirait ainsi, sur les listes de diffusion, par cette propension à parler de tout sans ne plus avoir de spécificités.

13Les pratiques développées par les passeurs peuvent enfin se lire comme des tentatives pour pallier la difficulté d’accès à l’information dont souffrent certains militants qui ne peuvent consulter régulièrement l’Internet. Pour que l’information produite stockée ou circulant sur les réseaux télématiques puisse également bénéficier aux militants non connectés, certaines organisations (AC !, ATTAC…) ont ainsi mis en place des coordinateurs électroniques locaux dont la mission consiste à redistribuer l’information présente sur le réseau des réseaux (essentiellement sur le Web et sur les listes de diffusion) et faire en sorte que les militants non équipés ne soient pas victimes de facto de processus d’exclusion liés à des conditions matérielles et financières en leur défaveur :

Ici, de toutes façons, on tient vraiment beaucoup à la formule papier, il y a des tas de gens qui sont militants permanents et qui n’ont pas d’accès. Moi je suis le seul sur cette machine, les autres ils commencent tout juste à s’y mettre. Tout tourne encore sur papier. C’est vécu ici d’une manière très simple : je reçois une information qui est importante pour tout le monde, elle est imprimée et photocopiée dans tous les casiers voilà, tout simplement. Et c’est pas forcément moi qui vais y répondre. Une fois que c’est passé par ce circuit là, la réponse de l’association peut passer par un circuit traditionnel de fax, de coups de fils, etc. (militant à Droits devant ! !).

  • 10 Certaines organisations d’envergure nationale (AC !, ATTAC), ont d’ailleurs mis en place de véritab (...)
  • 11 « On a une émission de radio qui est hebdomadaire, avec mon collectif on s’en occupe une fois par m (...)
  • 12 Citons l’exemple du journal Bruits, créé à l’initiative d’un militant d’AC ! et qui est une publica (...)

14Ce type de procédures répond, semble-t-il d’ailleurs, à une demande exprimée à la base qui fait suite à la frustration ressentie par certains militants de l’engagement distancié non connectés, se rendant compte que les militants-internautes pouvaient être, à engagement égal, parfois beaucoup mieux informés qu’eux10. Cette nécessité de créer des aires de contact et de rendre ainsi profitable à la plus large part des acteurs de la critique sociale l’information disponible en ligne, va faire appel à l’usage d’une grande diversité de supports techniques et convoquer une variété de situations (en présence ou à distance) mettant en jeu des sociabilités plus ou moins lâches. Allant du simple tirage d’imprimante qui va transiter de mains en mains, à la conversation téléphonique ou à l’exposé en réunion, en passant par l’émission radio11 ou le bulletin de presse militant12, la diffusion de l’information va ainsi entraîner des prises de contacts de nature et d’intensité variables, conduisant parfois à l’actualisation de liens inédits amenés à perdurer.

Les filtreurs

15La deuxième catégorie repérable d’intermédiaires est constituée par des militants-internautes que nous appellerons les filtreurs. Également engagés dans des opérations de distribution capillaire de l’information, ils ne se contentent pourtant pas, à l’image des passeurs, de répondre aux problèmes de mise à disposition des données en diffusant l’information recueillie en de multiples directions. Ils entendent aussi cibler leurs interventions et se livrer au préalable à des opérations de sélection de l’information (essentiellement en ligne) qui tend à devenir pléthorique. Les filtreurs s’assignent donc comme cadre d’exercice de soulager les militants-internautes menacés par l’inflation des données et de leur faciliter la gestion et l’appropriation de l’information transmise. La masse d’information reçue, notamment par le biais des listes de diffusion, est en effet parfois considérable et majore l’importance du travail de recension, de collation, de comparaison et de recoupement des sources.

16Pour être utilisée, l’information doit être évaluée et donc lue pour être triée. Or l’émondage des listes de diffusion est une opération délicate, grande consommatrice de temps, qui se transforme souvent en choix contraints de non-exploitation de certaines sources pertinentes mais trop prolixes. Les comportements de lecture en rapport avec les listes de diffusion peuvent d’ailleurs être envisagés selon quatre grandes catégories de pratiques : a) la lecture exhaustive des messages, b) la non-lecture (on ne lit pas ou plus les messages mais on ne désire pas se désabonner), c) la lecture partielle en fonction de l’objet des messages, d) la lecture partielle en fonction de l’expéditeur :

  • 13 Liste de diffusion publique des Verts.

Moi je crains qu’il se passe sur le Net ce qui se passe par exemple sur la liste Ecologie_l13, qui m’exaspère de ce point de vue là, je suis obligé pour trouver de l’information de me fader une quantité de trucs gigantesques… bon dans le cadre de la liste Ecologie_l c’est très simple, on a une liste, le digest total de la liste et on ne peut pas aller directement au point qui vous intéresse, il faut faire défiler des tonnes de trucs et quand on a fait défiler tout ça… Moi, la liste Ecologie_l, je n’arrive plus à la lire, c’est une liste ouverte où les gens, tous les gens, racontent ce qu’ils veulent et qu’il y a du meilleur comme du pire. On est submergé de plein plein de choses dont on ne retient… que 5 %. Le problème c’est qu’il faut sélectionner et que je n’ai pas encore trouvé le bon système de tri sauf quand il y a ventilo et que des personnes trient pour moi (militant sans-papiers).

17Ces opérations d’apprêtement de l’information tentent parfois d’être organisées de façon collective afin qu’elles deviennent en quelque sorte consubstantielles à la procédure d’envoi. Les rappels à l’ordre et autres recadrages sur les règles d’usage sont alors fréquents, voire récurrents sur certaines listes de diffusion dont une partie des contributeurs-filtreurs essaient (le plus souvent laborieusement) d’induire un calibrage des discours et s’efforcent d’imposer une pression normative dont le résultat serait la mise à disposition, pour tous les abonnés, d’éléments informationnels pré-conditionnés et immédiatement utilisables. Cette volonté des filtreurs d’organiser les usages a également été repérée par Jean-Louis Weissberg dans les groupes de discussion : « pas de texte flou et long (aucune chance d’être lu), ne pas ennuyer les participants, consulter les F.A.Q. (Frequently Asked Questions) pour ne pas alourdir la circulation de l’information, faire preuve de netiquette, bref être performant, circonstancié, opérationnel » (Weissberg, 1999 : 104).

18La mise en œuvre d’un cahier des charges est alors envisagée par les filtreurs comme une étape préalable susceptible d’assurer la régulation des envois. Sans jamais pouvoir constituer une garantie suffisante contre les usages débridés et les débordements des internautes et des passeurs suractifs, elle pourrait cependant servir de premier rempart à ce type d’agissement. Cette intention exprimée par les filtreurs désireux d’une reprise directe par les abonnés des gages de leur organisation sociale en ligne et de la définition collective des normes de leur coopération, semble donc être en tout point conforme à l’idéal d’auto-organisation qui sous-tend les principes centraux de justice et d’action de la « nouvelle » critique sociale. Mais les propositions allant en ce sens sont en réalité peu acceptées et peu suivies.

  • 14 Les désaccords à l’intérieur d’un même monde commun ne sont pas rares. Ils concernent essentielleme (...)
  • 15 Le concept de défaillance appartient également à l’appareillage théorique des économies de la grand (...)

19La critique des tentatives d’aménagement des listes se fait également à partir des postulats du néo-militantisme. Il s’agit donc, dans le langage des économies de la grandeur, d’un litige14, c’est-à-dire un désaccord sur la légitimité d’une situation (en l’occurrence supposée advenir). Les abonnés des listes de diffusion militantes contestent en fait la façon dont les filtreurs justifient ce qu’ils estiment être une nécessité, à savoir la régulation de la correspondance électronique des contributeurs. De leur point de vue, les filtreurs proposent un dispositif réglementaire défaillant15, freinant les potentialités offertes par un agencement technique pourtant apte à installer les individus qui viennent s’y greffer, dans des pratiques conformes à celles de l’engagement distancié. En proposant un cadre de conduite trop contraignant, ils ne mettraient ainsi pas assez en valeur les listes de diffusion au mieux de leurs potentialités. Le reproche est double. Il porte d’abord sur le danger, ou plutôt la peur, de voir les abonnés dépossédés de leur liberté d’expression (même si de facto peu en font vraiment usage) et de l’occasion qui leur est offerte de se faire entendre sans autres conditions discriminantes que celles de l’accès et de la maîtrise a minima des procédures d’envoi et de réception du courrier électronique. En second lieu, la crainte exprimée porte sur l’introduction d’un régime de légitimité qui serait très nettement en la faveur des porte-parole autorisés, des élites militantes et des experts. Détenteurs d’un fort potentiel d’adaptation et capables d’une prise de parole supposant des compétences particulières, ils pourraient, croit-on, répondre rapidement aux exigences édictées et imposer leurs discours, ce qui reviendrait, à terme, à confisquer une parole dont les militants-internautes ont pourtant encore, pour la plupart, bien du mal à se saisir.

20Certains filtreurs expriment par ailleurs la volonté de mettre en place de véritables stratégies de veille informationnelle dont les objectifs sont à la fois de repérer les sources pertinentes d’information, de les exploiter et de les traiter pour enfin les mettre à disposition sous une forme plus facilement appropriable par les destinataires. À cet égard, les filtreurs effectuent donc des opérations spécifiques de calibrage de l’information (revues de presse, résumés, synthèses de documents, digests divers, etc.) à l’attention d’individus ou de collectifs qui sont toujours clairement identifiés. À l’opposé des passeurs dont le but premier est la ventilation tous azimuts, les filtreurs développent des activités plus nettement orientées et se soucient davantage du contexte de réception. Ils sont engagés dans une démarche volontaire dont une des conditions préalables est de bien connaître ceux pour qui seront produites ces nouvelles traces, considérées plus lisibles. Filtreurs et bénéficiaires du filtrage partagent donc généralement des réseaux de sociabilité pré-constitués, plus anciens, pérennes, et se fréquentent régulièrement ou se rencontrent sporadiquement dans le cadre de leurs activités militantes. Le type d’intercession dont sont porteurs les filtreurs tend donc moins à s’exercer entre des informations et des internautes qu’entre des militants par ailleurs internautes :

  • 16 Liste de diffusion publique dédiée aux diverses initiatives du mouvement social.

Le boulot que je fais à l’international sur les listes anarchistes, il y a d’autres copains à la fédé qui font la même chose sur les listes du mouvement social, ils récupèrent ça et envoient ce qui semble intéressant. Moi j’ai plus de 400 messages dans ma boîte par semaine. Donc je ne peux pas tout lire et c’est aussi l’avantage d’être organisé, ça aide beaucoup. On est aussi abonné via d’autres copains militants encore, à des listes de lutte contre les sectes ou ce genre de chose. Et quand ils estiment qu’il y a quelque chose qui mérite attention ils l’envoient sur nos listes ou en font une synthèse et me l’envoient perso. On est spécialisé en quelque sorte et être organisé ça sert aussi à ça, à suivre à beaucoup ce que l’on ne serait pas capable de faire tout seul. Assez régulièrement par exemple, j’ai des nouvelles de Conflits_l16 (militant à la Fédération anarchiste).

21Il est par ailleurs intéressant de noter que les procédures logicielles qui autorisent un filtrage automatique des données en ligne (filtres des navigateurs, agents intelligents, routeurs automatisés, outils de cartographie et autres push technologies), parfois très simples d’utilisation, ne sont toutefois que très peu usitées. Il est vrai peu connues, ces solutions logicielles dont l’utilisation relèverait selon Jean-Louis Weissberg du principe quelque peu problématique d’auto-médiation (principe décrivant un mouvement de substitution des intermédiaires humains par des actants non humains), sont également considérées comme étant encore trop peu fiables par les militants-internautes qui ont pu les tester (les principaux reproches avérés étant de mal s’accorder aux attentes personnelles exprimées et se trouver dans l’impossibilité de pénétrer, donc de travailler sur certaines mémoires numériques essentielles). La médiation technique des programmes informatiques n’apparaît donc pas comme une modalité idéale de filtrage et d’assistance à la recherche et n’annonce en rien l’éviction des intercesseurs humains et de leur subjectivité intuitive, au profit d’un self-service informationnel « objectif » mais peu flexible.

Les interprètes

22Les interprètes constituent enfin notre troisième et dernier groupe spécifique d’intercesseurs. Ce sont avant tout des aides cognitives qui se distinguent par la qualité scientifique de leurs discours et la pertinence de leurs commentaires. Ils évaluent l’information mise à disposition sur les listes de diffusion, effectuent des recoupements avec d’autres sources et d’autres types d’écrits, mettent en perspective, font émerger des problématiques… Tout comme les filtreurs, les interprètes deviennent donc d’autant plus utiles que la quantité d’information est importante et nécessite une hiérarchisation. Ils officient sur le registre des idées, accompagnent l’internaute qui ne sait pas toujours comment apprécier un texte et interviennent pour souligner les marques de fiabilité d’un document ou pour (in)valider une intervention :

Moi j’ai besoin de lettres, de textes, de gens qui font des synthèses. Je me rappelle, une des premières réunions d’ATTAC à Caen, si j’avais pas eu le texte de Luc D. sur les 13 solutions pour taxer les transactions financières, j’aurais été embêté… Je ne suis pas économiste de formation et je n’y connais rien ! Quand les gens posaient des questions je disais : « il y a 13 propositions, il y a un type qui a fait 13 propositions sur la façon dont on peut taxer les transactions financières. Il n’y a pas que la taxe Tobin. Tiens, je t’en lis une, je t’en lis deux ! » Ça c’est un élément ultra important (militant à ATTAC).

23Les acteurs de l’engagement distancié sont de plus en plus impliqués dans des logiques d’expertise. Une figure importante de la « nouvelle » critique sociale est ainsi celle de l’expert dont la place dominante est fondée sur ses compétences et son savoir hautement spécialisé qu’il doit en partie, comme le font remarquer Luc Boltanski et Ève Chiapello, à son expérience passée, c’est-à-dire aux multiples connexions établies notamment avec d’autres détenteurs de savoirs spécifiques. L’expertise en tant que processus de production de savoirs constituants se trouve en fait au centre de l’engagement distancié, parce que celui-ci en a fait un véritable enjeu politique. Les modes d’action dont les acteurs du néo-militantisme se servent pour faire la démonstration de leurs plaintes, de leurs revendications ou de leurs intérêts reposent de façon générale sur une organisation nettement plus « consciente » et réflexive que par le passé. Avec les organisations militantes de la « nouvelle » critique sociale, on assiste donc à une évolution sémiotique qui souligne l’importance du capital cognitif et témoigne de l’émergence d’une nouvelle intellectualité critique. Les débats font de plus en plus appel à des données scientifiques (entendues dans un sens extensif) et le statut et les pratiques de l’expertise sont devenus un lieu commun de l’action militante.

24Cette orientation qui valorise la production et l’évaluation des savoirs autorise du même coup l’intervention des interprètes qui, tout en pouvant ne pas être des militants, peuvent cependant, grâce à leurs productions expertes, devenir des aides légitimes et sollicitées. Le recours à l’Internet autorise ainsi des interventions critiques (commentaires, analyses, compléments d’information, etc.) davantage découplées du système des sociabilités militantes primaires dont elles dépendaient fortement au sein des formes de militantisme plus « traditionnelles ». Les interprètes (militants-internautes ou simples internautes) sont donc potentiellement, eux aussi, des militants exemplaires de la « nouvelle » critique sociale parce qu’ils sont aptes à faciliter l’appréciation d’un texte, à produire une contre-expertise ou à donner une valeur inédite à une quelconque création discursive. Ce sont des pourvoyeurs de sens qui de par leur qualité d’analystes peuvent devenir de précieux repères et assister les (militants-)internautes dans la constitution de leur propre réflexion. Leur légitimité peut toutefois être dénoncée par certains militants qui estiment qu’une implication authentique ne saurait se négocier uniquement par le biais de l’écrit, c’est-à-dire sans que les interprètes (mais la remarque est aussi valable pour les passeurs et les filtreurs) aient à s’engager autrement que sur les listes de diffusion. L’engagement sur réseaux, aussi utile soit-il, n’est donc valorisé qu’en tant qu’activité militante complémentaire.

25Si les interprètes nous intéressent, c’est également parce qu’ils permettent de souligner le fait que la participation télématique à distance permet de convoquer une population d’internautes solidaires, pouvant être par ailleurs dégagés de toute appartenance associative, mais qui de manière ponctuelle ou régulière apportent spontanément leur concours et mettent à disposition leurs compétences personnelles. Les différentes interfaces de courrier électronique autorisent ainsi l’édification de réseaux d’individualités inédits qui arrivent en appui des réseaux militants constitués et dont la principale caractéristique est de ne réclamer aux individus qui s’y engagent qu’un engagement minimal, en toute indépendance (une affiliation à la carte). La collaboration des interprètes est ainsi parfois spécifiquement digitale. Extérieurs aux groupements, les interprètes partagent bénévolement leur savoir-faire et viennent augmenter les capacités d’action de l’organisation à laquelle ils accordent leur soutien.

26Si la participation, active ou passive, aux différents espaces militants de communication sur réseau peut être considérée comme la transposition digitale d’une partie des pratiques instituées à travers lesquelles s’organisent habituellement les individus engagés, elle dessine aussi potentiellement, en creux, de nouvelles modalités de suivi et de participation à la vie militante de citoyens-connectés mais jusque-là non engagés. Comme le précise Jacques Ion :

Il était hier inconcevable que les permanents des groupements ne soient passés sur le moule de la militance, sinon du groupement lui-même, du moins du conglomérat de référence. On voit aujourd’hui de plus en plus de groupements s’assurer les services de professionnels qui n’ont pas fait leurs classes dans l’organisation […] (Ion, 1997 : 64).

27Ce n’est plus forcément au sein du Nous militant que s’acquièrent et se lèguent les compétences nécessaires à l’action collective. Cette nouvelle forme d’interactivité entre les acteurs du mouvement social par ailleurs engagés sur le terrain et ces internautes dont l’engagement passe cette fois essentiellement par des dispositifs techniques, décrit ainsi une nouvelle forme d’engagement qui manifeste le caractère de moins en moins affirmé de la frontière entre la singularité du Nous constitué par le collectif et le Ils de l’extérieur. Il fait également l’économie d’une participation en présence toujours contraignante.

28Le recours aux réseaux télématiques entraîne donc l’instauration de nouveaux dispositifs d’intelligence collective qui tendent à déplacer, voire à réorganiser en les externalisant, les routines de la militance. Ce que révèlent ici les interprètes (et dans une moindre mesure les passeurs et les filtreurs), ce sont d’autres modalités du procès de travail, d’autres modes coopératifs de production, de circulation et de consommation des savoirs militants, ainsi que d’autres modes de gestion des compétences. Ces nouvelles dispositions font au passage la critique des schèmes arborescents dominants qui se sont développés sur les bases d’une conception pyramidale des organisations militantes. Une des spécificités de la communication sur réseau est ainsi de mettre en lien des personnes qui appartiennent à des espaces géographiques dissemblables mais connectés à des ensembles techniques identiques. Si les acteurs du néo-militantisme sont, il est vrai, souvent multipositionnés et fréquentent d’autres militants eux-mêmes engagés dans de multiples projets (une connectivité confinée à un champ d’activité spécifique), la médiation télématique entraîne ici un pluralisme maillé qui étend le plan des connexions à des individus qui ne sont pas toujours des acteurs de la critique sociale. L’Internet créerait alors, selon les termes de Nicolas Dodier, une espèce de solidarité technique, c’est-à-dire une « forme de liens entre les êtres créée par le fonctionnement des ensembles techniques » (Dodier, 1995 : 14) qui pourrait conduire au réagencement des modalités du concernement et des cadres de l’engagement.

De la force des logiques sociales

29Passeurs, filtreurs et interprètes sont des mailleurs d’un nouveau type dont les conditions d’existence dépendent de facto des pratiques de communication sur réseaux développées par les agents du néo-militantisme. Toutefois, et c’est là un point important, la légitimité de ces militants-internautes ne peut être uniquement déterminée par leur présence sur des interfaces digitales ou leurs aptitudes à mettre en œuvre des compétences strictement techniques.

30Les sociabilités digitales dont nous avons ici partiellement rendu compte sont encore largement bridées par les relations militantes ordinaires. Si elles se visibilisent effectivement dans l’espace de la médiation technique des messageries et du courrier électronique, elles restent néanmoins sous la tutelle d’un registre sociabilitaire qui relève des échanges coutumiers en contexte de militance : « Le lien électronique est [ainsi] évalué à l’aune du lien social traditionnel qui demeure la valeur de référence » (Jouët, 1993 : 110). Les listes de diffusion constituent bien des espaces militants d’échange et de rencontre où s’expriment, se négocient et s’actualisent des affiliations centrées sur la critique sociale, permettant même à quelques-unes d’entre elles de trouver une certaine permanence, mais il serait toutefois abusif d’y voir la marque d’une prégnance forte de la médiation technique. Les réseaux télématiques ne suffisent pas à créer des réseaux sociaux véritablement inédits, mais permettent plus sûrement de renforcer ceux sur lesquels ils s’appuient pour exister. À de rares exceptions près, les communautés qui se dessinent à travers les échanges électroniques sont des projections fragmentaires et focalisées de communautés militantes qui ont déjà une existence sur le terrain. Les pratiques de communication sur réseaux ne peuvent donc être considérées comme des points de passage obligés de l’expression militante qui s’affirme au sein de bien d’autres espaces et ne sauraient être présentées comme prépondérantes (bien que parfois importantes) dans la définition et le formatage des interactions sociales.

31La plupart du temps les échanges en ligne n’ont de facto de valeur et ne se justifient aux yeux des militants que dans la mesure où ils s’articulent de façon forte aux réalités de la « nouvelle » critique sociale. Les jeux communicationnels, les contributions dont les références au terrain ne sont pas explicites, ainsi que les interventions anonymes et les usages de pseudonymes font par exemple partie des pratiques peu appréciées et dénoncées dans la mesure où elles n’offrent pas les garanties d’une expression électronique authentiquement liée à une activité militante. Les formes de militantisme exprimées sur l’Internet ne se constituent donc pas directement à partir des réseaux télématiques, mais bien en référence à la force du social qui investit la technique et imprime une homologie structurelle aux liens qui se tissent entre les réseaux sociaux militants et les réseaux télématiques.

Haut de page

Bibliographie

BOLTANSKI, Luc, et Ève CHIAPELLO (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

BOLTANSKI, Luc, et L. THÉVENOT (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

CHAMBAT, Pierre (1995), « Espace public, espace privé : le rôle de la médiation technique », dans Isabelle PAILLIART (dir.), L’espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug, p. 65-98.

CHEMILLIER, M. (1998), Cyberéflexion du mouvement social : un site Internet, miroir de la lutte des sans-papiers, Paris, extrait d’une intervention faite à la Maison Des Ensembles.

DODIER, N. (1995), Les hommes et les machines. La conscience collective dans les sociétés technicisées, Paris, Métailié.

DUBET, F. (1993), « Les nouveaux mouvements sociaux », dans F. CHAZEL (dir.), Action collective et mouvements sociaux, Paris, Presses universitaires de France.

ION, J. (1997), La fin des militants ?, Paris, Éditions de l’atelier.

JOUËT, J. (1993), « Pratiques de communication et figures de la médiation », Réseaux, n° 60 : 99-120.

NEVEU, Éric (1997), Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte.

WEISSBERG, Jean-Louis (1999), Présences à distance. Pourquoi nous ne croyons plus la télévision, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Annexe

Act Up-Paris a été fondé en juin 1989 par trois journalistes. Association de lutte contre le sida issue de la communauté homosexuelle, Act Up-Paris se définit à la fois comme un groupe d’activistes, de militants et de lobbyistes.

Agir ensemble contre le Chômage ! est un mouvement qui s’est constitué autour d’un appel lancé en octobre 1993 par des syndicalistes et des militants associatifs. Il s’est notamment fait connaître par l’organisation des Marches Européennes contre le chômage, la misère et les exclusions (1995). AC ! est un réseau de collectifs locaux réunis en coordinations régionales et inter-régionales qui luttent pour une réduction massive du temps de travail, un revenu décent pour tous, ainsi que pour la reconnaissance des organisations de chômeurs et de précaires au sein des instances publiques décisionnelles.

L’Association pour la Taxation des Transactions pour l’Aide aux Citoyens (ATTAC) a été fondée le 3 juin 1998 autour d’une plate-forme réunissant des citoyens, des associations, des syndicats et des journaux. Son objectif principal est la lutte contre la spéculation boursière et l’application de la taxe dite « Tobin » à l’ensemble des transactions financières. D’abord française, l’association a également donné naissance à un mouvement d’ampleur internationale, qui compte aujourd’hui plusieurs dizaines de milliers d’adhérents.

Chiche est une organisation de jeunes militants soutenant électoralement un ensemble de mouvements écologistes (l’AREV, la CAP, CES et Les Verts) auxquels sont affiliés la plupart de ses adhérents.

Constitué en avril 1998, le Collectif citoyen du xe (arrondissement de Paris) regroupe des personnes mobilisées autour de la promotion de la démocratie locale et de la création de liens de solidarité active à l’échelle des quartiers. L’objet de sa première campagne a été l’aide aux étrangers sans-papiers dans leur demande de régularisation.

Droit Au Logement (DAL) est une association qui regroupe des centaines d’adhérents qui agissent pour lutter contre l’exclusion et aider plus spécifiquement les sans-logis. Le DAL milite pour le Droit au logement pour tous comme droit constitutionnel, l’application de la loi de réquisition, l’amélioration de la législation sur le logement, ou encore la mise en place d’un observatoire sur les mal logés et les sans logis.

Fondé à Paris en 1995 par des militants associatifs, des syndicalistes, des artistes, des chercheurs et des universitaires, Droits devant ! ! est une émanation du DAL. Son objectif est de mener des action concrètes pour soutenir les plus défavorisés (les « sans ») et les aider à se mobiliser et à faire valoir leurs droits. L’association se définit comme un « espace actif de solidarités, de partage des savoirs, d’échange des compétences, de mobilisation sur les droits humains ».

Réseau national d’associations de chômeurs, le Mouvement National des Chômeurs et Précaires a été créé en 1986. Il est issu de l’initiative de Maurice Pagat, fondateur du premier syndicat des chômeurs (1982). Le MNCP comptait, à l’époque de notre enquête, près de 130 collectifs régionaux et militait notamment pour l’extension des droits des chômeurs.

Haut de page

Notes

1 Le mouvement des « sans-papiers » milite pour la régularisation administrative des étrangers sans titre de séjour. Pour une présentation succincte des organisations mentionnées dans le corps du texte, voir la partie « annexe ».

2 À cet égard, certaines formes d’action militante contemporaines sont véritablement proches de celles rencontrées au sein des nouveaux mouvements sociaux (NMS) des années 1960. De la même manière que les NMS ne visaient pas seulement les problèmes liés à la dialectique capital/travail, le néo-militantisme met également en scène de nouveaux acteurs et bouleverse les schémas du conflit social en opposant « une expérience subjective et expressive aux logiques instrumentales du <système>, des organisations et des intérêts » (Dubet, 1993 ; voir également Neveu, 1997).

3 Il est intéressant de noter que, même au sein des collectifs fonctionnant sur un modèle d’engagement distancié, l’utilisation des ordinateurs et à fortiori de l’Internet sont des pratiques qui de facto échoient à une certaine catégorie de militants actifs (responsables, salariés, experts, entrepreneurs de mobilisation), qui font valoir des prérogatives dues à leur capital culturel et sont souvent amenés à revendiquer, au nom du rendement, une utilisation rationnelle et réservée des technologies de l’information et de la communication (l’usage du téléphone et du fax est également parfois soumis à condition). Les néo-militants ne sont donc pas tous des internautes.

4 C’est la sociologie de la traduction qui a remis au goût du jour l’emploi généralisé du terme d’actant. Elle entend par-là qualifier l’ensemble des acteurs humains ou non humains qui interagissent dans une association et qui s’échangent leurs propriétés.

5 Notre étude nous a conduit à fréquenter des environnements à la fois « sociaux » et télématiques entretenant un rapport de proximité avec plus d’une quarantaine d’organisations du mouvement social français. Nous avons cependant prêté une attention plus soutenue à certaines organisations par rapport auxquelles nous avons eu la possibilité de multiplier les investigations. La soumission de notre modèle d’analyse à l’épreuve des faits s’est ainsi organisée à partir de modes d’observation variés susceptibles de fournir un inventaire précis des pragmatiques de l’action militante en ligne. Notre première initiative a été la réalisation d’une enquête en ligne destinée à circonscrire les pratiques télématiques effectives des militants-internautes. Un questionnaire a ainsi transité sur diverses listes de diffusion (Ac_forum, Attac_talk, Attac_loc, Z_pajol, Conflits_l, Tout_ras). Il a été par ailleurs transmis à plusieurs centaines de militants-internautes membres de diverses organisations de la critique sociale (AC !, Act Up-Paris, Association pour de Nouvelles Perspectives À Gauche (ANPAG), ATTAC, Comité Des Sans Logis (CDSL), DAL, Droits devant ! !, Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP), Ras l’front, Réseau Associatif et Syndical (RAS), Sans-papiers, etc.) qui étaient alors chargés de le redistribuer à l’ensemble des militants utilisateurs de l’Internet qu’ils connaissaient. In fine, deux cent cinquante réponses nous ont été adressées. Simultanément, nous avons cherché à constituer un important corpus documentaire susceptible de nous apporter une vue d’ensemble sur les échanges militants ayant cours sur quelques-unes des interfaces digitales mises en place à cet effet. Nous avons alors réuni un corpus d’archives constitué des traces produites pendant plusieurs mois sur quatorze listes de diffusion : huit listes de diffusion ouvertes à tout public (Ac_forum,Attac_talk, Attac_afrique, Conflits_l, Z_pajol, Ecologie_l, Info_Marches, Chiche_l), quatre listes de diffusion « semi-publiques », réservées, sauf exception, aux militants des organisations qui les ont mises en place : (Attac_loc, Inter_attac, Chiche_Idf, Chiche_picnic) et deux listes de diffusion privées (Attac_toulouse, Attac_cs). Enfin, notre appareil de preuves a été complété par une série de soixante-trois entretiens semi-directifs réalisés entre décembre 1997 et juin 1999, auprès de militants affiliés ou participant aux activités de diverses organisations de la critique sociale.

6 Principal parti écologiste français.

7 « Le site [Pajol – dédié à la lutte des sans-papiers] contient tous les textes rédigés par les sans-papiers aux moments forts du mouvement, depuis les premiers jours jusqu’à l’évacuation de Saint-Bernard. La page d’actualité s’est transformée, au fil des mois, en une très précieuse chronologie complète des événements, au jour le jour, couvrant une période de près de deux ans. Cela n’a réclamé aucun effort particulier, car c’est une simple conséquence de l’accumulation » (Chemillier, 1998).

8 Nous parlons de repérage plutôt que d’identification car l’on peut être effectivement en possession des attributs d’adressage (xxx@xxx.fr) de différentes instances émettrices faisant apparaître explicitement un nom, sans que cela garantisse toutefois qu’il ne s’agisse pas d’un pseudonyme ou d’un nom d’emprunt. Les jeux de dissimulation ou de travestissement sont relativement rares mais ils existent.

9 « Par tout ce travail de présomptions, l’activité technique s’affirme, au niveau de chaque opérateur, comme une activité législatrice. Sur la base des repères fournis par d’autres instances, les opérateurs définissent eux-mêmes certains appuis préalables établis de leur activité. L’activité technique est guidée par la trame de ces préalables établis plus ou moins consciemment par les opérateurs, qui agissent donc comme des instances normatives au niveau du fragment de réseau auquel ils ont accès » (Dodier, 1995 : 68).

10 Certaines organisations d’envergure nationale (AC !, ATTAC), ont d’ailleurs mis en place de véritables politiques d’équipement des collectifs locaux en matériel informatique.

11 « On a une émission de radio qui est hebdomadaire, avec mon collectif on s’en occupe une fois par mois, on est quatre collectifs à tourner dessus et donc il y a toujours une part d’info qui vient d’Internet. C’est évident que pour préparer l’émission je vais faire un tour dans ma boîte aux lettres pour retirer ce qui a été intéressant la dernière semaine » (militante à AC !).

12 Citons l’exemple du journal Bruits, créé à l’initiative d’un militant d’AC ! et qui est une publication dont le contenu rédactionnel est entièrement conçu à partir des messages recueillis sur des listes de diffusion.

13 Liste de diffusion publique des Verts.

14 Les désaccords à l’intérieur d’un même monde commun ne sont pas rares. Ils concernent essentiellement la remise en cause de la grandeur des personnes et porte sur le caractère plus ou moins juste de leur distribution dans la situation. On parle alors de litige. Dans chaque monde, il existe des épreuves de réalité qui permettent de surmonter ces litiges. Dans le cas du monde civique ce peut être, par exemple, un vote qui pourra arrêter le jugement sur la grandeur. Le litige va donc consister à contester que la situation est bien ordonnée et à réclamer un réajustement des grandeurs (démonstration), c’est là le principe même de la justification : « L’absence d’un attachement des états de grandeur aux personnes est donc propice à ce que nous appellerons un litige, c’est-à-dire un désaccord sur les grandeurs des personnes, et donc sur le caractère plus ou moins juste de leur distribution dans la situation. La contestation de cette distribution est instruite dans un procès qui porte sur la factualité des éléments qui ont été engagés pour établir les grandeurs » (Boltanski et Thévenot, 1991 : 168).

15 Le concept de défaillance appartient également à l’appareillage théorique des économies de la grandeur. Une défaillance peut en l’occurrence se définir comme un manque de justesse momentanée dans l’agencement des réseaux télématiques aux principes d’action du néo-militantisme. Les litiges liés au guidage des conduites par la technique sont particulièrement intéressants parce qu’ils soulignent en fait bien souvent une défaillance plus sévère mettant en lumière une injustice, c’est-à-dire un défaut de légitimité. Les disputes et dénonciations en rapport avec les dispositifs de communication sur réseaux ne révèlent alors pas tant la défaillance des inscripteurs (une opérationalité négative de la technique) que celle des militants-internautes : « Ainsi sommes nous conduits à traverser la distinction entre les deux définitions de l’ajusté orientées l’une vers la justice [des humains], l’autre vers la justesse [des non-humains], et à traiter avec les mêmes instruments conceptuels des situations dans lesquelles un désajustement sera qualifié dans le registre de l’injustice ou encore, par exemple, dans celui du dysfonctionnement. Le désajustement peut ainsi résulter de la défaillance des personnes […] : ou bien de la défaillance des personnes et des objets comme lorsque le désaccord porte sur la distribution [de biens] entre des personnes […] » (Boltanski et Thévenot, 1991 : 59).

16 Liste de diffusion publique dédiée aux diverses initiatives du mouvement social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Granjon, « Les militants-internautes  », Communication, Vol. 22/1 | 2003, 11-32.

Référence électronique

Fabien Granjon, « Les militants-internautes  », Communication [En ligne], Vol. 22/1 | 2003, mis en ligne le 08 janvier 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/4744 ; DOI : 10.4000/communication.4744

Haut de page

Auteur

Fabien Granjon

Fabien Granjon est chercheur à France Télécom Recherche & Développement, Laboratoire Usages Créativité Ergonomie, Issy les Moulineaux, France. Courriel : fabien.granjon@rd.francetelecom.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org