Navigation – Plan du site
Document

L’information identitaire comme jeu et enjeu dans les conflits entre l’universel et le local

Michel Mathien
p. 123-146

Texte intégral

1Les conflits, on le sait depuis longtemps, sont l’objet d’un tropisme pour les entreprises médiatiques, ne serait-ce que lorsqu’ils les conduisent à sortir des normes de présentation ou de traitement de l’information (pagination supplémentaire, antenne en direct permanent, appels aux experts médiatisés, relais des discours des acteurs, etc.).

Médias et belligérants face à la crise

Le tropisme des médias

  • 1 Nous ne poursuivons pas cet aspect du propos qui a fait l’objet d’un long développement dans notre (...)

2Ils désignent les « crises » par essence, surtout quand elles ont une dimension dépassant le cadre local ou qu’elles peuvent, pour une raison ou pour une autre, par un biais ou par un autre, accéder à la médiatisation à grande échelle. Ils suscitent, depuis la Gazette des débuts (1631) et pour ne pas remonter plus haut, une forte demande d’information, à tous les niveaux et à toutes les fins, de la part des acteurs concernés, proches ou lointains, ou susceptibles de l’être. Leur couverture n’a fait que s’amplifier dans la presse puis dans les médias en général au point qu’associer les termes information et crise peut apparaître comme un pléonasme. Dans une situation de guerre ou de « conflit armé », ceci est d’autant plus patent que l’information émergeant d’une crise majeure a généralement pour spécificité de générer une « crise de l’information » parmi les acteurs en présence. Celle-ci, évidemment, touche les populations des territoires concernés et, bien au-delà, les publics des médias établis hors des terrains d’opérations. La réalité de la « crise » ne permet donc pas d’envisager la production de l’information de la même manière que dans une situation de « non-crise » puisque l’information, de tout temps, est un enjeu à la fois pour les actions de force des belligérants et pour la crédibilité des différents médias dans le jeu maintenu de la compétition économique qui les oppose en toute situation1.

  • 2 On trouvera dans l’article de l’historien Jean-Pierre Chrétien, « Du Kosovo au Kivu : le virus des (...)

3En termes de représentation d’un groupe, de culture propre et de sentiment d’appartenance plus ou moins affirmé à celui-ci, l’identité nationale est un référent argumentatif pouvant devenir déterminant dans le cadre d’une opposition à un autre groupe et d’une identification à un même groupe. À fortiori quand les États — comme c’est le cas en Europe occidentale — ont chacun pour rôle de servir la nation et de garantir le bien-être de ses membres, surtout quand, sur les territoires contrôlés par eux ou à l’extérieur de ceux-ci, ils sont menacés directement ou indirectement. Il n’est donc pas surprenant que l’identité nationale réapparaisse comme un référent argumentatif dans les politiques éditoriales et les représentations des publics qui participent à l’offre d’information des médias ou la déterminent. Elle se place comme enjeu et jeu dans les stratégies des acteurs. C’était le cas avec les « guerres des Balkans » de la fin du XXe siècle dans les États directement concernés sur le terrain comme dans les États de l’OTAN où les opinions ont re-découvert des « guerres nationales » à priori surannées2. Ce l’est encore avec la conjoncture créée par les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis et dont un des effets a été de modifier l’environnement de sécurité internationale.

De l’ouverture au repli

4Malgré tous les discours du « temps ordinaire » ayant incité à dépasser le cadre national ou les démarches positives en vue d’une cohésion internationale ou d’une plus grande « ouverture au monde » des États — ne serait-ce qu’au sein de celle relative à la construction européenne —, les derniers conflits du XXe siècle ont été les révélateurs de la forte résistance du sentiment identitaire national dont les médias, la presse en l’occurrence, ont été les vecteurs. En Europe occidentale, on mesure d’autant plus mal ce sentiment que l’on a pu penser qu’il s’était plus ou moins estompé face à une culture devenue davantage européenne et, dans une certaine mesure, extra-nationale. En quelque sorte et plus ou moins paradoxalement, cette ré-affirmation identitaire vient contrer les discours précédents apparemment davantage inscrits dans « l’air du temps » de pays en paix. Découlant d’une certaine culture du journalisme — ou d’une intelligentsia politico-culturelle qui lui est liée —, ils cherchent à dépasser le cadre national pour prendre en considération « l’information monde » et assumer, de cette manière, une ambition de médiation et de distanciation portant sur l’événement ou le fait à l’échelle planétaire. Ceci est d’autant plus louable qu’inscrit dans une culture vertueuse des professionnels. Les journalistes adhérant à cette perspective ne sont plus censés être du seul côté national et porter les valeurs d’un patriotisme désuet. Ils mettent en avant un type de valeurs fondées sur la défense universelle des droits de l’Homme ou le bien commun étendu à tous.

  • 3 Comme, par exemple en France, l’association Reporters sans frontières. Lire à ce propos l’article d (...)
  • 4 À l’instar de « Médecins sans frontières », « Reporters sans frontières », « Gynécologie sans front (...)

5Le « droit » ou le « devoir d’ingérence » des États se situe dans ce cadre-là tout comme le « droit d’ingérence médiatique » défendu par beaucoup de journalistes3. Si tant est que la mondialisation puisse aussi nourrir un tel registre argumentatif qui n’est évidemment pas dépourvu de noblesse — comme on peut le constater dans les institutions internationales à l’instar de l’ONU, de l’UNESCO, dans les principales agences internationales de presse, voire dans des médias à dimension extra-nationale apparente comme CNN ou TV5 dans sa production propre ou encore dans les organisations internationales non gouvernementales qui se qualifient de « sans frontières4 » — ne s’agit-il pas, malgré l’intention affichée, d’un leurre ?

  • 5 « Choisis la vérité, non pas un camp ! » — Nous ne connaissons pas l’origine précise de la formule, (...)
  • 6 La chaîne « mondiale » que représente Cable News Network ou CNN n’a en rien occulté le phénomène na (...)

6Pourtant, cette dimension universelle de l’information a particulièrement été prégnante dans les médias lors de « la guerre du Golfe » de 1991. Guerre légale et « juste » s’il en est car fondée sur une décision de l’ONU lentement mais formellement mûrie. Le journalisme anglo-saxon avait résumé cette perspective dans une formule « choose the truth not a camp5 ». Celle-ci n’a cependant guère tenu à l’observation grâce au modèle représenté par la chaîne CNN. Depuis, des actes posés par les États européens ont gardé ou retrouvé leur dimension « nationale », y compris dans les pays « occidentaux », à commencer par les États-Unis6. Les événements et comportements réactifs aux attentats du 11 septembre 2001 y trouvent leur place malgré les apparences de la cohésion internationale, en particulier au sein de l’OTAN. On y redécouvre les appels à forte solidarité du type de « la nation en danger » et de « l’union sacrée ».

Entre distanciation et identification

  • 7 On se reportera sur ce sujet peu exploité des comportements journalistiques ou éditoriaux à l’ouvra (...)

7Or, apparemment, dans la noble perspective de médiation ou de « prise de champ », les journalistes se « distancient » ou tentent de « se distancier » du continuum informationnel tout en s’identifiant — consciemment ou non, délibérément ou non — aux publics des médias auxquels ils apportent leur concours (lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, internautes). C’est dire qu’ils arrivent plus ou moins bien à réaliser leur ambition. Cependant, l’inverse est aussi possible avec des variantes comportementales plus ou moins voulues. S’ils peuvent se distancier des sources ou des acteurs en présence, notamment des responsables politiques ou économiques, ils peuvent aussi s’y identifier selon les cas, sachant que, sur le plan éditorial, ils ont aussi une propension « naturelle » à s’identifier aux « victimes » quelles qu’elles soient, à fortiori quand elles relèvent de leurs publics7qui, à leur tour, peuvent s’identifier à ces mêmes « victimes ». Dans une telle logique médiatique, les journalistes peuvent ainsi conduire leurs diverses audiences à les imiter à leur tour dans une « contagion mimétique » à nombreuses variantes sur lesquelles s’appuient les exaltations identitaires tout autant que le libre arbitre ou la liberté individuelle.

Le Kosovo : le « cas » et ce qu’il révèle

Des sensibilités empreintes de culture nationale

  • 8 C’est ce qui se dégage des diverses interventions du colloque tenu sur le sujet les 23-24 mars 2000 (...)
  • 9 La « théorie distanciatrice » montre, selon Jean-Luc Michel (1990), que si tous les individus sont (...)

8Avec les frappes aériennes de l’OTAN appuyée politiquement par l’Union européenne, la « crise du Kosovo » est exemplaire de ce point de vue8.Les États européens alliés dans cette action militaire contre la Serbie n’y ont pas tous participé avec la même conviction et le même enthousiasme. Les médias ont été le reflet de sensibilités fortement empreintes de culture nationale. Malgré les efforts de distanciation critique, les observateurs, spécialistes ou experts n’arrivent pas non plus à prendre en considération tous les aspects préalables ou consécutifs d’une telle décision des gouvernements et de leur bras séculier de la circonstance, l’OTAN. C’est dire que le sujet n’est pas aisé à appréhender dans toutes ses dimensions. Avec l’agression contre « le monde civilisé », comme on a qualifié les attentats du 11 septembre 2001, on note aussi que ce même « monde » réagit, avec une inégale mesure dans ce que montrent les médias, selon des modes de raisonnement fondés sur la psychologie de l’agression et de la nécessaire réponse à adresser à l’agresseur, ceci venant se combiner avec l’activité des journalistes consistant à anticiper l’identification de leurs publics aux victimes qu’ils désignent dans les médias. Devant un événement, surtout dramatique, le journaliste échappe difficilement au processus d’identification, mais sa « distanciation dialectique » est censée lui faire intégrer sa démarche en lui assurant la possibilité de l’agréger dans son traitement de l’information et d’en faire ainsi bénéficier ses publics, y compris s’ils s’identifient à lui9. Mais cela suppose aussi que son environnement professionnel puisse partager le principe d’une démarche d’appréhension de l’information qu’il ne s’agit pas pour autant de désincarner mais de placer dans son contexte et dans l’ensemble complexe des jeux relationnels, qu’ils relèvent des individus ou des superstructures.

Un contexte de mutation des mentalités

9Ainsi, un des aspects qui n’a guère été examiné in situ à l’époque concerne l’évolution des rapports des individus ou des citoyens à l’État au cours de la fin du XXe siècle. En particulier au sein de l’Union européenne, à savoir les quinze États membres, ou parmi les dix-neuf pays de l’OTAN, en particulier dans les deux pays nord-américains que sont les États-Unis et le Canada. Il ne semble pas que ces rapports aient pu garder dans les pays d’Europe la représentation d’une réalité intangible et stable, notamment depuis la fin du « bloc de l’Est » et l’effondrement de l’URSS. Lors de la « guerre froide », l’État était encore une institution rassembleuse et identitaire forte par réflexe défensif vis-à-vis d’une menace potentielle elle-même identifiée et justifiée par les conflits « régionaux » qui se sont déroulés dans cette période (Corée, Vietnam, Afghanistan, etc.). Il incarnait la nation au point de se confondre avec elle. Le contexte du libéralisme offensif, qui s’est répandu depuis, a influencé l’évolution des mentalités « nationales » et mis en cause la perspective de « l’État stable » cher à Max Weber avec ses institutions et sa fonction publique « rationnelle et rationalisante » œuvrant pour l’intérêt général, de chacun et de tous. Autrement dit aussi, mais dans le langage de la systémique, l’évolution pointée et relayée par les médias a conduit à reconsidérer « l’état stable » des systèmes sociaux, et à fortiori celui de l’État.

  • 10 Divergences nourries par les mêmes sources que pendant la phase opérationnelle des frappes entre le (...)
  • 11 Parmi ces traces, le limogeage brutal par le chef d’état-major général des armées des États-Unis du (...)

10La « crise du Kosovo » a mobilisé des considérations et des modes de pensée décalés — pour ne pas dire anachroniques — pour justifier l’engagement militaire de l’OTAN fondé publiquement sur des considérations humanitaires ou présentées comme telles. D’où la critique de l’importance, que l’on peut à posteriori juger excessive, qui a été accordée à la diplomatie pendant les « années Milosevic », y compris dans le conflit bosniaque qui l’a précédé. Puis de la place accrue de la communication publique relative à la préparation de l’intervention militaire face à l’échec de la diplomatie (ou à son « sabotage » comme le vérifieront les historiens) mais aussi de la publicité des discussions sur la stratégie et la tactique qui s’en sont suivies et dont les médias ont été les vecteurs dès les premières frappes. Ces discussions, on l’a vu notamment par la suite, n’ont en rien favorisé, valorisé et entretenu le principe de l’action militaire collective, tant au niveau du commandement à Bruxelles que dans les états-majors nationaux concernés. Or, précisément pendant et surtout après le conflit, les médias ont été porteurs des divergences de vue des États ou en leur propre sein sur la manière de conduire les opérations. Notamment sur la gestion de la crise à Dix-neuf (l’OTAN) sous l’emprise du Pentagone avec les interférences des positions et des appréciations des Quinze (l’Union européenne) qui, individuellement, n’ont pas toujours été parfaitement unanimes, loin de là10. Bref, le contexte culturel occidental et européen ne favorisait pas l’intervention militaire et, ce qui aurait été logique, la convergence absolue dans sa conduite, dans ses objectifs, dans ses moyens et dans ses conséquences. Tout ceci était apparu en pleine phase des bombardements lors du sommet du cinquantième anniversaire de l’organisation à Washington le 20 avril 1999. Les divergences de vue sur la stratégie globale de l’Alliance à long terme et sur l’action militaire conjoncturelle ont laissé des traces de part et d’autre de l’Atlantique11. Quand on s’y résigne de par la force des choses, dont la nécessaire cohésion de l’Union européenne dans ses choix politiques, peut-il en être autrement ? Sur ce plan et dans une certaine mesure, la « crise du Kosovo » a renforcé la volonté de la Politique européenne de sécurité commune (PESC) avec le volet supplémentaire accordé à la défense (PESC/D), comme on a déjà pu l’observer l’année suivante dans l’exportation partielle de la « crise » précédente en République de Macédoine. Qu’en sera-t-il désormais depuis que les États-Unis ont été atteints au cœur de leur sanctuaire économique, militaire et, somme toute, symbolique ? Les priorités en la matière ne sont-elles pas susceptibles d’être modifiées ? Nous laissons le soin des réponses aux spécialistes de la géopolitique et de la défense face à un contexte modifié en quelques heures.

L’utilisation de l’histoire nationale

  • 12 Ainsi, dans le numéro 245 (novembre 1999) de la revue française Armées d’aujourd’hui, on trouve un (...)
  • 13 Rudolf Flesch (1943) et, surtout, son ouvrage de référence, The Art of Plain Talk, (1952). Connu po (...)

11À ces aspects du contexte global ante s’ajoutent les références des médias à l’Histoire collective européenne et à l’histoire de chaque État, de chaque nation, voire de chaque groupe de population au sein de la même entité nationale. Ses références choisies ne sont pas considérées en soi. Elles sont aussi le résultat d’une « médiatisation de l’histoire », d’un imaginaire plus ou moins objectivé dans la culture de chaque État et émergeant dans l’actualité internationale sur le registre de l’argumentation dominante (quand il ne s’agit pas encore d’idéologie), celle-ci pouvant être plus ou moins fondée et relever d’une propagande voulue ou de fait. Cet « imaginaire collectif » concerne, bien entendu, les parties concernées et non pas une seule d’entre elles et il participe, avec une ampleur variable, à une « guerre des représentations », y compris dans son sens pratique de « guerre des images ». C’est dire que l’appréhension des motifs de la décision d’une intervention militaire ne saurait être totalement distanciée et se fonder sur une justification de prime abord simple et évidente. Ainsi, dans la dernière décennie du siècle et selon un scénario plus ou moins confirmé, il a fallu qu’une crise mettant en cause des groupes humains importants ait pris une « dimension humanitaire » pour que l’on accepte le principe d’une intervention militaire après l’avoir fait accepter par les opinions publiques12. En fait, il s’agit d’une extension inégalée du moteur de la réceptivité communicationnelle que représente « l’intérêt humain » et mis en évidence dans les années 1930-1950 par les travaux empiriques de Flesch : « la masse s’intéresse plus aux hommes qu’aux choses !13 ». Les déplacements processionnels dramatiques de populations entières, d’évacués par la force armée avec les images adéquates symbolisant leur exode sont devenus des éléments venant justifier une réaction légitime de la part des États non menacés, même si celle-ci n’a pas de fondements légaux. La médiatisation de l’horreur, de la misère, du malheur qui s’abat, notamment sur des civils, des enfants etc., relève d’une logique communicationnelle dénonciatrice et interpellative qui, dans les systèmes sociaux occidentaux, est d’autant plus forte que ceux-ci produisent en leur sein des discours variés mais convergents sur le bonheur et le respect de toute vie avec les droits attachés à chaque personne. La souffrance montrée en direct, devant une caméra ou un micro, ne peut à la longue que susciter l’émotion (identificatrice !) des masses touchées par les médias, inviter à la réaction légitime et ainsi justifier l’usage des armées pour s’opposer à une violence originelle identifiée. Le relais par la presse, notamment magazine avec ses images des « photographes de guerre », contribue à susciter des réactions à la « télé-souffrance ». Celles-ci sont d’autant plus justifiables que la « souffrance de proximité » — qu’elle soit géographique ou culturellement ou psychologiquement construite — est considérée comme intolérable au sein des sociétés démocratiques. L’utilisation de ce processus d’identification/projection — donc anti-distanciatrice — rejoint ainsi à la fois les descriptions et observations de l’action médiatique de Katz-Dayan et celles de Boltanski.

  • 14 Pour Marie-Noëlle Sicard, le « temps médiatique » se superpose à celui des faits. D’où un « emballe (...)
  • 15 Cela a été une des fonctions du faux « charnier de Timisoara » lors de la « révolution » roumaine d (...)
  • 16 Sur l’actualité de la propagande dans le contexte contemporain, ses liens entre États et médias, on (...)
  • 17 C’est, en quelque sorte, le sens de « Questionnaire », l’article des écrivains Dominique Eddé et Da (...)

12D’où toute l’importance prise de nos jours par la médiatisation des crises et des conflits armés dans lesquels les massacres, les internements et les expatriations ont pris une dimension déterminante dans les décisions des États du fait d’un emballement plus ou moins rapide de l’activité des médias résultant de la superposition du « temps médiatique » au « temps de la crise » en tant que tel14. Comme l’analyse Marie-Noëlle Sicard, la couverture médiatique de l’événement s’intègre à l’événement lui-même. Les États sont ainsi conduits à prendre la décision d’intervenir de par la force des choses au risque d’être déconsidérés sur le plan international. Dans cette logique communicationnelle constatée, il faut, en quelque sorte, un « massacre des Saints-Innocents », réel ou virtuel, mais « montrable » dans tous les cas15. La médiatisation de la crise est devenue un préalable quitte à révéler ultérieurement des abus ou des manipulations. Elle vient inverser les étapes d’un processus de communication in situ puisque, fort souvent dans les conflits historiques classiques, la décision des États de « faire la guerre » était suivie de la communication adéquate en direction de leurs opinions publiques, quitte à tomber aussi dans la propagande16. Maintenant que la plus grande puissance du monde occupe la position de victime et qu’elle a, elle-même, ses « Saint-Innocents », ses réactions sont justifiées par avance. Prises dans la logique des priorités internes qu’imposent les agressions du 11 septembre 2001, les autorités américaines n’ont pas, dans leurs discours, pu, su ou voulu exprimer une distance critique sur les événements. Pourtant, la situation tragique factuelle n’est pas le résultat du seul choix effectué au hasard par un agresseur17. Elle relève d’une volonté symbolique résultant aussi bien de comportements individuels que d’interactions avec la conduite d’une histoire mondiale marquée par des conflits identifiés, des actions politiques, diplomatiques, économiques et militaires situées dans des épreuves de force à l’échelle du monde.

La corrélation avec la « crise de l’État » et de ses représentations

L’État en débat sur ses fondements

  • 18 Fondés sur le principe des nationalités cher au président des États-Unis, Theodor Woodrow Wilson, m (...)

13Les États occidentaux européens n’ont donc plus été en position d’anticiper leurs interventions avec toutes les considérations discutables liées à cette attitude et de se préserver d’une menace. Dans leur contexte évolutif, ils se sont montrés très prudents quant à l’usage de la force. Peut-être le sont-ils aussi devenus parce que moins autoritaires à l’intérieur, plus sensibles à l’opinion publique que par le passé, mais aussi parce que très attentifs à la multiplication des relations économiques croisées présentant des risques autres en cas d’une intervention non acceptée à l’échelle internationale ? Les arguments ne manquent pas sur ce registre (Mathien, 2001 : 21-60). Tous les conflits médiatisés de la période s’inscrivent dans un cadre systémique plus ou moins large et complexe ainsi que dans un processus communicationnel marqué par la certitude du moment, elle-même favorisée par la compétition en « temps réel » des médias, et dans lequel la ruse ou la manipulation n’ont pas disparu des manières d’agir des acteurs, dont les protagonistes connus ou agissant dans la discrétion. Dans ce contexte de médiatisation à la fois de l’histoire et de l’actualité politique internationale, il reste les conflits lourds du siècle dont on ne parle quasiment plus, dans leurs réalités comme dans leurs conséquences et enchaînements, et ceux de la décennie dont on connaît l’existence mais que l’on ignore collectivement, car ils n’ont pu faire l’objet d’une couverture médiatique suffisante sur les malheurs des populations parce qu’il n’y a pas d’enjeux économiques ou géopolitiques. La Première Guerre mondiale est dans le premier cas. Le pari des « accords de Corfou » de 1917 établissant l’égalité des Serbes et des Croates dans les Balkans s’est révélé, par la suite, un échec politique à répétition. Trois à quatre générations plus tard, les traités faisant suite à celui de Versailles (1919) n’ont pas éliminé les rancœurs des populations des États-nations issus du démantèlement des trois empires d’alors qui se sont constitués au fil de l’Histoire et dans des contextes internes spécifiques18. Ces rancœurs exprimées dans les années 1920-1930 ont contribué à l’émergence des fascismes. Après la fin du « Bloc de l’Est » et des totalitarismes d’État, elles ont repris une dimension publique et favorisé, dans plus d’un cas, la violence physique organisée. Les exactions plus ou moins généralisées ont conduit les États occidentaux européens à intervenir par la force sans pour autant aider les pays concernés, par la diplomatie, l’action culturelle et le soutien économique, à faire face à un passé, ou à sa réactualisation. Or, ce passé n’a pas souvent rendu facile la cohabitation des peuples sur des territoires partagés et plus ou moins restreints qui n’existent pas « en soi » ou « sans liens subjectifs ». Ainsi, le contexte historique, politique, culturel et psychologique de l’imposition de l’État d’Israël au Proche-Orient est un autre cas localisé de problèmes aux ramifications mondiales dont on ne peut pas dire qu’il n’a aucune corrélation avec la « crise des Balkans » et « l’attaque de l’Amérique » du 11 septembre 2001. Collectivement — et c’est une lecture de l’histoire — les États à l’origine de la création d’Israël, dans l’évolution du contexte mondial de l’époque, n’ont pas pu en assumer toutes les conséquences avec les pays de la région et avec les « autochtones » de l’ex-Palestine. Bien des engagements fondant leurs espoirs de bonne fin ont disparu de leur mémoire alors que, dans la migration généralisée ou dans toute « diaspora » de populations à l’échelle de la planète, l’errance ne signifie pas négation des racines.

  • 19 On trouvera de nombreuses références bibliographiques et leur importance sur ce sujet en discussion (...)
  • 20 Sur cet autre aspect qu’est la désacralisation de l’État, voir Akoun et Balle (dir.) (1979).
  • 21 D’autres approches, dont celles de « citoyens du monde », ont fait leurs émules allant dans le sens (...)

14Toutes ces considérations thématiques peuvent être corrélées aux analyses sur l’amenuisement de l’autorité de l’État au sein des pays occidentaux européens, voire de son déclin ou de sa fragilisation face à la « nation », elle-même discutée dans son lien avec la « patrie » dans une logique citoyenne d’accueil et d’égalité qui lui fait perdre son sens ancien19. Le registre des fondements et des bienfaits de l’État est en discussion quasi permanente depuis plusieurs années. Parfois autant implicitement qu’explicitement. L’État moderne, en voie de désacralisation20, n’est plus dans la suffisance de « l’emprise » des États-nations se protégeant par eux-mêmes ou dans le cadre d’accords bi- ou multilatéraux. Pour certains, comme David Friedman, on pourrait s’en passer depuis longtemps (Friedman, 1992)21.

  • 22 Voir les réactions rapportées par Le Monde dans son édition du 28 septembre 2001, « La presse algér (...)
  • 23 Passion médiatique renforcée avec la parution du livre du général Paul Aussaresses (2001) qui confi (...)

15De ce point de vue, les regards accusateurs portés sur l’État depuis l’été 2000 par les médias français à propos de la « guerre d’Algérie » apparaissent comme décalés par rapport au contexte culturel, international et politique de l’époque. Il suffit de prendre le temps de lire la presse des années 1950-1960 pour saisir la différence de culture et d’attitude par rapport aux événements relatifs à cette « guerre ». Ou de lire la presse de part et d’autre de la Méditerranée au sujet des harkis, ces soldats français musulmans d’Algérie à l’égard desquels la France a reconnu ses responsabilités lors de la journée en leur honneur le 25 septembre 2001, mais dont les massacres par dizaines de milliers, sur le sol algérien, n’ont pas été empêchés par les nouvelles autorités. À ce jour, celles-ci les considèrent toujours — amalgame idéologiquement utile par journaux interposés ! — comme des « collaborateurs » au même titre que les fonctionnaires du « régime de Vichy » avec le pouvoir nazi. Le vocabulaire utilisé concrétise l’incommunicabilité sur ce sujet comme sur celui de la colonisation devenue le « mal absolu »22. Or, dans la presse française, notamment sous la IIIe République — plus précisément lors de « la République des Jules », dont Ferry — celle-ci est relatée, dans quasi tous les journaux d’alors, comme une expansion positive autant nécessaire que glorieuse. Ne serait-ce qu’au moment de « l’affaire de Fachoda » qui, en 1898, en pleine « affaire Dreyfus », a ouvertement opposé la France au Royaume-Uni. Les « coups de loupe » réducteurs à travers les âges montrent à quel point ils suscitent des incompréhensions entre générations autant que des relations passionnelles exacerbées et univoques23. Les médias agissent toujours dans le vif de l’actualité et jouent du « principe de crise » quand ils traitent de l’histoire sans pouvoir rendre compte de l’évolution des mentalités et des valeurs morales et culturelles. Ils ne se situent nullement dans une perspective impliquant une distance critique et dépassionnée sur le plan affectif. En ce sens, ils jouent davantage sur le registre du « devoir de mémoire » que sur celui du « devoir d’histoire » défendu par l’historien René Rémond, le premier consistant à rappeler ou à commémorer un événement douloureux quitte à le revivre ou à le faire revivre sur le registre de la culpabilisation, le second ayant pour but de les placer dans une perspective allant d’un passé dont on est conscient à un futur à construire.

  • 24 Les abstentions plus ou moins fortes lors des consultations électorales nationales témoignent de ce (...)

16Le débat sur l’affaiblissement ou le déclin de l’État24 — mais dont on ne peut pas non plus admettre que son rôle soit réduit à néant, notamment dans ses trois fonctions majeures que sont la cohésion sociale, les équilibres macro-économiques, la sécurité et la défense — influe sur les manières d’agir et d’informer, donc sur la construction de l’actualité par les médias… Ce débat qui, apparemment, va de soi tant il est implicite dans bien des rédactions à corréler à celui de la globalisation de l’économie. Son extension sous l’emprise du libéralisme conquérant ne pouvait que conduire à la « crise de l’État ». La réduction du contrôle de la sphère économique par les États, et cela est en bonne part voulu par la construction européenne, est elle-même accompagnée de revendications de modifications des champs de compétences en faveur des différentes entités que sont les régions et les structures intercommunales sans oublier non plus le poids croissant des « corps intermédiaires » revendiquant de nouveaux modes de relations entre élus et citoyens que résume l’expression « démocratie participative ». Quels territoires les États contrôlent-ils dans l’espace de l’Union européenne quand ils se sont dessaisis de leurs compétences économiques et de sécurité intérieure à propos des mouvements des personnes (voir « l’espace Schengen ») ? Or, les trois fonctions évoquées sont significatives des attributions nécessaires à représenter et à défendre l’identification nationale. La première touche au sens de la collectivité établie sur un territoire « national » reconnu internationalement ; la deuxième aux échanges internes et externes à ce territoire et la troisième aux garanties assurées par la collectivité elle-même pour sa propre préservation et pour la sécurité de chacun de ses membres. Le regard que la science politique porte sur cette évolution renforce l’observation sur la pertinence de l’État dans ses trois fonctions majeures. La décision du gouvernement Bush d’intervenir directement par des aides fédérales dans l’économie américaine, notamment dans le secteur du transport aérien, est une orientation à suivre. Le « patriotisme économique » issu des attentats du 11 septembre 2001 viendra-t-il pondérer le libéralisme mondialisé ?

  • 25 On trouvera bien des arguments pour prolonger ce point dans Jean-Claude Guillebaud (1993).
  • 26 Ainsi, par exemple et sur un autre registre traduisant une conduite plus ou moins généralisée et sa (...)

17On pourrait ajouter bien des prolongements sur le registre de la cohésion sociale, notamment à propos du terme de « peuple ». On emploie moins souvent ce terme que par le passé au point que l’on peut s’interroger sur ce qu’est le peuple aujourd’hui et ce qu’il désigne dans un univers social de plus en plus individualiste malgré des solidarités ponctuelles non moins réelles se substituant à l’action de la collectivité. Est-ce une abstraction ou une réalité, identifiée comment ? La question est manifestement liée à celle du devenir des États et à leur marge de manœuvre sur le plan international. Mais elle est aussi à mettre en rapport avec la montée de l’individualisme encouragé par la société de consommation et son prolongement dans la société de la communication puis de l’information. Elle touche inévitablement à la nature du « contrat social » liant à la collectivité chaque individu auquel il est parfois délicat d’ajouter l’étiquette de « citoyen »25. Finalement, dans un tel contexte, la question est de savoir qui, de nos jours, s’autorise à parler de « nous » ? Donc à « nous » représenter collectivement ? L’État ou les médias ciblant, valorisant et représentant leurs différents « publics » ? Il y a là un autre élément du débat qui porte sur la légitimité de la parole publique face à ceux qui en doutent toujours davantage ou qui font du doute systématique une ligne de conduite pour mettre en cause toute action légitime afin d’entretenir l’intérêt des publics, pour ne pas dire d’emblée des citoyens, sur la chose publique (res publica). Le journalisme résultant de ce type de conduite n’est pas celui de la tradition de neutralité, de médiation, de distanciation et d’équité face aux structures et à ceux qui en sont légitimement responsables26. À fortiori quand celles-ci relèvent de l’État et du régime qui sous-tend ses modalités de fonctionnement, la démocratie.

L’ère du doute et l’aire du temps

  • 27 À la radio et à la télévision, les journalistes ont été dans cet exemple des porte-micros. Rarement (...)
  • 28 Les discours implicites mettant en cause l’État sont souvent contradictoires puisqu’ils renvoient à (...)

18Les médias dans l’évolution évoquée sont aussi des acteurs sociaux et culturels qui — pour s’en tenir à la fonction d’observateur des journalistes — ne ménagent pas l’État dans sa gestion des crises, a fortiori celles qui nous préoccupent ici dans leur violence réelle et potentielle. Ils n’ont pas à s’identifier à un quelconque pouvoir autre que le leur et « le doute à l’égard des tiers institutionnels » est pour eux une attitude contribuant de facto à leur crédibilité dont le revers comportemental est que « le doute de soi » n’excite guère les « professionnels du doute ». En fait, ce sont ici les acteurs de l’État, politiques et décideurs de la fonction publique, civile ou militaire, qui sont pointés. Y compris dans l’absurdité des problèmes posés et ressassés comme on l’a vu au cours de l’hiver et du printemps 2001 en France avec les inondations catastrophiques de la vallée de la Somme qui ont pris la dimension d’une « crise » nationale médiatisée et construite jusqu’à l’absurde. Les médias ont été les premiers colporteurs des rumeurs relatives à la protection des populations du Bassin parisien en dépit du moindre bon sens et de l’impossibilité naturelle des cours d’eau à remonter une pente27. Le message n’était-il pas que « l’État ne fait rien » et qu’il « nous » persécute éventuellement pour préserver les éléments de son pouvoir (Paris, la capitale, dans sa symbolique comme dans sa concentration des « appareils » et des « structures ») ? Et qu’il peut « nous » persécuter n’importe où ? Ou bien qu’il soit à nouveau notre « sauveur »28 ! Les discours contemporains sur la proximité ou le « localisme », voire le nécessaire enracinement territorial, répondent aussi à une forme d’identité structurante et protectrice par rapport à une autre identité dont on ne saisit plus très bien les contours. On remarquera, dans le cas de cet exemple concernant la France, que la question du sens de l’État — et de la corrélation avec une identité plus vaste que la sphère proche — est aussi mise en avant même si elle est différente par rapport à des configurations autres où un État a été imposé à des populations bien identifiées par la culture, la religion, la langue, etc. Dans le cas français, nous suivons Zaki Laïdi constatant la difficulté d’un État moderne à recréer du sens et à construire un projet collectif lui permettant d’exprimer un « nous » rassembleur (Laïdi, 1994 : 166), alors qu’ailleurs, dans les conflits qui ont suivi la désintégration de la Yougoslavie de Tito, l’on en a construit de nouveaux et que la « crise du Kosovo » a aussi eu pour enjeu de créer ou non un État pour les Albanais musulmans de cette région. Problème reposé en 2001 par la « guerre civile » en Macédoine avec un acteur identique au conflit précédent, l’Armée de libération du Kosovo (l’UCK), qui présente des revendications équivalentes pour l’autonomie des Albanais de la Macédoine, jeune démocratie reconnue internationalement et guère comparable au régime de Belgrade (de Lassalle et Duclos, 2001). Déjà fort discutée dans ses origines, dans ses buts et dans ses actes lors de la « crise du Kosovo », l’UCK y fait la guerre avec des exactions comparables à celles de l’armée serbe, notamment en favorisant l’exode des non-musulmans des villages qu’elle revendique, et y mobilise la diplomatie de l’Union européenne (les acteurs de la PESC/D) sans que les militaires mandatés par le Conseil de sécurité de l’ONU (ceux de la KFOR), stationnés de l’autre côté de la frontière, puissent s’interposer entre les parties.

19Dans un contexte où, à bien des égards, la souveraineté des États s’est amoindrie par rapport à la génération précédente, la sécurité et la défense ne se présentent plus dans les mêmes termes. Les six États en re-fondation de l’ex-Yougoslavie (dont la Serbie de Milosevic) ont utilisé les anciens registres argumentatifs de l’ethnie et de la religion qui avaient perdu de leur impact au sein des pays de l’Europe occidentale confrontés au débat sur l’État comme « mal nécessaire » ou « mal non nécessaire » (Bobbio, 1998). Ces pays, en raison de leur histoire récente, n’ont pas été les seuls à vouloir se réaffirmer comme des États forts. La Russie et autres ex-Républiques de l’URSS ont dû jouer ou jouent encore sur ces registres comme, dans une certaine mesure en politique extérieure, les États-Unis.

L’OTAN et l’UE porteuses d’ambiguïtés

20L’OTAN et l’Union européenne ont porté toutes ces ambiguïtés dans la situation de belligérance avec la Serbie. Les dissensions entre alliés en sont la preuve et les positions défendues par les médias en sont des reflets ou des effets face à l’opinion. Le « conflit armé » est un moment prétexte à l’observation des médias face à la question identitaire nationale, un événement révélateur qui n’est pas non plus innocent dans les argumentations mises en œuvre de toute part. Il s’agit de ne pas se tromper sur la nature réelle de la force des États : celle-ci n’est pas permanente et identique à elle-même en tout lieu et en toute circonstance.

  • 29 Un exemple d’incompréhension après un conflit, avec ses présupposés, ses rancœurs et la volonté de (...)
  • 30 À peine un mois après la première frappe de l’OTAN, la revue spécialisée CB News constatait que « L (...)
  • 31 D’où le concept de « guerre propre » avec ses métaphores du type « opération chirurgicale », etc.

21L’analyse de la problématique liée à cette question ne peut être faite qu’à partir de grilles de lecture bien identifiées qui demeurent évidemment nationales et culturellement marquées par l’histoire des populations relevant de territoires définis. De telles grilles s’inscrivent mal dans une « grille commune » puisque, dans le cas de « conflit », les mécanismes de distanciation critique et constructive fonctionnent mal, surtout si l’on veut précipiter les événements29. La méconnaissance de l’« autre », de celui contre lequel on prend partie, conduit, volontairement ou non, au maintien ou au retour des clichés du passé (historiques, culturels, religieux…), à l’usage manipulateur de l’amalgame, à l’abus des épithètes et aux métaphores déshumanisantes pour désigner un adversaire qui ne saurait rester un individu seul… Autant d’aspects qui, dans le traitement médiatique, ne facilitent pas la « gestion de crise ». Surtout quand un conflit « fait vendre » ou crée de l’audience30 par les risques réels qu’il présente pour les populations ou pour les militaires, mais aussi par tous les motifs par lesquels on accorde son attention à une histoire racontée. Mais le paradoxe politico-culturel de toute situation belliqueuse dans laquelle des forces occidentales ont été engagées dans cette fin de siècle est bien celui entre le potentiel de destruction jamais égalé par les États et le quasi-refus de leurs opinions publiques d’accepter les « sacrifices humains »31. C’est bien ce que certains États ont compris en la fin du siècle dernier. Comme certains groupes organisés usant de cette nouvelle arme de « dissuasion du faible au fort » qu’est devenu le terrorisme de grande ampleur au point de modifier l’environnement de sécurité internationale. La réponse à apporter est-elle dans la force ou dans la résolution des conflits régionaux où l’on trouve la manifestation concrète de la « misère du monde » ?

Le balancier du journalisme : l’universel et le local

Entre ouverture et fermeture

  • 32 Nous ne pouvons rapporter ici tous les cas analysés par les auteurs du colloque cité (Mathien, 2001 (...)
  • 33 Sur cet aspect précis, on lira dans Philippe Breton (2001). L’auteur y montre que l’amalgame est un (...)
  • 34 Voir le document ronéotypé d’une dizaine de pages diffusé par ses soins dès juin 1999 et intitulé G (...)

22Si l’on examine les comportements éditoriaux de la presse de la plupart des pays d’Europe lors de la crise du Kosovo de 1999, force est de constater ce mouvement de balancier entre l’universel et le national, entre l’ouverture et la fermeture à l’autre (l’État, le pays, la population, voire le « peuple ») avec des arguments qui ne font pas toujours honneur aux « observateurs du remarquable », aux professionnels des faits, etc. que sont les journalistes32. Rares ont été les médias dont les productions rédactionnelles (articles, commentaires, éditoriaux) n’ont pas dérivé vers l’amalgame et la diabolisation. Cela dans des termes habituellement utilisés par les journaux « tabloïds » ou « people » pour les « faits divers », non pas pour dénoncer un régime, un gouvernement, une politique mais toute une population, en l’occurrence les Serbes. Dans de nombreux cas et de façon banale ou ordinaire, la République yougoslave de Milosevic a été assimilée au régime nazi sur arrière-fond de rappel « des » histoires nationales plus ou moins réinterprétées, etc.33. Cependant, si l’amalgame pratiqué par les médias est un procédé rhétorique détestable, particulièrement dans un tel contexte, il a largement été utilisé en amont du processus de communication médiatique par les politiques, chefs de gouvernement, leaders politiques, porte-parole, etc. S’ils ont abreuvé les médias en tant que sources, on peut reprocher à ceux-ci de ne pas avoir su faire la part des choses… Pourtant, pour ne citer qu’elle, l’association Reporters sans frontières avait déjà dénoncé cette pratique dans la communication publique de l’OTAN comme dans celle de responsables politiques. Elle avait, par exemple, pris le relais du directeur du Centre de recherches sur l’antisémitisme de Bonn, Wolfgang Benz, certes peu écouté mais qui avait dénoncé dès le 22 avril 1999 la comparaison entre le régime de Belgrade et l’Allemagne nazie, l’usage abusif du terme holocauste, etc.34. Bref, l’observation et l’analyse du langage médiatique ou de celui qui est relayé par les médias ont souvent révélé des manques de retenue et des dérives sémantiques ne présentant pas la conscience collective nationale sous son meilleur jour et prenant le risque de favoriser des dérives comportementales…

  • 35 Sur cette formule d’identification ou d’autres, on lira avec intérêt l’article « Tous Afghans » du (...)

23Le 11 septembre 2001, on n’a certes pas manqué, sur quasi toutes les chaînes de télévision occidentales, d’assimiler ou de comparer l’attaque des tours du World Trade Center à celle lancée par les Japonais le 7 décembre 1941 à Pearl Harbor, ou de dire que « nous sommes tous des Américains » à l’instar de la formule « nous sommes tous des Berlinois » de Kennedy affirmant autrefois l’identité du monde libre devant le mur de Berlin…35. Les appels à se méfier de l’amalgame entre musulman et taliban ont suivi les jours suivants. Ils ont été remarqués par rapport au passé. Les manifestations spontanées de haine ou de violence envers des musulmans aux États-Unis ont, apparemment, joué un rôle dans la prise de conscience des journalistes, en particulier de l’audiovisuel, de la spécificité de l’information de crise dans un environnement proche et non plus lointain.

La concurrence du « local »

24Le traitement d’un conflit n’appelle donc pas qu’un regard universel de la part des « constructeurs de l’actualité ». Celui-ci est rare et il ne s’installe pas dans la durée. Cette dimension, avec ce qu’elle implique en termes d’explications et d’analyses, a difficilement été prise en compte dans le cas du Kosovo. Pourquoi l’aurait-elle subitement été pour la « tragédie américaine » ? De notre point de vue, la raison première — « théorie distanciatrice » à l’appui — est que celle-ci n’est pratiquement pas « gérable » par des entreprises de production d’information préoccupées de satisfaire leurs différents publics dans un contexte concurrentiel. Par ailleurs, malgré ce que les gouvernements européens ont pu afficher en termes d’unité et de convergence dans l’action, notamment dans la phase de préparation à la guerre pourtant déjà envisagée dans la phase diplomatique, la vision « internationaliste » (voire universelle) dans l’engagement de l’OTAN dans cette partie des Balkans s’est rapidement heurtée à des visions nationales au sein des pays « alliés ». Celles-ci, à la longue, auraient pu mettre en cause l’OTAN agissant comme bras séculier de l’Union européenne si le Parlement de Belgrade n’avait accepté le 3 juin 1999 le plan de paix qui sera signé le 9 juin à Kumanovo.

Conclusion : les responsabilités en partage ?

  • 36 Une considération sur laquelle Daniel Bougnoux (2001) n’a aucune équivoque.
  • 37 C’est une hypothèse fort plausible que développe Pascal Boniface dans son entretien du 31 août 1999 (...)
  • 38 L’auteur évoque (p. 69) dans ce contexte, pour les lecteurs français, le retour des idées de Charle (...)
  • 39 Il n’est pas dans le propos de développer la comparaison avec l’Europe du xvie siècle. Le but de l’ (...)

25Que retenir dans cette relation « conflit — identité nationale et médias » ? Tout d’abord que l’enracinement historique et culturel résiste plus ou moins selon les pays à des visions d’ouverture, surtout du fait d’un conflit et de sa médiatisation internationale. Au-delà du constat que l’information médiatisée demeure inscrite dans des frontières, celles des États, il y a lieu de se rappeler que les entreprises médiatiques agissent, elles aussi, dans des frontières constituées par leurs zones de diffusion qui, rarement, débordent les frontières des États. Y compris au sein de l’Union européenne. À l’échelle internationale ou universelle, on pourrait dire que les médias nationaux se comportent comme des médias « régionaux » ou « locaux » dans la recherche de la satisfaction de leurs publics, quitte à valoriser leur chauvinisme « national » ou « local »36, à l’instar de ce qui se fait lors des compétitions sportives internationales, en particulier des sports de masse. Dans bien des cas, on observe une accentuation de la dimension proxémique dans le choix et le traitement de l’information qui peut favoriser ou encourager des compartimentations identitaires. Il n’y a pas lieu d’être dupe. Cette attitude se retrouve dans la couverture des « crises » infranationales permettant, ici et là, à des entités de revendiquer — et parfois d’obtenir — une reconnaissance au sein d’un État (voir les cas de la Corse en France, du Pays basque en Espagne, du délicat équilibre entre Flamands et Wallons en Belgique, etc.), voire d’envisager — et pourquoi pas ? — la création de micro-États comme après 191837. La logique médiatique ainsi révélée conduit à un « rétrécissement féodal des horizons » dénoncé par Régis Debray38. D’un siècle à l’autre, la « crise des Balkans » n’est donc pas qu’une « terrible métaphore », mais le symbole d’un devenir possible des États dans le cadre d’une activité médiatique non forcément finalisée au-delà d’elle-même mais contribuant de facto à façonner les opinions. Jouant pour eux et définissant par eux-mêmes et selon les circonstances ce qui est le « bien » individuel ou collectif, les médias ne se préoccupent guère des enjeux des relations que les individus, en tant que citoyens, ont à entretenir avec les collectivités dont ils font partie et auxquelles ils ont théoriquement délégué leurs responsabilités (Guillebaud, 1993 ; Bougnoux, 1999). L’individu précéderait-il le citoyen ? On n’échappe pas à la question du sens de l’État et des compétences qui en découlent pour les collectivités territoriales comme pour les institutions de la République puisque le « bien » procède de la norme guidant leur action, elle-même organisée dans le cadre de procédures légales. On peut s’étonner, dans une période active de la construction de l’Europe, que des patriotismes locaux puissent, grâce notamment à la boulimie « informationnelle » des médias, émerger sur des bases conflictuelles quand ils ne les créent pas non plus eux-mêmes. Charles-Quint, dans sa vocation à construire l’unité du Saint-Empire romain germanique, a finalement été saisi par el perfecto desengano (le parfait désenchantement) qui l’a conduit à l’abdication. L’Empire de la chrétienté d’alors n’a été qu’une façade ou un décor pour des convoitises particulières et des rivalités plus ou moins mesquines alors que son but était — déjà, mais dans un contexte géopolitique fort différent ! — de faire l’unification de l’Europe des États39. Mais ce passé-là ne donne apparemment pas lieu à comparaison. Que dire désormais d’un éventuel « patriotisme » de bloc, celui de l’Europe en construction ou de l’Occident face au reste du monde ?

26Le tropisme des médias pour les « crises » ou les « conflits » et le cadre de la diffusion imposent des valeurs privilégiées dans les choix et les modalités de traitement de l’information à destination de leurs publics. Le « principe de réalité » oblige. Les objectifs de marketing, par ailleurs fort présents dans les choix médiatiques, font qu’il est difficile d’envisager l’action d’informer sur le seul registre de la distanciation. Que les médias y baignent ou n’y baignent pas en agissant à l’extérieur du terrain des opérations, dans le cadre d’un conflit ce principe n’a plus de sens. Il est de facto dévalorisé puisqu’il faut nécessairement ou apparemment choisir un camp — avec les arguments qu’il s’est construit. Le point de vue de l’autre ne saurait équivaloir à celui de « mon » camp puisque c’est celui-là qui, en la circonstance, est juste ! Bref, on frise l’absurde.

27Si les mécanismes de distanciation et de critique fonctionnent, ils posent un problème pour l’avenir de la production de l’information dans les crises majeures où des forces armées sont en présence ou se préparent à agir au vu et au su de tout le monde. A-t-on fait des progrès par rapport aux guerres impérialistes de l’Histoire où le droit du plus fort s’imposait aux plus faibles ? La « guerre du Kosovo » a montré que, sur le registre de l’information médiatique et médiatisée, la connaissance de l’autre n’est pas particulièrement recherchée, que « la cause est entendue » une fois la décision d’intervenir prise. Ne l’était-elle pas déjà avant ? L’altérité ne peut qu’être négative en l’occurrence. L’amalgame est resté un procédé rhétorique trop facilement appliqué. En France, « l’affaire Debray » a montré des excès dans l’exclusion pour ceux qui n’étaient pas dans la pensée unique avec ses modes de raisonnement et d’argumentation ! Autant de phénomènes, d’événements ou de cas montrant que la « situation de guerre » ne saurait être normalisée ou régulée, notamment sur le plan du droit. Qu’elle est toujours une rupture avec tout ordre préalable voulu ou envisagé parce qu’elle relève de la logique d’action sur le terrain des belligérants eux-mêmes et de ceux qui les soutiennent ! Avant le 11 septembre 2001, et avec le traitement médiatique des conflits nés dans l’ex-Yougoslavie, on a voulu faire croire que le monde civilisé pouvait imposer les « lois de la guerre » [sic]. La crise de la fin de l’année 2001 rappelle que, depuis la nuit des temps, « la guerre impose ses lois ». Les « seigneurs » ou « fous de guerre » n’ont que faire du droit. Pris dans la guerre, les défenseurs les plus vertueux du droit ne sauraient s’y tenir sans prendre le risque de la défaite.

  • 40 Nous ne pouvons qu’encourager les travaux sur l’argumentation et les réflexions sur l’éthique de l’ (...)
  • 41 Le sujet permet un clin d’œil à Verdi et à la commémoration du centenaire de sa mort. Son mélodrame (...)

28Les situations conflictuelles méritent bien d’autres réflexions et analyses, nuances ou compléments. Les journalistes et les médias qui les emploient ont des progrès à faire dans l’argumentation sans être dans la dépendance d’un mimétisme généralisé, de choix éditoriaux ou de pressions, directes ou occultes, les éloignant des valeurs professionnelles qu’ils défendent. Or, la dimension éthique de l’information est inscrite dans la problématique de l’argumentation elle-même. Elle est encadrée par les trois questions rappelées par Philippe Breton : « tout est-il argumentable ? » ; « tous les arguments sont-ils bons pour défendre une opinion ? » ; « y a-t-il des limites à l’action que l’on peut exercer sur un auditoire ? » (Breton, 1996 : 23)40. Cela suppose une volonté partagée par ceux qui concourent à l’information et à la communication publique. Pour, précisément, expliquer les événements en essayant de mieux faire connaître l’autre en tant que collectivité, dans la spécificité de son altérité, dans son histoire située dans un espace défini, dans sa culture propre et les motifs des choix structurants son système social, bref, dans ses diverses contraintes, y compris quand elles se placent dans un contexte de « crise » où la violence s’installe comme « force du destin »41.

29Est-ce bien ce que l’on recherche quand, dans le monde, les États laissent se développer des situations belligènes ? Ou que les médias développent une « médiatisation des crises » apparemment sans limite pour la captation de leurs audiences respectives ? On peut rêver. Quoi qu’on en dise, la civilisation progresse aussi avec le rêve !

Haut de page

Bibliographie

AKOUN, André, Francis BALLE et al. (dir.) (1979), Dictionnaire de politique, Paris, Larousse.

AUSSARESSES, Paul (2001), Services spéciaux. Algérie 1955-1957, Paris, Perrin.

BOBBIO, Norbert (1998), L’État et la démocratie internationale, Bruxelles, Complexe.

BOLTANSKI, Luc (1993), La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailié.

BOUGNOUX, Daniel (1999), « Les Balkans comme métaphore », Les Cahiers de médiologie, no 8.

BOUGNOUX, Daniel (2001), « L’indépassable chauvinisme de l’information », dans Michel MATHIEN (dir.), L’information dans les conflits armés, préface d’Alain MODOUX, sous-directeur général de l’UNESCO, Paris, L’Harmattan, p. 131-136.

BRETON, Philippe (1996), L’argumentation dans la communication, Paris, La Découverte.

BRETON, Philippe (2001), « Analyse de l’amalgame entre le génocide commis par les nazis et les crimes des troupes serbes pendant la guerre du Kosovo », dans Michel MATHIEN (dir.), L’information dans les conflits armés, préface d’Alain MODOUX, sous-directeur général de l’UNESCO, Paris, L’Harmattan, p. 429-446

DAYAN, Daniel, et Elihu KATZ (1996), La télévision cérémonielle. Anthropologie et histoire en direct, Paris, Presses universitaires de France.

DEBRAY, Régis (1999), L’emprise, Paris, Gallimard.

DE LASSALLE, Marine, et Nathalie DUCLOS (2001), « L’UCK au miroir de la presse française », dans Michel MATHIEN (dir.), L’information dans les conflits armés, préface d’Alain MODOUX, sous-directeur général de l’UNESCO, Paris, L’Harmattan, p. 377-404.

DUPEUX, Louis (2001), Aspects du fondamentalisme national en Allemagne de 1890 à 1945, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

FLESCH, Rudolf (1943), Marks of Readable Style. A Study in Adult Education, New York, Teachers College, Columbia University Press.

FLESCH, Rudolf (1952), The Art of Plain Talk, New York, Harcourt.

FRIEDMAN, David (1992), Vers une société sans État, Paris, les Belles lettres (titre original de la première édition de l’ouvrage paru aux États-Unis en 1973 : The Machinery of Freedom. Guide to a Radical Capitalism).

GUILLEBAUD, Jean-Claude (1993), « Les médias contre la démocratie », Esprit, mars-avril.

KOUCHNER, Bernard (1987), Devoir d’ingérence, Paris, Denoël.

LAÏDI, Zaki (1994), Un monde privé de sens, Paris, Fayard.

LAPRÉVOTE, Louis-Philippe (2000), Ethnographie et propagandes. Angoisses, rêves et espoirs d’Europe, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

MATHIEN, Michel (1998), « Les médias et l’actualité de défense. Les journalistes face aux militaires et vice-versa », Quaderni, n° 36 : 15-31.

MATHIEN, Michel (dir.) (2001), L’information dans les conflits armés. Du Golfe au Kosovo, préface d’Alain MODOUX, sous-directeur général de l’UNESCO, Paris, L’Harmattan.

MATHIEN, Michel (2001), « L’information dans la guerre. Spécificités communicationnelles, risques, perspectives », dans Michel MATHIEN (dir.), L’information dans les conflits armés. Du Golfe au Kosovo, préface d’Alain MODOUX, sous-directeur général de l’UNESCO, Paris, L’Harmattan, p. 21-60.

MICHEL, Jean-Luc (1990), La distanciation. Essai sur la société médiatique, Paris, L’Harmattan.

SICARD, Marie-Noëlle (1998), Entre médias et crises technologiques. Les enjeux communicationnels, Lille, Septentrion.

VERCAUTEREN, Pierre (2001), « La crise de l’État dans l’Union européenne. Une sortie de crise par une refondation du sens ? », dans Annuaire français de relations internationales, vol. 2, Bruxelles/Paris, p. 293-315.

Haut de page

Notes

1 Nous ne poursuivons pas cet aspect du propos qui a fait l’objet d’un long développement dans notre article (Mathien, 1998 : 15-31).

2 On trouvera dans l’article de l’historien Jean-Pierre Chrétien, « Du Kosovo au Kivu : le virus des origines » (Le Monde du 21 avril 1999), un bon argumentaire sur ces guerres récentes fondées sur l’identité ethnique ou nationale qui peuvent contaminer leurs adversaires tel un virus.

3 Comme, par exemple en France, l’association Reporters sans frontières. Lire à ce propos l’article de Chantal de Casabianca et Robert Ménard, responsables de RSF, dans Le Monde du 9 octobre 1992, « Ex-Yougoslavie : pour un droit d’ingérence médiatique ». Voir aussi les débats qui ont présidé à la résolution 688 du Conseil de sécurité du 5 avril 1981 qui introduit ce « droit » opposable à tout État dès lors que ses devoirs envers des personnes en danger ne sont plus assumés par lui. Voir aussi l’ouvrage « fondateur » de Bernard Kouchner (1987).

4 À l’instar de « Médecins sans frontières », « Reporters sans frontières », « Gynécologie sans frontière », « Hôpital sans frontière », « Pharmaciens sans frontières », « Écologie sans frontière », « Marins sans frontière », « Formateurs sans frontières », « Ingénieurs sans frontières », « Vétérinaires sans frontières », « Artistes sans frontière », « Clowns sans frontières », mais aussi « Épargne sans frontière », « Patrimoine sans frontière », etc. Autant d’intitulés d’organismes (usant du singulier ou du pluriel dans le substantif « frontière ») dont la liste est loin d’être exhaustive comme on le constate en consultant les annuaires et qui traduisent des projets et des cultures de solidarité n’étant pas forcément convergents sauf pour s’affranchir, d’une manière ou d’une autre, des limites et donc de la tutelle des États.

5 « Choisis la vérité, non pas un camp ! » — Nous ne connaissons pas l’origine précise de la formule, mais nous l’avons souvent entendue à l’époque de ce conflit dans des échanges avec des professionnels.

6 La chaîne « mondiale » que représente Cable News Network ou CNN n’a en rien occulté le phénomène national américain dès la guerre du Golfe ou, par la suite, sur les territoires extérieurs aux États-Unis.

7 On se reportera sur ce sujet peu exploité des comportements journalistiques ou éditoriaux à l’ouvrage de référence de Jean-Luc Michel (1990).

8 C’est ce qui se dégage des diverses interventions du colloque tenu sur le sujet les 23-24 mars 2000, à Strasbourg (Mathien, 2001). Une trentaine d’auteurs ont participé à ce colloque qui s’est déroulé au Parlement européen.

9 La « théorie distanciatrice » montre, selon Jean-Luc Michel (1990), que si tous les individus sont dotés d’un potentiel de distanciation critique facile à mettre en œuvre, ils ne disposent pas — en toute égalité — d’un registre « supérieur », plus complexe et rare, de « distanciation dialectique ». Ce registre correspond, en première approximation, à la capacité de conscientiser les phases d’identification, de projection ou de transfert pour les intégrer dans un ensemble plus vaste dans lequel les degrés de liberté de l’acteur sont plus élevés.

10 Divergences nourries par les mêmes sources que pendant la phase opérationnelle des frappes entre le 24 mars et le début du mois de juin 1999 avec les accords préparatoires à la fin de l’intervention de l’OTAN, divergences expliquées par des sources nationales identifiées et dont les médias se sont fait directement ou indirectement les porte-parole, notamment dans le cadre d’interviews. Ainsi, le chef d’état-major des armées françaises, le général Jean-Pierre Kelche, explique dans Le Figaro du 20-21 mai 2000 que son pays s’était opposé à la destruction des ponts de Belgrade au 70e jour des frappes, que la France a pu vérifier par elle-même que les objectifs de l’OTAN étaient bien respectés sur le terrain. Il y confirme la défiance des Américains qui ont mené des opérations directement du territoire des États-Unis, sous contrôle du Pentagone, etc.

11 Parmi ces traces, le limogeage brutal par le chef d’état-major général des armées des États-Unis du général Wesley Clark, commandant suprême des forces de l’OTAN en Europe, à la fin juillet 1999, soit quelques semaines après la fin du conflit, et son remplacement par le général américain Joseph Ralston, sans consultation préalable du Comité militaire de l’Alliance et de son secrétaire général. On trouvera une analyse de la crise de confiance au sein de l’OTAN que cachent les apparences dans l’article de Daniel Vernet, « Défense européenne : le soupçon de Washington » (Le Monde, 30 septembre 1999). Sur les dissentiments entre Européens et Américains, voir aussi, dans le supplément hebdomadaire du Financial Times du 1er – 8 octobre 2000, les accusations de sabotage par la France des négociations de Rambouillet et de sa suspicion à l’encontre de l’OTAN, portées par James Rubin, ancien porte-parole de Madeleine Albright.

12 Ainsi, dans le numéro 245 (novembre 1999) de la revue française Armées d’aujourd’hui, on trouve un long reportage sur la Force aérienne de contact et la Force aérienne de protection intitulé « Au cœur des crises. La Fac et la Fap, de la guerre à la mission humanitaire ».

13 Rudolf Flesch (1943) et, surtout, son ouvrage de référence, The Art of Plain Talk, (1952). Connu pour son indice de lisibilité des textes, Flesch a aussi développé le principe d’un « coefficient d’intérêt humain d’un message » qui varie en fonction de la quantité de références à des personnes. Ces deux indices fondés sur des systèmes de calcul empiriques se sont révélés opérationnels dans la communication de vulgarisation.

14 Pour Marie-Noëlle Sicard, le « temps médiatique » se superpose à celui des faits. D’où un « emballement de la crise » entretenu par les médias au premier rang desquels se trouve la télévision et, surtout, un « brouillage des temps » (Sicard, 1998 : chapitres II et III).

15 Cela a été une des fonctions du faux « charnier de Timisoara » lors de la « révolution » roumaine de 1989, puis de la non moins fameuse « affaire des couveuses artificielles » de l’hôpital de Koweit-City lors de l’invasion du Koweït par l’Irak l’année suivante. Les soldats irakiens auraient débranché ces couveuses et entraîné la mort de centaines de nourrissons («  innocents » par nature). Jusqu’à ce que la manipulation ait été prouvée, l’affaire a servi d’argument en faveur de l’intervention militaire à l’ONU et aux États-Unis.

16 Sur l’actualité de la propagande dans le contexte contemporain, ses liens entre États et médias, on se reportera aux nombreux exemples relevés dans l’ouvrage dirigé par Louis-Philippe Laprévote (2000), en particulier aux articles relatifs aux pays des Balkans et à la question « identitaire ».

17 C’est, en quelque sorte, le sens de « Questionnaire », l’article des écrivains Dominique Eddé et Danièle Salenave paru dans Le Monde du 28 septembre 2001 qui pointe tout simplement et sans élément de réponse des sujets « médiatiquement » tabous ou des problèmes politiques ou moraux non résolus à l’échelle de la planète.

18 Fondés sur le principe des nationalités cher au président des États-Unis, Theodor Woodrow Wilson, mis en œuvre lors du Traité de Versailles, les traités de Saint-Germain, de Neuilly, de Trianon, de Sèvres et de Rapallo (1920) ont concerné les « nations » établies entre Adriatique et Mer Noire avec des attributions de territoires et de populations qui ont davantage été acceptés sur le papier par les plénipotentiaires que par les « peuples » sur place qui ont gardé à l’esprit, jusqu’à nos jours, une « mémoire vivante » d’un passé qui n’est pas construit, lu, commenté et interprété selon les grilles de lecture des États à l’origine de l’Union européenne.

19 On trouvera de nombreuses références bibliographiques et leur importance sur ce sujet en discussion dans Pierre Vercauteren (2001). Voir aussi sur les trois fonctions majeures de l’État et leur évolution : la cohésion sociale, les équilibres macro-économiques et la sécurité interne et externe (Bobbio, 1998).

20 Sur cet autre aspect qu’est la désacralisation de l’État, voir Akoun et Balle (dir.) (1979).

21 D’autres approches, dont celles de « citoyens du monde », ont fait leurs émules allant dans le sens d’une société anarcho-capitaliste dont d’autres encore voient les dangers dans la mondialisation de l’économie, etc.

22 Voir les réactions rapportées par Le Monde dans son édition du 28 septembre 2001, « La presse algérienne critique les déclarations de M. Chirac aux harkis », « La France demande à l’Algérie de s’excuser auprès des traîtres ! », s’émeut le journal du FNL.

23 Passion médiatique renforcée avec la parution du livre du général Paul Aussaresses (2001) qui confirme en la décrivant la pratique de la torture lors de la « bataille d’Alger » et dont les commentaires médiatiques, politiques et institutionnels marquent une incommunicabilité de principe alors que le livre intervient comme un témoignage sur un fait — la torture — qui n’était pas nouveau en soi mais plus ou moins occulté. D’où la réprobation quasi générale de tous ceux qui se montrent ou s’affichent dans les médias français.

24 Les abstentions plus ou moins fortes lors des consultations électorales nationales témoignent de cette situation dans la plupart des pays de l’Union européenne.

25 On trouvera bien des arguments pour prolonger ce point dans Jean-Claude Guillebaud (1993).

26 Ainsi, par exemple et sur un autre registre traduisant une conduite plus ou moins généralisée et sans non plus privilégier un point de vue strictement hiérarchique ou élitaire, on observe que la plupart des conflits sociaux traités par les télévisions accordent de plus en plus d’importance aux syndicats, aux manifestants ou aux grévistes, qu’à ceux qui disposent de l’information stratégique ou sont autorisés à parler de par les responsabilités légitimes qu’ils assurent. De même, pour bien des faits divers (accidents de circulation, incendie…) il est plus courant d’interviewer des acteurs subalternes (gendarme, policier, pompier, victime, témoin…) que ceux qui disposent des informations pertinentes allant au-delà du « vécu ». Ce processus a aussi été observé dans les conflits en donnant la parole aux soldats pour expliquer le bien-fondé de leur mission (Bosnie, Kosovo…). On peut voir dans cette évolution une forme dérivée du « public journalism » — made in USA au cours des années 1980 — et qui n’est pas dénuée d’intérêt commercial pour les médias.

27 À la radio et à la télévision, les journalistes ont été dans cet exemple des porte-micros. Rarement ils ont été des médiateurs critiques à l’égard de la rumeur dont la réalité était fondée sur le mécontentement de la population concernée par une catastrophe naturelle qui a duré des semaines, quitte à ne même pas intervenir sur une rumeur remettant en cause les lois de la gravité.

28 Les discours implicites mettant en cause l’État sont souvent contradictoires puisqu’ils renvoient à l’État-Providence dont on attend des solutions à des problèmes collectifs devenant toujours urgents face à des individus désemparés ou victimes, comme cela a été le cas en Belgique avec l’affaire Dutroux, en France avec le drame du sang contaminé, en Grande-Bretagne avec la crise de la vache folle, ou la corruption en Italie, etc. Ou encore l’arrêt Perruche qui, en France, donne gain de cause à un adulte handicapé qui n’avait pas demandé à naître et demande sa prise en charge par l’État.

29 Un exemple d’incompréhension après un conflit, avec ses présupposés, ses rancœurs et la volonté de se venger d’une manière ou d’une autre (les « réparations de guerre »), est fourni par l’analyse des interprétations du Traité de Versailles que donne l’historien Louis Dupeux (2001), en particulier le chapitre final intitulé « Les Allemands et la Paix, 1918-1925. Espoirs et désespoirs — Illusions et désillusions — Combinaisons et radicalisations » (p. 291-300). Le nazisme n’est pas né du principe de la « génération spontanée » et les Allemands ne sont pas les seuls responsables de la prise du pouvoir par Hitler.

30 À peine un mois après la première frappe de l’OTAN, la revue spécialisée CB News constatait que « La guerre du Kosovo fait vendre les quotidiens qui y mettent le prix » (no 567, 19-25 avril 1999).

31 D’où le concept de « guerre propre » avec ses métaphores du type « opération chirurgicale », etc.

32 Nous ne pouvons rapporter ici tous les cas analysés par les auteurs du colloque cité (Mathien, 2001).

33 Sur cet aspect précis, on lira dans Philippe Breton (2001). L’auteur y montre que l’amalgame est un travers journalistique qui n’est pas lié au seul traitement d’un conflit armé et qu’il concerne des journaux de « référence » comme Le Monde.

34 Voir le document ronéotypé d’une dizaine de pages diffusé par ses soins dès juin 1999 et intitulé Guerre en Yougoslavie : les bavures médiatiques de l’OTAN.

35 Sur cette formule d’identification ou d’autres, on lira avec intérêt l’article « Tous Afghans » du médiateur du journal Le Monde, Robert Solé, qui s’explique sur la position du directeur de la publication, Jean-Marie Colombani, qui avait titré son éditorial du 13 septembre 2001 : « Nous sommes tous Américains ». Titre qui avait suscité de nombreuses réactions de lecteurs demandant des explications sur la ligne du journal, etc.

36 Une considération sur laquelle Daniel Bougnoux (2001) n’a aucune équivoque.

37 C’est une hypothèse fort plausible que développe Pascal Boniface dans son entretien du 31 août 1999 dans Le Monde : « Le mouvement de balkanisation de la planète ne cesse de s’accélérer ».

38 L’auteur évoque (p. 69) dans ce contexte, pour les lecteurs français, le retour des idées de Charles Maurras sur le registre de l’enracinement et de la proximité avec pour fil conducteur ce que cet auteur (qui défendra le gouvernement de Vichy sous l’occupation allemande) appelait « le nationalisme intégral ». On pourrait y ajouter la théorie nationaliste sur la fidélité au sol natal défendue par Maurice Barrès.

39 Il n’est pas dans le propos de développer la comparaison avec l’Europe du xvie siècle. Le but de l’Empire était la préservation de la chrétienté face aux Turcs de l’empire menaçant de Soliman le Magnifique. Avant la révolution française de 1789, on comptait plus de 1 700 États de culture, de tradition et de parler germanique.

40 Nous ne pouvons qu’encourager les travaux sur l’argumentation et les réflexions sur l’éthique de l’information et la discussion qui en découlent.

41 Le sujet permet un clin d’œil à Verdi et à la commémoration du centenaire de sa mort. Son mélodrame lyrique La Forza del destino est l’histoire d’un enchaînement de malheurs individuels à partir d’un accident au sens propre du terme. Combien d’événements ne se sont-ils pas développés à partir d’un fait mineur sursignifié sur le plan symbolique ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Mathien, « L’information identitaire comme jeu et enjeu dans les conflits entre l’universel et le local », Communication, Vol. 22/1 | 2003, 123-146.

Référence électronique

Michel Mathien, « L’information identitaire comme jeu et enjeu dans les conflits entre l’universel et le local », Communication [En ligne], Vol. 22/1 | 2003, mis en ligne le 08 janvier 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/4796 ; DOI : 10.4000/communication.4796

Haut de page

Auteur

Michel Mathien

Michel Mathien est professeur à l’Université Robert Schuman de Strasbourg (Centre universitaire d’enseignement du journalisme, Institut d’études politiques). Dans le cadre du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les constructions européennes (GRICE), il dirige le Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur les médias en Europe (CERIME). Courriel : m.mathien@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org