Navigation – Plan du site
Lectures

Ruth AMOSSY (2000), L’argumentation dans le discours. Discours politique, littérature d’idées, fiction. Comment peut-on agir sur un public en orientant ses façons de voir, de penser ?

Paris, Nathan Université
Ruud van der Helm
p. 171-175
Référence(s) :

Ruth AMOSSY (2000), L’argumentation dans le discours. Discours politique, littérature d’idées, fiction. Comment peut-on agir sur un public en orientant ses façons de voir, de penser ?, Paris, Nathan Université

Texte intégral

1Écrire une critique bien argumentée d’un livre est toujours difficile, mais dans le cas de L’argumentation dans le discours de Ruth Amossy (2000) cela semble une tâche impossible. En effet, l’énoncé argumentatif est à la fois l’objet et l’outil qui est disponible pour le mener à bien et il faut se méfier de ne pas se mordre la queue. Heureusement, il ne nous manque pas de réflexions sur les outils qui s’avèrent pratiques dans le travail argumentatif, ce travail noble de conviction (avec l’esprit) et de persuasion (avec le cœur).

2De quoi s’agit-il ? Nous pouvons être concis : Amossy nous amène dans un domaine qui est caractérisé par un seul mot (et son article) : le discours. Après avoir lu l’ouvrage, il ne nous reste qu’une idée en tête : c’est par le discours et non pas seulement par la langue que nous devons comprendre nos énoncés argumentatifs. Le discours comprend la langue, certes, mais il va au-delà : il faut également prendre en compte le dispositif d’énonciation et la dynamique interactionnelle ; il nous faut parole et contexte. Ainsi, nous sortons de la grille de lecture linguistique pure (qui étudie les figures à l’intérieur de la langue) pour la faire remplacer par l’analyse de l’argumentation, qui, selon l’avant-propos, « se propose d’étudier l’efficacité de la parole dans ses dimensions institutionnelles, sociales et culturelles » (p. VII).

3Pour nous faire comprendre l’apport que cette façon de voir l’argumentation nous donne, le discours d’Amossy est construit sur quelques grandes lignes. D’abord, nous nous retrouvons dans le courant de la « nouvelle rhétorique » dont elle cite amplement les travaux de Chaim Perelman. Ce courant nous ramène vers les travaux classiques d’Aristote, qui impose ainsi sa tripartite : logos, ethos et pathos. Parce que, comme Amossy raisonne clairement, la rhétorique d’Aristote avait déjà reconnu que l’argumentation et la persuasion ne sont pas uniquement des produits de la langue, mais un produit de la langue (la raison), de l’attitude du locuteur et de l’émotion. En même temps, nous reconnaissons dans l’analyse argumentative d’Amossy l’influence de Bourdieu, notamment avec son ouvrage Ce que parler veut dire, encore qu’elle hésite à s’en approcher.

4Le livre est construit autour d’une logique claire. L’introduction nous apporte directement les fondements théoriques (fondements rhétoriques, logiques et pragmatiques) qui sont à la base du projet de l’analyse argumentative du discours. On apprend en volant par le paysage des courants différents d’où viennent les concepts pour le travail d’Amossy. Le grand acquis de cette introduction est que nous pouvons et devons distinguer des énoncés avec une visée argumentative de ceux avec une dimension argumentative, en sachant que la dimension argumentative est inhérente à un ensemble beaucoup plus vaste de discours.

5Le livre comprend quatre grandes parties, qui sont les briques qui construisent la grille d’analyse : 1) le dispositif d’énonciation, 2) les fondements de l’argumentation, 3) les voies du logos et du pathos, et 4) les genres du discours. Dans la première partie, l’analyse du discours commence avec une réflexion sur le locuteur et son auditoire. Le locuteur se fait une image de son auditoire, ce qui peut se faire en plusieurs configurations. Ensuite, il n’y a qu’un pas pour rentrer dans l’ethos, l’image de soi que le locuteur transmet à son auditoire, qui a un impact sur l’argumentation en termes d’autorité et de crédibilité. La deuxième partie creuse les fondements qui rendent le discours possible et qui donnent un sens à l’argumentation. Sans pouvoir construire sur des évidences, des acquis, il est impossible de développer un argument, ou, plus précisément : « le savoir partagé et les représentations sociales constituent […] le fondement de toute argumentation » (p. 89). Ces fondements sortent à la fois des idées reçues, ou des stéréotypes et d’une conception de la logique. C’est par la voie de la logique de la construction de notre discours (pas forcément par celle du contenu), et par les analogies et les exemples que nous arrivons à argumenter une chose qui n’est pas encore un acquis, mais pourrait le devenir.

6Mais que cela n’est pas encore suffisamment riche pour pouvoir comprendre le discours nous est montré dans la troisième partie (les voies du logos et du pathos) où nous rencontrons l’être humain dans sa malignité absolue. Parce que la persuasion vient surtout avec les stratégies que nous savons employer, les dits et les non-dits, les sous-entendus, l’ironie, et le choix précis des mots sont tous les outils qui nous sont utiles dans le discours dans tout son pragmatisme. Si nous ajoutons finalement les figures du pathos, de la persuasion du cœur, notre grille d’analyse commence à se compléter.

7Ce qui reste pour la quatrième partie est de trouver une classification des discours pour mieux pouvoir cerner de quoi nous parlons : quel type de discours, quelle formation discursive, et quel champ ? Ceci donne au discours une étiquette « institutionnelle » qui le place dans un certain cadre d’analyse (le slogan politique, le débat polémique ou le récit de fiction pour en reprendre les exemples développés par Amossy).

8La conclusion qui boucle le livre nous résume une fois de plus les originalités de l’approche. Dans les derniers mots, Amossy ne cache pas l’ambition que la théorie qu’on vient d’élaborer pourrait jeter un pont entre l’ensemble des disciplines qui ont affaire à du discours, en restant loyale aux pratiques d’analyse de textes.

9Grâce à l’ouvrage d’Amossy, nous avons réappris que les images du locuteur et de l’allocuteur sont capitales. Ainsi, il n’est pas superflu de noter que le livre est notamment destiné à la formation universitaire. Ceci a conduit l’auteur à construire le livre avec soin et il s’avère complet. Ainsi nous trouvons une logique claire dans l’ensemble de l’œuvre. Pour la première partie d’abord une vue d’ensemble des théories qui traitent l’objet du chapitre suivie par une réflexion sur ce qu’en reprend l’analyse du discours. Dans les autres parties, nous apprenons les figures qui sont pertinentes pour le discours et la façon dont elles rentrent dans l’analyse. De plus, à la fin de chaque chapitre, nous trouvons des résumés, qui ensemble reflètent bien le contenu du livre (ce qui peut donc faciliter la lecture rapide). Enfin, de nombreux exemples et extraits de textes illustrent bien les concepts et la façon dont l’analyse du discours vise à en donner une lecture.

10Dans ce sens, l’ouvrage est un travail d’initiation, qui n’est pas toujours suffisamment approfondi pour un public plus « avancé ». On devrait trouver dans le titre le mot « introduction », parce que c’est cela que Amossy nous donne : une bonne introduction, qui explique de façon accessible et facile à lire comment nous devrions comprendre l’analyse du discours. À propos du titre, il faut signaler une chose qui me semble problématique. Il s’agit du sous-titre « Comment peut-on agir sur un public en orientant ses façons de voir, de penser ? ». Ce titre nous laisse perplexe, d’abord parce qu’il a un double sens et ensuite parce que ni l’un ni l’autre ne couvre le contenu. La première lecture de la phrase nous semble dire que ce livre est un guide qui nous aide à manipuler les façons de voir et de penser du public. L’autre lecture nous renvoie à mieux réfléchir sur nos propres discours pour mieux agir sur un public. Pourtant, le livre ne se veut pas un guide pratique pour construire un discours ; il n’a pas ce but volontariste. Ce que Amossy propose est une grille de lecture, une manière de voir, une manière d’analyser : non pour améliorer nos discours mais pour mieux comprendre l’efficacité de l’argumentation dans le discours.

11Pourtant, et ceci rend ma critique plus problématique et peut-être plus intéressante, cette idée de pouvoir gérer avec l’argument, avec le discours, est un préalable aux courants plus appliqués et on la retrouve, par exemple, dans l’analyse des politiques publiques, avec des auteurs comme Giandomenico Majone ou Frank Fischer et John Forester. Ce n’est pas pour la seule raison de l’analyse que Majone ouvre son ouvrage Evidence, Argument and Persuasion in the Policy Process avec la phrase capitale : « Ce que les hommes politiques savent très bien, et les scientifiques sociaux l’oublient trop souvent, est que le domaine politique est fait avec le discours » (1989 : 1. Je traduis). C’est par le discours que ces analystes cherchent à améliorer leur impact sur la décision. Ce volontarisme discursif, né peut-être d’une frustration des analystes de ne pas avoir trouvé la clef de voûte des problèmes de la décision, a ensuite ouvert un champ énorme d’analyse de discours, qui a rendu la prise de décision une fois de plus problématique. Pour ces analystes, le discours n’est qu’une partie du travail qui s’ajoute à des analyses plus sociologiques des réseaux d’acteurs, le framing du problème et l’articulation du contenu du problème.

12Le domaine qui se fond presque uniquement sur la persuasion par le discours est la prospective avec le développement des scénarios qui décrivent le futur. L’absence de certitudes dans le futur, et le mélange d’éléments quantitatifs et qualitatifs, a obligé ce domaine à mobiliser le discours comme moyen pour mettre les observations sur les dynamiques futures dans le seul tissu qui peut les retenir toutes à la fois : le discours. Il existe donc un volontarisme dans l’usage du discours qui demande des cadres d’analyse qui permettent de mieux cerner l’impact d’un discours dans son contexte culturel et institutionnel. Amossy a des billes en main pour ouvrir la linguistique vers ces analystes moins à l’aise avec les discours trop techniques qui dominent souvent l’analyse du discours. Malheureusement, à la fin, Amossy se positionne de nouveau proche de l’analyse des textes et s’éloigne du travail qui est plus près de la sociologie. Néanmoins, on voit donc dans le titre un petit avant-goût de la volonté de gérer avec l’argumentation.

13Il est évident que le livre d’Amossy est surtout fait pour le public des facultés de communication, de linguistique ou de lettres. Mais je crois qu’il existe une population croissante de chercheurs et de praticiens qui cherchent à rentrer dans le domaine fascinant du discours (et je me compte parmi eux). Ces lecteurs trouvent dans l’ouvrage d’Amossy une introduction aux éléments qui fondent l’analyse, au vocabulaire, et une vue d’ensemble des théories pertinentes. Pourtant, ce discours reste encore éloigné de l’analyse plus appliquée, dans la pratique avec toutes ces complexités à l’intérieur et à l’extérieur du discours, et de l’interaction avec le social. Une question qui me semble très pertinente est comment nous pouvons intégrer l’analyse du discours dans une démarche plus large pour mettre en évidence sa valeur ajoutée. Je ne sais pas si nous pouvons parler d’un objectif extérieur à l’analyse du discours (ce qui va, certes, au-delà des ambitions du livre), mais c’est sans doute dans ce sens que je cherche.

14C’est effectivement un livre qui m’a donné de l’espoir. Très nettement Amossy montre les acquis de l’analyse argumentative du discours qu’elle propose, et qu’ils avancent dans la direction plus sociologique en s’appuyant sur les atouts de la linguistique. Qu’elle continue d’avancer !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ruud van der Helm, « Ruth AMOSSY (2000), L’argumentation dans le discours. Discours politique, littérature d’idées, fiction. Comment peut-on agir sur un public en orientant ses façons de voir, de penser ? », Communication, Vol. 22/1 | 2003, 171-175.

Référence électronique

Ruud van der Helm, « Ruth AMOSSY (2000), L’argumentation dans le discours. Discours politique, littérature d’idées, fiction. Comment peut-on agir sur un public en orientant ses façons de voir, de penser ? », Communication [En ligne], Vol. 22/1 | 2003, mis en ligne le 08 janvier 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/4812

Haut de page

Auteur

Ruud van der Helm

Ruud van der Helm, École nationale de génie rural des eaux et des forêts, Paris. Courriel : vanderhelm@engref.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org