Navigation – Plan du site
Lectures

Patrick CHARAUDEAU et al. (2001), La télévision et la guerre. Déformation ou construction de la réalité ? Le conflit en Bosnie (1990-1994)

Bruxelles, INA-De Boeck Université. (Coll. « Médias-Recherches »)
Michel Mathien
p. 178-181
Référence(s) :

Patrick CHARAUDEAU et al. (2001), La télévision et la guerre. Déformation ou construction de la réalité ? Le conflit en Bosnie (1990-1994), Bruxelles, INA-De Boeck Université. (Coll. « Médias-Recherches »)

Texte intégral

1Voilà une nouvelle production du Centre d’analyse du discours de l’Université de Paris XIII animé par Patrick Charaudeau. Le thème : le traitement du conflit de Bosnie avec la question sous-jacente de la mobilité des opinions publiques corrélée à l’activité des médias. L’ouvrage collectif se présente comme une application complémentaire à la méthodologie présentée par notre collègue dans Le discours d’information médiatique (même collection, 1997). Il est en arrière-fond des analyses chronologiques et descriptives des auteurs avec le numéro de la revue Mots consacrée à ce même sujet (no 47, 1996, « Les médias dans le conflit yougoslave »). Le lecteur qui aura lu les deux avant la présente publication en tirera un avantage de lecture certain.

2Ce nouveau travail sur l’analyse du discours de la télévision porte sur les relations entre jugements et politiques de communication, voire de propagande, qui créent la dépendance des opinions ou provoquent leur indépendance, l’idée étant de poser les jalons pour une analyse comportementale des médias télévisés hors du cas examiné. L’ouvrage (164 pages) se présente en cinq chapitres encadrés par les chapitres d’introduction et de conclusion de Patrick Charaudeau. Les chapitres centraux sont des contributions en « binôme » ou en « trinôme » portant sur l’analyse de journaux télévisés d’un point de vue sémio-discursif, « c’est-à-dire en prenant cet objet (le journal télévisé) comme un ensemble de discours qui sont mis en scènes de diverses manières, et qui sont susceptibles de produire des effets de sens » (p. 27). Les approches proposées ont à la fois une dimension quantitative et une dimension qualitative sur la période de cinq ans à partir du début du conflit. Rien d’étonnant à ce que l’ouvrage, s’appuyant sur une démarche de recherche relativement lourde, ne soit paru que l’an passé… Et que, « une actualité chassant l’autre », sa lecture suppose — et impose — l’ascèse de la prise en compte exclusive du contexte de l’époque et non de la suite des enchaînements des événements ayant conduit au conflit du Kosovo de 1999.

3Si la démarche remonte à une demande « citoyenne » in situ de journalistes hésitant devant la présentation des informations sur cette « crise » (l’avertissement introductif, faute de clarté sur le groupe d’origine et sa scission, fait cependant perdre, de notre point de vue, sa pertinence à ce lien entre professionnels et chercheurs), elle n’a pu faire l’économie de la durée et de la distanciation critique, quitte à ce que celle-ci redevienne volontairement « froide ». Comment pourrait-il en être autrement d’ailleurs ? Ce qui serait fort utile aux professionnels de l’information serait évidemment de connaître ce type d’analyses au moment de leur formation afin de les sensibiliser, voire de les inciter à la prudence, dans la pratique de la construction renouvelée de leurs « produits finis ».

De l’altérité versus « opinion majoritaire »

4Le premier chapitre (Patrick Charaudeau), comme déjà signalé, a une vocation introductive : « La télévision et l’autre-étranger. Conditions d’une étude ». Le propos pose, dans le cadre de l’exocentricité des médias, le problème général de l’altérité dans la présentation d’un événement à partir de nos critères de valeurs et de représentation du monde… C’est-à-dire de la perception des différences et des ruptures dans la représentation de l’Autre conduisant tout d’abord à sa diabolisation puis à la justification morale du devoir d’intervention militaire… Et l’auteur de constater que les médias dans ces situations agissent dans « un temps sans épaisseur historique » et favorisent une approche simplifiée de ce type d’événements graves à propos desquels ils peuvent avoir des choix culturels spécifiques selon les pays. On retrouvera ce processus ultérieurement dans d’autres conflits puisque les pratiques médiatiques n’ont pas changé pour autant du point de vue des observations que d’autres équipes mènent par ailleurs. Le constat est bien là : les figures médiatiques de l’Autre, dans sa construction diabolisée, empêchent toute approche raisonnée sur les origines des conflits, les enchaînements causaux et l’irrémédiable face auquel la réaction ne peut que s’imposer, par la force armée, la diplomatie ou l’action humanitaire. Bref, les figures de persécuteurs ou de « méchants », de « victimes » ou de « résistants » sont construites par ou à la télévision avec le risque de former et de déformer la réalité in situ tout en construisant sa propre réalité…

5Dans le deuxième chapitre, les auteurs (Patrick Charaudeau, Guy Lochard et Jean-Claude Soulages) traitent des « grandes tendances du traitement télévisé ». Non sans précaution sur l’usage des mots de « connaissance » et de « savoir » en lien avec des « constructions mentales » qui catégorisent le monde et non plus sans le rappel que « tout propos résulte de l’entrecroisement entre les systèmes de connaissance et les systèmes de croyance qu’élabore le groupe social ». Et les auteurs de montrer comment les rédactions de JT construisent les événements à partir d’un rubriquage convenu, lui-même classable en « macro-thèmes » — par exemple « le conflit en ex-Yougoslavie » — et subdivisible en « domaines scéniques ». Les auteurs en ont retenu dix : la diplomatie, la médiation-interposition, l’humanitaire, le conflit armé, la scène civile, religieuse, l’opinion publique internationale, la scène médiatique, la politique française, la politique internationale… Concernant le traitement de ce type d’événements conflictuels, ils retiennent trois lois structurantes du traitement thématique : — une loi de proximité à l’origine de la perspective « nationale » donnée à l’événement ; — une loi de spectacularité, à la fois interne en fonction du « niveau présumé de résonance émotionnelle » des images retenues pour la diffusion, et externe à l’événement prenant en compte les « occurrences événementielles en fonction de leur portée présumée d’incidence audimétrique » ; – une loi de positionnement idéologique avec la priorité donnée aux images de victimes dans la mesure où elles ont une dimension fédératrice dans les opinions publiques. Dans ce sens et en mettant en scène la compassion plutôt que l’explication, les médias télévisés joueraient le rôle de dénonciateurs du « désordre mondial » et auraient « un alibi pour ne pas avoir à se poser le problème de l’engagement politique » (p. 45).

6Le troisième chapitre est intitulé : « Le récit des événements. La description des acteurs du conflit : un discours de dramatisation » (Anne Croll et Manuel Fernandez). Il met l’accent sur la chronologie (qui aurait pu être rappelée bien avant par égard pour la mémoire du lecteur ne se souvenant plus forcément des premiers conflits, notamment ceux de la Slovénie et de la Croatie, qui ont conduit à l’éclatement de la Fédération yougoslave), sur la dramatisation et les clichés historico-culturels. Ceux-ci viennent rappeler et souligner que — oh ! combien — « l’imaginaire submerge le réel ». Un exemple est donné par l’expression « la marmite des Balkans », inévitablement polysémique et connotée, mais qui résonne aussi comme une métaphore déclinée du mot de « balkanisation » dont le sens peut aussi concerner le « discours journalistique » dans ses fluctuations. Les exemples donnés sont sur ce plan pertinents et viennent illustrer les choix éditoriaux d’une télévision généraliste (de tout média de masse préciserons-nous, car il s’agit de la confirmation d’un constat ancien) en fonction de sa perception de l’opinion majoritaire (p. 99).

L’idéal fragile de l’information journalistique

7Le quatrième chapitre, « Les scénarisations visuelles. La mise en image télévisuelle d’un conflit » (Guy Lochard et Jean-Claude Soulages), pointe notamment le conditionnement des rédactions par des facteurs relevant de l’imaginaire qu’elles se forgent à partir de la perception des mouvements de l’opinion publique… On retrouve un constat réaffirmé par plusieurs, parmi les présents auteurs ou d’autres, de toute l’importance de cette perception, surtout quand il s’agit de coller stratégiquement à une opinion majoritaire (p. 127). Les « spectacles offerts » par les médias, qu’il s’agisse ou non de l’information télévisée, ne sauraient y être indifférents. Et les auteurs de souligner, chacun à leur manière, par l’examen des discours et des scénarisations visuelles, toute la fragilité de l’idéal que représente l’information journalistique fondée sur l’authenticité et la vérité…

8Le travail présenté dans cette publication est fort riche et fort utile à la compréhension de l’activité médiatique, notamment télévisée, tant par la démarche méthodologique que par le cas choisi. Il est en convergence avec d’autres recherches dans l’analyse du récit comme dans l’analyse des pratiques médiatiques. Il pose aussi bien des questions. Par exemple, si la propension à s’engager du côté des victimes fait obstacle à l’engagement politique, elle n’encourage pas non plus l’approche de la complexité des problèmes humains que pose chaque crise de cette nature. Nous y avons trouvé un intérêt personnel pour nos propres recherches sur la médiatisation des conflits et nous nous retrouvons avec les auteurs sur l’inévitable question du sens de l’information médiatisée. C’est dire que le sujet traité renvoie inévitablement aussi à la question philosophico-politique de la relation de Soi à l’Autre dans un ensemble social partagé (en l’occurrence la poursuite de la construction de l’Union européenne) et par rapport à laquelle les acteurs concernés (responsables de chaînes et journalistes) hésitent à afficher les responsabilités qui sont les leurs en matière d’offre d’information. Les enchaînements des événements mondiaux en lien avec les actes criminels du 11 septembre 2001 aux États-Unis, tout comme ceux relatifs aux événements nationaux français issus de la percée de l’extrême droite au soir du premier tour de l’élection présidentielle le 21 avril 2002, ne sont pas sans rapport avec la construction médiatique sur les plans infra- et supra- culturels, infra- et supra-nationaux. C’est dire qu’il y a matière à bien des recherches dont la présente publication est à recommander aux étudiants en journalisme et aux chercheurs en communication…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Mathien, « Patrick CHARAUDEAU et al. (2001), La télévision et la guerre. Déformation ou construction de la réalité ? Le conflit en Bosnie (1990-1994) », Communication, Vol. 22/1 | 2003, 178-181.

Référence électronique

Michel Mathien, « Patrick CHARAUDEAU et al. (2001), La télévision et la guerre. Déformation ou construction de la réalité ? Le conflit en Bosnie (1990-1994) », Communication [En ligne], Vol. 22/1 | 2003, mis en ligne le 08 janvier 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/4815

Haut de page

Auteur

Michel Mathien

Michel Mathien, Université Robert-Schuman, Strasbourg. Courriel : m.mathien@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org