Navigation – Plan du site
Lectures

Jean CLOUTIER (2001), Petit traité de communication. EMEREC à l’heure des technologies numériques

Montréal/Gap, Carte blanche/ Atelier Perrousseaux
Guylaine Martel
p. 182-184
Référence(s) :

Jean CLOUTIER (2001), Petit traité de communication. EMEREC à l’heure des technologies numériques, Montréal/Gap, Carte blanche/ Atelier Perrousseaux

Texte intégral

1Le Petit traité de communication de Jean Cloutier s’inscrit dans la suite d’un ouvrage précédent, fort connu en communication, intitulé L’ère d’Emerec ou la communication audio-scripto-visuelle à l’heure des self-média (Presses de l’Université de Montréal, 1973). Essentiellement, le récent ouvrage de Cloutier (2001) consiste en une mise à jour de quelques aspects fondamentaux de la communication humaine à l’heure des technologies numériques. L’auteur reprend le modèle qu’il décrivait en 1973, EMEREC (EMetteur – Etre – RECepteur), c’est-à-dire l’« être humain communicant », et il le redéfinit dans le contexte du XXIe siècle caractérisé par les nouvelles technologies d’information et de communication (NTIC) et le cybermonde. La connaissance du premier ouvrage n’est toutefois pas nécessaire à la compréhension du second ; avant d’introduire les notions relatives aux récents développements technologiques, celle d’estant (Espace + insTANT) par exemple, Cloutier rappelle l’essentiel de sa réflexion jusqu’à l’épisode de la communication individuelle, étape qui marque l’état de la communication au moment de la publication de l’ouvrage de 1973.

2Au plan de la présentation, le texte de Cloutier se distingue à plusieurs égards. Au lieu de la pagination traditionnelle, chaque page de droite porte un numéro qui facilite la consultation et le repérage des nombreux renvois, mais qui n’oblige pas à suivre l’ordre de lecture habituel. En effet, les six modules que comprend l’ouvrage ont été conçus de manière à être lus indépendamment les uns des autres. Chaque section débute par une table des matières et une courte introduction, et se termine par un tableau-synthèse. La matière traitée est présentée sous la forme d’un texte suivi sur les pages de gauche et d’un résumé schématisé sur les pages de droite. La conception graphique, extrêmement sophistiquée et particulièrement attrayante, rappelle celle d’un site Internet. Elle est on ne peut plus cohérente avec le sujet qui y est développé et ne manquera pas de plaire à un vaste public d’étudiants, de professionnels de la communication et d’émerecs en général.

Contenu de l’ouvrage

3De même que la conception graphique rappelle l’environnement Internet, l’articulation du texte emprunte une certaine logique de construction des sites : les six subdivisions de l’ouvrage de Cloutier correspondent à des modules indépendants, les notes et les renvois agissant comme autant de liens hypertextes entre les modules.

4Le premier module (#7 à #21) présente l’histoire de la communication en six épisodes successifs, la « communication universelle » correspondant à l’épisode actuel. Chaque épisode est décrit en fonction, notamment, du type de technologie qui le caractérise et de la nature des relations qu’entretiennent les émerecs entre eux. De mon point de vue, ce module est le plus réussi, tant par sa réalisation graphique que par le choix de la matière. Le tableau synthèse est un modèle de concision.

5Le deuxième module (#22 à #37), extrêmement original aussi bien au plan graphique qu’informatif, rend compte des diverses fonctions de la communication — principalement : informer, éduquer, animer et distraire — au regard de contextes particuliers : la vie privée, la vie professionnelle et les métiers plus spécifiquement liés à la communication professionnelle, comme par exemple le journalisme, la publicité et les relations publiques.

6Le troisième module (#38 à #51) est consacré à la description du modèle EMEREC : ses principaux constituants, ses modes de fonctionnement, ses influences, les moyens techniques par lesquels il se réalise, ses applications, etc. C’est à l’intérieur du système que forme EMEREC que Cloutier propose de définir la communication. La matière de ce module est extrêmement dense et un traitement plus détaillé en aurait probablement facilité la compréhension.

7Le quatrième module (#52 à #65) porte sur les nouvelles technologies d’information et de communication qui sont, depuis le premier ouvrage de Cloutier, passées du mode analogique au mode numérique, permettant ainsi l’intégration des TÉLÉcommunications, des MÉDIAs et de l’informaTIQUE (TÉLÉMÉDIATIQUE). L’auteur y définit les principales notions concernées par ces nouvelles technologies : les médias, les langages et le message. Un module particulièrement intéressant au plan informatif.

8Le cinquième module (#66 à #79) est consacré à la description du cybermonde, que l’auteur met en parallèle avec le monde de la matérialité. Trois notions fondamentales y sont abordées et admirablement décrites pour le néophyte : l’estant, la virtualité et l’interactivité. Dans la perspective d’EMEREC, le monde virtuel est décrit dans ses aspects techniques, mais également sous l’angle de ses impacts sur l’interaction humaine.

9Enfin, le sixième module (#80 à #94) porte sur la loi des trois tiers, soit les trois principaux constituants qui participent à la communication et dont l’équilibre en détermine la réussite : le premier tiers qui dépend de vous en tant qu’EMEREC, le second tiers qui dépend d’autrui, et le dernier tiers qui dépend de l’estant. À mon avis, ce dernier module ne témoigne pas du même souci, au plan graphique, et de la même pertinence, au plan informatif, que les précédents

10Cette approche modulaire reflète bien, à mon avis, les prétentions essentiellement descriptives de l’auteur. Chaque module circonscrit un aspect particulier des récents développements technologiques en matière d’information et de communication et l’aborde dans la perspective d’EMEREC, l’être communicant. Ce travail de description donne lieu à quelques raffinements terminologiques, non à une nouvelle conception de la communication, ni même à une prise de position en faveur ou à l’encontre des nouvelles technologies. Comme le mentionne l’auteur dans son avant-propos : « ce livre est un traité de communication plutôt qu’un essai sur la communication et ses technologies. Il veut nous aider à mieux communiquer pour mieux vivre en utilisant les diverses technologies lorsque nécessaire. »

Appréciation critique de l’ouvrage

11Parallèlement aux nombreux et volumineux ouvrages spécialisés qui mettent l’accent sur l’aspect technique des nouvelles technologies d’information et de communication, le Petit traité de communication de Jean Cloutier présente une synthèse de ces technologies les plus courantes et montre, sans poser de jugement, comment elles s’inscrivent dans la vie de tout être communicant, plaçant l’EMEREC au centre de cet univers technologique. La position de Cloutier en est donc une de conciliation entre la technologie et la communication humaine. C’est précisément ce qui fait l’originalité et la valeur du livre : EMEREC à l’heure des technologies numériques est un des rares ouvrages qui réconcilient les dimensions humaine et technique de la communication.

12L’ouvrage, qui ne retiendra pas l’attention des spécialistes de ces technologies, est, en revanche, un modèle de vulgarisation pour le grand public qui s’intéresse à ces questions et pour les étudiants. À cet égard, il convient de souligner une fois de plus la qualité de la réalisation graphique d’Hélène Belley et de Suzanne Leblanc et l’impressionnant effort de concision de Jean Cloutier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guylaine Martel, « Jean CLOUTIER (2001), Petit traité de communication. EMEREC à l’heure des technologies numériques », Communication, Vol. 22/1 | 2003, 182-184.

Référence électronique

Guylaine Martel, « Jean CLOUTIER (2001), Petit traité de communication. EMEREC à l’heure des technologies numériques », Communication [En ligne], Vol. 22/1 | 2003, mis en ligne le 08 janvier 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/4816

Haut de page

Auteur

Guylaine Martel

Guylaine Martel est professeure au Département d’information et communication, Université Laval. Courriel : guylaine.martel@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org