Navigation – Plan du site
Lectures

Jean DUMAS (2001), Séduire par les mots. Pour des communications publiques efficaces

Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal
Claude Brévot Dromzée
p. 192-193
Référence(s) :

Jean DUMAS (2001), Séduire par les mots. Pour des communications publiques efficaces, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal

Texte intégral

1Présenter l’ouvrage de Jean Dumas — qui n’a rien d’un opuscule (510 pages) — n’est pas chose facile. Non à cause de l’abondance du propos — modèle de clarté et de lisibilité — mais plutôt par le rôle inhérent au présent exercice, qui constitue l’une des cibles de l’auteur. En effet, deux personnages fictifs traversent l’ouvrage : la relationniste et le rédacteur. Les conseils prodigués — et mis en situation — à l’un et à l’autre donnent le sentiment au présent rédacteur de passer un examen !

2Conçu dans le cadre d’un cours (Rédaction et communications publiques) pour un public d’éducation permanente, l’ouvrage est présenté par l’auteur comme un « guide pratique ». Quatre parties rigoureusement équilibrées (3, 3, 3, 4) font cheminer le lecteur — artisan de son apprentissage — au fil des chapitres systématiquement « sectionnés » en deux temps : les principes/des applications.

3L’ouvrage est l’œuvre d’un pédagogue, il se veut pédagogique avant tout. Des redites (la nécessaire prise en compte de son destinataire) et quelques raccourcis de vision (sur la presse, les acteurs du pouvoir économique) constituent le revers de cet objectif. Expression d’une volonté pragmatique évidente, l’ouvrage n’est pas pour autant un livre de recettes, même si les exemples situationnels abondent, toujours en complément des principes préalablement énoncés. Dans la lignée des écrits de F. Richaudeau et de L. Timbal-Duclaux, le propos de Jean Dumas mise sur le concept d’efficacité. Toute communication en public — qu’elle soit écrite, orale ou audio-scripto-visuelle — doit nettement distinguer le public visé, dans ses attentes et ses objectifs. Le concept est en partie précisé par la mise en place d’un cube magique, que l’auteur appelle « cube de rédaction », et qui synthétise 27 situations possibles de communication : trois publics (le grand public, les décideurs et le public interne), trois motifs (créer une image, la maintenir, la corriger) et trois moyens (écrit, oral, audio-scripto-visuel). Le propos de l’auteur ne s’arrête pas à la proposition de cette figure géométrique métaphorique, que d’aucuns trouveraient trop séduisante pour être opérationnelle dans toutes les faces du kaléidoscope de la vie. Il distingue subtilement dans les formes de communications en public celles qui sont de type « publicitaire » s’adressant aux émotions et aux sensations, visant à stimuler le réflexe du consommateur ; celles qui — « publiques » — s’adressent d’abord aux sentiments, à l’affectivité et qui visent à modifier les attitudes, que ces communications soient de « conviction personnelle » ou de « relations publiques ».

4Puisque l’ouvrage s’adresse au lecteur soucieux de parfaire ses qualités de rédacteur ou de relationniste, la démonstration prend en compte le mode de pensée préférentiel de chacun. Cerveau gauche et cerveau droit déambulent aisément dans l’espace de ce guide pratique, le rédactionnel étant systématiquement accompagné de scripto-visuel, même si l’on regrette — simple détail de mise en page — que le texte des encadrés ne soit jamais aligné à droite !

5Si, dans un premier temps, le titre de l’ouvrage (Séduire par les mots) peut prêter à confusion — l’auteur n’est pas sans connaître l’étymologie de séduire — on aura vite compris, à la lecture, que le dernier mot du sous-titre (efficaces) annule amplement l’ambiguïté au profit d’un souci récurrent de l’éthique. Qu’il s’agisse de la « tactique de la ruse » ou de la promotion d’une cause par la harangue, l’auteur insiste sur l’usage d’un code personnel de déontologie, qui ne devrait pas être le seul apanage des journalistes. Le souci de l’honnêteté intellectuelle, c’est aussi l’affirmation de deux valeurs inhérentes à l’auto-apprentissage : le travail — au quotidien — pour la « manière » et la culture générale pour la « matière ». « Il n’y a pas de trucs d’écriture. Vos meilleurs maîtres sont toujours les écrivains. Lisez, lisez, il n’y a pas d’autre apprentissage. »

6On appréciera, enfin, les pages lucides consacrées aux rapports entre la langue et ses idiomes. Constat plutôt que jugement, une phrase comme la suivante peut s’inscrire à la base d’une réflexion sur la francophonie : « Beaucoup de Québécois sont devenus incapables de s’exprimer de façon audible pour un parlant français venu d’Europe. » Elle est à rapprocher d’une notion qui apparaît en caractère gras dans les dernières pages de l’ouvrage, « la responsabilité » de tout usager de la langue — qu’il soit rédacteur, relationniste ou lecteur !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Brévot Dromzée, « Jean DUMAS (2001), Séduire par les mots. Pour des communications publiques efficaces », Communication, Vol. 22/1 | 2003, 192-193.

Référence électronique

Claude Brévot Dromzée, « Jean DUMAS (2001), Séduire par les mots. Pour des communications publiques efficaces », Communication [En ligne], Vol. 22/1 | 2003, mis en ligne le 08 janvier 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/4820

Haut de page

Auteur

Claude Brévot Dromzée

Claude Brévot Dromzée, Université de Reims Champagne-Ardenne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org