Navigation – Plan du site
Lectures

Jonathan POTTER (1996), Representing Reality. Discourse, Rhetoric and Social Construction

London, Sage Publications
Anna Kurtycz
p. 210-214
Référence(s) :

Jonathan POTTER (1996), Representing Reality. Discourse, Rhetoric and Social Construction, London, Sage Publications

Texte intégral

1Les histoires, anecdotes, narrations et discours qui font partie de notre vie de tous les jours ont à la base des descriptions fondées sur la représentation du monde. Ces descriptions, à partir desquelles les acteurs interagissent et se positionnent les uns par rapport aux autres, sont construites afin de les rendre crédibles, les plus factuelles possible et les moins susceptibles d’être minées par une autre description ou discours. C’est autour de ce sujet, comment se construit une description pour devenir fait, que Jonathan Potter construit son livre Representing Reality.

2Jonathan Potter est professeur d’analyse du discours à l’Université de Loughborough, en Angleterre. Sa recherche a porté sur le développement de l’analyse de discours et la psychologie discursive. Il a étudié des sujets qui vont de la génération de la connaissance scientifique jusqu’au racisme et au discours communautaire. Dans le présent ouvrage, Potter résume le trait commun à l’ensemble de son parcours : les procédés mis en place par les individus pour construire leurs descriptions de la réalité le plus factuellement que possible, ainsi que la façon dont ces descriptions permettent aux acteurs de développer des actions particulières.

3Potter développe son sujet guidé par trois objectifs. D’abord, il propose de porter un regard général sur les travaux les plus importants concernant la construction de faits : la sociologie de la connaissance scientifique, l’ethno-méthodologie, l’analyse de conversation et la tradition structurale, c’est-à-dire la sémiologie, le poststructuralisme et le postmodernisme. Ensuite, il décrit les procédés basiques par lesquels nous construisons les descriptions factuelles et comment elles sont liées à l’action. Finalement, il énonce le rôle des descriptions dans notre vie et comment il s’agit d’un sujet fascinant à étudier.

4Tout au long du livre, Potter insiste sur le fait que les descriptions sont liées aux activités particulières des acteurs qui les émettent, et que les capacités à miner ou à renforcer les descriptions sont liées à des facteurs qui vont de l’acteur qui parle jusqu’à la relation que cet acteur a avec les autres acteurs. Il met en valeur l’importance de l’interaction dans la construction des descriptions pour finalement conclure que, pour comprendre les descriptions factuelles, il est impossible de les considérer comme des entités isolées. Il faut aussi prendre en compte les activités et les conditions auxquelles elles sont liées.

5Le parcours historique à travers le développement des principales perspectives théoriques sur la construction de la crédibilité du discours auquel nous invite Potter dans les trois premiers chapitres de son livre nous ouvre, d’un côté, la possibilité de faire un état des lieux de la recherche sur le discours et, de l’autre, celle d’appréhender ses apports pratiques à travers des exemples concrets. En abordant les apports et failles des différentes théories et positions, Potter nous montre comment la description scientifique est construite, et comment les acteurs concernés construisent la crédibilité de leurs théories à partir d’une série d’outils rhétoriques, de représentations, de positions et de parcours personnels, etc.

6Le travail clé qui sert de point de départ est l’œuvre de John Austin, et notamment son livre How to Do Things (1962), où il décrit le langage comme un moyen pour l’action. C’est dans cette ligne que Potter nous invite à parcourir les théories et les positions. À partir de la sociologie de la connaissance scientifique et de la philosophie de la science, il entre dans les études ethnographiques des constructivistes (comme Karin Knorr Cetina, Bruno Latour et Steve Woolgar). Il passe ensuite par l’analyse de conversation, pour finir le voyage avec les apports de la sémiologie, du post-structuralisme et du postmodernisme, intimement liés à la question de la représentation et de la description des arguments qui sont produits.

7De ce parcours nous retenons l’idée que, pour étudier le discours, il faut avoir une position relative qui ne peut pas être basée sur une distinction binaire qui trancherait la validité d’un discours classé faux ou vrai. Nous avons appris que l’interaction, à travers la négociation par exemple, est fondamentale pour la production de la connaissance scientifique, mais également pour d’autres types de connaissance. La construction des descriptions est intimement liée au contexte, aux intérêts des acteurs, au statut de celui qui parle et de celui qui écoute et à la représentation de l’interlocuteur. Même si son regard est surtout axé sur les interactions interpersonnelles, les différentes positions reviennent sur le fait que les acteurs font partie de réseaux plus ou moins complexes et que leurs discours sont construits par rapport à leur appartenance et interaction au sein de ces réseaux. On retrouve, dans la vision constructiviste du discours présenté par Potter, un double regard sur le discours, à la fois comme construction à partir des interactions des acteurs dans le monde et comme générateur des interactions et des actions.

8Pour chaque théorie, avec une grande variété de références et d’exemples concrets, Potter identifie la contribution et montre que, même s’il y a une richesse des études concernant les descriptions factuelles, il y a encore des lacunes à combler. L’exercice qui lui a permis de montrer la façon dont la connaissance sur le discours se met en place devient aussi le point de départ de son propre questionnement.

9Dans les chapitres qui suivent, Potter construit ses arguments à partir de la métaphore du chantier. Dans le chantier, les représentations construisent le monde, mais elles sont à leur tour construites à travers l’interaction entre les acteurs et avec le monde. La construction de la crédibilité des descriptions est abordée par rapport à la description elle-même, mais aussi par rapport aux acteurs concernés. Autrement dit, le fait qu’une description puisse être factuelle ou non dépend de la description elle-même, mais aussi de la représentation que l’interlocuteur se fait de l’individu qui émet cette description. De ce fait, celui qui parle nourrit son discours avec des éléments qui lui permettent de fortifier sa description, mais aussi avec des éléments qui fortifient sa position comme porteur de tel discours. Un exemple de cette double perspective de la description est donné par les intérêts. Ce n’est pas seulement que la description est motivée et porteuse d’intérêts particuliers, mais aussi que l’interaction communicationnelle des acteurs se fait à partir de leur perception des intérêts d’autrui. Ils traitent les descriptions comme venant des groupes et des individus porteurs d’intérêts, de désirs, d’ambitions et d’enjeux.

10Le choix de la métaphore du chantier est pragmatique. Elle permet à l’auteur de se poser des questions sur le pourquoi de l’utilisation des descriptions par les locuteurs, sur le type d’activités qu’ils accomplissent et sur l’effort continu qu’ils font afin de faire apparaître leurs descriptions solides, factuelles et indépendantes de celui qui parle.

11À plusieurs reprises, Potter souligne que les descriptions ne se limitent pas à la représentation du monde, mais qu’elles interagissent avec ce monde d’une façon pratique. C’est cette caractéristique qui le distingue des autres traditions d’étude des descriptions. Pour nous, elle met en valeur la dimension communicationnelle propre à toute interaction où les individus, porteurs d’intérêts et de représentations divers, interagissent à différents niveaux (du global au local) pour arriver aux compromis. Comme Potter le montre, nous construisons la représentation commune des faits ou des catégories d’individus par la description. Ceci dit, les descriptions deviennent partie centrale des interactions par leur signification et leur rôle dans l’action. La réalité entre dans les pratiques humaines par des catégories différentes et par la description qui fait partie de ses pratiques. Le monde se constitue en le parlant, en l’écrivant et en le débattant.

12De la même façon que les individus construisent les descriptions, ils sont susceptibles de miner les descriptions des autres. C’est pour cela que les acteurs font appel à différents outils et mécanismes pour d’un côté soutenir leurs visions particulières du monde et les protéger de la critique, et de l’autre pour construire une identité qui leur donne une crédibilité. La rhétorique, la citation et l’appel aux détails, entre autres, permettent de fortifier la description proprement dite. De plus, ils soutiennent la mise en valeur des catégories d’acteurs, d’expériences, de consensus qui donnent plus de valeur (et surtout de crédibilité) à celui qui parle.

13Dans le cas de la rhétorique, celle-ci permet de relever comment les gens interagissent et arrivent à une compréhension mutuelle, soit à travers une rhétorique offensive, qui fortifie les arguments, soit par une rhétorique défensive, qui résiste. Dans le processus de la construction des faits, il y a des ressources qui permettent de construire l’identité de celui qui parle et d’autres ressources qui contribuent à l’indépendance de celui qui parle par rapport au discours. En l’occurrence, la corroboration et le consensus font partie des mécanismes qui permettent de construire des faits, ce qui montre que le processus pour la construction des faits est finalement lié à l’individu en relation avec les autres individus. Ainsi, les détails sont aussi importants que les grandes lignes pour pouvoir garantir qu’une description soit factuelle. Par contre, ces mêmes détails peuvent aussi bien alimenter le contre-discours de l’interlocuteur pour miner la description. Potter montre bien la complexité des facteurs qui interviennent dans la construction de descriptions et aussi comment l’interaction de facteurs multiples peut promouvoir le consensus ou bien empêcher la communication.

14Ici, il est important d’insister sur l’idée de base, qui justifie la démarche plus étendue : la construction des descriptions ne peut pas être considérée comme une dimension isolée de l’interaction. Les descriptions répondent à l’interaction mais aussi aux rôles qu’elles ont dans les activités humaines. Montrer comment les descriptions se construisent et évoluent, c’est aussi montrer qu’il existe une évolution parmi les représentations. Même si dans la plupart des exemples Potter aborde la description à partir des interactions interpersonnelles, ce concept « dynamique » de la description et de la représentation donne une place aux approches qui prennent en compte l’individu au sein d’une dimension communicationnelle plus large.

15Potter a, sans doute, réussi à remplir son objectif en mettant en évidence les atouts de la recherche sur la description pour une population plus vaste de chercheurs en sciences sociales. Son livre est un bon point de départ pour les chercheurs qui abordent la question de la description. Ceci dit, une remarque reste à faire sur la focalisation de l’ouvrage (et ses exemples) sur l’analyse discursive dans le monde occidental. Pour ceux, et je me compte parmi eux, qui travaillent sur la communication dimensionnelle dans les pays en voie de développement (un terme que je préfère mettre en italique pour bien montrer que le discours et la rhétorique ont proposé un clivage péjoratif dans notre description du monde), le livre n’offre pas un regard ouvert à d’autres cultures de discours. Ceci est donc une invitation à creuser le sujet dans d’autres réalités, à la fois pour sortir du métadiscours occidental, et peut-être pour pouvoir vérifier l’universalité des mécanismes de construction et de « déconstruction » des descriptions qui se mettent en place.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Kurtycz, « Jonathan POTTER (1996), Representing Reality. Discourse, Rhetoric and Social Construction », Communication, Vol. 22/1 | 2003, 210-214.

Référence électronique

Anna Kurtycz, « Jonathan POTTER (1996), Representing Reality. Discourse, Rhetoric and Social Construction », Communication [En ligne], Vol. 22/1 | 2003, mis en ligne le 08 janvier 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/4827

Haut de page

Auteur

Anna Kurtycz

Anna Kurtycz est doctorante en communication pour l’environnement, Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord. Courriel : kurtycz@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org