Navigation – Plan du site
Lectures

Martial ROBERT (1999), Pierre Schaeffer : des transmissions à Orphée

Paris, L’Harmattan
Pierre Gosselin
p. 215-216
Référence(s) :

Martial ROBERT (1999), Pierre Schaeffer : des transmissions à Orphée, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1Premier volet d’un triptyque annoncé sur l’œuvre de Pierre Schaeffer — D’Orphée à McLuhan et De McLuhan au fantôme de Gutenberg — cet ouvrage sous-titré Communication et musique en France entre 1936 et 1986 décrypte l’œuvre complexe de ce polytechnicien lorrain passé du ministère des PTT à la Radio Diffusion Française, sur la recommandation de la pianiste Nadia Boulanger, avant de développer le Service de la Recherche de la télévision française. « Même les compositeurs qui n’ont pas goûté aux machines de studio reconnaissent qu’une nouvelle manière d’écouter s’est instaurée et cela pour toutes les musiques ; à partir de là, se profile une nouvelle manière de communiquer par la musique » (p. 326).

2C’est ce que l’on doit à Schaeffer et ce que démontre l’auteur au fil des cinq chapitres qui composent son livre.

3La première partie est consacrée à une biographie de Schaeffer où Martial Robert montre l’importance de sa formation scientifique dans son approche du phénomène musical et le chemin qui le conduit à la création du Studio d’essai de la RDF, dans un Paris à peine libéré, Studio qui deviendra une pépinière de talents où beaucoup de ceux qui ont marqué la création radiophonique d’après-guerre feront leurs premières armes.

4Le deuxième chapitre est principalement consacré à l’importance prise par la radio dans la démarche de Schaeffer. Il déclare : « La radio c’est un mixage entre texte et musique, didactique et poétique merveilleux et réalisme, l’actualité et l’historique, l’utilitaire et le gratuit » (p. 90). Le Studio devient Club d’essai et Schaeffer affine ses expériences sur les « machines à faire des sons » en utilisant les premiers magnétophones à bandes.

5Suit un chapitre sur la création du Groupe de Recherche Musicale (GRM) où s’élabore des études théoriques qui conduiront à la définition d’un fichier analytique de « quatre-vingt caractères musicaux » (p. 133). C’est à cette période que Schaeffer entame une collaboration avec Abraham Moles (p. 161). Ensuite, il pose le problème de la « communicabilité » de la musique, ce qui le conduit à privilégier la volonté de décrire correctement la complexité d’une note aussi bien que l’ordonnance d’un bruit, ce qui le détourne des préoccupations de certains compositeurs, entraînant ainsi la rupture avec le musicien Pierre Henry qui « refuse totalement de se soumettre à cette ascèse » (p. 174).

6La quatrième partie montre les capacités du Schaeffer compositeur qui se frotte, quittant le Studio, à des présentations publiques de ses œuvres et les différentes réactions de la critique devant ces curieux objets sonores. « Le musicien par l’intermédiaire de l’auteur puis du cinéaste, estimera plus utile une composition en d’<Éternels regrets> avec l’humour et surtout l’ironie qui semble lui rester de son aventure musicale » (p. 204).

7Le compositeur va poursuivre sa réflexion théorique qui donnera lieu à la publication de son ouvrage principal analysé dans le dernier chapitre.

8Œuvre maîtresse de Schaeffer à laquelle il consacre quatre ans de rédaction pour synthétiser quelque quinze années de recherche et qu’il publie en 1966, Le Traité des objets musicaux se présente comme « un discours de la méthode » (p. 245). Martial Robert décrypte l’ouvrage : « Le traité avait le mérite [d’]explorer à fond [le son] en nous dotant d’une méthode d’approche identifiant au passage les vertus de l’oreille et les mirages de la physique, et en traçant les perspectives d’accès possibles au musical » (p. 277).

9Ce Traité se démarque des ouvrages traitant traditionnellement de la musique par son côté « pluridisciplinaire » (p. 311), il met en forme les différentes structures que l’on peut établir pour l’écoute, la construction, la définition des sons, il « est certainement applicable à toutes les activités de la perception » (p. 324), conclut l’auteur.

10Remarquablement documenté — 2 200 notes de bas de page et une bibliographie commentée comptant plus de 500 références —, ce premier livre est déjà une somme sur l’œuvre de l’inventeur de la musique concrète à laquelle il apporte un éclairage original et pertinent en montrant les préoccupations permanentes de Schaeffer de passer de la théorie à la pratique.

11Certes le lecteur pourra être, au départ, quelque peu dérouté par le foisonnement de l’écrit et la nouveauté de l’univers décrit — Schaeffer faisant partie de ces « inconnus célèbres » de l’Histoire du son —, mais peu à peu on pénètre dans le monde de cette musique concrète et l’on suit le cheminement du compositeur qui veut faire de l’œuvre sonore un réel objet de communication.

12Il était grand temps qu’un tel ouvrage soit écrit pour donner un éclairage complet à la fois sur un homme et sur une œuvre qui ont marqué la communication sonore de la seconde moitié du XXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gosselin, « Martial ROBERT (1999), Pierre Schaeffer : des transmissions à Orphée », Communication, Vol. 22/1 | 2003, 215-216.

Référence électronique

Pierre Gosselin, « Martial ROBERT (1999), Pierre Schaeffer : des transmissions à Orphée », Communication [En ligne], Vol. 22/1 | 2003, mis en ligne le 08 janvier 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/4829

Haut de page

Auteur

Pierre Gosselin

Pierre Gosselin est chargé de cours à l’Institut des Sciences de la Communication et de l’Éducation d’Angers (ISCEA) de l’Université catholique de l’Ouest. Courriel : pierre.gosselin147@dbmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org