Navigation – Plan du site
Lectures

Jacques SIRACUSA (2001), Le JT, machine à décrire. Sociologie du travail des reporters à la télévision

Bruxelles, De Boeck Université (Coll. « Médias Recherches »)
Catherine Ghosn
p. 221-224
Référence(s) :

Jacques SIRACUSA (2001), Le JT, machine à décrire. Sociologie du travail des reporters à la télévision, Bruxelles, De Boeck Université (Coll. « Médias Recherches »)

Texte intégral

1L’ouvrage de J. Siracusa répond à des questions qui concernent essentiellement le reportage de télévision et les conséquences que peuvent avoir les pratiques journalistiques (au sens large du terme) sur la forme et le contenu des reportages. En partant du constat que ces dernières résultent de tout un mode opératoire en amont de la diffusion, l’auteur s’interroge sur les raisons qui peuvent justifier les interprétations et les sélections des événements médiatisés. Comment cette activité s’organise-t-elle autour de « droits » à interpréter et de « droits » d’accès ? Comment répond-elle aux tensions et à la double exigence qui se créent entre les difficultés du travail (réaliser un reportage) et la définition officielle de ce travail (informer le public de l’actualité) ?

2L’auteur tente de répondre à ces questions en mettant en évidence qu’un large éventail de dispositifs établit le lien entre les « droits » d’accès et les « droits » d’interprétation. Il étudie les différentes catégories professionnelles mobilisées pour un reportage et les procédés qu’elles utilisent pour satisfaire à la double exigence soulevée plus haut.

3L’ouvrage montre les « coulisses » du journal télévisé où se décident et se réalisent les reportages. La revue de presse définit le choix de ces reportages, et les professionnels, sans nécessairement se déplacer sur le terrain, bénéficient d’un accès à l’information par les dispositifs proposés par le service de documentation et la vidéothèque.

4L’organisation des conférences de rédaction d’une station télévisée est ensuite l’objet d’une comparaison : station télévisée régionale de France 3 et une chaîne nationale. Elle vise à montrer que le choix de reportages dépend au préalable de la littérature professionnelle (revue de presse) et de responsables hiérarchiques. Cette partie s’avère d’ailleurs très intéressante, parce que le rapport de l’activité de terrain met bien en évidence la « légitimité » que chacun occupe au sein du service et de l’organigramme général.

5Puis, plus ciblée sur l’activité du reporter, la troisième partie détaille avec plusieurs exemples la manière dont le professionnel parvient à concilier l’accès à l’information et les impératifs professionnels. L’accès à l’information dépend de la littérature professionnelle, du téléphone, de l’ordinateur et des dépêches. L’accès au terrain ou à des personnes dépend de différentes autorisations, tout en ayant le souci de sélectionner les autorités reconnues et compétentes qui établiront un lien étroit avec leurs sujets.

6Une autre partie prenante du reportage est le cameraman que l’auteur choisit de présenter dans une perspective historique pour expliquer la perte d’autorité qu’il subit et son cloisonnement professionnel. Cette figure est déclinée à deux modes différents. D’une part, sa position, primordiale à l’époque du cinéma muet, n’occupe plus aujourd’hui la même importance. Sa contribution intervient maintenant dans une pratique qui favorise l’enregistrement sonore. D’autre part, ce professionnel se situe au carrefour de plusieurs ambiguïtés : entre technicien et journaliste, entre le monde des images et celui de la parole, entre le terrain et le bureau. À l’origine de l’enregistrement visuel, mais soumis à l’interprétation qui en sera faite.

7La partie suivante accorde d’ailleurs une large part à la hiérarchie que les journalistes reporters d’images organisent au sein de leur propre service pour insister sur les conséquences de leur cloisonnement professionnel : une dévalorisation, une dépossession de leur travail, à savoir ce que l’auteur appelle leurs « images muettes ».

8Suivent ensuite les dispositifs qui interviennent lors du montage, avec notamment un éclairage particulier sur une des techniques d’expression qu’utilisent les journalistes dans le commentaire des images : l’allégorie. Comme moyen rhétorique, l’allégorie permet de montrer des images dans lesquelles s’incarne un phénomène et de généraliser en référence à des réalités analogues pour rendre clairement compte d’un événement.

9L’organisation du montage est aussi centrée dans cette étude sur le monteur. L’auteur traite les évolutions de son travail en insistant sur les dimensions sociales et techniques, et sur son organisation dans le service observé. Les méthodes de montage dépendent maintenant en majorité des paroles enregistrées, et non pas d’abord des images. Le travail du monteur consiste donc le plus souvent à servir une forme d’écriture audiovisuelle.

10L’étude de l’assemblage permet d’évaluer les aspects techniques qui interviennent au cours du montage en les reliant au contexte de production et aux problèmes pratiques que peuvent rencontrer les professionnels.

11L’intérêt évident de cet ouvrage est qu’il s’adresse au grand public, et ne se limite pas à un cercle de chercheurs ou autres lecteurs universitaires. Essentiellement descriptif et appuyé par de nombreuses (et quelquefois longues) références qui viennent directement de son « journal de bord » (carnet où l’auteur notait des observations et des remarques), le livre s’en trouve vivant, documenté, et finalement illustré de nombreuses anecdotes significatives.

12L’auteur utilise un style fluide qui évite le jargon de la section pour préférer celui du terrain observé. Systématiquement expliqué, celui-ci nous permet de mieux nous plonger dans l’ambiance et les rapports qu’observent les professionnels du reportage.

13Mais, on peut se demander en quoi le domaine disciplinaire convoqué, « Sociologie du travail », peut justifier de quelque manière que ce soit cette analyse. On s’attendrait, avant une démarche empirique, à une étude théorique confortée par des grilles ou des entretiens (entendre par là une enquête devenant ensuite l’objet d’une analyse de contenu) qui balisent par la suite l’analyse. Or, une telle méthodologie, une telle rigueur de travail n’apparaît pas ici. Et on préférera finalement la démarche qu’adopte l’auteur pour s’engager dans sa recherche. À savoir, pour accéder à ces « informations vivantes », un travail effectué sur le terrain et alimenté par des observations, des stages au sein de France 3 et de chaînes nationales. On comprend aisément au fil de la lecture la méthode qu’emploie l’auteur pour organiser son étude. Ni méthodologiques ni théoriques, les chapitres se suivent de manière chronologique et leurs contenus, très descriptifs, se veulent aussi proches que possible de la réalité du terrain. On comprend d’autant plus aisément ce choix que l’auteur s’est quelquefois heurté à des difficultés qui ne sont ni d’ordre scientifique ni d’ordre universitaire. Mais relié au contexte dans lequel il était plongé, aux différentes personnalités et à une hiérarchisation du travail qui exerce une lourde influence sur les professionnels eux-mêmes, le projet de sa recherche s’en est trouvé réorienté. Il est donc intéressant d’avoir ici une double lecture du reportage de télévision : le travail en amont et en aval, et les contingences matérielles, professionnelles, relationnelles qui interviennent aussi dans cette activité.

14Sur le plan méthodologique, on peut aussi regretter une certaine maladresse à vouloir mettre sur le même plan une étude essentiellement descriptive avec des références théoriques citées ici et là au détour de quelques pages, sans en comprendre la portée ni l’utilisation que veut en faire l’auteur à partir de sa propre étude. Qu’il y ait divergence, convergence ou complémentarité, ces références ne pèsent pas plus le temps d’une ligne sur le travail. Doit-on les considérer comme de simples remarques ? Doit-on les considérer comme des arguments sur lesquels s’appuie l’auteur pour poursuivre son travail ? Dans le premier cas, la portée en est limitée. Dans le second, on reste sur sa faim parce qu’elles ne donnent pas lieu à une suite critique.

15Toujours sur le plan méthodologique, on peut s’étonner de l’éclairage donné sur l’allégorie comme seule technique narrative retenue. Sans en donner un rapport plus détaillé comme ont pu le faire A. Mercier ou d’autres auteurs sur les ressorts rhétoriques utilisés dans le traitement de l’information, il aurait été intéressant de relier cette pratique à d’autres « réflexes langagiers » (le stéréotype, etc.) observés sur le terrain. Cette partie paraît mince et son intérêt bien plus léger par rapport à la documentation fournie pour les autres chapitres.

16L’intérêt évident de cette étude est qu’elle nous permet de nous interroger sur les procédés qui interviennent dans le traitement de l’information : les dispositifs, les moyens matériels, les « procédures » intellectuelles et peut-être cette « dictature » audiovisuelle qui décide du choix et du commentaire de l’actualité… dont nous sommes les principaux récepteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Ghosn, « Jacques SIRACUSA (2001), Le JT, machine à décrire. Sociologie du travail des reporters à la télévision », Communication, Vol. 22/1 | 2003, 221-224.

Référence électronique

Catherine Ghosn, « Jacques SIRACUSA (2001), Le JT, machine à décrire. Sociologie du travail des reporters à la télévision », Communication [En ligne], Vol. 22/1 | 2003, mis en ligne le 08 janvier 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/4833

Haut de page

Auteur

Catherine Ghosn

Catherine Ghosn est chercheure du Laboratoire d’Études et de Recherches appliquées en Sciences Sociales (LERASS), Toulouse. Courriel : ghosn@lerass.iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org