Navigation – Plan du site
Articles

L’influence de la fiction américaine sur le récit télévisuel français du débarquement de Normandie

Du Jour le plus long au Soldat Ryan
Muriel de la Souchère

Résumés

L’auteure analyse l’influence de deux œuvres cinématographiques étatsuniennes, Le Jour le plus long et Il faut sauver le soldat Ryan, sur la représentation du débarquement de Normandie à la télévision française. Revenant sur la mise en narration de cet épisode de la guerre depuis les années cinquante sur le petit écran, elle s’interroge sur les mutations que la pénétration de ces films entraîne. Mutations du fond et de la forme qui participent principalement à la progressive américanisation de l’histoire du 6 juin 1944 et contribuent ainsi à l’élaboration d’une « nouvelle » réalité historique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour plus de précisions sur le sujet, voir Rivière de la Souchère (2010).

1Depuis 1950, la Seconde Guerre mondiale occupe une place importante sur les écrans de la télévision française1. À partir des années 1980, on peut parler d’hyperprésence de ce conflit en raison notamment de la couverture télévisuelle de plus en plus dense des anniversaires du débarquement de Normandie. La télévision devient un agent extrêmement actif de la commémoration.

  • 2 Dans un article publié dans la revue Hermès en 1991, Isabelle Veyrat-Masson s’intéresse à la Second (...)

2Au cours de ces plus de soixante ans de représentation télévisuelle, strate après strate, d’émissions en documentaires en passant par des débats, des téléfilms et des films, prend forme ce que l’on qualifiera ici de récit télévisuel de la Seconde Guerre mondiale. Celui-ci constitue également, comme le montre Béatrice Fleury-Vilatte (2000 et 2003) à propos de la guerre d’Algérie, la mémoire télévisuelle de l’événement, participant par là même à l’élaboration (et à l’évolution) des mémoires collectives et individuelles2. En effet, l’Histoire à la télévision revêt plus les caractéristiques de la mémoire que celles de l’histoire scientifique. Elle est, comme l’explique Krysztof Pomian (1999), une trace du passé dans le présent en même temps qu’un instrument de transmission, un fabricant de mémoire. Les images produites par la télévision font partie de celles dont la mémoire se saisit. Ces images, qu’elles soient « d’origine » ou reconstituées, diffusées dans le cadre d’un documentaire ou d’une fiction, contribuent à l’élaboration d’un imaginaire, de représentations collectives de l’événement (Crivello-Bocca, 1998).

  • 3 En 1990, un sondage paru dans Le Monde montrait que 67 % des personnes interrogées affirmaient déte (...)

3Vecteur de connaissance, la télévision devient progressivement le moyen principal d’accès à l’information pour un pourcentage élevé de Français3. « Son pouvoir d’impact, sa capacité à susciter des réactions très fortes dans un public élargi en font plus qu’un simple support de messages, un véritable acteur du social », écrit Isabelle Veyrat-Masson (2000 : 155) à son propos. Ce média contribue au façonnement de la mémoire collective, notamment celle de ce conflit.

  • 4 Sur le rôle du cinéma comme agent de l’histoire, voir Ferro (1993).

4Dans ce flux d’images, on remarquera la présence de films de cinéma. Depuis la fin de la Seconde Guerre, de nombreuses œuvres cinématographiques ont été consacrées au conflit, et bon nombre d’entre elles ont poursuivi leur parcours au petit écran. Parmi ces films, certains ont été programmés de nombreuses fois, souvent aux dates anniversaires de l’événement dont ils traitent. C’est le cas de deux grandes œuvres cinématographiques américaines : Le jour le plus long (Annakin et al., 1962) et, trente ans plus tard, Il faut sauver le soldat Ryan (Spielberg, 1998). Ici se croisent cinéma et télévision, deux genres en apparence si semblables mais qui se différencient par des modes de production, de diffusion et de réception relativement dissemblables. Ils ont cependant en commun de constituer de nos jours un agent de l’Histoire4 ainsi qu’une source d’information sur la société qui les produit et qui médiatise cette histoire (Mathien, 2005).

  • 5 Comme le faisaient déjà en 1996 un certain nombre d’historiens réunis à Perpignan pour le XVIIe Col (...)

5Le succès de ces deux films à leur sortie en salle, conjugué à leurs diffusions répétées à la télévision française, amène à s’interroger sur leur rôle à la fois dans l’élaboration de la mémoire collective de l’événement5 et dans la représentation de celui-ci au petit écran. En effet, s’ils ont certes subi l’influence des représentations diffuses d’une société à un moment donné, il convient également de se demander comment à leur tour ces films produisent « une imagerie qui tend à infléchir lesdites représentations » (Delage et Guigueno, 2004 : 20).

6Nous nous interrogerons donc sur les mutations que la pénétration de ces productions américaines entraîne dans la mise en récit de cet événement. Nous nous demanderons en quoi celles-ci contribuent à la construction d’une réalité historique devenant progressivement l’unique réalité historique.

  • 6 Entre 1950 et 2009, plus de 700 documents relatifs au débarquement de Normandie ont été diffusés à (...)

7Pour procéder à l’analyse de l’influence de ces œuvres sur la mise en récit du débarquement, il a été nécessaire d’établir la typologie de la représentation du débarquement de Normandie au petit écran depuis la fin de la guerre. Un large corpus6 groupant tous les documents relatifs au jour J diffusés à la télévision française de 1949 à nos jours a donc été constitué, décrypté, analysé pour déterminer les changements, mutations et évolutions qui s’opèrent dans la représentation du débarquement de Normandie. À ces sources ont été adjoints les articles de la presse écrite traitant de la réception, de l’influence, de l’histoire de ces œuvres de fiction.

8Nous nous intéresserons tout d’abord à la manière dont le débarquement de Normandie a été représenté à la télévision française depuis les années 1950 en observant les évolutions liées aux fluctuations des enjeux relatifs à la représentation, au souvenir, de cet épisode de la guerre. Puis nous nous arrêterons sur cette période où la représentation du débarquement se modifie alors que le récit s’américanise. Il s’agira de décrypter les parallèles entre les choix narratifs et iconiques du Jour le plus long et d’Il faut sauver le soldat Ryan et la mise en récit de l’événement sur les écrans de la télévision française. Nous tenterons ainsi d’évaluer l’influence de ces œuvres sur le récit télévisuel du débarquement de Normandie ainsi que sur l’image de l’Amérique en guerre.

Le débarquement de Normandie, un objet télévisuel aux représentations fluctuantes

Le débarquement au petit écran avant 1980 : une narration entre enjeux de mémoire et poids du politique

9Le débarquement de Normandie apparaît très tôt à l’écran de la télévision française et ne le quittera plus ; de 1950 à nos jours, la plupart de ses anniversaires y sont célébrés. Dans ce récit télévisuel de plus en plus dense au fil des années, des progrès techniques et de la multiplication des chaînes, on décèle plusieurs temps qui, chacun, soulignent les enjeux que représente la mise en récit, en image, du souvenir de cet événement.

1950-1963 : un manque d’intérêt pour la part américaine dans la guerre, mais les cérémonies du souvenir ramènent au petit écran les uniformes américains

10Le premier récit du débarquement observé entre 1950 et 1963 est un récit impersonnel. Sur les images, de longs plans sur les plages en précèdent d’autres sur les croix blanches des cimetières militaires. Peu, voire pas de témoins s’affichent alors à l’écran. Au fil des ans apparaissent des images d’archives fixes ou animées. Dans cette narration ainsi entreprise, la part américaine ressort plus que celle des Britanniques ou des autres troupes engagées. Il faut noter que dans le récit télévisuel du second conflit mondial, il s’agit là d’une exception. Très vite en effet, au lendemain de la Libération, dans la presse écrite, sur les écrans des actualités cinématographiques, dans les discours officiels, le rôle joué par les soldats américains dans la libération du territoire français est peu, voire pas évoqué. Cela découle d’une volonté politique de souligner les mérites de la France, de ses combattants dans la libération du territoire national et la victoire finale. À l’écran de télévision, la démarche est identique, exception faite, donc, du débarquement de Normandie. Sur les images des reportages du journal télévisé consacrés aux anniversaires du 6 juin 1944, les uniformes américains sont les plus visibles, les gros plans sur les monuments saluant le mérite et le sacrifice des soldats venus d’outre-Atlantique les plus nombreux. Les journalistes rendent en fait compte de l’actualité d’alors, de ces cérémonies officielles et inaugurations de monuments au cours desquelles la présence américaine est la plus notable.

11Au petit écran, on ne décèle pas au cours des années 1950 d’antiaméricanisme. Seuls transparaissent le manque d’intérêt pour les événements auxquels les Américains ont pris part et donc le relatif silence pesant sur ce que la France doit à l’Amérique. Les rancœurs à l’encontre des Américains, les critiques de leurs comportements ressortent véritablement au cours de la décennie suivante. En effet, à partir de 1964, l’enjeu que représente toute mise en récit du rôle des Américains dans le débarquement est de plus en plus visible, notamment à l’écran de la télévision française.

1964-1974 : l’aversion ostracisante pour une Amérique trop puissante

12En 1964, alors que la France et ses alliés d’hier s’apprêtent à célébrer le vingtième anniversaire du débarquement de Normandie, les relations entre le Français de Gaulle et l’Américain Johnson sont glaciales. France et États-Unis se heurtent principalement au sujet des questions de l’OTAN, de l’Allemagne et de l’intervention américaine au Vietnam.

13Au printemps 1964, le président français annonce qu’il ne se rendra pas aux commémorations de l’anniversaire du 6 juin 1944. Son absence aux cérémonies est significative du rapport qu’il entretient lui-même, depuis 1944, avec le débarquement, mais également de l’état des relations en 1964 entre la France et les États-Unis d’Amérique. Le 15 août 1964, le général se rendra sur les plages de Provence pour célébrer l’autre débarquement, celui de Provence, auquel prirent part un grand nombre de soldats français.

  • 7 Premier magazine d’information de la télévision française, diffusé de janvier 1959 à mai 1968. Voir (...)

14Dans ce contexte tendu entre France et États-Unis, Cinq colonnes à la une7 diffuse le 5 juin 1964 un reportage (Dumayet, 1964) quelque peu atypique dans la narration télévisuelle du débarquement. Par l’intermédiaire de témoignages sont abordés deux aspects jamais évoqués par le passé et qui ne le seront plus ensuite : le cas des Normands tués ou blessés par les tirs américains et celui des hommes faits prisonniers et emmenés en Grande-Bretagne.

  • 8 Pierre Dumayet, entretien avec l’auteur, 19 février 2010.

15Ce récit dénote. Loin des cérémonies que l’on voit habituellement au petit écran les 6 juin, il donne à voir et surtout à entendre ce que l’on pourrait appeler la réalité de la guerre : des tirs pas toujours ajustés, des soldats effrayés et fatigués qui tirent au hasard. Le reportage de Pierre Dumayet rend compte d’une guerre où les victimes ne sont pas toujours les ennemis et donne surtout une image étrange, un peu troublante, du G. I. au combat. Nulle trace ici de récit héroïque célébrant le mérite du soldat américain. Dans le contexte particulier des relations franco-américaines de la période, et bien que Dumayet8 s’en défende, la ligne éditoriale choisie par Cinq Colonnes laisse transparaître des traces d’antiaméricanisme et contribue à troubler l’image du soldat américain.

16Cinq ans plus tard, « La bataille de Normandie » (Costelle, 1969), diffusée par la série Les Grandes Batailles, montre le caractère international des troupes engagées dans Overlord, la part de chacun est expliquée, celle des Américains pas plus qu’une autre, au contraire. Cela est significatif de l’effacement relatif du rôle des troupes américaines dans Overlord entre 1964 et 1974. La télévision choisit de privilégier les soldats et les drapeaux d’autres nations.

17La représentation de l’Amérique dans la guerre entre janvier 1964 et le début des années 1980 subit l’influence de plusieurs facteurs qui nuisent à la construction d’une image favorable. Premièrement, jusqu’en 1970, les relations franco-américaines ne sont pas au beau fixe. Exacerbée entre 1964 et 1969, cette mésentente pèse sur la représentation donnée des États-Unis au petit écran, ces années correspondant à une période où le pouvoir politique exerce un contrôle important sur la télévision (Bourdon, 1990). Deuxièmement, l’Amérique dans la guerre pâtit plus généralement, et ce, depuis la libération de Paris, de la mise en exergue des actions françaises dans la libération du territoire national et dans la victoire finale. La Seconde Guerre mondiale dans son ensemble représente alors un enjeu de mémoire important, la place dévolue aux soldats américains dans ce récit, si contrôlé, l’est tout autant.

18Néanmoins, à partir du milieu des années 1970, cet ostracisme que subit le souvenir des G. I. au petit écran tend à s’atténuer. Le trentième anniversaire du débarquement en juin 1974 contribue à ramener au devant de la scène télévisuelle les combattants américains d’Overlord. D’un point de vue général, le regard sur l’Amérique est, à partir des années 1970, plus positif.

19Si jusqu’alors les enjeux politiques avaient influencé la représentation télévisuelle du rôle des Américains dans le débarquement de Normandie, à partir des années 1980 cela ne se vérifie plus et ce sont d’autres enjeux, économiques, commerciaux, sociétaux, culturels qui désormais influencent la mise en récit de cet événement à l’écran de la télévision française.

20Le changement à la tête du pouvoir en France, conjugué à des évolutions intrinsèques à la télévision, donne lieu à des transformations qui contribuent à donner une nouvelle représentation de la Seconde Guerre mondiale en général et du débarquement de Normandie en particulier.

1980-2000 : la fin des enjeux politiques

La progression de l’image de l’Amérique dans la société française

21Enclenché dès 1969 par le général lui-même, le dégel des relations entre la France et les États-Unis d’Amérique s’est poursuivi au cours de la décennie 1970 sous les présidences de Pompidou et de Giscard d’Estaing. Malgré la persistance de nombreux désaccords sur des sujets controversés, les rapports de la France avec l’Amérique n’ont plus semblé intrinsèquement contenir ces relents d’antiaméricanisme qui avaient durablement marqué la décennie précédente.

22En 1981, l’avènement d’un président socialiste nommant dans son gouvernement des ministres communistes ne réjouit pas vraiment le président Reagan et son administration, qui développent une certaine méfiance. Toutefois, la présidence de François Mitterrand s’avère être une période de bonnes relations entre les deux pays. Frank Costaglia explique cela par une évolution conjuguée des deux côtés de l’Atlantique du rapport avec l’« autre » : 

  • 9 « Les gouvernements français et américain établirent de meilleures relations, notamment en raison d (...)

The French and American governments got along better in part because Washington’s hegemony in Western Europe and Paris’s dependence on America both declined in the 1980s. With more modest ambitions in Western Europe, the United States found it easier to accept some French leadership on the continent. More comfortable that de Gaulle had been with France’s rank in the world, the French found the Americans a useful partner in Europe, in Africa and in nuclear issues (Costigliola, 1992: 185)9.

23En 1984, un sondage révèle que les Français sont plus favorables aux Américains que les Britanniques et les Allemands de l’Ouest (Costigliola, 1992). « Les citoyens moyens, qui avaient toujours éprouvé une certaine sympathie pour l’Amérique, pouvaient maintenant exprimer une appréciation sans réserve. Les sondages effectués entre 1982 et 1988 suggèrent que seule une fraction infime des Français éprouvait de l’antipathie pour les États-Unis » (Kuisel, 1996 : 361).

24Au cours de ces mêmes années 1980, la pénétration du cinéma américain dans les salles obscures de l’Hexagone est plus forte que jamais (Kuisel, 1996). Dans le même temps, la télévision « subit » elle aussi les assauts des émissions américaines. Si pendant longtemps le modèle télévisuel américain incarne ce qu’il ne faut pas faire à la télévision française, la privatisation et la multiplication des chaînes contribuent à la pénétration sur les écrans de France des émissions inspirées de la télévision d’outre-Atlantique et des séries en provenant directement.

25Longtemps présentée comme une invasion, une nuisance importante pour la culture hexagonale, cette pénétration de la culture américaine ne déchaîne plus autant les passions. « Vers la fin des années quatre-vingt, il ne restait plus que de vagues traces de ce que l’on avait cru être l’antiaméricanisme héréditaire des Français. Les bases politiques, idéologiques, sociales et économiques du phénomène s’étaient effondrées » (Kuisel, 1996 : 364). L’autoperception des Français de la place de leur pays dans le monde contribue vraisemblablement à des changements dans leurs relations avec les Américains.

De Gaulle leur avait redonné l’amour-propre dont ils avaient besoin dans les années soixante, mais les appels à la grandeur gaullistes avaient disparu du bloc-notes de présidents plus pragmatiques comme Pompidou et Giscard et ne faisaient pas non plus partie des buts que s’était fixés Mitterrand. […] Après de Gaulle, les aspirations du pays s’ajustèrent aux réalités de la distribution mondiale du pouvoir qui avait relégué la France à une place secondaire (Kuisel, 1996: 363).

26Cela participe de la construction d’une image de l’Amérique plus nécessairement placée en opposition avec celle que la France a d’elle-même. Les Français semblent désormais disposés à accepter que leurs principaux libérateurs aient été des « mâcheurs de chewing-gum ». L’Amérique s’immisce de plus en plus dans le récit télévisuel de la guerre alors que les documents relatifs à la Seconde Guerre mondiale se multiplient au petit écran.

La narration télévisuelle du débarquement : l’heure de gloire de l’Amérique en guerre

  • 10 De 1981 à 2009, 602 documents diffusés, dont 80 % au cours des années anniversaires que sont 1984, (...)

27À partir des années 1980, le nombre de documents consacrés au débarquement s’accroît considérablement10, les années anniversaires donnent lieu à de grandes commémorations télévisuelles : diffusion en direct des cérémonies officielles, multiplication de reportages, de films, de documentaires consacrés au sujet.

  • 11 Quelques jours avant pour 1984, quelques mois avant pour 1994 et 2004.
  • 12 Principalement des Américains, à partir de 2004 quelques Allemands.

28La couverture de l’événement commence désormais en amont du 6 juin11. Divers reportages se succèdent évoquant les préparatifs en vue des cérémonies, dressent le portrait de vétérans12, traitent de divers aspects du débarquement, des moyens mis en œuvre pour mener à bien une telle opération. Les caméras déambulent dans les cimetières qui parsèment la côte, le plus souvent dans celui de Colleville, où reposent les morts américains. À partir du 5 juin, les premières cérémonies sont retransmises, le récit du débarquement et sa commémoration débutent réellement.

29Au cours de ces deux jours, les 5 et 6 juin, la plupart des chaînes bousculent leur programmation pour se consacrer presque totalement à l’événement. Le flot des reportages qui déferlent au petit écran est très dense. Les journalistes y racontent les préparatifs de l’opération Overlord en Grande-Bretagne, les entraînements, le rassemblement du matériel nécessaire, les inventions des ingénieurs pour rendre le débarquement possible : char amphibie, port flottant… Ils y content ensuite par le détail les différentes opérations entreprises ce jour-là.

30La plupart des documents expliquent la répartition des zones de débarquement entre les différentes troupes engagées, les noms de codes des plages sont énoncés. Le décor est dressé, la situation exposée. Dans cette énumération de plages, d’actions, de troupes débarquant sur le sable normand se détache Omaha Beach, baptisée désormais « Omaha la sanglante ».

31La présence du cimetière américain de Colleville en surplomb a fait d’elle l’un des lieux centraux de la commémoration. Présidents américains et français y célèbrent conjointement le souvenir de ce jour, notamment celui du sacrifice des soldats américains sur cette plage. Omaha est donc au centre des rites cérémoniels, le monument qui la surplombe s’affiche sur les écrans.

32Dans les documents qui ne sont pas des reportages de journaux télévisés, Omaha est tout aussi présente. En 1984, Les Dossiers de l’écran intitulés « Le débarquement de Normandie, ils arrivent » (Antenne 2, 1984) utilisent pour illustrer le sujet le film Au-delà de la gloire de Samuel Fuller (1980), qui aborde ce que vécut une division américaine sur la plage d’Omaha. Le 2 juin 1994, Envoyé spécial diffuse un reportage intitulé « Omaha mon amour » (Roche, 1994). Dix ans plus tard est programmé le 4 juin 2004 le documentaire « Big Red Omaha » consacré aux témoignages des vétérans de cette division américaine. Celui-ci est également diffusé le lendemain dans Les Repères de l’Histoire à La Cinquième. La plupart des témoins qui viennent raconter derrière les caméras leur jour J sont des anciens d’Omaha. La télégénie d’Omaha réside à la fois dans le drame qui s’est joué sur cette plage et dans l’enjeu que cela représentait.

  • 13 Au soir du 6 juin, sur 34 000 hommes débarqués à Omaha, les pertes s’élevaient à 3 000, à Utah, ell (...)

33Utah, l’autre plage américaine, est le sujet d’un moins grand nombre de reportages, les combats y ayant été moins violents, l’établissement de la tête de pont ayant été moins ardu13. Sword, Juno et Gold, les plages des Britanniques et des Canadiens, bénéficient d’une couverture plus faible encore. Les Canadiens sont d’ailleurs pratiquement absents du récit. Le débarquement des Britanniques est souvent raconté pour expliquer que ce jour-là, à Ouistreham, ils eurent la délicatesse de laisser la péniche des 177 Français du commando Kieffer prendre quelques mètres d’avance pour qu’ils soient les premiers à toucher le sol de leur patrie. Il y a également l’histoire du joueur de cornemuse Bill Millin, emporté dans ses « bagages » par lord Lovat, qui débarqua sur la plage en jouant de son instrument. Il rejoua quelques heures plus tard, lorsque les hommes de Lovat vinrent relever les troupes aéroportées britanniques qui, depuis l’aube, tenaient le pont de Bénouville devenu Pegasus Bridge.

34Le pendant d’Omaha en ce qui a trait aux opérations des troupes aéroportées est l’histoire des divisions qui sautèrent sur Sainte-Mère-Église. Le nom de cette bourgade de Normandie est devenu presque aussi célèbre que celui d’Omaha. Les anniversaires du 6 juin se succèdent et voient débarquer à Sainte-Mère-Église les caméras de télévision venant en filmer les moindres recoins. Les anciens parachutistes se souviennent de cette nuit-là, des atterrissages très dispersés, des premières rencontres avec des Français.

35Les autres opérations aéroportées ne sont pas totalement absentes du récit, mais à l’image d’Omaha pour ce qui est des plages, Sainte-Mère-Église se détache. L’histoire de la 82e et de la 101e Airborne ainsi rendues célèbres s’écrit également au présent à travers les sauts de vétérans sur la Normandie, quarante, puis cinquante ans après.

36Le débarquement est l’épisode de la Seconde Guerre mondiale le plus traité par la télévision française durant cette période. Le récit télévisuel est désormais si détaillé que rien ne semble pouvoir échapper au regard scrutateur des caméras. La masse de documents donne une sensation d’exhaustivité. Malgré tout, si l’événement est effectivement détaillé, ce sont souvent les mêmes éléments qui sont mis en avant. De ces rituels commémoratifs, il ressort que la part américaine est extrêmement marquée : la plage d’Omaha, le village de Sainte-Mère-Église se détachent du reste. Parmi les documents consacrés au débarquement à partir des années 1980, ceux qui traitent des actions britanniques sont minoritaires. Or la mise en parallèle avec la représentation donnée du débarquement par deux grands films américains à succès fait ressortir d’importantes similitudes.

Œuvres cinématographiques, récit télévisuel : la confusion des genres

Une présentation médiatique scellant le destin et la fonction de ces films ?

37Dès leur sortie, à plus de trente ans d’écart, les deux films suscitent l’intérêt des médias et notamment de la télévision.

Le jour le plus long : « un événement dans l’histoire du cinéma », un film pour « servir l’histoire de cette époque »

38Le 7 juin 1962, un reportage du journal de 20 h s’arrête, à l’occasion de l’anniversaire du débarquement, sur le film de Darryl Zanuck Le jour le plus long. Des images tirées du film sont diffusées alors que le réalisateur est interrogé. Il s’agit là de la première utilisation du film par la télévision pour un anniversaire du 6 juin 1944 ; beaucoup suivront. Trois mois plus tard, le 19 septembre 1962, un peu moins d’une semaine avant la sortie du film en France, le journal télévisé revient sur cette œuvre cinématographique. Le journaliste explique qu’il est nécessaire de s’arrêter sur ce film, car « il constitue […] un événement dans l’histoire du cinéma. C’est la première fois que la guerre moderne est montrée à l’écran sans utiliser des documents d’archives ou des films d’actualités » (TF1, 1962). Le journaliste salue la nouveauté de la forme employée.

39Il interroge ensuite Mel Ferrer, l’un des interprètes du film. Il lui demande, et se demande dans le même temps, si Le jour le plus long « peut paradoxalement servir l’histoire de cette époque, bien qu’il n’y ait aucune vue authentique dans le film ». L’acteur américain parle alors d’un

[…] film qui est complètement bouleversant parce que le film est tellement vrai on aurait jamais pu faire des prises de vue comme ça pendant une bataille… ils ont fait voir au public exactement ce qui s’est produit de très très près. Quand on voit les documents de la guerre, on ne voit presque pas de très près… et ça ne vous donne pas d’impression, on voit quelque chose de trop loin. Mais ici, on peut participer dedans, alors je crois que ça, ça va choquer mais ça va servir l’Histoire (TF1, 1962).

40Ainsi, avant même sa sortie, ce film est présenté comme une représentation fidèle de la guerre, peut-être plus fidèle encore que les images tournées à l’époque parce que plus détaillée et filmée de plus près. Les visages des soldats-acteurs donnent à voir ce qu’ont ressenti ceux du jour J et que l’on ne pouvait observer sur les images trop floues ou filmées en plans trop larges du 6 juin 1944. Trente ans plus tard, c’est également ces gros plans sur les visages des acteurs-combattants montrant la souffrance endurée que salueront les critiques à propos du film de Steven Spielberg Il faut sauver le soldat Ryan.

41Le jour le plus long est ainsi annoncé et présenté comme un film qui va faire date. Ce qui suscite l’intérêt est d’abord le sujet traité. Il s’agit de la première représentation cinématographique de ce débarquement. De plus, le budget, les moyens utilisés pour sa réalisation, le nombre de réalisateurs, la pléiade d’acteurs célèbres présents au générique, sa durée sont autant d’éléments qui en font un événement en lui-même. François Mauriac parle, lui, à ce propos, de « plusieurs milliards de fausse vraie guerre » (2008 : 343). Ils semblent être bien peu à partager son opinion et à ne pas voir en ce film une œuvre tellement vraie, là pour servir l’Histoire.

Il faut sauver le soldat Ryan, un film réaliste : le 6 juin comme vous ne l’avez jamais vu

42Trente-six ans plus tard, Hollywood ajoute un nouveau volet à sa représentation du débarquement de Normandie. En juillet 1998 sort aux États-Unis le nouveau film de Spielberg : Il faut sauver le soldat Ryan. Comme Le jour le plus long en son temps, le film suscite l’intérêt des médias. Le 30 septembre 1998, le film sort en France. « Steven Spielberg fait redécouvrir la Seconde Guerre mondiale à l’Amérique », écrit Sylvie Kauffmann dans Le Monde du 1er août 1998. Le 5 août, on peut lire dans Libération : « Saving Private Ryan est une reconstitution hyperréaliste du Débarquement. […] Il raflera probablement une moisson d’oscars — à commencer pour l’interprétation extraordinaire de Tom Hanks, l’anti-John Wayne que voulait Spielberg » (Sabatier, 1998). Comme son illustre prédécesseur, Il faut sauver le soldat Ryan se voit prédire un avenir triomphant aussi bien auprès du public qu’auprès des professionnels du cinéma.

43La presse unanime salue l’entame du film si réaliste, « qui fait débarquer le spectateur sur Omaha Beach avec les troupes américaines dans la lumière glauque de ce petit matin du 6 juin » (Kauffmann, 1998). « Les images du film vous hantent longtemps après l’avoir vu » (Sabatier, 1998),peut-on lire dans Libération. Les journalistes évoquent également le choc ressenti par les anciens combattants, dont certains « doivent être soignés pour des traumatismes qu’ils croyaient avoir surmontés » (Sabatier, 1998). Le contraste avec la représentation du même événement par Le jour le plus long est souligné : « Dans Le jour le plus long de Darryl Zanuck en 1962, les hommes de John Wayne rivalisent de courage ; dans Saving Private Ryan, ceux de Tom Hanks vomissent de peur […] » (Kauffmann, 1998). « Saving Private Ryan est l’envers du décor qu’avait planté (en 1962) Darryl F. Zanuck pour exalter le jour le plus long d’une Amérique triomphante et sûre que Dieu est à nos côtés » (Sabatier, 1998). Le contexte de création de ces deux œuvres influe inévitablement sur leur contenu et le mode narratif choisi. Le jour le plus long sorti en pleine guerre froide souligne le sacrifice consenti pour la liberté au moyen d’une geste héroïque. Le film de Spielberg, quant à lui, apparaît sur les écrans en 1998 alors que le spectre de la guerre a désormais disparu du monde occidental et que les guerres coloniales et celle du Vietnam ont largement sapé l’image glorieuse des épopées guerrières.

44En 1962, les critiques voyaient dans le film de Zanuck un récit « tellement vrai », plus vrai que les « vraies » images du débarquement ; en 1998, il en est de même et le réalisme des scènes filmées par Spielberg fait se déverser sur lui un flot de compliments. La perception de la vérité en matière d’image et de représentation semble mouvante au gré des époques, des médias et du récit de l’histoire qui leur a été fait.

45Si les critiques de 1998 mettent à plusieurs reprises les deux films en opposition, soulignant à quel point Le jour le plus long est une représentation lisse et édulcorée du débarquement alors que le film de Spielberg montre la réalité de la guerre, ces deux films ont pourtant en commun de participer, par leur succès, à l’américanisation du récit du débarquement, notamment au petit écran de la télévision française.

De John Wayne à Tom Hanks, l’américanisation du récit du débarquement

Le jour le plus long : le récit d’une épopée américaine déteignant sur la représentation télévisuelle du débarquement

46Le jour le plus long s’ouvre et se conclut de la même manière : à l’écran, un casque américain gît sur une plage. Cela donne la tonalité du récit entrepris. Du début à la fin, Le jour le plus long, film américain, se focalise principalement sur la part des troupes américaines dans le débarquement de Normandie.

47L’action du film débute avec des images de la France occupée : images de résistants déjouant la vigilance allemande pour mener à bien leurs actions ; images de Rommel en Normandie observant le mur de l’Atlantique et formulant cette phrase qui donne au film son titre : « Pour eux comme pour nous, ce sera le jour le plus long. » En Angleterre, les hommes attendent le lancement de l’opération déjà repoussé une fois. Eisenhower écoute les informations des officiers du service météo, puis donne l’ordre tant attendu : « Allons-y. » À la déclaration de cette nouvelle, la joie est générale. Les officiers parlent à leurs troupes et prononcent de grandes phrases dans lesquelles sont exposés à plusieurs reprises l’importance et l’enjeu de la bataille qui s’annonce. « Nous sommes à la veille de ce jour dont on se souviendra encore même après qu’on ait nous-mêmes disparu », déclare l’un d’eux.

48Après cette phase introductive se trouve le récit des actions. Les parachutistes largués dans la nuit normande tombant dans la campagne, les marais, les jardins et sur Sainte-Mère-Église où les Allemands les massacrent avant même qu’ils aient pu toucher le sol. Puis, le récit se penche sur l’action des troupes aéroportées britanniques qui atterrissent sur les bords de l’Orne pour s’emparer des ponts, la prise de celui de Bénouville est décrite par le détail. Pendant que les Britanniques s’emparent rapidement du pont, des SAS français sautent sur la Bretagne où les attendent des résistants. D’autres résistants sabotent les réseaux de communication en Normandie et les Allemands dans leurs états-majors pestent contre ces « satanés Français ».

49Dans les barges, les hommes se préparent pour l’assaut sur les plages. À Omaha, dans son bunker, le major Pluskat voit se profiler à l’horizon une armada de bateaux. Le récit des combats donne le sentiment que sur les plages Juno, Gold et Sword, les plages britanniques, il s’est agi d’une promenade de santé. Lovat, accompagné de son joueur de cornemuse, débarque avec ses hommes et part traverser la campagne jusqu’au pont de Bénouville où il rejoint le major Howard, heureux d’avoir réussi à tenir « jusqu’à ce qu’on le relève ». À Utah, les troupes américaines engagées combattent brièvement avant de prendre la plage. À la pointe du Hoc, les rangers, malgré des combats violents et une ascension périlleuse, atteignent rapidement le sommet de la falaise. À Ouistreham, Kieffer et ses hommes s’emparent de leur objectif en dépit d’un feu nourri et de durs affrontements. L’atmosphère est différente à Omaha Beach.

50Sur la plage américaine, les combats font rage. Les hommes ne peuvent avancer et tombent en grand nombre. La part du récit consacrée à Omaha est importante. Il est dit qu’un échec sur cette plage hypothéquerait le succès du débarquement. Après être resté coincé sur la plage un certain temps, le brigadier général Norman Cota, incarné par Robert Mitchum, prend la situation en main et envoie un groupe de soldats du génie faire sauter une partie du mur qui les empêche de quitter la plage. C’est un succès, les hommes s’engouffrent dans la brèche, Omaha est conquise, Le jour le plus long s’achève.

  • 14 Au soir du 6 juin 1944, 156 000 hommes se trouvaient sur le sol normand. Parmi eux se trouvaient 90 (...)

51La majeure partie du récit est articulée autour du rôle des troupes américaines. Les Britanniques n’apparaissent que dans un seul fait d’armes, celui qui est lié à la prise et à la conservation du pont de Bénouville14. Les deux phases de cet épisode sont décrites : les troupes aéroportées qui s’emparent du pont et les commandos de Lovat venus de Sword qui viennent les relever. Rien sur la prise de la batterie de Merville par les troupes britanniques, rien sur le rôle de la Royal Air Force, de la Royal Navy, rien non plus sur la part prise par les Canadiens à ces combats du jour J. Ce jour le plus long vu par Hollywood est le récit d’une épopée américaine au cœur de cette guerre. Épopée qui met en lumière les qualités de l’Amérique et de ses soldats : courage, abnégation, sens du devoir, ténacité.

52Le film a connu un grand succès. L’écho qu’il a rencontré en France et dans le monde a été extrêmement important. En France, on comptabilise 11,91 millions d’entrées. Mis en nomination cinq fois aux Oscars en 1963, projeté dans de nombreux pays, il devient progressivement la représentation convenue du jour J. Le 10 novembre 1976, il est programmé pour la première fois à la télévision française sur la troisième chaîne. Il le sera à nouveau à plusieurs reprises, et ce, jusqu’à nos jours.

53La mise en parallèle du scénario du Jour le plus long et du récit télévisuel du débarquement, dont nous avons déjà parlé, révèle d’intéressantes similitudes. On y croise, en effet, les mêmes événements racontés de façon similaire, les mêmes occultations, ainsi qu’une hiérarchie semblable dans la part au combat. Les anecdotes, les personnages, les opérations mises en avant sont souvent identiques. Cela est notamment très significatif en ce qui a trait au rôle des Britanniques. Le jour le plus long relate leur combat à Bénouville et passe rapidement sur leurs actions sur les plages ; le récit télévisuel fait de même et ne retient en général que le souvenir de Pegasus Bridge et du joueur de cornemuse qui l’a franchi le 6 juin 1944. Cet épisode du débarquement est le plus relaté en ce qui concerne les actions britanniques. Des témoins y ayant participé sont interrogés et reviennent sur ce qu’ils ont vécu alors. Bill Millin, joueur de cornemuse de lord Lovat, traversant en juin 1944 le pont en jouant de son instrument, fait partie de ces images du débarquement passées à la postérité grâce au Jour le plus long. En juillet 1994, à l’occasion de son soixante-douzième anniversaire, le journal de 20 h de TF1 consacre un reportage à ce « vétéran anglais, joueur de cornemuse » (TF1, 1994a). Un peu moins d’un an plus tard, le 16 mars 1995, un reportage de France 2 s’arrête sur la vie de lord Lovat, qui vient de s’éteindre. Si le journaliste évoque l’homme « qui restera une figure de légende du débarquement allié en Normandie, en 1944, à la tête de ses commandos britanniques » (France 2, 1995), il rappelle surtout que le baron écossais « était sur le pont Pegasus, en tête de colonne derrière un char et escorté du cornemuseux Bill Millin ». La télévision est friande de cette anecdote immortalisée par Le jour le plus long, et régulièrement relatée au petit écran, par exemple le 5 juin 2004 (TF1, 2004) à l’occasion du soixantième anniversaire du débarquement. L’épopée des hommes d’Howard et de Lovat s’emparant du Pegasus Bridge est au petit écran l’acte de bravoure principal des troupes britanniques engagées dans Overlord.

54La part de la France, quant à elle, est longuement soulignée par l’action des commandos français du commandant Kieffer. Cet épisode du 6 juin est le sujet d’une longue séquence dans Le jour le plus long. Au petit écran également, le récit des combats livrés sur Sword permet de souligner l’action des hommes du commando Kieffer. Depuis 1974, les anciens bérets verts sont le sujet de reportages à l’occasion des grands anniversaires télévisuels du débarquement. De 1980 à nos jours, 21 documents sont uniquement consacrés à ces 177 hommes, sans compter la présence d’anciens du commando parmi les témoins régulièrement interrogés. De plus, dans les documents s’attachant à relater les différents aspects du 6 juin, l’histoire des hommes de Kieffer est systématiquement racontée.

55À partir de la fin des années 1970 et du début des années 1980, à l’écran de la télévision française, le débarquement de Normandie devient de plus en plus clairement une histoire des actions américaines et du courage des G. I. débarquant sur Omaha ou sautant sur Sainte-Mère-Église.

  • 15 Band of Brothers, série créée par Steven Spielberg avec Tom Hanks dans le rôle-titre d’après le liv (...)

56Si l’influence du film transparaît en ce qui a trait aux choix thématiques du récit télévisuel, son poids dans la perception et la connaissance par le public du débarquement se vérifie également. Après la diffusion de son reportage « Omaha mon amour », le journaliste Rémy Roche (1994) est présent sur le plateau d’Envoyé spécial. Il explique que les témoins n’ont pas parlé facilement notamment parce que « ce sont des gens qui imaginent qu’on ne va pas les croire parce que la représentation de la guerre que l’on voit souvent au cinéma est une représentation très hollywoodienne qui ne correspond pas vraiment avec ce qu’ils ont vécu… » Dans le documentaire « Les secrets du jour J » diffusé en 1994 (Muel, 1994), Gilles Perrault, auteur du livre du même nom, dénonce l’emprise du film sur le récit du débarquement, et notamment sur la croyance que tout s’est joué le 6 juin. Il explique que cela est inexact : « En vérité il n’y a pas d’exemple de débarquement qui ait échoué le jour même… Les responsables alliés n’avaient aucun doute sur leur capacité à débarquer, Bradley disait : <L’abordage ça ne nous fait pas peur, le problème c’est de tenir les jours suivants.> » Il est vrai qu’à l’image de la dernière séquence du Jour le plus long montrant le débarquement réussi sur Omaha, les camions débarquant le matériel, les hommes s’installant avec en fond sonore la célèbre et entêtante musique du film, on a parfois désormais l’impression dans le récit télévisuel, au dire du commentaire, que la campagne de France s’est achevée avec la réussite du débarquement à Omaha, voire que la guerre a été gagnée ce jour-là. Il faudra attendre quelques années — une volonté de montrer la réalité de la guerre — et notamment la série Frères d’armes15 pour que soient évoquées les dures campagnes menées par les troupes américaines de la France à l’Allemagne en passant par la Belgique et les Pays-Bas.

57Le jour le plus long contient, comme toute œuvre à caractère historique, des éléments potentiels de légende. Le récit ainsi établi par Le jour le plus long possède les différentes « séries d’objets » (Valensi, 1992) qui participent à l’implantation durable du schéma narratif du film dans les représentations ultérieures : coup de dés (choix critiques quand plusieurs orientations s’offraient et que l’on suivit celle qui fit verser l’action dans la tragédie), étapes cruciales, moments critiques, mot historique (comme un aide-mémoire, un mot de passe fait pour être répété). Première mise en récit complète de l’épopée du débarquement, Le jour le plus long en cristallise par là même le souvenir tout en conditionnant l’attente des téléspectateurs à l’égard de toute représentation du débarquement de Normandie.

58Il faut sauver le soldat Ryan s’impose également progressivement comme un document incontournable lorsque l’on célèbre les anniversaires du 6 juin au petit écran.

Il faut sauver le soldat Ryan : le héros américain, la réalité de la guerre

59L’histoire est celle d’un groupe de soldats américains débarqué sur Omaha et qui, une fois la plage conquise, se voit confier la mission de retrouver le soldat Ryan, parachutiste de la 101division aéroportée. Les trois frères de ce soldat sont tombés au combat. Il est donc décidé de retrouver le parachutiste et de le ramener vivant chez lui. S’ensuit l’épopée de ce groupe d’hommes à travers la Normandie en guerre. Ils finissent par trouver celui qu’ils sont venus chercher, mais celui-ci n’entend pas abandonner ses camarades en pleine bataille.

60Le film s’ouvre sur un plan de la bannière étoilée flottant dans le soleil, puis un homme, de dos, avance en chancelant le long d’un chemin qui borde la mer. Apparaissent ensuite des drapeaux américains et français accrochés à des mâts et les croix blanches se détachant sur l’herbe verte du cimetière américain de Colleville. Le vieil homme s’agenouille devant l’une de ces croix, la caméra zoome sur son visage… On entend alors le bruit des vagues, la caméra zoome plus encore sur les yeux de l’homme, donnant à voir ce qui se cache derrière le regard embué : les obstacles de la plage d’Omaha s’affichent alors à l’écran.

61Les séquences qui suivent sont consacrées aux combats sur la plage. Les barges fendent les flots à vive allure, la main tremblante d’un homme ouvre sa gourde, les visages graves des soldats, certains vomissent, d’autres prient, les ordres du commandant, la peur sur les visages, la rampe s’abaisse, les balles crépitent aussitôt, certains n’ont pas même le temps de sortir et sont tués sur place, d’autres se noient en sautant. Les balles font des traînées blanches dans l’eau qui rougit, les cris, les bruits des balles, des explosions, des ordres qui fusent… Un soldat en aide un autre à sortir de l’eau, « on est f… », il n’a pas le temps d’achever sa phrase, il est frappé en pleine poitrine. La mitrailleuse allemande fait des ravages. La jambe d’un homme est arrachée, les soldats se recroquevillent derrière les obstacles… Tout n’est que chair éventrée, sang, hurlement, un homme porte son avant-bras détaché du reste de son corps, d’autres sont en feu. Un soldat éventré appelle sa mère en mourant, les hommes tombent et tombent encore… Quelques-uns ont réussi à traverser la plage, mais ils n’ont pas d’armes ni d’équipement. Ils avancent mètre par mètre. D’autres, plus équipés, les rejoignent. Ils attaquent le bunker, y mettent le feu. L’un d’entre eux crie alors : « Ne tirez pas, laissez-les brûler », en parlant des Allemands. Des G. I. tirent sur des Allemands se rendant les mains en l’air. L’assaut est fini, un soldat américain pleure, un autre ramasse de la terre qu’il met dans une boîte sur laquelle est inscrit le mot France, une main qui tremble ouvre une gourde, « drôle de spectacle… », « oui tu as raison, drôle de spectacle »… Un gros plan sur le visage d’un soldat qui contemple ce « drôle de spectacle », la marée qui monte fait osciller les cadavres sur la plage, la mer est rouge de sang… La prise d’Omaha a duré plus de 20 minutes à l’écran : 20 minutes de cris, de sang, de chairs éclatées, 20 minutes de cauchemar.

62Ce sont ces 20 premières minutes, cette reconstitution du débarquement sur Omaha, qui, plus que la suite des pérégrinations des protagonistes à travers la Normandie en guerre, influencent le récit télévisuel du débarquement.

63Cette représentation assez éloignée de celle « grandiose, héroïque et plutôt aseptisée… » (Kauffmann, 1998)véhiculée par Le jour le plus long, participe tout autant à l’américanisation du débarquement. En choisissant de s’intéresser à Omaha et à l’action des G. I. au cours d’Overlord, le film, qui connaît un succès international, focalise le regard sur cet aspect-là du débarquement désormais connu du plus grand nombre. À l’occasion des commémorations suivantes, Il faut sauver le soldat Ryan est très souvent cité pour évoquer ce qui s’est passé ce 6 juin. La présence de Tom Hanks, personnage principal du film, durant les cérémonies postérieures à 1998 est également soulignée. Il est intéressant que sa participation aux cérémonies parmi les officiels soit un fait qui semble naturellement découler de la place que son rôle lui a conférée dans la représentation du débarquement, accentuant un peu plus encore la confusion entre réel et fiction. Jean-Pierre Esquenazi, s’intéressant à la question de la vérité de la fiction, explique cela en ces termes : 

[…] l’appropriation du récit par le destinataire est liée à la relation privilégiée que ce dernier doit nouer avec l’un des personnages pour se sentir directement affecté par le récit, y être sensibilisé. Celui-ci joue pour celui-là le rôle d’énonciateur de l’univers fictionnel et occupe dans le récit fictionnel, la fonction que tient le témoin ou le document dans le récit historique, celle d’un médiateur garantissant la représentation (2009: 132).

64Le personnage incarné par Tom Hanks est alors le truchement par lequel le spectateur devient sensible à ce qu’il regarde. Dans le cas d’Il faut sauver le soldat Ryan et du capitaine Miller, ce rôle de témoin garant de la réalité entraîne de plus en plus une confusion entre fiction et réel. Cet amalgame entre acteurs et vétérans, fiction et réel se joue également dans la série Frères d’armes. En effet s’y croisent l’image et le témoignage du vétéran soixante ans plus tard et celle de son double, l’acteur qui l’incarne à 20 ans dans le bocage normand ou dans les Ardennes. Cela trouble quelque peu le régime de vérité existant normalement et brouille plus encore la ligne de séparation entre réel et fiction.

65En octobre 1998, un article du Figaro intitulé « Omaha Beach, pèlerinage en vogue » aborde ce point. Le journaliste y explique que depuis la sortie du film, « ils sont de plus en plus nombreux à vouloir découvrir l’immense nécropole d’Omaha Beach, dont les images ouvrent et ferment le film » (Puyalte, 1998). Le conservateur du cimetière, Joseph Rivers, se voit de plus en plus souvent interrogé sur la localisation de la tombe du capitaine Miller interprété par Tom Hanks. Désormais, Rivers « renseigne et enseigne, mais surtout recueille les impressions nées du nouveau regard porté sur ce juin 1944 à Omaha Beach. Comme si les gens visualisaient désormais les visages des soldats tombés sur cette plage de sable ocre » (Puyalte, 1998). Tout comme la présence de Tom Hanks dans les tribunes officielles, la confusion des spectateurs est significative du poids du film sur l’imaginaire, l’image de l’événement, et sur la difficulté à faire la part des choses entre faits réels et création cinématographique. Comme le souligne Michel Mathien, « les multiples fictions historiques popularisées par le cinéma et la télévision, créent une confusion croissante dans le public et, en particulier, chez les jeunes pour qui le passé s’incarne désormais dans les personnages et les situations romanesques des films, téléfilms et séries » (2005 : 50).

66On perçoit bien ici le poids de l’image qui, comme le disait déjà Ferrer en 1962, donne un visage, un aspect tangible aux soldats du jour J. Le jour le plus long, ainsi qu’Il faut sauver le soldat Ryan offrent, aux yeux de leurs spectateurs, de la chair, des os, une âme ou tout du moins un visage à des hommes qui jusqu’alors étaient souvent présentés comme une masse, des croix blanches sur l’herbe d’un cimetière de Normandie.

67Le 4 juin 2004, l’émission de La Cinquième C dans l’air donne pour titre à son numéro consacré aux soldats américains venus libérer la France en débarquant sur les plages normandes : « Hommage aux soldats <Ryan> ». Alors que les réalisateurs de cette émission font ostensiblement appel à la culture cinématographique des téléspectateurs en utilisant ces termes, en plateau l’historien André Kaspi explique que « la mémoire que les Américains peuvent avoir dépend souvent des films et de la télévision ». Si cette affirmation se rapporte aux Américains, il semble, à écouter les journalistes et autres présentateurs faire constamment référence à ces films pour interpeller leurs téléspectateurs, que cela soit également vrai pour les Français. Ainsi, en prélude à la diffusion dans Les Repères de l’Histoire de « Big Red Omaha » (Rutman, 2004), Laurent Joffrin déclare : 

Si ceux-là avaient flanché, on n’aurait pas donné cher de la cause de la liberté. Ceux-là, ce sont ceux d’Omaha, Omaha la sanglante. Vous les avez certainement vus au cinéma dans Le jour le plus long et dans Le soldat Ryan. Nous avons choisi de retrouver les vrais héros de ces films, pas Tom Hanks ni Robert Mitchum, ceux qui ont débarqué le 6 juin parce que leur témoignage est plus fort, plus émouvant que la plupart des films de fiction.

68Ce rappel à la distinction entre film de fiction et réalité laisse croire que le distinguo peut se faire difficilement dans l’esprit des téléspectateurs. Après la diffusion du documentaire, Joffrin souligne, avant de lancer le débat en plateau : « Voilà donc pour la vraie histoire des héros d’Omaha Beach. » Ces références répétées à ces films reflètent la prégnance des imaginaires sociaux dans la mise en récit de cet épisode de la guerre.

69L’influence du soldat Ryan ne se fait pas tant sur la trame du récit comme figé depuis Le jour le plus long, mais plus sur le regard porté sur la guerre dans son acception générale et sur ce que la guerre fait aux hommes. Associé à la série Frères d’armes, également produite par Spielberg, Il faut sauver le soldat Ryan contribue à l’évolution de la figure du soldat américain ou plutôt du vétéran de la Seconde Guerre mondiale. Héros malgré lui, homme courageux qui sacrifia sa jeunesse sur les champs de bataille d’Europe, il contribua à sauver le monde de la barbarie, mais refuse l’étiquette de héros qu’on lui accole trop souvent. Dans les divers documentaires et reportages évoquant le débarquement diffusés au cours des années 2000, un grand nombre de vétérans semblent comme hantés par leurs camarades tombés pendant ces combats. Eux ont survécu, mais sont marqués à vie. Bien qu’ils soient persuadés de l’utilité de leurs actions, de la validité de la cause qu’ils ont alors défendue, ils ne semblent plus voir la guerre comme une glorieuse épopée, faite de grands faits d’armes, de brillantes victoires, d’actes de bravoure et d’héroïsme. Ils étaient là parce qu’il fallait y être, ils l’ont fait parce qu’il fallait le faire.

70Cela est relativement significatif de la tendance qui peu à peu s’installe dans le récit télévisuel. L’influence de la guerre du Vietnam et de sa représentation sur ce récit est notable. « Le soldat américain serait dorénavant tourmenté, habité des angoisses et des cauchemars qu’auraient imprimés en lui, de manière aussi subliminale qu’indélébile, les rizières et les jungles asiatiques », écrit Michel Jacquet (2006 : 10) en s’intéressant à ce conflit vu par le cinéma américain. Les types de représentations décrits comme attachés aux vétérans du Vietnam contiennent des similitudes avec l’image désormais donnée des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale : blasés par la réalité de la guerre, s’interrogeant sur la validité des buts de guerre et sur les sacrifices demandés pour cela, durablement marqués par ce qu’ils ont alors vécu.

71Il faut sauver le soldat Ryan et Frères d’armes mettent également en avant d’autres éléments soulignant la réalité et la cruauté de la guerre. Ainsi, le volet de cette série consacré au débarquement de Normandie donne à voir des parachutistes américains exécutant des prisonniers de guerre allemands. Dans le dernier épisode de cette même série, on voit nettement en arrière-plan deux soldats français abattre froidement trois soldats allemands. Dans Il faut sauver le soldat Ryan, les soldats montant à l’assaut des bunkers d’Omaha tuent sans arrière-pensée les Allemands qui, les bras en l’air, se rendent. L’image du G. I. se trouble quelque peu ou devient tout simplement plus humaine. Il est vraisemblable que l’accès des Allemands au statut de victime influence cette construction nouvelle. Cela participe également d’une tendance amorcée par le film de Spielberg, tendance de plus en plus visible au petit écran de la télévision française : il est désormais l’heure de briser les tabous, de montrer une vision plus réaliste du conflit, loin de la version officielle et édulcorée.

De l’utilisation des séquences des films par la télévision : quand le film incarne l’événement

72Si, comme nous venons de le voir, ces films pèsent sur la représentation du débarquement de Normandie d’un point de vue thématique, les images mêmes de ces œuvres cinématographiques exercent une influence plus grande encore sur la mise en image du souvenir du débarquement.

73En 1984, le générique de l’édition spéciale du journal télévisé de la deuxième chaîne consacrée au quarantième anniversaire du débarquement reprend la scène du Jour le plus long au cours de laquelle le major Pluskat, de son bunker, voit se profiler à l’horizon les silhouettes inquiétantes de milliers de bateaux.

74Dans ce même journal, des images du film sont également utilisées pour évoquer, avec les anciens commandos de Kieffer, la prise du casino de Ouistreham. Alors qu’en off le présentateur, Daniel Bilalian, interroge les vétérans sur cet épisode, la séquence du Jour le plus long se rattachant au récit qu’ils sont en train de faire défile à l’écran, illustrant leur propos.

75Les images du Jour le plus long deviennent une illustration très usitée pour relater le débarquement. Là où l’on diffusait auparavant des images d’archives tournées au moment des faits apparaissent désormais celles du film de 1962. Le procédé est repris de nombreuses fois. Le 25 avril 1994, au journal de France 3 (1994), un extrait du Jour le plus long où l’on voit Bill Millin, le joueur de cornemuse de lord Lovat, traverser le pont, est diffusé pour évoquer cet épisode. Le 6 juin suivant, sur TF1 (1994b), la séquence au cours de laquelle le parachutiste reste accroché au clocher de l’église de Sainte-Mère-Église et assiste aux combats sans pouvoir y participer est utilisée pour illustrer le récit.

76Le 5 juin 2004, France 2 programme une émission spéciale de près de sept heures intitulée « La nuit la plus longue » et consacrée aux célébrations commémoratives du débarquement de Normandie. L’influence du Jour le plus long et d’Il faut sauver le soldat Ryan sur le récit alors fait du 6 juin 1944 est notable. En direct depuis Sainte-Mère-Église, Thierry Ardisson présente l’émission aux côtés de Michel Drucker. Ce dernier entame la soirée en déclarant : « Regardez où nous sommes. Si vous avez vu ou revu Le jour le plus long, nous sommes au pied de cette petite église et au-dessus de moi, on se souvient de John Steele, nous sommes au pied de cette église mythique, celle du Jour le plus long... » Dans le propos du présentateur, qui interpelle le téléspectateur en évoquant vraisemblablement ce que celui-ci connaît, on ne sait plus trop si, lorsqu’il parle du « jour le plus long », il s’agit du film ou bien de l’événement lui-même.

77L’émission se tient donc, comme le souligne Drucker, dans le décor du film Le jour le plus long, décor qui fut d’abord un village, histoire qui avant d’être un film fut d’abord la réalité. Quelques minutes plus tard, Drucker revient sur Le jour le plus long alors qu’il s’entretient avec le fils de celui qui était en 1944 le maire du village et dont le personnage apparaît dans le film. À cette occasion, plusieurs extraits dans lesquels apparaît le maire sont diffusés pour illustrer le récit fait par son fils. Le film devient progressivement le référent, l’événement originel disparaissant derrière les diverses séquences de l’œuvre cinématographique.

78Un peu plus tard dans la soirée, les présentateurs et leurs invités en viennent à évoquer l’action des parachutistes américains dans le débarquement. Il est notamment largement question de John Steele, le parachutiste qui, sur les images du Jour le plus long, resta suspendu des heures au clocher de Sainte-Mère-Église. « Il avait trente-deux ans, nous dit-on, il était un des plus vieux et il ne sait pas que cette nuit il va entrer dans la légende… Mais ici, à Sainte-Mère-Église, il nous regarde toujours du haut du clocher. »

79« Encadrées » par deux images filmées en direct du clocher et du mannequin qui y est suspendu, celles de l’interview de John Steele réalisé en 1966 et celles du Jour le plus long alternent. Ce qui a fait entrer ce parachutiste dans la légende, c’est bien entendu la popularisation de son expérience grâce aux séquences du film qui lui sont consacrées. Avant 1962, qui connaissait son histoire ? Il semble par ailleurs qu’il n’ait pas été le seul à rester accroché au clocher cette nuit-là. Les auteurs du Jour le plus long ont choisi de se focaliser sur ce G. I., popularisant ainsi son histoire. Il en est de même pour Bill Millin et sa cornemuse. Le rappel de la part des Britanniques dans le débarquement entraîne, cela apparaît désormais presque comme un automatisme, l’évocation de la séquence du Jour le plus long où les commandos débarquent sur la plage précédés d’un joueur de cornemuse.

80Sur TFI, le 14 juillet 2004, on retrouve le même type de séquence que celle consacrée le 5 juin à John Steele. Un reportage prend pour sujet le major John Howard, qui conduisit dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 l’opération Pegasus Bridge avec la 6e division aéroportée britannique. Le reportage est construit autour d’images du major en 1944, d’autres datant de l’interview qu’il a donné quelques années avant sa mort, de photos prises en 1944 en Angleterre et en Normandie, et de séquences du Jour le plus long.

81Parmi ces images, il y a celle du major devant son écran de télévision regardant Le jour le plus long et déclarant : « C’est moi là », en pointant l’acteur qui joue son rôle, puis il ajoute : « C’est vraiment comme ça que cela s’est passé. » Le jour le plus long est ainsi utilisé pour expliquer et montrer aux téléspectateurs ce que fut le débarquement. Les images et les évocations du film se mêlent avec les témoignages des vétérans. Elles sont, comme ceux-ci, des éléments tangibles qui confèrent au récit toute sa consistance réelle.

82Un usage similaire est fait d’Il faut sauver le soldat Ryan le 5 juin 2004 dans l’émission de France 2 (2004). Lorsqu’il s’agit d’évoquer Omaha Beach, un extrait du film de Spielberg est diffusé, alors que Franck Gockel, ancien combattant allemand, relate le débarquement sur la plage. Le lien entre le présent — le direct de Normandie — et le 6 juin 1944 à Omaha — les images du film — est établir au moyen d’un fondu enchaîné qui superpose le visage filmé en gros plan de Tom Hanks et une vue aérienne du cimetière de Colleville-sur-Mer. Michel Drucker déclare alors : « Voilà ce que fut la bataille d’Omaha Beach et le regard de Tom Hanks nous poursuivra longtemps. » Le film est l’élément qui représente le mieux l’événement évoqué parce qu’il rend présent un passé disparu. Sur aucune des images filmées le jour J, on ne peut voir les traits du visage d’un G. I. de la première vague débarquant sur Omaha (comme le regrettait déjà Mel Ferrer en 1962) et percevoir ainsi ce qu’il ressent. C’est donc le visage de Tom Hanks, exprimant toute la souffrance endurée alors, qui incarne le mieux la réalité de l’événement, tout du moins telle que le téléspectateur se l’imagine. La télévision fait de la guerre un récit humain qu’elle veut personnifier. Pour ce faire, ce récit doit s’incarner dans des images et des histoires qui parlent, touchent le téléspectateur. C’est le cas des témoignages de vétérans, c’est également celui de ces images de films.

Conclusion

83Ces deux films mondialement connus que sont Le jour le plus long et Il faut sauver le soldat Ryan sont entrés dans le récit « médiatique » du débarquement de Normandie. Le succès qu’ils obtiennent contribue à faire d’eux des éléments incontournables lorsque l’on évoque le 6 juin 1944. Des millions de personnes à travers le monde les ont vus. Pour beaucoup, là réside la part centrale de leur connaissance concernant cet épisode de la Seconde Guerre mondiale. Les présentateurs et journalistes de télévision se retrouvent donc à utiliser des extraits de ces œuvres cinématographiques pour illustrer, de façon qui semble significative à la majorité des téléspectateurs, le débarquement de Normandie. La télévision a besoin de ces images types, ou stéréotypées, qui parlent rapidement et efficacement au téléspectateur. Ainsi, certaines séquences des films deviennent progressivement la représentation même de l’événement au détriment des images d’archives.

  • 16 Apocalypse : la Deuxième Guerre mondiale, Isabelle Clark et Daniel Costelle, série en six volets pr (...)

84Outre le fait que les hommes de télévision utilisent le succès de ces films pour construire leur récit du débarquement en adéquation avec les attentes du public, ce qui semble le plus intéressant est en effet le grignotage de l’image d’archives — saluée dans les premiers temps de son utilisation dans les années 1960 comme la preuve de l’authenticité du récit — par l’image extraite d’un film de fiction, utilisée désormais car jugée plus « réelle », et plus proche de l’imaginaire populaire de l’événement. Ce mélange des genres s’inscrit dans les questionnements sans cesse renouvelés sur l’image en général, sa nature, son utilisation, sa capacité à sembler dire la vérité ou à être incapable de mentir. Or, toutes ces images, images d’archives des Grandes Batailles, images « recolorisées » d’Apocalypse16, images extraites de films de cinéma, ou encore images de scènes rejouées des docufictions ne sont jamais que représentation de l’événement qu’elles évoquent. Dans la représentation télévisuelle de la Seconde Guerre mondiale depuis les années 1950, une image chasse l’autre, celle des cérémonies sur les plages jugées trop impersonnelles sont remplacées par celles plus « vraies » des archives, celles-ci, désormais désuètes — sauf si recolorisées —, sont chassées à leur tour par celles extraites de films qui semblent les plus justes mais aussi les plus prégnantes.

85Loin de n’être que de grandes productions hollywoodiennes divertissantes, il apparaît clairement que ces œuvres cinématographiques déposent leur empreinte et participent de plus en plus visiblement à la construction thématique et iconique du grand récit médiatique du débarquement de Normandie. La domination de ces fictions américaines sur ce sujet, leurs moyens techniques, financiers, leur capacité à toucher un public international mettent en place les jalons d’un récit où la part américaine grignote toutes les autres.

86Cette américanisation du récit est d’autant plus intéressante à observer sur les écrans de la télévision française lorsque l’on sait, comme nous l’avons vu, l’aversion dont ont longtemps pâti les soldats américains, ainsi que la capacité de la France et de sa télévision à faire de la Seconde Guerre mondiale un grand récit héroïque flattant l’orgueil national en soulignant encore et encore le mérite des combattants français, de l’appel du 18 juin à la libération de Paris. Depuis les années 1990, cette tendance n’exclut plus la construction d’une autre figure héroïque, celle du G. I., et par son intermédiaire, celle de l’Amérique en guerre. On notera à ce propos que si la politique étrangère américaine concernant l’Irak entache à nouveau les relations transatlantiques au début des années 2000, cela n’affecte nullement, contrairement aux périodes antérieures de mésentente, l’image du rôle des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. La politique du pouvoir alors en place à la Maison-Blanche est dissociée de la gratitude que les Français ont pour ces soldats américains que les journaux nomment abondamment « soldats de la liberté » (Le Monde, 2004).

87Ainsi, l’influence des récits nationaux dans la mise en récit de cette guerre, si vraie par le passé au petit écran de la télévision française, se trouble avec la pénétration de plus en plus importante d’un autre récit national, étranger celui-là, celui des États-Unis d’Amérique, qui, par l’intermédiaire de ces grands films à succès, « contamine » la narration française du débarquement de Normandie.

88L’empreinte de ces films sur le récit est révélatrice des interférences existant entre le support télévisuel et les autres vecteurs culturels de masse. Cela se vérifie principalement en ce qui concerne le cinéma qui, comme la télévision, a pour lui le poids de ces images montrées sur grand écran qui imprègnent durablement l’imaginaire des spectateurs. Cela illustre nettement la nécessité d’insérer toute réflexion sur la télévision et la représentation télévisuelle dans le cadre plus large de la représentation médiatique.

Haut de page

Bibliographie

ANNAKIN, Ken et al. (1962), Le jour le plus long (The Longest Day), États-Unis, Twentieth Century Fox.

ANTENNE 2 (1984), « Le débarquement de Normandie, ils arrivent », Les Dossiers de l’écran, 5 juin.

BOURDON, Jérôme (1990), Histoire de la télévision sous de Gaulle, Paris, Anthropos/INA.

BRETEQUE, François de la (1998), « La mémoire de la bataille de Verdun dans le cinéma », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 57 : 148-150.

COSTELLE, Daniel (1969), « La bataille de Normandie », Les Grandes Batailles, 1re chaîne, 16 juin.

COSTIGLIOLA, Frank (1992), France and the United States, New York, Twayne Publishers.

CRIVELLO-BOCCA, Maryline (1998), L’écran citoyen : la Révolution française vue par la télévision de 1950 au Bicentenaire, Paris, l’Harmattan.

DELAGE, Christian et Vincent GUIGUENO (2004), L’historien et le film, Paris, Éditions Complexe, Coll. « Histoire du temps présent ».

DUMAYET, Pierre (1964), « Sainte-Marie-du-Mont kilomètre zéro zéro », Cinq Colonnes à la une, 1re chaîne, 6 juin.

ESQUENAZI, Jean-Pierre (2009), La vérité de la fiction, comment peut-on croire que les récits de fictions nous parlent sérieusement de la réalité ?, Paris, Lavoisier.

FERRO, Marc (1993), Cinéma et Histoire, nouvelle édition refondue, Paris, Gallimard, Coll. « Folio Histoire ».

FLEURY-VILATTE, Béatrice (2000), La mémoire télévisuelle de la guerre d’Algérie 1962-1992, Paris, INA/L’Harmattan.

FLEURY-VILATTE, Béatrice (dir.) (2003), Récit médiatique et histoire, Paris, INA/L’Harmattan.

FRANCE 2 (1995), « Décès baron écossais », Journal de 20 h, 16 mars.

FRANCE 2 (2004), « La nuit la plus longue », 5 juin.

FRANCE 3 (1994), « Joueur de cornemuse de Pegasus Bridge », 19/20, 25 avril.

FULLER, Samuel (1980), Au-delà de la gloire (The Big Red One), États-Unis, United Artists.

JACQUET, Michel (2006), Nuit américaine sur le Viêt-Nam. Le cinéma US et la « sale guerre », Parçay-sur-Vienne, ANOVI.

JEANNENEY, Jean-Noël et al. (1982), Télévision nouvelle mémoire. Les magazines de grands reportages de 1959 à 1968, Paris, Le Seuil/INA.

KAUFFMANN, Sylvie (1998), « Steven Spielberg fait découvrir la Seconde Guerre mondiale à l’Amérique », Le Monde, 1er août.

KUISEL, Richard (1996), Le miroir américain, Paris, Éditions JC Lattès.

LE MONDE (2004), « Hommage aux soldats de la liberté », 8 juin.

MATHIEN, Michel (dir.) (2005), La médiatisation de l’Histoire, Bruxelles, Bruyant, Coll. « Médias, sociétés et relations internationales ».

MAURIAC, François (2008), « On n’est jamais sûr de rien avec la télévision », Chronique 1959-1964, édition établie par Jean Touzot avec la collaboration de Merryl Moneghetti, Paris, Bartillat.

MUEL, Christophe (1994), « Les secrets du jour J », Les Brûlures de l’Histoire, France 3, 31 mai.

POMIAN, Krysztof (1999), Sur l’histoire, Paris, Gallimard.

PUYALTE, Francis (1998), « Omaha Beach, pèlerinage en vogue », Le Figaro, 27 octobre.

RIVIÈRE DE LA SOUCHERE, Muriel (2010), De Dunkerque à Nuremberg, Le rôle des Anglo-Américains dans la libération de l’Europe au miroir de la télévision française (1949-2009). Thèse de doctorat en histoire sous la direction de Jean-Noël JEANNENEY, Paris, Institut d’études politiques de Paris.

ROCHE, Rémy (1994), « Omaha mon amour », Envoyé spécial, France 2, 2 juin.

RUTMAN, Jacques et Rodolphe RUTMAN (2004), « Big Red Omaha », Les Repères de l’Histoire, La Cinquième, juin.

SABATIER, Patrick (1998), « Spielberg s’en va-t-en guerre », Libération, 5 août.

SPIELBERG, Steven (1998), Il faut sauver le soldat Ryan (Saving Private Ryan), États-Unis, Paramount Pictures.

TF1 (1962), « Le jour le plus long », Journal de 20 h, 19 septembre.

TF1 (1994a), « Anniversaire cornemusier Millin », Journal de 20 h, 15 juillet.

TF1 (1994b), « Extrait jour le plus long », Journal 13 h, 6 juin.

TF1 (2004), « Une brigade de musique britannique », Journal de 20 h, 5 juin.

VALENSI, Lucette (1992), Fables de la mémoire. La glorieuse bataille des trois rois, Paris, Seuil.

VEYRAT-MASSON, Isabelle (1990), « Entre mémoire et Histoire. La Seconde Guerre mondiale à la télévision », Hermès, 8-9 : 151-169.

VEYRAT-MASSON, Isabelle (2000), Quand la télévision explore le temps : l’histoire au petit écran, Paris, Fayard.

WIEVORKA, Olivier (2007), Histoire du débarquement en Normandie, des origines à la libération de Paris 1941-1944, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Pour plus de précisions sur le sujet, voir Rivière de la Souchère (2010).

2 Dans un article publié dans la revue Hermès en 1991, Isabelle Veyrat-Masson s’intéresse à la Seconde Guerre mondiale à la télévision française et montre l’importance du rôle de ce média dans la construction (ou l’évolution) de la mémoire collective. En effet, la présence de la Seconde Guerre mondiale est telle à la télévision que l’on ne peut ignorer sa contribution à l’élaboration d’une représentation de l’événement.

3 En 1990, un sondage paru dans Le Monde montrait que 67 % des personnes interrogées affirmaient détenir leurs connaissances sur la Seconde Guerre mondiale des productions télévisuelles dont elles étaient les spectatrices.

4 Sur le rôle du cinéma comme agent de l’histoire, voir Ferro (1993).

5 Comme le faisaient déjà en 1996 un certain nombre d’historiens réunis à Perpignan pour le XVIIe Colloque « Cinéma et histoire, histoire du cinéma ». Voir de la Breteque (1998).

6 Entre 1950 et 2009, plus de 700 documents relatifs au débarquement de Normandie ont été diffusés à la télévision française, tous genres confondus. Pour plus d’information sur le sujet, voir Rivière de la Souchère (2010).

7 Premier magazine d’information de la télévision française, diffusé de janvier 1959 à mai 1968. Voir Jeanneney et al. (1982).

8 Pierre Dumayet, entretien avec l’auteur, 19 février 2010.

9 « Les gouvernements français et américain établirent de meilleures relations, notamment en raison du déclin conjugué dans les années 1980 de l’hégémonie américaine sur l’Europe de l’Ouest et de la dépendance française à l’égard de l’Amérique. Avec des ambitions plus modestes en Europe de l’Ouest, les États-Unis acceptèrent plus facilement le contrôle français sur le continent. Plus à l’aise que ne l’était de Gaulle par rapport à la position de leur pays dans le monde, les Français trouvèrent en l’Amérique un partenaire utile sur les questions européennes, africaines et nucléaires » (traduction de l’auteure).

10 De 1981 à 2009, 602 documents diffusés, dont 80 % au cours des années anniversaires que sont 1984, 1994 et 2004.

11 Quelques jours avant pour 1984, quelques mois avant pour 1994 et 2004.

12 Principalement des Américains, à partir de 2004 quelques Allemands.

13 Au soir du 6 juin, sur 34 000 hommes débarqués à Omaha, les pertes s’élevaient à 3 000, à Utah, elles étaient de 300 pour 21 300 hommes. Chiffres cités dans Wievorka (2007 : 230-232).

14 Au soir du 6 juin 1944, 156 000 hommes se trouvaient sur le sol normand. Parmi eux se trouvaient 90 000 Britanniques. Chiffres cités dans Wievorka (2007 : 222-236).

15 Band of Brothers, série créée par Steven Spielberg avec Tom Hanks dans le rôle-titre d’après le livre éponyme de Stefen Ambrose, États-Unis, 2001, première diffusion sur France 2 du 22 juillet au 18 août 2002.

16 Apocalypse : la Deuxième Guerre mondiale, Isabelle Clark et Daniel Costelle, série en six volets programmée sur France 2 les 8, 15 et 22 septembre 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel de la Souchère, « L’influence de la fiction américaine sur le récit télévisuel français du débarquement de Normandie », Communication [En ligne], Vol. 32/1 | 2013, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/4892 ; DOI : 10.4000/communication.4892

Haut de page

Auteur

Muriel de la Souchère

Muriel de la Souchère est docteure en histoire et chercheuse associée au Laboratoire Communication et Politique, CNRS. Courriel : m.delasouchere@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org