Navigation – Plan du site
Articles

Pratiques de fan et dynamiques culturelles

Le pouvoir des fictions audiovisuelles dans une société créole
Flavie Plante

Résumés

Pour explorer l’ampleur du pouvoir des fictions audiovisuelles, l’auteure s’intéresse aux pratiques de fans vivant dans une société créole, à La Réunion, où des dynamiques culturelles sont à l’œuvre. Comment le fan peut-il vivre pleinement sa passion pour les fictions audiovisuelles dans une société qui transforme les références culturelles exogènes ? Pour répondre à cette question, l’auteure s’est entretenu avec des jeunes adultes qui tentent de se constituer comme fans, malgré les contraintes contextuelles. Se joue à travers leurs pratiques, la question de la délimitation du pouvoir des fictions audiovisuelles.

Haut de page

Texte intégral

1Le pouvoir des fictions audiovisuelles est parfois si grand qu’il peut conduire les téléspectateurs à des comportements particuliers. Certains chercheurs ont ainsi observé les relations développées avec les célébrités médiatiques (Morin, 1957 ; Pasquier, 1999 ; Segré, 2007 ; Fourquet-Courbet et Courbet, 2012 ; Giampoli, 2012), d’autres avec les fictions elles-mêmes (Jenkins, 1992 ; Le Guern, 2002 et 2007 ; Vincent, 2011). Pour définir la nature de ces relations, le terme de fan est souvent employé. Le fan souffre généralement d’une image péjorative sur la scène sociale. Ainsi, selon Joshua Gripsrud, « the people who are fans of something or someone appear pathological, as irrational beings, potentially capable of monstrous behaviour, either as crazy loners (e.g. attacks on celebrities) or as crazy crowds (e.g. football hooligans) » (2002 : 115).

2Par rapport à cette image peu flatteuse, la communauté scientifique ne semble pas d’accord non plus sur la définition à apporter au fan. De plus, les nombreuses recherches sur les pratiques de fan que nous avons recensées concernent essentiellement les individus vivant dans des sociétés industrielles et modernes (Fourquet-Courbet et Courbet, 2012 ; Le Bart, 2004 ; Le Guern, 2002 ; Hein, 2011 ; Segré, 2003 ; Pasquier, 1999 ; Vincent, 2011). Mais que se passe-t-il quand la société n’offre pas les conditions de réalisation de soi en tant que fan ? Comment l’individu se représente-t-il lorsque son envie de devenir fan est freinée par des modalités indépendantes de sa volonté ?

3Cet article se donne pour objectif de comprendre le rôle de la société dans la construction de l’identité de fan. Autrement dit, que doit affronter le fan lorsque la société dans laquelle il vit présente de nombreuses particularités la différenciant des sociétés occidentales ? Par cette question, la délimitation du pouvoir des fictions audiovisuelles, accru par la mondialisation, est ici interrogée. Pour tenter d’appréhender le rôle d’une société dans la construction de l’identité de fan, cet article comprendra trois parties. Une première sera consacrée à un point théorique sur la définition de ce terme. Une deuxième partie portera sur la présentation de la société dans laquelle vivent les fans dont nous avons recueilli les témoignages : la société réunionnaise. Il y sera également question du dispositif de recherche mis en place. Enfin, la dernière partie présentera les pratiques des fans rencontrés.

Être fan

4Le fan a reçu de nombreuses définitions. Selon Julien Bousquet et François Marticotte (2009), jusqu’à la fin des années 1990, ces définitions sont majoritairement péjoratives et décrivent le fan comme un être aliéné et passif. Pour Dominique Pasquier, qui a étudié des fans de séries télévisées, les médias ont contribué à donner une image péjorative des fans : 

Les fans de séries sont a priori des téléspectateurs « suspects », et la presse relaie volontiers cette idée — avec une terminologie qui est d’ailleurs symptomatique, « culte », « idole », « croyance » […]. Bref, tout laisse penser qu’ils ont substitué une fiction à la vie réelle (2002: 221).

5L’analogie religieuse est aussi utilisée pour décrire les fans. En effet, devant l’investissement, souvent intense, de ces derniers dans leur passion, certains chercheurs ont associé leurs pratiques à une sorte de ferveur (Morin, 1957 ; Segré, 2002). Par exemple, dans un article au titre évocateur, « Le sacré et le fan », Frédéric Vincent écrit que « le fan est un croyant qui développe une obsession dévorante pour l’objet de son culte » (2011 : 55). D’autres chercheurs (Maigret, 2000 et 2002 ; Le Guern, 2009 ; Heinich, 2012) dénoncent cette association, privilégiant une approche des cultures médiatiques et de l’univers des fans basée sur la prise en compte des nouvelles formes de légitimation de ces cultures. Ainsi, Éric Maigret écrit que

ce qui caractérise en fait la culture médias actuelle est sa diversité, sa banalité et sa forte autonomie symbolique. Les pratiques des fans ne sont pas toutes amalgamables entre elles, elles sont traversées de distanciation à leur objet et elles sont parfois identiques aux pratiques culturelles plus nobles (2002: 108).

6Consommateur aux pratiques excessives ou acteur culturel, le fan n’est pas facile à définir. Pour Philippe Le Guern, « pour comprendre qui sont les fans, il est important de repérer leurs pratiques » (2007 : 250).

7Nous allons donc regarder de plus près les activités que pratique un individu pour se manifester comme fan.

Des pratiques individuelles

8Différentes recherches sur la question des fans font ressortir le fait que le fan est celui qui se livre seul à un ensemble de pratiques lui permettant de créer une relation émotionnelle avec l’objet de sa passion.

9Par exemple, pour Pasquier (1999), qui s’est particulièrement intéressée aux jeunes téléspectatrices fans de la série Hélène et les garçons, le fan, comme tout autre téléspectateur, est pleinement conscient que derrière sa série préférée se cache tout un univers de production comprenant acteurs, réalisateurs, metteurs en scène, etc. La différence entre un téléspectateur et un fan se situe alors dans la volonté de ce dernier de continuer la relation avec l’émission après le moment de l’exposition. Pour cela, il pratique des activités dans le but de créer un sentiment de proximité entre sa passion et lui. Ces activités prennent différentes formes : le fait de vouloir entrer en communication avec l’acteur (courrier, concert), l’achat des produits dérivés (magazines, DVD, vêtements), le désir de ressembler à l’idole, etc. Ainsi, « la fan porte […] ostensiblement les couleurs de celle qu’elle aime. […] On entre là dans un univers absolu, exclusif » (Pasquier, 1999 : 191).

10De même, selon Christian Le Bart (2004), qui a étudié des fans des Beatles, le fan s’intéresse à la vie privée de sa vedette préférée pour abolir les distances. « La relation qui se construit est vécue comme forte, réciproque, et personnalisée. Les chanteurs admirés deviennent des proches que l’on tutoie, que l’on prénomme ou que l’on surnomme, à qui l’on écrit, à qui l’on parle » (Le Bart, 2004 : 290).

11De plus, toujours selon Le Bart (2004), le fan crée des conditions pour croire que l’objet de sa passion ne parle qu’à lui, comme s’isoler dans sa chambre pour écouter sa musique préférée. Ainsi, « à la différence du simple goût qui distrait, divertit, et finalement éloigne de soi, la passion suscite des écoutes solitaires qui sont vécues comme <plongées en soi-même> » (Le Bart, 2004 : 284).

12Par conséquent, le fan est celui qui se différencie du récepteur ordinaire par son attachement à la fiction audiovisuelle qui le conduit à pratiquer des activités lui permettant de rester « connecté » à la passion. Cette connexion semble prendre sa force non pas tant dans le nombre d’activités pratiquées, mais dans le caractère symbolique que leur attribue un fan. Ainsi, ce n’est pas parce que l’on possède une affiche ou que l’on s’habille comme une célébrité que l’on est fan. Le fan est celui pour qui ces pratiques prennent sens, car elles lui permettent de se reconnaître comme tel. En créant des pratiques individuelles autour d’une fiction audiovisuelle, l’individu apporte une nouvelle donne à son identité : il possède désormais un statut de fan. Cependant, ces pratiques individuelles ne suffisent pas pour que l’individu se sente fan. En complément, il développe des pratiques collectives.

Des pratiques collectives

13De nombreuses recherches sur les fans montrent que pour être en mesure d’exprimer sa passion, le fan s’entoure d’individus.

14Par exemple, Pasquier, en étudiant des fans de la fiction Hélène et les garçons, constate que la présence des autres leur permet d’obtenir la reconnaissance de leur statut, car « la fan est enfin, et surtout quelqu’un qui est entourée. L’intégration dans un réseau d’échange et de discussion est indispensable. Isolée, une fan serait condamnée à redevenir une simple téléspectatrice » (1999 : 191). Autrement dit, le fan a besoin d’un groupe avec qui parler et construire des activités (échanges d’information, d’objets).

15De plus, selon Jean Charles Ambroise et Christian Le Bart, qui ont observé des fans des Beatles, partager sa passion avec les autres rassure : « La rencontre avec d’autres fans permet de briser le confinement d’un goût qui, quand il tourne à la passion, risque toujours d’apparaître <ringard> » (2002 : 173). Ne pas être le seul à vouer une passion à quelque chose donne une certaine légitimité à celle-ci et rend les pratiques qui y sont liées plus avouables. Le fan a besoin d’un groupe, d’un collectif de jeu. Si le groupe lui permet d’exprimer sa passion et de se livrer à des pratiques qui lui donnent le sentiment d’être plus proche de sa passion, avec lui, le fan apprend également des règles et des normes.

16Pour Le Guern, qui a étudié des fans de la série Le Prisonnier,

être fan n’est pas un donné immédiat: il résulte d’une série d’apprentissages des bonnes manières de se comporter, de l’ajustement progressif à des normes elles-mêmes plus ou moins stables, par lesquelles le fan peut s’identifier et peut être identifié comme tel (2002: 180).

17Le Guern parle du « savoir-être-fan » et considère que le fan club contribue à la socialisation du fan. Avec le groupe, ce dernier apprend à fournir une image socialement acceptable : image qui lui permettrait de vivre sa passion sans subir les moqueries des autres. « Cette posture complexe se traduit par une recherche du juste équilibre entre engagement et distanciation autour de l’identité de fan » (Le Guern, 2002 : 213).

18Notons également les pratiques collectives décrites par Gabriel Segré (2002) autour d’Elvis Presley ou celles observées par Michelangelo Giampaoli (2012) sur la tombe de Jim Morrison.

19En résumé, nous retenons que le fan d’une fiction audiovisuelle est celui dont l’investissement continue après l’exposition. Le fan développe des pratiques individuelles et collectives autour de sa passion dans le but de se « manifester comme fan » (Pasquier, 1999). En comparant différentes pratiques observées par les chercheurs, nous constatons que pour ce qui est des fictions audiovisuelles, certaines sont similaires. Quelle que soit la fiction, on trouve, par exemple, l’imitation de l’idole, la création en lien avec la passion (suite du scénario, dessin), la collection d’objets ou de produits dérivés, l’apprentissage de règles et de normes pour se montrer comme fan et des activités ludiques comme le fait de se réunir entre fans pour discuter ou se déguiser.

20Le schéma suivant résume ce qui vient d’être dit sur les fans.

Figure . Être fan. Définition générale

Figure . Être fan. Définition générale

21Pratiques individuelles et pratiques collectives sont donc complémentaires et participent à la reconnaissance de soi en tant que fan. Elles témoignent d’une complexité particulière, car elles doivent être situées dans le chemin de vie de l’individu. En effet, le choix de telle ou telle pratique et l’engagement dans celle-ci varient en fonction de l’objet de la passion, mais sont également dépendants de l’expérience de l’individu. Ainsi, l’investissement dans certaines pratiques peut s’expliquer par le moment de construction identitaire que traverse l’individu. Prenons par exemple ces adolescentes fans d’Hélène et les garçons qui trouvent en Hélène (le personnage principal) un modèle de comportement et de paraître au collège mais pas au lycée (Pasquier, 2002). Il y a également les homosexuels décrits par Le Guern qui considèrent l’Eurovision comme un « cadre favorable pour tester et élaborer tout à la fois son identité de fan et d’homosexuel » (2007 : 249).

22Si la construction identitaire permet de comprendre le degré d’investissement dans telle ou telle pratique, cet article s’interroge sur le rôle du contexte culturel et social dans ce même investissement. Pour ce faire, nous allons nous intéresser à des fans de fictions audiovisuelles qui vivent dans une société particulière : la société réunionnaise. Dans la partie qui suit, nous allons présenter cette société et notre dispositif de recherche.

La Réunion, une société aux « nombreuses » modernités

Le contexte

23Découverte au XVIe siècle par le navigateur portugais Mascarenhas, l’île de La Réunion a été, jusqu’au milieu du XXe siècle, une société coloniale. Le besoin de main-d’œuvre pour exploiter la canne à sucre a favorisé l’installation, parfois forcée, d’individus aux origines diversifiées. De nos jours, la population de La Réunion peut être décomposée en différents sous-groupes en fonction de leurs appartenances religieuses et sociales. « Ces groupes ethniques se nomment Cafres, Chinois, Gros-Blancs, Malbars, Petits-Blancs, Zarabes et Zoreils auxquels il faut adjoindre d’autres communautés nouvellement installées : les Comoriens et les Malgaches » (Labache, 2004 : 96). Chacun de ces groupes possède sa propre identité culturelle, ses pratiques religieuses et ses valeurs. Toutefois, en contact permanent, ces populations ont progressivement et inconsciemment modifié leurs cultures en s’inspirant de celles des autres. Des dynamiques culturelles se sont mises en place pour faciliter le vivre-ensemble :

Des esclaves marrons aux derniers engagés, des blancs pauvres aux libres de couleur et aux affranchis de 1848, langues et cultures, modes d’organisation et systèmes de parenté, modes d’agir et de penser ancestraux ont été érodés, travaillés, remodelés, procédant par reproduction/adaptation/assimilation/ré-interprétation et ont contribué à l’émergence d’une société créole (Lucas, 2003: 166).

24La créolisation prend alors forme. Édouard Glissant appelle « créolisation »

des contacts de cultures en un lieu donné du monde et qui ne produisent pas un simple métissage, mais une résultante imprévisible. Cela est très lié avec la notion de ce qu’[il] appelle le chaos-monde. Un chaos-monde, caractérisé non pas par le désordre mais par l’imprévisible. On peut prévoir le métissage, pas la créolisation. On prend trois petits pois gris, trois petits pois verts, on les greffe et on sait comment sera la deuxième, la troisième génération. La créolisation qui constitue un processus impossible à arrêter n’a pas de morale. La créolisation ne permet pas de saisir mais plutôt de tenter d’appréhender ce qui se passe dans le monde. Essayer de pénétrer et de deviner la créolisation du monde, c’est commencer à lutter contre la standardisation généralisée qui atteint l’économie, le social, la culture (1998).

25Selon Françoise Vergès et Carpanin Marimoutou (2005), la créolisation est un processus qui conduit à des négociations entre les différents modèles culturels. Elle suggère un mélange de ces modèles aboutissant à des compromis :

Chaque groupe arrivant à la Réunion a été soumis à un processus de créolisation (ou de réunionnisation) c’est-à-dire que ses membres ont dû à la fois renoncer à des croyances, des traditions, des pratiques et préserver des aspects de ces croyances, traditions, pratiques. La réunionnisation est cette dynamique de la perte et de la préservation de croyances et pratiques (nécessairement altérées). Pour survivre, la société réunionnaise doit pouvoir poursuivre cette dynamique tout en préservant ce qui l’a faite originale (Vergès et Marimoutou, 2005: 70).

26Si la créolisation est un processus permanent, il existe des moments de l’histoire où elle est davantage mobilisée (Chaudenson, 2003). Par exemple, la départementalisation rapide de la société participe à une intensification de la créolisation. Se heurtant à cette dynamique culturelle, la modernisation accélérée (provoquée par la départementalisation) participe à la construction d’une société réunionnaise qui se forge sur des références culturelles et identitaires nombreuses. Ces références, empruntant à l’ancien et au moderne, à l’ici et à l’ailleurs, s’opposent et coexistent selon des règles en perpétuelle mouvance, faisant de La Réunion une société à la définition encore inachevée à laquelle les individus participent :

Plus que jamais, les Réunionnais jonglent avec les temps, les lieux, les modes et composent leur propre combinatoire en puisant dans un répertoire de références identitaires qui varient en fonction des contextes, des circonstances et des objectifs collectifs et individuels (Wolff et Watin, 2010: 11).

27Dans une telle société, la diffusion des médias et de leurs usages n’y est pas linéaire. En effet, on peut supposer que l’insertion des médias, qui proposent des modèles de comportements et de paraître différents de ce que l’individu connaît et avec lesquels il devra négocier, fait partie de ces phénomènes qui réactivent la créolisation. Ainsi, les dynamiques culturelles à l’œuvre dans l’île interféreraient avec une typologie des usages médiatiques telle qu’elle se construirait en France métropolitaine (Jouët, 2000 et 2009). Aussi, lorsque les fictions audiovisuelles rencontrent la société réunionnaise, on peut s’attendre à une appropriation de ces fictions. La délimitation du pouvoir des fictions audiovisuelles dans une société complexifiée par des « modernités vernaculaires » (Hall, 2007) — ou plus exactement des « modernités réunionnaises » pour reprendre une expression utilisée par Éliane Wolff et Michel Watin (2010) — suppose la prise en compte des dynamiques culturelles à l’œuvre dans l’île.

28En résumé, la société réunionnaise présente plusieurs particularités. C’est d’abord une société hybride dans laquelle cohabitent des références et des influences qui empruntent tant aux sociétés de type traditionnel qu’aux sociétés de type moderne (Wolff et Watin, 2010). C’est également une société postcoloniale dans laquelle différentes dynamiques culturelles sont à l’œuvre, comme la créolisation (Chaudenson, 2003), et qui participent à la transformation, voire à l’appropriation des modèles occidentaux (Ghasarian, 2008). Enfin, c’est une société insulaire excentrée dont la situation géographique alimente le sentiment de différence (Labache, 2004). Comment se construit-on comme fan de fictions audiovisuelles dans cette société qui transforme les éléments exogènes ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons mis en place un dispositif de recherche que nous allons présenter ci-dessus.

Le terrain de recherche

29Dans le cadre d’une thèse (Plante, 2012) portant sur le rôle des pratiques médiatiques dans la construction identitaire d’adolescents de La Réunion, nous avons rencontré entre 2006 et 2009 des lycéens dont certains se définissaient comme des fans de fictions audiovisuelles. Le présent article s’inspire d’un chapitre de cette thèse, dont nous allons maintenant présenter brièvement le dispositif de recherche.

30Dans l’espoir d’apporter des éléments de compréhension du rôle que jouent les pratiques médiatiques dans l’élaboration de « stratégies identitaires » (Camilleri et al., 1990) à l’adolescence, la démarche qualitative a été privilégiée. Pour tenter de saisir la complexité de la construction identitaire en contexte créole, nous avons choisi des lycées qui regroupaient des adolescents aux origines culturelles, sociales, territoriales, scolaires différentes.

31Pour approcher au mieux les prémices de la construction de l’adolescence lycéenne, notre intérêt s’est porté sur des lycéens qui venaient d’intégrer des classes de seconde. Dans le but de comprendre les expériences individuelles et collectives, le choix a été fait de rencontrer des élèves d’une même classe et des élèves appartenant à des classes différentes. Pour ceux de la même classe, la première rencontre s’est faite, avec la complicité d’un enseignant, pendant une heure de cours durant laquelle la recherche a été présentée. Puis, nous avons communiqué avec ceux qui étaient volontaires pour répondre à nos questions. Au total, 12 élèves de cette classe ont accepté de participer à cette recherche.

32Ensuite, pour sortir de la dynamique de cette classe et obtenir un corpus secondaire différent, nous avons interrogé d’autres adolescents qui ne se connaissaient pas ou peu. Là encore, ces adolescents se sont portés volontaires après des mises en relation moins officielles et basées sur le bouche à oreille. Huit adolescents sont ainsi venus compléter le terrain.

  • 1 En 2008, un Réunionnais sur deux a un niveau de vie inférieur à 920 euros par mois et vit sous le s (...)

33Au final, 14 filles et 6 garçons, âgés de 16 à 18 ans, se sont prêtés au jeu de nos questions lors d’entretiens semi-directifs. Parmi ces adolescents, deux vivent dans des familles appartenant aux classes supérieures (parents chefs d’entreprise et artisans), cinq sont issus des classes moyennes (parents qui sont le plus souvent des employés). Dans les autres familles, les parents sont soit sans emploi, soit ouvriers et vivent avec de bas revenus. Ils appartiennent aux catégories défavorisées de la population réunionnaise1.

34Les entretiens durent en moyenne une heure. Ils ont été réalisés chez les adolescents ou au lycée en fonction de la situation familiale du lycéen. En effet, certains adolescents ont décrit des relations parentales pesantes et conflictuelles. Aussi ont-ils préféré répondre à l’entretien au lycée pour s’exprimer librement sans craindre d’être dérangés ou surveillés. En raison des situations décrites, dont nous avons parfois été témoin (Plante, 2012), les prénoms des adolescents ont été changés pour éviter d’attiser les tensions familiales.

  • 2 Certains de nos interlocuteurs se sont exprimés en créole. D’autres ont parfois mélangé créole et f (...)

35Au début de la recherche, le seul point commun avéré de tous ces adolescents était d’être en seconde. Puis, d’autres traits communs ont émergé, notamment dans leurs manières d’utiliser les médias. Ces manières présentent des ressemblances avec ce que font les jeunes de la France métropolitaine (Pasquier, 2005 ; Berthomier et al., 2010 ; Octobre, 2010 ; Détrez, 2011 ; Dagnaud, 2011). Toutefois, il se dessine également des particularités. C’est le cas des pratiques de fan. En effet, en comparant les pratiques des jeunes que nous avons rencontrés à la définition du fan (figure 1), nous voyons des similitudes apparaître. L’imitation de la coiffure d’un acteur ou la possession des produits dérivés sont quelques exemples de ces ressemblances. Cependant, malgré des pratiques identiques à celles définies, il existe des différences. Nous allons maintenant expliquer l’origine de ces différences et leurs répercussions sur la définition du fan en nous appuyant sur le discours de ces adolescents2.

Les activités du fan à La Réunion : un goût d’inachevé

Des pratiques individuelles

Posséder des produits dérivés. Les obstacles du « collectionneur » insulaire

36Dans la définition proposée, nous avons vu que les produits dérivés aident le fan à se sentir plus proche de sa passion. Or la situation insulaire a des conséquences sur le désir de posséder des objets. Vivre sur une île située à 10 000 km de sa métropole présente des inconvénients lorsqu’il s’agit de se procurer des produits dérivés. Les adolescents interrogés pointent la rareté des objets liés aux fictions audiovisuelles. Ces produits sont quasi inexistants sur le marché local. Les récepteurs ont un choix restreint. Par exemple, les téléspectatrices fans de la série Charmed que nous avons rencontrées nous ont confié la difficulté à se procurer des produits dérivés de la série. Seuls sont disponibles les DVD et des livres réunissant de courtes histoires inspirées du scénario. Ainsi, lorsque l’on demande à Annie s’il est difficile d’obtenir des objets liés à Charmed, elle répond par l’affirmative :

Oui, il faut aller dans des magasins spécialisés, et encore voir s’il y a, si c’est pas trop cher, parce que généralement c’est surtaxé, vu que ça parcourt les États-Unis, la France, La Réunion (rires).

37Le temps d’acheminement des films ou des produits dérivés déplaît à ces adolescents qui ont l’impression de vivre la relation médiatique selon une temporalité différente de celle des adolescents vivant ailleurs. Par exemple, Rafik, passionné par les films d’action (en particulier par ceux avec l’acteur Jason Statham), n’a pas la patience d’attendre que les dernières sorties cinématographiques soient diffusées dans l’île :

C’est pas au niveau cher mais c’est plutôt au niveau temps moi je me réfère au niveau temps, parce que moi, lorsque je veux un film, je veux voir tout de suite c’est pas qui faut que j’attends sinon ça retire le plaisir, le plaisir de voir le film.

38Aussi Rafik n’hésite-t-il pas à télécharger les films de manière illégale. Si beaucoup de jeunes de son âge vivant en France métropolitaine le font, le rapport de Rafik à l’égard du téléchargement s’explique surtout par le fait qu’à La Réunion, le non-alignement de certaines sorties cinématographiques sur la date métropolitaine ne satisfait pas l’adolescent : 

Voilà. Non mais faut encore attendre quelque temps. Si par exemple là, je sais pas, il faut d’abord que ça sort au cinéma après, il faut attendre au moins quelques semaines pour que ça soit en DVD. Et donc d’ici là, tu as le temps de télécharger quoi

39En effet, seuls les blockbusters ne subissent pas trop de retard entre la première diffusion en métropole et la diffusion à La Réunion. Les autres films arrivent sur les écrans réunionnais avec une semaine, voire un mois de décalage. Le fan comme Rafik vit ce décalage comme une différence contre laquelle il doit lutter s’il veut avoir le sentiment d’être sur le même pied d’égalité que les fans d’ailleurs.

40De même, Marika, qui se définit comme étant gothique et fan de Visual Kei, a beaucoup de mal à trouver des objets liés à sa passion.

41Devant cette rareté, les adolescents rencontrés se tournent vers Internet pour tenter d’obtenir les produits qu’ils ne peuvent pas trouver sur les marchés de l’île. Line commande des films tandis que Marika achète des CD et des DVD. Mais ces expériences ne sont pas toujours concluantes, ce qui conduit les fans à effectuer ces achats en ligne avec prudence. Par exemple, Marika nous raconte sa mésaventure avec une commande sur le Net : 

Ça prend deux semaines. J’avais acheté un DVD et j’avais eu un problème parce qu’il y avait pas le reçu et ils m’ont pas livré et je devais téléphoner au magasin en France pour demander où était le reçu, ils m’ont dit que c’était dedans et en allant à la poste, je leur ai dit que le reçu était dedans. En fait, le reçu était pas dedans, c’est pour ça parfois, j’évite de commander.

42Ainsi, l’éloignement de La Réunion joue sur la possession des produits dérivés et perturbe la construction d’une relation idéale entre fan et passion. La rareté des produits dérivés nuit-elle à l’approfondissement de la relation avec l’émission ? Le Guern écrit que « d’une façon générale, collectionner de tels objets [les produits dérivés] revient à mettre socialement en scène une manière d’être fan » (2002 : 200). Pasquier remarque que le fan « est quelqu’un qui se montre comme fan » (1999 : 191). Le plus souvent, les produits dérivés permettent à un fan d’accéder à la visibilité. Grâce à eux, il peut se distinguer des autres récepteurs. À La Réunion, l’offre de ces produits étant restreinte, se présenter comme fan par leur intermédiaire n’est pas chose aisée. Contrairement à sa métropole, l’île n’offre pas suffisamment de supports grâce auxquels le fan pourrait manifester son statut dans l’espace public. Le fait de ne pas avoir le choix crée un sentiment de frustration chez les fans de l’île. Ce sentiment est renforcé par l’impression de ne pas avoir les mêmes droits que ceux de la métropole et est amplifié par la relation aux magazines.

Le rôle des magazines

43Le magazine, voire le fanzine est un objet important de la culture fan. Par exemple, chez les fans des Beatles observés par Ambroise et Le Bart (2002), les magazines ont une fonction particulière : en les lisant, ces fans se sentent réconfortés dans leur passion, car leurs chanteurs préférés y sont souvent présentés comme des artistes. De même, les magazines proposent à leurs lecteurs des jeux permettant de gagner des produits dérivés. Aussi, le rôle du magazine, et plus particulièrement du fanzine, n’est plus à montrer dans la construction de la relation avec la passion.

44Toutefois, à La Réunion, chez les fans rencontrés, les magazines peinent à tenir leur rôle « d’intermédiaire » à la passion. Par exemple, pour ce qui est des jeux, les fans que nous avons interrogés constatent qu’ils ne peuvent pas y participer. Là encore, la situation insulaire est pointée du doigt. L’insularité est doublement fautive. D’une part, l’éloignement de l’île agit sur le temps d’acheminement des magazines. Bien souvent, les magazines arrivent avec du retard et la date d’inscription aux jeux est dépassée. Par exemple, il n’est pas possible pour Annie, fan de Charmed, de participer aux jeux en raison du délai d’acheminement : 

Non, parce que comme les magazines arrivent ici, un mois après, donc généralement ils disent c’est jusqu’à la fin du mois. Et jusqu’à la fin du mois, c’est le mois dernier donc non (rires).

45Contrairement aux métropolitains, les adolescents de La Réunion sont privés du choix de participer aux jeux.

46D’autre part, dans le cas où le délai ne serait pas dépassé, il reste le coût des timbres et les frais d’envoi, qui viennent à bout des derniers espoirs des fans. Dans ses mots, Steffi nous explique que les rédacteurs des magazines ne tiennent pas compte des fans ultramarins : 

On est à La Réunion. Je trouve que c’est un peu dur de jouer en général. C’est seulement consacré à la France métropolitaine. Je crois. Ça reviendrait aussi cher de jouer, envoyer les timbres, qu’ils renvoient.

47Ne pas pouvoir accéder à des produits d’expression juvénile et l’impossibilité de participer à des jeux proposés aux fans créent une distance sociale entre les adolescents de l’île et ceux d’ailleurs, qu’ils imaginent comme ayant beaucoup plus de choix de consommation culturelle. Par exemple, Steffi, fan de la série télévisée Charmed, pense que la France métropolitaine propose davantage de produits dérivés aux adolescents :

Oui c’est grand la France. Il y a beaucoup de choses en France qu’il n’y a pas à La Réunion, donc forcément.

Et tu aimerais qu’il y ait davantage de trucs à La Réunion?

Sur Charmed, ou sur d’autres séries, oui, ce serait bien. On a l’impression d’être un peu à l’écart, il y a moins de choses. Moins de choix.

48Le fait de ne pas avoir le choix augmente le sentiment de frustration. Les adolescents comptent sur les médias pour résorber le problème et diminuer les différences réelles ou supposées à l’égard des possibilités de consommation culturelle. Ainsi, les commandes sur le Net permettent d’atténuer le sentiment de différence. Mais cette solution n’est pas offerte à tout le monde. Bien souvent, les jeunes que nous avons interrogés se trouvent dans l’impossibilité de financer les produits qui leur permettraient de se sentir plus proches des cultures juvéniles médiatiques et moins différents des jeunes d’ailleurs. À La Réunion, le pouvoir des fictions audiovisuelles se confronte aux contraintes spatiales qui limitent les possibilités de réalisation de soi en tant que fan.

Créer, inventer, donner vie soi-même à la passion

49Pour Le Guern (2002), l’une des activités à laquelle se livrent les fans de fictions audiovisuelles est l’activité créatrice, « où le fan n’est plus simplement réduit au rôle de pur récepteur mais prolonge sa lecture des séries télévisées par la production de nouvelles significations » (2002 : 192). Grâce à ce genre d’activités, les fans s’approprient le contenu de leur passion. Selon Henry Jenkins, les fans « employ images and concepts drawn from mass culture texts to explore their subordinate status, to envision alternatives, to voice their frustrations and anger, and to share their new understandings with others » (1988 : 491). Ces activités constituent une forme de résistance. « Resistance comes from the uses they make of these popular texts, from what they add to them and what they do with them » (ibid.). Les fans sont alors des Textual Poachers (Jenkins, 1992).

50Parmi les adolescents que nous avons rencontrés et qui se manifestent comme fans, seules Line, Marika et Annie nous ont parlé de leurs tentatives pour créer autour de leur passion. Certes, dans le cas de Line, il s’agit de mangas, mais comme les fans de la série Le Prisonnier observés par Le Guern (2002), Line exprime son statut de fan en inventant une nouvelle fin aux histoires qu’elle lit : 

Non, mais en fait là, je lis le livre et après quand je sais que j’ai pu envie de lire la fin parce que je sais ce qui va se passer parce que j’ai vu le film donc je crée une autre suite, mais après c’est strictement moche donc je lis la suite (rires).

51Marika, fan de mangas et de Visual Kei, dessine. Elle espère qu’un jour ses dessins pourront lui permettre d’ouvrir un salon de tatouage. Annie, 16 ans, fan de Charmed, dessine aussi. Outre le fait de pouvoir se livrer à une activité créatrice autour de la série, dessiner lui permet d’attirer l’attention de ses copines du lycée sur sa passion.

52Par conséquent, chez les fans rencontrés, « l’activité créatrice » existe, mais elle n’est pas mise en avant. L’une des explications plausibles résiderait dans le fait que si cette activité est au départ individuelle, elle est ensuite partagée avec d’autres fans qui reconnaissent ainsi une autre forme d’investissement du fan dans sa passion. Or, les adolescents rencontrés ont des difficultés à trouver des interlocuteurs qui ne se contenteraient pas de juger leurs compétences créatives, mais qui concéderaient que ces créations sont avant tout le signe d’une identité de fan. Aussi, la satisfaction ressentie par rapport à la création ne peut être qu’incomplète. Certes, les témoins de la création peuvent apprécier les talents du fan, mais ils n’en comprennent pas la symbolique, ce qui lèse le fan de la valorisation de son identité.

L’imitation de l’idole

53Le style vestimentaire également permet de se manifester comme fan (Pasquier, 1999 ; Ambroise et Le Bart, 2002). Parfois, seuls ceux qui partagent la même passion sont conscients de la mise en scène vestimentaire. Les adultes et les non-initiés sont exclus de ces codes qui participent à la définition du fan.

54À La Réunion, chez les adolescents rencontrés, l’imitation des vedettes préférées est également soumise à un ensemble de contraintes. Marika, gothique, a peur d’afficher ses tatouages : 

Ben oui c’et vrai, par exemple, si je mets mes tatouages dehors, ben les gens me regardent bizarrement en fait. Une fois, il y avait une mamie qui était en train de regarder mon bras, pour moi ça m’a un peu, comment dire ça vexée, ça m’a gênée. C’est rare que je m’habille avec les gants à carreaux

  • 3 Selon Watin (2001), à La Réunion, il existe différents découpages territoriaux qui se différencient (...)

55De même, si sa garde-robe est essentiellement composée de vêtements noirs, elle n’ose pas les tenues trop provocantes par peur des critiques des membres de son kartié3. Marqué par l’interconnaissance et un fort contrôle social, le kartié est une organisation territoriale héritée de la société de plantation. Les individus s’y surveillent et s’assurent que chacun adapte ses comportements aux règles du kartié : 

Car dans l’espace restreint du kartié, le contrôle social est constant et s’effectue « de visu », chacun ayant journellement l’occasion d’apercevoir l’autre et de s’assurer ainsi de la conformité de ses actes (Watin, 2005: 120).

56Le kartié est un espace social inégalitaire. Tout le monde ne peut pas s’y exprimer librement. Il y a des interlocuteurs légitimes dont l’avis et les décisions doivent être respectés.

Mais au-delà de ces différences, le kartié présente une certaine homogénéité culturelle, tous ses membres partagent une vision du monde, un système de valeurs et un « outillage » […] intellectuel et verbal quasi identiques qui s’exprime dans la créolité. De fait, le kartié est structuré par un fond culturel unitaire une identité collective, un « nous collectif » (Watin, 2005: 121).

57Ainsi, chez les adolescents que nous avons rencontrés qui habitent un kartié, se manifester comme fan de fictions audiovisuelles n’est pas facile. D’une part, les jeunes n’y sont pas des interlocuteurs légitimes. D’autre part, les fictions audiovisuelles n’y ont pas bonne presse. En effet, le kartié, réfractaire aux changements et aux éléments venant de l’extérieur, accepte mal l’expression de l’affection pour ce genre d’émissions.

58Mais revenons à Marika. Dans son kartié, l’adolescente sait qu’elle ne peut pas se manifester à sa guise en tant que fan des fictions audiovisuelles. Aussi, si les habits de ceux qu’elle voit à la télévision la font rêver, elle ne se risquerait pas à se vêtir comme ses chanteurs préférés par crainte du regard des autres : 

Par contre les vêtements non, leur look sont très colorés, leurs cheveux sont très en piques, c’est très joli à voir mais à faire, comment dire ça, j’ai peur du regard des gens. Ils sont pas habitués à ça voilà. En fait si je fais ça, je fais ça chez moi, c’est tout.

59Aller au bout d’un style vestimentaire qui permettrait au fan d’être reconnu comme tel n’est pas conciliable avec les comportements et les styles vestimentaires définis par le kartié. Aussi l’adolescent doit-il parfois accepter de limiter son désir d’imiter ses vedettes préférées.

60Prenons le cas de Line. Fan de mangas, cette adolescente s’inspire de sa passion pour s’habiller. Toutefois, la signification de son style vestimentaire n’est pas évidente pour celui qui ne lui pose pas la question. En effet, lorsque nous avons vu Line pour la première fois, sa tenue ne nous a pas intrigué. Elle était habillée en noir et blanc, sans artifices particuliers. Deux jours après, au moment de l’entretien, elle était toujours habillée en noir et blanc. Là encore, nos yeux d’étrangère à ses codes juvéniles n’ont pas immédiatement reconnu la symbolique de ces couleurs pour cette adolescente. C’est au cours de l’entretien que Line nous a confirmé qu’elle était toujours vêtue avec ses deux couleurs :

Ouais, c’est plutôt les vêtements noirs et blancs, il y a jamais un linge que je mets qui est noir et blanc comme là je suis habillée en noir et blanc.

61Le noir et le blanc représentent pour elle son personnage préféré, Kenshin le vagabond :

Mais en fait c’est quand je vais à l’école, c’est plutôt baggy, pareil le vagabond en baggy. Et style un p’tit haut. Et voilà, c’est ça.

62Ces couleurs qui peuvent être synonymes pour des adultes de discrétion permettent à cette fan d’exprimer sa passion au nez et à la barbe de ses parents. En effet, sa mère, qui trouve les mangas trop violents, lui interdit de les regarder ou de poser des affiches dans sa chambre. Devant les réactions parfois brutales de cette dernière, qui n’hésite pas à entrer dans la chambre de Line pour déchirer ses affiches de mangas, les marges de manœuvre de la jeune fille pour s’exprimer comme fan sont limitées. De ce fait, s’habiller en noir et blanc permet à Line de trouver un moyen, même minime, d’affirmer son identité. En effet, en dépit des interdictions et des restrictions de ses parents, Line peut s’afficher chez elle et dans son kartié comme fan sans que les adultes, ignorant ses codes vestimentaires, en soient conscients. Certes, ils remarquent le goût prononcé de l’adolescente pour le noir et le blanc, mais ils n’en mesurent pas la symbolique. Seuls les amis de l’adolescente connaissent la signification de son style vestimentaire.

63Par conséquent, s’habiller aux couleurs de sa passion n’est pas toujours possible, surtout lorsque l’organisation sociale de son lieu de vie ne favorise pas l’expression de goûts non conformes aux habitudes de la majorité. Le pouvoir des fictions audiovisuelles trouve alors ses limites devant un fort contrôle social qui dicte les règles de comportement et de paraître. Pour pouvoir se manifester comme fan, l’individu doit alors accepter de négocier l’expression de sa passion.

Des pratiques collectives

Des activités de groupe

64Auprès d’autres fans, l’individu trouve une oreille et une attention qu’il n’a pas ailleurs (Ambroise et Le Bart, 2002). Se réunir avec ceux qui ont la même passion que lui permet au fan de pratiquer des activités souvent ludiques (Pasquier, 1999). Les adolescents que nous avons interrogés souhaiteraient pouvoir parler librement de leurs passions et se livrer à différentes activités inspirées d’elles.

65Avec sa classe, Line organise des journées déguisées durant lesquelles tous ses amis s’habillent comme leurs personnages de manga préférés : 

On a fait une photo de classe en septembre. Toutes les filles et tous les garçons avaient des couettes. Non mais ils se sont laissés les cheveux grandir, parce qu’on se connaissait, il y avait. Depuis déjà trois ans. Et on les a dit qu’en seconde, il faut laisser les cheveux grandir, grandir. Ils ont laissé et on a fait une photo après. C’était trop joli. On ressemblait à rien mais c’était joli. Voilà.

66Comme les téléspectatrices d’Hélène et les garçons (Pasquier, 1999), les adolescents que nous avons rencontrés essayent de convertir différentes personnes de leur entourage. Mais trouver un interlocuteur avec qui partager sa passion se révèle plus compliqué qu’il n’y paraît. Un fan peut-il se contenter de parler de sa vedette de manière épisodique ? Les fans de Charmed nous ont confié leur difficulté à attirer l’attention sur leur série préférée. Par exemple, Annie essaie de convaincre son groupe d’amis de s’intéresser à la série en amenant des photos de ses actrices préférées au lycée. En effet, Annie est l’une des seules de sa classe à être abonnée aux chaînes satellitaires qui diffusent Charmed.

J’aime quand les photos sont originales. D’ailleurs, toutes mes amies, quand elles ont vu, parce que normalement c’était collé, elles se sont mises à rire, et elles ont dit mais comment elle fait (rires).

67À partir des affiches, les copines d’Annie discutent de la beauté des actrices et de leurs styles vestimentaires. Ces discussions permettent à Annie de pouvoir exprimer son opinion sur Charmed avec son groupe d’amis et ainsi de diminuer le sentiment de vivre sa passion seule.

68Par conséquent, là encore, la réalisation de soi en tant que fan est rendue difficile. Le fait de ne pas trouver des interlocuteurs avec qui partager sa passion en complique l’expression. Le pouvoir des fictions audiovisuelles est de nouveau limité. L’absence de fan club officiel dans l’île empêche également le partage d’activités qui renforcerait le sentiment d’être fan.

L’apprentissage de règles et de normes pour se montrer comme fan

69Avec les autres, fans ou non, l’individu apprend à se manifester comme fan (Le Guern, 2002). Si parler de sa passion facilite l’épanouissement du fan, celui-ci doit apprendre à gérer son discours. Par exemple, Rafik, fan de films d’action, aime en discuter avec ses amis :

Si par exemple, il y a un film qui vient de sortir, ben on se fixe un (une) heure, on regarde le film et après on se parle entre amis. C’est plus facile qu’aller au cinéma.

70Mais le plus souvent, l’adolescent tente d’imposer son opinion. Ses conversations autour de sa passion se transforment alors en dispute :

Non mais c’est plutôt, ils sont pas les mêmes goûts que moi et ils pensent différemment que moi et donc quelques fois je dis ben, je m’emporte facilement ben donc je leur gueule dessus.

71Subissant les critiques de ses pairs qui l’excluent lorsqu’il se laisse emporter par sa passion, Rafik apprend alors à ses dépens qu’il faut doser l’expression de ses préférences.

72Les fans rencontrés doivent s’adapter à l’opinion des autres. Isolés involontaires en raison de leur intérêt pour des cultures médiatiques non partagé par leurs réseaux, ils apprennent au contact des autres à exprimer leur passion discrètement. Différence et exubérance ne faisant pas bon ménage avec le kartié, les marges de manœuvre de la présentation de soi comme fan sont limitées. Dans ce contexte, le pouvoir des fictions audiovisuelles ne s’exprime pas pleinement. Mais les fans refusent de s’avouer vaincus. Se développe alors une volonté de combattre ce qui est parfois vécu comme une situation inégalitaire. Les adolescents rencontrés mettent ainsi en place des stratagèmes pour contourner les différences d’avec les fans d’ailleurs.

Des stratagèmes de contournement des différences

Voir la passion

73Nous l’avons vu, les magazines sont importants pour les fans. Outre les jeux qu’ils proposent, ils permettent d’obtenir de l’information sur la passion. Chez les fans que nous avons rencontrés, le magazine prend parfois des finalités particulières. Par exemple, pour ce qui est de Charmed, cette série est diffusée dans l’île sur le satellite. Lorsque la diffusion a débuté, Annie y était abonnée, ce qui lui a permis de regarder les cinq premières saisons. Mais peu après la diffusion de la cinquième saison, ses parents, en raison de difficultés financières, ont décidé de rompre l’abonnement. Le fait de ne plus regarder Charmed à la télévision n’empêche pas Annie de savoir ce qui s’y passe : elle se sert des résumés présents dans les magazines pour découvrir les épisodes :

Oui, mais il y a aussi les magazines, quand j’achète c’est marqué, mot par mot ce qui va se passer […]. Mais c’est pas trop grave [le fait de ne plus pouvoir regarder Charmed à la télévision]. Les magazines, les résumés sont bien faits, sauf des fois, il y a des fautes d’orthographe, il y a des fautes, il y a une phrase qui est écrite, et puis tout d’un coup il y a une autre phrase qui commence, sauf que c’est coupé (rires).

74Les magazines se substituent donc à la télévision : Annie voit les épisodes par leur intermédiaire, ce qui crée parfois une réelle confusion chez la jeune fille. Elle n’arrive plus à distinguer le résumé qu’elle a lu de l’épisode qu’elle a vu : 

Ah oui, oh mais c’est vieux cet épisode, je crois, c’est quand Piper a accouché, j’aurais bien aimé voir ça. Mais je sais plus, si je l’ai vu ou si je l’ai pas vu. Je crois que je l’ai vu, j’ai pas lu le résumé (rires). Enfin je crois.

75Internet permet aux fans de l’île de combler certaines frustrations provoquées par les conditions territoriales et sociales. Line, qui n’a pas le droit de regarder les mangas à la télévision parce que sa mère les trouve trop violents, les télécharge sur Internet.

76Tant dans le cas de Line que dans celui d’Annie, le fait de ne pas pouvoir regarder librement l’objet de sa passion a conduit les fans à trouver des moyens de substitution à une exposition plus « normale » mais contrariée par des parents ou une situation économique difficile. Pour ces adolescents, Internet devient la source d’information la plus sûre. Cependant, quand l’ordinateur tombe en panne, le fan se retrouve sans possibilité d’avoir de l’information à jour :

  • 4 « Ben il l’a frappée (le chanteur Chris Brown et la chanteuse-actrice Rihanna), non mais franchemen (...)

Ben li a tap à el té, non mais franchement, en plus a el, el est joli té, défigure son visage là, bon mi koné li la parti en vakans au soleil, de semène donk la pas tro tro fé mal à el, mé kan mèm. Elle avait son procès le 5 de ce mois là, mais mon ordinateur lé mort le 3, tu vois. Moin la poin d’information donk mi koné pa mais c’est pas grave, je me rattraperai aujourd’hui4 (Damien).

77Grâce à Internet, les fans peuvent poursuivre une relation commencée mais inachevée. Comme beaucoup de fans, ceux que nous avons rencontrés visitent les sites de fans. Pour ces adolescents, Internet, en plus de faciliter l’accès à l’information ou de légitimer la passion, est de plus le moyen de cultiver leur identité de fan alors que les contraintes territoriales et sociales s’y opposent. Avec Internet, les fans tentent de lutter contre les différences entre leurs pratiques et celles des fans d’ailleurs. Le pouvoir des fictions audiovisuelles reprend des forces.

Internet : se manifester comme fan

78Pour montrer que le pouvoir des fictions audiovisuelles est capable de survivre, voire de se renforcer auprès des fans de La Réunion, nous allons nous intéresser à un autre type de fans : ceux du groupe de rock allemand Tokio Hotel. En 2007, ce groupe de chanteurs allemands a séduit les jeunes de La Réunion. Trois lycéennes, déçues qu’aucun concert ne soit prévu dans l’île, ont décidé de faire circuler une pétition pour faire venir le groupe. Pour maximiser leurs chances d’obtenir un nombre important de signatures, elles ont également publié cette pétition sur Internet :

  • 5 Cette annonce a été ici retranscrite comme elle a été publiée sur Internet, c’est-à-dire avec ses f (...)

Tokio Hotel à La Réunion5

Vivant à la réunion, nous ne pouvons pas voir notre groupe préférée en concert. Nous n’avons pas tous les moyens de se payer un billet d’avion juste pour aller les voir en concert. Donc nous avons créer une pétition dans le but de les faire venir eux en concert ici à la Réunion.

Nous avons pour l’instant plus de 1 000 signatures ce qui est très peu comparé à ce qu’on nous demande c’est à dire 6 000.

Même ceux habitant en France peuvent nous aider. ^^

Je vous remercie par avance et s’il vous plait faites connaitre cette pétition autour de vous.

79Ce message a ensuite été véhiculé par différents médias (reportage télévisé, portraits des fans dans la presse écrite, blogues). La circulation de cette pétition sur le Net a donné naissance à une unité qui a non seulement dépassé le cadre du lycée (des jeunes des quatre coins de l’île ont signé la pétition), mais qui a aussi permis une entraide en dehors des frontières de l’île. Grâce au site http://www.lapetition.be/​en-ligne/​tokio-hotel-la-runion-319.html, des jeunes de toute l’Europe ont voulu aider les jeunes de La Réunion. Cette pétition a permis à ses promotrices et aux différents signataires de lutter contre le sentiment de ne pas avoir les mêmes droits que les jeunes d’ailleurs. Line, au collège au moment des faits, a signé la pétition pour le groupe allemand et est prête à se mobiliser pour d’autres artistes : 

Oui, ben j’ai fait, j’ai signé la pétition. Quand j’étais en troisième, j’ai signé la pétition pour qu’ils viennent ici mais ils sont pas venus. Je veux qu’il y a Tokio Hotel, Simple Plan et ah, comment elle s’appelle encore elle? (1 seconde). La Faye qui vienne ici pour chanter. Ce sera cool.

80Pour Cécilia, le coût d’un concert d’un artiste international à La Réunion est bien trop élevé pour que celui-ci se déplace. Pour elle, il faut être réaliste, ce genre de pétition n’est pas suffisant pour convaincre un chanteur de se produire dans l’île : 

C’est bien mais dans le sens si on a fait une pétition et qu’on peut pas faire venir le groupe ben ça sert un ti peu à rien parce que les groupes c’est l’argent aussi pour faire venir un groupe. Si La Réunion n’a pas assez d’argent pour faire venir un groupe qui coûte trop cher, ben c’est normal que on peut pas faire venir. À part que c’est le groupe qui décide de venir faire un concert ici.

81Mikaela également doute de l’efficacité de ce genre de pétitions, mais comme beaucoup d’autres, elle continue à croire qu’il est possible que ces concerts se produisent.

82Lancée par des adolescentes, la pétition autour de Tokio Hotel fait grimacer les garçons que nous avons rencontrés. Par exemple, Arthur dit ne pas comprendre pourquoi des jeunes de son âge pensent que leur tentative aboutira à quelque chose : 

Inutile déjà, parce que Tokio Hotel, ils doivent même pas savoir c’est où La Réunion, et puis ils signent une pétition mais comment ils vont la faire arriver au Tokio Hotel. Ben moi, je l’ai pas signé parce que je les aime pas, voilà, c’est tout.

83Certes, le discours d’Arthur contient une grande part de réalisme et de pragmatisme. Par rapport à son attitude, l’engouement des filles peut sembler utopique. Toutefois, contrairement aux garçons, les filles qui ont participé à cette pétition ont cru et parfois croient encore qu’elles disposent de moyens pour changer la donne insulaire, qui les empêche de pratiquer des activités juvéniles comme le simple fait d’assister à un concert. Effectivement, en voulant faire venir un groupe de chanteurs allemands, les filles ont placé la barre haute. Cependant, leur pétition leur a permis de se manifester dans l’espace public et de montrer aux adultes qu’elles avaient des goûts différents des leurs. Si les 6 000 signatures récoltées n’ont pas permis à ces adolescentes d’obtenir gain de cause, ces dernières peuvent se vanter d’avoir rendu public leur désir d’obtenir les mêmes offres culturelles que les jeunes du monde. N’en déplaise aux garçons, qui se réfugient derrière l’intérêt éphémère pour ce groupe pour critiquer leurs actions, les adolescentes ont contribué à exprimer un malaise juvénile lié à l’insuffisance des propositions culturelles du territoire insulaire. En marge du train qui conduit la jeunesse réunionnaise à exprimer ses goûts dans l’espace public, la réaction des adolescents est à la limite de la mauvaise foi. Ainsi Damien, fan de Rihanna, critique-t-il l’initiative des fans de Tokio Hotel :

  • 6 Oiseau, busard de Maillard, rapace propre à La Réunion (Dictionnaire kréol rénioné français, Alain (...)
  • 7 « C’est encore un cas spécial. C’était inutile, , quand tu vois qu’ils étaient comme des bêtes de (...)

Sa ein n’ot ka èspéciale enkor. Té inutil, té, kan ou voit zot tèt kom ein papang6 non mais ékout. Non mé le plus pire sé ke banna i fé tout sa désord là et aujourd’hui écoute personne i parle de zot. Ouais viens à La Réunion7 (soupir).

84Quand on lui demande s’il serait prêt à lancer une pétition pour Rihanna, Damien nous répond par la négative parce qu’il n’est pas sûr de mobiliser beaucoup de monde. Par contre, il serait ravi que la chanteuse vienne de sa propre initiative :

  • 8 « Non, je sais qu’elle n’est pas trop aimée, mais même ça elle me suffit à la télé. Bien sûr si ell (...)

Non, mi koné qu’elle est pas trop aimé, mais même ça elle me suffit à la télé. Bien sûr si elle vient à La Réunion, mi seré kom sa, tomb dans les pommes et tout8. Mais non, là ça me suffit. Bien sûr si elle vient à La Réunion, voilà, il y aura pas de mots, mais voilà.

85Comme les filles, Damien rêve de voir sa vedette préférée se produire à La Réunion. Cependant, contrairement à elles, il n’ose pas se manifester dans l’espace public pour défendre une identité juvénile qui veut effacer les différences d’avec les jeunes d’ailleurs. Or, les adolescentes rencontrées ne se sont pas contentées de rêver, elles ont agi avec les moyens à leurs dispositions pour faire entendre une voix différente de celles à l’œuvre dans l’espace public réunionnais. Une voix, presque un cri, d’une jeunesse qui ne souhaite plus que l’insularité soit une fatalité justifiant des différences d’avec les fans du monde. Si les filles n’ont pas réussi à faire venir le groupe, elles ont gagné de nombreuses batailles. Non seulement leur parole a été relayée par la presse, mais en plus elles ont mobilisé des jeunes d’ailleurs. Fans et non-fans ont participé à cette pétition et ont montré que la défense d’une cause juvénile n’a pas de frontières. L’action de ces lycéennes est un premier pas dans l’accès à la visibilité et au droit à l’expression d’une jeunesse réunionnaise souhaitant se construire avec des références venues d’ailleurs. S’il existe plusieurs cultures juvéniles, cette mobilisation a fait se dessiner une jeunesse planétaire qui non seulement partage des références médiatiques communes, mais en plus sait se manifester pour défendre les siens. À 10 000 km des territoires qu’elles ont tant envie de découvrir, les auteures de cette pétition ont montré que la distance ne nuit pas à l’intégration à une jeunesse planétaire avec qui elles partagent des cultures médiatiques.

86Cet aparté sur les fans de Tokio Hotel illustre la créativité et la volonté dont des fans de l’île peuvent faire preuve pour vivre leur passion et obtenir la reconnaissance de leur statut. Les fans des fictions audiovisuelles sont-ils sur le point de suivre les traces de leurs homologues musicaux ? Ce qui est sûr, c’est que se construire comme fan à La Réunion est compliqué. Pour poursuivre son engagement, le fan doit faire preuve d’originalité. Ne pouvant calquer ses pratiques sur la représentation qu’il se fait des fans d’ailleurs, le fan de l’île doit s’adapter. Il se transforme et est pris dans le processus de traduction à l’œuvre dans les sociétés créoles (Hall, 2007).

87Mais si les fans rencontrés ont souvent conscience qu’il existe des différences entre les fans d’ailleurs et eux, parfois se créent des différences moins détectables.

Les kroyans et le pouvoir des fictions audiovisuelles

88Rappelons-le, comme tout fan, les jeunes de La Réunion désirent posséder les objets inspirés des séries télévisées. Cependant, ce désir s’estompe lorsqu’il est confronté aux valeurs de l’île. Par exemple, les fans de la série Charmed que nous avons rencontrées sont catégoriques, elles ne se risqueraient pas à posséder des objets qui réveilleraient chez elles certaines peurs, alimentées par le contexte de l’île.

89Charmed, qui raconte l’histoire de trois sorcières, propose à ses fans un ensemble de produits dérivés liés à la magie utilisée par les personnages. Si l’on s’appuie sur la définition du fan, le pouvoir des fictions audiovisuelles doit le conduire à se procurer ces objets. Toutefois, les téléspectatrices que nous avons rencontrées ont un rapport ambigu avec les produits dérivés. Par exemple, Steffi aimerait posséder le Livre des Ombres (copie du livre utilisé à chaque épisode comprenant les formules des sorcières) parce qu’elle voudrait découvrir les formules relatives à la rencontre de l’âme sœur ou au développement de l’intelligence. Elle voudrait également le pendentif que les personnages utilisent pour localiser quelqu’un. Elle nous précise cependant qu’elle est convaincue que ces formules et le pendule ne fonctionnent pas. Elle souhaite seulement les posséder pour s’amuser. Un autre objet fait partie de l’attirail des sorcières de Charmed : la planche d’Ouija qui sert à invoquer les esprits. Au sujet de cet objet, Steffi est catégorique : elle ne souhaite pas l’utiliser ni même la posséder par crainte d’entrer en contact avec des morts.

90L’attitude de Steffi peut sembler paradoxale : d’un côté, elle nous invite à être réaliste par rapport à la non-efficacité des formules et adopte un comportement rationnel, de l’autre, elle préconise la prudence de peur que l’invocation des esprits ne lui fasse courir un quelconque danger en ouvrant les portes de l’au-delà. Ce mélange entre rationalité et irrationalité peut être expliqué en combinant les théories de la réception et de la créolisation.

91Selon Jean Bianchi, l’émission est pour le téléspectateur « l’occasion de tester ses systèmes de défense et ses systèmes de valeurs » (1990 : 11) : le plus souvent, le téléspectateur rejette les situations qu’il trouve invraisemblables, car elles ne correspondent pas à son système de valeurs.

92À La Réunion, les religions ne cohabitent pas simplement. Prises dans la créolisation, les pratiques et croyances religieuses se sont parfois emmêlées. De ce maillage est né un rapport aux morts et à la sorcellerie complexe. Prosper Ève parle de « Île à peur » pour décrire le contexte autour des croyances créoles. Ces peurs reposent sur des histoires transmises oralement. La grande majorité de ces contes et légendes concerne la nuit et les morts. Par exemple, une fois le soleil couché, les âmes de ceux qui ont connu une mort brutale (accident, tuerie, suicide) se promènent. Les morts reviennent sous différentes formes et sont motivés le plus souvent par un désir de vengeance : « Dès qu’un individu meurt l’entourage commence à redouter son âme. La veillée mortuaire qui est organisée, est un intense moment de solidarité, car on se méfie du cadavre » (Ève, 1991 : 368). Selon Stéphane Nicaise, la modernisation rapide de la société n’a pas mis fin à ces croyances. Au contraire, selon l’anthropologue, cette modernisation alimente le sentiment de peur chez les individus qui ne maîtrisent pas les changements sociaux qu’elle entraîne. En résulte un contexte de mal-être social qui participe au renforcement des croyances d’antan autour de l’existence de forces (entités invisibles, esprits, âmes, saints, divinités) qui appartiennent à « l’au-delà créole » et qui sont capables de favoriser le progrès social d’un individu ou d’y nuire. « La vie réunionnaise apparaît ainsi dominée par le sentiment de l’omniprésence des morts dans la vie quotidienne, et simultanément par le sentiment de l’omniprésence du Mal toujours prêt à déferler » (Nicaise, 2008 : 183).

93Par rapport à ces croyances des générations précédentes, le positionnement des adolescents est ambigu. Les jeunes que nous avons rencontrés grandissent en ayant entendu des histoires autour de la mort et des sorts.

94Par conséquent, nous supposons que Steffi ne croit pas que les formules utilisées dans la série puissent fonctionner, parce que ces formules et surtout l’usage qu’en font les sorcières (combattre les forces du mal, trouver le prince charmant, devenir intelligente) s’éloignent de la perception que Steffi a de la sorcellerie. Elle n’a donc pas peur de posséder le Livre des Ombres et le pendentif. Par contre, Steffi ne se risquerait pas à invoquer les morts, comme le font les personnages. Cette pratique a une signification particulière pour la jeune fille : communiquer avec les esprits et être confrontée à une âme désireuse de se venger, se rapproche davantage des kroyans (croyances) de La Réunion. Effet, selon ces kroyans, les défunts peuvent agir sur le destin des vivants (Ève, 1991).

95Le pourvoir des fictions audiovisuelles est ici freiné par l’assimilation des valeurs de l’île. Les adolescents piochent dans les fictions audiovisuelles les éléments qui leur permettent de se construire une identité de fan, mais cette identité est négociée, car il n’est pas question de rompre avec les kroyans de la société. Inconsciemment, en se référant à ces kroyans, pour se livrer à telle ou telle activité, les adolescents rencontrés se différencient des fans d’ailleurs. Leurs tentatives pour mettre fin aux inégalités sont ajustées, ce qui n’est pas sans conséquence sur la définition de leurs pratiques de fan.

Une modification de la définition : un fan créole

96Les particularités de la société réunionnaise ont des répercussions sur les pratiques des fans que nous avons étudiées. Soucieux de se manifester comme fans pour se distinguer de ceux qui ne le sont pas, les fans de La Réunion ne peuvent cependant pas agir comme ceux de la métropole. Leurs pratiques ressemblent à celles qui ont été définies, mais elles sont, le plus souvent, inachevées. Les contraintes territoriales et financières ainsi que l’assimilation de certaines valeurs et kroyans créent des différences. Cependant, si leurs pratiques ne sont pas identiques à la définition posée, ces récepteurs passionnés restent des fans.

97Plus que ceux de la métropole, les fans de La Réunion que nous avons interrogés doivent vivre les passions à distance. Les individus sont à la fois conscients et inconscients des différences qui existent entre les fans d’ailleurs et eux. Conscients des différences, ils mettent en place des stratagèmes pour faire connaître leurs passions et accéder à la visibilité de leur statut dans l’espace public. Comme les fans de la métropole, ceux de La Réunion dessinent, collectionnent des images et imitent les vedettes préférées. Mais ici, ces activités prennent un autre sens. Ce sont de véritables outils de communication et de discussion qui deviennent également des supports de manifestation. Grâce à eux, les fans peuvent se montrer comme tels et créer des occasions pour discuter des passions.

98Inconscients des différences, les fans créent, sans le vouloir, des critères de distinction avec les fans d’ailleurs. C’est ce qui se produit lorsqu’ils rejettent les pratiques individuelles et collectives trop éloignées de ce qu’ils connaissent. La complexité de la société réunionnaise agit alors sur les pratiques. Les disparités avec les fans de la métropole s’accentuent. Par exemple, l’imitation de l’idole n’est pas totale puisqu’elle est freinée par l’assimilation des valeurs du kartié et par le respect des kroyans.

99Pratiques hybrides et stratagèmes de négociation caractérisent les fans que nous avons interrogés. Nos premières recherches montrent qu’un fan à La Réunion connaît des besoins similaires à ceux des fans des autres territoires. Cependant, les particularités contextuelles et culturelles de l’île les conduisent à développer des pratiques différentes car hybrides. Pour contourner les contraintes auxquelles ils doivent faire face et obtenir la reconnaissance de leur statut, ils développent des compétences de mise en visibilité de leur identité de fan dans les espaces publics et médiatiques.

100La figure 2 reprend la définition du fan proposée plus haut et l’adapte aux résultats de nos entretiens. Bien entendu, et ce, malgré son titre ambitieux, cette définition ne s’applique qu’aux fans que nous avons rencontrés. De même, les critères définis, notamment autour des composantes des pôles conscient et inconscient, sont certainement incomplets et mériteraient d’être approfondis par des investigations plus poussées. Mais ce schéma permet d’insister sur le rôle du contexte dans la compréhension des pratiques de fan.

Figure 2. Être fan à La Réunion. Le rôle du contexte

Figure 2. Être fan à La Réunion. Le rôle du contexte

Conclusion

101Comme le dit Le Guern, « certes, le mot <fan> n’est pas un concept et sa géométrie est variable, mais du moins permet-il de désigner — a minima et presque tautologiquement — une certaine idée de l’attachement à des objets qui comptent pour ceux qui y sont attachés » (2009 : 23). Nous inspirant de ce chercheur, nous postulons que dans la définition du fan se joue également une piste de compréhension de la force et des limites du pouvoir des fictions audiovisuelles. En étudiant des pratiques d’adolescents vivant dans une société créole (l’île de La Réunion), nous avons tenté de définir le mot fan. Les exemples de pratiques individuelles et collectives auxquels nous faisons référence traduisent le rôle-clé que joue le contexte dans la compréhension du fan et a fortiori dans une tentative de délimitation du pouvoir des fictions audiovisuelles. Rappelons-le, dans les sociétés multiculturelles, postcoloniales et créoles, les positionnements culturels sont changeants, multiples et négociés (Hall, 2007). « Modernité vernaculaire » (Hall, 2007), « indigenisation » (Appadurai, 1996), « réinventions culturelles » (Ghasarian, 2002), les termes ne manquent pas pour décrire la capacité de ces sociétés à transformer tout ce qu’y pénètre, retravaillant et s’appropriant les différents flux culturels. La Réunion ne fait pas exception. Les dynamiques qui y sont à l’œuvre participent à une hétérogénisation culturelle. Aussi, y poser une définition du fan n’est pas simple. Par exemple, les pratiques des fans que nous avons rencontrés entrent dans une logique de traduction conduisant à des comportements hybrides. Elles contribuent alors à la construction des « modernités réunionnaises » (Wolff et Watin, 2010), c’est-à-dire à la construction d’une société à la définition plurielle.

102Partant de ces exemples, nous supposons que tenir compte du contexte dans lequel il s’opère, complexifie et enrichit la compréhension du pouvoir des fictions audiovisuelles. Ainsi peut-on constater que même dans une société située à 10 000 km de sa métropole, des individus souhaitent se construire comme fans, ce qui confirme que la distance géographique et culturelle ne freine pas l’expansion du pouvoir des fictions audiovisuelles. En effet, par la volonté des fans d’être reconnus comme tels, le pouvoir des fictions audiovisuelles semble être capable de s’adapter à une société créole.

103Peut-on alors parler d’homogénéisation des cultures par rapport à ce pouvoir ? En effet, au vu de ce que les fans sont prêts à faire pour être reconnus comme tels et pour diminuer les différences avec les fans des autres territoires, on peut se demander si une forme d’uniformisation des cultures par rapport au pouvoir des fictions audiovisuelles est en train de se produire. Nous ne possédons pas encore suffisamment d’éléments pour répondre à cette question. Elle nécessiterait certainement une recherche sur le long terme, pour être en mesure de comparer, par exemple, si des données comme les kroyans ou le kartié conservent leur influence. Par contre, l’insertion des fictions audiovisuelles (et plus globalement des technologies de l’information et de la communication) semble faire partie de ces événements majeurs qui, au contact d’une société créole, réactivent les dynamiques culturelles comme la créolisation. En effet, grâce aux exemples de pratiques de fans que nous avons rencontrés, nous pouvons dire que la diffusion du pouvoir des fictions audiovisuelles ne se fait pas sans heurts. Ce pouvoir est parfois malmené par les références et les pratiques endogènes. Plus qu’une résistance des publics, le pouvoir des fictions audiovisuelles est pris, à La Réunion, dans des dynamiques culturelles qui participent à sa transformation. Ce pouvoir est alors négocié, ce qui prouve, s’il fallait encore le faire, que l’une de ses caractéristiques est sa complexité.

Haut de page

Bibliographie

APPADURAI, Arjun, (1996/2005), Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, traduit de l’anglais par F. Bouillot, Paris, Payot.

AMBROISE, Jean Charles et Christian LE BART (2002), « Le fan-club des Beatles, une communauté imaginaire » dans Philippe LE GUERN (dir.), Les cultures médiatiques. Culture fan et œuvres cultes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 163-176.

BERTHOMIER, Nathalie et al. (2010), L’enfance des loisirs, Paris, DEPS.

BIANCHI, Jean (1990), « La promesse du feuilleton », Réseaux, 39, p. 7-18.

BONNIOL, Jean-Luc (2006), « Situations créoles, entre culture et identité » dans C. CELIUS (dir.), Situations créoles. Pratiques et représentations, Québec, Éditions Nota bene, p. 49-59.

BOUSQUET, Julien et François MARTICOTTE (2009), « Conceptualisation du fan sportif sous l’angle de la <normalité> : vers un modèle intégrateur ». Communication présentée à ASAC, Niagara Falls (Ontario), 6-9 juin [En ligne]. http://ojs.acadiau.ca/index.php/ASAC/article/viewFile/630/539. Page consultée le 30 mai 2013.

CAMILLERI, Carmel et al. (1990), Stratégies identitaires, Paris, Presses universitaires de France.

CHAUDENSON, Robert (2003), La créolisation : théorie, applications, implications, Paris, L’Harmattan.

DAGNAUD, Monique (2011), Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, Paris, Presses de Sciences Po.

DÉTREZ, Christine (2011), « Des shonens pour les garçons, des shojos pour les filles ? Apprendre son genre en lisant les mangas », Réseaux, 168-169, p. 165-186.

ÈVE, Prosper (1991), Île à peur. La peur redoutée ou récupérée à la Réunion des origines à nos jours, Saint-André, Océans Éditions.

FOURQUET-COURBET, Marie-Pierre et Didier COURBERT (2012), « Comment les fans réagissent-ils lors du décès de la célébrité ? », Communication [En ligne]. vol. 30/2 (novembre 2012). http://communication.revues.org/3530. Page consultée le 9 juin 2013.

GHASARIAN, Christian (2002), « La Réunion : acculturation, créolisation, et réinventions culturelles », Ethnologie française, 32, p. 663-676.

GIAMPAOLI, Michelangelo (2012), « Rock around the grave. La tombe de Jim Morrison au Père-Lachaise », Ethnologie française, 42, p. 519-529.

GLISSANT, Édouard (1998), « Nous sommes tous créoles », entretien octroyé à Clermont T. et Casamayor O., Regards En ligne. No 31. http://www.regards.fr/article/?id=794&q=cr%C3%A9oles%20glissant. Page consultée le 30 novembre 2010.

GRIPSRUD, Joshua (2002), « The majority cult : Love and grief for média friends » dans Philippe LE GUERN (dir.), Les cultures médiatiques. Culture fan et œuvres cultes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 113-132.

HALL, Stuart (2007), Identités et cultures. Politiques des Cultural Studies, Paris, Éditions Amsterdam.

HEIN, Fabien (2011), « Le fan comme travailleur : les activités méconnues d’un coproducteur dévoué », Sociologie du travail, 53, p. 37-51.

HEINICH, Nathalie (2012), « Des limites de l’analogie religieuse », Archives de sciences sociales des religions, 158, p. 157-177.

JENKINS, Henry (1988), « Star Trek rerun, reread, rewritten : Fan Writing as Textual Poaching », Critical Studies in Mass Communication, 5, p. 85-107.

JENKINS, Henry (1992), Textual Poachers : Television Fans and Participatory Culture. Studies in culture and communication, New York, Routledge,

JOUËT, Josiane (2000), « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, 100, p. 487-545.

JOUËT, Josiane (2009), « Sociologie des médias numériques » dans Christine LETEINTURIER et Rémy LE CHAMPION (dir.), Médias, information, communication, Paris, Ellipses, p. 104-121.

LABACHE, Lucette (2004), « De la communauté réunionnaise en migration » dans Lucette LABACHE, Laurent MEDE et Françoise VERGES (dir.), Identité et société réunionnaise, Paris, Karthala, p. 89-168.

LE BART, Christian (2004), « Stratégies identitaires de fans. L’optimum de différenciation », Revue française de sociologie, 45(2), p. 283-306.

LE GUERN, Philippe (2002), « En être ou pas : le fan-club de la série Le Prisonnier » dans Philippe LE GUERN (dir.), Les cultures médiatiques. Culture fan et œuvres cultes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 177-215.

LE GUERN, Philippe (2007), « Aimer l’eurovision, une faute de goût ? Une approche sociologique du fan club français de l’eurovision », Réseaux, 141-142, p. 231-265.

LE GUERN, Philippe (2009), « <No matter what they do, they can never let you down…>. Entre esthétique et politique : sociologie des fans, un bilan critique », Réseaux, 153, p. 19-54.

LUCAS, Raoul (2003), « Société créole, école et apprentissages interculturels à la Réunion » dans R. LUCAS (dir.), Sociétés plurielles dans l’océan Indien. Enjeux culturels et scientifiques, Paris, Karthala, p. 161-176.

MAIGRET, Éric (2000), « Religion diffuse ou dissolution du religieux : la question des « fans » des médias » dans Pierre BRECHON et Jean-Paul WILLAIME (dir.), Médias et religions en miroir, Paris, Presses universitaires de France, p. 217-228.

MAIGRET, Éric (2002), « Du mythe au culte… ou de Charybde en Scylla ? Le problème de l’importation des concepts religieux dans l’étude des publics des médias » dans Philippe LE GUERN (dir.), Les cultures médiatiques. Culture fan et œuvres cultes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 97-110.

MORIN, Edgar (1957), Les stars, Paris, Le Seuil.

NICAISE, Stéphane (2008), « Religion créole et dynamiques sociales à La Réunion » dans Christian GHASARIAN (dir.), Anthropologies de La Réunion, Paris, Éditions des archives contemporaines, p. 175-187.

OCTOBRE, Sylvie (dir.) (2010), Enfance et culture. Transmission, appropriation et représentation, Paris, DEPS.

PASQUIER, Dominique (1998), « Identification au héros et communautés de téléspectateurs : la réception d’<Hélène et les garçons> », Hermès, no 22, p. 101-109.

PASQUIER, Dominique (1999), La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Éditions des sciences de l’homme.

PASQUIER, Dominique (2002), « <Une nouvelle amie>. Le héros télévisuel comme promesse d’amour » dans Philippe LE GUERN (dir.), Les cultures médiatiques. Culture fan et œuvres cultes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 219-232.

PASQUIER, Dominique (2005), Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Condé-sur-Noireau, Éditions Autrement.

PLANTE, Flavie (2012), Adolescences lycéennes à La Réunion. Stratégies identitaires et pratiques médiatiques. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication sous la direction de Michel WATIN, Saint-Denis, Université de La Réunion.

SEGRÉ, Gabriel (2002), « Le rite de la Candlelight », Ethnologie française, 32, p. 149-158.

SEGRÉ, Gabriel (2003), Le culte Presley, Paris, Presses universitaires de France.

SEGRÉ, Gabriel (2007), Au nom du King – Elvis, les fans et l’ethnologue, La Courneuve, Aux Lieux d’être.

VERGES, Françoise et Carpanin MARIMOUTOU (2005), Amarres, Paris, L’Harmattan.

VINCENT, Frédéric (2011), « Le sacré et le fan. Étude sur l’univers science-fictionnel de Star Wars », Sociétés, 113, p. 49-61.

WATIN, Michel (2005), Les espaces urbains et communicationnels à La Réunion. Réseaux et lieux publics, Paris, L’Harmattan.

WOLFF, Éliane et Michel WATIN (dir.) (2010), La Réunion, une société en mutation. Univers créole, 7, Paris, ECONOMICA.

Haut de page

Notes

1 En 2008, un Réunionnais sur deux a un niveau de vie inférieur à 920 euros par mois et vit sous le seuil de pauvreté. Source : Insee, « Niveaux de vie, inégalités et taux de pauvreté » [En ligne]. http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=24&ref_id=17981. Page consultée le 4 février 2012.

2 Certains de nos interlocuteurs se sont exprimés en créole. D’autres ont parfois mélangé créole et français. Pour ne pas nuire à l’intensité de certaines confidences, nous avons décidé de retranscrire les propos tels qu’ils ont été formulés. Comme il n’existe pas de graphie officielle du créole, nous avons choisi d’en utiliser une qui emprunte aux différentes graphies existantes. Bien entendu, chaque fois que cela sera nécessaire, le lecteur trouvera en note en bas de page une traduction des extraits d’entretiens.

3 Selon Watin (2001), à La Réunion, il existe différents découpages territoriaux qui se différencient les uns des uns par leur organisation sociale.

4 « Ben il l’a frappée (le chanteur Chris Brown et la chanteuse-actrice Rihanna), non mais franchement, en plus elle, elle est jolie, défigurer son visage là, bon je sais elle est partie en vacances au soleil, deux semaines donc ça lui a pas fait trop mal, mais quand même. Elle avait son procès le 5 de ce mois-là, mais mon ordinateur est mort le 3, tu vois. Je n’ai plus d’informations donc je ne sais pas mais c’est pas grave, je me rattraperai aujourd’hui. »

5 Cette annonce a été ici retranscrite comme elle a été publiée sur Internet, c’est-à-dire avec ses fautes et maladresses langagières.

6 Oiseau, busard de Maillard, rapace propre à La Réunion (Dictionnaire kréol rénioné français, Alain Armand).

7 « C’est encore un cas spécial. C’était inutile, , quand tu vois qu’ils étaient comme des bêtes de foire non mais écoute. Non mais le pire c’est que ils ont fait tout ce bruit-là et aujourd’hui écoute personne ne parle d’eux. Ouais viens à La Réunion. »

8 « Non, je sais qu’elle n’est pas trop aimée, mais même ça elle me suffit à la télé. Bien sûr si elle vient à La Réunion, je serais comme ça à tomber dans les pommes et tout. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure . Être fan. Définition générale
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4911/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 2. Être fan à La Réunion. Le rôle du contexte
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/4911/img-2.png
Fichier image/png, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flavie Plante, « Pratiques de fan et dynamiques culturelles », Communication [En ligne], Vol. 32/1 | 2013, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/4911 ; DOI : 10.4000/communication.4911

Haut de page

Auteur

Flavie Plante

Flavie Plante est docteure en Sciences de l’Information et de la Communication et assistante de recherche au Laboratoire de recherche sur les espaces Créoles et Francophones (LCF) EA4549, Université de La Réunion. Courriel : flavie.plante@univ-reunion.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org