Navigation – Plan du site
Lectures

Daniel CORNU (2013), Tous connectés ! Internet et les nouvelles frontières de l’info

Genève, Éditions Labor/Fides
Marcienne Martin
Référence(s) :

Daniel CORNU (2013), Tous connectés ! Internet et les nouvelles frontières de l’info, Genève, Éditions Labor/Fides

Texte intégral

1Cet ouvrage de Daniel Cornu, journaliste et universitaire suisse, est divisé en sept chapitres précédés d’un avant-propos (p. 9-14). Il est consacré au traitement et à la diffusion de l’information par les journalistes, quelle que soit leur fonction, à l’évolution de ce métier en relation avec l’univers médiatique d’Internet. En effet, l’introduction de nouveaux paramètres sous-tendus par le monde numérique dans une sorte d’autorégulation, entraîne des modifications tant dans les modalités qui déterminent le transfert et la présentation des informations que dans leur relecture et leurs commentaires par les internautes.

2Dans le chapitre premier, « L’Internet transforme le paysage médiatique », l’auteur, après avoir présenté une brève histoire d’Internet, montre que ce média est organisé « autour de deux pôles visibles : la documentation et l’information » (p. 17), et c’est précisément parce que la société numérique est ouverte à tous, tant pour y rechercher de l’information que pour y exprimer ses opinions, ses sentiments ou ses désaccords, que les médias traditionnels sont concurrencés par l’apport d’informations variées, à caractère parfois subversif, et que la priorité de telle information peut être remise en question. Comme le souligne Cornu, « [l]e public ne s’expose plus seulement au discours des médias. Il est en mesure de proposer son propre discours » (p. 27).

3Le chapitre 2 a pour titre « Sous des habits neufs, une redistribution des rôles ». Cornu y développe sa réflexion sur le rôle des médias traditionnels sur le Web dans le cadre de la concurrence qui leur est faite par des internautes n’ayant certes pas le statut de journaliste, mais capables cependant de mettre en ligne de l’information suscitant l’intérêt d’autres internautes. Le flux d’informations diverses où l’éthique n’est pas toujours présente, peut, dans certains cas de figure — propos xénophobes, etc. —, être sanctionné par la loi. Toujours à propos du contenu d’écrits présentés sur des blogues, des sites personnels, des forums de discussion ou encore des médias sociaux, est aussi interrogée la responsabilité des fournisseurs d’accès et de contenu, des hébergeurs, des agrégateurs, des médias sociaux, des blogueurs ou encore de l’internaute lambda.

4Dans le chapitre 3 titré « Un carnaval permanent », l’auteur analyse un phénomène propre à Internet et qui renvoie à la liberté d’expression, liberté qui se décline de manière fort diverse, parfois discutable. Ainsi, les blogueurs forment une entité numérique particulière puisqu’ils mettent en ligne des réflexions personnelles, que ce soit sur leurs propres expériences ou sur des sujets d’actualité, pour ne citer que ces thèmes de discussion. L’auteur met dans la balance la mission journalistique qui est de répondre « au droit du public de connaître les faits et les opinions » (p. 69) et celle que s’octroie le blogueur, mais toujours sans prendre en compte les règles de l’éthique et du droit en place pour l’activité journalistique.

5Le chapitre 4, intitulé « Métier multiforme, identité floue : quelle éthique ? », traite des nouveaux paramètres liés au journalisme numérique, dont la « présence active du public » avec l’avènement du Web 2.0 ; et Cornu de mentionner la ductilité des pratiques journalistiques et des valeurs autour desquelles elles s’articulent (niveau supérieur des valeurs, niveau intermédiaire des normes et niveau concret des pratiques). L’auteur traite également des différents types de journalisme (radiophonique, télévisuel, etc.) et de la déontologie qui en est l’un des soubassements.

6« Un journalisme en mutation à la mesure de l’Internet » est le titre du chapitre 5. Ainsi que le souligne son auteur, le développement d’Internet apparaît comme « un révélateur de transformations qui s’opèrent dans les médias traditionnels » (p. 127). Cette réflexion s’appuie sur des références à un certain nombre de travaux de recherche dans le domaine de la communication et du journalisme (Charron et de Bonville, Kuhn, Weber, Jakobson) ; elle permet au lecteur de mieux appréhender la manière dont le fait communicationnel est mis en place dans le cadre du journalisme.

7Le chapitre 6 a pour titre « La mission du journalisme en démocratie : le temps du doute ». L’auteur y traite du droit et de la légitimité du discours journalistique dans le service dédié à l’intérêt public, et ce, avec la prise en compte des structures narratives qui le fondent (qui, quoi, quand, où, comment) et qui renvoient à une forme objectivée de la narration du fait. Il interroge également un « journalisme repensé » sur Internet en s’appuyant sur le fait que certaines nouvelles peuvent être diffusées par des blogueurs ou d’autres groupes d’internautes avant même que les médias journalistiques en aient eu connaissance.

8Intitulé « Enjeux d’un journalisme respectueux des faits et des personnes », le chapitre 7 traite notamment des règles de déontologie sur lesquelles le métier de journalisme s’appuie. Il en est ainsi de l’événement et de la vérification objective des faits qui le fondent, de la recherche de la vérité par la fiabilité de l’information, dont, par exemple, des photos mises en ligne et le risque qu’elles aient pu être retouchées. Le respect de la personne et de la vie privée fait également partie des enjeux de la société numérique. En effet, nombre d’internautes publient des éléments relatifs à leur vie privée (vidéos, récits divers) tout en désirant ne pas les diffuser à grande échelle.

9Dans sa conclusion intitulée « Journalisme en ligne et éthique participative », l’auteur développe une nouvelle approche du journalisme numérique en concluant « qu’à un <journalisme participatif> répondra un jour peut-être une éthique participative » (p. 206).

10Cet ouvrage s’adresse à un large lectorat qui va du passionné du Web 2.0 au chercheur dont les travaux sont articulés autour de la communication, en passant, bien entendu, par l’univers des journalistes. Dans un langage concis et appuyé sur de nombreux exemples, Cornu développe une réflexion très intéressante sur la transformation du journalisme et de son avenir dans le cadre de la société numérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcienne Martin, « Daniel CORNU (2013), Tous connectés ! Internet et les nouvelles frontières de l’info », Communication [En ligne], Vol. 32/2 | 2013, mis en ligne le 04 avril 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/4976

Haut de page

Auteur

Marcienne Martin

Marcienne Martin est chercheuse associée au laboratoire de l’Observatoire réunionnais des arts, des civilisations et des littératures dans leur environnement (ORACLE), à l’Université de La Réunion. Courriel : marcienne.martin@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org