Navigation – Plan du site
Lectures

Pascal LARDELLIER (2013), Nos modes, nos mythes, nos rites. Le social, entre sens et sensible

Paris, Éditions EMS, Coll. « Societing »
Alexandre Eyries
Référence(s) :

Pascal LARDELLIER (2013), Nos modes, nos mythes, nos rites. Le social, entre sens et sensible, Paris, Éditions EMS, Coll. « Societing »

Texte intégral

1Alors même que les mentalités évoluent en profondeur sous l’influence de la mondialisation économique, politique et culturelle et sous celle des nouvelles technologies de l’information et de la communication, certains processus sociétaux durablement ancrés dans l’imaginaire collectif perdurent sous d’autres formes et selon d’autres modalités.

2Dans ce nouvel essai Pascal Lardellier s’assigne pour tâche de débusquer, dans la société contemporaine, de nouvelles formes de ritualité et de nouveaux mythèmes constitutifs de la vie en communauté qui remplissent les mêmes fonctions fédératrices, laudatives et régénératrices qu’autrefois. Ce livre rassemble une décennie de chroniques médiatiques parues dans des journaux (Libération, Le Monde diplomatique, Le Républicain Lorrain, Le Bien public) et des magazines français (Femme majuscule, Gentleman Quarterly) entre 2003 et 2013.

3Dans l’avant-propos de l’ouvrage, l’auteur s’attache à définir d’abord ce que sont les rites et à montrer que dans notre société, ceux-ci passent de plus en plus inaperçus, relégués en arrière-plan, oblitérés par d’autres phénomènes : « […] au prix d’une singulière amnésie, nous ne savons plus exactement ce que c’est, un rite. C’est un oubli dommageable, car ils produisent du lien, de la mémoire et de l’appartenance, tout en donnant un cadre esthétique à nos relations » (p. 13).

4Lardellier explique que nous traversons toute notre vie — sans en avoir d’ailleurs pleinement conscience — des rites qui sont aussi bien des écrins relationnels qu’une entité structurante pour la société : 

Mariages et enterrements, grands repas de famille et petites civilités du quotidien, crémaillères, réveillons, offices religieux, rentrées officielles, allocutions, pots de départ anniversaires, soutenances et remises de diplômes, St Valentin et beaujolais nouveau, cérémonies de la Montée des Marches à Cannes, des Césars, des Oscars […] Que d’évènements largement ritualisés (p. 14).

5Un rite constitue en soi une « petite dramaturgie, conçue comme une représentation. Il y a la scène et les acteurs. Voyez à ce titre un mariage, un jugement aux assises ou une soutenance. […] Les rites n’ont pas d’utilité en soi, mais leur action se situe à un niveau symbolique » (p. 15). Chaque jour, les individus sacrifient à des rituels qui sont indissociables de leur condition de mortels : « […] sans petit mot épisodique, sans petite attention occasionnelle, l’amitié d’un ami éloigné n’a pas de réalité sociale. Il n’y a pas d’amitié sans rite d’amitié, sans célébration symbolique » (p. 16).

6Le mythe scénarise ce que le rite met en scène : « […] récit enchanteur, il fait rêver, donne à aimer et à admirer. Les mythes épousent les grandes figures d’une époque. Ils leur octroient un supplément d’âme, éveillant le désir, suscitant l’adhésion, favorisant l’appartenance. Notre époque, pleine de pensée magique, n’en a pas fini avec les mythes » (p. 17).

7Il y a à l’origine de tout mythe contemporain un artifice, un subterfuge (qui n’est pas sans évoquer la ruse de la raison dont parlait Hegel dans son ouvrage sur la philosophie de l’histoire) : « […] le mythe contemporain ne dit pas qu’il est mythique, mais il reste porteur d’une puissante charge narrative et symbolique. […] Les mythes racontent des histoires, ils enchantent la réalité pour l’ouvrir sur les horizons de l’imaginaire et de la rêverie » (p. 17). Lardellier débusque, en tant que sémio-anthropologue de talent, « ce qui se trame sous l’apparence rationnelle des actions individuelles et collectives […] Les mythes sont espiègles et ils se tapissent dans tous les recoins de la postmodernité » (p. 18).

8L’ouvrage est constitué de trois grandes parties : « Au fil du calendrier », « Médias et technologies » et « Nouvelles tendances sociales » qui fouillent l’air du temps, dissèquent les imaginaires et décryptent les modes éphémères et les tendances émergentes.

9Dans la première partie de l’ouvrage, l’auteur s’attache à montrer que chaque année le retour automnal du Beaujolais nouveau constitue une véritable épiphanie et que ce vin a fini par devenir « une légende liquide » (p. 37). Véritable invitation au rassemblement, la dégustation du Beaujolais nouveau constitue une « parenthèse rabelaisienne […] [qui] en dit long sur nos aspirations à la célébration joyeuse et collective, le temps d’une soirée » (p. 37). Le paradoxe du Beaujolais nouveau vient précisément de ce que ce vin n’est pas vraiment d’une excellente qualité. Il est même très loin d’être un divin nectar, mais il « est parvenu à se ritualiser, grâce à l’habile sanctuarisation de la date de déblocage, ce sacro-saint <troisième jeudi> de novembre » (p. 37).

10On le comprendra aisément, le Beaujolais est surtout un prétexte à la convivialité : « […] est-il bon ? Là n’est pas la question. Il ne vaut que <bu avec>, et en ce sens, ses vertus sociales sont inestimables. Les <soirées beaujolais> sont légion le jour J, ayant pour vocation première de rassembler, et de faire <boire ensemble> » (p. 38). Ce vin — certes loin d’être exceptionnel — est essentiellement un catalyseur du lien social et c’est à ce titre d’élément fédérateur qu’il intéresse Lardellier. En tant qu’anthropologue de la communication, il propose une analyse sans concessions de pratiques liées à une forme de néo-paganisme : « […] de plus en plus de rites profanes se substituent aux fêtes religieuses d’antan. On croit ces cérémonies récentes, alors que certaines connaissent des racines antiques. […] À ce titre, la journée des amoureux fait son grand retour depuis quelques années » (p. 66). La Saint-Valentin est bénie par les commerçants (qui se félicitent que le portefeuille soit placé du côté du cœur) autant que par les couples amoureux, ce qui explique qu’un certain nombre de siècles plus tard cette fête perdure : 

[…] le 14 février, tout le monde trouve son compte, et son conte. Le temps d’une soirée, on ralentira un peu le flux du quotidien, en esthétisant son couple, en ouvrant une parenthèse épicurienne, refrain d’Only you, jolies nappes et roses rouges à l’appui. St Valentin célèbre le mariage du couple et du marketing. Un cœur en or, décidément… (p. 67)

11En tant que scrutateur attentif de la société française, le chercheur en sciences de l’information et de la communication s’intéresse ensuite au baccalauréat en tant que « formidable cérémonie républicaine, et un rite de passage à part entière […] [qui] a changé la vie de tous ceux qui l’ont passé, simplement parce que c’était le bac, attendu, redouté et pourtant désiré, avec un avant et un après » (p. 85). L’auteur montre que ce qui prévaut dans l’esprit du bac, c’est un égalitarisme très républicain : « […] tous sont égaux, avec les mêmes règles : copies anonymes et sujets confidentiels. La correction se fondera sur une objectivité officielle » (p. 85). Le bac, avant d’être un sésame vers l’enseignement supérieur, est surtout un permis de grandir et de s’émanciper.

12Le regard se déplace ensuite vers une aventure estivale qui rassemble chaque année une foule de curieux, de connaisseurs et d’inconditionnels : il s’agit du Tour de France. Lardellier précise fort justement qu’« aucun évènement sportif, ayant des implications tout à la fois médiatiques, économiques, politiques et citoyennes, n’est aussi œcuménique que la <Grande Boucle> » (p. 95). Le Tour de France n’est pas seulement une épreuve sportive, c’est aussi une entité mi-humaine, mi-mécanique : « […] serpentant comme un reptile affamé, il dévore l’asphalte et engloutit le macadam. Et il renaît chaque année en phénix d’or (à l’image du mythique <maillot jaune>), pour triompher en apothéose sur les biens nommés Champs-Élysées » (p. 95). Immuable et mobile à la fois, chaque année le Tour de France accomplit ce tour de force.

13La seconde partie de l’ouvrage s’attache plus précisément aux croisements et aux interconnexions entre les médias et les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Le Festival international du film de Cannes et sa sacro-sainte Montée des Marches « s’apparente[nt] à une cérémonie néo-païenne » (p. 115) et à un « rite d’incarnation [qui] en dit long sur la place qu’occupent les stars du Septième Art dans l’imaginaire contemporain » (p. 115). L’auteur pose sur cette cérémonie ultramédiatisée un regard de nature anthropologique : 

[…] il s’agit d’une cérémonie déambulatoire, ascensionnelle et crépusculaire, un rite de passage marquant un avant d’un après, un dehors d’un dedans. On entre dans le temple du cinéma, où la Palme se décerne, où les légendes s’écrivent. […] Le tapis rouge semble suspendu, tel un pont, entre ciel et terre, portant les stars en une apesanteur christique (p. 116-117).

14Il ne faut néanmoins pas oublier que la cérémonie des Marches du Palais des Festivals de Cannes est avant tout, essentiellement, « un rite de légitimation que ce show-business au narcissisme exacerbé s’est inventé pour s’autocélébrer et se donner à admirer, grâce à l’œil complaisant de caméras venant de la planète entière » (p. 117).

15Du cinéma à la télévision, il n’y a qu’un pas que l’auteur franchit prestement, s’intéressant à une émission culte du service public français, Questions pour un champion, qui s’apparente à une salle de classe d’école primaire transposée à la télévision : 

[…] l’animateur endosse le rôle et les attributions d’un instituteur: il questionne, et distribue aussi la parole, les compliments et les prix. Placé au centre de la scène, il tient en main les fiches qui lui permettent de donner les réponses justes, et d’apporter a posteriori des précisions utiles. Quant aux candidats, interrogés, récompensés ou réconfortés, ils se retrouvent dans la position d’élèves (p. 130).

16Le succès de ce jeu télévisé tient essentiellement à son caractère implicatif, fédérateur : « […] on <se prête au jeu> d’autant plus volontiers qu’on y joue souvent à plusieurs, en famille ou entre amis. Ce jeu parvient à nous faire participer en nous instruisant » (p. 130). Le jeu Questions pour un champion réhabilite la culture générale et fait implicitement l’apologie d’un certain modèle de reconnaissance par le savoir, alors même que l’école et le modèle de savoir qu’elle transmet sont secoués par une crise profonde. Cette émission est porteuse de valeurs que l’on croyait disparues et que l’imaginaire collectif a tendance à considérer comme surannées (la culture, la mesure, la politesse, la reconnaissance et la valorisation par la connaissance).

17À ce titre, elle constitue l’alliée substantielle d’une école de l’exigence que l’homme de la rue a délaissée depuis longtemps au profit des plaisirs faciles et fades distillés par la télévision.

18La grande originalité de cet ouvrage est de proposer des analyses empreintes de finesse et d’une grande profondeur sous l’apparente légèreté des chroniques médiatiques. En observant les systèmes rituels, Lardellier met à nu le mécanisme intérieur de l’horloge sociale et montre qu’« il y a des rites à tous les niveaux de la société, chaque individu, communauté et institution ritualisant son rapport aux autres et au monde » (p. 247). Ce faisant, il nous donne à lire un panorama critique et savoureux qui s’inscrit dans la lointaine filiation des Mythologies de Roland Barthes. Il nous ouvre des perspectives sémio-anthropologiques fécondes permettant de buissonner à travers les mythes, les rites et les modes de la France de ce début de XXIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Pascal LARDELLIER (2013), Nos modes, nos mythes, nos rites. Le social, entre sens et sensible », Communication [En ligne], Vol. 32/2 | 2013, mis en ligne le 04 avril 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/4981

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Alexandre Eyries est membre du Laboratoire I3M, à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Courriel : alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org