Navigation – Plan du site
Recherches

Une communication politique 2.0

Approche comparative des usages électoraux de Twitter en France et au Québec
Alexandre Eyries et Cassandra Poirier

Résumés

La communication politique suscite de plus en plus la curiosité même si elle est trop souvent réduite à une technique relevant du marketing politique. L’essor des technologies de l’information et de la communication — les médias sociaux et notamment Twitter — a modifié les pratiques communicationnelles des partis politiques et leur utilisation des médias. Les auteurs comparent l’usage fait de Twitter en 2012 — en France et au Québec —lors de l’élection présidentielle et de l’élection provinciale afin d’en mesurer son influence sur le déroulement des deux campagnes et sur leurs résultats.

Haut de page

Texte intégral

1En à peine une cinquantaine d’années, la communication politique a totalement changé de dimension : hier encore elle était confidentielle, balbutiante et empreinte d’amateurisme. Considérée, selon Jacques Gerstlé, « comme un ensemble disparate de théories et de techniques, mais […] aussi des pratiques directement politiques » (2012 : 7), la communication politique représente la diversité des actions conduites par des professionnels de la communication qui agissent pour le compte d’hommes et de femmes qui exercent la profession de politiciens. Dans une perspective instrumentale, la communication politique est indissociable de techniques empruntées au marketing commercial et de certains outils privilégiés comme les médias traditionnels (presse écrite et presse magazine, radio et télévision) dont elle s’efforce de suivre bon gré mal gré et à son propre rythme le lent développement. Les principaux acteurs de la communication ont pris peu à peu conscience des riches possibilités techniques et des multiples avantages (en ce qui a trait à la construction et à la valorisation d’une image publique, ainsi qu’à la construction d’un discours politique efficace) que les médias offraient. Ils s’en sont donc saisis pour les intégrer aux diverses stratégies de communication déjà mises en place par les politiciens, leurs conseillers en communication et leurs équipes de campagne. Depuis le milieu des années 1950, la communication joue donc un rôle central dans le domaine de la politique et des affaires publiques. Chaque responsable politique dispose de spécialistes — entièrement dévoués à sa cause — pour anticiper et préparer au mieux ses différentes rencontres avec les citoyens et les médias. De même, chaque grand dossier dont la gestion incombe à l’État est préparé en amont, avec des intervenants spécialistes de différents domaines et qui usent et abusent de leur influence pour favoriser notablement les intérêts qu’ils défendent. Tout cela atteste s’il en était besoin de la professionnalisation — de plus en plus importante et de plus en plus accélérée — de la communication politique dans la plupart des démocraties occidentales.

2Comme l’écrivent Marc Lits et Theodoros Koutroubas,

la politique et la communication sont deux activités constitutives de la vie en société. Depuis l’Antiquité, l’une ne va pas sans l’autre. Le leader politique doit utiliser tous les moyens de communication pour trouver des électeurs et ensuite les informer de son action pour favoriser sa réélection. […] Depuis près d’un siècle, l’arrivée massive des médias audiovisuels et électroniques a encore modifié cette relation entre élus et citoyens, mais aussi entre journalistes et responsables politiques (2011 : 13).

3C’est précisément au gré de la transformation relativement lente des médias — d’abord classiques — que la communication politique a gagné en maturité, en efficacité, en sérieux et en expérience, dans la plupart des pays industrialisés d’Europe et d’Amérique du Nord. Dans les quinze dernières années, elle est entrée dans une seconde phase de son évolution et se situe aujourd’hui à la pointe de la modernité et de l’innovation, flairant toutes les tendances, se tenant à l’affût des nouveaux dispositifs sociotechniques d’information et de communication qui apparaissent chaque année depuis 2003 et l’apparition du Web 2.0, constituant une bonne occasion de réinterroger « ce que l’on entend par télédémocratie » (Arterton, 2000 : 117) ou, pour être plus précis, de cyberdémocratie : « Twitter have all been lauded by proponents of democracy for being able to engage <average citizens> in the political process » (Bekafigo et McBride, 2012 : 6).

4Après avoir défini notre positionnement théorique, notre cadre méthodologique, notre corpus et notre grille d’analyse, nous procéderons dans un premier temps à une analyse comparative des usages électoraux de Twitter en France et au Québec, puis nous procéderons dans un second temps à une interprétation des résultats pour déterminer si Twitter a oui ou non exercé une influence sur la communication politique française et québécoise ainsi que sur le résultat des élections.

Question de recherche

5Nous nous proposons d’étudier — dans le cadre d’une approche comparative — la communication politique en France et au Canada dans la province du Québec sous l’angle particulier des réseaux socionumériques dont se sont vite emparées les classes politiques de ces deux pays parce que « les nouvelles techniques d’information et de communication perpétuent les thèmes de démocratie locale, de transparence des décisions, de participation des citoyens » (Pailliart, 2000 : 137). Un constat simple s’impose : très peu d’études1 ayant été menées aussi bien en France qu’au Québec sur les usages de Twitter dans le domaine de la communication politique, il nous semblait utile de proposer une étude des usages électoraux de Twitter par les hommes et les femmes politiques de ces deux pays. Nous pensons que si les hommes et les femmes politiques investissent de plus en plus Twitter, c’est pour toucher un électorat plus large, mais aussi et surtout pour revitaliser la sphère politique en s’appuyant sur l’engagement et la participation des citoyens.

6Il nous semble que si les usages français du réseau sont surtout à vocation informationnelle, certaines pratiques apparues lors des élections québécoises tendraient à aller vers beaucoup plus d’interactivité.

Démarche méthodologique

7Pour confirmer — ou infirmer — notre intuition initiale, nous avons choisi de mener une étude empirique en comparant deux campagnes électorales s’étant déroulées la même année : la campagne présidentielle française (du 22 avril au 6 mai 2012) et la campagne pour les élections provinciales au Québec (du 1er août au 4 septembre 2012). D’un point de vue méthodologique, nous avons procédé à une analyse du contenu discursif des micromessages postés par Nicolas Sarkozy (président sortant) et François Hollande (candidat socialiste) durant la campagne présidentielle française, mais aussi ceux postés par Jean Charest (premier ministre sortant du Parti libéral du Québec) et par Pauline Marois (candidate du Parti québécois) durant la campagne provinciale québécoise. Nous nous sommes abonnés aux comptes officiels du Parti libéral du Québec (@LiberalQuebec), du Parti québécois (@partiquebecois), de François Hollande (@fhollande) et de Nicolas Sarkozy (@NicolasSarkozy) pour pouvoir cibler plus aisément les micromessages relatifs aux campagnes électorales en fonction de quatre modalités (information, mobilisation, interaction, personnalisation).

Constitution du corpus

8Pour constituer le corpus de micromessages à analyser, nous avons utilisé deux applications complémentaires. La première d’entre elles, All My Tweets, permet de recenser tous les tweets publiés par un membre depuis l’ouverture de son compte. La seconde, Twitonomy, permet de cibler précisément une période temporelle (en l’occurrence pour nous celle des campagnes électorales). Elle donne également accès à des caractéristiques extrêmement précises sur chaque compte utilisateur : nombre de micromessages émis, moyenne du nombre de tweets publiés par jour, nombre de mentions, de retweets, de hashtags utilisés, etc. Les micromessages qui allaient servir de support à l’analyse devaient avoir été publiés dans le cadre des campagnes électorales québécoise et française, selon une période temporelle strictement délimitée. Dans un cas comme dans l’autre, les micromessages analysés devaient avoir un lien avec la campagne électorale, qu’il soit direct ou indirect. Dans tous les cas, les messages devaient servir la campagne électorale, qu’il s’agisse d’un micromessage lié à un fait d’actualité de campagne, d’un micromessage de soutien, d’un micromessage faisant référence aux slogans de campagne utilisés par les différents partis ou d’un micromessage de mobilisation.

Grille d’analyse

9Pour analyser les micromessages émis, une grille d’analyse a été mise en place dans le but de classer tous les messages publiés par les différents comptes Twitter sélectionnés en France et au Québec. Cette grille d’analyse s’inspire de celle qu’a établie la chercheuse canadienne Tamara Small pour une étude sur les usages faits de Twitter par les partis politiques canadiens (Small, 2010). La grille d’analyse comporte quatre grandes catégories : 

  • La catégorie d’information comprend tout ce qui est dans une logique de diffusion d’information descendante, c’est-à-dire du parti politique ou du candidat vers les internautes. L’une des caractéristiques du contenu de nature informationnelle réside dans le fait qu’il peut être diffusé sur un autre support qu’Internet, notamment la presse écrite, la télévision, les affiches électorales, les tracts ;

  • La catégorie de la mobilisation met l’accent sur des pratiques engageant les militants à agir. Les micromessages s’adressent directement aux internautes. Les actions peuvent être menées sur Internet ou sur le terrain. Il y a donc des pratiques propres à Internet, par exemple, changer la photo de son avatar à la demande d’un parti, et d’autres qui ne le sont pas, comme faire appel à des bénévoles pour faire du porte-à-porte ;

  • La catégorie de l’interaction est liée précisément aux nouvelles possibilités du Web 2.0 qui reposent sur le fait d’échanger avec les internautes. Elle intègre le fait de pouvoir poser des questions et obtenir des réponses, de débattre et d’échanger des idées autour de sujets particuliers ;

  • La catégorie de la personnalisation s’inscrit dans une tendance à personnaliser la politique par le candidat avec ses traits de personnalité et ses actions. Il s’agit d’une stratégie très « marketing ». Le candidat se met en scène de façon à attirer la sympathie. Il exhibe ses actions au vu et au su de tous dans le but de récolter des voix.

Tableau 1. Grille d’analyse

Tableau 1. Grille d’analyse

10Dans le cas du Québec, nous avons choisi d’analyser la communication sur Twitter du Parti québécois et du Parti libéral du Québec. Étant donné que ni Charest ni Marois ne possèdent de compte Twitter, nous avons analysé les messages des comptes officiels de leurs partis. Dans le cas de la France, nous nous sommes concentrés sur les micromessages publiés par les deux candidats sur leur compte Twitter officiel entre le premier et le deuxième tour, soit du 26 avril au 5 mai 2012. Dans un cas comme dans l’autre, nous avons remarqué que ce sont les équipes de campagne qui alimentent les comptes Twitter officiels des candidats, qui le font rarement eux-mêmes. Par exemple, Sarkozy signe d’un NS les messages qu’il écrit lui-même, mais rares ont été les micromessages signés, ce qui laisse croire que la majorité du temps, son compte relève du parti. Il en va de même pour Hollande, qui possède une cellule Web importante pour sa campagne électorale. Au Québec, les chefs Marois et Charest sont mis en avant de façon très importante pendant la campagne électorale provinciale. Les comptes Twitter officiels des partis sont ainsi fortement personnalisés et, même si ce sont les équipes de campagne qui tweetent, il est parfois possible de retrouver des micromessages signés par les chefs, tant au Parti québécois qu’au Parti libéral du Québec. On observe ainsi un certain équilibre dans notre étude comparative entre la France et le Québec.

Étude comparative des usages de Twitter en France et au Québec

11Nous avons intégré dans les deux tableaux suivants les diverses données recueillies sur chacun des comptes officiels Twitter des candidats français et des partis québécois au moyen de l’application Twitonomy. Le nombre moyen de micromessages publiés par jour détermine le degré d’activité moyen du compte Twitter. Le nombre moyen de mentions, de retweets et de réponses fournit des indications (certes lacunaires) sur le degré d’interactivité du compte. Il semblerait — mais cela reste à approfondir — que plus ces chiffres sont élevés, plus le compte interagirait avec les autres. Un chiffre peu élevé indiquerait ainsi un faible taux d’interaction. En ce qui concerne le nombre moyen de liens présents dans le message publié, plus il y en a, plus le compte constituerait une source d’information importante pour les abonnés. C’est du moins ce que l’on peut inférer et qui demanderait à être approfondi. Dans ce même ordre d’idées, plus les tweets émis par un compte sont partagés, plus ce compte pourrait être considéré comme une source valable d’information. Quant au nombre de hashtags utilisés, il apparaît que plus ceux-ci sont nombreux, plus les micromessages seront facilement retrouvés dans une recherche par mots clés sur le moteur de recherche Twitter.

Tableau 2. Principales données sur les comptes Twitter de Nicolas Sarkozy et François Hollande

Tableau 2. Principales données sur les comptes Twitter de Nicolas Sarkozy et François Hollande

Tableau 3. Principales données sur les comptes Twitter du Parti québécois et du Parti libéral du Québec

Tableau 3. Principales données sur les comptes Twitter du Parti québécois et du Parti libéral du Québec

Portrait d’ensemble

12On analysera tout d’abord le cas des candidats à la présidentielle 2012 en France.

Usages de Twitter en France

13En observant le tableau 2, on remarque que certaines caractéristiques ressortent clairement. Hollande a ouvert son compte Twitter beaucoup plus tôt que Sarkozy. Le nombre d’abonnés au compte de Hollande est donc plus élevé. Toutefois, Sarkozy est abonné à beaucoup plus de comptes que son rival politique, ce qui pourrait laisser présager un usage plus interactif de Twitter. Même si le candidat sortant s’est inscrit beaucoup tard sur Twitter, le nombre de micromessages publiés est supérieur à celui du candidat socialiste (près de 1 000), alors que Hollande en a publié deux fois moins. Ni Hollande ni Sarkozy ne semblent utiliser les fonctions interactives de Twitter. Le candidat sortant a utilisé beaucoup plus de mentions (111 sur 983 micromessages) que le candidat du Parti socialiste (9 sur 487 tweets). En ce qui concerne le nombre de retweets, il n’y en a aucun pour l’actuel président et seulement 23 pour Sarkozy, soit 2 % des micromessages émis. Il en va de même pour le nombre de réponses. Hollande n’en a émis aucune, alors que Sarkozy reste dans une proportion de 2 % de ses micromessages, soit une quinzaine de réponses. Avec ces premières données, il semble que la fonction interactive de Twitter soit exclue des usages faits par Sarkozy et Hollande. En ce qui concerne le paramètre informationnel, il semble que les deux comptes soient une source valable d’information puisque près de la totalité des tweets publiés par le candidat UMP ont été retweetés (environ 98 %). Du côté de Hollande, tous ses tweets ont été retweetés, sans exception. Toutefois, Sarkozy a inséré beaucoup plus de liens dans les tweets (301) qu’il a publiés que le candidat rival (42). L’ancien président français a utilisé également plus de hashtags (900) que le président actuel (617). Le paramètre informationnel semble donc plus prégnant.

Usages de Twitter au Québec

14Lorsqu’on regarde le tableau comparatif entre les comptes du Parti québécois et du Parti libéral du Québec, de nettes différences dans les usages apparaissent. Le Parti québécois a créé son compte un peu plus tard que le Parti libéral, mais possède tout de même plus d’abonnés. Toutefois, le Parti libéral suit beaucoup plus de comptes (5 357 abonnements) que son parti rival. Cela peut laisser croire à plus d’interactivité, mais les autres données ne semblent pas aller dans ce sens. Le nombre de micromessages émis par le Parti québécois (1 336 micromessages) est aussi beaucoup plus élevé que celui du Parti libéral (585 tweets), et ce, autant pour la période analysée que depuis leur inscription. L’écart est assez important. Lorsque nous observons les données relatives à l’interactivité, le Parti québécois semble plus interactif (629 mentions) que le Parti libéral (28). L’écart est tout aussi impressionnant lorsqu’il s’agit du nombre de réponses émises. Le Parti québécois en compte 395, soit 30 % du total de micromessages publiés, alors que le Parti libéral en compte seulement 5, soit 1 % du nombre total de tweets. Le Parti libéral a pris de l’avance en ce qui a trait au nombre de retweets : 198 tweets pour le Parti québécois contre 160 micromessages pour le Parti libéral, mais lorsqu’on regarde les pourcentages, le Parti libéral détient un pourcentage plus élevé de retweets, avec 27 % contre 15 % pour le parti adverse. En ce qui concerne la fonction liée à l’information, c’est un peu plus partagé. La moyenne du nombre de micromessages partagés par les abonnés du Parti québécois est de 752, soit 57 % du nombre total de micromessages, alors qu’au Parti libéral, ce pourcentage est un peu plus élevé, soit 68 %, avec 398 retweets. En ce qui concerne le nombre de liens, il est plus élevé au Parti québécois, avec 543 liens, contre 218 au Parti libéral. En pourcentage, il s’agit respectivement de 40,64 % et de 37,26, soit une maigre différence. Par contre, le Parti québécois semble avoir utilisé beaucoup plus de hashtags que le Parti libéral, avec 1897 hashtags contre seulement 445 pour le Parti libéral.

Analyse comparée des micromessages selon leur fonction

15Les tableaux et diagrammes comparatifs ci-dessous illustrent plus précisément les résultats du classement des tweets publiés par comptes Twitter.

Tableau 4. Nombre de micromessages émis par Nicolas Sarkozy et François Hollande par catégories

Tableau 4. Nombre de micromessages émis par Nicolas Sarkozy et François Hollande par catégories

Diagramme 1. Pourcentage du nombre total de micromessages par catégories pour chaque candidat

Diagramme 1. Pourcentage du nombre total de micromessages par catégories pour chaque candidat

16Un peu plus de 90 % des micromessages de Sarkozy répondent à une fonction d’information alors que le pourcentage pour Hollande atteint les 96 %. Il s’agit de la presque totalité des micromessages publiés. Pour ce qui est de Sarkozy, la fonction de la personnalisation est celle qui présente le pourcentage le plus bas, avec un maigre 1,22 %. En ce qui concerne Hollande, la fonction de la mobilisation ne concerne que 2 % des tweets émis et la fonction de la personnalisation est, elle aussi, presque au point mort avec 0,62 % de micromessages émis. Pour les deux candidats à l’élection présidentielle, la fonction liée à l’information est de loin la plus représentée.

Tableau 4. Nombre de micromessages émis par le Parti québécois et le Parti libéral par catégories

Tableau 4. Nombre de micromessages émis par le Parti québécois et le Parti libéral par catégories

Diagramme 2. Pourcentage du nombre total de micromessages par catégories pour chaque parti

Diagramme 2. Pourcentage du nombre total de micromessages par catégories pour chaque parti

17Comparativement au résultat français, les usages politiques de Twitter sont un peu plus variés au Québec, tous partis confondus. Lorsqu’on examine le compte du Parti libéral du Québec, on note que la fonction la plus utilisée reste celle de l’information. Elle atteint un score de 66,04 %. La fonction qui se classe en deuxième position est celle de l’interaction, avec un résultat de 28 %, suivie de la personnalisation, qui fait un peu plus de 5 %, et en dernière position, la mobilisation, qui est presque nulle. Les données sur le Parti québécois nous indiquent que la fonction qui arrive en première position est celle de l’interaction, avec un score de 49 %, suivi de très près par celle de l’information, avec 47 %. La fonction de mobilisation se classe donc en troisième position, suivie de très près par celle de la personnalisation, avec respectivement 2,56 % et 0,6 %. En comparant les résultats concernant les deux partis politiques québécois, il est juste d’affirmer que l’information et l’interaction sont les fonctions les plus utilisées et de loin. Tout comme en France, la personnalisation et la mobilisation sont très peu utilisées. La seule différence entre les deux pays se situe dans l’utilisation de procédés d’interaction, où le Québec semble avoir une longueur d’avance.

Interprétation des résultats

Cas du Québec

18Pour pouvoir interpréter les données avec un maximum de pertinence, il est nécessaire de prendre en considération le contexte électoral propre à l’époque. Lorsque le premier ministre Charest — du Parti libéral du Québec — annonce la tenue des élections en août 2012, un climat de mécontentement général règne, en partie à la suite de la hausse des droits de scolarité à l’université qui a créé une onde de choc chez des milliers d’étudiants qui sont sortis dans les rues pour manifester. Ce qui semblait être un simple mécontentement de militants pour la gratuité de l’enseignement s’est transformé en indignation générale. Rétrospectivement, le moment choisi par Charest n’était donc pas le plus propice pour organiser des élections. Durant cette campagne, les deux partis politiques qui s’affrontaient ont, l’un comme l’autre, déclaré qu’ils se situaient par rapport à Twitter exclusivement dans une logique de diffusion — descendante — d’information. Preuve en est, ni Marois ni Charest ne possèdent de compte Twitter personnel. Beaucoup d’usagers de Twitter, durant cette campagne, l’ont utilisé comme « un réseau d’informations en temps réel qui vous connecte aux dernières histoires, idées, opinions, et actualités sur ce que vous trouvez intéressant »2. C’est d’ailleurs ce que constatent Flavien Bouillot et al. : « Twitter is a [ …] system for sharing information where users can either follow other users who post short messages or to be followed » (2012 : 1).

19Pour le Parti québécois, l’interaction demeure une fonction importante. Près de 50 % des tweets émis renferment l’une des caractéristiques de la fonction interactive, que ce soit un retweet, une mention ou une réponse. Quelques minutes avant les deux débats des chefs qui ont eu lieu à deux semaines du jour du scrutin, le compte @partiquebecois a animé un jeu-questionnaire sur Twitter en posant des questions sur des faits et anecdotes politiques aux internautes en y insérant des hashtags. Cela constitue une forme d’interaction qui se classe dans un usage de distraction et de divertissement. En ce qui concerne l’interaction dans les tweets du Parti libéral, on remarque que la majorité des retweets et des mentions se font à l’intérieur même des membres du parti, par exemple, entre comptes de différents députés. À la lumière de ces derniers apports, nous pouvons bel et bien affirmer qu’au Québec, les usages restent encore majoritairement informationnels, mais qu’ils tendent vers plus d’interactivité avec un score très élevé, particulièrement au Parti québécois.

Cas de la France

20En examinant les statistiques et les données recueillies à partir des comptes Twitter officiels de Hollande et Sarkozy, on remarque que la démarche informationnelle l’emporte (à plus de 90 %) sur toutes les autres catégories. Les autres fonctions sont très peu utilisées et sont même marginalisées. Mais lorsqu’on se penche davantage sur ces résultats, spécialement à la lecture des tweets des deux candidats, on observe qu’il y a très peu d’information exclusive à Twitter et qu’il s’agit plutôt de citations des candidats lors de leurs différentes apparitions publiques. En analysant de manière plus approfondie les tweets de la catégorie de l’information chez Sarkozy, par exemple, on s’aperçoit que sur les 892 micromessages informationnels postés, 682 sont de simples citations caractérisées par l’utilisation de guillemets et de hashtags.

21Pour Hollande, les résultats sont quasiment similaires (420 citations sur 470 micromessages informationnels), à cela près qu’il ne recourt pas aux guillemets dans les citations. Il ressort de cette analyse croisée qu’en France, une grande importance est encore accordée au Web 1.0. En conséquence, la campagne électorale en ligne était strictement basée sur l’ancien modèle, un modèle médiatique traditionnel, où les potentialités du Web 2.0 sont encore largement inexploitées. En ce qui concerne le Québec, les utilisateurs de Twitter qui suivent la politique seraient des internautes plus politisés, sophistiqués, technophiles, mais aussi plus jeunes. D’ailleurs, le choix des deux partis de communiquer de façon importante au sujet de la jeunesse et de l’éducation n’est pas innocent. Les leaders d’opinion — au premier chef les journalistes — formeraient une catégorie très importante d’utilisateurs de Twitter qui serait associée à une sphère d’activité plus professionnelle, alors que Facebook, par exemple, s’inscrirait plutôt dans une sphère personnelle. En outre, Twitter et les médias socionumériques peuvent constituer un nouvel outil dans le but de convaincre les gens — et plus particulièrement les jeunes — d’aller voter. Dans le cas de la campagne présidentielle française, il en ressort que les principaux utilisateurs de Twitter dans un cadre politique sont essentiellement des professionnels de la communication, soit des politiques, des militants ou des journalistes qui y sont très nombreux. Grâce à Twitter, des ripostes parties ont été organisées dans le but de mobiliser le plus de sympathisants possible, pour ensuite en faire un événement médiatique qui mettrait en valeur le candidat. Le Parti socialiste a été le premier parti politique à le faire durant la campagne, mais l’Union pour un Mouvement populaire lui a vite emboîté le pas. L’idée était de rassembler dans un même lieu des internautes et des militants au moment des apparitions publiques de Hollande ou de Sarkozy, de les faire tweeter et de les faire participer au débat. Le but de cette manifestation est de faire sortir plus de micromessages et plus de hashtags que le candidat adverse, pour arriver en premier. Le principal objectif avoué est la mobilisation pour un candidat, mais elle est évidemment aussi celle d’une médiatisation, de montrer l’engouement populaire provoqué. Twitter a également été utilisé par les deux candidats pour effectuer une veille stratégique et surveiller l’opinion publique dans une certaine mesure, car l’opinion politique sur Twitter est souvent biaisée par le nombre de tweets de militants qui ne représentent pas nécessairement l’opinion publique hors ligne.

22Au Québec, la crise étudiante ayant précédé les élections a fait en sorte que Twitter a été utilisé de façon plus interactive pour pouvoir convaincre les jeunes de voter. Du côté français, il est possible d’affirmer que Twitter a constitué un important outil de médiatisation de la campagne grâce à l’implication des militants et à leurs actions menées sur le site de microblogage.

Conclusion

23En conclusion, si les moyens de communication se transforment au gré des changements de la société, alors Internet a incontestablement constitué une révolution dans le champ de la communication politique. En période électorale, ce nouvel outil s’avère stratégique, car il s’ajoute à l’arsenal de moyens mis en place pour joindre un électorat, établi en fonction du marketing politique que Philippe Maarek a défini comme « une démarche globale de conception, de rationalisation et d’accomplissement de la communication politique moderne » (2007 : 3).

24Mais puisqu’Internet est en constante évolution, les hommes et les femmes politiques sont contraints de s’adapter à ces changements. Plusieurs ont vu dans les médias socionumériques et un Web 2.0 plus interactif une façon de répondre aux besoins de leur campagne, mais aussi un moyen de mobiliser les électeurs et d’interagir avec eux, bref de revitaliser la sphère politique. Mais force est de constater que les potentialités offertes par Twitter ne sont que partiellement utilisées.

25Les usages qui en sont faits dans les deux pays sont essentiellement informationnels, même si au Québec, les politiques tendent vers une démarche de plus en plus dialogique. L’influence de Twitter sur la communication politique est difficilement quantifiable, mais elle demeure non négligeable. Twitter est un outil innovant — parmi tant d’autres — qui vient s’inscrire au sein d’une stratégie globale de communication des partis politiques et de leurs représentants.

26Nul doute qu’il laissera tôt ou tard sa place à d’autres dispositifs sociotechniques d’information et de communication qui s’imposeront aux hommes politiques et leur ouvriront de nouvelles perspectives.

Haut de page

Bibliographie

ARTERTON, F. Christopher (2000), « La technique est-elle au service de la démocratie ? », Hermès, « Démocratie locale.fr » (numéro coordonné par Éric Maigret et Laurence Monnoyer-Smith), 26-27 : 115-127.

BEKAFIGO, M. et A. MCBRIDE, (2012), Political Participation of Twitter Users During the 2011 Gubernatorial Elections, APSA 2012 Annual Meeting Paper.

BOUILLOT F. et al. (2012), « Presidential election 2012 : How French politicians tweet ? ». [En ligne]. http://hal-lirmm.ccsd.cnrs.fr/lirmm-00688651. Page consultée le 5 octobre 2013.

GERSTLÉ, J. (2012), La communication politique, Paris, Armand Colin.

KOUTROUBAS, Theodoros et Marc LITS (2011), Communication politique et lobbying, Bruxelles, De Boeck, Coll. « INFO & COMMUNICATION ».

MAAREK, P. (2007), Communication et marketing de l’homme politique, Paris, Éditions Lexis Nexis, Coll. « Carré droit ».

MAIGRET, Éric et Laurence MONNOYER-SMITH (dir.) (2000), Hermès, « Démocratie locale.fr » (numéro coordonné par Éric Maigret et Laurence Monnoyer-Smith), 26-27.

PAILLART, Isabelle (2000), « Les enjeux locaux de la démocratie électronique », Hermès, « Démocratie locale.fr » (numéro coordonné par Éric Maigret et Laurence Monnoyer-Smith), 26-27 : 129-141.

SMALL, Tamara (2010), « La politique canadienne en 140 caractères : la vie des partis dans l’univers Twitter », Revue parlementaire canadienne, automne, 33(3) : 45-49.

Haut de page

Notes

1 À l’exception notable du projet de recherche franco-québécois www.enpolitique.com qui propose une étude comparative du Web politique dans le cadre des élections présidentielle et législatives françaises de 2012 et des élections législatives québécoises. Ce projet est dirigé par Thierry Giasson, professeur agrégé au Département d’information et de communication de l’Université Laval, et Fabienne Greffet, maître de conférences en science politique à l’Université de Lorraine.

2 TWITTER, https://twitter.com/about. Page consultée le 11 juin 2013

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Grille d’analyse
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5001/img-1.png
Fichier image/png, 94k
Titre Tableau 2. Principales données sur les comptes Twitter de Nicolas Sarkozy et François Hollande
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5001/img-2.png
Fichier image/png, 113k
Titre Tableau 3. Principales données sur les comptes Twitter du Parti québécois et du Parti libéral du Québec
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5001/img-3.png
Fichier image/png, 119k
Titre Tableau 4. Nombre de micromessages émis par Nicolas Sarkozy et François Hollande par catégories
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5001/img-4.png
Fichier image/png, 45k
Titre Diagramme 1. Pourcentage du nombre total de micromessages par catégories pour chaque candidat
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5001/img-5.png
Fichier image/png, 61k
Titre Tableau 4. Nombre de micromessages émis par le Parti québécois et le Parti libéral par catégories
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5001/img-6.png
Fichier image/png, 49k
Titre Diagramme 2. Pourcentage du nombre total de micromessages par catégories pour chaque parti
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5001/img-7.png
Fichier image/png, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries et Cassandra Poirier, « Une communication politique 2.0 », Communication [En ligne], Vol. 32/2 | 2013, mis en ligne le 05 avril 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5001 ; DOI : 10.4000/communication.5001

Haut de page

Auteurs

Alexandre Eyries

Alexandre Eyries est membre du Laboratoire I3M à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Courriel : alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Cassandra Poirier

Cassandra Poirier est titulaire d’un master en sciences de l’information et de la communication et étudiante à l’Institut d’administration des entreprises de l’Université de Nice en Master 2 Management : spécialité communication organisationnelle. Courriel : poirier.cassandra@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org