Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre BEYLOT, Le récit audiovisuel

Paris, Armand Colin, Coll. « Cinéma », 2005
Philippe Viallon
p. 233-234
Référence(s) :

Pierre BEYLOT (2005), Le récit audiovisuel, Paris, Armand Colin, Coll. « Cinéma ».

Texte intégral

1Comme le souligne l’auteur dans son introduction, cet ouvrage a une ambition pédagogique, celle de faire la synthèse des recherches sur le récit dans ses différentes formes audiovisuelles. La tâche n’est pas facile pour plusieurs raisons : d’abord, de nombreux théoriciens se sont lancés dans l’aventure de définir ce qu’est le récit (Propp, Greimas, Metz, Genette, Ricœur, pour n’en citer que quelques-uns). Leurs textes ne sont pas toujours d’un abord facile, de par leur haut degré de théorisation ; derrière des mots identiques se cachent aussi des concepts différents, rarement compatibles d’un auteur à l’autre. Ils peuvent même évoluer chez un même auteur. Ensuite, Beylot a l’ambition de ne pas se restreindre au cinéma « classique » en traitant également les séries télévisuelles : films d’auteur, sujets nobles par excellence, et séries commerciales, souvent dénigrées, sont analysés avec les mêmes outils et dans une même perspective. Enfin, il ne craint pas de mélanger les approches théoriques empruntant tour à tour à la sémiologie, la narratologie, la sociologie de la réception ou, pour parler en termes franco-français, aux arts du spectacle et aux sciences de l’information-communication.

2L’ouvrage commence par une présentation du récit comme dispositif de médiation et cherche à donner une définition et des limites au concept. Bien entendu, l’exercice vise à expliciter les liens étroits qu’entretiennent récit et narrativité, récit et agents selon les critères de transformation ou de succession évoqués par Todorov et Gaudreault. Le problème de la « narrativité inhérente » des images est également traité. Suit une analyse de la mise en intrigue, notamment de son élément essentiel, l’ordre causal, qui donne l’intelligibilité et la cohérence aux récits classiques. La remise en question de ce modèle se produit à deux niveaux : celui du personnage qui, comme le souligne Deleuze, devient « une sorte de spectateur [qui] enregistre plus qu’il ne réagit » et celui du récit lui-même qui abandonne souvent dans la modernité la causalité pour des structures plus complexes. À côté et dans le récit, la sérialité est à l’œuvre, aussi bien au cinéma qu’à la télévision, sous des formes variées – feuilletons, séries et de nombreuses formes hybrides –, comme cela est montré à partir d’exemples français et américains.

3Bien entendu, l’ouvrage ne peut éviter la double question du narrateur/auteur et de l’œuvre. Pour le narrateur, à la conception impersonnelle de l’énonciation de Metz, Beylot oppose celle de Casetti, plus pragmatique, qui met en avant la fonction déictique et ouvre ainsi la voie à une vision encore plus ouverte, celle d’une responsabilité narrative partagée. Pour le second, c’est l’idée d’une construction sociale au niveau de la personnalité médiatique, de l’artiste, du professionnel, d’une présence aléatoire et du narrateur qui est suggérée avec bonheur. L’œuvre, pour sa part, est considérée, de manière plus traditionnelle, dans sa double dimension à la fois d’éléments qui font penser à une création artistique et de réseaux sociaux qui la reconnaissent comme telle.

4Suit logiquement la question des mondes créés par la fiction : avec des expressions chères à Noël Nel – régime de croyance, régime de vraisemblance et régime de lisibilité –, Beylot montre que l’hybridation est, là encore, la règle : fictionnel et factuel s’entremêlent aussi bien dans le cinéma que dans les séries. Pour la temporalité, il reprend les concepts habituels de multiplicité des sphères temporelles développées par les esthétiques du cinéma. Plus originale est son analyse de la construction du point de vue avec, notamment, sa dissociation du regard et de l’écoute dans le point de vue subjectif et la cohabitation de la transparence et de l’opacité dans le point de vue externe. Dans un dernier chapitre enfin, la construction du personnage, qui est étroitement liée à celle du point de vue, est développée au sein du triptyque personnage-acteur-spectateur, configuration alimentée par les mythes et les stéréotypes.

5En résumé, c’est un beau panorama de la théorie complexe du récit audiovisuel que propose Pierre Beylot. L’ouvrage a, comme annoncé, une dimension pédagogique évidente, renforcée par un index qui sera fort utile aux étudiants ; il offre également un apport théorique certain, dû à ce parti pris de traiter ensemble différentes formes de récits médiatiques et d’intégrer des résultats issus de la recherche dans d’autres domaines comme celui de la réception.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Viallon, « Pierre BEYLOT, Le récit audiovisuel », Communication, Vol. 26/2 | 2008, 233-234.

Référence électronique

Philippe Viallon, « Pierre BEYLOT, Le récit audiovisuel », Communication [En ligne], Vol. 26/2 | 2008, mis en ligne le 03 août 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/503

Haut de page

Auteur

Philippe Viallon

Master et école doctorale communication et médias, Faculté des sciences économiques et sociales, Université de Genève. Philippe.viallon@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org