Navigation – Plan du site
Articles

Les usages et les valeurs des biographies de sportifs de haut niveau comme matériaux d’enquête

Le sociologue et la seconde main
Hugo Juskowiak et Williams Nuytens

Résumés

Les auteurs soulèvent la question des renseignements que le chercheur peut tirer de matériaux de seconde main après les avoir combinés à des données plus certifiées. Dans une perspective méthodologique, l’exercice de la démonstration s’appuie sur un ensemble de 21 biographies de footballeurs choisis en raison de leur médiatisation, sur un corpus de 90 entretiens réalisés auprès d’éducateurs et de jeunes joueurs en situation de pré-contractualisation ou de néo-contractualisation et, dans une moindre mesure, sur des travaux de référence principalement sociologiques et historiques.

Haut de page

Texte intégral

1Est-ce utile lorsque l’on mène l’enquête auprès de femmes et d’hommes intouchables de travailler les mises en scène présentes dans les biographies commercialisées ? Est-ce là un moyen efficace de contourner l’obstacle de l’inaccessibilité ? Les réponses semblent évidentes si le chercheur étudie les représentations que ces personnalités se font de leurs actions, de leurs créations, de leurs parcours, de leurs images, de leurs admirateurs, de leurs mondes sociaux respectifs. Dans ces cas qui dessinent en partie un domaine de recherche spécialisé, la valeur des biographies découle de leur statut. Mais il n’est pas question de cela ici, car ces sources n’ont pas été étudiées pour ce qu’elles sont, mais plutôt pour ce qu’elles disent du monde auquel elles se rapportent. Voilà pourquoi elles ont été analysées entre autres à l’aide de matériaux de première main.

2L’origine du présent article remonte précisément aux premiers temps de préparation d’une recherche doctorale consacrée à la formation des footballeurs en France, de la prime adolescence jusqu’à l’obtention d’un premier contrat professionnel. Pour comprendre les processus de sélection et se familiariser avec un tel objet, une enquête exploratoire devait se dérouler auprès de joueurs professionnels. L’objectif consistait à repérer des singularités et des régularités dans les parcours, à examiner des cas exemplaires de réussite ou d’échec, à rendre l’exceptionnel plus ordinaire. Or l’accès au plus haut niveau d’un sport aussi médiatisé que le football demeure quasiment impossible. C’est pour contourner cet obstacle que le recours aux biographies commercialisées de professionnels s’est présenté avant d’entamer des enquêtes de terrain, précisément dans des centres et des instances territoriales de formation où se trouvent de futurs élus. Il s’agissait en quelque sorte de préparer l’épreuve du terrain empirique, de mettre en place une stratégie de recherche impliquant un travail d’« analyse secondaire » comme la nommait Raymond Boudon (1971 : 49). Mais peut-on objectiver le sport de haut niveau en utilisant des biographies commercialisées de « champions » ? Il n’est pas question ici de défendre l’usage exclusif de données qui n’ont pas pour objectif la recherche, ni d’en montrer la fiabilité au détriment d’entretiens dont l’enquêteur devrait se méfier, ni même au contraire de montrer que les données consignées dans des biographies commercialisées ne valent rien. Notre propos porte plutôt la question de l’intérêt que le chercheur peut tirer de ces matériaux après les avoir combinés à des données plus certifiées, qu’elles soient extraites de travaux universitaires ou recueillies par le chercheur lui-même. Mais peut-on catégoriser la fabrication de personnages intouchables en agissant de la sorte ?

3Si la possibilité d’un tel profit ouvre des perspectives méthodologiques notamment pour les chercheurs qui travaillent d’autres « intouchables » (par exemple, des stars de la télévision, du cinéma, de la presse populaire), elle reste soumise à l’exercice de la démonstration. Celle-ci s’appuie sur un ensemble de 21 biographies (dont on trouvera le précis en annexe) de joueurs choisis en raison de leur médiatisation, sur un corpus de 90 entretiens réalisés auprès de jeunes joueurs en situation de pré-contractualisation ou de néo-contractualisation et d’éducateurs, sur des travaux de référence principalement sociologiques et historiques dans une moindre mesure. Cet aperçu du protocole ne doit cependant pas cacher quelques biais qui autorisent une certaine vigilance. Tout d’abord, si le corpus de biographies renvoie à des joueurs à l’échelon international, quelques cas se distinguent eu égard à leur considérable médiatisation (Zinédine Zidane, par exemple) ou en raison de leur place différenciée dans l’histoire du football (Raymond Kopa n’est pas un contemporain de Robert Pirès). Cela a son importance sur le plan des représentations figurant dans les biographies qui, en outre, n’ont pas toutes été publiées par les mêmes éditeurs et simultanément (même si deux textes ont été travaillés s’agissant de Kopa, l’un datant de 1958 et l’autre de 2006). Ensuite, et c’est sans doute l’un des problèmes majeurs ici, l’échantillon des jeunes joueurs interrogés se distingue là encore nettement de celui des « biographiés ». On peine à comparer en effet des individus hautement médiatisés, avancés dans la carrière, chevronnés et réputés avec des néo-titulaires d’un contrat professionnel. Le bon sens voudrait que ces biais empêchent l’analyse et, du coup, interdisent d’espérer une quelconque catégorisation sociologique à propos de la fabrication de personnalités intouchables (d’autant que le présent article fait surtout mention du cas des footballeurs mis à part celui de quelques danseurs).

4C’est donc par souci de vigilance qu’on commencera par examiner le caractère incertain de cette forme de « littérature » que représente la biographie de sportifs, et par illustrer le discrédit discutable qu’induit son usage. Après avoir repéré quelques-uns des chausse-trapes qui cerclent l’usage aventureux des biographies comme matériaux d’enquête, on procédera à l’analyse des deux conditions qui l’objectivent. La première consiste à clarifier les données des biographies sélectionnées et à préciser les modes de contrôle de leur contenu ; la seconde conduit à compléter ces perceptions pratiques avec des renseignements tirés d’enquêtes personnelles et de travaux de référence. En établissant ces deux conditions et en les respectant, on pourra terminer le présent article par une discussion de nature méthodologique. Certes, il n’y a rien de neuf à vouloir montrer l’intérêt des documents de seconde main comme ceux qui se trouvent en abondance dans Le paysan polonais (Thomas et Znaniecki, 1918-1920/1998). On peut rappeler cependant, à partir de cette œuvre et à dessein, comment des questions déjà anciennes finissent par aboutir à des réponses ignorées (Chapoulie, 2001). Il apparaît en revanche peut-être plus heuristique de montrer dans quelle mesure l’usage d’une source de seconde main, faite de matériaux souvent critiqués, voire ignorés par les sociologues, peut rendre l’enquêteur plus adroit ou plus maladroit quand il attaque le terrain empirique.

De « mauvais » matériaux ?

  • 1 La part des biographies de sportifs est infime dans les 600 000 titres disponibles et commercialisé (...)
  • 2 Alexis Trémoulinas (2008) ayant rappelé ce « classement » attribuant l’avant-dernière place à la so (...)

5Gérard Mauger (1994) a précisément développé l’obligation de mettre à distance le discrédit scientifique qu’induit l’usage de textes « littéraires » à des fins de connaissance. On est en droit de s’en inspirer, car le terrain des « autobiographies littéraires d’en bas » porte la plupart des stigmates qui peuvent être associés aux documents discutés ici, notamment l’ensemble des caractéristiques créant les illusions référentielle et biographique. En quelque sorte, ces sources ne disent rien de valable sociologiquement puisqu’elles confondent narration du réel, réel effectivement vécu, représentations et actions concrètes. Cela s’intensifie lorsque le chercheur s’appuie sur de l’information qu’il n’a pas directement collectée. Moins contrôlée et donc potentiellement moins certifiée, elle change de statut pour devenir une proposition toujours plus éloignée du réel. Pourtant, la valeur de tels matériaux a donné lieu à des études sociologiques remarquables. On peut songer à l’analyse de la critique du capitalisme faite à partir de manuels, voire d’essais techniques de management (Boltanski et Chiapello, 1999/2002), ou à l’enquête consacrée aux séparations de couples fabriquée à partir des archives de tribunaux (Théry, 1993). Dans le cas de documents médiatiques et artistiques, les travaux de Luc Boltanski (1975) sur la bande dessinée, de Georges Friedmann et Edgar Morin (1952) sur le cinéma, de Pierre Francastel (1951/1994) sur la peinture, de Luc Boltanski et Pierre Bourdieu (1974) sur la photographie ou encore d’Anne-Marie Green (1998) sur la musique font date eux aussi. Mais ces différents exemples ne prennent pas appui sur des productions littéraires, sans doute à cause de ce qu’elles contiennent des tensions entre objectivisme et subjectivisme (Clot, 1989). Il y a plus s’agissant des biographies examinées ici. Premièrement, elles composent un « genre » qui se distingue par sa confidentialité et sa relative médiocrité1. Deuxièmement, elles se rapportent au sport, c’est-à-dire à une culture de masse prétendument illégitime et à un domaine déclassé de la sociologie2. Troisièmement, en concernant exactement le monde du football, ces sources s’adjugent tout ou partie des tares qu’on lui associe volontiers (financiarisations, affairisme, spectacularisation, médiatisation outrancière…). Enfin, leur commercialisation termine de les discréditer, la faim des gains dominant une fin de connaissances. Du coup, l’utilisation de la biographie commercialisée comme support de travail ne ferait, la plupart du temps, pas « sérieux ». On prend effectivement un risque en évoquant ce recours. Tout se passe comme si les autres techniques de recherche utilisées pour théoriser une énigme disparaissaient pour le lecteur critique : on devient un sociologue peu rigoureux utilisant un mauvais outil. Dès lors, peut-on faire confiance à un tel type de matériaux ? Quelle est la légitimité des offres de sens qu’ils contiennent ? En contiennent-ils ? Ces interrogations se poseraient sensiblement dans les mêmes termes si l’étude portait sur les comédiens, les artistes, les peoples, les stars du petit écran ou les hauts fonctionnaires : quel statut pourrions-nous accorder à leurs biographies, si aisément accessibles, alors que dans le même temps, ceux-là restent extrêmement difficiles à approcher dans le cadre de la mise en place d’entretiens ? Rompre l’obstacle de l’inaccessibilité en utilisant les biographies, qu’elles soient commercialisées ou non, amène l’enquêteur dans un face-à-face virtuel où la responsabilité et donc la subjectivité de l’acteur sont éloignées de la mise en forme des parcours : des biais s’imposent donc. Le premier touche la difficile unification au sein d’un seul ouvrage des différentes facettes du moi. Cette difficulté se retrouve par exemple dans la biographie de la danseuse Isadora Duncan, pour qui la variété des images qu’ont de nous les personnes que nous côtoyons dans différentes sphères sociales, rend problématique l’écriture de la vérité sur soi (Duncan, 1932). Cet éparpillement entre les contextes à un moment précis d’une vie existe également dans une dimension temporelle. Philippe Lejeune se félicite ainsi d’avoir tenu des journaux intimes aux différentes époques de sa vie qui lui permettront, le moment venu, de mettre en cohérence les différentes facettes de sa personnalité qui s’y sont exprimées (Lejeune, 1997). Le récit de vie demande pourtant une synthèse de ces différentes facettes, mais aussi l’adoption d’une posture d’enquête qui permet de repérer les corrections qu’opère le narrateur (Faure, 2003). La plupart des écrits scientifiques confirment d’ailleurs la récurrence de cette vision totalisante que peut générer le genre biographique ou autobiographique (Olney, 1998 ; Bertaux, 2005 ; Audin, 2008). Le deuxième biais concernerait davantage une forme de travestissement de la réalité. Des procédures que Geneviève Pruvost (2008) nomme « lissage » et « héroïsation ». Pour être à la fois plus proches de leur lectorat tout en s’en dégageant, les joueurs de football mettraient en œuvre les mêmes procédures que les policiers interrogés par l’auteure : sans cesse sous le feu des projecteurs, les footballeurs auraient intérêt à taire certains passages de leur existence et à en magnifier d’autres. Bref, l’approche de cette catégorie d’acteurs par la biographie implique d’opérer un travail de contrôle qui, en outre, doit intégrer d’autres tendances observées dans les propositions discursives. On pense notamment à l’exagération des rationalités et des contingences (Grossetti, 2006) ou aux effets pervers d’une héroïsation inscrite dans les récits (Truc, 2005).

6Il faut toutefois courir le risque d’affronter ces biais quand l’enquêteur n’appartient pas au domaine qu’il cherche à objectiver, quand il ne dispose pas des ressources (le temps, un capital d’autochtonie…) pour le pénétrer provisoirement et occasionnellement. C’est par exemple sans doute ce qui explique les nombreux recours aux documents de seconde main qu’opère Stéphane Beaud (2011) dans son travail consacré aux joueurs de l’équipe nationale française de football. En plus d’exploiter en effet des données issues de la presse spécialisée (L’Équipe, So foot) et des sites, voire des blogues de supporters, Beaud a bâti son interprétation de la grève des joueurs lors de la dernière Coupe du monde de football à partir d’une vingtaine de biographies commercialisées. Quels enseignements peut-on tirer de cet usage ? En plus d’expliquer la « grève des bleus » à partir de causes conjoncturelles (l’état délétère des relations entre la presse et le sélectionneur, entre le sélectionneur et ses joueurs et parfois entre les joueurs eux-mêmes…), Beaud parvient à extraire des biographies de quoi renseigner les parcours des élites du football français. Il met également en évidence des manières particulières de se raconter dans certains de ces ouvrages — par exemple, le recours constant à la valeur « travail » dans la biographie d’Aimé Jacquet. Il repère enfin des causes structurelles de la grève : le changement du recrutement social des footballeurs ou encore l’internationalisation et la précocité des carrières de joueurs dans un football en pleine mondialisation. En recoupant ses sources (pour la plupart de seconde main) et en repérant les incohérences produites par les journalistes dans les données biographiques, l’auteur emploie des ficelles que renforce sa connaissance des milieux sociaux proches du monde des professionnels du ballon rond. D’une certaine façon, Beaud présente un travail interprétatif fondé sur une posture déductive et basé sur la découverte de phénomènes structurels. Mais en quoi cette grève, soit une manifestation de l’imprévisibilité et une illustration de l’exceptionnel, est-elle le produit de mécanismes structurels ? Certes, ce travail établit des correspondances et poursuit l’objectif de lancer des pistes, mais la nature de ses sources documentaires ainsi que sa démarche les brouillent en quelque sorte. On reste effectivement dans l’impasse quant à la portée de l’usage des biographies ici, surtout parce que l’entreprise de l’auteur vise à proposer une sociologie d’un fait divers à partir de phénomènes structurels. Par conséquent, et l’ouvrage le montre, l’enquêteur qui se contenterait de documents de seconde main et en l’occurrence de biographies commercialisées, peut se trouver pris au piège de l’échelle qu’elles induisent sans être en mesure de les faire dialoguer avec d’autres : on aurait vraiment souhaité que Traître à la nation propose de quoi relativiser un parti pris théorique (un phénomène imprévu et surmédiatisé renvoie à des régularités structurelles). Après tout, il reste probable que « la grève des bleus » se réduise à un fait accidentel éloigné de phénomènes structurels ; évidemment, une telle éventualité ne se poserait pas dans les mêmes termes si le fait étudié devait se dérouler plus régulièrement. Aussi est-il recevable de penser qu’un usage exclusif des biographies commercialisées, voire des matériaux de seconde main, empêche une réorientation des questionnements, et donc la production à des fins de connaissance. Soit le chercheur perd la main, soit il se trouve dans l’obligation de la reprendre, mais il doit pour cela éviter de recourir encore à des matériaux incertains ou les analyser pour ce qu’ils sont. En conséquence, la valeur de cette posture implique d’objectiver ce que sont les biographies retenues ici, de préciser les modes de contrôle de leur contenu avant de proposer une comparaison avec des données issues d’enquêtes de terrain.

La catégorisation et les modalités de contrôle des contenus

  • 3 Il faut noter tout de même une première autobiographie de Kopa en 1958 : Raymond Kopa - Mes matches (...)

7On ne reviendra pas dans le détail sur la construction sociohistorique de la posture biographique ou autobiographique (Aron et Preyat, 2008). De manière générale, il faut retenir que « l’ensemble des genres donnant des récits de vie » (Miraux, 1996) trouve son origine dans l’Antiquité. Le genre évolue avec la tradition chrétienne en accentuant une certaine « culture du regard sur soi » (Lejeune, 1971). Ce sont ensuite l’humanisme, les lumières et le romantisme qui font évoluer les productions dans leurs formes, dans leurs contenus et dans leur représentativité auprès de la population. Il est difficile de dater avec précision les premières apparitions du genre biographique en ce qui concerne la pratique footballistique (qui témoignerait de l’origine de son exploitation dans les travaux scientifiques touchant le sport). Alfred Wahl (Wahl et Lanfranchi, 1995) fait référence aux Souvenirs d’Henry Monier, mémoire manuscrite datant du début du XXe siècle et relative à l’implantation du football dans la région nîmoise. Quelques récits biographiques sont présents par la suite dans les revues d’information sportive comme Le Miroir des sports, mais ne constituent pas des ouvrages de référence en tant que tels. Il faut attendre l’officialisation de la professionnalisation du football en 1932 pour assister au développement du récit de vie dans le football. Ainsi, les ouvrages de Jacques Mairesse (1933) ou d’Emmanuel Gambardella (Gambardella et Perpère, 1951) représentent les premières biographies de l’ère professionnelle. Le récit de vie dans le football se développe ensuite lentement des années 1940 aux années 19803 et explose dans les années 1990 où quasiment tous les membres de l’équipe de France de football (de 1998, par exemple) proposent une ou plusieurs contributions biographiques. La réflexion s’appuie ici en partie sur celles-ci pour un corpus composé d’une vingtaine de biographies. Trois types peuvent être distingués en fonction des modalités de fabrication. Il y a tout d’abord les footballeurs qui auraient rédigé eux-mêmes les parcours (Marcel Desailly, Bixente Lizarazu, Just Fontaine et Lilian Thuram). Puis ceux qui auraient délégué la production à un auteur (Nicolas Anelka, Didier Deschamps, Thierry Henry et Zinédine Zidane (dans les ouvrages de Labrunie, Fort et Philippe). Le dernier type concerne ceux qui auraient participé à l’élaboration des mises en récit (Robert Pirès, Youri Djorkaëff, Christophe Dugarry, Raymond Kopa, Michel Platini, Dominique Rocheteau et Zinédine Zidane (dans l’ouvrage de Dan Franck)). À la lecture, on réalise combien le problème de la certification des données empêche l’enquêteur d’attribuer à ces sources le statut de datas à part entière. Le contrôle de ce matériau a d’abord nécessité de travailler ces textes dans leurs « conditions sociales de production » ainsi que dans « leur régime de discursivité propre » (Lahire, 1999), à la manière de Sylvia Faure (2003) à propos des biographies de danseurs. Autrement dit, l’analyse a suivi un double principe « d’engagement » et de « distanciation » (Elias, 1983/1998). Engagement dans chaque biographie, en s’y immergeant pleinement et en tentant de se laisser pénétrer par ce que l’auteur voulait bien confier. Mais, dans le même temps, distanciation par rapport au texte étudié pour le resituer parmi les autres ouvrages constituant le corpus d’analyse et les travaux sur la socialisation sportive.

8Cette manière de faire articulant logiques de singularité et de transversalité ressemble, à bien des égards, au travail qu’implique le suivi d’une méthode biographique par entretiens (Péneff, 1994), c’est-à-dire le recensement de renseignements factuels et de réflexions sur des événements précis, la tenue d’un cadre simple comme peut l’être le code chronologique et l’accumulation de témoignages comparables, parallèles. C’est ce qui explique la constitution d’un corpus composé de 20 biographies de footballeurs, complété par la lecture de quelques récits de danseurs et de chorégraphes (Béjart, 1979 ; Duncan, 1932 ; Balanchine, 1969) et de plusieurs autres cas voisins. Ainsi, au total, trois grilles d’analyse ont été élaborées, et chacune représente un outil de contrôle des contenus. La première, calendaire et factuelle, recense pour chaque biographie un ensemble de faits, de dates, de chiffres, de palmarès aisément objectivables. Elle a été systématiquement confrontée à des notices bibliographiques construites à partir de données journalistiques et de travaux historiques sur le football pour vérifier les propos. Commune à tous les ouvrages, la deuxième grille recense l’ensemble des facteurs explicatifs mobilisés dans la réussite d’une carrière. Les données avancées par les footballeurs dans leurs biographies ont alors été systématiquement confrontées aux données de travaux sociologiques consacrés à la fabrication des artistes (Sorignet, 2004 ; Faure, 2003 ; Menger, 2003 ; Mauger, 2006), des sportifs en général (Papin, 2000 ; Lefèvre, 2006 ; Le Mancq, 2006 ; Schotté, 2002) et des footballeurs en particulier (Faure et Suaud, 1999 ; Slimani, 2000 ; Demazière et Csakavary, 2002 ; Bertrand, 2008 ; Roderick, 2006). Une telle grille correspond à l’objectif de connaissance des structures locales et globales de socialisation, second outil de contrôle du matériau biographique. La troisième grille de lecture, propre à chaque ouvrage, détaille l’agencement des différents facteurs relevés, leur importance, leur « poids », et leur modalité de présentation dans le déroulement de la carrière. Elle est en partie bâtie sur le « quadruple prisme » précisé par Mauger (1994), c’est-à-dire la prise en considération de la langue, du champ, du lecteur supposé et de l’auteur.

  • 4 Ce terrain a été réalisé dans la région française la plus septentrionale. Le Nord-Pas-de-Calais com (...)

9Comparée à un ensemble de connaissances scientifiques moins spécialisées, l’articulation des trois grilles d’analyse systématise les singularités et catégorise finalement le corpus des biographies. Elle permet en effet un recoupement des données de parcours, la reconstitution des processus d’accès au plus haut niveau, une classification et un agencement de leurs facteurs discriminants. Mais il manque encore cette « bonne connaissance de l’époque et du milieu évoqués » (Péneff, 1994) pour faire de ces grilles des instruments de contrôle adaptés. C’est ici qu’intervient l’usage d’éléments issus d’enquêtes de terrain. Il s’agit précisément de 90 entretiens réalisés auprès d’éducateurs et de joueurs, et d’observations in situ effectuées au cours d’une année dans 4 structures de formation au métier de footballeur4. Bien sûr, on pourrait soumettre ce lot d’information aux critiques formulées à l’encontre des biographies commercialisées, la première main ne garantissant pas une certification automatique. En un sens et pour paraphraser Gérôme Truc citant Paul Ricœur (Truc, 2005), personne n’est capable d’objectiver le sens des actions individuelles puisque leur seul auteur, c’est Dieu. On peut, au mieux, préciser qu’une posture inductive combinant un croisement des sources, des techniques de recherche et des offres discursives a limité le subjectivisme. Mais comment apparaît justement celui-ci dans le corpus des biographies retenues ? Comment qualifier ce que ces biographies apportent à propos de la formation au métier de footballeur ? Et que devient tout cela quand on le soumet aux activités de contrôle précitées ?

De l’information dispersée à laquelle on peut se fier

10La biographie du footballeur exemplaire présente logiquement des récits d’expérience, des faits précis, des anecdotes. On y découvre de quoi s’approcher d’un monde inaccessible sauf à avoir été soi-même, par exemple, un ancien professionnel (François, 2007). Mais tout n’y concerne pas la seule histoire d’un individu puisque la biographie contient de nombreux renseignements sur le football en général et son histoire. La périodisation souvent reprise met en évidence trois temps forts : de l’immédiat après-guerre aux années 1960, des années 1960 aux années 1980 et enfin des années 1990 à nos jours. Cette découpe temporelle peut être justifiée sur un plan historique par un recours aux travaux d’Alfred Wahl et Pierre Lanfranchi (1995) qui analysent les évolutions économiques et sociales de la pratique à ces trois mêmes époques. Mais elle peut également se comprendre d’un point de vue sportif si l’on retient, comme le font la plupart des footballeurs servant de support à cette étude, les trois coupes du monde marquantes pour la France dans la seconde moitié du XXe siècle (1958, 1982 et 1998).

11Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la formation au métier de footballeur telle que nous la connaissons à l’heure actuelle n’existe pas. Les jeunes s’adonnent à ce que l’on nomme aujourd’hui encore une « pratique sauvage ». Kopa précise ainsi qu’il habite juste derrière un stade (Kopa et Burchkalter, 2006 : 19), comme pour rappeler qu’à cette époque, les acteurs industriels (des secteurs minier, sidérurgique et du textile) ont depuis longtemps mis à profit l’engouement pour le football en encourageant la pratique à l’aide de moyens matériels (Wahl et Lanfranchi, 1995 ; Mourat, 2006 ; Mourat et Dietschy, 2006). Le récit de Kopa, qui aurait pu paraître anecdotique au premier abord, renseigne justement la structuration du football au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ainsi que le parcours de la plupart de ses contemporains. Il en va de même en ce qui concerne le recrutement et le repérage des jeunes talents. Pendant la Seconde Guerre, « le recrutement avait revêtu un caractère moins aléatoire et empirique. Un mode de sélection assez sommaire encore a vu le jour : les sélections de jeunes ainsi que les concours du jeune footballeur » (Wahl et Lanfranchi, 1995 : 119). Ces données historiques sont clairement illustrées par le récit de Kopa quand il considère sa deuxième place au concours du jeune footballeur de 1949 comme un coup de pouce dans sa carrière (Kopa et Burchkalter, 2006 : 42). La période couvrant les vingt années suivantes se caractérise par un début de rationalisation du recrutement et de la formation au métier de footballeur. Il s’agit en quelque sorte de la substitution du football de formation à un football de recrutement. Si, pendant la période précédente, les moyens de recrutement restaient le volontariat, les relations et les détecteurs pendant que le jeune joueur arrivait dans un club professionnel vers l’âge de 19 ou 20 ans, un changement intervient après 1971 avec la mise en marche des centres de formation (Wahl et Lanfranchi, 1995). Bien que ceux-ci ne soient officialisés qu’avec la Charte de 1973, certains clubs avaient déjà modifié leur mode de recrutement et de fonctionnement. Même si ces structures n’en sont encore qu’à leurs balbutiements, c’est par elles que se fait de plus en plus l’entrée dans le monde professionnel. Les propos de Michel Platini illustrent cette réalité : « Mon premier contrat, [je l’]ai signé comme stagiaire dans l’arrière salle d’un petit bistrot, près du stade, pour trois cents francs par mois. C’était en juillet 1972. Le 21 juin, j’avais eu dix-sept ans » (Platini et Mahé, 1987 : 24). La biographie de Dominique Rocheteau confirme également les données de Wahl et Lanfranchi puisque son passage du club d’Étaules à celui de Saint-Étienne mis sur pied par Pierre Garonnaire et qui devait initialement déboucher sur un accord de non-sollicitation se solde en réalité par la signature, à 17 ans, d’un contrat de stagiaire professionnel et l’entrée au centre de formation de l’ASSE. De nouveau, le récit biographique parfois considéré comme anecdotique ou fantasmé semble renseigner justement l’organisation de la formation au métier de footballeur à une époque donnée. Cela demeure quand on se concentre sur la période la plus récente. Les biographies illustrent donc, ou détaillent, les données historiques déjà possédées. Après les années 1980, les centres de formation sont en place et presque tous les footballeurs victorieux de la Coupe du monde 1998 sont passés par l’une de ces structures : Zidane à Cannes, Desailly et Deschamps à Nantes, Thuram à Monaco, Dugarry et Lizarazu à Bordeaux, Pirès à Metz et Djorkaëff à Grenoble. Les futurs professionnels sont recrutés de plus en plus jeunes. Au début des années 1990 se mettent également en place des centres de préformation — sous l’égide des clubs ou de la Fédération — par lesquels sont passés, entre autres, Anelka ou Henry. Le rajeunissement de la formation semble alors à son paroxysme puisque les pratiquants sont repérés dès l’âge de 13 ans quand « seuls les plus solides moralement et physiquement émergent de ce que certains responsables de centres de formation appellent eux-mêmes l’enfer » (Wahl et Lanfranchi, 1995 : 244). Si Henry, à son entrée à l’Institut national de football de Clairefontaine, affirme vivre « sans problème la séparation du cocon familial » (Petitjean, 2005 : 39), il existe de nombreux indices dans sa biographie, tout comme dans celle d’Anelka, qui entrent en résonance avec les travaux de Didier Demazière (2002) et de Julien Bertrand (2008) quand ils évoquent la pression mise dans ces centres par les évaluations multiples et continues qui jalonnent le parcours de formation. Nos données valident cet aspect : 

Enquêteur : Tu te sens évalué [au centre de formation] ? Cédric : Tous les entraînements. Ouais, tout le temps, tout le temps. Entraînement, match, les matchs oui. Même à l’entraînement, je le ressens quoi. Et même une fois on avait eu un match, je ne sais plus contre qui, on avait une fiche d’auto-évaluation quoi. Et donc après ils ramassaient et bon je suppose qu’après chaque entraînement, ouais, après chaque match, ils ont leur petit rapport sur l’ordinateur, fin j’ai pas encore demandé, donc je saurai pas encore vous dire quoi mais voilà quoi. [Cédric, 16 ans, joueur en centre de formation]

Enquêteur : Tu te sens évalué [au centre de formation] ? Horace : Pff, c’est à longueur de, à tous les entraînements tu dois, tu dois te donner, tu dois montrer le meilleur mais bon… Enquêteur : Comment tu le vis ? Horace : Bah après tu gères, pff, je pense que y en a qui gèrent mieux que d’autres, y en a ils ont plus la pression que d’autres. Si c’est sûr. Bah après ça dépend le coach comment il est par rapport à toi… Enquêteur : Et toi, il est comment ? Horace : Non, ça se passe bien, il est fin, quand je fais mal il me gueule dessus, quand je fais bien il dit que c’est bien, non, ça va. [Horace, 17 ans, joueur en centre de formation]

12Les biographies des joueurs apportent des illustrations ou des compléments d’information sur l’état du football français à différentes époques. Même si les renseignements sont parfois donnés de manière anecdotique ou en ordre dispersé, le lecteur avisé (c’est-à-dire maîtrisant quelques références historiques) réalise que le genre des biographies commercialisées n’a rien d’une production fantaisiste uniquement destinée à satisfaire des fans de professionnels. Ces biographies proposent aussi des renseignements auxquels on peut se fier, le plus souvent dérivés de données disponibles et facilement objectivables sur lesquelles les joueurs en question ne portent pas d’avis. Et c’est bien parce qu’ils ne portent pas d’avis que l’on peut s’y fier : ces renseignements fixent un cadre de narration qui n’est jamais réinterprété. Il s’agit sans doute du seul domaine où les interrogations initiales sur le devenir footballeur et sur la représentation qu’en ont les joueurs peuvent être traitées de la même manière et fournir les mêmes réponses. Il en va autrement lorsqu’il est question des mécanismes mis en jeu dans la carrière de footballeur.

Un déroulement de carrière apparemment objectif

13La temporalité constitue sans doute la dimension immédiatement disponible dans une biographie. Elle renvoie à des événements de vie (naissance, mariage, décès) ou du temps sportif (victoire ou défaite en coupes, en championnats ou en matchs amicaux) insuffisants pour objectiver la réussite d’une carrière ; les clubs d’appartenance constituent ainsi un indice autrement plus classant surtout quand on les replace dans une perspective de parcours. Si les passages de Zidane de l’US Saint-Henri au SO Septèmes-les-Vallons puis à l’AS Cannes, ou celui de Kopa de l’US Nœux-les-Mines au SCO Angers puis au Stade de Reims peuvent apparaître tout autant anecdotiques que la succession des dates, ils illustrent en réalité un mécanisme progressif de sélection et d’élection au haut niveau. Des travaux (Bertrand, 2008) ainsi que nos matériaux montrent effectivement combien les sollicitations de clubs plus huppés influencent la mobilité sportive des joueurs : 

Enquêteur : Donc tu es passé capitaine cette année ? James : Bah, ouais, au début de cette année, là, je suis passé capitaine. Et pis, une autre marque là, parce que j’ai un contrat de trois ans. En fait, j’ai commencé le foot il y a deux ans, en région parisienne. J’ai fait un an en région parisienne, après, je me suis fait recruter à Lens. Enquêteur : Tu n’avais jamais touché un ballon avant tes quatorze ans ? James : Avant je faisais du basket le mercredi, à l’entraînement. En fait quand j’arrive, je suis titulaire tout de suite, mais pas capitaine. Mais déjà en fin d’année dernière, avec le coach du dessus, j’étais surclassé en quatorze ans alors que j’étais U13. Et là, je vais signer là, au mois de mars, un contrat aspirant. [James, 15 ans, joueur en centre de formation]

14Le second élément classant du devenir footballeur contenu en filigrane dans les biographies peut être mis au jour dès lors qu’on se penche sur les données quantitatives fournies par les joueurs ou leurs biographes. Les statistiques (nombre de buts, de passes, d’arrêts, temps de jeu, nombre de sélections) composent un argument de poids pour envisager la réussite éventuelle d’un joueur ; du point de vue du joueur mis en récit bien évidemment. Les buts marqués par Kopa, Zidane ou Platini dès leur première apparition en club ou en équipe de France, l’évolution progressive du temps de jeu de Desailly au FC Nantes, représentent des outils et, dans le même temps, des indicateurs d’une carrière que mettent également en avant nos premiers entretiens exploratoires.

15La troisième piste de réflexion est issue des travaux de Didier Demazière et Benoît Csakvary (2002) sur le football et de Charles Suaud (1978) sur la vocation qui mettent en évidence le rôle fondamental de certains « marqueurs » dans la trajectoire des joueurs. Les biographies de joueurs font justement écho à ces données scientifiques. Même sous des aspects de légèreté et de déroulement préétablis par le schéma narratif du genre biographique commercialisé, le surclassement, la présence sur la feuille de match, la titularisation, le capitanat, la sélection en équipe régionale ou nationale sont autant de repères indiquant l’inscription dans une dynamique positive de construction d’une carrière. Les mêmes travaux de Demazière et Csakvary ainsi que les enquêtes font encore état du caractère incontournable de l’intégration à certaines structures de formation pour l’accès au haut niveau. Il s’agit là du quatrième argument objectivable quant à la construction des carrières contenu dans les biographies. Certains moments clés ne doivent pas être ratés sous peine de se faire écarter à jamais d’une carrière professionnelle. Ces moments sont variables d’une génération à l’autre : il s’agit de la signature du contrat professionnel pour Kopa, de l’intégration au groupe professionnel pour Rocheteau, de l’entrée en centre de formation pour Deschamps ou en centre de préformation fédéral pour Anelka. Cependant, tous constituent, en fonction de la génération considérée, autant d’indicateurs du bon déroulement de la carrière d’un jeune footballeur. Mais les biographies ne contiennent pas uniquement des éléments objectivables en ce qui concerne les parcours individuels, elles renferment également de simples indices temporels à propos de la formation au métier de footballeur. Il y a par conséquent de la consistance dans ces matériaux bien que, on va le voir, la mobilisation récurrente de perceptions pratiques habillées d’objectivation (par l’intermédiaire des notions de vocation, de don, de destin) nécessite un effort supplémentaire de catégorisation. En effet, la proximité entre ces perceptions et les concepts employés par les enquêteurs limite parfois le travail d’interprétation (Péneff, 1994).

Des trajectoires naturalisées

16L’un des aspects les plus intéressants des biographies est qu’elles mobilisent en effet des notions couramment utilisées en sociologie du sport, par exemple quand il s’agit d’interroger l’entame et le déroulement d’une carrière de sportif de haut niveau. Mais le parallèle s’arrête ici. Le traitement qui en est fait dans les biographies s’oppose totalement à ce qui se fait sur le plan universitaire. Apparaît alors une césure très nette entre les réels mécanismes de construction d’une trajectoire sportive et la représentation qu’en donnent les vedettes du football. La plupart des travaux sociologiques sur les carrières sportives utilisent la notion de vocation — importée ici des études consacrées au domaine religieux — pour expliquer la trajectoire d’un individu et la présenter comme un processus construit. Le football devient alors une institution capable d’engendrer des espérances et une adhésion suffisante (Bertrand, 2008), de repérer des élus (Faure et Suaud, 1999), d’inculquer une vocation (Papin, 2000). Si les biographies font également appel à la vocation pour justifier les parcours individuels, le traitement qui en est fait est totalement différent. En ce qui concerne Henry, le football « est avant tout une passion qui l’a habité, presque malgré lui, depuis sa naissance » (Petitjean, 2005 : 42). Rocheteau se présente, tout jeune, comme déjà passionné de football : « Je me suis déjà fait ma propre religion […]. Mon culte personnel est tout entier consacré à un objet de cuir et de forme ronde, qui se met à rouler sans fin dès qu’on le pousse avec le pied » (Rocheteau et Quillien, 2005 : 13). Pirès mentionne également sa « vocation affirmée au stade de Reims » (Rivoire et Pirès, 2002 : 7). La grande partie des travaux sur le football montre l’importance des premières gratifications, des premières sélections, la retenue dans des structures particulières de formation, etc., dans le processus de construction de la vocation. Notre enquête apporte des éléments qui vont dans ce sens : 

Enquêteur : Tu as des moments clés dans ta courte carrière de footballeur ? Jérôme : Oh c’est, par exemple quand on marque un beau but, des moments importants, c’est, c’était un match de finale de tournoi, je fais une frappe, à la dernière seconde du milieu de terrain, le gardien de but, il fait une boulette et on gagne aux pénaltys. [Jérôme, 15 ans, joueur en préformation dans un club professionnel]

Enquêteur : Il y a des moments clés dans ta carrière de joueur ? Axel : Bah que j’ai été pris par exemple ici. Enquêteur : Ça te marque ? Axel : Ouais, quand même. Bah, le passage à *** ça marque aussi mais, plus, le CRAF [Centre régional d’accueil et de formation, structure d’accueil du centre de préformation fédéral de Liévin]. Ouais, parce que, je voyais, avant je voyais le CRAF que c’était le plus grand truc, je pensais que, je pensais des trucs… Je pensais bah que, c’était directement pro et tout ça. [Axel, 15 ans, joueur en centre de préformation fédéral]

17Or, dans les biographies, cette notion semble au mieux révélée par la formation, sinon dans la plupart des cas inscrite au plus profond du footballeur depuis son enfance. Le concept de vocation s’éclaire de manière diamétralement opposée selon que l’on se fie aux recherches scientifiques ou aux biographies : la vocation innée s’oppose à la vocation construite, la sélection naturelle à la construction sociale de cette réalité et l’inéluctable d’une trajectoire à la consistance d’un processus particulier. Si ces remarques relativisent a priori l’utilisation des matériaux biographiques commercialisés, elles présentent un intérêt précieux : celui du rapport subjectif qu’entretiendrait l’enquêté avec l’objet. On retrouve une telle posture dans les entretiens menés avec des figures moins médiatisées, plus ordinaires. En ce sens, on peut considérer autrement le recours à la biographie, c’est-à-dire comme un moyen susceptible d’objectiver une mise à distance indigène qui n’en a que l’apparence. C’est cette même lecture qui doit être adoptée lorsque les notions de don et de destin développées dans les biographies sont abordées.

18L’autre facteur créateur d’illusion est le recours fréquent à la notion de don pour le football. Les biographies travaillées regorgent de cet attribut qui s’articule avec l’exceptionnalisme associé aux trajectoires individuelles ; ce caractère d’innéité se retrouve aussi dans la présentation d’un « génie » (Elias, 1991). Il en va donc de même lorsque les footballeurs se racontent, ici Pirès par exemple : 

J’ai été fortement influencé par mon père, mais je suis persuadé que le football reste un don. Autrement, tout le monde choisirait cette profession ! À la naissance, certains reçoivent ce don pour « sentir » le ballon. Le réclamer et le manier. Chez d’autres, le don s’appelle écriture, théâtre, peinture, pâtisserie… Chez moi, il se nommait ballon (Pirès et Rivoire, 2002 : 50).

19On retrouve ici une conception platonicienne de l’éducation révélant des essences déjà présentes en l’homme, mais réparties de manière différenciée entre eux (Dixsaut, 2008). Les footballeurs professionnels en question seraient ainsi doués, voués à manier le ballon. En exposant le don de cette façon, qu’il soit musical ou sportif, on adopte une posture sociologique qui voudrait exploiter la biographie commercialisée comme on exploiterait un entretien par exemple. Ce n’est évidemment pas un matériau comme les autres, c’est-à-dire en partie collecté par l’enquêteur muni de ses grilles d’analyse. Bien sûr, les problèmes soulevés ici se posent aussi quand on examine des entretiens, des observations. Cela correspondrait même à une première phase d’analyse conduisant l’enquêteur à déterminer les offres de sens indigènes, à leur attribuer le statut de témoignages certifiés. Ce n’est évidemment pas la position défendue ici ni celle adoptée dans des travaux critiques sur la question des offres discursives émanant du haut niveau (Chambliss, 1989 ; Fleuriel, 2007). Les enseignements tirés de l’analyse de la notion de vocation favorisent l’usage qui peut être fait du recours au don : lui aussi est soumis à une lecture essentialiste des qualités sportives en général et footballistiques en particulier.

20La remarque s’applique à la carrière dans son entièreté, car toutes les biographies partagent un même ordonnancement : une préface — généralement produite par un autre joueur connu ou un personnage célèbre dans le milieu du football —, le récit de l’enfance, l’entrée en formation, l’arrivée chez les professionnels et le début de carrière, le départ pour un club étranger. Ce déroulement de carrière est généralement suivi du récit du parcours en équipe de France et se termine par un regard particulier sur la fin de carrière ou sur l’après-carrière. Ce récit chronologique renforce l’impression d’une illusion biographique, comme si « la vie » constituait un tout, un ensemble cohérent et orienté, qui pouvait et devait être appréhendé comme expression unitaire d’une intention subjective et objective, d’un projet (Bourdieu, 1986). Tout se passe donc comme si toute la vie du joueur avait été organisée, bâtie, voire déterminée depuis le départ et dans son déroulement pour en arriver à la position actuelle du footballeur. Comme si un lien invisible unissait le début et la fin de carrière, le petit footballeur en herbe et la vedette internationale, le naturel et le culturel. Ainsi, Anelka « n’aurait fait que répondre à une destinée presque programmée » (Azhar, 2002 : 11) pendant que l’histoire de Zidane est celle « d’un enfant réservé de la banlieue marseillaise devenu, bien qu’il ne l’ait jamais recherché une star planétaire et populaire, dont l’aura dépasse les frontières du sport » (Fort et Philippe, 2006 : 12).

21Les dispositions sociales, marqueurs au demeurant fort utiles pour l’enquêteur même s’il n’en fait pas son « point de vue qui crée l’objet » (Lahire, 1998), sont ici brassées jusqu’à perdre leur valeur explicative. En prouvant que certaines préconceptions reviennent de manière récurrente dans les biographies d’artistes, Ernst Kris et Otto Kurz (1979) montrent comment la narration d’événements ayant eu lieu dans l’enfance se connecte comme par magie à des effets majeurs de la trajectoire individuelle ultérieure. C’est alors le destin qui inscrit très tôt sa marque sur les hommes, faisant des repères biographiques des signes prémonitoires, la source d’une prédestination (Peyre, 2003). Un extrait de la biographie de Djorkaëff est à ce titre exemplaire : 

Quand je serai grand, je voudrais être footballeur. Jouer dans un grand club (comme Liverpool), être avant-centre, marquer beaucoup de buts, être professionnel et après, peut-être, le Cosmos de New York m’appellera et je jouerai avec Cruyff, Pelé et Beckenbauer. À 20 ans, je voudrais faire la Coupe du monde et je voudrais marquer le seul but de la finale (Djorkaëff et Ramsay, 2006 : 37).

22En valorisant l’unicité au détriment de la variété et de la variabilité des parcours, l’innéité ou la révélation du don par rapport au principe de construction de celui-ci, la continuité de la trajectoire devant les multiples ruptures des parcours, les biographies livrent une image erronée de la socialisation. Elles sont en quelque sorte des paralogismes qui, interrogés certes, peuvent néanmoins améliorer le travail d’enquête en poussant le chercheur à plus de préparation au cours de l’élaboration de ses grilles d’entretien ou du traitement de leurs résultats. Parce qu’elles concentrent des versions essentialistes, les biographies de ces personnages intouchables sont comme des brouillons. En les travaillant, le chercheur peut se préparer au terrain, il s’entraîne et peut accroître sa capacité à apprendre du monde professionnel et de ce que ses principaux acteurs disent d’eux-mêmes. Mais bien sûr, chacun sait que cette compétence s’acquiert autrement, et qu’il n’est pas forcément utile de perdre son temps avec une telle littérature. Mais persistons dans notre entreprise.

La simplification et l’absence de systématisation

23Pour totalisantes qu’elles soient, les versions biographiées n’interprètent pas la réussite de manière univoque. Plusieurs facteurs explicatifs sont ainsi mobilisés : le rôle des parents, l’identification à des joueurs reconnus, le rapport à l’école, l’influence de la concurrence, etc. Mais convocation ne veut pas dire consistance. D’abord parce que l’illustration se substitue à l’explication, ensuite parce qu’il n’y a jamais de systématisation des éléments explicatifs pourtant souvent associés à une disposition ascétique. Or il est acquis que cet ascétisme se construit dans la durée selon des modalités particulières, et suppose un rapport de « domination sur soi » pouvant conduire à des « désirs inassouvis », à des « plaisirs frustrés » (Bertrand, 2008). Il y a bien une évocation de cet ascétisme dans les biographies, mais la dimension est généralement présentée sous une forme illustrative. Ainsi, Lizarazu précise le nombre d’abdominaux matinaux, le nom des boissons ingurgitées, les fruits avalés (« il faut avoir une hygiène de vie », « le footballeur doit faire attention à son corps »). Il en est de même à propos de l’investissement à fournir qui se borne à de grands principes moraux — « il faut travailler pour progresser » ; après tout, Zidane n’est-il pas « un footballeur consciencieux arrivé au sommet à force de travail ? » (Labrunie, 2005 : 69). Abordé par l’intermédiaire d’un nombre de répétitions ou d’une quantité de temps passé, l’investissement se détache des réelles conditions de production de la compétence sportive : Kopa passait son temps « à dribbler, dribbler, dribbler encore et toujours » (Kopa et Burchkalter, 2006 : 31). L’illusion de la posture illustrative se renforce dès lors qu’on prend conscience de l’absence de systématisation entre les facteurs explicatifs : l’examen de l’influence des autres joueurs, sortes d’autrui significatif, sur la carrière du footballeur est de ce point de vue révélateur. Ainsi, les biographies présentent généralement les autres joueurs soit comme des soutiens, soit comme des concurrents. Jamais les deux à la fois, jamais l’un après l’autre ou l’un avant l’autre. Or on sait, avec les travaux de Demazière et Csakvary ou nos enquêtes, à quel point les autres joueurs représentent une aide et une contrainte. On sait également que cette relation évolue dans le temps à la fois en nature — les autres sont parfois plus des aides, parfois plus des freins — et en intensité — la concurrence et l’amitié se renforcent de manière concomitante au cours de l’avancée dans la carrière :

Enquêteur : Avec les joueurs du centre, ça se passait comment ? Yohann : Bah moi c’est, c’est paradoxal je vais dire, pour moi ça reste des amis de foot. Je veux dire que, on part, y a de grandes chances que les trois quarts on les oublie. Moi, et pourtant mon meilleur ami je l’ai rencontré euh, à Lille, mais, y a des personnes qui sont, je trouve qui sont, qui se prennent pas au jeu de, ouais je suis à ****, voilà. Tu vois, par exemple, mon pote, c’était **** mais, il restait simple, humble, et voilà, on s’est reconnu, on s’est rendu compte que y avait que nous deux, que deux, trois dans le vestiaire qui étaient comme ça et le reste c’était un peu… [Yohann, 20 ans, joueur sorti des filières de formation à 19 ans]

24En définitive, si les documents biographiques fournissent une version plutôt homogène du devenir footballistique, essentiellement par l’accumulation de facteurs explicatifs déjà scientifiquement relevés, ils empêchent la compréhension de la fabrication des élites sportives en séparant ce qui fait système (ce que devrait corriger la première grille d’analyse). Le croisement de l’ensemble des biographies commercialisées (deuxième grille d’analyse) fait quant à lui apparaître quatre grands registres explicatifs : le travail (temps passé, nombre et nature des répétitions, injonctions morales), les qualités individuelles (physiques, techniques, tactiques, relationnelles, psychoaffectives), le réseau (entraîneur, famille, agents, autres joueurs) et les effets de contexte (chance, blessure, place disponible, public). Ce n’est qu’en revenant à un examen plus précis de chacun des matériaux (troisième grille d’analyse) qu’on réalise la domination, pour une carrière, d’un ou deux registres explicatifs. On repère alors en effet comment chaque joueur a tendance à faire appel en quantité — nombre d’occurrences des facteurs d’un même registre tout au long de l’ouvrage — et en qualité — poids accordé à un facteur d’un registre, ordre prioritaire dans la présentation des facteurs — à un registre donné plutôt qu’à un autre pour expliquer sa réussite sportive. La biographie de Kopa réserve ainsi une place prépondérante au registre du travail : « Je voulais m’en sortir. J’étais prêt à tous les sacrifices. Le football m’a permis de réussir. Cependant, il m’a fallu travailler, travailler encore, chaque jour au sortir de la mine pour progresser, me forger une condition physique au-dessus de la moyenne » (Kopa et Burchkalter, 2006 : 14). La possession de qualités individuelles largement supérieures à la moyenne est, quant à elle, mise en évidence par le biographe d’Henry : 

À ces qualités physiques indéniables, il faut ajouter l’autre grande force de Thierry, qui découle de sa « supériorité » physique : son mental. Car, pour devenir l’attaquant qu’il est aujourd’hui, il ne suffit pas de posséder un potentiel physique au-dessus de la moyenne, il faut également être fort dans sa tête. Et, de ce côté-là, Thierry fait aussi partie des plus grands. Il ne doute jamais, affichant une hargne et une volonté farouches de la première à la dernière minute de toutes les rencontres (Petitjean, 2005 : 139).

25On trouve ensuite une illustration de la réussite bâtie sur le réseau mobilisé dans la biographie de Dugarry : « Le vaillant, tous les entraîneurs croiront en lui. Le grand talent, lui, a besoin de tomber sur un gars qui se mouillera pour lui. […] Lorsque tu as du talent, c’est bien, mais tu as besoin de quelqu’un pour parvenir à éclore... » (Dugarry et Yssev, 2002 : 145). Enfin, le rôle primordial du contexte est mis en évidence dans la biographie de Pirès quand il affirme que « les rencontres, aventures et expériences qui façonnent un joueur professionnel sont toujours multiples et souvent méconnues » (Pirès et Rivoire, 2002 : 11).

26Néanmoins, le classement des biographies dans tel ou tel registre explicatif ne renseigne absolument pas la question de la réussite d’une carrière : nos trois grilles ne font guère apparaître de catégories explicatives au sens sociologique du terme. Elles favorisent le repérage des représentations ou des présentations du devenir footballeur, leurs variations. Mais comment peut-on les interpréter ? Et pour quelles raisons la biographie de tel ou tel se centre-t-elle sur tel ou tel registre ? Sand doute parce qu’elle ressemble à l’autobiographie objectivée par Mauger (1994), c’est-à-dire une écriture teintée d’une forme de distanciation où les reconstructions et les redéfinitions des champions visent éventuellement à restaurer leur identité dans l’imaginaire social. Aussi, prendre pour argent comptant ce que disent les joueurs serait une erreur et reviendrait à nier la tentative d’objectivation que discute le présent article. Partant du seul principe que ce type de matériaux se définit à partir de son caractère commercial, il est probable que la certification des données ne puisse être réalisée sans la prise en compte des impératifs de représentation subjective soumis au genre. Ces matériaux dessinent des images, orientent les connaissances dans ce but en jouant sur un triple registre : celui de l’image traditionnelle, celui du portrait fondé sur une hétéronomie, celui d’une identité plus autonome. Celle-ci peut être plutôt positive dans le cas de Kopa ou plutôt subversive comme dans le cas d’Anelka : la surexploitation du registre des qualités individuelles et l’affichage d’un certain individualisme semblent aller dans le sens d’une réputation sulfureuse bâtie sur les divergences qu’il a pu connaître avec la presse (tabloïds anglais lors de son passage dans le club londonien d’Arsenal), des joueurs (Raul et Morientes au Real de Madrid) ou ses entraîneurs (Fernandez au Paris Saint-Germain). À l’inverse, on pourrait supposer qu’une biographie corrige une image. Desailly (2002 : 307) présente alors un portrait contrariant l’individualiste qu’il serait aux yeux des médias. Tout au long de sa biographie, le registre du réseau est mobilisé, et l’auteur de redoubler d’efforts pour montrer l’importance qu’ont « les autres » dans sa réussite. La biographie pourrait également être utilisée pour former ou valoriser une image ; c’est ce que suggèrent les trois biographies de Zidane. Alors qu’elles sont centrées sur le même joueur, chacune d’elles tend à le présenter sous un jour différent. Celle de Fort et Philippe montre un Zidane pétri de qualités naturelles, celle de Labrunie évoque un joueur à la fois altruiste et dépendant des autres alors que l’ouvrage de Franck met en avant la quantité de travail fournie pour parvenir au sommet.

Conclusion

27C’est donc à partir de l’usage, stratégique et exploratoire, d’un type de matériaux que nous avons essayé de participer à un débat méthodologique. La question de l’emploi de la biographie commercialisée a en effet structuré le présent article en partie parce qu’elle n’est pas suffisamment débattue dans le champ de la sociologie du sport ou, plus loin nous semble-t-il, de la sociologie des médias et de la culture populaire. Plus exactement, lorsqu’elle examine les questions du haut niveau et des parcours qui y conduisent dans les sports, voire dans les médias grands et petits où exercent des personnages intouchables. On peut croire que les spécialistes en ces domaines n’ont pas à recourir à ces matériaux, étant entendu qu’ils sont parvenus à approcher directement et suffisamment l’objet, y compris lorsqu’il se montre impénétrable. C’est par exemple le cas lorsque ce même objet induit des « déviances positives » sur le plan sportif (Brissonneau, Aubel et Ohl, 2008). Mais on sait l’improbabilité de la chose quand la question touche une pratique sociale hautement médiatisée, c’est-à-dire intensément et régulièrement. C’est le cas du football. La position défendue ici ne visait pas à minimiser le recours aux enquêtes de terrain ni à sublimer l’usage de matériaux de seconde main : il s’agissait d’interroger un moyen parmi d’autres de corriger une trajectoire de recherche intégrant peu ou prou l’usage de biographies commercialisées, mais aussi de tenter de révéler ce que les matériaux qu’elles contiennent disent d’un monde très sélectif et hautement concurrentiel. En cela, cet article ne présente pas seulement l’étape initiale d’une recherche ou une vision critique de la biographie, il livre aussi quelques-uns des ingrédients qui permettent l’existence d’un domaine social et la réussite de certains.

28Fusion entre genres littéraires, stratégie éditoriale et trajectoire réellement vécue, la biographie est un ouvrage romancé, dramatisé ou héroïsé. Déformé et parfois déformant. L’analyse menée ici était censée « refroidir » le support, fournir un ensemble d’indicateurs qui renseignent sur le devenir footballeur dans la durée, dans la succession d’événements précis, dans l’existence de turning points (Strauss, 1992) à l’intérieur des trajectoires des plus grands joueurs de football français. Plusieurs grilles de lecture ont été utilisées pour examiner trois catégories d’ouvrages : des « sortes » d’autobiographies, l’écriture ou l’entretien en commun avec un écrivain et enfin la rédaction totalement dédiée à un biographe. Finalement perd-on plus qu’on ne gagne à considérer les identités narratives mises en scène dans les biographies commercialisées de figures sociales intouchables quand on enquête au plus près ? On pourrait le croire si l’on assimile par exemple le contenu de tels supports à ce qu’on peut trouver dans le quotidien sportif L’Équipe (Peroni, 2009) ou plus largement dans la presse people, c’est-à-dire des ressorts dramatiques (focalisation sur les gros plans et les portraits, régime de lecture hypertextuelle, stimulation et accompagnement de l’activité cognitive du lecteur, factuel retracé essentiellement par le schéma et le chiffrage…). Mais ici, l’entreprise était fondée sur l’idée d’un usage possible quand la recherche concerne les parcours de formation qui mènent au professionnalisme, à condition de disposer des morphologies de ces documents. Peut-être pour en extraire des principes généraux facilitant la lecture de carrières en devenir ou plus ordinaires, ou bien encore dans le but de mieux comprendre la fabrication de l’élite sportive. Du talent. Des processus de sélection. Compte tenu de ce que nous sommes parvenus à mettre en évidence et des définitions apportées par Vladimir Propp (1965/1973) ou Mircea Eliade (1963/1991), il faut reconnaître l’impasse dans laquelle on se trouve. Il n’y a ni mythe ni conte ici, et les parcours mis en récit ne correspondent pas à ce qu’attend l’enquêteur. Ce sont des histoires qui ne sont ni vraies ni fausses. Il ne faut effectivement pas confondre la réalité de la carrière avec les présentations que peuvent en faire les joueurs ou les représentations qu’ils peuvent en avoir. Eux qui s’avancent initialement sous le masque de la sincérité sont en réalité mis en scène dans leur biographie. Celle-ci apparaît alors comme une version subjectivée et naturalisée du parcours sportif, discutée entre le joueur et son biographe pour faire coïncider des faits réels avec la représentation qu’on veut bien leur donner, que ce soit pour des raisons commerciales ou à des fins de « re-fabrication » d’images subjectives. À ce titre, le fait de multiplier les études de cas commercialisés ne semble pas protéger l’enquêteur : on ne parvient pas à en dégager des enseignements à propos des structures collectives, de l’influence objective des acteurs de la formation, des processus de sélection des « meilleurs » footballeurs, des dispositions valorisées ou au contraire dévalorisées. De l’ensemble on retire, au mieux, une version homogène des parcours dans laquelle les éléments biographiques alimentent le fantasme. Du don. De la vocation. Du destin. C’est-à-dire une offre simpliste des degrés et des formes de prévisibilité et d’imprévisibilité car, aussi fourni soit-il, le corpus des biographies commercialisées n’a rien à voir avec une méthode de recherche biographique. La critique devient toutefois moins vive dès lors que les chercheurs parviennent à mettre en place des opérations de contrôle. Doit-on pour autant parler d’usage à des fins de connaissance ?

29Ces matériaux ressemblent à des marqueurs d’une évolution individuelle vers la pratique médiatisée. Ils renseignent l’état du football français à différents moments, mettent en évidence la plupart des notions et des mécanismes impliqués dans la construction d’une carrière de sportif d’élite. C’est ce que confirment les travaux déjà existants, mais aussi nos enquêtes dans les différents centres de formation de la région Nord-Pas-de-Calais. En conséquence, ce type de matériaux ne présente pas un grand intérêt pour le sociologue qui lui réserverait l’exclusivité de son terrain d’investigation ; on pourrait même parler de contre-emploi sauf à travailler l’imaginaire des footballeurs professionnels. Le chercheur en fera un tout autre usage s’il parvient à examiner la morphologie de ces offres de discours en la recoupant avec des données plus contrôlées. C’est alors qu’il devient possible de qualifier l’usage qui peut être fait des biographies de champions : il s’inscrit dans une opération de mise à distance des faits, il représente une technique de rupture qui concourt avec d’autres à poser les bases d’une « recherche sérieuse ». En cela, ce type de démarche joue, de manière conditionnelle donc, le rôle d’un outil qui voudrait faire du sujet linguistique un sujet empirique permettant de découvrir des éléments de sens. De logique (Murar, 2002). Nous avons effectivement tenté dans le présent travail « de réunir ce que le vulgaire sépare » et de « distinguer ce que le vulgaire confond » (Bourdieu, Chamboredon et Passeron, 1968/1983), invitant en cela les enquêteurs qui voudraient faire la sociologie de « personnages intouchables » à ne pas mécaniquement exclure de leurs terrains les identités narratives qui s’expriment dans les supports commercialisés, qu’il s’agisse d’un ouvrage ou encore d’entretiens réalisés dans les médias. Mais une telle proposition n’a de sens qu’à condition d’opérer un travail de catégorisation de ces matériaux où se mêlent redéfinitions et reconstructions des identités, manipulations symboliques et exagérations, simplifications et absence de systématisation, naturalisations et faits du hasard. Bref, l’usage passe sans doute par une distinction des supports selon les types de pratiques sociales et les époques, par une stabilisation des techniques d’analyse et des vocabulaires conceptuels, par une analyse traitant ces matériaux pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils paraissent être. Se dessinent ainsi les contours d’une posture qui permettrait de prendre les matériaux de seconde main pour ce qu’ils disent de vrai, de faux, et ce faisant, de vrai et de faux de ceux qui les disent.

Haut de page

Bibliographie

ARON, Paul et Fabrice PREYAT (2008), « Introduction », COnTEXTES [En ligne], 3. http://contextes.revues.org/. Page consultée le 24 janvier 2013.

AUDIN, Charlyne (2008), « André Baillon : écrire pour fe(i)ndre le réel », COnTEXTES [En ligne], 3. http://contextes.revues.org/. Page consultée le 25 janvier 2013.

BALANCHINE, George (1969), Histoire de mes ballets, Paris, Fayard.

BEAUD, Stéphane (2011), Traîtres à la nation ? Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud, Paris, La Découverte.

BERTAUX, Daniel (2005), L’enquête et ses méthodes. Le récit de vie, Paris, Armand Colin.

BERTRAND, Julien (2008), « Se préparer au métier de footballeur : analyse d’une socialisation professionnelle », Staps, 82(4), p. 29-42.

BERTRAND, Julien (2009), « Entre passion et incertitude : la socialisation au métier de footballeur professionnel », Sociologie du travail, 51, p. 361-378.

BOLTANSKI, Luc (1975), « La constitution du champ de la bande dessinée », Actes de la recherche en sciences sociales, 1, p. 37-59.

BOLTANSKI, Luc et Pierre BOURDIEU (1974), Un art moyen : essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Minuit.

BOLTANSKI, Luc et Ève CHIAPELLO (1999/2002), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

BOUDON, Raymond (1971), La crise de la sociologie, Genève, Librairie Droz.

BOURDIEU, Pierre (1986), « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62/63, p. 69-72.

BOURDIEU, Pierre (1996), Sur la télévision, Paris, Raisons d’agir.

BOURDIEU, Pierre, Jean-Claude CHAMBOREDON et Jean-Claude PASSERON (1968/1983), Le métier de sociologue, Paris/La Haye, Mouton, Coll. « Épistémologie et méthodologie ».

BRISSONNEAU, Christophe, Olivier AUBEL et Fabien OHL (2008), L’épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel, Paris, Presses universitaires de France.

BRUNEL, Pierre (2008), « Introduction aux autobiographies », Revue de littérature comparée, 325, p. 7-22.

CHAMBLISS, Daniel (1989), « The mundanity of excellence. An ethnographic report on stratification and Olympic swimmers », Sociological theory, 7, p. 70-86.

CHAPOULIE, Jean-Michel (2006), « Comment écrire l’histoire de la sociologie : l’exemple d’un classique ignore, Le paysan polonais en Europe et en Amérique », Revue d’histoire des sciences humaines, 5, p. 143-169.

CLOT, Yves (1989), « L’autre illusion biographique », Enquête, « Biographie et cycle de vie » [En ligne]. http://enquete.revues.org/document99.html. Page consultée le 24 janvier 2013.

DEMAZIERE, Didier et Claude DUBAR (1997), Analyser les entretiens biographiques, Paris, Nathan.

DEMAZIERE, Didier et Benoît CSAKAVARY (2002), « Devenir professionnel », Panoramiques, 61, p. 85-91.

DIXSAUT, Monique (2008), « L’utopie ou le meilleur des mondes impossibles 5/5 », Les nouveaux chemins de la connaissance, France Culture, émission du 26 septembre 2008.

ELIADE, Mircea (1963/1991), Aspects du mythe, Paris, Gallimard.

ELIAS, Norbert (1983/1998), Engagement et distanciation - Contribution à la sociologie de la connaissance, Paris, Pocket, Coll. « Agora ».

ELIAS, Norbert (1991), Mozart, sociologie d’un génie, Paris, Seuil, Coll. « Librairie du XXIe siècle ».

FAURE, Jean-Michel et Charles SUAUD (1999), Le football professionnel à la française, Paris, Presses universitaires de France.

FAURE, Sylvia (2003), « Le pouvoir de se raconter : autobiographies d’artistes de la danse », Sociologie et sociétés, 35(2), p. 213-231.

FLEURIEL, Sébastien (2007), « Le sport et la fabrication du corps ou plaidoyer pour une sociologie du corps », Les Nouvelles d’Archimède, 45, p. 4-6.

FORTÉ, Lucie (2006), « Carrières de jeunes champions et évolution des représentations vis-à-vis du segment de la compétition athlétique de haut niveau ». Texte présenté au deuxième congrès de l’AFS, Dire le monde social – Les sociologues face aux discours politiques, économiques et médiatiques, Bordeaux, 5-8 septembre 2006.

FRANCASTEL, Pierre (1951/1994), Peinture et société, Paris, Denoël.

FRANÇOIS, Frédéric (2007), « Le social incorporé dans l’individu et sa représentation dans le discours. Bourdieu, l’habitus et l’(auto)biographie », Langage et société, 121-122(3-4), p. 45-56.

FRIEDMANN, Georges et Edgar MORIN (1952), « Sociologie du cinéma », Revue internationale de filmologie, 10, p. 95-112.

GALLOIS, Jean-Sébastien (2006), « Trois générations de l’équipe de France (1958, 1982, 1998) » dans Aspects de l’histoire de la Coupe du Monde, actes du colloque de Metz, Université de Metz, 1er et 2 juin 2006, p. 89-106.

GREEN, Anne-Marie (1998), Musicien de métro. Approches des musiques vivantes urbaines, Paris, L’Harmattan.

GROSSETTI, Michel (2006), « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », Cahiers internationaux de sociologie, 120(1), p. 5-28.

KRIS, Ernst et Otto KURZ (1979), L’image de l’artiste, Paris, Rivages.

LAHIRE, Bernard (1998), L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, Coll. « Essais et recherches ».

LAHIRE, Bernard (1999), L’invention de l’illettrisme, Paris, La Découverte, Coll. « Textes à l’appui ».

LE MANCQ, Fanny (2006), « La construction des carrières sportives de compétitions. L’exemple des carrières équestres ». Texte présenté au deuxième congrès de l’AFS, Dire le monde social – Les sociologues face aux discours politiques, économiques et médiatiques, Bordeaux, 5-8 septembre 2006.

LEFÈVRE, Nicolas (2006), « Qualifications, compétences et accès au marché du sport professionnel ». Texte présenté au deuxième congrès de l’AFS, Dire le monde social – Les sociologues face aux discours politiques, économiques et médiatiques, Bordeaux, 5-8 septembre 2006.

LEJEUNE, Philippe (1971), L’autobiographie en France, Paris, Armand Colin, Coll. « Lettres, cursus ».

LEJEUNE, Philippe (1997), « Témoignage », Lecture Jeune, 84, p. 9-12.

MAUGER, Gérard (1994), « Les autobiographies littéraires. Objets et outils de recherche sur les milieux populaires », Politix, 27, p. 32-44.

MAUGER, Gérard (2006), L’accès à la vie d’artiste. Sélection et consécration artistique, Bellecombe-en-Bauges, Éditions Du Croquant.

MENGER, Pierre-Michel (2003), Portrait de l’artiste en travailleur, Paris, Seuil.

MIRAUX, Jean-Philippe (1996), L’autobiographie. Écriture de soi et sincérité, Paris, Nathan.

MOURAT, Antoine et Paul DIETSCHY (2006), « Professionnalisation du football et industrie automobile : les modèles turinois et sochaliens », Histoire & Sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, 18-19, p. 154-175.

MOURAT, Antoine (2006), « Football et mono-industrie : création et évolutions d’un style sochalien à partir de 1928 » dans Yvan GASTAUT et Stéphane MOURLANE (dir.), Le football dans nos sociétés. Une culture populaire 1914-1998, Paris, Autrement, Coll. « Mémoires/Culture », p. 52-63.

MURAR, Numa (2002), « Biographie : à la recherche de l’intimité », Ethnologie française, 2, tome XXXVII, p. 123-132.

OLNEY, James (1998), Memory & Narrative : The Weave of Life-Writing, Chicago, The University of Chicago Press.

PASSERON, Jean-Claude (1989), « L’illusion du monde réel : -graphie, -logie, -nomie » dans Claude GRIGNON et Jean-Claude PASSERON (1989), Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard/Seuil, Coll. « Hautes Études ».

PÉNEFF, Jean (1994), « Les grandes tendances de l’usage des biographies dans la sociologie française », Politix, 27, p. 25-31.

PÉNEFF, Jean (1997), La méthode biographique, Paris, Armand Colin, Coll. « U ».

PERONI, Michel (2009), « Le sport, une passion cognitive publique », Revue d’anthropologie des connaissances, 3, p. 432-457.

PEYRE, Henri (2003), « Note de lecture de Kris, Ernst et Otto Kurz (1979) » dans L’image de l’artiste, Paris, Rivages.

Poliak, Claude (2002), « Manières profanes de parler de soi », Genèses, 47, p. 4-20.

PROPP, Vladimir (1965/1973), Morphologie du conte, Paris, Seuil.

PRUVOST, Geneviève (2008), « La production d’un récit maîtrisé : les effets de la prise en note des entretiens et de la socialisation professionnelle. Le cas d’une enquête dans la police », Langage et société, 123, p. 73-86.

RODERICK, Martin (2006), The Work of Professional Football : A Labour of Love ?, Abingdon, Routledge.

SCHOTTÉ, Manuel (2002), « Réussite sportive et idéologie du don. Les déterminants sociaux de la < domination> des coureurs marocains dans l’athlétisme français (1980-2000) », STAPS, 57, p. 21-37.

SLIMANI, Hassen (2000), La professionnalisation du football français : un modèle de dénégation. Thèse de doctorat, Nantes, Université de Nantes.

SORIGNET, Pierre-Emmanuel (2004), « Être danseuse contemporaine : une carrière <corps et âme> », Travail, genre et sociétés, 12, p. 33-53.

STRAUSS, Anselm (1992), Miroirs et masques : une introduction à l’interactionnisme, Paris, Métailié. Traduit de l’anglais par M. FLANDRY.

SUAUD, Charles (1978), La vocation : conversion et reconversion des prêtres ruraux, Paris, Minuit, Coll. « Le sens commun ».

THÉRY, Irène (1993), Le démariage, Paris, Odile Jacob.

THOMAS, William Isaac et Florian ZNANIECKI (1918-1920/1998), Le paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit d’un migrant, Paris, Nathan. Traduit de l’anglais par Y. GAUDILLAT.

TREMOULINAS, Alexis (2008), « Sport et relations raciales. Le cas des sports américains », Revue française de sociologie, 49, p. 169-196.

TRUC, Gérôme (2005), « Une désillusion narrative ? De Bourdieu à Ricœur en sociologie », Tracés. Revue de sciences humaines [En ligne]. http://traces.revues.org/2173. Page consultée le 11 janvier 2013.

WAHL, Alfred (1988), « Raymond Kopa : une vedette du football, un mythe », Sport-Histoire, Revue internationale des sports et des jeux, 2, p. 82-96.

WAHL, Alfred et Pierre LANFRANCHI (1995), Les footballeurs professionnels des années trente à nos jours, Paris, Hachette.

Haut de page

Annexe

Liste des biographies commercialisées mobilisées

AZHAR, Alain (2002), Nicolas Anelka. Une énigme, Paris, Solar.

BÉJART, Maurice (1979), Un instant dans la vie d’autrui. Mémoires I, Paris, Flammarion.

DESAILLY, Marcel (2002), Capitaine, Paris, J’ai lu.

DJORKAËFF, Youri et Arnaud RAMSAY (2006), Snake, Paris, Grasset/Fasquelle.

DUGARRY, Christophe, Jean YSSEV et Dominique-Emmanuel BLANCHARD (2002), Dugarry l’insoumis, Paris, Bord de l’eau.

DUNCAN, Isadora (1932), Ma vie, Paris, Gallimard.

FORT, Patrick et Jean PHILIPPE (2006), Zidane : de Yazid à Zizou, Paris, L’Archipel.

GAMBARDELLA, Emmanuel et Lucien PERPÈRE (1951), Football, ma passion, Paris, Paris-Vendôme.

JACQUET, Aimé (1999), Ma vie pour une étoile, Paris, Robert Laffont/Plon.

KOPA, Raymond (1958), Raymond Kopa - Mes matches et ma vie, Paris, Pierre Horay.

KOPA, Raymond et Patrice BURCHKALTER (2006), Kopa par Raymond Kopa, Paris, Jacob Duvernet, Coll. « Légendes du sport ».

LABRUNIE, Étienne (2005), Zidane : maître du jeu, Paris, Timée-Éditions.

LIZARAZU, Bixente (2007), Bixente, Paris, Grasset/Fasquelle.

MAIRESSE, Jacques (1933), Football quand tu nous tiens, Paris, S. P. E.

PETITJEAN, Maxence (2005), Le roi Henry, Saint-Victor-d’Épine, City Éditions.

PLATINI, Michel et Patrick MAHÉ (1987), Ma vie comme un match, Paris, Robert Laffont, Coll. « Vécu ».

RIVOIRE, Xavier et Robert PIRÈS (2002), Profession footballeur. Conversations avec Xavier Rivoire, Saint-Amand-Montrond, Hachette Littératures.

ROCHETEAU, Dominique (2005), On m’appelait l’ange vert, Paris, Le Cherche-Midi, Coll. « Document ».

ROUCH, Dominique (2001), Didier Deschamps : vainqueur dans l’âme, Paris, Éditions no 1.

THURAM, Lilian (2004), 8 juillet 1998, Paris, Anne Carrière.

ZIDANE, Zinédine et Dan FRANCK (2000), Zidane : le roman d’une victoire, Paris, Pocket.

Haut de page

Notes

1 La part des biographies de sportifs est infime dans les 600 000 titres disponibles et commercialisés (en 2008 et en France selon le Centre national du livre), tout comme dans les dizaines de distinctions qui suivent la « rentrée littéraire ». D’ailleurs, faut-il parler de genre ? On peut rejoindre Pierre Brunel (2008) qui, discutant des catégorisations propres aux « ethnologies de soi-même », préfère considérer la notion de mode du récit aux significations variables.

2 Alexis Trémoulinas (2008) ayant rappelé ce « classement » attribuant l’avant-dernière place à la sociologie du sport parmi 36 spécialités du point de vue de la légitimité accordée par la communauté.

3 Il faut noter tout de même une première autobiographie de Kopa en 1958 : Raymond Kopa - Mes matches et ma vie.

4 Ce terrain a été réalisé dans la région française la plus septentrionale. Le Nord-Pas-de-Calais comptait encore alors quatre clubs professionnels sur son territoire (ceux de Lille, de Lens, de Valenciennes et de Boulogne-sur-Mer) et de nombreux établissements scolaires comportant des parcours aménagés de formation au métier de footballeur. Si quelques entretiens d’approche ont été accomplis de manière informelle, notamment lorsqu’il s’agissait des premiers contacts dans les centres de formation des clubs, la grande majorité a été enregistrée et intégralement retranscrite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugo Juskowiak et Williams Nuytens, « Les usages et les valeurs des biographies de sportifs de haut niveau comme matériaux d’enquête », Communication [En ligne], Vol. 32/2 | 2013, mis en ligne le 11 avril 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/5065 ; DOI : 10.4000/communication.5065

Haut de page

Auteurs

Hugo Juskowiak

Hugo Juskowiak est membre du laboratoire Sherpas (composante EA 4110), Université d’Artois. Courriel : hugo.juskowiak@gmail.com

Williams Nuytens

Williams Nuytens est membre du laboratoire Sherpas (composante EA 4110), Université d’Artois. Courriel : williams.nuytens@univ-artois.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org