Navigation – Plan du site
Articles

Confiance numérique

Une analyse des processus de création de confiance au sein de la communauté virtuelle couchsurfing.org
Vincent Véchambre

Résumés

L’auteur a mené une enquête quantitative, sur un échantillon de 170 membres de la communauté française du réseau socio-numérique Couchsurfing.org. Il étudie les processus de création de confiance lors des demandes d’hébergement en ligne. L’anomie permet aux membres de développer une dynamique normative immanente. L’autonomie normative ainsi que la logique du regroupement affinitaire y apparaît comme les principaux processus dans l’instauration d’une relation de confiance entre couchsurfeurs.

Haut de page

Texte intégral

1Comment comprendre et étudier la confiance dans le cadre des interactions au sein de la communauté virtuelle Couchsurfing ? La particularité de Couchsurfing est de faire émerger la confiance dans un environnement numérique, qui a pour conséquence de permettre une interaction hors ligne : la rencontre et l’hébergement.

Cadre théorique

2Il n’existe pas de consensus scientifique sur une définition unique de la confiance, aussi nous référerons-nous à la définition suivante : « […] la volonté d’une partie de se rendre vulnérable aux actions de l’autre partie, basée sur l’attente que l’autre partie effectuera des actions qui sont importantes pour soi, sans qu’aucune forme de contrôle ou de surveillance ne soit nécessaire » (Mayer, Davis et Schoorman, 1995 : 712. Traduction de Guerrero et Herrbach, 2009 : 7). La notion de risque, intimement liée à celle de la confiance, sera entendue ici non pas comme une menace, mais comme une incertitude liée au contexte : « Les uns et les autres n’évaluent pas les dangers à travers les mêmes filtres, les avantages et les risquent ne pèsent pas de la même façon sur les plateaux de la balance. En outre, toute appréciation d’un risque dépend toujours de circonstances précises » (Le Breton, 2012 : 48). De plus, il est postulé que la confiance est grandement facilitée lorsque l’interaction s’inscrit dans une logique de filtrage affinitaire, selon le principe de l’universalisme épistémique modéré de Richard Foley, « qui fait que la confiance en moi-même me pousse à la confiance vis-à-vis des autres sur la base de la similarité de nos processus d’acquisition d’information, et ce indépendamment de tout indice de leur fiabilité » (Origgi, 2007). Plusieurs études tendent à relier la similarité, supposée ou réelle, à l’établissement de liens de confiance : des similarités socioéconomiques (Préau et al., 2009 ; Robichaud, 2012 ; Choi, 2011 ; Bréchon, 2003), culturelles ou ethniques (Alesina et La Ferrara, 2002 ; Easterly et Levine, 1997).

La confiance interpersonnelle

3Le présent article postule l’existence d’une confiance située dans la sphère des rapports interpersonnels, en excluant toutes les autres considérations mettant en scène la confiance, comme la confiance institutionnelle, technologique ou encore numérique. La confiance est entendue ici comme une rencontre des volontés, et donc n’est associée qu’à la sphère des rapports interpersonnels (Lewis et Weigert, 1985). Prétendre avoir confiance en Internet, selon cette acception, n’a aucun sens, alors que prétendre avoir confiance en une personne rencontrée au moyen de ce médium permet de ramener la confiance dans la sphère interpersonnelle et de prendre en compte le contexte, ou méta-niveau, dans lequel s’inscrit l’interaction. Le contexte ne peut pas devenir un objet de la confiance, mais participe de la singularité des modalités de sa création en ce qu’il possède des mécanismes et une dynamique qui lui sont propres. L’idée principale est que la confiance ne peut déborder de la sphère des rapports interpersonnels pour s’inscrire dans une dimension globalisante qui s’apparenterait plutôt à une attente de fiabilité. Les contextes dans lesquels naissent les relations de confiance ne modifient pas l’essence de cette notion, mais les modalités de son émergence et de sa traduction. Il apparaît alors que la confiance est un apprentissage (Luhmann, 2006) et que la connaissance et la maîtrise du contexte dans lequel s’inscrit l’interaction déterminent la capacité d’un individu à s’approprier l’information qui lui est relative (Hardin, 2006). La confiance ne peut être ni calculée ni totalement modélisée, « elle est […] une combinaison variable de savoir et de non-savoir » (Quéré, 2001 : 134). « La confiance n’est pas quelque chose que l’on peut exiger ; elle est de l’ordre du don et le don n’est pas quelque chose que l’on peut décréter » (Quéré, 2005 : 191). Elle ne peut ni être exigée ni s’imposer sous la contrainte, que cette contrainte soit issue d’une personne ou d’une absence d’autres solutions à la situation ou, pour reprendre les termes de Niklas Luhmann, d’une « alternative cruciale » (2006 : 36). « C’est donc seulement lorsque la liberté d’action (agency) — sous la forme de la liberté de tenir sa promesse — peut jouer un rôle majeur, lorsqu’elle émerge comme un potentiel modelant la nature de l’interaction, que la confiance décidée doit aussi jouer un rôle dans la définition des relations interpersonnelles » (Seligman, 2001 : 45). La confiance est donc nécessairement issue d’une décision autonome, d’un choix personnel et ne peut être imposée. Selon Claus Offe, ce qui détermine le caractère interpersonnel de la confiance, c’est que les humains sont les « seules unités capables de répondre à la confiance faite » [Quéré, 2005 : 199).

La confiance étant, à la base, une affaire de relation de personne à personne, il n’y a pas, selon [Offe], de sens à parler de confiance dans les institutions, si, du moins par cette expression, on entend autre chose que le simple fait de s’appuyer sur la supposition, ou l’attente, que « les institutions continueront à fonctionner selon leurs règles établies comme on les a toujours vues fonctionner » (Quéré, 2005 : 199).

La confiance fondamentale, la confiance dérivative

4La confiance interpersonnelle est la somme de ses processus dérivatifs et fondamentaux. Les processus fondamentaux représentent la part incalculable de la confiance, en ce qu’ils incorporent le discours d’autrui sur lui-même. Les processus dérivatifs permettent de créer une tension dynamique entre ce discours et le contexte dans lequel se développe l’interaction, qui comporte un ensemble d’indices relatifs à la fiabilité des acteurs. C’est le contexte qui conditionnera la priorité donnée à l’un de ces deux types de processus.

5Nous pouvons ici reprendre les trois types d’identité numérique définis par Fanny Georges pour comprendre ces mécanismes : 

L’« identité déclarative » […] se compose de données saisies directement par l’utilisateur. […] L’« identité agissante » est constituée des messages répertoriés par le système, concernant les activités de l’utilisateur. […] L’« identité calculée » se compose de chiffres, produits du calcul du système, qui sont dispersés sur le profil de l’utilisateur (2011 : 40).

6Si la confiance fondamentale prend en considération l’identité déclarative des acteurs de la relation, c’est dans ce qu’elle nomme « l’artefact technique » et son interprétation que nous allons trouver et définir les mécanismes de la confiance dérivative. L’artefact technique est l’ensemble des traces laissées par l’internaute et conservées par le système. Les mécanismes qui soutiennent la confiance dérivative sont relatifs au contexte dans lequel celle-ci va se développer.

7La réputation, sur Couchsurfing, est l’expression visible de l’identité calculée et agissante de chaque membre, à savoir l’ensemble des données relatives à chaque couchsurfeur, telles que le nombre d’expériences et la qualité de celles-ci, la taille du réseau personnel, le taux de réponse aux demandes d’hébergement. Il s’agit donc à la fois d’un indicateur de fiabilité (expériences effectuées) et d’un témoignage de l’engagement du couchsurfeur dans la communauté virtuelle. La réputation constitue un important mécanisme en ce qu’elle permet de valider ou d’invalider le discours en comparant l’identité déclarative avec les identités agissantes et calculées, ce qui constitue le point d’appui qui nous est extérieur. Il s’agira de mettre en équation ce que le membre déclare avec ce que les autres membres disent de lui, et ce que le système nous donne à voir des traces laissées par ses activités. Comme le postule Claus Offe, le sentiment d’appartenance à une communauté constitue un autre mécanisme qui permet de contextualiser l’interaction au sein d’un environnement connu avec des valeurs partagées : « Les citoyens édifient la confiance en tenant compte non pas de ce qu’ils savent sur les personnes auxquelles ils font confiance, mais de ce qu’ils savent sur les institutions sous lesquelles elles agissent et dans lesquelles elles sont insérées » (Quéré, 2005 : 200). Cette propension à extérioriser la confiance en l’inscrivant dans un contexte de partage normatif permet de mettre en lumière un élément fondamental dans la question de la confiance, qui est celle des filtres affinitaires.

La confiance et la norme

8Si la confiance institutionnelle au sens d’Offe entre dans le processus de calcul dérivatif, qu’en est-il de la liberté normative et de sa réorganisation horizontale et mouvante ? Comment une nette propension à une anomie structurelle peut permettre non pas de fragiliser la communauté en la privant de repères et de normes de fonctionnement, mais de la renforcer, ainsi que la confiance, en donnant vie au passage de l’hétéronomie à l’autonomie ? « Comment s’appuyer sur la parole d’autrui dans un univers où l’engagement ne renvoie plus qu’à une parole donnée entre égaux, entre contractants, sans un absolu qui <fait foi> ? » (Marzano, 2011 : 45). C’est précisément dans l’abandon de cet absolu que réside la capacité qu’a la confiance de s’établir entre les individus. Se référer à un absolu redirige la confiance dans une relation contraignante où le non-respect de cet absolu aurait pour résultat l’abandon de la confiance, ce qui constitue une logique contractuelle en ce qu’un point extérieur détermine et formalise la relation de confiance à établir. Il existe toujours un absolu, qui est cependant relatif à tout individu en ce qu’il devient sa propre norme. Le passage de la transcendance à l’immanence par le refus d’un absolu normatif imposé ne condamne pas la confiance, mais lui permet au contraire d’exister pleinement. L’abandon d’un absolu transcendantal ne signifie pas pour autant l’abandon de tout partage normatif. Comme nous le verrons dans le cadre du présent article, l’absence notable de contraintes normatives transcendantales au sein d’une structure permet de réaffirmer l’autonomie décisionnelle de chaque individu dans un contexte particulier qui devient le lieu d’un dialogue, d’une tension dynamique entre les normes immanentes, propres à chacun, et les normes partagées, issues d’un regroupement affinitaire relatif à la culture, à l’ethnie, à la religion, à la nation, etc. Ce qui nous permet de formuler trois hypothèses : 

9H1 : L’absence de contraintes normatives transcendantales sur le site permet à chacun de définir ses propres critères d’interaction et donc offre à la confiance un cadre optimal de confiance non contractuelle ; 

10H2 : Les mécanismes de la confiance fondamentale ont une influence plus importante que les mécanismes dérivatifs mis en place par la structure Couchsurfing grâce à l’inscription de l’interaction dans un méta-niveau normatif partagé ; 

11H3 : Les filtres affinitaires ainsi qu’une grande homogénéité des membres constituent un facteur décisif dans l’établissement des liens de confiance au sein du Couchsurfing.

L’organisation de la communauté virtuelle Couchsurfing

12Couchsurfing.org est une communauté virtuelle consacrée à l’hospitalité, créée en 2004 par Casey Fenton, Daniel Hoffer, Sebastian Le Tuan et Leonardo Bassani da Silveira. « Les communautés virtuelles sont définies comme un regroupement d’individus ou de partenaires commerciaux qui interagissent autour de sujets partagés, partagent certains protocoles et normes et où l’interaction est au minimum partiellement produite par la technologie » (Porter, 2004 : 2. Traduction de l’auteur). Contrairement à la grande majorité des réseaux socionumériques, où les internautes « communiquent principalement avec des personnes qui font déjà partie de leur réseau social étendu » (Boyd et Ellison, 2008 : 211. Traduction de l’auteur), l’organisation du site a pour principale motivation de faire se rencontrer des inconnus, de mettre en relation des voyageurs et de leur permettre de partager une relation d’hospitalité. Un aspect très important de Couchsurfing est l’absence quasi totale de toute dimension financière. L’inscription et les interactions sont gratuites sans limitations, et aucune publicité ne vient s’afficher pendant la navigation. De plus, la philosophie du site interdit expressément toute contrepartie : « L’inscription sur le site sera toujours gratuite. Les hôtes ne doivent jamais faire payer les couchsurfeurs ; toute personne qui le ferait serait immédiatement bannie du site. » La ligne directrice du site est de « participer à créer un monde meilleur » et de « rendre plus facile à tout le monde de découvrir le monde et de partager des expériences enrichissantes ».

13La communauté virtuelle Couchsurfing ne repose pas sur un principe de réciprocité explicite : l’engagement ainsi que le sentiment d’appartenance à la communauté sont des points fondamentaux dans le Couchsurfing (Rosen et al., 2011), mais le système d’hébergement n’entraîne aucune symétrie pure. Il n’est pas nécessaire d’avoir hébergé pour être hébergé, de même que refuser une requête d’hébergement n’est pas sanctionné. L’accent est clairement mis sur la responsabilité et l’autonomie décisionnelle de chaque membre, où chacun se doit d’exposer clairement son cadre normatif, ce qu’il attend des expériences, ce qu’il juge autorisé et ce qui ne l’est pas, tout cela passant nécessairement par un profil et une communication qui exposeront clairement ses attentes. La notion d’hôtel gratuit n’est pas problématique si l’intention est clairement établie, que ce soit du côté de l’hébergé ou de l’hébergeur. Cependant, les internautes qui agissent dans cette seule perspective sont appelés Free Loaders et sont assez mal vus(Schéou, 2009 : 21). La velléité de trouver un hébergement gratuit sans l’envie de socialiser avec les couchsurfeurs, pour peu que les intentions ne soient pas explicitées à l’occasion de l’échange de courriels précédant l’hébergement, peut rendre la communication et l’expérience difficiles, voire négatives : l’arrivant se verra confronté à une dimension sociale qu’il ne voulait pas développer et l’hébergeur pourra se sentir trahi et blessé du fait que l’hébergé n’ait envisagé leur rencontre que comme le moyen d’éviter de payer une nuit d’hôtel. Certains membres proposent leur lit pour rendre service, mais précisent qu’ils n’ont pas forcément le temps de socialiser, d’autres veulent héberger pour rencontrer, partager, apprendre, discuter. Cette autonomie normative et décisionnelle laissée à chaque couchsurfeur permet d’inscrire l’interaction dans une logique de tension dynamique où le méta-niveau n’impose pas de ligne de conduite transcendantale. Bien qu’elle émerge dans une structure définie, l’interaction se développe de manière horizontale entre deux couchsurfeurs ayant chacun leurs propres normes, leur propre vision du Couchsurfing et leurs propres attentes. Il ne s’agit alors pas d’une logique contractuelle qui impose aux membres une ligne de conduite prédéfinie, mais d’un mécanisme de regroupement affinitaire qui détermine les interactions en fonction de l’adéquation ou de l’incompatibilité normative entre les membres. La confiance intervient dès lors dans le respect de l’identité déclarative des membres et dans la véracité de leurs intentions. L’utilisation du site n’étant pas explicitement restreinte à un certain type d’attente, à un certain type de comportement, l’autonomie normative permet de cibler les personnes avec qui un regroupement normatif et affinitaire s’opère sans pour autant que ce soit la structure elle-même qui soit à l’origine de ce processus. L’absence de structure normative transcendante prend ici tout son sens : il s’agit d’une redéfinition propre à chaque membre de l’interprétation de « l’esprit du Couchsurfing » et d’un positionnement quant aux possibilités offertes par la structure, socialisation, hébergement, ou le mélange des deux. L’absence de contrainte normative émanant de la structure ne signifie cependant pas l’absence de normes mutuellement adoptées, mais le refus d’une normativité restrictive imposée à tous.

L’hébergement sur Couchsurfing

14Ce ne sont pas des voyageurs inconnus que Couchsurfing se propose de relier, mais bien des amis potentiels porteurs d’une expérience personnelle et vecteurs de partage. « Il s’inscrit en cela dans une certaine vision du voyage, dont on pourrait situer les origines dans la Beat Generation, lorsque les modalités du voyage importent plus que la destination même. C’est le voyage pour la rencontre plus que pour le lieu » (Rosso et Gréhan, 2010 : 159). Le site propose deux modalités d’hébergement : l’offre et la demande. Une personne désirant être hébergée autant qu’une personne souhaitant héberger ont à leur disposition des outils de recherche pour trouver un hôte. Les couchsurfeurs désireux d’être hébergés dans la destination de leur choix doivent communiquer avec les hôtes potentiels au moyen d’un moteur de recherche qui fonctionne selon plusieurs critères sélectifs : localisation géographique, âge, sexe, langues parlées, etc. Une fois ce premier filtrage effectué, l’examen des profils permet de restreindre la sélection des hôtes potentiels. Une fois la demande envoyée, l’hébergeur peut y répondre de façon positive ou négative sans que cela ait la moindre influence sur son profil ou sur sa réputation. Depuis 2012, les membres de la communauté peuvent désormais directement proposer à des couchsurfeurs de venir chez eux, et la dynamique du site n’est plus de l’hébergé vers l’hébergeur, mais offre la possibilité à l’un comme à l’autre de créer une relation. Les statistiques de Paula Bialski, ainsi que ses comptes rendus d’entretien confirment que la dimension d’hospitalité inhérente au voyage est moins importante que l’envie de partager et de vivre de nouvelles expériences.

Couchsurfing.org en chiffres

15Couchsurfing.org est une communauté virtuelle mondiale, dont l’inscription est ouverte à tous sans limitations géographiques, ethniques ou sexuelles. La répartition des membres, qu’on trouve dans les cinq continents, ainsi que le nombre de pays représentés paraissent, de prime abord, en adéquation avec la philosophie du site, à savoir permettre un dialogue interculturel riche en significations au moyen de l’hébergement et de la rencontre en face-à-face. Cependant, il apparaît clairement que loin de regrouper des membres hétérogènes, la communauté montre une très forte représentation d’un seul type de population, les Occidentaux, et les membres qui n’en font pas partie sont minoritaires. Si nous présentons ici de manière objective des statistiques, issues du site lui-même, nous verrons plus tard que cette tendance à la similarité entre les membres est un caractère distinctif très important de la communauté des couchsurfeurs. Couchsurfing compte 5,5 millions de membres inscrits et comptabilise environ 5,6 millions d’expériences réussies. Dans le site sont représentés 207 pays, répartis sur les 5 continents, regroupant 97 000 villes différentes. Cependant, le couchsurfeur type est « un homme jeune, de race blanche qui parle l’anglais et vit dans un pays développé. Bien qu’il y ait beaucoup d’utilisateurs qui ne correspondent pas à cette description, plus ils sont différents, moins ils ont de chance d’appartenir à cette communauté » (Bialski, 2008 : 12). En effet, les 10 territoires les plus représentés sont les États-Unis, l’Allemagne, la France, le Canada, l’Angleterre, l’Espagne, l’Italie, le Brésil, l’Australie et la Chine. Ce constat est encore renforcé par les statistiques sur les langues parlées : il faut attendre la sixième place du classement pour retrouver une langue d’un pays qui ne fait pas partie du bloc occidental, le mandarin, et qui ne totalise que 3,8 % des déclarations. Les statistiques sur l’âge des couchsurfeurs confirment cette homogénéité marquée de la communauté Couchsurfing. L’âge moyen est de 28 ans, et les 18-29 ans représentent plus des trois quarts des membres. La population de la communauté est composée de 53 % d’hommes et de 47 % de femmes.

Le profil

16Le profil est un élément fondamental de cette communauté virtuelle.

Chaque interaction provoque ainsi une figuration, entendue par Goffman comme le jeu mutuel de ménagement de la face de chaque interactant, chacun ayant tout intérêt à faire en sorte que l’interaction réussisse. Cette conception de l’interaction sociale accorde une large place au contexte, puisque l’individu pourra se comporter différemment selon les audiences auxquelles il est confronté (Coutant et Stenger, 2010 : 4).

17Le profil sur Couchsurfing comporte trois dimensions : la présentation de soi par soi, la présentation de soi par le système et la présentation de soi par les autres utilisateurs. Ce triple discours permet à chaque membre d’avoir l’idée la plus précise possible de son interlocuteur, ce qui constitue un mécanisme fort dans l’acquisition de données cognitives sur la personne dans le cadre d’un hébergement, et par conséquent dans le don de confiance, ou le refus. Les données personnelles relatives à la grande majorité des communautés virtuelles sont présentes dans le profil de tout membre Couchsurfing : l’âge, le sexe, la date d’inscription, la dernière connexion, la date de naissance, le pseudonyme, le métier, la formation, la ville de naissance et l’ethnicité. De plus, le profil comporte le dernier lieu de connexion, la date de cette dernière connexion, la disponibilité d’hébergement, l’objectif actuel, les langues parlées et leur degré de maîtrise, les groupes dont le membre fait partie, la liste des amis et, enfin, ce qui est probablement le plus important, les comptes rendus d’expériences d’hébergement. Les renseignements donnés par le membre s’organisent en différentes rubriques qui ont pour fonction de lui permettre de se présenter de manière plus libre et plus complexe : sa description personnelle, les raisons de sa participation au projet Couchsurfing, ses expériences sur le site et avec les membres, ses centres d’intérêt, sa philosophie de vie, ses préférences culturelles, son type de personne appréciée. Enfin, une rubrique sur ce qu’il a vu ou fait d’exceptionnel, son opinion sur le projet Couchsurfing et les endroits où il a voyagé peut être remplie. Après toute expérience sur Couchsurfing, les membres sont fortement invités à rédiger un avis, qui comporte une appréciation qualitative globale (positive, neutre ou négative), et un compte rendu de l’expérience.

Méthodologie

18Dans le cadre du présent article, la méthodologie choisie a été celle de l’enquête quantitative. Un questionnaire de recherche a été élaboré et mis à disposition des couchsurfeurs français. Se focaliser uniquement sur un échantillon de culture et de nationalité françaises répond à un double positionnement : la prise en compte de la notion de persistance normative (Fisman et Miguel, 2006), ainsi que d’une considération intrinsèquement vernaculaire de la confiance (Hardin, 2002 ; Algan et Cahuc, 2009 ; Gefen, 2000). Plusieurs études mettent en évidence les différences dans l’appropriation et le vécu de la confiance selon le contexte, mais également selon l’identité profonde de l’individu (Préau et al., 2009 ; Robichaud, 2012). La prise en compte de réponses provenant de toutes les nationalités de couchsurfeurs laisserait supposer que l’appartenance à la communauté transcende les différences liées au pays d’origine, et que Couchsurfing serait une communauté dissociée de toute référence contextuelle en dehors de son existence. La restriction de l’échantillon à la population française a été mise en place pour éviter de basculer dans une étude comparative, tant en ce qui a trait aux nationalités qu’aux cultures, ainsi que d’éviter au mieux certains écueils de traduction et d’interprétation de la notion de confiance par les interrogés. « La notion de confiance faite à autrui est subjective et abstraite. On n’est pas certain que les individus comprennent tous la même chose lorsqu’on les interroge, d’autant que les problèmes de traduction en plusieurs langues peuvent aussi altérer la fiabilité de la mesure » (Bréchon, 2003 : 400).

19Le terme de confiance n’a été utilisé qu’une seule fois dans les questions posées. Il ne s’agit pas dans le présent article de définir si les membres se font confiance en général, mais de déterminer quels sont les mécanismes qui permettent à la confiance de s’instaurer et à l’interaction de se créer entre les membres, dont la finalité est l’hébergement. Pas plus que dans la vie hors ligne, la confiance ne peut être généralisée à tout un corps social. La question « Et d’une manière générale, feriez-vous davantage confiance à un couchsurfeur ayant pris contact avec vous par le biais du site qu’à une personne croisée au hasard (dans la rue, au bar, lors d’un événement) lors d’une demande d’hébergement ? » a pour fonction de vérifier que Couchsurfing constitue un mécanisme permettant à la confiance d’émerger dans un contexte précis qui ne s’applique pas de manière catégorique en dehors de la communauté. Un questionnaire de recherche a été mis à disposition des couchsurfeurs (intitulé « Questionnaire de recherche ») sur les forums généraux des principales villes françaises, directement sur couchsurfing.org et sur la page française de Couchsurfing sur Facebook.

L’anomie comme structure normative

20L’anomie est une notion très ancienne, remontant aux écrits présocratiques, et qui a largement évolué au cours de l’histoire.

21« Anomie : vient du nom grec anomia, qui renvoie à l’adjectif anomos, sans loi. Comme le précise Martin Oswald, le Nomos grec est à la fois « descriptif et prescriptif, et bien que l’origine de cette norme puisse être, selon les cas, attribuée aux dieux, à un législateur, ou à l’initiative d’une société tout entière, l’élément essentiel, c’est qu’elle soit reconnue et acceptée, quelle que soit son origine, comme la norme en vigueur dans un milieu donné » (Orru, 1998 : 29-30).

22Dans le cadre de la présente étude, nous allons utiliser le concept d’anomie tel qu’il a été défini par le philosophe français Jean-Marie Guyau. « Ce dernier construit sa notion d’anomie sur la tradition immanentiste, selon laquelle les codes moraux gouvernant la conduite humaine n’ont aucun fondement transcendantal ; ils découlent de situations spécifiques et trouvent leur existence dans les rapports entre individus » (Orru, 1998 : 143). En effet,

pour Guyau, il ne faut pas voir l’anomie comme un mal ou une maladie des temps modernes, mais comme leur trait caractéristique. […] Les individus modernes ne peuvent plus compter sur la foi religieuse ou sur une vérité transcendantale. Au contraire, ils doivent trouver un principe de conduite en eux-mêmes, dans leur élan vers la vie (Orru, 1998 : 152-153).

23C’est à cet endroit que l’on peut utiliser la théorie de Guyau et l’appliquer à la présente étude sur la communauté Couchsurfing, en ceci que l’absence de normes transcendantales conduit les individus à devenir leurs propres forces normatives. Le refus de la structure d’ériger des principes généraux qui régiraient l’ensemble des interactions entre les couchsurfeurs pourrait, d’abord, être assimilable à de l’anomie au sens platonicien, soit une absence de loi qui serait censée créer, selon Émile Durkheim, un état de mal et d’inadéquation sociale entre les individus et la société puisqu’ils ne partagent pas de valeurs communes. Il apparaît pourtant que ce n’est pas tant l’absence de normes ou de règles formalisées, mais l’espace autonome qui offre la possibilité à plusieurs systèmes normatifs de se développer sans entrer en contradiction avec une logique normative restrictive qui émanerait du méta-niveau même. « La vraie <autonomie> doit produire l’originalité individuelle, et non l’universelle uniformité » (Guyau, 2008 : 166). La dynamique normative qui opère sur Couchsurfing met en tension les normes mutuellement adoptées et les normes immanentes, en excluant la transcendance normative : l’interaction est alors régie par le particulier et le commun, l’immanent et le partagé, et n’est pas subordonnée à une transcendance restrictive et prescriptive. La logique normative tripartite du transcendant, du partagé et de l’immanent est alors réduite au dialogue horizontal entre les membres, qui peuvent dès lors développer une interaction sans entrer en conflit avec des restrictions et des directives émanant d’une autorité supérieure, d’un méta-niveau normativement formalisé.

Des normes transcendantales, immanentes et partagées : vers une réorganisation normative

24Si, conformément aux résultats de l’enquête présentée dans le présent article et à ceux de Bialski (2008), la majorité des membres interrogés partagent une norme commune de socialisation lors des interactions sur Couchsurfing, il n’en demeure pas moins que cette organisation normative s’est faite à l’intérieur même du site, par les membres. C’est dans ce partage majoritaire d’une norme de socialisation pendant les interactions que la confiance peut émerger de manière optimale, car l’adoption de cette norme ne dépend alors pas d’une acceptation univoque des conditions d’utilisation du site couchsurfing.org, mais d’une logique de regroupement affinitaire. La structure du Couchsurfing opère une réorganisation de la hiérarchisation normative : la suppression du référent vertical, la norme transcendantale, autonomise les interactions qui se dispensent donc d’un référent externe formalisé. Et c’est précisément cette autonomie qui agit comme un vecteur fondamental de la confiance en ce qu’elle l’extirpe du contrat et de l’attente de fiabilité inhérente à l’acceptation commune d’un cortège partagé de normes et de conventions qui régulent l’individu en tant qu’entité consciente et libre. « Pour que la confiance acquière un sens, pour qu’elle devienne nécessaire, il a fallu que s’impose l’individu libre et autonome (et donc non connaissable) » (Seligman, 1995 : 44).

25Dans un premier temps, il semblerait contre-productif de chercher à réglementer la manière dont doivent se comporter les membres. La mise en place de normes comportementales aurait le même effet, comme une interdiction d’avoir des rapports intimes à l’occasion des expériences d’hébergement. Ce qu’il convient de remarquer, c’est que Couchsurfing n’est pas une anomie, une anarchie destructrice, mais bien un refus de formalisation institutionnelle de normes restrictives qui, loin de regrouper les membres dans un souci de liberté et d’échange, aurait pour résultat de faire basculer la confiance dans une logique contractuelle en substituant l’adhésion autonome à une norme immanente vers la souscription à un ensemble de règles et de normes établies par la structure, ce qui introduirait de fait un référent tiers, un garant externe, transcendant l’interaction. Ainsi, la réduction de l’autonomie au moyen d’un carcan normatif transcendantal irait à l’encontre de la spontanéité et de la libre rencontre de l’autre en ce qu’il a de différent, en ce qu’il peut apporter sur le plan de l’enrichissement personnel, l’idée étant que toute tentative d’intrusion de la part de la structure dans ce que les membres considèrent comme leur expérience aboutirait invariablement à une baisse de la confiance entre les membres, d’une part, et à un amoindrissement de l’intensité de l’interaction, d’autre part. Le problème majeur qui apparaît ici est que la confiance se déplace de la sphère interactionnelle et évolutive que suppose tout rapport d’amitié pour s’inscrire dans une logique normative qui ne laisse que peu de place à la confiance en ce que l’interaction est déterminée par avance par tout un cortège d’obligations auxquelles chaque membre devra se soumettre sous peine d’enfreindre les modalités de fonctionnement de la communauté. Ce n’est pas ici l’existence de normes qui s’opposerait à la confiance, mais le caractère immuable et restrictif de celles-ci.

26Comme nous l’avons vu précédemment, la confiance ne peut s’inscrire dans un cadre dont les normes sont trop restrictives, car la place laissée à l’incertitude et au risque est inversement proportionnelle à la force du cadre normatif. Et dans un autre temps, la confiance ne peut naître sur le néant et sur une indétermination totale, car comme l’a très justement dit Georg Simmel, « celui qui sait tout n’a pas besoin de faire confiance, celui qui ne sait rien ne peut raisonnablement même pas faire confiance » (Huyghe, 2011). La force du Couchsurfing réside donc dans cette dimension de liberté normative, et non pas dans son absence totale. Car s’il n’existe pas de norme forte et verticale sur Couchsurfing, nous ne nous retrouvons pas pour autant dans un contexte anomique au sens durkheimien du terme. La vitalité de la communauté et le nombre d’expériences réussies prouvent que ce type d’organisation normative n’est pas un vecteur de troubles, mais, au contraire, un facteur fondamental d’épanouissement et de réussite au moment des interactions.

Une communauté, plusieurs systèmes normatifs

27Ce qui interpelle rapidement tout membre de la communauté virtuelle Couchsurfing, c’est l’absence caractéristique de tout cadre normatif fort. Il n’existe aucune règle de fonctionnement autre que les règles génériques de tout espace public sur Internet, à savoir le respect de tous, la liberté d’expression et de pensée, le bannissement de toute idéologie visant à atteindre l’autre dans sa différence. Les seuls fondements normatifs forts sont l’interdiction de toute compensation financière entre les membres et la non-obligation de réciprocité dans les expériences d’hébergement. Les objectifs du site, à savoir créer un monde meilleur en favorisant des expériences enrichissantes entre les membres, constituent plus une ligne directrice, que chacun peut interpréter à son gré, qu’un cadre normatif contraignant.

28Cette absence est une source d’interrogations concernant un paramètre capital inhérent à l’objectif même du site : qu’en est-il de la sécurité au moment des hébergements ? La grande force de cette communauté virtuelle, et un mécanisme majeur de la confiance, passe justement par cette absence de cadre normatif vertical et contraignant qui tenterait d’unifier les pratiques et les discours des membres en les homogénéisant. Le Couchsurfing est une hospitalité « laissée à l’initiative des particuliers » (Gotman, 2001 : 14), la communauté devenant un outil de mise en relation regroupant des membres qui partagent majoritairement un ensemble de normes communes, sans que pour autant la structure s’institue elle-même en référent normatif vertical. Cette absence de contraintes transcendantales permet à chacun de développer sa propre logique normative, et donc de réorganiser le rapport de soi à l’autre dans un espace d’autonomie décisionnelle, qui peut à tout moment être modifiée selon le degré d’intimité atteint entre les couchsurfeurs.

29L’institution d’un cadre normatif passe ici par trois phases distinctes. Premièrement, chaque membre définit dans son profil ce qu’il attend de ses futurs hôtes, ce qu’il accepte et ce qu’il refuse, il établit des limites qui ne contraignent pas l’expérience, mais permettent au contraire de l’inscrire dans un agencement accepté des deux côtés et où les deux parties se retrouvent en partant du principe que l’hébergé et l’hébergeur ne sont pas contraints d’accepter l’expérience, mais choisissent au contraire les membres avec qui ils la partageront. Deuxièmement, les échanges préalables à l’hébergement peuvent faire émerger des contraintes non précisées dans le profil, et chacun peut alors redéfinir certaines modalités particulières (l’heure d’arrivée, le nombre de personnes, le prêt des clés) et donc opérer une modification normative entre les deux personnes, ce qui serait impossible dans le cadre d’une organisation normative relative à un système dans son ensemble, qui ne peut s’adapter au cas par cas. Enfin, au moment de l’hébergement, selon que les affinités se créent ou non, selon le degré de complicité atteint, les règles préétablies peuvent encore changer, et l’hébergeur peut alors soit s’en tenir à ce qu’il avait donné à voir comme étant sa norme, soit modifier les règles de fonctionnement inscrites dans son profil et les adapter à chaque personne.

30Si la communauté virtuelle qu’est Couchsurfing est profondément anomique en ce qu’elle refuse d’instaurer tout cadre normatif supérieur et immuable conséquent, elle offre aux membres qui la composent la possibilité de devenir en eux-mêmes leur cadre de référence, ce qui, loin de créer de l’instabilité et d’induire des rapports conflictuels entre les membres, propose une réorganisation originale de la transcendance normative en substituant à un méta-niveau impersonnel et générique une réduction de la verticalité normative pour en arriver à un rapport de membre à membre, le site devenant par là même un simple outil qui ne contraint plus les interactions et reste pratiquement neutre.

Résultats et discussions

La norme en question

  • 1 Les citations suivantes, sauf indication contraire, sont issues des entretiens réalisés dans le cad (...)

31Le pourcentage de réponses favorables à l’instauration d’une organisation normative verticale témoigne d’un désir de sécurisation et de renforcement de l’esprit communautaire du Couchsurfing. Cependant, les membres ayant répondu en ce sens ne représentent qu’une petite partie des couchsurfeurs interrogés : en effet, seuls 13 % des participants à l’enquête se sont prononcés pour un renforcement du système normatif sur Couchsurfing. Parmi les raisons invoquées, trois préoccupations reviennent majoritairement : le désir de renforcer la sécurité, le souhait de normaliser les échanges et celui de renforcer l’esprit communautaire. « Les règles ne sont pas privatives de liberté, mais sont un cadre qui peut préserver l’harmonie des deux parties en présence »1. Ce qui apparaît dans ce commentaire est le souhait d’une réorganisation normative qui permette d’ancrer les interactions sociales dans les expériences de Couchsurfing dans un contexte qui transcende les membres de la communauté. Il s’agit alors de limiter la liberté normative des membres pour restreindre l’incertitude comportementale et donc réduire le risque inhérent à l’interaction. Par corrélation, l’inscription de la relation dans un cadre normatif plus fort réduit la responsabilité des membres entre eux pour réorganiser les interactions dans un contexte où le référent n’est plus l’interlocuteur, mais la structure. Donner plus de pouvoir au site permettrait de renforcer la communauté en consolidant et en normalisant les rapports interpersonnels, mais dans un même temps, minimiserait le besoin de confiance à mesure que l’adhésion aux normes communautaires agirait, comme la confiance, comme un « mécanisme de réduction de la complexité sociale » (Luhmann, 2006). De plus, normaliser les modalités d’interaction rapprocherait l’esprit du Couchsurfing d’une logique de coopération dans une expérience d’hébergement plus que dans une logique de rencontres enrichissantes.

32La mise en place de normes permettrait aussi de sécuriser les échanges et de normaliser les modalités générales de l’expérience, « pour montrer qu’on est un couchsurfeur et pas un squatter par exemple », ou encore « car j’ai déjà eu des demandes pour des durées très longues par exemple 15 jours, alors que la personne venait tout juste de s’inscrire et qu’elle me faisait comprendre qu’elle n’avait pas une thune mais que pour aller en boîte oui ». Ces deux commentaires sont intéressants et posent un problème fondamental : l’esprit du Couchsurfing se situe-t-il dans sa dimension d’hospitalité, de rencontre, ou dans une symbiose des deux ? De plus, ne pas rechercher une expérience sociale lors des interactions Couchsurfing contrevient-il à l’esprit du site, ou encore à ses normes ? De manière formelle, la réponse est non. Néanmoins, ce jeu de données couplé à celles de Bialski tendrait à indiquer que si. La structure en elle-même ne pénalise pas de manière officielle les internautes dont la seule volonté d’utilisation du Couchsurfing est l’hébergement gratuit. Cependant, les couchsurfeurs adhèrent de manière largement majoritaire à l’esprit du Couchsurfing, et ont même modifié l’égalité entre la dimension d’hébergement et de la rencontre pour placer l’impératif d’enrichissement personnel au-dessus des commodités d’hébergement. L’hospitalité deviendrait alors un prétexte et non plus une fin en soi. Ce sont les couchsurfeurs qui ont imposé cette règle à la structure qui ne l’a pourtant pas inscrite en tant que principe normatif fédérateur. C’est le point de tension dynamique qui pose la problématique de la définition de la communauté Couchsurfing. Il est de la responsabilité de chacun, précise le site, de bien choisir les personnes chez qui l’on veut être hébergé ou que l’on accepte d’héberger. Nous avons vu précédemment les mécanismes qui mènent à la confiance, résultat des mécanismes fondamentaux et dérivatifs. Contraindre les couchsurfeurs à adhérer de manière obligatoire à des principes directifs permettrait, en effet, de « favoriser l’esprit fédératif et communautaire ».

De l’hétéronomie à l’autonomie

33Cependant, 87 % des personnes interrogées ont répondu non à cette question. Et ce qui ressort de manière fondamentale dans les réponses ouvertes, c’est le principe de liberté de chacun et le refus absolu d’un système normatif transcendantal. « Selon moi, le Couchsurfing est un état d’esprit, chacun est libre de le vivre à sa façon, faire des demandes de <couch> à sa façon ; le site étant un moyen de rendre plus facile la visibilité de la disponibilité. Établir des règles dans ce cadre contraindrait la liberté individuelle. » La perception du Couchsurfing sous cet angle est définie de manière pertinente par un autre membre : « Chacun ses envies. Couchsurfing est un outil. » Deux autres commentaires sont éclairants et nous permettent de pénétrer plus en avant dans la problématique communautaire du Couchsurfing : 

L’intérêt de poser des limites individuelles est que justement chacun est différent et on ne peut imposer à tous le même nombre de nuits, de surfeurs, etc. Cela dépend largement des envies et disponibilités de chacun et l’harmoniser serait difficile et risquerait d’éliminer ceux qui ne peuvent ou ne veulent s’y plier.

D’abord parce que ça fonctionne déjà très bien comme ça et ensuite parce que le Couchsurfing est un mode de vie et de pensée. Chacun a sa propre vision et il ne faut surtout pas l’uniformiser en y mettant des règles !

34Les commentaires en défaveur d’une réorganisation normative transcendantale apportent des éléments de réponse à ce sujet.

35Ce qui ressort des commentaires des couchsurfeurs au sujet de leur refus largement majoritaire d’une organisation normative verticale et homogène, c’est le passage réussi de l’hétéronomie à l’autonomie, d’une logique contractuelle à une relation de confiance : « Le fait qu’il n’y ait pas de règles permet d’introduire la notion d’aventure tant pour l’hôte que pour le couchsurfeur. » Ce désir d’aventure est l’expression du désir d’expériences enrichissantes et de liberté inhérente à l’esprit du Couchsurfing. Les interactions doivent « rester libres et ne [doivent] pas ressembler à une forme d’<hôtel>. Les échanges doivent être spontanés et non cadrés ». Les notions de spontanéité, d’autonomie et de liberté sont les plus récurrentes dans les réponses à cette enquête. « Couchsurfing doit rester un champ d’expérimentation sociétal et non un mode d’emploi. » Cette réflexion nous permet de comprendre ce qu’est le Couchsurfing dans la vision la plus partagée de l’esprit de la communauté. Plus qu’une simple communauté, les couchsurfeurs façonnent leur propre idéal au sein d’une communauté virtuelle regroupant autant de personnes différentes qu’il y a d’inscrits, et si un idéal commun partagé par une majorité de personnes existe bel et bien, non seulement celui-ci est évolutif, mais aussi il ne constitue pas un mécanisme d’exclusion pour les membres qui ne le partagent pas. Il est dès lors permis à des individus très différents de se côtoyer au sein d’un même espace et de segmenter la structure principale en autant de sous-groupes. C’est ce qui fait l’originalité de cette communauté : 

C’est un processus a-central et ça n’a pas besoin de centralité ou de structure hiérarchique qui impose des règles

Couchsurfing est avant tout un moyen pour les gens de se rencontrer selon des principes qui se fixent dans la relation à deux. La manière dont j’accueille et désire être accueillie est très différente de celle d’autres personnes. Des règles rigidifieraient quelque chose qui reste assez spontané…

36Cette organisation anomique permet donc de libérer les échanges d’un carcan contractuel normatif et communautaire, ce qui correspond aux attentes de liberté et d’autonomie des couchsurfeurs interrogés : « Chacun vit le Couchsurfing comme il veut. Chacun décide de comment il veut pratiquer le Couchsurfing. »

Une confiance dérivative ou une confiance fondamentale ?

37La question « Quels sont les éléments auxquels vous prêtez particulièrement attention lorsque vous recevez une demande d’hébergement ou lorsque vous cherchez un hébergement ? » nous permet de déterminer les modalités de création de la confiance entre les membres pendant les échanges qui précèdent la rencontre. Les personnes interrogées avaient le choix de cocher une ou plusieurs options, ce qui explique que les pourcentages sont supérieurs à 100 %. Le paramètre le plus important au moment de l’étude d’une demande ou de la réalisation de celle-ci est la présentation personnelle, sollicité à 85 %. Suivent la demande en elle-même, à 78 %, et le nombre d’expériences positives, à 75 %. Par ordre décroissant, les critères pris en compte par les couchsurfeurs sont : les photographies à 56 %, l’âge à 49 %, les langues parlées à 46 %, le nombre d’expériences négatives à 46 %, le genre à 26 %, les pays visités à 14 %, la certification et le cautionnement à 11 %, le nombre d’amis à 10 % et l’origine à 9 %.

38Les trois paramètres majeurs sont donc la présentation personnelle, la demande en elle-même et le nombre d’expériences positives. Ce qui ressort de ces statistiques est que les mécanismes fondamentaux de la confiance sont plus importants pour les couchsurfeurs interrogés que le recours aux données dérivatives. La présentation de soi, l’identité déclarative des couchsurfeurs, a donc une influence plus importante que l’identité agissante et calculée. Ces statistiques nous permettent de vérifier les hypothèses exprimées au début du présent article. D’abord, la confiance n’est pas une simple attente de fiabilité et son incalculabilité apparaît clairement à cet endroit : « La seule façon de voir dans la confiance autre chose qu’un idéalisme irénique ou un calcul utilitariste est bien d’y voir la structure du don, du risque pris d’une crédibilité, d’une hospitalité à ce que dit l’autre, d’une place pour lui dans l’échange » (Cornu, 2007 :27). Ces considérations s’accordent parfaitement avec la structure anomique du Couchsurfing et sur son impératif de responsabilité personnelle dans les prises de décision relatives aux interactions. De plus, cela valide le postulat qui place la confiance dans une dynamique normative immanente, mais suppose dans le même temps un partage normatif existant, bien qu’il soit restreint. Le don d’hospitalité, ou plutôt la recherche de la rencontre par l’intermédiaire du site, ne s’inscrit pas dans une logique holistique qui engloberait tous les contextes dans lesquels les couchsurfeurs auraient la possibilité d’accueillir quelqu’un. Si, au sein de la communauté, la confiance et l’interaction se fondent principalement sur le discours de présentation et de motivation, dans une logique de corrélation affinitaire, c’est précisément parce que le contexte général ainsi que le partage de l’esprit du site permettent de circonscrire l’incertitude contextuelle et donc de favoriser cette hospitalité du discours.

Le sentiment d’appartenance à la communauté

39À la question « Et d’une manière générale, feriez-vous davantage confiance à un couchsurfeur ayant pris contact avec vous par le biais du site qu’à une personne croisée au hasard (dans la rue, au bar, lors d’un événement) lors d’une demande d’hébergement ? », 71 % des couchsurfeurs répondent par l’affirmative. La réponse à cette question peut sembler, de prime abord, évidente. Mais est-il plus rationnel de faire confiance à une personne sans expérience, mais inscrite sur Couchsurfing, et de l’inviter chez soi que de faire de même avec une personne extérieure à la communauté rencontrée hors ligne ? Ces résultats sont à mettre en relation avec la question concernant le sentiment d’appartenance à la communauté, partagé par 73 % des membres : le sentiment d’appartenance inscrit l’interaction dans un méta-niveau, dont la logique est dérivative, et c’est sur la base de cette adhésion, effective ou supposée, que l’on peut comprendre la réponse à cette question. Ces données permettent de mettre l’accent sur l’appropriation de la structure par un groupe de couchsurfeurs qui partagent une vision commune ou proche de ce qu’est le Couchsurfing, créant une communauté homogène au sein même de la structure. Ces membres se réunissent autour d’un partage normatif de leur vision du Couchsurfing, sans pour autant instaurer leur norme commune en norme transcendantale. L’espace libre qu’est la communauté virtuelle Couchsurfing leur a permis de s’organiser, de se regrouper, sans pour autant redéfinir l’autonomie décisionnelle et la liberté normative que possède tout membre de Couchsurfing.

40En comparant les affirmations au sujet des processus de création de la confiance, nettement orientées vers sa dimension fondamentale, et la réponse à cette question, il apparaît que ce qui permet aux membres de Couchsurfing de privilégier le discours aux données tierces fournies par le site ou par les autres membres est le sentiment d’appartenance et donc la supposition que les personnes inscrites sur Couchsurfing partagent, ne serait-ce que minimalement, les valeurs du site. « Il est possible d’avoir une régulation sur le site (certification, avis des autres couchsurfeurs, démarche de s’inscrire sur le site...) de Couchsurfing qui, à mon avis, limite les mauvaises surprises. » L’idée de démarche rassurante se retrouve dans bon nombre de réponses à cette question : « La démarche est différente. Les couchsurfeurs ont souvent un respect supplémentaire de l’hébergeur » ; « Les gens qui ont fait la démarche d’aller sur le site semblent tous avoir le même état d’esprit et la même ouverture que moi donc, pas de problèmes, c’est ce qui nous rapproche ! » D’autres commentaires insistent quant à eux sur l’aspect sécurisant du site : Couchsurfing est alors perçu comme un « support pour retrouver la personne », certains mettent en avant la sécurité induite par les traces laissées par les couchsurfeurs. Cependant, certains couchsurfeurs adoptent une attitude différente : « Comment Internet peut-il être plus proche de la réalité que la réalité elle-même ? », et certains font référence à la « présomption de bonne foi. Comme sur Internet ou dans la rue ou encore quand je fais du stop, je suppose que la personne que je croise est potentiellement positive. Je fais confiance aux humains ». Si certains ont davantage tendance à adopter une confiance globalisée, le fait est que l’existence d’une sécurité, aussi faillible soit-elle, associée au partage d’une vision du Couchsurfing commune permet de comprendre les réactions à cette question : 

La lecture du profil peut rassurer même s’il ne faut pas être dupe.

Je ne réponds positivement qu’à des requêtes personnalisées, où je sais que les gens ont lu mon profil, et je fais de même. Il y a une prise de contact qui n’est pas anodine et qu’on peut comparer à une rencontre fortuite lors d’un événement ou d’une soirée. Pourtant le cadre qu’est le site Couchsurfing m’inspire plus confiance. Étrangement arbitraire.

La confiance et le choix

41Ce qui ressort ici, une fois de plus, c’est l’idée du choix, de la liberté dans la décision : choix dans la confiance, choix dans les partenaires de l’interaction et choix concernant les motivations. « La confiance ne se décrète pas » (Merzeau, 2010), et avoir le choix de ses actions, dans une situation donnée, n’est pas une garantie de l’apparition de la confiance et de son don, mais, à l’inverse, l’absence d’autres possibilités la condamne aussitôt à ne pas pouvoir apparaître. Il n’existe aucune obligation d’hébergement sur Couchsurfing, la réciprocité stricte n’est pas un principe de fonctionnement de cette communauté virtuelle, ce qui diminuerait la part de liberté tant revendiquée par les membres. Certains couchsurfeurs trouvent leur compte dans « le fait de pouvoir voyager parfois sans sortir de chez soi. Valoriser ce qui ne s’achète pas : l’humanité et la richesse des échanges ». Formaliser l’échange réciproque affaiblirait considérablement le principe même du Couchsurfing, qui est une rencontre des volontés et pas un simple service d’accueil, bien que le « dépannage de gens » soit aussi une facette de cette communauté. Restreindre le choix, au même titre qu’augmenter l’appareillage normatif, réduit de manière importante le besoin de confiance entre les individus, du fait de la multiplication des référents externes qui formalisent l’interaction, ainsi que l’autonomie et la spontanéité qui sont des caractéristiques auxquelles les couchsurfeurs sont particulièrement attachés. De fait, les données récoltées permettent de reformuler l’hypothèse émise au début du présent article, mais surtout de la préciser de manière cruciale : la confiance est la somme des mécanismes dérivatifs et fondamentaux, mais ne peut cependant pas émerger sans s’inscrire dans un méta-niveau dont l’efficience et la réalité, supposée ou réelle, doivent être acceptées par les acteurs de l’interaction. Si l’aspect fondamental de la confiance apparaît ici avoir une valeur supérieure aux yeux des couchsurfeurs par rapport à son pendant dérivatif, il semble toutefois que c’est par l’inscription de l’interaction dans un méta-niveau dont les valeurs sont partagées que le discours sur soi peut devenir le référent le plus important au moment de l’examen des demandes d’hébergement. Et c’est précisément à cet endroit que l’organisation anomique prend toute sa valeur : la confiance sur Couchsurfing est le résultat d’une tension dynamique entre le sentiment d’appartenir à une communauté d’intérêts dont les normes transcendantales, faisant défaut, réduisent le mécanisme contractuel d’adhésion à une charte commune pour réorganiser les interactions selon les modalités de chaque internaute. L’absence de normes fortes en provenance du méta-niveau oblige les internautes à reporter leur réflexion sur l’adéquation entre leur vision du Couchsurfing et celle qui leur est donnée à voir. En ce sens, c’est la supposition d’un partage normatif horizontal qui permet aux mécanismes fondamentaux d’être favorisés par rapport à l’information dérivative qui entre tout de même en compte dans la création de la confiance.

La logique affinitaire

42Si tous les couchsurfeurs ne partagent pas la même vision du Couchsurfing, une très large majorité d’entre eux partage nombre de caractéristiques communes : la moyenne d’âge est de 28 ans, et les statistiques récoltées pour cette étude s’accordent avec les statistiques générales données par le site. De plus, 92 % des personnes interrogées ont déclaré avoir fait des études supérieures, ce qui tend à confirmer l’homogénéité de la population Couchsurfing et à accréditer l’importance de l’apprentissage de l’usage numérique :

Les inégalités numériques sont d’abord des privations de capacités à saisir les prises positives de l’informatique connectée, capacités entendues ici à la fois comme compétences, dispositions et sens pratiques. Celles-ci ne sont pas seulement liées à des défauts d’équipement ou de connexion qu’il suffirait de prendre en charge, mais bien à des incapacités solidement ancrées, incorporées, qui sont l’expression d’inégalités sociales fondamentales et conduisent à certaines formes de dénis de reconnaissance (Granjon, 2009 : 20-21).

43L’instruction et la connaissance ne sont pas l’apanage des seuls individus ayant fait des études supérieures ou appartenant à une classe sociale élevée, mais un certain nombre d’études accréditent l’idée d’une corrélation entre ces caractéristiques et le niveau de confiance (Choi, 2011 ; Elchardus et Smits, 2008). « Les ressources économiques et intellectuelles dont disposent les individus semblent avoir des conséquences sur leurs manières d’envisager les relations sociales » (Bréchon, 2003 : 407). De plus, la motivation à s’inscrire et à participer au Couchsurfing est partagée par une grande majorité de couchsurfeurs. Plus qu’un site d’hospitalité, Couchsurfing est un site de rencontres et d’échanges. Les réponses données à la question « Quelle est votre motivation principale en tant que membre de couchsurfing.org ? » s’accordent avec les données récoltées par Bialski sur l’objectif principal des couchsurfeurs : l’enrichissement personnel. Cet aspect du Couchsurfing a largement supplanté, au sein de la communauté active, les notions de gratuité et de commodité d’hébergement. « Je pense que les personnes inscrites sur Couchsurfing adhèrent implicitement à une certaine idéologie, certaines valeurs. C’est cependant très subjectif. »

44Comme le remarque ce couchsurfeur, « le fait de s’inscrire sur Couchsurfing filtre déjà pas mal de monde ». La notion de filtres affinitaires transparaît largement dans la majorité des réponses ouvertes à ce questionnaire. Le croisement de ces données et commentaires nous permet dès lors de vérifier et de valider les hypothèses de départ. La confiance apparaît ici ancrée dans une structure anomique, qui permet aux couchsurfeurs de faire évoluer et vivre le Couchsurfing par une réorganisation perpétuelle des modalités normatives d’interactions flexibles et individualisées. De plus, bien que la dimension dérivative de la confiance ne puisse pas être négligée, c’est bien à partir de son acception fondamentale que les couchsurfeurs font émerger la confiance dans leurs interactions. Mais il ne s’agit pas ici d’une disposition générale à la confiance envers l’ensemble de l’humanité : la confiance dans le discours de l’autre est permise par l’adhésion des membres de la communauté à une vision commune de ce qu’est le Couchsurfing. La supposition du partage de ces valeurs par les membres, associée à un examen du profil et de la demande, permet de réduire l’incertitude contextuelle et motivationnelle et donc de réduire le besoin de se référer à des mécanismes dérivatifs, comme la vérification ou le cautionnement. Un membre résume ainsi la différence entre la confiance sur Couchsurfing et la confiance hors ligne : « L’idée n’est PAS de faire confiance à un simple inconnu, mais bien de faire une rencontre <accélérée>, mais aussi plus intense, avec quelqu’un que l’on juge (parfois à tort) digne d’intérêt ou de confiance, basé sur le peu d’éléments (lettre, références...) dont on dispose. » Bien que, comme nous l’avons vu précédemment, on ne puisse qualifier d’amitié toutes les relations qui se créent par le Couchsurfing, le caractère accéléré et intense des expériences entre les membres, lié à la recherche d’un enrichissement personnel et au contexte de mobilité, semble être une constante largement partagée parmi les couchsurfeurs.

Conclusion

45La confiance est une rencontre entre volontés, inscrite dans un contexte particulier, concernant une action singulière, et dont l’émergence repose sur la satisfaction de l’évaluation cognitive, motivationnelle et affective de la situation. Le risque peut être entendu de plusieurs manières. Il s’agit d’abord du refus d’extérioriser les modalités interactionnelles en les reportant sur un élément tiers tel qu’un contrat, ce qui diminue à la fois le risque et la vulnérabilité, mais écarte le besoin de confiance entre individus en ce que la relation ne s’opère plus entre pairs, mais entre contractants dont la défaillance est supposée et circonscrite à un ensemble de sanctions appropriées définies et acceptées par avance. Une interaction ancrée dans un contexte normatif trop développé détruit la confiance en ce que la sur-présence normative conduit la confiance à sa plus basse acception qui est une simple attente de fiabilité, de persistance comportementale développée dans une logique transcendante.

46L’intérêt du terrain que représente Couchsurfing tient dans ses caractéristiques : un site sans obligation de réciprocité, où la liberté normative, ainsi que la liberté absolue dans le choix des interactions offrent à la confiance la possibilité d’émerger jusqu’à en arriver à certaines expériences d’hébergement où les couchsurfeurs reçoivent les clés de l’appartement dans lequel ils passent leur séjour. Que la confiance existe au sein du Couchsurfing entre les membres semble évident au vu des enjeux que représente le fait d’inviter dans son intimité des individus inconnus. Ou plutôt des « amis potentiels » ou des « membres d’une même communauté ». Seuls 9 % des membres interrogés ont déclaré considérer les autres couchsurfeurs comme des inconnus, alors que 61 % les ont définis comme des amis potentiels et 58 % comme des membres d’une même communauté. Le croisement des données recueillies par cette enquête nous a permis d’évaluer la pertinence des hypothèses émises au début de ce travail de recherche. La supposition d’un partage d’une vision commune de ce qu’est le Couchsurfing constitue une base grâce à laquelle la dimension fondamentale de la confiance peut devancer les mécanismes dérivatifs. C’est dans le croisement d’une liberté d’organisation normative totale au moment des interactions et dans l’inscription de cette liberté dans un espace où les valeurs sont largement partagées que peut émerger la confiance sur Couchsurfing. En effet, les trois principales sources d’évaluation au moment d’une demande d’hébergement sont la présentation personnelle du couchsurfeur, sa demande d’hébergement et en troisième position sa place dans la communauté relativement au nombre de ses expériences positives. Le discours du membre sur lui-même ainsi que les discours des autres membres comptent bien plus que les mécanismes mis en place par la structure, ce qui permet d’affirmer que Couchsurfing est un outil pratiquement neutre dont les membres organisent l’agencement librement, ce qui tend à renforcer le sentiment d’appartenance et l’efficacité du Couchsurfing.

47La confiance répond ici à une logique tridimensionnelle : l’anomie permet de passer de l’hétéronomie à l’autonomie, ce qui responsabilise les membres tout en augmentant de manière certaine leur sentiment d’appartenance à un groupe de personnes qui redéfinissent sans cesse les modalités de vie dans cette néo-communauté. Ensuite, ce type d’organisation écarte la logique contractuelle et renforce le besoin de confiance dans ces relations qui ne se créent qu’entre pairs, sur la base d’une hospitalité au discours davantage que sur des référents externes. Cependant, Couchsurfing n’est pas une communauté virtuelle pure où tous les membres se font confiance sans considération autre que l’appartenance à la communauté, et des filtres affinitaires ont pour fonction de laisser l’impératif du choix aux couchsurfeurs. Comme cela est précisé par les documents de présentation du site, il ne s’agit pas d’héberger n’importe qui, n’importe comment, mais de sélectionner ses futurs hôtes dans cette logique largement partagée de recherche d’une expérience enrichissante. « On le constate, les refus d’hébergement ne dépendent pas seulement de la disponibilité ou de l’envie de la personne sollicitée, mais de la projection que fera, celui qui est sollicité, de son futur hôte, au vu de son profil, par rapport à ses attentes personnelles » (Schéou, 2009 : 13). Le risque dans les interactions Couchsurfing est toujours présent, et d’ailleurs 57 % des couchsurfeurs interrogés déclarent penser parfois que l’expérience peut se solder par un échec. Cependant, ces données n’ont pas d’incidence sur le don de la confiance, pas plus que l’absence de considération quant aux risques éventuels ne peut être considérée comme de l’inconscience.

48Couchsurfing est une utopie numérique qui prend à contrepied la logique économique qui prédomine dans tous les secteurs de la société actuelle : un espace d’échange libre et gratuit, une nouvelle forme d’hospitalité et une nouvelle façon de voyager, où l’humain est au centre du projet de mobilité, où prédominent les désirs de sortir des sentiers battus du tourisme classique, de se sentir chez soi partout dans le monde et de découvrir une destination de manière plus authentique et proche de la réalité vécue par les habitants. C’est en ce sens que Couchsurfing incarne ce qu’est la confiance interpersonnelle, en sortant du « contrat, cet <acte majeur> de la société libérale » (Marzano, 2011 : 17), et en remettant au centre de la relation la rencontre des volontés.

49La présente étude permet de mettre en lumière certains éléments qui structurent les processus de création de confiance au sein de la communauté virtuelle Couchsurfing. Cependant, il s’agit d’une étude exploratoire qui nécessite bien d’autres développements. Procéder à une analyse comparative dans les domaines du genre et de la culture, d’abord, permettrait de comprendre les dynamiques qui entrent en compte dans les interactions entre couchsurfeurs dont les cultures sont différentes, mais également entre les couchsurfeurs masculins et féminins. Il s’agirait de comprendre les modalités générales d’appropriation de la notion de confiance, par rapport à une portion déterminée de la communauté, mais également d’examiner comment cette appropriation modifie les tensions dynamiques entre les mécanismes fondamentaux et dérivatifs. L’étude des différences entre les hommes et les femmes n’est pas le sujet du présent article, mais ces statistiques nous permettent de remarquer plusieurs tendances qui ressortent de manière claire des réponses données. Les deux seuls éléments dont les pourcentages s’éloignent entre les hommes et les femmes touchent aux questions ayant un rapport direct avec le sentiment de sécurité lié à la communauté Couchsurfing. En ce qui concerne la question « Acceptez-vous des requêtes provenant de couchsurfeurs n’ayant aucune expérience attestée sur le site ? », 50 % des hommes répondent par l’affirmative alors que les femmes ne sont que 31 % à le faire. Chez les femmes, 21 % ont répondu non à la question pour seulement 5 % des hommes interrogés. Les courbes se rejoignent concernant la troisième possibilité : 48 % des femmes et 45 % des hommes ont indiqué que l’acceptation d’une personne sans références était soumise à condition. À la question « Et d’une manière générale, feriez-vous davantage confiance à un couchsurfeur ayant pris contact avec vous par le biais du site qu’à une personne croisée au hasard (dans la rue, au bar, lors d’un événement) lors d’une demande d’hébergement ? », les résultats sont sensiblement équivalents : les femmes répondent oui à 74 %, non à 15 % et ça dépend à 11 %. Les hommes répondent oui à 67 %, non à 20 % et ça dépend à 13 %. Pour ce qui est de la question « Pensez-vous parfois à la possibilité que l’expérience tourne mal ? », 34 % des femmes répondent non et 66 % oui, alors que les hommes répondent non à 52 % et oui à 48 %. Les couchsurfeurs féminins ont davantage tendance à s’inscrire dans une logique dérivative, ce qui ressort dans les réponses données aux questions touchant les couchsurfeurs sans références, la primauté des demandes à partir de Couchsurfing plutôt que dans la rue. Il serait intéressant d’approfondir les recherches à ce sujet et, dans une plus large mesure, d’examiner non seulement les raisons de ces écarts statistiques, mais plus encore les modalités d’interaction entre les couchsurfeurs masculins et féminins. L’observation participante et les entretiens qualitatifs permettraient de comprendre les différences entre les hommes et les femmes de manière plus pertinente qu’une étude quantitative, pour pouvoir faire émerger des tendances générales et dans un même temps permettre aux personnes interrogées d’approfondir cet aspect de la recherche.

50Il serait pertinent de procéder à des études approfondies sur certains aspects que le Couchsurfing partage avec les autres médias sociaux, comme la réputation ou les modalités de présentation de soi. De plus, l’étude des mécanismes d’évaluation serait particulièrement intéressante : au même titre que sur les sites commerciaux comme eBay, les modalités d’évaluation répondent à une certaine logique qu’il serait pertinent de bien déterminer, afin d’établir si ces mécanismes constituent un processus dérivatif fiable, reconnu et intégré par les membres. « [Les] résultats montrent que la possibilité d’évaluer accroît la confiance et l’efficacité des transactions. Toutefois, l’efficacité du dispositif d’évaluation est atténuée dès lors que ce dispositif est utilisé à des fins stratégiques ou en représailles à des évaluations passées » (Masclet et Pénard, 2007 :365). Comprendre la logique de l’évaluation sur Couchsurfing permettrait d’en déterminer la fiabilité et donc d’établir si les membres qui prennent en compte ce mécanisme dans leur évaluation dérivative le font sur la base d’un mécanisme fiable. Il convient en ce sens d’approfondir la connaissance des mécanismes dérivatifs qui soutiennent la confiance sur Couchsurfing, pour permettre de modéliser de manière optimale les processus qui mènent à la création d’une relation de confiance entre couchsurfeurs.

Haut de page

Bibliographie

ALESINA, A. et E. LA FERRARA (2002), « Who trusts others ? », Journal of Public Economics, 85 : 207-234.

ALGAN, Yann et Pierre CAHUC (2009), La société de défiance. Comment le modèle social français s’autodétruit, Paris, Centre pour la recherche économique et ses applications.

BIALSKI, Paula (2008), Intimate Tourism. Enquête dans un réseau d’hospitalité, Limoges, Solilang.

BOYD Danah M. et ELLISON Nicole B. (2008), « Social Network Sites : Definition, History, and Scholarship », Journal of Computer-Mediated Communication, 13 : 210-230.

BRÉCHON, Pierre (2003), « Confiance à autrui et sociabilité : analyse européenne comparative », Revue internationale de politique comparée, 10 : 397-414.

CHOI, Hangsub (2011), « Le capital culturel et la communauté virtuelle », Sociétés, 114 : 165-176.

CORNU, Laurence (2007), « Confiance, étrangeté et hospitalité », Diogène, 220 : 15-29.

COUTANT, Alexandre et Thomas STENGER (2010), « Processus identitaire et ordre de l’interaction sur les réseaux socionumériques », Les Enjeux de l’information et de la communication, 1 : 45-64.

ELCHARDUS, Mark et Wendy SMITS (2008), « Anatomie en oorzaken van het wantrouwen », Revue internationale des sciences administratives, 74 : 301-325.

EASTERLY, W. et R. LEVINE (1997), « Africa’s growth tragedy : policies and ethnic divisions », Quarterly Journal of Economics, 112 (4) : 1203-1250.

FISMAN, Raymond et Edward MIGUEL (2006), Cultures of Corruption : Evidence From Diplomatic Parking Tickets, NBER Working Paper no 12312.

GEFEN, D. (2000), « E-commerce : The roles of familiarity and trust », Omega, 28 : 725-737.

GEORGES, Fanny (2011), « L’identité numérique sous emprise culturelle. De l’expression de soi à sa standardisation », Les Cahiers du numérique, 7 : 31-48.

GOTMAN, Anne (2001), Le sens de l’hospitalité : essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre, Paris, Presses universitaires de France.

GRANJON, Fabien (2009), « Inégalités numériques et reconnaissance sociale », Les Cahiers du numérique, 5 : 19-44.

GUERRERO, Sylvie et Olivier HERRBACH O (2009), « La confiance organisationnelle au cœur de l’échange social : et si bien traiter ses employés était payant ? », Relations industrielles / Industrial Relations, 64(1) : 6-26.

GUYAU, Jean-Marie (2008), Esquisse d’une morale sans obligation ni sanction, Paris, Les Belles Lettres.

HARDIN, Russell (2006), Trust, Cambridge, Polity Press.

HUYGHE, François-Bernard (2011), « Un monde sans confiance » [En ligne]. www.huyghe.fr/actu_882.htm. Page consultée le 12 novembre 2012.

KOLLER, M. (1988), « Risk as a determinant of trust », Basic and Applied Social Psychology, 9(4) : 265-276.

LE BRETON, David (2012), Sociologie du risque, Paris, Presses universitaires de France.

LEWIS J. David et Andrew WEIGERT (1985), « Trust as a social reality », Social Forces, 63(4) : 967-985.

LUHMANN, Niklas (2001), « Confiance et familiarité : problèmes et alternatives », Réseaux, 108(4) : 15-35.

LUHMANN, Niklas (2006), La confiance, un mécanisme de réduction de la complexité sociale, Paris, Economica.

MCMILLAN David W. et David M. CHAVIS (1986), « Sense of community : A definition and theory », Journal of Community Psychology, 14 : 6-23.

MARZANO, Michela (2011), La société de défiance, Paris, Grasset.

MASCLET, David et Thierry PÉNARD (2007), « Pourquoi évaluer son partenaire lors d’une transaction à la eBay ? Une approche expérimentale », Revue d’économie politique, 117 : 365-386.

MAYER, R. C., J. H. DAVIS et F. D. SCHOORMAN (1995), « An integrative model of organization trust », Academy of Management Review, 20(3) : 709-734.

MERZEAU, Louise (2010), « Présence numérique : les médiations de l’identité ». Texte inédit [En ligne]. http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/48/32/93/PDF/ENJEUX-MERZEAU.pdf. Page consultée le 6 novembre 2012.

OFFE, Claus, (1999), « How can we trust our fellow citizens ? » dans M. WARREN (dir.), Democracy and Trust, Cambridge, Cambridge University Press, p. 42-87.

ORIGGI, Gloria (2007), Qu’est-ce que la confiance, Paris, VRIN.

ORRU, Marco (1998), L’anomie, histoire d’un concept, Paris, L’Harmattan.

PORTER, Constance Elise (2004), « A typology of virtual communities : A multi-disciplinary foundation for future research », Journal of Computer-Mediated Communication, 10 : 00.

PRÉAU, Marie et al. (2009), « La rupture de confiance envers le médecin auprès de patients infectés par le VIH : quels déterminants psychosociaux ? », Les Cahiers internationaux de psychologie sociale, 82 : 145-167.

QUÉRÉ, Louis (2001), « La structure cognitive et normative de la confiance », Réseaux, 108 : 125-152.

QUÉRÉ, Louis (2005), « Les <dispositifs de confiance> dans l’espace public », Réseaux, 132 : 185-217.

RIDINGS, Catherine et al. (2002), « Some antecedents and effects of trust in virtual communities », Journal of Strategic Information Systems, 11 : 271–295.

ROBICHAUD, David (2012), « La confiance et le rapport aux normes : le problème de la méfiance face à la différence », Les Ateliers de l’éthique/The Ethics Forum, 1 : 234-252.

ROSEN Devan et al. (2011), « Couchsurfing : Belonging and trust in a globally cooperative online social network », New Media Society : 1-18.

ROSSO, Martin del et Antoine GRÉHAN (2010), « Le réseau Couchsurfing », Flux, 79-80 : 159-163.

SELIGMAN, Adam (2001), « Complexité du rôle, risque et émergence de la confiance », Réseaux, 108 : 37-61.

SCHÉOU, Bernard (2009), « Le retour de l’hospitalité, pratiques subversives ou expression d’une conformité postmoderne ? », L’Autre Voie, 6 : 1-22.

Haut de page

Notes

1 Les citations suivantes, sauf indication contraire, sont issues des entretiens réalisés dans le cadre de cette enquête.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Véchambre, « Confiance numérique », Communication [En ligne], Vol. 32/2 | 2013, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://communication.revues.org/5074 ; DOI : 10.4000/communication.5074

Haut de page

Auteur

Vincent Véchambre

Vincent Véchambre est doctorant au sein du laboratoire de recherche LIRCES, à l’Université de Nice Sophia Antipolis, Faculté de lettres, arts et sciences humaines, Département information-communication. Courriel : vv601232@etu.unice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Éditions Nota bene
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org