Navigation – Plan du site
Articles

Du journalisme comme une mésoépistémologie

Bertrand Labasse

Résumés

Le journalisme s’est construit sur sa position d’intermédiaire entre l’état du monde et les citoyens qui s’en informent. Mais cette position, que dilue la banalisation des technologies de l’information, ne suffit pas à caractériser l’approche journalistique du réel. L’auteur observe le journalisme comme une éventuelle façon de savoir et faire savoir spécifique, à égale distance de la perception commune et de l’épistémologie des formes légitimées de production de connaissances. Il examine la genèse des normes procédurales du journalisme francophone et leurs évolutions contemporaines, avant de confronter celles-ci à des appareils de production de connaissances plus formels.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis ses origines, le journalisme se rattache à un projet fondateur aisé à résumer : assurer « le recueil […] des nouvelles tant domestiques qu’étrangères » (Renaudot, 1632 : 3). Le manuel d’une école de journalisme renommée témoigne, à plus de trois siècles d’écart, de la persistance de ce centrage sur la transparente captation de la nouvelle : 

Si l’on devait donner une définition du journalisme en trois mots, on n’en trouverait pas de meilleure que celle-ci : « le journalisme, c’est <quoi de neuf ?> » (CFPJ, 1984 : 9). 

  • 1 « Le reporter regarde pour le monde : il est la lorgnette du monde ! » (Leroux, 1901 : 1).

2L’effacement que suggère cette ambition d’apparence modeste a été abondamment contesté tout au long de la même période. Mais, bien que le journalisme ait été examiné sous de multiples angles — notamment ses pratiques, ses motivations, ses idéologies, ses effets, sa responsabilité, sa fiabilité, sa sélectivité, son éthique et jusqu’à la pureté de sa langue —, il demeure généralement considéré comme un mode « ordinaire » d’accès au réel et de représentation de celui-ci. Ainsi, qu’on l’envisage comme un marchand de nouvelles ou comme un redresseur de torts, le professionnel de la presse n’apparaît guère plus, d’un point de vue épistémologique, que comme variante du « flâneur salarié » qu’évoquait Henri Béraud (1927) en ce que, au-delà des techniques et habiletés professionnelles qu’il met en jeu, ses façons de connaître et de faire connaître ne se distingueraient pas fondamentalement de celles de l’« homme de la rue », dont il ne serait, traditionnellement, qu’une sorte de délégué1.

  • 2 Il est significatif qu’un tel questionnement réitère paradoxalement la liaison ontologique entre «  (...)

3Si c’est le cas, on comprend que les tentatives de définir formellement ce métier l’aient essentiellement abordé de façon médiacentrique — et souvent tautologique (Vistel, 1993) — comme l’action de contribuer au contenu d’un organe d’information journalistique. L’essor ultérieur des nouveaux médias et des réseaux sociaux a contribué à ébranler ce lien organique, ce qui a conduit des journaux à s’interroger publiquement : « Tous journalistes ? Blogs, sites citoyens, photos et vidéos d’amateurs : le monopole des médias sur l’information est battu en brèche » (Libération, 2005 : 1)2. Certes, on a pu montrer que le journalisme était historiquement façonné par la temporalité et la forme imprimée dans lesquelles il s’inscrit et où il s’est construit comme un « modèle moderne de médiation » (Awad, 2010). Mais,dans quelle mesure cette pratique pourrait-elle, en parallèle, s’envisager indépendamment de cette matrice ? En d’autres termes, le journalisme peut-il aussi se concevoir de façon non médiacentrée comme une façon particulière de connaître et de faire connaître ?

4Une telle problématique est nécessairement théorique : dès lors que le journalisme, au même titre que la recherche, ne se réalise que par la publication, tenter de l’examiner « en soi », abstraction faite des modalités et des contextes de sa publicisation, présente évidemment les limites de tout essentialisme. Toutefois, dans la mesure où cette perspective, bien qu’elle suscite un intérêt croissant, demeure assez peu explorée dans les études sur le journalisme (voir infra), et moins encore dans les travaux francophones, il semble important de voir quels éclairages supplémentaires elle est susceptible d’apporter à cet objet : à une époque où ses liens fondateurs avec les médias traditionnels se distendent, l’approfondissement épistémologique des recherches sur le journalisme implique de prendre en compte l’épistémologie du journalisme lui-même.

5Examiner le journalisme dans cette perspective ne revient pas simplement à le considérer comme un processus concourant à la construction sociale de la réalité — optique qui n’a plus guère besoin d’être défendue ou illustrée —, mais bien à l’envisager comme un cadre épistémique particulier. Toutefois, l’objectif est moins ici d’apporter une réponse catégorique sur ce point que d’observer ce que le fait de l’examiner sous cet angle permet de remarquer. Il ne s’agit donc pas d’apporter des éléments empiriques nouveaux, mais d’aborder des éléments connus dans cette perspective particulière, qui ne s’oppose en rien aux autres approches mais pourrait, dans une certaine mesure, contribuer à les compléter.

6Le terme d’épistémologie possède, on le sait, un large champ sémantique, qui va des acceptions les plus générales (la capacité de connaître, l’évolution des façons d’appréhender le réel) aux plus spécifiques (les méthodes caractérisant une discipline particulière). En l’espèce, chacune de ces deux directions semble, mutatis mutandis, pertinente : si l’étude des modalités de connaissance du journalisme peut, d’un côté, contribuer à la compréhension générale de celui-ci, elle peut aussi, de l’autre, aider à le définir.

7Le présent article se propose d’examiner cette double hypothèse de façon à la fois diachronique et synchronique, en s’appuyant principalement sur deux corpus restreints (les discours programmatiques accompagnant la naissance de la presse en France et les textes déontologiques francophones du dernier demi-siècle), puis sur l’analyse comparative de systèmes épistémologiques légitimés. Face à la surabondance des discours normatifs qu’a suscités le journalisme tout au long de son histoire, les deux périodes choisies constituent des repères opposés qui permettront de l’examiner, d’un côté, dans ses tâtonnements initiaux et, de l’autre, dans ses transformations contemporaines. On ne s’interdira évidemment pas pour autant d’évoquer, entre ces deux extrêmes chronologiques, certains écrits représentatifs de périodes de mutation intermédiaires bien connues par ailleurs (en particulier le XIXe siècle). L’analyse comparative ultérieure visera, pour sa part, à relever certains des caractères pouvant rapprocher ou distinguer l’approche journalistique de procédés méthodologiques formels.

8Après avoir brièvement situé sa démarche, ce travail s’intéressera à la genèse et aux évolutions ultérieures des approches journalistiques du réel. Il étudiera ensuite les inflexions définitoires que traduisent les chartes et codes professionnels actuels et les problèmes que soulèvent ceux-ci avant de confronter les conditions et principes de l’approche journalistique à ceux d’appareils normatifs formalisés tels que les démarches juridique, comptable et scientifique. Enfin, ce parcours le conduira à examiner, de façon plus prospective, les perspectives qu’ouvrirait une caractérisation graduelle de ce domaine, partant non plus de celle des médias ou des journalistes, mais du journalisme lui-même.

Les approches de l’épistémologie du journalisme

9Aborder, même en théorie, le journalisme comme une possible façon particulière de connaître nous oblige à faire face immédiatement à trois obstacles spontanés issus du sens commun, de l’habitus praticien et de la tradition savante.

10Le premier, empirique, résulte de l’imperfection, largement admise, de la captation journalistique du réel. Dès lors que le traitement de l’information, qui plus est dans des délais et des formats de plus en plus brefs, ne prétend, et ne peut, que constituer une approximation, qu’il ne peut offrir qu’une vision partielle du monde, qu’il est dans une certaine mesure subjectif et qu’il s’avère parfois franchement erroné, lui accorder, ne serait-ce qu’à titre heuristique, le statut de production de connaissances ne va certes pas de soi.

  • 3 Ainsi, les journalistes qui recueillent des échantillons de sols contaminés ou d’aliments douteux p (...)

11Le second, professionnel, est lié à l’autoreprésentation du journalisme. Comme on l’a mentionné plus haut, cette pratique se conçoit généralement comme une simple intermédiation entre l’actualité et les citoyens. Le « Sieur de Va-Partout » (Giffard, 1880) d’hier et d’aujourd’hui peut célébrer certaines qualités — sens aiguisés, scepticisme, audace, rigueur, honnêteté —, mais sans que celles-ci, même renforcées par l’expérience individuelle et collective, ne diffèrent fondamentalement de celles d’un individu ordinaire. Il va sans dire que la pratique journalistique n’est pas en soi « ordinaire », que l’on considère ses possibilités de recueil de l’information (accès facilité ou exclusif à certains événements, légitimité à interroger et à réclamer des réponses) ou sa maîtrise de procédés parfois complexes (prise de vue ou de son, techniques éditoriales, voire traitement des données statistiques ou démarches paraexpérimentales3), mais il ne s’ensuit pas qu’elle se réclame d’un mode d’appréhension du réel qui lui soit propre. Il s’agit de « rapporter », de « témoigner », parfois d’« enquêter », voire d’« analyser », sans pour autant qu’aucune de ces actions ne se réfère à une méthodologie particulière (au-delà de certains principes, comme le recoupement, sur lesquels on reviendra plus loin). Or, la modestie de cette posture n’est pas seulement technique : elle souligne la similitude entre le journaliste et son public dont le premier, rappellent les manuels, n’est que le représentant (voir par exemple Grevisse, 2008 : 125 ; Leclerc, 1991 : 197). Dès lors que « la rhétorique de la représentativité joue […] un rôle majeur de légitimation du travail journalistique » (Bernier, 2004 : 21), revendiquer une méthodologie ésotérique — à supposer qu’on le veuille et qu’on le puisse — mettrait en jeu beaucoup plus que des recettes pratiques.

12Toutefois, si les contradictions issues du sens commun et de l’habitus professionnel peuvent expliquer que ni le grand public ni les praticiens n’accordent une valeur ou une spécificité épistémologique propre aux approches journalistiques, elles ne s’opposent évidemment en rien à ce que ces procédés soient examinés sous cet angle, dès lors que le journalisme vise, d’une façon ou d’une autre, à acquérir et à transmettre des connaissances sur l’état du monde.

13Plus substantielle est en revanche l’hésitation que peut susciter la conception classique du savoir. De fait, s’interroger sur l’épistémologie du journalisme n’a guère de sens selon la distinction épistémologique traditionnelle, et toujours largement partagée, opposant la connaissance digne de ce nom — le domaine du savoir légitime — et la simple croyance, issue de l’expérience quotidienne et socialement surdéterminée.

  • 4 On désignera par cette locution volontairement générique le large spectre des recherches philosophi (...)
  • 5 Kuhn va en fait plus loin, affirmant, à propos des diverses conceptions sur l’optique qui ont eu co (...)
  • 6 De fait, ces études restent généralement focalisées sur les sciences de la nature ou sur l’évaluati (...)

14Cependant, au terme de près d’un demi-siècle d’études des connaissances4, une dichotomie aussi rigide est devenue difficile à soutenir, que celles-ci aient remis en cause l’infaillibilité et l’objectivité absolue de la connaissance savante ou qu’a contrario elles soulignent la valeur empirique des connaissances les plus profanes — par exemple celles des bergers de Cumbria étudiés par Brian Wynne (1992). Comme le soulignait Thomas Samuel Kuhn (1983), réserver le statut de savoir aux productions formalisées de la science moderne serait faire bon marché de tout ce qui l’a précédé ou n’en est pas issu5. Bien que cela ne soit pas leur orientation première6, ces travaux incitent à supposer qu’il peut exister, entre les deux extrêmes que constituent la sphère scientifique et le grand public, non seulement des degrés d’expertise intermédiaires (Collins et Evans, 2002 et 2007), mais même des façons de connaître « intermédiaires », des mésoépistémologies. Ces façons de connaître peuvent exister sans être érigées en méthodologie. Par exemple, les journalistes tendent à évaluer l’information reçue en fonction d’une hiérarchisation implicite des sources (officielles ou non, crédibles ou non) alors que le grand public accorde généralement très peu d’attention à celles-ci : devant par exemple quatre documents présentés comme extraits d’un devoir scolaire, d’un blogue de lycéen, d’une étude universitaire et du communiqué d’une autorité publique, les participants à une expérience n’ont perçu aucune différence de compétence, de crédibilité et de justesse entre ces sources (Le Bigot et al., 2007).

15Classiquement, la majorité des recherches qui se penchent sur les normes revendiquées par les journalistes les abordent comme des « rituels stratégiques » d’autoprotection (Tuchman, 1972) et, plus généralement, comme des instruments de définition identitaire et de démarcation territoriale (par exemple Le Cam, 2009 ; Ruellan, 2011). Toutefois, un nombre croissant de travaux tendent à transposer des concepts issus de l’étude des connaissances à celle des pratiques journalistiques — par exemple, la théorie de l’acteur-réseau (Turner, 2005), la notion kuhnienne de paradigme (Mouillaud et Tétu, 1989 ; Charron et de Bonville, 1996) ou encore le modèle de Harry M. Collins et Robert Evans (Labasse, 2012a ; Reich, 2012 ; Ross, 2011). D’autres recherches ont même esquissé l’approche du journalisme en tant que modalité ou cadre épistémologique en soi (Ekström, 2002 ; Ettema et Glasser, 1985 ; Godler et Reich, 2013 ; Labasse, 2004 ; Levine, 1980). Mais, si celles-ci paraissent conjointement ouvrir des perspectives nouvelles à la compréhension du journalisme, elles sont le plus souvent focalisées sur une pratique particulière (journalisme d’investigation, journalisme télévisé…) et, en tout état de cause, demeurent encore peu nombreuses par rapport aux approches plus classiques de cette activité, dont l’épistémologie générale reste donc largement à préciser.

16Naturellement, les approches du journalisme fondées sur les contenus produits ou sur l’étude des pratiques in situ constituent par elles-mêmes une source insurpassable d’information sur la « façon de connaître » de celui-ci : les observations de Herbert Gans (1979) au sein des rédactions peuvent se lire comme celles que Bruno Latour et Steeve Woolgar (1988) effectuaient au même moment dans un laboratoire de recherche. Mais, le dévoilement de ce que sont le journalisme ou la recherche scientifique en pratique n’aborde qu’incidemment (et souvent du point de vue de l’écart) l’appareil normatif par lequel ces modes d’approche du réel se singularisent en théorie, lequel vaut à ce titre d’être étudié pour lui-même.

La genèse et la construction du rapport journalistique au réel

  • 7 Les champs sémantiques de « vérité » et de « véracité » étant souvent indistincts, on se contentera (...)

17La production journalistique est indissociable d’un assujettissement à la vérité7, considéré comme sa valeur dominante (Cornu, 1998 : 13), son devoir fondamental (Bernier, 2004b : 125), le premier de ses fondements (Kovach et Rosenstiel, 2001 : 37), voire la condition même de son existence (Brin, Charron et de Bonville, 2004 : 143). Mais, cette condition est aussi sa « malédiction » (Esquenazi, 2002 : 19).

  • 8 Signalons que la primauté de la Gazette de Renaudot sur les éphémères Nouvelles de Vendôme et Marti (...)

18Le caractère intenable d’un tel engagement était, dès l’origine, suffisamment évident — et immédiatement souligné par les sarcasmes des critiques — pour que le journalisme naissant se trouve contraint de modérer ses prétentions. Un an à peine après la parution du premier8 périodique francophone, Théophraste Renaudot, son éditeur et rédacteur, précise ainsi son objet. Il s’agit non pas de diffuser une vérité absolue, mais plus simplement quelque chose qui s’en rapproche dans la mesure du possible : 

  • 9 L’orthographe et la ponctuation de toutes les citations de Renaudot ont été modernisées par nous.

[…] la recherche de la vérité, de laquelle néanmoins je ne me fais pas garant, étant malaisé qu’entre cinq cents nouvelles écrites à la hâte d’un climat à l’autre, il n’en échappe quelque une à nos correspondants qui mérite d’être corrigée par son père le temps. Mais encore se trouvera-t-il peut-être des personnes curieuses de savoir qu’en ce temps-là, tel bruit était tenu pour véritable (1632 : 6-7)9.

19Cette production n’en est pas moins située d’emblée dans un registre de connaissance qui lui est propre, supérieur aux commérages du public, à ses « faux bruits » et ses nouvelles « le plus souvent inventées et fondées sur l’incertitude d’un simple ouï dire » (1632 : 6), tout en étant explicitement placé en deçà du discours savant : « […] l’histoire est le récit des choses advenues : la gazette seulement le bruit qui en court. La première est tenue de dire toujours la vérité. La seconde fait assez si elle s’empêche de mentir » (1633 : 125).

  • 10 Probablement le général brabançon Jean T’serclaes de Tilly, lequel, étant bel et bien mort en 1632, (...)

20On notera que le renversement qui conduit Renaudot à renoncer à une revendication absolue — la vérité — au profit d’une référence négative — l’absence de mensonge — n’est pas anodin : si la vérité est difficile à établir, le mensonge est, pour sa part, accessible à la réfutation empirique. Mutatis mutandis, c’est par un renversement, sinon semblable du moins de même nature, que Karl Popper (1973) appellera à renoncer à la conception inductive de la démonstration scientifique pour lui substituer le critère de la falsifiabilité, c’est-à-dire la possibilité de démontrer la fausseté d’un énoncé. Mais, il va sans dire que le discours éditorial de Renaudot, comme ceux qui le suivront au fil des siècles, ne procède pas d’une réflexion éthérée. Il est clairement apologétique — le second texte, par exemple, entend « servir de réponse à ceux qui se formalisent de ce que Tilly10 n’ait pas voulu mourir comme on nous l’avait mandé » (1633 : 125) — et s’inscrit non moins évidemment dans une stratégie de promotion et de distinction, à l’instar de ceux de tous les groupes professionnels en pareille matière, qu’ils soient anciens ou modernes, profanes ou érudits. Il n’en est pas moins frappant de voir une « corporation » qui, officiellement, ne comptait à l’époque qu’un seul membre préciser son approche si tôt et de façon si insistante.

21Si elle vise à « dire sa fonction sociale, codifier sa pratique […] pour affirmer une certaine distance » (Feyel, 2003 : 175), la protodoctrine élaborée de mois en mois par Renaudot avance déjà une bonne partie des traits par lesquels cette approche du monde « plus ordonnée et plus méthodique, plus véridique aussi » (Ginisty, 1917 : 2) affirme se différencier des autres récits, publics ou privés :

  • l’impartialité : se distinguant de ce que peut contenir « une lettre partiale » [87], les nouvelles de la Gazette « ne sont point partiales », contrairement à « ceux qui le disent. Pareils à ceux qui regardent au travers d’un verre coloré, leur passion leur fait juger les autres semblables à eux-mêmes » [393] ;

  • la qualité des sources et le rapport au terrain : par contraste avec les bruits et nouvelles « sans auteur » [87], le gazetier s’appuie sur un réseau de sources identifiées, régulières (« mes auteurs » [393]) et proches « des lieux mêmes » [173] dont elles rapportent l’information, que la Gazette peut ainsi « chercher jusqu’aux climats les plus éloignés » [393] ;

  • l’autocorrection : toujours provisoires, les nouvelles compensent la pression du temps par « la liberté qu’elles prennent de se dédire quand le cas y échet » [125], les erreurs étant corrigées « aussitôt que j’en ai connaissance » [88] ;

  • l’adéquation : l’état du monde proposé par le journalisme naissant est le fruit d’un arbitrage revendiqué entre la complexité du réel et les contraintes techniques (temps, place) et cognitives (clarté, agrément) qu’il assume explicitement. Même si le mensuel Relation, plus analytique que la Gazette hebdomadaire, vise à « éclaircir ce qui est obscur et amplifier ce qui est trop concis » [249], il ne le fait pas sous la forme « que lui donneraient ceux qui en sont mieux instruits parce qu’ils en manient les affaires » [393] ;

  • l’équilibre : Renaudot, là encore comme ses successeurs, tire une justification de l’insatisfaction même des intérêts ou des opinions opposés. Mettant fréquemment en balance les divergences des critiques entre « les uns et les autres » [87], il adopte une posture médiane et surplombante : « […] le jugement des hommes ne s’accorde pas plus en ce point qu’il ne le fait en tout le reste » [523] ;

  • le couplage à l’actualité : contrairement aux auteurs « qui choisissent telle matière que bon leur semble sans être obligés comme moi de suivre celle que chaque jour me présente » [213], la Gazette se place — pour utiliser un cliché moderne — en prise directe avec l’événement, dont la nouvelle, même tardive, dicte son menu ;

  • l’hétérogénéité : autre caractéristique essentielle de la presse, « la tendance à la variété, qui est la promesse <de tout> » (Morin, 1969 : 13), contrairement à la spécialisation du discours savant est également revendiquée par l’éditeur de la Gazette, qui souligne « la diversité des matières et des lieux » [337] « n’ayant rien dans cette grande variété, dont quelque chose ne puisse plaire » [523] ;

  • la confrontation et le recoupement : ces instruments fondamentaux de validation et de légitimation du rapport journalistique au réel sont, sinon systématisés, du moins mis en avant par Renaudot, qui déplore qu’une rumeur « rencontrera quelquefois plus d’attention et de créance dans les esprits que le plus certain article de nos Relations, tiré d’une vingtaine de lettres de divers endroits, auquel la conformité aura servi de pierre de touche » [87]. Les divergences mêmes entre les sources contribuent à accréditer leur rapprochement : face à la critique selon laquelle « ceux qui écrivent de tous les endroits du monde ne s’accordent pas », l’éditeur maintient qu’« il y aurait bien plus d’apparence d’imposture en ceux qui feraient cadrer tant de nations, d’intérêts et d’opinions ensemble » [173].

22Tous ces éléments contribuent à construire le statut de la sorte particulière de vérité que Renaudot commercialise, approximative, certes, parfois erronée (comme il ne perd aucune occasion de le reconnaître) « et toutefois ne se trouvera-t-il à mon avis guère de nouvelles plus uniformément vraies que les miennes » [297].

Les inflexions de la promesse de véracité

  • 11 Ainsi, les passages obligés d’adulation du roi dont les actions « rayonnent d’une telle splendeur q (...)

23Lire à plus de trois siècles d’écart des propos émis dans un contexte historique singulier et une position particulière (la situation politique de la Gazette) appelle évidemment à la vigilance, d’autant que certaines autres parties du discours de Renaudot sont, pour leur part, extrêmement datées11. Mais, quelles que soient les précautions que l’on prenne, et malgré les différences qui séparent immanquablement les principes affirmés et les pratiques effectives, il n’en est pas moins frappant de constater à quel point la captation du réel revendiquée par le journalisme naissant converge par bien des aspects avec celle des professionnels contemporains. Le fait que ces éléments ont émergé dès la parution du premier périodique francophone incite à se demander si — indépendamment de toute contingence historique ou commerciale, et malgré leurs enjeux de légitimation et de différenciation concurrentielle — ceux-ci ne pourraient être inhérents au projet de journalisme lui-même.

  • 12 C’est aussi le moment où commence à s’estomper la distinction entre les organes d’information qui, (...)

24Pour autant, l’engagement référentiel du journalisme a évidemment connu des variations notables au fil des époques. Mais, ce cheminement est lui aussi significatif : loin de se réduire à un inerte appareil de transmission, le journalisme intègre les évolutions de la pensée intellectuelle ou savante à sa propre doctrine et à son rapport au monde. Sans entrer dans toutes les précisions, nuances et restrictions qui s’imposeraient (les contraintes de place imposent de s’en tenir à quelques jalons heuristiques), on notera ainsi que le moment où savoirs et raison s’émancipent des dogmes et des princes pour revendiquer une influence sur la conduite de la cité est bientôt suivi de l’essor du journalisme12 « engagé » : 

[…] le temps n’est plus où le journaliste n’était ou qu’un juge de comédie et de prix de chant […] ou un maître d’affiches qui indiquait les maisons à vendre, les effets perdus, le prix des foins et la hauteur de la rivière ; ou un anatomiste au scalpel de qui on n’abandonnait que les morts, tandis que l’exercice et l’application de son art lui étaient défendus sur les vivants. […] Aujourd’hui, il fallait à l’écrivain périodique, et la véracité de l’historien qui parle à la postérité, et l’intrépidité de l’avocat qui attaque des hommes puissants, et la sagesse du législateur qui règne sur ses contemporains (Desmoulins, 1790, cité dans Hatin, 1860 : 243).

25La tendance, on le sait, s’inversera au cours du XIXe siècle alors que se dilate et se dilue l’espace public de la communication. La Presse d’Émile de Girardin tourne dès 1836 le dos au journalisme partisan, qui a « mis au monde assez de dissentiments sociaux », en proposant pour sa part de « représenter, non point l’opinion intéressée d’un parti exclusif, la cause dynastique d’une famille, les théories inapplicables d’une école, mais les véritables intérêts généraux […] » (La Presse, 1836 : 1), se flattant en outre de séparer, dans une section (intitulée « Polémique »), l’examen des débats du jour et, dans une autre, « la reproduction méthodique des faits, sans mélanges de commentaires » La Presse, 1836 : 3). Ce n’est toutefois que plusieurs décennies plus tard, avec la réorientation de La Liberté — par le même Girardin en 1866 — et, surtout, avec la parution du Matin — « Un journal d’informations télégraphiques universelles et vraies […] présentées sous une forme précise, claire, alerte et concise, absolument neuve » (Le Matin, 1884 : 1) —, que la conception moderne du journalisme factuel, largement inspirée du monde anglo-saxon, émergera en France.

  • 13 Toutes les citations originalement en anglais sont traduites par nous.
  • 14 Si ce terme émerge effectivement au XIXe siècle et doit sa fortune populaire à son emploi dans un c (...)
  • 15 Acronyme de la norme de structuration discursive des sciences expérimentales : Introduction, Matéri (...)
  • 16 Bien que l’on fasse remonter ces deux évolutions au XIXe siècle, l’une et l’autre ne se généraliser (...)

26On attribue classiquement, et non sans raison, cette évolution à des facteurs technologiques (le télégraphe, la rotative, le train), sociodémographiques (l’urbanisation et l’alphabétisation) et commerciaux : satisfaire un public de masse impliquait de renoncer sur la forme et sur le fond au ton des feuilles doctrinales pour développer un discours accessible, concret et ostensiblement « objectif », tirant sa légitimité de sa relation prioritaire avec le terrain, les témoins et les acteurs des faits. Mais, l’évolution de la pensée journalistique peut aussi se situer dans l’histoire des idées. L’essor de la référence à l’objectivité journalistique, « le concept moral original le plus élevé jamais développé en Amérique et offert au monde13 », selon la formule audacieuse d’un responsable de l’agence Associated Press14, coïncide avec celui de la méthode — voire de l’idéologie — scientifique, non seulement dans les sciences de la nature et de la vie, mais aussi dans le rapport au réel en général (Auguste Comte, Ernest Renan, Hippolyte Taine) et jusque dans la fiction (Émile Zola). Il n’est pas jusqu’aux formes discursives qui n’évoluent en parallèle, organisant l’effacement de l’auteur, la prééminence des faits et la froide « efficacité » de leur présentation. Tandis que les modes épistolaires et narratifs des comptes rendus scientifiques cèdent lentement la place au rigide plan IMRAD15, les articles de presse se coulent progressivement dans le moule journalistique non moins rigide de l’attaque récapitulative (les 5W+H : Who, What When, Where, Why + How) et de la structuration en pyramide inversée16.

  • 17 Que le grand reportage n’avait, pour sa part, jamais abandonné.
  • 18 La réflexion sur les limites de l’« objectivité » journalistique ne se limite pas au moment du « no (...)

27Ces deux rationalismes connaîtront à nouveau un tournant parallèle lors de la remise en question générale des années 1960 et 70. Tandis qu’épistémologues (Imre Lakatos, Paul Feyerabend), historiens et sociologues des sciences (Kuhn, Latour) ébranlent la conception naïve d’une démarche scientifique strictement objective, le courant du « nouveau journalisme » popularisé par Tom Wolfe (et notamment adapté en France par l’équipe du magazine Actuel) conteste les canons de l’objectivité journalistique et réintroduit le regard de l’auteur17, sans abandonner l’assujettissement fondamental à la vérité — qui lui sera néanmoins contesté —, mais en prenant acte de la singularité de toute captation du réel. Ni l’un ni l’autre de ces développements ne transformeront réellement les pratiques : les chercheurs continuent à collecter des « données » et les journalistes des « faits ». Mais, ils n’en contribueront18 pas moins à réajuster le rapport à la vérité des professionnels : seuls les plus candides des praticiens de la recherche ou des médias prétendraient aujourd’hui dispenser des certitudes intemporelles et universelles.

28Il serait possible d’étendre ce parallélisme à d’autres tendances — par exemple, la réintroduction contemporaine du débat public ou de ce qui en tient lieu, par le mouvement des « sciences citoyennes » et par le civic journalism vers la fin du XXe siècle —, mais l’accumulation de similitudes partielles (prix de tout rapprochement fondé sur des analogies) apporterait peu à celles déjà relevées plus haut.

29On ne conclura certes pas de celles-ci que l’évolution des idées journalistiques est directement couplée à celle des idées scientifiques, l’une et l’autre étant multifactorielles et subissant évidemment les influences de la société où elles prennent place (société que l’une et l’autre influencent en retour). Mais, il n’en reste pas moins qu’il semble dès lors difficile de réduire l’évolution de la captation journalistique du monde au seul jeu des intérêts politiques ou marchands — si prépondérants que soient ceux-ci — sans opérer la même réduction à l’égard de la pensée savante. De même, souligner à juste titre ce que les autoreprésentations des approches journalistiques du monde peuvent avoir de mythique (Le Bohec, 2000) ne dépouille pas plus celles-ci de leur intérêt intrinsèque que mesurer les écarts entre les doctrines générales ou disciplinaires des sciences et la réalité des pratiques scientifiques n’a interdit d’étudier ces principes en eux-mêmes : indépendamment de la diversité de leurs motivations et de l’adhésion qu’ils recueillent, les éléments déclaratifs de la perception journalistique du réel manifestent une substance suffisante pour être pris au sérieux.

La pensée journalistique entre crise et (possible) renaissance

30Pendant près de quatre siècles, le journalisme s’est satisfait de formalisations assez sommaires : au même titre que son engagement de véracité, son autoconception est restée médiane. Plus pensée, sans doute, que celle de l’homme de la rue, mais beaucoup moins que celle des scientifiques, l’essence de la démarche journalistique n’a été précisée qu’au gré des circonstances, généralement dans la temporalité et sous la forme hâtive de sa production ordinaire (article, éditorial). Ainsi les méthodes et la nature de ce « professionnalisme du flou » (Ruellan, 1993) restent-elles incertaines jusque dans les manuels.

  • 19 Cet épisode non documenté est une observation de terrain faite au congrès annuel de l’Union des syn (...)

31Ce faible degré de formalisation s’explique en partie par le caractère ouvert de ce métier ainsi que par la faible cohésion des acteurs et la spontanéité athéorique de leurs usages discursifs (la « naïveté » dont se flattait déjà Renaudot, ironisant sur ceux qui prétendaient qu’il ne devrait « rien ignorer de toutes ces sciences là » [525]). Mais, il est largement dû au fait que ce domaine d’activité n’a jamais dû faire face à la nécessité de se définir vraiment. Étant protégé des affres d’un approfondissement systématique par sa position — l’exclusivité de son accès au terrain et aux sources, et plus encore son « monopole des instruments de diffusion » (Bourdieu, 1996 : 91) —, le journalisme a pu se définir, y compris en droit, par cette même position spécifique : est journaliste celui qui alimente un organe d’information. Il a suffi d’ajouter « à titre professionnel », soulignant ainsi la séparation d’avec les « amateurs » de la littérature survenue vers la fin du XIXe siècle, pour se trouver muni d’une caractérisation de fait esquivant tout questionnement abstrait. Il s’agit là d’un rejet persistant, comme en témoigne, par exemple, le différend qui a opposé une union syndicale de journalistes à la confédération syndicale dont elle dépendait19 : celle-ci projetait d’englober l’union syndicale au sein d’une section élargie des travailleurs de la communication et de la culture mais, devant les protestations des journalistes, avait accepté de préserver la spécificité du syndicat sous réserve que celui-ci lui précise les critères permettant de déterminer si un salarié relevait ou non de ce dernier. Or, cette requête, logique en apparence, a été vivement repoussée par les journalistes adhérents, qui ont dénoncé l’invitation à un tel exercice comme une argutie inacceptable.

32Toutefois, comme on l’a dit, la caractérisation pratique fondée sur le rattachement à un support d’information imprimé ou audiovisuel a perdu sa portée face à la dilution opérée par les nouvelles technologies qui ont permis à tout un chacun, en amont, d’accéder à l’information communiquée par les sources et, en aval, de la diffuser. La concurrence des nouveaux médias est évidemment commerciale, mais la question même de la valeur ajoutée journalistique place les professionnels devant un test socratique radical : soit la captation journalistique du réel est un « art » — c’est-à-dire qu’elle « connaît les causes de ce qu’elle fait, et peut rendre raison de chacune de ses opérations » (Platon, 1826 : 345) —, soit elle n’est qu’« un usage, une routine », « une profession, où l’art n’entre à la vérité pour rien, mais qui suppose dans une âme du tact, de l’audace, et de grandes dispositions naturelles à converser avec les hommes » (Platon, 1826 : 229), auquel cas elle ne se distingue pas des aptitudes du public, mais pas non plus de celles des animateurs de sites distractifs ou de blogues égocentriques.

33Si les professionnels, dont on imagine que beaucoup se seraient volontiers contentés de la seconde description si elle ne conduisait leur métier à la dissolution, décidaient vraiment de relever le défi d’une spécificité qu’on peut expliciter et revendiquer, bref, de sortir du « flou » déjà évoqué, ce pourrait être le début d’un tournant majeur de la pensée journalistique. Or, l’examen de la littérature professionnelle permet effectivement de relever les indices d’une telle maturation. L’exemple le plus approfondi est la démarche entreprise il y a plus de dix ans par le Committee of Concerned Journalists. Préoccupés par la désaffection du public et le mélange entre journalisme et divertissement (le « journalisme de communication » relevé par Charron et de Bonville, 2004), mais aussi, plus globalement, par la perspective de voir « le journalisme disparaître au sein de l’univers plus large de la communication » (Kovach et Rosenstiel, 2001 : 10), ce collectif décida « d’engager les journalistes et le public dans un examen minutieux de ce que le journalisme était censé être » (Kovach et Rosenstiel, 2001 : 11), recourant à cette fin à plus de 20 réunions publiques et de 100 entretiens individuels ainsi qu’à 2 enquêtes par questionnaire. La synthèse de ces investigations, trop dense pour être détaillée ici, a en particulier conduit à réaffirmer la vérité comme « le premier et le plus déroutant » (Kovach et Rosenstiel, 2001 : 36) des principes du journalisme, présenté comme une « discipline de vérification » (Kovach et Rosenstiel, 2001 : 12), et à l’exploration de ce que peut être une vérité journalistique : « Ceci est ce que le journalisme recherche — une forme pratique ou fonctionnelle de la vérité. Ce n’est pas la vérité dans un sens absolu et philosophique. Ce n’est pas la vérité d’une équation chimique. Mais, le journalisme peut — et doit — rechercher la vérité dans un sens selon lequel nous pouvons opérer au quotidien » (Kovach et Rosenstiel, 2001 : 42).

  • 20 Elle est issue, dans la mouvance de la Fondation Nieman pour le journalisme de l’Université d’Harva (...)
  • 21 On regrettera d’autant plus de ne pas évoquer ici les autres pays que plusieurs de ceux-ci, notamme (...)
  • 22 Signalons cependant qu’un texte du corpus n’avait pas été publié en français, mais a été retenu en (...)

34Si la démarche innove par son caractère systématique, très inhabituel dans le champ du journalisme, sa principale conclusion, on le voit, diffère peu de la doctrine avancée par Renaudot au temps de Richelieu et des mousquetaires, et de ce fait se heurte au même problème fondamental de la référence à la vérité, sur lequel on reviendra plus loin. D’autre part, cette initiative circonscrite, née au sein de la frange la plus relevée du journalisme étatsunien20, ne peut à elle seule établir l’existence d’une tendance plus globale du journalisme à sortir de son flou constitutif. Il convient pour cela d’examiner l’évolution des documents normatifs de portée générale qui s’élaborent au sein de celui-ci. On s’intéressera plus précisément ici aux textes collectifs à vocation déontologique (codes, chartes, proclamations, etc.) publiés en français dans les pays occidentaux21 au cours des cinq dernières décennies ou — dans le cas d’écrits antérieurs — ayant été en vigueur au cours de cette période22.

35De façon générale, les textes rédigés avant la fin du XXe siècle présentaient — au-delà de leurs prescriptions elles-mêmes — une similitude notable : s’ils attachaient au journalisme des « droits » et des « devoirs », ils s’abstenaient usuellement de préciser en quoi consistait ledit journalisme, lequel n’apparaissait que comme une conséquence désincarnée de la liberté d’expression. Ainsi, en Belgique, « [l]a liberté de la presse est la principale sauvegarde de […] » d’où il s’ensuit que « [l]a presse doit avoir le droit de […] » (Association générale des journalistes professionnels de Belgique, Association belge des éditeurs de journaux et Fédération belge des magazines, 1982). Si une timide allusion à la nature du travail journalistique se remarque parfois à partir des années 1970, c’est de façon si incidente (déclaration européenne, dite de Munich, 1971) ou ambiguë (code suisse, 2005) qu’elle semble — et est peut-être — fortuite : le journalisme reste défini implicitement (par exemple, déclaration de la Fédération internationale des journalistes, 1986) ou explicitement (par exemple, code luxembourgeois, 2006) par sa collaboration à un organe de presse. Le code québécois a cependant tenté, dès 1996, un panachage en deux temps, faisant suivre à l’assujettissement au média la description d’activités particulières : 

Dans ce Guide le terme « journaliste » réfère à toute personne qui exerce une fonction de journaliste pour le compte d’une entreprise de presse. Exerce une fonction de journaliste la personne qui exécute, en vue de la diffusion d’informations ou d’opinions dans le public, une ou plusieurs des tâches suivantes : recherche de l’information, reportage, interview ; rédaction ou préparation de compte rendus, d’analyses, de commentaires ou de chroniques […] (Fédération professionnelle des journalistes du Québec, 1996 : 2).

36En revanche, la « Charte de qualité » élaborée en 2007 dans le cadre des Assises internationales du journalisme annonce un renversement de préséance, la référence au média ne venant que préciser la description fonctionnelle : « Le journaliste est celui dont le métier est de rechercher des informations, les vérifier, les sélectionner, les situer dans leurs contextes, les hiérarchiser, les mettre en forme et éventuellement les commenter. Il le fait au travers d’un média imprimé, radiodiffusé, télévisé ou numérique, au moyen de textes, de sons, d’images fixes ou animées » (Assises internationales du journalisme, 2007 : 2).

37La révision de la Charte du Syndicat national des journalistes (SNJ, France) sera, en 2011, la première à rompre vraiment ce lien. Une telle évolution est d’autant plus importante que la charte originelle, publiée dès 1918 (et révisée en 1938), a exercé une influence notable sur celles qui l’ont suivie. Or, tandis que la doyenne n’évoquait jusqu’alors, sans autre précision, que les devoirs d’un « journaliste digne de ce nom », la nouvelle version tente d’exposer sommairement l’essence du journalisme, ce en quoi il « consiste » (la question de « la forme de presse dans laquelle il exerce » n’étant plus qu’incidente) : « Le journalisme consiste à rechercher, vérifier, situer dans son contexte, hiérarchiser, mettre en forme, commenter et publier une information de qualité ; il ne peut se confondre avec la communication. Son exercice demande du temps et des moyens, quel que soit le support » (Syndicat national des journalistes, 2011 : 1).

  • 23 « Beaucoup diraient que le fait même de chercher une définition pour le journalisme […] est une dém (...)

38Ce tournant, essentiel dans son principe mais discret dans sa formulation, ne semble guère avoir retenu l’attention des praticiens et des observateurs. En revanche, le pas suivant, commis (indépendamment du précédent) par l’Association canadienne des journalistes, est assez ostensible — et souligné par un communiqué de presse — pour ne pouvoir passer inaperçu. Intitulé Qu’est-ce que le journalisme ?, ce document de travail (discussion paper) n’évoque les réticences des journalistes à se définir23 que pour les dépasser : « Au bout du compte, nous étions persuadés qu’il était éthiquement inacceptable pour nous de continuer à discuter de l’éthique du journalisme tout en reculant devant une définition du journalisme lui-même » (2012 : 2), question qui avait jusqu’alors semblé « trop abstraite pour réclamer de l’attention » (2012 : 1-2).

  • 24 Pour une proposition individuelle, voir Meyer (1991).

39Outre son caractère réfléchi et déterminé, le texte du comité se signale par une composante exceptionnelle selon les usages discursifs du journalisme : une revue de question des « paradigmes existants » (2012 : 2), appuyée sur une bibliographie de 24 références en style APA. Mais, surtout, il est le premier texte collectif24 à revendiquer un statut épistémologique pour le journalisme, dès lors qu’il le définit non seulement par son objet et son caractère créatif, mais aussi par ses méthodes : « […] le travail journalistique apporte clairement la preuve d’une discipline consciente d’elle-même, conçue [calculated] pour fournir une description juste et équitable des faits, opinions et débats en jeu dans une situation donnée » en recourant à « certaines approches reconnaissables » (2012 : 4).

40Là encore, la tradition critique des recherches sur le journalisme inciterait à réduire ces diverses déclarations à des discours d’autolégitimation (ce qu’elles sont évidemment dans une certaine mesure). Mais, les juger à ce titre indignes de « réclamer de l’attention » (voir plus haut l’Association canadienne des journalistes) serait faire bon marché de la logique des transformations globales qui les déterminent et de la cohérence de l’évolution qu’elles dessinent sur une période remarquablement brève. En effet, de tels propos, porteurs d’une très inconfortable double rupture — non seulement à l’égard des organes d’information (qui ne conditionnent plus le journalisme), mais aussi à l’égard du public (qui ne recourt pas aux démarches évoquées par le SNJ ou par l’Association canadienne des journalistes) —, auraient été difficilement concevables vingt ans plus tôt de la part d’organisations tenues de conserver l’assentiment, au moins passif, des journalistes adhérents : même contrainte par la dissémination des nouvelles technologies, la première rupture les dénude de la protection identitaire qu’offraient les organes de presse et appelle dès lors la seconde, laquelle les soumet en contrepartie à des considérations normatives bousculant la liberté individuelle dont ils se réclament.

L’amalgame des engagements

41De Renaudot à Bill Kovach et Tom Rosenstiel, le discours journalistique sur la captation journalistique du monde englobe au moins trois dimensions — axiologique, ontologique et méthodologique — dont l’amalgame persistant a entretenu la confusion qui entoure cette pratique et prévenu son développement conceptuel. D’un point de vue axiologique, il se présente comme un discours éthique fondé sur l’intérêt public et se réclamant du respect de principes moralement recommandables : c’est par exemple sous ce seul angle que Gilles Feyel (2003) a lu les écrits de Renaudot ou que Jean-Marie Charon (2003) a étudié les chartes journalistiques. D’un point de vue ontologique, il se heurte depuis quatre siècles au problème de la vérité, qu’il s’efforce — avec un succès mitigé — d’adapter aux réalités de sa production. Mais, pour nécessaires qu’elles soient à l’orientation de toute activité humaine, journalisme y compris, les références au « bien » et au « vrai », particulièrement malléables, le confinent dans une impasse. Si le bien est éminemment subjectif (il n’est pas de dictateur qui ne se réclame du bien public et de la morale), la vérité ne l’est pas moins : à supposer que le journalisme puisse offrir de la « vérité » — et cela est exclu, pour des raisons de moyens, de temporalité, de place, de complexité, etc., dont chacune est suffisante (Labasse, 2004) —, il lui serait impossible, comme le remarquait Renaudot, d’accorder les opinions divergentes de ses lecteurs sur celle-ci. En d’autres termes, persister, comme le font Kovach et Rosenstiel, à définir le journalisme par sa promesse de vérité revient à entretenir sa propre négation, en théorie mais aussi en pratique (comme les errances de l’actualité en offrent d’abondants témoignages). Ce qui n’était qu’embarrassant au temps du « monopole » des professionnels sur l’information devient mortifère lorsque ce monopole se délite et que la valeur ajoutée du journalisme doit être justifiée.

42Les deux voies qui permettraient réellement au journalisme de sortir de son impasse conceptuelle, civique et commerciale ont un coût symbolique et réflexif élevé. Elles convergent en effet in fine sur la nécessité de se pencher sérieusement sur la troisième dimension de son éthos, la méthodologie, jusqu’alors noyée dans les nébulosités combinées du bien et du vrai.

  • Soit, à l’instar de la plupart des professions parvenues à maturité, le journalisme finit par abandonner l’impossible obligation de résultat (dire la vérité) par laquelle il s’offre à l’évaluation, pour lui substituer une obligation de moyens (informer correctement), ce qui supposerait d’expliciter ses normes méthodologiques.

  • Soit il va au bout de la logique d’adaptation esquissée par Renaudot et ses successeurs contemporains en commercialisant non plus de la vérité mais de la « vérité journalistique » dûment présentée comme telle. Toutefois, ce saut réclamerait plus qu’une pétition de principe : il impliquerait d’être en mesure de caractériser explicitement celle-ci, ce qui supposerait à nouveau de préciser les méthodes dont elle découle, autrement dit les « moyens » qu’elle exige.

43Ainsi, avec ou sans vérité, le journalisme pourrait-il être à terme condamné à se singulariser par sa méthodologie, au sens le plus large du terme. C’est, du reste, le saut vers lequel semble s’orienter l’Association canadienne des journalistes : il n’est pas indifférent que ce soit son comité d’éthique, responsable du rapport, qui ait non seulement mis en avant le critère d’« un ensemble particulier de méthodes » (2012 : 3), mais même jugé que les précédentes définitions du journalisme étaient « surchargées par des évaluations éthiques » (2012 : 3).

44Mais, quelles régularités peut-on relever au sein d’un métier dont on a rappelé plus haut le flou et la diversité ? Certains ont tenté d’opérer des synthèses nationales (Rodhe, 2012) ou internationales (UNESCO, 1974) des textes existants. Toutefois, ces derniers sont limités — outre leur orientation pro domo — par le caractère peu analytique mentionné plus haut : la prévalence de la dimension éthique, en particulier, y réduit à peu de choses la réflexion sur les éventuelles particularités de la perspective journalistique. Or, la méthode et les valeurs emportent plus que des préceptes pratiques : elles peuvent renvoyer à des conceptions opposées du journalisme. La première tend à la définir comme un discours autotélique (informer étant considéré comme une fin en soi) quand les secondes portent à l’orienter, et parfois à l’instrumentaliser au profit d’idéaux estimés supérieurs (par exemple, la préservation de l’ordre social ou au contraire sa remise en cause), quitte à faire prévaloir ceux-ci sur toute autre considération : « Le journalisme éthique, au sens d’une pratique se préoccupant des individus en tant qu’êtres humains, se préoccupant de la démocratie et faisant preuve de responsabilité quant à ce que l’on écrit, est plus importante que la notion de neutralité morale qui est incorporée à la technique du reportage objectif » (Cohen-Almagor, 2008 : 150).

45Même en faisant abstraction des fins poursuivies pour ne considérer que les moyens, les normes qui définissent un journalisme éthiquement recommandable sont souvent d’une nature différente de celles qui garantissent la qualité de sa production. Ainsi les considérations promouvant, par exemple, le respect de la vie privée ou réprouvant le vol de documents, si souhaitables soient-elles par ailleurs, ne sont-elles guère pertinentes d’un strict point de vue épistémologique (on peut produire de bonnes informations par des moyens répréhensibles), de même que, dans le champ scientifique, traditionnellement autotélique, des expériences peuvent être moralement inacceptables (Chester Southam, Stanley Milgram) tout en étant méthodologiquement irréprochables.

  • 25 Qu’elles soient érigées en règles explicites (et parfois en obligations légales) ou qu’elles puisse (...)

46Cette analogie renvoie toutefois à une autre approche de la question des normes : la perspective comparative. Théorisée notamment par Everett Hughes pour l’étude des professions, elle s’avère par ailleurs fréquente dans la description du journalisme (par exemple, Tuchman, 1972 ; Bourdieu, 1996 ; Esquenazi, 2002 ; Gauthier, 2010) et, surtout, omniprésente dans l’autodescription de celui-ci. En effet, depuis ses origines (voir Renaudot, plus haut, sur les différences entre la Gazette et l’histoire), le journalisme a moins situé son discours dans l’absolu que par rapport à d’autres, en particulier le discours scientifique, dont Philip Meyer a même proposé d’adopter les normes : « […] considérer le journalisme comme s’il était une science, appliquer la méthode scientifique, l’objectivité scientifique et les idéaux scientifiques à la totalité du processus » (1991 : 6). Mais, si le recours aux comparaisons avec d’autres métiers est remarquablement fréquent dans les discours internes et externes sur le journalisme, il reste généralement plus anecdotique que systématique. Or, l’approche comparative, dont « l’essence est de chercher des différences au sein des dimensions communes à l’ensemble des cas » (Hughes, 1970 : 150), y compris entre des métiers extrêmement éloignés en apparence, semble particulièrement appropriée pour percevoir les « limites du légitime et du respectable » (Hughes, 1970 : 154-155). Pour autant, comme on l’a souligné plus haut, notre propos n’est aucunement de rechercher sur le terrain les manifestations empiriques d’attitudes professionnelles réelles : on se concentrera au contraire ici sur des normes déjà bien connues25, l’analyse ne visant qu’à en relever les « dimensions communes » et les « différences ».

Les similitudes et les divergences des cadres épistémiques

  • 26 C’est en particulier le cas de plusieurs jugements d’indemnisation français liés à la campagne de v (...)

47Dès lors que l’on tente de cerner les conditions de production d’une éventuelle « vérité journalistique », de nombreux systèmes de production de connaissances spécifiques — ou cadres épistémiques — s’offrent à la comparaison. Si le cadre scientifique produit non pas de la vérité mais de la « vérité scientifique », il en va de même notamment pour le cadre financier (la « vérité comptable » d’une entreprise ou d’un pays est souvent fort éloignée de la réalité de ceux-ci) ou pour le cadre judiciaire. Fruits de systèmes de production distincts, ces formes de connaissances tirent leur validité de ces normes internes, mais ne coïncident pas nécessairement à l’extérieur de celles-ci (on a vu la « vérité judiciaire » sur une question, par exemple la réparation d’un préjudice, s’opposer à la « vérité scientifique » selon laquelle les causes invoquées n’avaient aucunement pu produire les effets avancés26).

48Contrairement aux compétences d’un boucher-charcutier ou d’un marin, si exercées que soient les perceptions qui découlent de celles-ci, les démarches judiciaires, comptables ou scientifiques constituent des cadres épistémiques en ce qu’elles se réalisent dans la description d’un état du monde, la production d’un discours référentiel (jugements, comptes, rapports de recherche), laquelle est également la raison d’être du journalisme. Or, tous ces cadres présentent dès l’abord (c’est-à-dire dans leur vulgate même) des « dimensions communes » manifestes. Ils affirment parmi leurs impératifs fondamentaux : 

  • une condition d’impartialité (distanciation) et de désintéressement personnel : les affaires de conflit d’intérêts auxquels ils doivent tous faire face montrent l’écart possible entre les pratiques et les principes, mais n’invalident pas ceux-ci, qu’elles conduisent au contraire à réitérer publiquement ;

  • une condition d’indépendance de l’auteur par rapport aux emprises politiques ou économiques ou, en tout cas, à leurs mainmises directes (même remarque) ;

  • une condition de sincérité, impliquant non seulement de ne pas mentir stricto sensu, mais aussi de ne pas cacher les points discordants (le juge est censé prendre en compte tous les éléments, le chercheur mentionner les données contradictoires, etc.) ;

  • une condition de factualité, conduisant, malgré les problèmes philosophiques que soulève la notion de « faits », à accorder une prévalence à ceux-ci ou à ce qui en tient lieu ;

  • une condition de publicisation, en vertu de laquelle les connaissances produites doivent être rendues publiques.

49Par ailleurs, mais de façon moins uniforme et moins soutenue, les cadres épistémiques permettent de relever (sans prétendre ici à l’exhaustivité) : 

  • un principe d’exclusivité, soit passive car statutaire (ni les magistrats ni les comptables ne se trouvent en concurrence avec des homologues dans le traitement d’un dossier donné), soit active : la recherche visant à produire des connaissances nouvelles, être le second à faire une découverte n’a pas de valeur. Mais, curieusement, cette logique est considérée comme saine dans le cas de la science et jugée vicieuse dans celui du journalisme où l’on dénonce — surtout de l’extérieur — la « course au scoop » sans se demander si l’aspiration à l’exclusivité ne pourrait être un moteur profond de la poursuite de l’information ;

  • un principe de contiguïté, qui vise à limiter la distance et les intermédiations par rapport au réel abordé : le comptable doit pouvoir vérifier « sur pièces » les données qui lui sont soumises, le juge rejette les simples ouï-dire, de même que le chercheur et le journaliste valorisent l’accès direct au terrain et aux documents ou personnes sources ;

  • un principe de rationalité argumentative, laquelle comme l’a souligné Gauthier est dans le cas du journalisme « moins rigide que les raisonnements logique et scientifique marqués de nécessité » mais astreint cependant le journaliste à « une rigueur qui pour être moins tranchante impose néanmoins un dispositif démonstratif relativement resserré » (2010 : 260) ;

    • 27 Avant de devenir un moule discursif journalistique, ce questionnement était une composante de l’inv (...)

    un principe de référencement visant à assurer la traçabilité de l’accès au réel : les pièces comptables et les preuves judiciaires doivent être répertoriées et indexées, les échantillons de recherche caractérisés et les citations savantes référencées. Le journalisme l’applique à sa façon (et avec plus de vigilance dans certains pays que dans d’autres), par la désignation précise des lieux, moments et acteurs, voire victimes, de l’actualité (que rappelle au besoin le questionnement mnémotechnique27 des 5W+H) et, surtout, par l’attribution des propos ou de l’information à des sources nommées, le recours à des sources maintenues dans l’anonymat pour leur protection étant — en théorie plus que dans les faits — une pratique d’exception ;

  • un principe de délimitation, qui circonscrit ce qui, parmi les innombrables dimensions de la réalité examinée, sera pris en compte ou rejeté. Si les cadres judiciaire et comptable définissent de façon contraignante ce qu’ils doivent connaître ou négliger, les scientifiques recourent à la définition d’une problématique pour définir les aspects pertinents et exclure les autres. C’est aussi le sens de l’« angle » journalistique, dans lequel certains professionnels voient surtout un moyen de se démarquer de la concurrence, alors qu’il est fondamentalement un outil épistémologique de délimitation de l’attention ;

  • un principe de récence, en vertu duquel l’information ne vaut que si elle est traitée dans un délai restreint après son apparition. Par définition, la découverte scientifique produit sa propre récence (mais le processus conduisant à la publication commence aussitôt que les données ont été obtenues et analysées). Le cadre épistémique financier, pour sa part, ne se consacre qu’au plus récent exercice comptable, et son actualisation s’est accélérée (pour les entreprises cotées en bourse, le traditionnel bilan annuel s’est vu adjoindre des résultats trimestriels et parfois des états plus rapprochés). Le cadre judiciaire accorde également une importance particulière à la récence : dans les pays de droit codifié, des règles de prescription strictes interdisent même de traiter les faits trop anciens. C’est toutefois le journalisme qui porte au principe de récence la plus grande dévotion, au point d’en avoir fait la désignation de sa production : l’actualité, les nouvelles et plus encore les news anglophones. Pourtant, celle-ci transgresse souvent cette assimilation naïve (et passive) : dans bien des cas — reportages, enquêtes, voire simples articles pratiques —, la démarche journalistique, loin de « suivre » l’actualité, produit sa propre récence, à l’instar de la recherche scientifique.

  • 28 On peut se demander s’il s’agit d’un principe d’ordre épistémologique ou moral.

50Enfin, certains principes ne sont pas partagés par tous les cadres épistémiques. C’est par exemple le cas du discutable principe d’érosion, en vertu duquel une sorte d’ordre naturel se voit déléguer le soin de faire disparaître les énoncés erronés. La « main invisible des marchés » (ou la déconfiture des entreprises) est ainsi censée débarrasser la connaissance commune des comptabilités fantaisistes comme la « main invisible de la science » est censée balayer les théories ou les résultats inexacts. Le journalisme n’est pas le dernier à s’en remettre à un tel processus (« notre père le temps », comme l’invoquait Renaudot), alors que le champ judiciaire — dont les enjeux pour les justiciables ne sont pas seulement épistémiques — répugne à accepter une érosion aussi aléatoire, qu’il remplace par une rigide succession de filtres formels (appel, cassation, révision). C’est aussi le cas d’un éventuel28 principe d’originalité, selon lequel le discours produit doit émaner de l’auteur qui se l’attribue, mais dont la finance et la justice, peu touchées par les problèmes de plagiat, n’ont guère à se soucier.

51Toutefois, la collecte inductive des similitudes qui rapprochent le journalisme des cadres épistémiques légitimés, et le séparent de ce fait de la simple connaissance profane, est moins significative que la recherche des caractères qui seraient communs à ces cadres, mais dont le journalisme serait pour sa part dépourvu. Or, parmi ceux-ci, deux au moins sont particulièrement manifestes.

  • 29 Lequel est aujourd’hui grandement facilité par les nouvelles technologies, mais pas au point que ce (...)

52D’une part, les cadres épistémiques reposent normalement sur la mobilisation systématisée d’un corpus de textes antérieurs (jurisprudence juridique, revue de littérature scientifique, usages et normes comptables) qui encadrent les discours produits et conditionnent leur recevabilité. À l’inverse, le journalisme, en préservant la « naïveté » dont se réclamait Renaudot, se présente comme une pratique dépourvue de la nécessité de confronter le réel à un socle préalable de connaissances sectorielles : c’est un métier où la lecture ne précède pas l’écriture. Toutefois, les pratiques, là encore, diffèrent des usages légitimes. Les journalistes, on le sait, se lisent beaucoup entre eux, non seulement par le recours éventuel aux archives29, mais aussi, voire surtout, par la consultation de ce que les autres viennent d’écrire sur le sujet en cours. Toutefois, cette « circulation circulaire de l’information » (Bourdieu, 1996 : 22) ne s’enseigne pas en tant que telle dans les écoles et manuels de journalisme. Or, il pourrait s’agir là non d’un vice, mais d’une nécessité épistémologique réelle, dont l’approfondissement technique et critique pourrait aider les futurs professionnels à positionner de façon réfléchie leurs textes par rapport aux articles antérieurs plutôt que de subir l’influence diffuse de ceux-ci.

53D’autre part, et surtout, tout cadre épistémologique parvenu à maturité implique un ensemble de protocoles techniques, formalisés et rendus publics, qui s’imposent à ceux qui se réclament de ce cadre ou à une sous-catégorie de celui-ci. Ainsi, les codes de procédure civile et pénale, les règles de contrôle et d’enregistrement des écritures comptables ou les formulations des « bonnes pratiques » scientifiques sont opposables aux praticiens, pouvant même justifier le cas échéant l’exclusion de ceux qui entendraient agir selon leur seule fantaisie. Pour sa part, le journalisme possède effectivement certaines règles et méthodes explicites — dont les procédés, souvent confondus, de confrontation des opinions et de recoupement des éléments factuels, ou encore le recours (en principe) systématique au rectificatif comme moyen d’assurer in fine la justesse de l’information (voir plus haut Renaudot) —, mais ces prescriptions plus ou moins précises ne sont pas uniformes. Pour n’évoquer que les pays occidentaux, la distinction entre faits et commentaires, par exemple, qui est notamment requise au Québec, en Belgique et au Luxembourg, reste inconnue de la charte française. Le principe étatsunien exigeant la reproduction verbatim de tout propos cité serait non seulement inimaginable dans bien des pays européens, mais est aussi modéré au Québec, où les journalistes ne doivent que « respecter fidèlement le sens des propos qu’ils rapportent » (Fédération professionnelle des journalistes du Québec, 1996 : 3). Toutefois, le plus important est que ces normes ne présentent pas de caractère contraignant, leur violation ne pouvant guère plus entraîner que la réprobation des pairs.

54Ainsi le journalisme se situe-t-il à nouveau dans une position médiane. Condamné par la dilution d’Internet à expliciter la supériorité de sa production, et en particulier de la fiabilité de celle-ci, dans le foisonnement des communicateurs improvisés ou mercantiles, il ne peut pour autant se réclamer d’un cadre épistémique achevé capable, sinon de garantir, du moins de légitimer celle-ci : sans appareil défini pour la produire, il ne peut y avoir, même implicitement, de « vérité journalistique ».

Les enjeux identitaires et les perspectives épistémologiques

55La façon journalistique de connaître, dès lors que l’on tente de l’approcher en tant que telle, place souvent le journalisme sous un jour paradoxal. Que dire, par exemple, d’un métier réputé corporatiste mais qui refuse, à l’inverse de bien d’autres professions, la protection d’une frontière de normes ? Ce contraste est particulièrement frappant au Québec, où plus de 40 ordres professionnels reconnus veillent à l’exclusivité des acupuncteurs, des traducteurs ou des urbanistes (et jusqu’à celle des conseillers d’orientation ou des conseillers en ressources humaines), mais où le guide de déontologie des journalistes — pourtant l’un des plus élaborés qui soient — souligne que « [n]i le titre de journaliste, ni l’acte journalistique ne sont réservés à un groupe particulier de personnes. Le milieu journalistique est un milieu ouvert et les journalistes le veulent ainsi. […] Le présent Guide n’a donc pas de pouvoir coercitif » (Fédération professionnelle des journalistes du Québec, 1996 : 1-2).

  • 30 Au-delà des divergences habituelles (entre les conceptions libertaristes et régulatrices du journal (...)

56À défaut d’une structure ordinale — dont on peut aisément comprendre le rejet —, l’idée d’un titre non obligatoire de journaliste professionnel, impliquant notamment le respect de normes explicites, a ressurgi au Québec en 2011 à la suite des recommandations d’un rapport sur l’avenir de l’information dans cette province (Payette, 2010). La ministre commanditaire du rapport a finalement écarté ce projet, arguant des désaccords qu’il soulevait30. Toutefois, les débats à cette occasion ont permis de remarquer, là encore, une évolution significative : alors qu’en 2002 un projet similaire avait été « rejeté de façon viscérale » (Cauchon, 2002 : A1) par les membres de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, la nouvelle proposition a été, au sein de la même fédération mais une décennie plus tard, approuvée par plus de 85 % des voix exprimées. Il est vrai que, comme l’avait auparavant noté Richard E. Langelier, dont les contributions historiques et juridiques ont servi d’assise aux débats de 2002 et 2011, « ce sont les périodes de crise du journalisme, celles où les conditions d’exercice de la fonction devenaient intolérables, ou lorsque les agents sentaient leurs acquis professionnels menacés par toutes sortes de dérives et la légitimité de leur fonction remise en cause, que la demande de reconnaissance d’un statut professionnel se fit la plus pressante » (2010 : 62).

57Tout ce qu’on a vu plus haut semblant clairement aller dans ce sens, la question de la spécificité du journalisme paraît appelée à se poser de façon toujours plus aiguë.

58Malgré sa persistance au fil du temps, la discordance apparemment paralysante entre l’aspiration à des normes et le refus des entraves — celui-ci vigoureusement affermi par les employeurs — laisse ouverte une voie conceptuelle prometteuse. Dès lors que la pensée identitaire journalistique, débarrassée de son lien définitoire avec les médias et ne pouvant se résumer au traitement de l’actualité immédiate sans exclure une grande partie de sa production, ne peut non plus — ni ne veut — se fonder sur des caractéristiques attachées aux professionnels (la question « Qui est journaliste ? » apparaissant souvent comme insoluble, voire malvenue), il ne lui reste qu’un pas à faire pour se refonder à partir de son objet (« Qu’est-ce que le journalisme ? »). Or, ce dernier questionnement présente un avantage notable : il se prête mal à la dichotomie. L’examen du journalisme en tant que cadre épistémique embryonnaire montre en effet la présence de régularités d’intensité et d’uniformité variables, mais aussi d’une souplesse globale qui suggère que le caractère journalistique d’un message ne peut s’apprécier que de façon graduelle. Ainsi un discours quelconque pourrait-il être plus ou moins « journalistique » en fonction de sa concordance plus ou moins grande avec ces régularités, au premier rang desquelles, probablement, les conditions fondamentales relevées plus haut (impartialité et désintéressement, indépendance, sincérité, factualité, publicisation) particularisées par d’autres propriétés, concernant la captation et la validation des connaissances (voir notamment supra) ainsi que leur adaptation discursive (les impératifs de clarté, d’intérêt, non examinés ici mais largement attestés dans les faits et les principes, depuis Renaudot jusqu’aux chartes contemporaines).

  • 31 Célèbre pour la qualité de son écriture, ce grand reporter avait, en revanche, la réputation de sol (...)

59Si, comme l’affirmait un rédacteur en chef, « [i]l y a une essence du journalisme constituée de principes universels, indépendants des conditions sociales de leur production » (Joffrin, 1998 : 6), préciser cette essence sans pour autant la délimiter — et cela semble bel et bien envisageable — pourrait contribuer à résoudre bien des problèmes et en particulier celui de l’identité professionnelle. Qu’il émane d’un blogueur occasionnel ou d’un reporter aguerri, un texte ne serait de nature journalistique — discutable, par exemple, dans le cas d’un Lucien Bodard31 — qu’en fonction du degré selon lequel il revendique ces principes et les applique en tout ou en partie, et ce, indépendamment de sa véracité (on peut se tromper très journalistiquement ou avoir raison sur la seule base de ses impressions), voire de sa vertu (comme on l’a dit, voler un document ou l’inventer sont deux ordres de transgression très différents). Dans cette perspective, considérer comme « journalistes professionnels » ceux qui se réclament de tels critères épistémologiques (il n’est pas jusqu’aux critiques d’art qui ne puissent, ou non, choisir de les endosser), qui y conforment leur production dans une mesure raisonnable et qui en retirent leurs revenus préserverait l’ouverture de ce métier si souvent célébrée sans condamner du même coup celui-ci à l’évanescence, ni le libérer des principes axiologiques, tel que le respect de la présomption d’innocence, qui l’encadrent par ailleurs mais ne le définissent pas.

60Ainsi pourrait-on aborder l’essence graduelle de l’activité journalistique comme celle de l’activité thérapeutique : un parent soignant l’écorchure d’un enfant s’inscrit bel et bien dans le périmètre des logiques et méthodes thérapeutiques sans que cette pratique temporaire et sommaire fasse de lui un professionnel de la médecine (tandis qu’à l’inverse, certaines spécialités médicales comme la médecine légale n’ont que des liens ténus avec l’essence de l’activité thérapeutique).

  • 32 Mais, justement, une approche gradualiste permet d’éviter les exclusions binaires fondées sur des f (...)

61C’est sans doute là un saut bien abstrait pour une partie des professionnels, voire assez inconfortable pour certains d’entre eux (la condition d’impartialité, notamment, se prête mal à la subordination du journalisme à l’engagement politique, en théorie comme en pratique32). Le fait que bien des préalables conceptuels, comme la question du recours au corpus des articles antérieurs, restent largement en friche montre de surcroît que la pensée journalistique n’a pas fini de construire les fondements d’une épistémologie revendicable.

  • 33 Pays que les observateurs étrangers jugeaient jusqu’alors plus enclin aux débats d’idées qu’aux rec (...)

62Pourtant, les dynamiques normatives tant internes qu’externes semblent s’orienter dans cette direction. Au sein du champ, comme on l’a vu, un travail de réflexion et de codification, qui va en s’approfondissant, soulève de plus en plus des questions de définitions qui entraînent des questions de méthodes : il est par exemple frappant de remarquer l’essor de la notion de vérification, désormais évoquée comme un constituant fondamental de la démarche journalistique par toutes les chartes récentes, même en France33, confortant l’érection du journalisme en « une discipline de vérification » proposée par Kovach et Rosenstiel.

  • 34 Épistémologiquement, cette contrainte relève à la fois de la condition d’impartialité et des procéd (...)
  • 35 Mais cette tendance générale n’est pas nouvelle. Dans le même contexte — celui du droit civil —, la (...)

63À l’extérieur du champ, la pression des nouvelles concurrences joue un rôle déjà évoqué, de même que la (relative) perte de confiance du public, mais ces influences sont moins directes que celles de la jurisprudence qui, face aux silences des professionnels, a entrepris de définir à leur place les règles des « bonnes pratiques » journalistiques. C’est par exemple le cas de la nécessité de donner à toute personne la possibilité de présenter sa propre position lorsqu’elle est mise en cause dans un article à paraître34, laquelle s’est, sous la crainte des condamnations, intégrée aux procédures normales des journalistes bien avant d’apparaître dans leurs textes normatifs, dont elle demeure souvent absente. Cette pression méthodologique est particulièrement explicite au Canada, où la Cour suprême soulignait dès 200435 que

[l]a véracité et l’intérêt public sont des facteurs dont il faut tenir compte, mais ils ne jouent pas nécessairement le rôle d’un facteur déterminant. […] Il faut examiner globalement la teneur du reportage, sa méthodologie et son contexte. Selon le principe directeur applicable en matière de responsabilité pour diffamation, le journaliste ou le média en question n’aura commis une faute que s’il est démontré qu’il n’a pas respecté les normes professionnelles. La conduite du journaliste raisonnable devient une balise de la plus haute importance (2004 : 97. Nous soulignons).

  • 36 Les tribunaux canadiens ne considèrent généralement que l’action intrinsèque d’informer (de communi (...)
  • 37 Le jugement de 2009 cité plus haut établit explicitement « un moyen de défense modifié qui donnerai (...)
  • 38 Particulièrement saisissante est, dans le jugement précité, la reconnaissance par la haute cour d’u (...)

64« En refusant d’encadrer leur profession, les journalistes ont laissé aux juges le soin de le faire à leur place », résumait à l’époque un professionnel, en remarquant que « les <normes professionnelles> sur lesquelles les tribunaux s’appuient pour juger une cause auraient [pu être] définies préalablement par la profession elle-même » (Venne, 2004 : A7). De fait, l’évolution de la jurisprudence canadienne qui, comme celle d’autres pays occidentaux (notamment anglo-saxons), va plutôt dans le sens d’un accroissement de la liberté d’expression, paraît épistémologiquement en avance sur la pensée praticienne, opérant le découplage entre journalisme et entreprises de presse36, séparant le problème de la méthodologie et celui de la vérité37, et établissant même, dans ce dernier cas, des distinguos frappants entre vérités informationnelle, judiciaire et financière38.

65Ainsi, quelles que soient les raisons qui y concourent, l’approfondissement de l’épistémologie du journalisme, au sein de ce métier comme à l’extérieur de celui-ci, paraît-il devenir une perspective essentielle, non seulement pour le comprendre mais aussi pour le pratiquer.

Conclusion

66L’une des traditions dominantes des recherches sur le journalisme porte à examiner sa production effective et à écarter, pour des raisons évidentes, les discours qu’il tient sur lui-même. Sans contester les prémices de cette approche, et encore moins ses acquis, le présent article n’en a pas moins risqué une démarche inverse (examiner les discours plutôt que leur traduction dans les faits), afin de rechercher dans ces discours les indices d’une posture épistémologique particulière.

67D’un point de vue diachronique, cet examen a permis d’observer, dès la naissance du journalisme francophone, la construction d’une doctrine étoffée et déjà proche de ce qu’elle sera près de quatre siècles plus tard, doctrine insérant la captation journalistique du réel entre la perception commune de celui-ci et sa connaissance savante. Il a ensuite permis de remarquer que les inflexions ultérieures de cette doctrine, généralement attribuées aux seuls facteurs économiques ou technologiques, présentaient mutatis mutandis assez de concordances avec celles de la pensée scientifique (positivisme, relativisme) pour inscrire la pensée journalistique dans l’histoire des idées.

68L’approche journalistique du réel n’en a pas moins conservé au fil du temps un niveau de construction intermédiaire, ni profane ni théorique, assumant, voire revendiquant, le flou de sa propre caractérisation. Or, l’étude des textes déontologiques contemporains a permis de relever les indices d’une évolution rapide vers un stade de formalisation accru : menacé de dissolution par la confusion croissante des contenus et la généralisation des moyens de recueil et de diffusion de l’information, le journalisme paraît contraint d’expliciter la singularité de son approche du réel pour justifier la valeur de celle-ci.

69Toutefois, cet approfondissement conceptuel interne reste entravé, d’une part par son caractère peu analytique, qui amalgame généralement le problème des valeurs morales, celui de la « vérité » et celui des conditions explicites de validité du journalisme, d’autre part par la diversité géographique et idéologique de ses acteurs, enfin par ses fondements essentiellement introspectifs.

70Pour cette raison, la présente recherche a recouru à une approche comparative, intrinsèquement limitée mais susceptible d’aider à repérer et à classifier certaines régularités possibles de l’approche journalistique en confrontant celle-ci à des cadres épistémiques formalisés et légitimés. L’examen a permis de distinguer certaines des conditions et principes par lesquels la captation journalistique du monde pourrait s’apparenter à un cadre épistémique explicite, tout en soulignant certains points qui lui interdisent, en tout cas aujourd’hui, de revendiquer pleinement un tel statut.

71Ce parcours n’en confirme pas moins selon nous l’intérêt qu’il peut y avoir à considérer l’activité journalistique non seulement dans une perspective structurelle (à partir des médias), sociologique (à partir des acteurs) et critique (à partir des textes produits), mais aussi dans une perspective épistémologique (à partir de ses modes d’approche du réel).

  • 39 Voir Labasse (2012c) pour un développement sur ce point.

72S’il est moins solidement empirique et peut-être plus abstrait que d’autres, cet angle permet en effet de soulever ou d’éclairer des questions très concrètes, comme celles des méthodes et des techniques légitimes, mais aussi celles des proscriptions — la « chasse au scoop », l’autoréférence « circulaire », le « sensationnalisme »39 — qui, si elles s’avéraient intrinsèques à l’approche journalistique, gagneraient à être pensées et maîtrisées plutôt que dénoncées en vain et pratiquées en catimini. En outre, il tend à confirmer qu’une caractérisation de ce domaine fondée sur le journalisme lui-même, plutôt que sur les journaux, les journalistes ou l’actualité, semble, sinon facile, du moins envisageable, et qu’elle pourrait constituer une réponse aux problèmes sur lesquels butent les autres approches définitoires.

73Paradoxalement, cette question de normes est particulièrement peu normative : non seulement parce que, loin de prétendre définir ce que le journaliste devrait être, elle se contente d’essayer de préciser ce qui paraît le constituer, mais aussi parce que, à l’inverse des critères de démarcation binaires, elle incite à une conception graduelle de la nature plus ou moins journalistique des activités et productions médiatiques. Pour autant, elle n’est pas tout à fait dénuée d’enjeux axiologiques : que ce soit dans une perspective citoyenne ou professionnelle, le renforcement conceptuel et méthodologique du journalisme, en d’autres termes son accession à la maturité épistémologique, pourrait sans aucun doute être qualifié de « souhaitable ».

Haut de page

Bibliographie

ASSISES INTERNATIONALES DU JOURNALISME (2007), Charte de la qualité de l’information, Malakoff, Association Journalisme et citoyenneté.

ASSOCIATION CANADIENNE DES JOURNALISTES / CANADIAN ASSOCIATION OF JOURNALISTS (2012), Qu’est-ce que le journalisme ?, Brantford, The Canadian Association of Journalists.

ASSOCIATION GÉNÉRALE DES JOURNALISTES PROFESSIONNELS DE BELGIQUE, ASSOCIATION BELGE DES ÉDITEURS DE JOURNAUX et FÉDÉRATION BELGE DES MAGAZINES (1982), Code de principes de journalisme, Bruxelles, Conseil de déontologie journalistique.

AWAD, Gloria (2010), Ontologie du journalisme, Paris, L’Harmattan.

BÉRAUD, Henri (1927), Le flâneur salarié, Paris, Éditions de France.

BERNIER, Marc-François (2004a), Éthique et déontologie du journalisme, Québec, Presses de l’Université Laval.

BERNIER, Marc-François (2004b), « Une vision systémique de la vérité en journalisme », Les Cahiers du journalisme, 13 : 124-131.

BLANKENBURG, William B. et Ruth WALDEN (1977), « Objectivity, interpretation, and economy in reporting », Journalism Quarterly, 54(3) : 591-595.

BODARD, Lucien, et Jean-Claude ZYLBERSTEIN (1970), « Bodard à la question », Le Nouvel Observateur, 274 (9 février), p. 38.

BOURDIEU, Pierre (1994), « L’emprise du journalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, 101, p. 3-9.

BOURDIEU, Pierre (1996), Sur la télévision, Paris, Liber.

BRIN, Colette, Jean CHARRON et Jean DE BONVILLE (2004), Nature et transformation du journalisme. Théorie et recherches empiriques, Québec, Presses de l’Université Laval.

CAUCHON, Paul (2002), « Les journalistes rejettent l’idée d’une loi-cadre », Le Devoir, 2 septembre, p. A1.

CFPJ (1984), Guide de la rédaction, Paris, Les guides du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes.

CHARON, Jean-Marie (2003), « L’éthique des journalistes au XXe siècle. De la responsabilité devant les pairs aux devoirs à l’égard du public », Le Temps des médias, 1, p. 200-210.

CHARRON, Jean et Jean DE BONVILLE (1996), « Le paradigme du journalisme de communication, essai de définition », Communication, 17(2) : 51-97.

COHEN-ALMAGOR, Raphael (2008), « The limits of objective reporting », Journal of Language and Politics, 7(1) : 138–157.

COLLINS, Harry M. et Robert EVANS (2002), « The third wave of science studies : Studies of expertise and experience », Social Studies of Science, 32(2) : 235-296.

COLLINS, Harry M. et Robert EVANS (2007), Rethinking Expertise, Chicago, University of Chicago Press.

CONSEIL DE PRESSE (2006), Code de déontologie, Luxembourg, Conseil de presse.

CONSEIL SUISSE DE LA PRESSE (2005), Directives relatives à la Déclaration des devoirs et des droits du / de la journaliste, Interlaken, Conseil suisse de la presse.

CORNU, Daniel (1998), « Journalisme et vérité », Autres temps, 58 : 13-27.

COUR D’APPEL DU QUÉBEC (1994), Société Radio-Canada c. Radio Sept-Îles, Recueil de jurisprudence du Québec, 6, p. 1811-1822.

COUR SUPRÊME DU CANADA (2004), Gilles E, Néron Communication Marketing inc, c. Chambre des notaires du Québec, Recueil des arrêts de la Cour suprême du Canada, 3, p. 95-151.

COUR SUPRÊME DU CANADA (2009), Grant c. Torstar corp, Recueil des arrêts de la Cour suprême du Canada, 3, p. 640-711.

DEUTSCHER JOURNALISTE VERBAND ET AUTRES SYNDICATS DE JOURNALISTES EUROPEENS (1971), Déclaration des devoirs et des droits des journalistes (dite « Charte de Munich »), Paris, Union syndicale des journalistes — CFDT.

EKSTRÖM, Mats (2002), « Epistemologies of TV journalism : A theoretical framework », Journalism, 3(3) : 259-282.

ESQUENAZI, Jean-Pierre (2002), L’écriture de l’actualité. Pour une sociologie du discours médiatique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

ETTEMA, James S. et Theodore L. GLASSER (1985), « On the epistemology of investigative journalism », Communication, 8(2) : 183-206.

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DES JOURNALISTES (1986), Déclaration de principe de la FIJ sur la conduite des journalistes, Bruxelles, Fédération internationale des journalistes.

FÉDÉRATION PROFESSIONNELLE DES JOURNALISTES DU QUÉBEC (1996), Guide de déontologie des journalistes du Québec, Montréal, Fédération professionnelle des journalistes du Québec.

FEYEL, Gilles (2003), « Aux origines de l’éthique des journalistes, Théophraste Renaudot et ses premiers discours éditoriaux (1631-1633) », Le Temps des médias, 1, p. 175-189.

GANS, Herbert (1979), Deciding What’s News : A Study of CBS Evening News, NBC Nightly News, Newsweek and Time, New York, Random House.

GAUTHIER, Gilles (2010), « Le journalisme de communication, expression de conviction et moralisme », Les Cahiers du journalisme, 21 : 254-273.

GIFFARD, Pierre (1880), Le Sieur de Va-Partout, souvenirs d’un reporter, Paris, Maurice Dreyfous.

GINISTY, Paul (1917), Anthologie du journalisme du XVIIe siècle à nos jours, Paris, Delagrave.

GODLER, Yigal et Zvi REICH (2013), « How journalists think about facts : Theorizing the social conditions behind epistemological beliefs », Journalism Studies, 14(1) : 94-112.

GREVISSE, Benoît (2008), Écritures journalistiques : stratégies rédactionnelles, multimédia et journalisme narratif, Bruxelles, De Boeck Supérieur.

HATIN, Louis Eugène (1860), Histoire politique et littéraire de la presse en France (tome VI), Paris, Poulet-Malassis et de Broise.

HUGHES, Everett Cherrington (1970), « The humble and the proud : The comparative study of occupations », Sociological Quarterly, 11(2) : 147-156.

JOFFRIN, Laurent (1998), « De fausses bases pour un débat urgent », Libération, 6 juillet, p. 6.

KOVACH, Bill et Tom ROSENSTIEL (2001), The Elements of Journalism, New York, Three Rivers Press.

KUHN, Thomas Samuel (1983), La structure des révolutions scientifiques, deuxième édition, Paris, Flammarion.

LA PRESSE (1836), « Esprit de la rédaction », 15 juin, n° 0, p. 1.

LA PRESSE (1836), « Polémique », 15 juin, n° 0, p. 3.

LABASSE, Bertrand (2004), « Quand le cadre fait le tableau ; référentiels cognitifs et perception de l’actualité », Les Cahiers du journalisme, 13 : 80-107.

LABASSE, Bertrand (2012a), « Un trou noir dans la galaxie, la compétence opératoire dans les recherches en communication », Canadian Journal of Media Studies, 10(2) : 176-214.

LABASSE, Bertrand (2012b), « Structures narratives et congruence cognitive : cas du summary lead et de la pyramide inversée », Rédactologie/Canadian Journal for Studies in Discourse and Writing, 24(1) : 65-83.

LABASSE, Bertrand (2012c), « Sexe, sang et physique des particules, le <sensationnalisme> est-il partout… ou nulle part ? », Les Cahiers du journalisme, 24 : 114-149.

LANGELIER, Richard E. (2010), Le statut professionnel du journaliste québécois. Éléments de réflexion à partir des débats historiques ayant entouré cette question et de l’expérience étrangère, Québec, Groupe de travail sur le journalisme et l’information au Québec.

LATOUR, Bruno et Steeve WOOLGAR (1988), La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte.

LE BIGOT, Ludovic et al. (2007), « Comment mieux évaluer les informations issues de sources multiples ? » dans Thierry NODENOT, Jacques WALLET et Emmanuel FERNANDES (dir.), Actes de la conférence EIAH 2007, Lausanne, UNIL, p. 161-166.

LE BOHEC, Jacques (2000), Les mythes professionnels des journalistes, Paris, L’Harmattan.

LE CAM, Florence (2009), Le journalisme imaginé. Histoire d’un projet professionnel au Québec, Montréal, Lémeac.

LE MATIN (1884), « Au lecteur », 26 février, n° 1, p. 1.

LECLERC, Aurélien (1991), L’entreprise de presse et le journaliste, Québec, Presses de l’Université du Québec.

LEROUX, Gaston (1901), « Sur mon chemin », Le Matin, 1er février, p. 1.

LEVINE, Murray (1980), « Investigative reporting as a research method », American Psychologist, 35(7) : 626-638.

LIBÉRATION (2005), « Tous journalistes ? Blogs, sites citoyens, photos et vidéos d’amateurs : le monopole des médias sur l’information est battu en brèche », 20 août, p. 1

MEYER, Philip (2001), The New Precision Journalism, Boston, Rowman & Littlefield.

MINDICH, David T. Z. (2000), Just the Facts : How « Objectivity » Came to Define American Journalism, New York, New York University Press.

MORIN, Violette (1969), L’écriture de presse, Paris, Mouton.

MOUILLAUD, Maurice et Jean-François TÉTU (1989), Le journal quotidien, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

PAYETTE, Dominique (2010), L’information au Québec ; un intérêt public, Québec, Groupe de travail sur le journalisme et l’information au Québec.

PLATON (1826), Œuvres de Platon traduites par Victor Cousin — Tome Troisième, Paris, Bossange Frères.

POPPER, Karl (1973), La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot.

REICH, Zvi (2012), « Journalism as bipolar interactional expertise », Communication Theory, 22(4) : 339-358.

RENAUDOT, Téophraste (1632), Recueil des Gazettes de l’année 1631, Paris, Bureau d’adresse.

RENAUDOT, Téophraste (1633), Recueil des Gazettes, Nouvelles, Relations & autres choses mémorables de toute l’année 1632, Paris, Bureau d’adresse.

RODHE, Éric (2012), « Chartes et codes de déontologie, une synthèse est possible et nécessaire », Les Cahiers du journalisme, 24 : 234-265.

ROSS, Philippe (2011), « Is there an expertise of production ? The case of new media producers », New Media & Society, 13 : 912-928.

RUELLAN, Denis (1993), Le professionnalisme du flou, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

RUELLAN, Denis (2011), Nous journalistes. Déontologie et identité, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

SYNDICAT NATIONAL DES JOURNALISTES (1938), Charte des devoirs professionnels des journalistes français, Paris, Syndicat national des journalistes.

SYNDICAT NATIONAL DES JOURNALISTES (2011), Charte d’éthique professionnelle des journalistes, Paris, Syndicat national des journalistes.

TUCHMAN, Gaye (1992), « Objectivity as strategic ritual : An examination of newsmen’s notions of objectivity », American Journal of Sociology, 77(4) : 660-679

TURNER, Fred (2005), « Actor-networking the news », Social Epistemology, 19(4) : 321-324.

UNESCO (1974), Conclusions qui ressortent des consultations collectives sur les codes de déontologie des moyens d’information, Paris, UNESCO.

VENNE, Michel (2004), « Le journalisme par les juges », Le Devoir, 9 août, p. A7.

VISTEL, Jacques (1993), Qu’est-ce qu’un journaliste ? Rapport au secrétaire d’État à la communication, Paris, Service juridique et technique de l’information.

WYNNE, Brian (1992), « Misunderstood misunderstanding : Social identities and public uptake of science », Public Understanding of Science, 1(3) : 281-304.

Haut de page

Notes

1 « Le reporter regarde pour le monde : il est la lorgnette du monde ! » (Leroux, 1901 : 1).

2 Il est significatif qu’un tel questionnement réitère paradoxalement la liaison ontologique entre « journalistes » et « médias » au moment même où il prend acte de la disparition du « monopole des instruments de diffusion » ayant caractérisé le premier (Bourdieu, 1994 : 7).

3 Ainsi, les journalistes qui recueillent des échantillons de sols contaminés ou d’aliments douteux pour les faire analyser, ou même ceux qui testent la compétence de prestataires comme les réparateurs d’automobiles, s’inscrivent-ils dans une logique d’investigation rationnelle, même s’ils négligent usuellement des principes méthodologiques de base (double aveugle, cas-témoin).

4 On désignera par cette locution volontairement générique le large spectre des recherches philosophiques, historiques, sociologiques, ethnologiques, discursives, etc., portant sur la production, la négociation et la réception des savoirs et de l’expertise dans les communautés de spécialistes et dans la société en général.

5 Kuhn va en fait plus loin, affirmant, à propos des diverses conceptions sur l’optique qui ont eu cours de l’Antiquité à la fin du XVIIe siècle, que « [t]oute définition de l’homme de science qui exclurait les personnalités les plus créatrices de ces diverses écoles exclura également leurs successeurs modernes » (1983 : 33)

6 De fait, ces études restent généralement focalisées sur les sciences de la nature ou sur l’évaluation des risques technologiques.

7 Les champs sémantiques de « vérité » et de « véracité » étant souvent indistincts, on se contentera, pour ne pas passer en revue 25 siècles de philosophie (mais aussi pour respecter le contexte professionnel dans lequel ils sont évoqués), de les employer sans excès de raffinement dans des acceptions courantes et largement attestées : pour la première, la conformité à un état du monde réel et, pour la seconde, le caractère de ce qui est énoncé avec l’intention de dire la vérité. En revanche, l’emploi d’une épithète sectorielle (par exemple « vérité juridique ») renverra — toujours selon une acception courante — aux discours considérés comme valides dans le cadre des normes et usages d’une communauté discursive particulière.

8 Signalons que la primauté de la Gazette de Renaudot sur les éphémères Nouvelles de Vendôme et Martin reste débattue en raison des incertitudes sur les dates précises de parution de ces titres, en particulier du second. En tout état de cause, l’entreprise éditoriale de Renaudot, assise sur un monopole (privilège) royal, constitue bien le point de départ du journalisme imprimé en France et en restera longtemps l’unique composante. Le corpus examiné ici comprend les années 1631 et 1632 de la Gazette et de ses suppléments périodiques, y compris leurs recueils annuels. Une grande partie des textes pertinents provient du mensuel Relation des nouvelles du monde dont chaque livraison commençait, contrairement à la Gazette, par ce que l’on nommerait aujourd’hui un « éditorial ». Afin d’alléger les multiples références à ces parutions mensuelles, on les indexera à partir d’ici par la page de leur réimpression dans Recueil des gazettes, nouvelles, relations et autres choses mémorables de toute l’année 1632 (publié en 1633) dont voici la correspondance : [43] Janvier 1632, p. 1 ; [87] Février 1632, p. 1 ; [88] Février 1632, p. 2 ; [125] Mars 1632, p. 1 ; [173] Avril 1632, p. 1 ; [213] Mai 1632, p. 1 ; [249] Juin 1632, p. 1 ; [297] Juillet 1632, p. 1 ; [337] Août 1632, p. 1 ; [393] Septembre 1632, p. 1 ; [433] Octobre 1632, p. 1 ; [475] Novembre 1632, p. 1 ; [523] Décembre 1632, p. 1.

9 L’orthographe et la ponctuation de toutes les citations de Renaudot ont été modernisées par nous.

10 Probablement le général brabançon Jean T’serclaes de Tilly, lequel, étant bel et bien mort en 1632, aurait ainsi inauguré la longue liste des décès annoncés de façon un peu prématurée ou approximative par la presse.

11 Ainsi, les passages obligés d’adulation du roi dont les actions « rayonnent d’une telle splendeur qu’elles éclairent tout le continent » [43] pourraient surprendre dans un journal contemporain, en tout cas en Occident.

12 C’est aussi le moment où commence à s’estomper la distinction entre les organes d’information qui, à l’instar de la Gazette, rapportent les nouvelles et les périodiques aux prétentions plus intellectuelles — les « journaux » au sens classique — qui rapportent et commentent les œuvres de l’esprit. Mais, l’invocation du journalisme ne correspond pas encore à la constitution d’une identité professionnelle distincte de celle des « hommes de lettres » en général.

13 Toutes les citations originalement en anglais sont traduites par nous.

14 Si ce terme émerge effectivement au XIXe siècle et doit sa fortune populaire à son emploi dans un contexte journalistique, ses racines philosophiques européennes le précèdent nettement (dans une acception plus restreinte). Notons que, bien que cette phrase soit attribuée à Kent Cooper, directeur général de l’Associated Press en 1943, par de nombreux auteurs (par exemple, Blankenburg et Walden, 1977 ; Mindich, 2000), nous n’avons pu la relier à un écrit original.

15 Acronyme de la norme de structuration discursive des sciences expérimentales : Introduction, Matériel et méthodes, Résultats et (And) Discussion.

16 Bien que l’on fasse remonter ces deux évolutions au XIXe siècle, l’une et l’autre ne se généraliseront réellement qu’au siècle suivant.

17 Que le grand reportage n’avait, pour sa part, jamais abandonné.

18 La réflexion sur les limites de l’« objectivité » journalistique ne se limite pas au moment du « nouveau journalisme » : pour ne mentionner qu’une figure marquante de ce champ, le fondateur du Monde, Hubert Beuve-Méry, avait à diverses reprises souligné ses doutes face à celle-ci. Rappelons par ailleurs que l’expression « nouveau journalisme » avait auparavant été utilisée pour désigner d’autres évolutions, dont, au XIXe siècle, le journalisme factuel et de terrain.

19 Cet épisode non documenté est une observation de terrain faite au congrès annuel de l’Union des syndicats de journalistes CFDT de Lannion (2001) auquel l’auteur de ces lignes avait été invité comme observateur.

20 Elle est issue, dans la mouvance de la Fondation Nieman pour le journalisme de l’Université d’Harvard, du rapprochement de cadres éditoriaux et de journalistes renommés, particulièrement portés en outre aux interactions avec le monde universitaire.

21 On regrettera d’autant plus de ne pas évoquer ici les autres pays que plusieurs de ceux-ci, notamment en Afrique du Nord, sont actuellement engagés dans des processus de redéfinition du statut journalistique extrêmement intéressants. Cependant, prendre en compte les particularités de ces diverses démarches, liées à des contextes spécifiques d’extension de la liberté d’expression, impliquerait des développements incompatibles avec la taille d’un article déjà très long.

22 Signalons cependant qu’un texte du corpus n’avait pas été publié en français, mais a été retenu en raison de la portée (théoriquement) bilingue de l’association professionnelle dont il émane. En revanche, ne sont évidemment pas compris dans le périmètre examiné les chartes internes à une entreprise de presse, les rapports ou encore les essais de professionnels sans vocation représentative (ce qui n’interdit pas pour autant de s’y référer à l’occasion).

23 « Beaucoup diraient que le fait même de chercher une définition pour le journalisme […] est une démarche élitiste et éthiquement inacceptable » (p. 1).

24 Pour une proposition individuelle, voir Meyer (1991).

25 Qu’elles soient érigées en règles explicites (et parfois en obligations légales) ou qu’elles puissent se déduire de préceptes abondamment documentés par ailleurs, notamment dans les manuels d’apprentissage (et d’acculturation) des professions considérées.

26 C’est en particulier le cas de plusieurs jugements d’indemnisation français liés à la campagne de vaccination contre l’hépatite B, mais on a aussi vu les vérités scientifiques et judiciaires s’opposer sur des questions telles que, en France, l’authenticité d’une statuette égyptienne ou même, aux États-Unis, la nature de fruit ou de légume des tomates ordinaires.

27 Avant de devenir un moule discursif journalistique, ce questionnement était une composante de l’inventio rhétorique et, plus tard, de l’investigation scolastique (Labasse, 2012b).

28 On peut se demander s’il s’agit d’un principe d’ordre épistémologique ou moral.

29 Lequel est aujourd’hui grandement facilité par les nouvelles technologies, mais pas au point que cette consultation soit présentée et enseignée comme un préalable de routine (voire un prérequis) à la rédaction d’un article.

30 Au-delà des divergences habituelles (entre les conceptions libertaristes et régulatrices du journalisme, entre les anciens et les nouveaux venus, entre les journalistes et les propriétaires des entreprises de presse), cette proposition s’est heurtée à des oppositions entre les diverses organisations susceptibles d’attribuer les cartes de presse.

31 Célèbre pour la qualité de son écriture, ce grand reporter avait, en revanche, la réputation de solliciter davantage sa créativité que ses jambes, ce dont il ne se défendait que mollement : « La réalité, qu’est-ce c’est ? Une chose très subjective. Tout ce qu’on sent dans un pays, un événement, ce sont des potentialités, il s’agit de les rendre et c’est une question de talent » (Bodard et Zylberstein, 1970 : 38).

32 Mais, justement, une approche gradualiste permet d’éviter les exclusions binaires fondées sur des frontières plus ou moins arbitraires (« c’est de la propagande, pas du journalisme ») et de situer cette opposition dans une sorte de jeu à somme nulle : plus c’est du militantisme, moins c’est du journalisme. Notons que la conception gradualiste du journalisme n’exclut nullement la possibilité de distribuer à certains un titre de journaliste « professionnel » : elle permet, au contraire, de penser plus sereinement les degrés d’adhésion aux principes journalistiques requis pour un tel titre.

33 Pays que les observateurs étrangers jugeaient jusqu’alors plus enclin aux débats d’idées qu’aux recoupements systématiques et à la factualité obsessionnelle.

34 Épistémologiquement, cette contrainte relève à la fois de la condition d’impartialité et des procédures légitimées de confrontation-recoupement.

35 Mais cette tendance générale n’est pas nouvelle. Dans le même contexte — celui du droit civil —, la Cour d’appel du Québec notait déjà une décennie plus tôt que « Dans le cas d’un reportage, il faut rechercher si l’enquête préalable a été effectuée en prenant des précautions normales, en utilisant des techniques d’investigation disponibles ou habituellement employées. […] S’il y a atteinte à la réputation, cette atteinte ne peut être source de responsabilité civile que lorsqu’elle est fautive. Elle n’aura ce caractère que si l’on retrouve une violation des standards professionnels de l’enquête et de l’activité journalistique » (1994 : 1820, s. p. n. Nous soulignons). Pour sa part, le droit des provinces de common law vient lui aussi de s’ouvrir à la question des méthodes, la Cour suprême du Canada permettant désormais aux accusés de diffamation « de s’exonérer en établissant qu’ils ont agi de façon responsable en s’efforçant de vérifier l’information communiquée au sujet d’une question d’intérêt public » (2009 : 642).

36 Les tribunaux canadiens ne considèrent généralement que l’action intrinsèque d’informer (de communiquer des faits d’intérêt public) sans la lier directement à l’appartenance aux organisations médiatiques ni accorder à celles-ci d’immunité ou de privilèges particuliers, mais en tenant compte, au besoin, de celles-ci comme un élément contextuel (au Québec, la Loi sur la presse instaure cependant quelques règles particulières pour les diffamations commises par voie de presse).

37 Le jugement de 2009 cité plus haut établit explicitement « un moyen de défense modifié qui donnerait davantage de poids à la diligence mise par le défendeur à vérifier les faits au détriment de l’examen de la véracité ou de la fausseté des énoncés diffamatoires » (Cour suprême du Canada, 2009 : 669, s. p. n. Nous soulignons).

38 Particulièrement saisissante est, dans le jugement précité, la reconnaissance par la haute cour d’un statut épistémologique (conditions de validité) différent pour la vérité judiciaire et la vérité journalistique : « Il est capital que les médias […] se conforment aux normes les plus exigeantes du journalisme. Toutefois, exiger que la couverture des questions d’intérêt public atteigne à une certitude judiciaire peut aboutir à empêcher la communication de faits qu’une personne raisonnable tiendrait pour fiables et qui sont pertinents et importants pour le débat public. […] Le diffuseur qui vérifie les faits et la fiabilité des sources peut parvenir à une certitude raisonnable quant à leur véracité, sans pour autant être assuré de pouvoir, peut-être des années plus tard, établir cette véracité en cour » (Cour suprême du Canada, 2009 : 666, s. p. n. Nous soulignons). Dans un jugement antérieur, la Cour d’appel du Québec soulignait de même que le type de vérité d’un rapport d’expert sur le capital d’une entreprise n’était pas celui que l’on devait attendre d’un reportage journalistique : « La description qu’elle a donnée, dans son reportage, de l’entreprise […] paraît, à ce titre, fondamentalement exacte. Elle n’avait pas à entrer dans le détail raffiné de la structure corporative » (1994 : 1821).

39 Voir Labasse (2012c) pour un développement sur ce point.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Labasse, « Du journalisme comme une mésoépistémologie », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 14 février 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/5093 ; DOI : 10.4000/communication.5093

Haut de page

Auteur

Bertrand Labasse

Bertrand Labasse est professeur aux Départements de français et de communication de l’Université d’Ottawa. Courriel : labasse.b@pressetech.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org