Navigation – Plan du site
Articles

La presse architecturale, miroir actif de la préoccupation environnementale

Construction médiatique d’une architecture durable et changements des codes journalistiques
Christophe Camus et Béatrice Durand

Résumés

Quels sont les effets du durable sur la médiatisation de l’architecture ? Cette étude s’appuie sur une enquête analysant dix ans d’articles issus de la presse professionnelle française (2000-2009). Les auteurs y suivent l’irruption de l’écologie en relevant les résistances et changements qu’elle provoque. Ils montrent comment la thématique environnementale a eu un effet profond sur la manière dont ces médias rendent compte de la production architecturale. Autrement dit, comment les façons de parler contribuent à faire exister une œuvre architecturale.

Haut de page

Texte intégral

1Que devient la médiatisation architecturale lorsqu’elle rencontre les enjeux politiques et sociaux portés par l’écologie ? Comment participe-t-elle à la conversion de l’architecture au durable ? Pour répondre à ces questions, nous nous appuierons sur une recherche effectuée entre 2000 et 2009 sur la presse architecturale française (Camus et al., 2010 et 2012). Notre enquête s’est intéressée à la manière dont, dans les revues spécialisées de la première décennie du XXIsiècle, la préoccupation environnementale a été prise en compte, soit à la naissance d’une problématique susceptible de réinterroger le quotidien de la profession d’architecte, de ses savoir-faire à ses propres moyens de légitimation. Nous avons ainsi étudié comment le durable se justifiait socialement dans les articles et comment l’écologie se discutait, s’évaluait et avait contribué au développement d’un discours critique, peu répandu dans ce type de presse. Enfin, nous nous sommes demandés si l’avènement du durable était venu bouleverser les codes journalistiques en place, voire si le durable était devenu un nouveau critère de jugement ou un nouveau paradigme. Essentiellement destinée aux professionnels, cette presse est ouverte aux enjeux de société qu’elle peut reprendre à son compte, à condition de les rendre compatibles avec la liberté créative des maîtres d’œuvre.

2Notre enquête (Camus et al., 2010) concerne une pratique journalistique fortement liée au monde de l’architecture, c’est-à-dire à un univers professionnel engagé dans la production artistique et économique d’artefacts architecturaux. Loin de réduire ce journalisme à ses indéniables visées stratégiques, nous avons préféré adopter une posture compréhensive pour analyser son fonctionnement. Nous l’avons considéré comme une forme de connaissance du réel, une reconfiguration de la réalité du monde à visée performative (Butler, 1997/2004 ; Macé, 2006). Une telle analyse contribue à repenser les tensions entre logique médiatique et enjeux démocratiques : faire connaître des architectes et leurs réalisations ou rendre publics les débats spatiaux et architecturaux contemporains. En termes plus habermassiens, il s’agit de penser les tensions entre agir stratégique et agir communicationnel : faire de l’architecture en s’appuyant sur les médias ou concevoir et expliciter un projet architectural (Habermas, 1962/1986).

3Sans visées quantitatives, nous avons procédé à un dépouillement de six principaux titres représentatifs de l’architecture française : de 2000 à 2009, AMC, Architecture intérieure — Créé, D’Architectures, Techniques & architecture, L’Architecture d’aujourd’hui et, de 2007 à 2009, le nouveau magazine EcologiK. Nous y avons retenu l’ensemble des articles dont le contenu durable (défini comme « durable », « écologique », « environnemental », « écoresponsable », « HQE », etc.) était explicitement affiché au moyen du titre, du chapeau ou des intertitres. Nous avons analysé les comportements des différentes publications à l’égard du durable : nature de l’information (courte, approfondie), place (volume de pages), affichage (éditoriaux, dossiers), partant du principe que ces traitements étaient fortement hiérarchisés (de la brève à la présence visuelle amoindrie au dossier faisant la couverture et dénotant un potentiel d’appel). Pour chaque revue ont été recensés les éditoriaux, les brèves, les dossiers, les articles indépendants (en distinguant ceux qui sont des chroniques sur projets et ceux de nature plus technique), les volumes de pages visées. Nous avons ensuite recroisé ces données afin de saisir d’éventuelles régularités entre les titres (périodes d’apparition, type de traitements, proportion globale, etc.). Enfin, nous avons défini un certain nombre de thèmes communs à la plupart des publications : projets ou architectes exemplaires, HQE, bâtiments « passifs », toitures végétalisées, solaire, bois, terre crue, recyclage, etc. Ces thèmes nous ont servi à sélectionner des articles qui s’y rapportaient : ceux-ci ont été soumis à une analyse de contenu thématique à laquelle notre article emprunte ses exemples et ses références.

4La question de l’autorité du journalisme architectural se trouve au cœur de la situation analysée. Elle est incontournable dans un univers où persiste une méfiance envers les stratégies de communication des grandes agences, des vedettes du domaine, des architectures ou architectes de « papier ». La pratique professionnelle s’appuie pourtant sur une logique de représentation des idées et des images afin de les faire passer dans le monde réel. Et au-delà, leur publicisation lui permet de maintenir sa culture et d’asseoir sa légitimité. Nous montrerons donc comment le journalisme architectural se trouve contraint de régénérer continuellement ses propres sources d’autorité, à l’égard des architectes et du reste de la société. Puis, nous y évaluerons la part de la problématique environnementale, considérée comme nouvelles question et pensée sociales, dans le processus.

5Au cours des années 2000 à 2010, la médiatisation du durable s’est traduite par la publication de dossiers, la création de rubriques, de numéros spéciaux et de nouveaux titres grand public et professionnels. Nous avons suivi cette montée en puissance dans les supports destinés aux acteurs du bâtiment, jusqu’alors assez rétifs à l’écologie. Notre idée était d’en examiner les effets sur l’appréciation des réalisations et l’évolution des représentations véhiculées. Notre article commencera par présenter le rôle de la presse architecturale française dans son secteur référent, avant de se focaliser sur l’irruption médiatique de la nouvelle question environnementale. Nous nous intéresserons ensuite à ce que le durable a fait à l’évaluation journalistique de ce domaine spécialisé : appel à la rationalité, explicitation des paramètres de jugement, technicisation du discours, recours à la comparaison. Ces incidences semblent transformer le modèle hégémonique organisant la presse architecturale, qui préfère vanter la singularité d’une œuvre et d’un auteur. Notre analyse apportera ainsi sa contribution à une épistémologie du journalisme architectural.

La presse architecturale et la préoccupation environnementale

6D’origine politique et médiatique, l’injonction durable finit par intégrer la presse architecturale française. Elle vient mettre en question le rôle des médias dans la fabrication d’un nouveau regard sur les pratiques et les réalisations dont ils rendent compte (Camus et al., 2010). Rappelons d’abord les grands principes qui structurent cette presse professionnelle et culturelle avant de nous intéresser à l’irruption du durable en tant que telle.

Ce que les médias architecturaux font de et pour l’architecture

7Pour éclaircir le fonctionnement des magazines spécialisés, il est essentiel de repartir des relations existant entre architecture, architectes et médias. Que font-ils et quels sont leurs objectifs ? Les travaux de recherche portant sur le sujet soulignent que les médias professionnels contribuent à valoriser les architectes qu’ils publient parce qu’ils sont organiquement liés à leur monde culturel. Cette fonction originelle est attestée par une étude portant sur les débuts de la presse architecturale française au XIXe siècle. Selon les auteurs de l’étude, ce média agit comme une « instance de consécration et de reconnaissance, créant la réputation de ceux qui sont exclus des institutions officielles. Ce qui est une fonction publicitaire, certes, mais aussi un moyen d’identification culturelle, une sorte de miroir des signes de distinction qui permettent aux architectes de se connaître et de se reconnaître entre eux » (Lipstadt et Mendelsohn [dir.], 1980 : 21).

8Cette logique est encore active et s’accentue dans les années 1980, période de renouvellement stylistique et de développement médiatique de l’architecture française : « […] la publication dans la presse spécialisée recouvre un enjeu primordial, celui de la reconnaissance interne par les pairs, juges et parties, de ceux qui sont admis à jouer le jeu de cette compétition » (Devillard, 2000 : 268). Trente ans plus tard, ces pratiques sont encore d’actualité, au point qu’en 2009, le magazine D’Architectures consacre un dossier au sujet en rappelant que les revues « sont devenues des organes prescripteurs de l’économie de la construction » et « le lieu d’une reconnaissance du concepteur par ses pairs » (Caille, 2009 : 38). Mis en place en France dès le début du XIXe siècle, ce marché des « biens symboliques en architecture » permet ainsi au maître d’œuvre de « vendre sa production sous forme écrite ou dessinée » et, surtout, de « créer l’image de son indépendance » (Lipstadt et Mendelsohn [dir.], 1980 : 29). C’est dans ce sens qu’au-delà des dimensions strictement publicitaires, nous considérerons que la presse d’aujourd’hui contribue à renforcer l’autonomie professionnelle des architectes en leur permettant de mieux valoriser le volet culturel de leur pratique.

9Prolongeant un processus fondateur amorcé au quattrocento (Ringon, 1997), la presse architecturale réaffirme un mouvement d’émancipation des architectes à l’égard de leurs conditions matérielles de production (chantiers, artisans, entreprises, bâtiments) et, plus particulièrement, de leurs commanditaires. Une transformation réaffirmée par les analyses de Beatriz Colomina, qui considère que l’architecture est devenue « moderne » non seulement par l’utilisation de nouveaux matériaux, mais aussi « en embrayant sur le nouvel équipement mécanique des mass medias » (1994/1998 : 75). Créneau investi par les vedettes de l’architecture — moderne au début du XXe siècle ou médiatique dans les années 1980 —, la publication renforce la position du sujet architecte et peut même se passer de l’existence d’un bâtiment. Il s’agit là d’une « victoire du sujet sur l’objet » doublée d’une « défaite du sujet concurrent, le commanditaire » (Lipstadt et Mendelsohn [dir.], 1980 : 42). Le bâtiment, quant à lui, peut être détruit, dégradé, remanié ou, tout simplement, dissimulé au regard du public et aux évaluations que pourrait en faire la communauté architecturale. Cette lecture met au jour un processus d’autonomisation qui construit la profession. Celui-ci se traduit par le renforcement de la figure de l’architecte, comme artiste et créateur, indépendamment de son client ou, plus largement, des conditions de production de l’objet bâti. Dans la perspective médiatique, le bâtiment n’est pas oublié, mais devient un avatar parmi d’autres : 

Le bâtiment doit être appréhendé dans les mêmes termes que le dessin, la photographie, l’écriture, le film, et la publicité ; non seulement parce qu’ils sont les médias à travers lesquels on rencontre le plus souvent le bâtiment, mais parce que le bâtiment est un mécanisme de représentation de plein droit. Le bâtiment est, après tout, une « construction », dans tous les sens du terme (Colomina, 1994/1998 : 27).

10Comme dans d’autres sphères de la société, la médiatisation reconfigure progressivement l’ensemble de la communication ordinaire et professionnelle (Castells, 1996/1998), mais aussi de la réalité de l’architecture.

11Après cette brève généalogie de la médiatisation architecturale, éclairons quelques-uns de ses principes de fonctionnement, que nous avons détaillés dans des recherches antérieures (Camus, 1996, 1999, 2003 ; Camus et Evette, 2003). Principalement centrée sur le modèle de la maîtrise d’œuvre libérale, la presse du monde de l’architecture ne se contente pas de refléter l’identité professionnelle des architectes : elle contribue à la construire, à l’entretenir, voire à la renouveler. Elle apporte de l’information diverse sur la profession (débats, réglementations, évolutions, concours, etc.), sur la pratique (législation, technique, expériences, etc.), la culture (expositions, médias, etc.), et se centre avant tout sur la commande et le projet architectural. S’il existe des différences entre les magazines, la valorisation des réalisations constitue un point fondamental qui les relie, et conduit d’ailleurs à les considérer comme plus « techniques » que « professionnels » — en ce qu’ils semblent évaluer les résultats d’une forme canonique d’exercice de la profession qu’ils soutiennent. Le cœur de la plupart d’entre eux est donc constitué de présentations de projets, généralement placées entre l’information générale, apportée par les brèves, et l’information plus technique (construction, produits, matériaux), rejetée en fin de volume. Ce cœur stratégique révèle que la presse a le rôle d’une instance de consécration architecturale (Biau, 1999). L’une de ses premières fonctions est en effet de sélectionner et d’indexer, selon ses propres critères, la partie remarquable (qu’il faut voir ou connaître lorsqu’on exerce cette profession ou s’intéresse à ce domaine) et la partie exemplaire (dont on peut tirer des enseignements ou des modèles à suivre) de la production architecturale contemporaine. Prescriptive, la publication vaut évaluation. La plupart des débats sur la critique architecturale (Camus, 2008) affirment que les médias professionnels ne peuvent pas rendre compte de la totalité des bâtiments construits pour les chroniquer ou les évaluer, mais se contentent de repérer et de mettre en valeur une partie significative d’entre eux.

12La compétence des architectes est signalée par des réalisations qui incarnent leurs performances (Camus, 2003). Les projets publiés sont présentés grâce à une abondante iconographie et des textes plutôt acritiques, privilégiant une description des objets architecturaux. L’accent n’est pas porté sur la fabrication des bâtiments ou leurs enjeux sociaux. Ainsi les acteurs, les décisions et la temporalité sont-ils rarement mis en avant, à moins que ces dimensions revêtent une importance particulière pour le projet (lorsque des réalisations se retrouvent doublées d’interventions sociales, par exemple) ou pour la publication (pour un magazine comme EcologiK qui défend un point de vue éditorial centré sur les usages). S’appuyant sur de l’information et des documents (photographies, plans, etc.) obtenus le plus souvent directement auprès des concepteurs, les articles restent très proches des codes en vigueur dans la commande et les situations de concours. Ils n’excluent pas l’exposition de points de vue sur les manières de faire de l’architecture en société, mais ces approches ne sont pas valorisées. Produisant un index de la consécration architecturale, les magazines spécialisés offrent des modèles tout en construisant l’imaginaire du monde social des architectes (Camus, 1996). Ce rôle de miroir actif constitue le pivot de notre étude sur l’architecture durable médiatisée.

L’irruption du durable dans la presse architecturale

  • 1 Ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables, alors confié à Alain Juppé.

13L’émergence de la thématique environnementale passe par une interpellation et une mobilisation des médias (Brunel, 2004), d’autant plus en France où le « développement durable » se structure autour de la campagne présidentielle de 2007. Si différents mouvements avaient revendiqué une approche du point de vue de l’écologie politique depuis les années 1970 et tout au long des années 1980 à 2000, c’est par la reprise de thèmes de la précampagne électorale de l’homme de télévision Nicolas Hulot que cette question va se trouver propulsée à la première page de l’ordre politique et médiatique français. Au-delà de l’échéance électorale, son prolongement se traduira notamment dans la conversion du ministère de l’Équipement en un ministère de l’Écologie1, et sera poursuivi par l’organisation du Grenelle Environnement à l’automne 2007 — un événement qui suscite une très large couverture médiatique. Le champ de l’urbanisme et de l’architecture y trouvera une place correspondant à l’implication de ce secteur économique dans les émissions de gaz à effet de serre. Considérant que la presse professionnelle reflète et modèle la culture des architectes, nous avons observé la place occupée par la préoccupation environnementale dans ce moment de bouillonnement. Dans le monde de l’architecture, il est indéniable que les médias ont été à la fois promoteurs de l’intérêt pour le durable, et transformés par lui. Promoteurs, lorsqu’ils publient des articles, créent des rubriques ou de nouvelles revues. Mais aussi transformés, quand l’émergence de la problématique les conduits à l’aborder, dans un contexte où tout le monde en parle, médias, institutions comme opinion publique. Naît alors un vaste mouvement de préoccupation générale obligatoire, qui confine parfois au greenwashing.

14Notre recherche porte sur la période 2000-2009 et s’arrête sur six des principaux titres de la presse architecturale française. Avant de restituer les principales étapes de leur conversion au durable, présentons ces publications selon leurs points de vue sur le sujet. Conjuguant un regard professionnel et intellectuel, le mensuel D’Architectures est celui qui affiche le plus tôt, le plus explicitement et le plus diversement la problématique avec 11 dossiers repérés dans notre enquête. Ses approches, variées, abordent l’urbain, le technique, l’architectural dont le traitement peut être analytique, volontiers polémiste. Pluridisciplinaire et sociétal en raison d’un positionnement plus proche du design, Architecture intérieure Créé fait également figure de précurseur, l’écologie y est d’ailleurs souvent affichée en couverture.

15Les grandes revues historiques consacrent un grand nombre de pages au durable, mais sans l’afficher explicitement. Ainsi, Techniques & architecture est la première à se pencher sur le sujet en en proposant un traitement diversifié : présentations de projets d’architecture, prises de parole, interviews, etc. Le durable n’y est pas revendiqué, mais son traitement devient régulier au fil du temps et donne lieu au plus grand nombre de pages de notre inventaire. La posture est la même pour sa sœur aînée, la publication de référence L’Architecture d’aujourd’hui, plus intellectuelle, qui médiatise la problématique environnementale, mais ne l’affiche pas vraiment. Quelques grands dossiers couvrent toutefois son actualité, qu’elle soit politique (Grenelle Environnement en 2007) ou professionnelle (polémique sur le label Haute qualité environnementale en 2003). Autre titre devenu dominant par son lectorat, le magazine professionnel et technique AMC ne donne ni visibilité à l’information sur le durable ni traitement appuyé de celle-ci, et ce, jusqu’en 2007, année du Grenelle, qui suscite des éditoriaux, un nombre croissant d’articles et même la création d’une rubrique « Durable », strictement technique avant de se faire plus architecturale. Malgré cette inflexion, le mensuel publie le plus petit nombre de pages de notre échantillon consacrées au sujet. Enfin, EcologiK, nouvelle publication fondée fin 2007, consacre l’intégralité de son contenu à la thématique en revendiquant un positionnement sur l’architecture écoresponsable.

  • 2 Le petit État autrichien du Vorarlberg est devenu une référence en matière d’architecture durable, (...)

16Défendant une posture pragmatique, notre recherche n’adopte pas une définition a priori du « durable », mais analyse les publications et les discours pour comprendre comment les nouvelles préoccupations environnementales s’y affichent, s’y définissent au prix de quelques variations conceptuelles. Ainsi, nous avons recensé des articles associant à l’écologie des changements sociétaux (logiques participatives, communautaires, etc.), des contextes culturels singuliers (Europe du Nord, petit État autrichien du Vorarlberg2, etc.), des pratiques de figures atypiques ou pionnières de l’architecture contemporaine (Lucien Kroll, Patrick Bouchain, Peter Hübner), des collectifs d’architectes pluridisciplinaires (Rural Studio, Kraftwerk, etc.). Matière à réflexion pour les architectes, ces questionnements ne sont malgré tout pas aussi représentatifs d’une conversion à la cause environnementale que le seraient des articles présentant des réalisations. Nous avons donc examiné comment l’injonction durable suscitait la recherche de nouveaux modèles architecturaux, en analysant des présentations de projets durables et exemplaires. Il apparaît que cette exemplarité est évoquée tantôt en relevant la capacité des bâtiments à interpeller leurs utilisateurs, dans des magazines ouverts à l’écologie et aux usages (EcologiK et Architecture intérieure Créé, par exemple), tantôt en valorisant l’expérimentation de nouvelles solutions techniques (AMC). Souvent exprimée de manière implicite ou connotée, l’exemplarité architecturale peut néanmoins être signifiée plus littéralement, à l’image de l’extrait suivant d’AMC dans lequel la qualité d’une réalisation se mesure à l’aune d’une certaine discrétion écologique : « Ses concepteurs ont su éviter d’en faire une vitrine trop démonstrative du développement durable. Le bois est présent, mais son emploi reste secondaire, les panneaux photovoltaïques, accrochés à l’ombrière du parvis d’entrée, ne s’affichent pas en façade comme un signe inévitable de reconnaissance écologique » (AMC-2008a).

17Reconstituons maintenant les grandes étapes de l’apparition d’un intérêt pour le durable dans l’ensemble de la presse architecturale. En 2000, point de départ de notre investigation, la préoccupation environnementale a déjà fait son entrée médiatique dans tous les titres, mais dans des proportions et sous des formes diverses. Selon notre inventaire d’articles affichant une thématique durable, c’est L’Architecture d’aujourd’hui qui y consacre le plus de pages cette année-là (environ 95 pages), suivie par Architecture intérieure Créé (52 pages), D’Architectures (50 pages) et Techniques & architecture (38 pages), alors qu’AMC ne lui réserve qu’une très faible part de son contenu rédactionnel (12 pages). Sur le fond, on notera que c’est le mensuel D’Architectures qui consacrera le premier un dossier avec une couverture explicite (« Développement durable, un nouvel esprit de pérennité »). De son côté, la revue Architecture intérieure Créé publiera un numéro sur un matériau qui deviendra bientôt l’un des emblèmes de l’architecture durable (« Innovations bois »), mais sans plus d’affichage écologique. Relevons que ces publications abordent le durable plutôt sous l’angle de l’actualité et des questions techniques que sous un angle strictement architectural. Très peu d’articles figurent en effet dans le cœur stratégique de ces revues. Ajoutons qu’au même moment, le nombre de publicités « vertes » relevé équivaut pratiquement à celui des articles abordant des réalisations écologiques. Cela laisse supposer que les annonceurs du monde de l’industrie ont peut-être été plus réactifs que les professionnels de l’architecture.

  • 3 L’année 2002 correspond au Sommet de la Terre de Johannesburg, en Afrique du Sud. Son but était de (...)
  • 4 Ses dossiers ont la particularité de couvrir quasiment l’intégralité des numéros dans lesquels ils (...)

18Notre repérage fait apparaître un premier moment fort : la période 2002-2003, durant laquelle certaines publications commencent à s’engager plus fortement par rapport au sujet3. Techniques & architecture s’illustre plus particulièrement en faisant paraître deux longs dossiers4, mais ses consœurs consacrent elles aussi un nombre croissant de pages aux sujets durables : L’Architecture d’aujourd’hui publie 216 pages en 2002-2003 contre 141 en 2000-2001, Techniques & architecture 170 pages contre 77 précédemment, alors que D’Architectures progresse plus lentement avec 108 pages contre 89 pendant la première période. Les deux autres revues publient nettement moins de pages. La problématique semble ne pas beaucoup intéresser AMC, alors que la baisse touchant Architecture intérieure Créé peut s’expliquer par la montée d’une polémique trop constructive pour une publication pluridisciplinaire.

  • 5 D’Architectures : 3 dossiers, 24 articles ; L’Architecture d’aujourd’hui : 2 dossiers, 34 articles  (...)

19La deuxième période d’accentuation de la thématique correspond aux années 2006-2007, couvrant les élections présidentielles et la mise en place du Grenelle Environnement. La thématique durable s’impose massivement dans tous les titres, comparativement aux périodes précédentes5. Les éditoriaux en sont d’ailleurs la meilleure preuve : chacun en consacre au moins deux à l’écologie, y compris AMC, dont ce sont les premiers. La proportion d’articles présentant des projets estampillés durables n’évolue pas pour autant (de la moitié à moins d’un tiers des articles), hormis pour L’Architecture d’aujourd’hui qui, sur ce plan, devance les autres.

  • 6 Reprises par l’éditeur Jean-Michel Place, les deux publications les plus anciennes, L’Architecture (...)

20Dernière période importante, les années 2008-2009 attestent de la conversion de l’ensemble des publications à la thématique durable malgré la disparition de deux titres phares : L’Architecture d’aujourd’hui et Techniques & architecture6. Ainsi, D’Architectures et Architecture intérieure Créé confirment l’entrée de la thématique dans leur contenu rédactionnel avec un nombre de dossiers et de brèves parmi les plus élevés de la décennie. Même AMC y consacre désormais un nombre d’articles et de pages en progression, sans pour autant intégrer cette dimension à ses présentations de projets d’architecture. Privée de ses rivales historiques et dominant le paysage médiatique français, la publication envisage le durable comme une affaire qui ne devrait pas trop toucher la manière de parler ou de penser l’architecture en train de se faire.

21Ces observations montrent qu’à quelques exceptions près, les médias professionnels de l’architecture tardent à s’emparer de la préoccupation environnementale pour en faire une véritable question d’architecture. Ils l’ont éventuellement accueillie au rang de thèmes politiques pouvant avoir une incidence sur la pratique (Grenelle Environnement) ou par l’intermédiaire de débats interprofessionnels accompagnant la mise en place du label HQE (Haute qualité environnementale). Autrement dit, le découpage du monde produit par leurs rubriques (Mouillaud et Têtu, 1989) positionne l’écologie du côté de l’actualité sociopolitique, voire du côté de dimensions techniques au service de la production architecturale (produits, matériaux, normes, etc.). Si les sujets environnementaux peuvent être fortement thématisés, voire revendiqués par des publications moins conventionnelles, plus intellectuelles ou sociétales, comme D’Architectures ou Architecture intérieure Créé, ils sont tout juste mentionnés dans les revues qui fondent et entretiennent la culture architecturale dominante, comme le faisaient L’Architecture d’aujourd’hui ou Techniques & architecture et comme l’impose encore AMC. Pour celles-ci, le durable constitue une question de société, avec laquelle il est sans doute possible de faire de l’architecture, sans qu’on soit toutefois obligé de refonder la discipline.

Ce que le durable fait à la presse architecturale

  • 7 L’idée de développer une véritable critique architecturale est régulièrement réactivée par de nouve (...)

22La médiatisation des projets architecturaux consiste le plus souvent à exposer ce qui a été réalisé sans forcément chercher à le mesurer, à l’évaluer, à le comparer et, encore moins, à le discuter — en dehors de quelques entreprises très précises7. Nous nous sommes donc demandé si l’arrivée du durable ne contribuait pas à changer ces codes en introduisant une culture de la critique, voire un nouveau mode de connaissance. Nous suivrons ci-après la manière dont l’écologie infléchit l’écriture journalistique, en la poussant à objectiver, à montrer et à comparer les critères de jugement, avant de comprendre comment elle engendre un discours technique qui lui est propre.

Vers une logique d’objectivation

  • 8 Les principes d’évaluation d’un bâtiment après occupation (post occupancy evaluation) sont préconis (...)

23Commençons par observer l’autoprésentation d’une toute nouvelle publication qui fait de l’écologie sa ligne éditoriale. La rhétorique commerciale et militante des premiers éditoriaux d’EcologiK met d’emblée en avant des valeurs d’objectivité et de sérieux. Le magazine existe pour, dit-il, « faciliter la divulgation des savoir-faire et des outils, ainsi que leur mutualisation » (EK-2007a). Il publiera des « articles [qui] bénéficieront de la précision de spécialistes » et inaugurera une rubrique « Retour d’expérience » dans laquelle « un bâtiment sera examiné à la loupe quelques années après sa réalisation, en comparant les simulations et les consommations mesurées, en interrogeant les usagers sur leur ressenti et les concepteurs sur l’enseignement qu’ils retirent de ce feedback ». Le premier article publié sous cette rubrique met en application cette expertise : il rappelle les objectifs initiaux et les prévisions de consommation chiffrées, puis les examine point par point — « le confort thermique du lycée a été validé… », « le bilan de consommation d’eau correspond aux prévisions… » (EK-2008) —, une énumération qui sera reprise dans un tableau synthétique. L’auteur conclut son analyse en précisant que le bilan permettra aux maîtres d’ouvrage de créer un « référentiel de l’architecture durable pour tous les lycées ». La logique d’évaluation ainsi revendiquée porte sur l’architecture un regard fonctionnel qui n’est pas nouveau, bien que rarement appliqué dans les périodiques d’architecture8. Ce type d’analyse restant difficile à produire, le magazine n’en publiera toutefois que quelques-unes.

24Cet exemple, emprunté à une publication débutante, ne doit pas faire croire que le changement de code touche uniquement les nouveaux entrants dans le champ médiatique. Notre enquête a cherché dans les supports plus établis des inflexions qui pouvaient être liées à l’émergence du durable ou au contexte culturel et heuristique qui l’a entouré. L’une des façons de les repérer a consisté à comparer des articles portant sur une réalisation identique, par exemple, un refuge de haute montagne chroniqué simultanément par AMC et EcologiK (AMC-2009 ; EK-2009b). La revue AMC ouvre son propos par une brève mention des enjeux environnementaux avant de vite se recentrer sur les performances architecturales et techniques du bâtiment. L’article utilise indifféremment les termes de renouvelable et durable et va même jusqu’à préciser l’origine du bois, « locale », sans jamais toutefois en expliquer les incidences. Ainsi l’utilisation d’un hélicoptère destiné au transport des matériaux et l’emploi d’aluminium en façade seront-ils mentionnés sans soulever de questions. Canoniquement, l’article se termine par la convocation des usagers du refuge, présentés comme bénéficiaires d’un confort inhabituel en ces lieux. À l’opposé, l’article d’EcologiK s’ouvre par une mise en situation de randonneurs, puis interroge leur expérience et l’écoresponsabilité de leurs gestes. Le fonctionnement des dispositifs de gestion de l’eau ou de l’énergie mis en œuvre dans le projet est ensuite examiné. Leur efficacité donne lieu à discussion, comme le recours à l’hélicoptère ou à des matériaux dispendieux en énergie grise, systématiquement relevés jusqu’à susciter critiques et suggestions. Si AMC développe un discours de la performance plus technique qu’architecturale, la publication écoresponsable semble privilégier un discours de l’interrogation et de la prise de conscience. L’iconographie confirme ces observations : les coupes diffèrent entre les deux supports, typiquement architecturales dans AMC (sans légendes ni annotations), plus explicatives dans l’autre (des flèches permettent de donner des renseignements sur les principes climatiques du bâtiment). L’emploi des données chiffrées les distingue également. L’article d’AMC précise l’altitude du chantier (2 880 mètres), le poids de la structure en bois (200 tonnes), les délais impartis à la réalisation de l’édifice (« cinq mois suffirent durant l’été 2009 »), au regard du programme (« édifice qui abrite 120 lits répartis sur cinq étages ») et de la forme du bâtiment (« un cristal de roche à six facettes, d’une hauteur de 18 m »). Dans EcologiK, il est fait mention d’une altitude plus générique (« l’électricité, la chaleur, l’eau et les repas que vous trouvez à 3 000 mètres d’altitude ? »), et la performance durable se décline en « soleil [qui] fournit 90 % des besoins en énergie du refuge », avec « 56 mètres carrés de capteurs thermiques [qui] produisent de l’eau chaude » ainsi que « 110 mètres carrés de panneaux photovoltaïques », et le bâtiment qui ne consommerait « que 10 % des besoins énergétiques de son prédécesseur ». Cette rhétorique des chiffres révèle, en partie, les systèmes de valeurs de chacune des publications : performance techno-architecturale chez AMC, performance fonctionnelle et écologique chez EcologiK. Au-delà des différences soulignées, les chiffres révèlent une logique commune d’objectivation, qui passe par des données quantitatives.

Le devoir de montrer

  • 9 Elle mentionne ici les engagements énergétiques énoncés par Arnold Schwarzenegger, gouverneur de l’ (...)

25Assez vite, il ne s’agit plus de proclamer qu’un projet respecte l’environnement ou remplit des critères écocompatibles, il faut désormais le montrer. Il faut donner des preuves, des indications précises de cette volonté, des actes qui y conduisent : les données quantifiables servent à cela. Elles peuvent endosser plusieurs rôles. Dans un article rendant compte du développement de l’énergie solaire (AIC-2006), la journaliste utilise les chiffres pour brosser un contexte général (« un million de toits solaires qui devraient équiper les logements, les immeubles de bureaux, les usines d’ici 2017 » [AIC-2006]9) ou les rapporte à d’autres, aussi précis que difficilement discutables (« 2 % de l’électricité mondiale [306,66 milliards sur 15,883,52 kWh] »). En termes plus architecturaux, les chiffres peuvent servir à l’argumentation d’un projet. Il en va ainsi dans un projet de logements collectifs à Rennes (AMC-2001). Il est précisé que la construction est réalisée en « terre selon la technique de la bauge (par bloc de 50 centimètres) » et que « tout a été mis en œuvre pour atteindre un objectif de réduction des consommations moyennes de 75 % ». L’information essentielle réside moins dans la taille précise du bloc de terre que dans le chiffrage de la réduction des consommations énergétiques : un objectif récurrent pour un grand nombre de projets durables. Dans le même esprit, les données quantifiées peuvent servir à montrer la valeur d’un projet jugé exemplaire : « […] exemplaire à plusieurs titres : une structure bois optimisée et un concept énergétique répondant aux exigences du label <Habitat passif>, c’est-à-dire moins de 15 kWh/m²/an pour le chauffage et le rafraîchissement » (TA-2005). L’argumentation peut aller jusqu’à une véritable rhétorique d’experts qui s’adresse à des spécialistes, en employant des unités complexes (« murs extérieurs et toitures ont un coefficient U de 0,11 W/m² K. ») ou en avançant une évaluation économique du projet à grand renfort de pourcentages (« 3 % de plus qu’un équipement classique, mais avec une consommation d’énergie inférieure d’environ 70 %, cet investissement supplémentaire devrait être rapidement amorti »).

26La mention ponctuelle de données chiffrées n’est pas le seul moyen d’objectiver le durable. Certaines présentations de projets systématisent cette logique en produisant un tableau de données. Deux publications mentionnent par exemple l’existence d’un « bilan comparatif entre les prévisions et les performances effectives », à propos d’un lycée dans le sud de la France. Il est annoncé sans autre précision, mais avec affirmation, que « les premiers résultats sont plus que positifs », comme argument d’autorité propre à AMC (AMC-2008a). La revue EcologiK ira de son côté jusqu’à reproduire un tableau synthétique comparant « exigences » et « performances mesurées », pour compléter les illustrations techniques, les coupes bioclimatiques et une série de « schémas synthétisant l’approche environnementale à l’échelle du site » (EK-2008). Si la mise en tableau démultiplie la force de la démonstration quantitative, elle donne également prise à la discussion entre des acteurs formulant des exigences (usagers, maîtres d’ouvrage ou « générations futures ») et ceux qui y répondent (architectes et spécialistes du durable). Il est évident que la diffusion de ce type de représentation graphique a toutes les chances de s’inscrire dans la médiatisation d’un projet remplissant brillamment ses objectifs. L’outil de démonstration pourrait aisément se transformer en moyen de comparaison en se transposant à d’autres projets d’architecture, mais cet emploi reste inhabituel dans les médias spécialisés.

27La recherche d’indicateurs tangibles semble consubstantielle à la montée du durable. Le label environnemental HQE s’inscrit tout particulièrement dans cette perspective puisque ses « cibles répondent aux aspects techniques, quantifiables du développement durable » (AIC-2001), sans exclure des « dimensions culturelles et sociales », « la qualité architecturale » ni le « point de vue du milieu professionnel [comme] des usagers » (AIC-2001). Mais si les données objectives stimulent la réflexion constructive, elles suscitent aussi la discussion. Le label soulève les critiques les plus virulentes de la part des architectes, au nom de sa logique technocratique ou mercantile, mais également de la pertinence des critères retenus. En atteste cet extrait de L’Architecture d’aujourd’hui : « Il est à noter que dans les multiples aspects de la prescription relevant du bon sens et de la qualité environnementale, paradoxalement seuls un certain nombre de points très spécifiques sont susceptibles d’être retenus dans la chasse aux cibles HQE » (AA-2006).

28La lutte contre la rationalité des ingénieurs ou contre les principes économiques de la labellisation (Rifkin, 2000) recouvre également une différence quant aux manières de penser et de faire, comme le rappelle la revue d’architecture L’Architecture d’aujourd’hui :

La qualité environnementale relève d’abord du bon sens, disent les architectes auteurs du projet, en se défendant d’avoir fait la course à la HQE : les cibles retenues par le maître d’ouvrage sont celles que le projet présentait déjà de manière naturelle dans l’esquisse du concours, et qui par la suite ont fait l’objet d’études plus approfondies, une stratégie simple et efficace de conception de la qualité environnementale (AA-2006).

29La simplicité ou l’approche globale défendue par les architectes réinjecte du sens dans une logique estimée trop rationnelle. Ces valeurs leur permettent de se réapproprier une démarche d’ingénieur pour produire de l’architecture.

Comparer pour mobiliser, apprendre ou critiquer

30L’objectivation et la démonstration ne sont pas les seuls ressorts d’une justification du durable. La comparaison en est un autre : il s’agit de comparer des politiques, des pratiques ou des projets d’architecture, à l’international ou entre eux. La préoccupation environnementale est une affaire mondialisée, qui incite à aller voir ce qui se passe ailleurs. Ainsi s’expliquent les reportages sur la politique solaire de l’État de Californie (AIC-2006), sur « l’exception culturelle du Vorarlberg » (DA-2003) ou sur l’expérimentation de solutions de rechange à travers des projets exotiques. Le durable se présente sous la forme d’une compétition internationale, rarement à l’avantage de la France, souvent renvoyée à son retard par rapport à l’Allemagne ou aux pays du Nord, comme dans EcologiK qui titre explicitement : « La France a-t-elle 15 ans de retard ? » (EK-2009a). Interviewée par le magazine, la responsable d’une grande institution culturelle répond en relativisant les niveaux d’intervention : « Si nous nous limitons à une vision très réductrice du projet, à savoir la construction, oui il y a un retard. Mais si on élargit la question à l’espace urbain et au territoire, ce retard se nuance » (EK-2009a). La logique comparative peut ainsi porter sur des questions qui peuvent paraître éloignées de la culture des architectes. Par exemple, sur les systèmes politiques européens : à côté d’une « France [qui] a (re)découvert l’écologie après l’appel international de Rio de Janeiro en 1992 », qui préfère « pratiquer le top down et appliquer à l’architecture un processus de développement très ambitieux, calqué sur ceux de l’industrie » (AIC-2002), les pays germaniques et scandinaves sont souvent érigés en modèles avec leurs cultures politiques « fondées sur le principe du bottom-up ». Ces mises en parallèle semblent avoir une fonction mobilisatrice (rattraper le retard, faire aussi bien), sinon culpabilisatrice, lorsqu’elles ressemblent à des injonctions morales.

31Plus proche des préoccupations premières des acteurs du bâtiment, la comparaison peut s’appliquer aux cultures constructives. Et en premier lieu, celle du bois, qui va bientôt devenir emblématique de la nouvelle architecture durable : « [Elle] n’est pas en France une culture enracinée. Sur ce plan aussi, les esprits évoluent lentement, et accusent un retard notable par rapport à nos voisins » (AIC-2000b). Dans ce domaine, le modèle consacré du « Vorarlberg en Autriche » n’est jamais très loin : « […] on peut [y] visiter quelques 200 œuvres en bois ou mixtes, signées par des architectes de renom qui ont su donner au bois les lettres de noblesse d’une architecture authentiquement contemporaine » (AIC-2000b). Un autre article compare trois pays, l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche, « [qui] n’ont jamais perdu leur attirance pour ce matériau » (AIC-2000a). Les différents moyens pour traiter le matériau sont aussi mis en regard : « En France, l’usage est de ne pas laisser le bois nu et de le traiter, alors que dans d’autres pays d’Europe comme la Suisse, il est parfaitement admis de n’appliquer aucun produit de finition sur les bois exposés aux intempéries » (AA-2001).

  • 10 À partir de cette date, Marc Bernard assurera régulièrement les rubriques « durables » d’AMC (« HQE (...)

32Plus inhabituelle dans le monde des architectes, la comparaison peut s’appliquer aux projets eux-mêmes. C’est le cas d’un article atypique d’AMC dans lequel deux architectes cosignent un texte où ils présentent deux bâtiments qu’ils ont conçus (AMC-2007)10. Les deux opérations commentées adoptent une démarche commune en ce qu’elles « tentent d’adapter à la région parisienne et au contexte économique et réglementaire français les archétypes de l’architecture passive ». Les auteurs ne se privent pas de relever les différences de choix constructifs entre les projets pour mieux faire ressortir la multiplicité des possibles créatifs. Ainsi l’article se veut-il pédagogique et adopte-t-il un point de vue critique à l’égard des solutions toutes faites, des normes et des principes habituellement retenus.

33La culture de la comparaison n’est pas inhérente à la médiatisation et, plus largement, à la communication de l’architecture qui préfère insister sur la singularité absolue d’un projet, d’un concepteur, d’une démarche. Soulignons l’intérêt des deux pistes comparatives mises au jour. La première relève des contextes et des cultures nationales susceptibles de favoriser l’émergence d’une « bonne » architecture durable. Elle fonctionne comme un discours de mobilisation qui peut susciter le commentaire, sinon une réaction d’ordre politique, avec un appel à plus de démocratie participative, par exemple. La seconde opère une mise en parallèle de démarches de conception et en vient à développer une pédagogie du projet durable, susceptible de devenir objet de négociation interprofessionnelle.

La naissance d’un discours technique durable

34Sommés de prouver l’écoresponsabilité d’un projet qu’ils estiment durable, les journalistes sont amenés à avancer des arguments précis, objectifs et, en définitive, scientifiques ou techniques. Cette nécessité engendre le développement d’un discours technique du durable qui complète d’autres discours de la modernité, les prolonge ou s’y substitue (Habermas, 1968/1973 ; Janicaud, 1985). Tout comme ses prédécesseurs, celui-ci est à la fois un discours d’expert — codé, fermé, voire idéologique — et une incitation à la négociation.

35Un tel discours isole différents niveaux de l’intervention architecturale, à commencer par les matériaux. La terre « crue » ou le bois, déjà connotés écologiques, doivent désormais faire la démonstration de leur intérêt dans une démarche durable. Dans un article sur la construction en pisé publié dans L’Architecture d’aujourd’hui, un critique commence par présenter la terre comme écomatériau par excellence (AA-2003). Puis, il s’efforce d’étayer cette hypothèse au moyen d’un inventaire d’arguments : disponibilité, économie des ressources naturelles, réutilisation, qualité thermique, régulation de l’humidité, isolation phonique. Cette analyse multicritères de l’intérêt écologique d’un matériau traditionnel est rapportée aux normes actuelles : « Un mur de pisé de 40 cm d’épaisseur correspond aux normes d’isolation thermique les plus exigeantes, tout en gardant les avantages d’une construction homogène. » La mention de la performance est complétée par une comparaison avec deux matériaux plus communs — « un édifice en béton ou en brique consomme de dix à vingt fois plus d’énergie pour la fabrication des matériaux, leur transport et leur mise en œuvre » — et par l’évocation de pistes de développement.

36Plus connu que la terre, le bois est un matériau chéri des projets durables. Fortement présent, parfois justifié par la référence à certains pays, il a une écoresponsabilité qui peut être montrée de manière plus explicite. C’est ce que tente de faire une journaliste dans l’introduction d’un dossier d’Architecture intérieure Créé :

Pourtant, sur la plupart des cibles environnementales, le bois apporte une réponse favorable à l’environnement d’un bout à l’autre du cycle de vie d’un bâtiment. Il est le seul matériau de construction entièrement renouvelable et qui ne génère pas ou peu de prélèvement de ressources épuisables. Il stocke le CO2 sur le long terme et influe de façon sensible sur la dégradation de l’effet de serre. Sa fabrication est particulièrement économe en énergie et ses produits de déchets sont facilement valorisables. Seules ombres au tableau : les produits de traitement, de collage et de finition qui, au moment de la mise en œuvre des produits ou de leur incinération éventuelle, offrent des risques pour la santé et l’environnement (AIC-2000b).

37Matériau « naturel », le bois donne lieu à des interrogations permanentes en ce qui concerne son traitement ou sa provenance. Dans un dossier publié dans D’Architectures, il fait l’objet d’une argumentation précise et technique :

À l’extérieur, Odile Saffroy vante les atouts du mélèze qui n’exige aucun traitement spécifique, n’a pas besoin d’être autoclavé (de quoi satisfaire les démarches HQE très tendance). Ce bois est juste enduit d’un saturateur huileux, bien plus pérenne qu’une peinture, qu’une lasure ou qu’un vernis. Pour les portes coulissantes des trois hangars de Dunkerque, l’architecte a toutefois prescrit des panneaux de contreplaqué — légèreté de la fonction oblige ! —, des panneaux Navyrex (de chez Isoroy), qu’elle a été contrainte de recouvrir d’une fine feuille de bois exotique teintée avec lasure pour lutter contre les effets de l’humidité (DA-2002).

38Plus axé sur le matériau qu’engagé dans une justification de l’architecture durable, le propos est néanmoins influencé par une tendance qui suscite une argumentation technique et des propos plus distanciés.

39Le discours technique durable concerne également la technicité des interventions. Il en va ainsi de la construction de bureaux à Berlin caractérisée par une « coopération entre architectes et ingénieurs [qui] ont su faire de leurs choix climatiques et environnementaux un thème architectural » (AA-2000b). La présentation du projet s’attarde sur la description des dispositifs de régulation thermique pour lesquels les « ingénieurs ont dû inventer une cloison insonorisée et coupe-feu ; un système d’écluses incorporé », etc. Ailleurs, un projet d’hôtel industriel se présente comme une « réponse économique en termes de dépenses d’énergie », avec des objectifs difficiles à tenir (AA-2000a) : le bâtiment vise une flexibilité obtenue par des plateaux profonds qui nécessitent « un apport coûteux en lumière artificielle ». Rédigé par un ingénieur climaticien, l’article explique que pour réduire le surcoût, les concepteurs « ont testé plusieurs variantes » avant d’adopter une solution : façade plein sud assortie de plusieurs dispositifs permettant une « climatisation naturelle des espaces intérieurs ». Ces dispositifs sont détaillés sous l’angle de l’ingénierie climatique : circuit de l’air, dispositifs de régulation commandés à distance par un modem, présence de coupes climatiques, etc. Très technique, l’article expose le point de vue de l’expert alors que la qualité architecturale du projet s’exprime dans ses photographies.

40Qu’ils s’intéressent aux matériaux ou aux projets, les articles adoptent un angle scientifique dès qu’ils entreprennent d’évaluer la dépense en énergie non renouvelable. La préoccupation pour l’énergie est en effet au cœur de la problématique environnementale contemporaine et de son programme de rationalisation d’une grande partie des pratiques humaines (Gorz, 2008). Elle s’exprime dans les médias architecturaux au moyen de la mesure des dépenses énergétiques de telle ou telle solution, ainsi que par une pédagogie des dispositifs techniques qui contribuent à relever le défi écologique tout en faisant de l’architecture (DA-2007a, DA-2007b et DA-2007c ; AMC-2008b ; AIC-2005b et AIC-2005c ; EK-2007b). C’est le point de vue adopté dans un dossier d’AMC (AMC-2008c) consacré aux équipements solaires. L’article souligne leur actualité dans le « marché du bâtiment en France » et déduit que « le capteur photovoltaïque est ainsi en passe de devenir une nouvelle matière d’architecture ». Informé, pédagogique, persuasif et mobilisateur, le propos décrit une filière technologique en en faisant une donnée incontournable pour produire un projet architectural durable. À l’image de bien d’autres, ce discours semble rendre nécessaire le recours aux technologies contemporaines — la dimension high-tech et l’attente à l’égard du progrès sont explicites —, tout en imposant un mode de raisonnement scientifico-technique. Position que confirme un architecte présent dans ces débats lorsqu’il énonce que le « lien fondamental de l’architecture et de la construction se renforce maintenant parce que le rôle et l’emploi accrus de la technique dans la résolution de la crise environnementale s’avèrent » (AIC-2005a).

Conclusion

41Quels sont les effets du durable sur la médiatisation de l’architecture ? Notre enquête, qui a examiné sur presque 10 ans des articles issus de la presse professionnelle française, apporte quelques pistes de réponse. Au préalable, rappelons que la préoccupation environnementale dépasse très largement les frontières du monde social et médiatique que nous avons étudié. Sa construction peut d’ailleurs être analysée de différentes manières (Latour, 1999/2004 ; Rumpala, 2008 ; etc.). En ce qui nous concerne, nous sommes partis du constat qu’elle constitue une nouvelle question sociale, qui s’est imposée dans tous les secteurs de la vie quotidienne, des pratiques aux modes de pensée. Dans le domaine du bâtiment, l’écologie est bien sûr ordonnée par les pouvoirs publics et autres producteurs de normes (HQE, BBC, RT 2012, etc.). Elle semble également venir remplacer ou compléter d’autres grands enjeux de société susceptibles d’avoir une incidence sur la façon de faire de l’architecture, comme les questions du logement, du renouvellement urbain, etc.

42Nous avons suivi l’irruption de la problématique du point de vue de la presse architecturale et avons pu y observer les résistances qu’elle a provoquées. Première réaction, l’écologie est d’abord rattachée à des rubriques connexes à la pratique, à défaut de pouvoir y contribuer. On la retrouve traitée dans les rubriques liées à l’actualité, à la profession, à la technique, aux produits, etc. Sauf exception, elle ne trouve pas automatiquement sa place dans le traitement de l’information réservé aux projets architecturaux. Deuxième forme de résistance, quand la thématique intègre le cœur stratégique des revues, elle le fait sur un mode exceptionnel : anecdotique, exotique, marginal ou militant. L’architecture écologique est ainsi légitimée, mais dans une sphère qui reste limitée. Troisième forme qui devient un moyen de s’approprier la thématique, l’architecture durable ne s’affiche pas comme telle pour entrer pleinement dans les canons de l’évaluation architecturale : la durabilité se doit de rester modeste ou de se sublimer en œuvre. Dernière voie, sa généralisation ne devient plus qu’une condition nécessaire parmi d’autres, dont tout bon projet architectural doit tenir compte.

43Parallèlement à ce processus simultané de résistance/assimilation, souvent manifeste, notre étude révèle que la thématique environnementale a un effet profond sur la manière dont les médias rendent compte de l’architecture. Au fur et à mesure de son intégration, une chaîne de justifications commence à s’animer. Évoquer l’écoresponsabilité de tel matériau ou de tel projet ne suffit pas, il faut réussir à la prouver. Un nouvel art de la démonstration se déploie donc, passant par la recherche d’indicateurs tangibles, la démultiplication des données chiffrées et l’emploi d’outils peu habituels (tableaux de données, coupes bioclimatiques fléchées). L’appel à la rationalité devient régulier et est parfois mâtiné d’un bon sens réinscrit dans la culture vernaculaire ou savante des architectes. Les commentaires sur les projets s’ouvrent également à l’évaluation, et même à la comparaison. Des modèles de cultures politiques et constructives sont cherchés à l’étranger, des projets architecturaux mis en regard les uns des autres. Ce changement est loin d’être neutre dans une presse qui préfère vanter la singularité d’une œuvre et qui envisage plus facilement l’architecture comme une démarche singulière que comme une méthode qu’on peut systématiser.

44Le changement de code n’est pas sans effet sur l’autorité du journalisme architectural. Rappelons que nous avons affaire à une presse intrinsèquement liée au monde professionnel qu’elle accompagne. Souvent formés à la discipline, sinon compétents à « parler architecture », ses médiateurs se mettent au service de l’art. Les médias spécialisés diffusent une information sur le contexte du métier (actualité professionnelle, sociale, commerciale, technique) et, surtout, proposent un inventaire remarquable de la production architecturale contemporaine française et étrangère. Cet index fonctionne comme un classement, parfois contesté, mais qui confère de la visibilité aux œuvres et à leurs concepteurs (Heinich, 2012).

45Enfin, notre recherche fait l’hypothèse que cette nouvelle manière d’appréhender l’architecture influe sur les pratiques et la représentation de la discipline. Instituant une culture architecturale, elle offre un catalogue de modèles programmatiques ou stylistiques utilisables par les lecteurs architectes. Ce faisant, elle leur propose tout autant un découpage du monde qu’une collection de problématiques susceptibles d’influencer leurs modes de conception. Pour mieux saisir le discours de cette presse technique, professionnelle et aussi artistique, nous avons fait le choix de lui appliquer une grille de lecture épistémologique, d’inspiration constructiviste, et de suivre un sujet controversé comme l’écologie. Cette approche ouvre la possibilité de lire les façons de parler dans les médias comme moyens de faire exister une œuvre architecturale.

Haut de page

Bibliographie

BIAU, Véronique (1999), « Marques et instances de la consécration en architecture », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, 2/3, p. 15-26.

BRUNEL, Sylvie (2004), Le développement durable, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? ».

BUTLER, Judith (1997/2004), Le pouvoir des mots. Politique du performatif, Paris, Éditions Amsterdam.

CAILLE, Emmanuel (2009), « Publier, communiquer, promouvoir : savoir-faire et faire-savoir », D’Architectures, 179, p. 37-49.

CAMUS, Christophe (1996), Lecture sociologique de l’architecture décrite, Paris, L’Harmattan.

CAMUS, Christophe (1999), « Dire le faire. Présentation d’architectes ou présentation d’œuvres ? », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, 2/3, p. 107-118.

CAMUS, Christophe (2003), « Écrire ce qu’on sait faire : stratégies de réécriture des références d’une agence d’architecture » dans Philippe BOUDON (dir.), Langages singuliers ou partagés de l’urbain, vol. 2, Paris, L’Harmattan, p. 73-82.

CAMUS, Christophe (2008), « De l’intérêt pour l’architecture des pseudo-critiques » dans Agnès DEBOULET, Rainier HODDE et André SAUVAGE (dir.), La critique architecturale. Questions, frontières, desseins, Paris, Éditions de la Villette, p. 241-249.

CAMUS, Christophe (dir.) (2010), Le projet architectural durable négocié, rapport de recherche pour le PUCA, Paris, LET-ENSAPLV.

CAMUS, Christophe et Thérèse EVETTE (2003), Identités professionnelles et images médiatiques. Les interventions sur l’existant dans la presse professionnelle et dans la presse spécialisée grand public, rapport de recherche pour le PUCA, Paris, LET-EAPLV [ENSAPLV].

CAMUS, Christophe et al. (2012), « Négociation et projets d’architecture durable. Analyse croisée de deux opérations et de la presse professionnelle » dans Pascal CHOMBART DE LAUWE (dir.), Le projet négocié, Paris, PUCA, p. 111-132.

CASTELLS, Manuel (1996/1998), La société en réseaux, t. 1 : L’ère de l’information, Paris, Fayard.

COLOMINA, Beatriz (1994/1998), La publicité du privé, Orléans, Hyx.

DEVILLARD, Valérie (2000), Architecture et communication : les médiations architecturales dans les années 80, Paris, Panthéon-Assas.

GORZ, André (2008), Ecologica, Paris, Galilée.

HABERMAS, Jürgen (1962/1986), L’espace public, Paris, Payot.

HABERMAS, Jürgen (1968/1973), La technique et la science comme « idéologie », Paris, Denoël-Gonthier, Coll. « Médiations ».

HEINICH, Nathalie (2012), De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Gallimard.

JANICAUD, Dominique (1985), La puissance du rationnel, Paris, Gallimard.

LATOUR, Bruno (1999/2004), Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie ?, Paris, La Découverte.

LIPSTADT, Hélène et Harvey MENDELSOHN (dir.) (1980), Architecte et ingénieur dans la presse. Polémique, débat, conflit, rapport au CORDA, Paris.

MACÉ, Éric (2006), Les imaginaires médiatiques. Une sociologie postcritique des médias, Paris, Éditions Amsterdam.

MOUILLAUD, Maurice et Jean-François TÉTU (1989), Le journal quotidien, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

RIFKIN, Jeremy (2000), L’âge de l’accès. La révolution de la nouvelle économie, Paris, La Découverte.

RINGON, Gérard (1997), Histoire du métier d’architecte en France, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? ».

RUMPALA, Yannick (2008), « Le <développement durable> appelle-t-il davantage de démocratie ? », VertigO — La revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne]. vol. 8, no 2 (24 novembre). http://vertigo.revues.org/4996. Page consultée le 1er août 2013.

AA-2000a : SCHULER, Matthias (2000), « Fink+Jocher, Transsolar. Un hôtel industriel, Ingolstadt, Allemagne », L’Architecture d’aujourd’hui, 329, p. 70-73.

AA-2000b : SOWA, Axel (2000), « Sauerbruch & Hutton, Ove Arup, Ensemble de bureaux, Berlin, Allemagne », L’Architecture d’aujourd’hui, 329, p. 66-69.

AA-2001 : L’ARCHITECTURE D’AUJOURD’HUI (2001), « Massif, plaqué, recomposé. Aspects et performances du bois », 332, p. 120-124.

AA-2003 : KAPFINGER, Otto (2003), « Habiter la terre », L’Architecture d’aujourd’hui, 346, p. 102-109.

AA-2006 : L’ARCHITECTURE D’AUJOURD’HUI (2006), « Mobilité réduite traitée HQE », 362, p. 122-125.

AIC-2000a : GAUZIN-MÜLLER, Dominique (2000) « Parking, Heilbronn, Allemagne », Architecture intérieure Créé, « Innovations bois », 293, p. 80-85.

AIC-2000b : MICHEL, Florence (2000), « Chemins escarpés », Architecture intérieure Créé, « Innovations bois », 293, p. 80-85.

AIC-2001 : ARCHITECTURE INTÉRIEURE — CRÉÉ (2001), « La démarche HQE en France. Un outil, 14 cibles, 13 réalisations », 298, p. 116-121.

AIC-2002 : GAUZIN-MÜLLER, Dominique (2002), « Écologie pédagogique ou pédagogie écologique », Architecture intérieure Créé, 303, p. 64-69.

AIC-2005a : ARCHITECTURE INTÉRIEURE — CRÉÉ (2005a), « Vision d’architecte, Philippe Madec », 322, p. 48.

AIC-2005b : ARCHITECTURE INTÉRIEURE — CRÉÉ (2005 b), « AA 110, photovoltaïque, un système complet de façade et de verrière », 322, p. 134

AIC-2005c : ARCHITECTURE INTÉRIEURE — CRÉÉ (2005c), « Volet roulant à énergie solaire », 322, p. 134

AIC-2006 : MULARD, Claudine (2006), « One million solar roofs ! », Architecture intérieure Créé, 329, p. 88-91.

AMC-2001 : MENARD, Jean-Pierre (2001), « Passif rentable à Rennes », AMC, 120, p. 28.

AMC-2007 : GONTIER Pascal et Marc BERNARD (2007), « Habitat passif », AMC, 172, p. 58-59.

AMC-2008a : CAILLE, Jean-François (2008), « Dispositifs durables », AMC, 179, p. 134-148.

AMC-2008b : AMC (2008), « Matériauthèque », 180, p. 153-164

AMC-2008c : BERNARD, Marc (2008), « Le siècle du soleil », AMC, « Matériauthèque », 180, p. 153-164.

AMC-2009 : LANDECY, Jean-Michel (2009), « Bearth & Deplazes. Refuge, Zermatt, Suisse », AMC, 191, p. 92.

DA-2002 : BLIN, Pascale (2002), « Le bois utile », D’Architectures, 121, p. 48-55.

DA-2003 : GAUZIN-MÜLLER, Dominique (2003), « L’exception culturelle du Vorarlberg », D’Architectures, 130, p. 7-32.

DA-2007a : D’ARCHITECTURES (2007a), « Panneaux photovoltaïques », 167, p. 130-131

DA-2007b : D’ARCHITECTURES (2007 b), « Étanchéité photovoltaïque », 168, p. 91

DA-2007c : D’ARCHITECTURES (2007c), « Intégration solaire », 169, p. 82

EK-2007a : GAUZIN-MÜLLER, Dominique (2007), « Pourquoi EcologiK ? », EcologiK, 00, p. 3.

EK-2007b : ECOLOGIK (2007), « Solaire », 00, p. 18.

EK-2008 : FAURÉ, Daniel (2008), « Le lycée du Pic-Saint-Loup, retour d’expérience », EcologiK, 01, p. 74-84.

EK-2009a : DURAND, Béatrice (2009), « La France a-t-elle 15 ans de retard ? Entretien avec Marie-Hélène Contal », EcologiK, 08, p. 68-70.

EK-2009b : BOVET, Philippe (2009), « Passif en plein massif », EcologiK, 12, p. 107-114.

TA-2005 : GAUZIN-MÜLLER, Dominique (2005), « Sobre et pragmatique », Techniques & architecture, 476, p. 37-41.

Haut de page

Notes

1 Ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables, alors confié à Alain Juppé.

2 Le petit État autrichien du Vorarlberg est devenu une référence en matière d’architecture durable, par sa concentration de réalisations exemplaires, les caractéristiques stylistiques ou constructives de ses architectures en bois, ainsi que par son mode et ses conditions de production de projets.

3 L’année 2002 correspond au Sommet de la Terre de Johannesburg, en Afrique du Sud. Son but était de faire un bilan de ce qui avait été programmé lors du précédent sommet, celui de Rio en 1992 (le troisième depuis l’origine, mais le premier après la guerre froide).

4 Ses dossiers ont la particularité de couvrir quasiment l’intégralité des numéros dans lesquels ils trouvent place.

5 D’Architectures : 3 dossiers, 24 articles ; L’Architecture d’aujourd’hui : 2 dossiers, 34 articles ; Techniques & architecture : 3 dossiers, 31 articles ; Architecture intérieure Créé : 23 articles ; AMC : 13 articles.

6 Reprises par l’éditeur Jean-Michel Place, les deux publications les plus anciennes, L’Architecture d’aujourd’hui et Techniques & architecture, sont finalement arrêtées en 2007. Seule la première sera relancée par de nouveaux éditeurs et reparaîtra en 2009.

7 L’idée de développer une véritable critique architecturale est régulièrement réactivée par de nouvelles publications, Le Visiteur ou Criticat pour les plus récentes.

8 Les principes d’évaluation d’un bâtiment après occupation (post occupancy evaluation) sont préconisés depuis les années 1980 sans se généraliser en France.

9 Elle mentionne ici les engagements énergétiques énoncés par Arnold Schwarzenegger, gouverneur de l’État.

10 À partir de cette date, Marc Bernard assurera régulièrement les rubriques « durables » d’AMC (« HQE », « Développement durable », « Durable »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Camus et Béatrice Durand, « La presse architecturale, miroir actif de la préoccupation environnementale », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/5115 ; DOI : 10.4000/communication.5115

Haut de page

Auteurs

Christophe Camus

Christophe Camus, sociologue, est professeur HDR à l’École nationale supérieure d’architecture de Bretagne (Rennes) et chercheur au Laboratoire Espaces travail, de l’École nationale supérieure d’architecture Paris-La Villette (UMR CNRS LAVUE 7218). Courriel : christophe.camus@rennes.archi.fr

Béatrice Durand

Béatrice Durand, architecte DPLG, est journaliste, chercheuse associée au Laboratoire Espaces travail, de l’École nationale supérieure d’architecture Paris-La Villette (UMR CNRS LAVUE 7218) et doctorante en architecture (UPE, UMR CNRS AUSSER 3329, IPRAUS). Courriel : beatrix.durand@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org