Navigation – Plan du site
Articles

La parole des femmes dans les journaux télévisés au Québec, 1961-2010

Jean Charron, Marilou St-Pierre et Geneviève Drolet

Résumés

Les auteurs s’intéressent à l’impact sur les journaux télévisés de la féminisation du personnel journalistique dans les deux principaux réseaux de télévision francophone au Québec entre 1961 et 2010. Les résultats montrent que les femmes journalistes n’ont pas été confinées à des sujets réputés « féminins » et qu’elles n’ont pas eu tendance à donner davantage la parole à des femmes dans leurs reportages

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour l’étude de 2010 (GMMP, 2010a), les chercheurs ont analysé pas moins de 16 734 reportages publi (...)

1Depuis 1995, le Global Media Monitoring Project mesure périodiquement, tous les cinq ans, la place des femmes dans les nouvelles à l’échelle planétaire. L’étude porte sur les nouvelles diffusées au cours d’une journée par un grand nombre de médias et dans plusieurs pays1. Ces coups de sonde successifs montrent qu’au regard de leur poids démographique, et même s’il y a eu du progrès depuis 1995, les femmes demeurent largement sous-représentées dans les nouvelles. En 2010, seulement 24 % des personnes entendues ou dont il était question dans les nouvelles publiées dans les journaux ou diffusées à la radio ou à la télévision étaient des femmes. Il s’agit tout de même d’une progression par rapport aux années antérieures : elles étaient 17 % en 1995 et 21 % en 2005. L’une des conclusions les plus remarquables de ces études est que la sous-représentation des femmes transcende les cultures nationales ; elle est généralisée à l’échelle planétaire, même s’il existe des variations d’un pays à l’autre. L’analyse du corpus canadien de l’enquête de 2010 (GMMP, 2010b) montre que 30 % des personnes dont on a parlé ou que l’on a citées dans les nouvelles au Canada le 10 novembre 2009 étaient des femmes. Les nouvelles canadiennes dépeignent une société dans laquelle il y a relativement peu de femmes parmi les gens de pouvoir. Peu de femmes donc chez les élus, les gens d’affaires, les professionnels, les magistrats, les universitaires, les porte-parole officiels, etc. En revanche, il y a plus de femmes que d’hommes parmi les parents d’élève, les personnes au foyer (homemakers), la jeunesse ainsi que parmi les employés subalternes des bureaux, des commerces et de la restauration. Les femmes y sont donc plus souvent mères ou filles de leur mère, femmes au foyer ou serveuses que gestionnaires, notaires, députées ou scientifiques. Et quand leur parole se fait entendre, c’est davantage en tant que témoins des événements ou représentantes d’une catégorie sociale (consommateur, contribuable, parent d’élève, bénéficiaire) qu’en tant qu’expertes ou responsables d’une organisation.

  • 2 Le corpus canadien est constitué de 279 nouvelles publiées dans 24 médias, dont seulement 3 provien (...)
  • 3 Dans un échantillon de 2 673 nouvelles diffusées par Radio-Canada, TVA et CBC en 1998, Monière et F (...)

2Le corpus canadien ne permet pas de connaître l’état de la situation au Québec2. Toutefois, des études plus anciennes de Denis Monière et Julie Fortier (2000) et de Frédérick Bastien (2002) indiquent qu’au tournant des années 2000, les femmes représentaient moins du quart des locuteurs cités dans les journaux télévisés au Québec3.

3Pourtant, au Québec comme ailleurs dans le monde, les femmes sont de plus en plus nombreuses parmi les journalistes. Selon les données du recensement de 2011, 48,6 % des 4 300 journalistes au Québec étaient des femmes4, et ce nombre est en progression. Les femmes sont nettement majoritaires dans tous les programmes de formation universitaire en journalisme au Québec. Selon des données compilées par ProjetJ.ca (2012), 44 % des 1 785 membres de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec en 2011 étaient des femmes ; elles étaient majoritaires dans le secteur du magazine (56 % de la main-d’œuvre) et à parité avec les hommes à la télévision (49 %). Parmi les cadres membres de la Fédération, moins d’un tiers sont des femmes, mais la parité aurait été atteinte à la direction de l’information de Radio-Canada (Baillargeon, 2012).

  • 5 Elle le demeure, mais on ne sait pas encore pour combien de temps, car un public de plus en plus gr (...)

4Ce contraste entre la sous-représentation des femmes dans les nouvelles et la féminisation de la population des journalistes suggère que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la présence de femmes en grand nombre dans les rédactions des médias n’aurait eu qu’une incidence marginale sur la présence des femmes dans les nouvelles. Nous avons voulu apporter un éclairage sur cette question en observant la présence des femmes, journalistes et protagonistes des événements, dans un échantillon de journaux télévisés diffusés au Québec depuis les années 1960 par deux réseaux de télévision généraliste de langue française. La télévision a été et demeure la principale source d’information du public5 et constitue, à ce titre, l’une des principales voies d’accès à l’espace public. Par ailleurs, les bulletins de nouvelles, qui ne peuvent relayer dans une édition qu’une petite fraction de la quantité d’information qu’on peut lire dans un journal, se caractérisent par un degré élevé de sélectivité. Pour que la parole des femmes s’y fasse entendre, il faut qu’elle s’impose à l’attention d’un dispositif sociotechnique qui, depuis ses origines, n’a pas été calibré pour bien la percevoir. Dans ces conditions, observer sur une période de 50 ans la prise de parole des femmes dans les bulletins de nouvelles, c’est observer par quelles voies (et quelles voix) elles tentent de s’imposer à une institution qui, dans un passé encore récent et qui perdure peut-être, leur était plutôt indifférente, sinon hostile.

5Sur la base d’un échantillon de journaux télévisés nationaux diffusés en soirée par Radio-Canada depuis 1961 et par TVA depuis 1977, nous cherchons à répondre aux questions suivantes : à partir de quand et à quels titres les femmes, reporters ou protagonistes des événements, se font-elles entendre dans les journaux télévisés de Radio-Canada et de TVA ? Les femmes sont-elles traitées avec la même attention dans les journaux télévisés du réseau public (dont l’un des mandats est de refléter la diversité canadienne) et du réseau privé ? Surtout, les femmes journalistes sont-elles davantage affectées à la couverture de sujets réputés « féminins » et contribuent-elles à faire entendre les voix féminines en citant plus de femmes dans leurs reportages que ne le font leurs collègues masculins ?

  • 6 À ces facteurs techniques et économiques s’ajoute une conception selon laquelle l’intérêt pour les (...)
  • 7 Quand nous avions suffisamment de bulletins de nouvelles pour le faire, nous avons établi nos échan (...)
  • 8 Cela n’a pas été possible dans le cas de Radio-Canada pour le début des années 1960 puisque nous n’ (...)

6La pauvreté des archives télévisuelles au Canada pose un défi de taille à la recherche historique sur le contenu des émissions de télévision, particulièrement des émissions d’information, et impose à l’ambition des chercheurs des limites qu’ils doivent d’abord reconnaître. L’absence, dans les premières années de la télévision, de techniques d’enregistrement efficaces et bon marché et, plus tard, le coût élevé des premiers rubans magnétoscopiques qu’on effaçait pour pouvoir les réutiliser expliquent que les réseaux n’ont que très tardivement entrepris de conserver leurs bulletins de nouvelles6. À partir des journaux télévisés disponibles au Service des archives de Radio-Canada ainsi qu’à Bibliothèque et Archives Canada (BAC), nous avons pu constituer des échantillons d’une vingtaine de journaux télévisés par année, une année tous les cinq ans, à partir de 1980 pour Radio-Canada et à partir de 1990 pour TVA7. Pour les périodes antérieures, nous avons retenu tous les journaux télévisés que nous avons pu trouver au Service des archives de Radio-Canada et à BAC. Comme ils étaient en nombre insuffisant, nous avons regroupé deux ou plusieurs années consécutives pour constituer des échantillons de taille comparable8.

L’hypothèse de la féminisation du journalisme

  • 9 Sur ces stéréotypes, voir par exemple Préjean (1994) et Durrer, Jufer et Pahud (2009).
  • 10 Nous marquons par des guillemets de distanciation les termes de féminin et de masculin quand ils re (...)

7Depuis qu’il s’est instauré à partir du milieu du XIXe siècle, le journalisme d’information a été une pratique pensée et réalisée surtout par et pour des hommes. Certes, les femmes n’ont pas été totalement absentes des salles de rédaction des grands médias, mais elles y ont été très minoritaires, généralement confinées à des univers réputés « féminins » et mineurs, et, jusqu’aux dernières décennies du XXe siècle, elles n’ont eu qu’une influence secondaire sur la conception de ce qu’était et de ce que devait être le journalisme. Les normes éthiques et organisationnelles, les procédures, les critères, les routines qui, pendant plus d’un siècle, ont réglé la sélection, le traitement et la mise en valeur des informations sur l’actualité se sont construits sur la base d’un imaginaire social et politique qui tend à séparer, d’une part, ce qui relève du domaine public, conçu comme celui des affaires collectives importantes et sérieuses qui se conjuguent au « masculin », dont la « grande » presse a mandat de traiter et dont les femmes devraient apprendre à s’occuper en se joignant au chœur des hommes, et, d’autre part, ce qui relève de la sphère privée, univers du « féminin », à laquelle la presse n’a pas à s’intéresser, qui serait le domaine de l’intendance, de la vie domestique et de la reproduction de l’espèce et dont les hommes devraient quand même consentir à partager le fardeau. Sur ce plan, la presse du XXe siècle a été une institution comme les autres, bien de son temps, à l’image de la société qui l’a fait exister, intégrée à la structure du pouvoir d’une société dominée par les hommes. Pendant longtemps, cette presse a plus ou moins confiné la parole des femmes à des pages, à des rubriques, à des émissions ou à des publications dites « féminines », sorte de concession qu’il a bien fallu faire pour satisfaire la demande des femmes qui devenaient consommatrices et celle des annonceurs qui cherchaient à les courtiser, le caractère « féminin » ou « masculin » des champs d’intérêt étant déterminé en vertu d’une division traditionnelle et stéréotypée des tâches (aux femmes, l’éducation, les soins et la cuisine ; aux hommes, le commerce, la science et la politique), des goûts (aux hommes, le sport et le bricolage ; aux femmes, la mode et la décoration) ou encore en vertu d’une épistémologie qui serait propre à chaque sexe (aux hommes, l’objectivité et la rationalité ; aux femmes, la subjectivité, l’émotion et l’empathie)9. Cette division du monde est la manifestation du genre, qui est à la fois un système de classification binaire permettant de classer les personnes, les objets et les activités dans les catégories du « féminin » et du « masculin », une structure sociale qui hiérarchise ces catégories en infériorisant le « féminin » et une institution qui naturalise cette hiérarchie10 (Guionnet et Neveu, 2004 ; Collin, 2008 ; Scott, 1986).

  • 11 Le « plafond de verre » désigne les barrières souvent invisibles (structure et réseau de pouvoir, c (...)

8Si l’histoire a fait du journalisme une institution « masculine », ne suffirait-il pas, pour que cesse la dévalorisation de la parole des femmes dans la sphère publique, que celles-ci investissent ce lieu de pouvoir que sont les médias en même temps qu’elles investissent aussi les autres espaces de décision dans la société ? C’est ce qu’envisagent ceux et celles qui voient une lueur d’espoir dans la féminisation des salles de rédaction (Tremblay, 2000 ; Beauchamp, 1987 ; Fédération professionnelle des journalistes du Québec, 1983). Même si les femmes peinent encore à percer le « plafond de verre11 » qui les séparent des postes de direction dans les entreprises de presse (Bereni et al., 2012 : 205), on peut croire qu’elles sont aujourd’hui suffisamment nombreuses à pratiquer le journalisme pour que la parole des femmes, la leur et celle des sources féminines qu’elles sont susceptibles de mettre en scène dans leurs reportages, y soit entendue et reconnue.

9Bien sûr, personne ne s’attend à ce que les femmes qui pratiquent le journalisme le fassent d’une manière qui serait à ce point différente de celle des hommes qu’on y verrait un métier différent. Celles qui pratiquent ce métier s’identifient professionnellement à lui et elles y revendiquent une reconnaissance fondée sur des critères de compétence et de probité qu’elles souhaitent être essentiellement les mêmes pour tous, hommes ou femmes. Les attentes de ceux (plus rarement celles) qui les embauchent sont à l’avenant. Mais en même temps, les femmes journalistes, du fait de leur socialisation primaire et secondaire, et même parmi celles qui ne font pas de leur féminité le principe premier de leur identité, n’ont-elles pas intégré certaines manières d’être et d’appréhender le réel qu’elles auraient en commun, qui les distingueraient de leurs collègues masculins (Neveu, 2000 ; Van Zoonen, 1998 ; Melin-Higgins, 2004) et qu’elles pourraient, comme les hommes, faire valoir dans leur pratique ? Le journalisme contemporain, même dans ses formes les plus mainstream, centrées sur le compte rendu de l’actualité quotidienne, se décline en une variété de pratiques concrètes, de conditions de réalisation et de normes organisationnelles. Cette diversité ne procure-t-elle pas aux femmes journalistes, de plus en plus nombreuses dans les entreprises de presse, une certaine marge de liberté pour faire valoir leur différence ? Ces femmes, même si elles ne forment pas une entité sociale homogène, ne représenteraient-elles pas une masse critique suffisante pour infléchir les normes et les pratiques professionnelles dans un sens plus conforme à leur vision du monde ou à leurs intérêts ? C’est ce que croit Armande Saint-Jean qui, au terme d’une enquête par questionnaire menée auprès de 300 journalistes québécois en 1995 et 1996, conclut que « conjointement avec d’autres facteurs significatifs, la présence accrue des femmes au sein de la profession journalistique a eu pour effet de modifier en profondeur les pratiques professionnelles » (2000 : 79). Elle attribue à la féminisation de la population des journalistes une « influence déterminante […] dans l’évolution fondamentale d’une profession en pleine mutation » (2000 : 79), notamment par la remise en question de l’objectivité, par l’accentuation de la fonction phatique dans la communication journalistique et par l’élargissement des sujets traités par la presse.

10Pourtant, les études qui ont cherché dans le contenu même des médias d’information les traces d’une féminisation des normes et de la pratique du journalisme ont abouti à des résultats très nuancés, voire contradictoires (Van Zoonen, 1998 ; Chambers, Steiner et Fleming, 2004). Si certaines études concluent que l’on retrouve davantage de femmes journalistes que d’hommes affectées à la couverture de domaines d’activité traditionnellement associés au « féminin » comme l’éducation, la santé, les affaires sociales, la consommation, les soft news (Mills, 1997 ; Soderlund, Surlin et Romanow, 1989 ; Craft et Wanta, 2004 ; Desmond et Danilewicz, 2010 ; Löfgren-Nilsson, 2010), d’autres études ne montrent pas de relation entre la présence de femmes journalistes et l’intérêt pour des sujets dits féminins. Dans le rapport pour la partie canadienne du Global Media Monitoring Project 2010 (2011b), les chercheurs indiquent ne pas avoir constaté de différences entre les journalistes masculins et féminins quant au choix des sujets traités. Les hommes et les femmes couvrent exactement dans les mêmes proportions des sujets dits « féminins » (30 %) et des sujets dits « masculins » (70 %). Les auteurs de cette étude ont également constaté que les reportages donnaient une représentation fortement stéréotypée des rôles masculins et féminins, peu importe que ces reportages soient produits par des hommes ou par des femmes. Dans un autre contexte, Aliza Lavie et Sam Lehman-Wilzig (2003) ont observé que les femmes et les hommes responsables de la sélection des nouvelles dans des quotidiens israéliens et rompus aux mêmes routines professionnelles opéraient essentiellement les mêmes choix, fondés sur les mêmes critères.

11Plusieurs auteurs estiment que la féminisation de salles de rédaction ne se traduit pas par une féminisation du discours journalistique parce que la nature et la pratique du journalisme, y compris jusque dans le choix des locuteurs cités, sont le résultat d’un système complexe de déterminants (les valeurs sociales, les institutions en place, la demande des consommateurs, les contraintes de la rentabilité et de la concurrence, les exigences techniques, les normes professionnelles en vigueur, etc.) dans lequel le fait que les journalistes soient des hommes ou des femmes compte finalement pour peu (Weaver et Wilhoit, 1996 ; Shoemaker et Reese, 1996). D’autres considèrent au contraire que le genre compte pour beaucoup dans la mesure où le caractère « masculin » du journalisme et du cadre organisationnel et institutionnel dans lequel il opère le détermine à un point tel que cette caractéristique devient invisible, naturalisée, imparable (Robinson, 2008 ; Ross et Carter, 2011 ; North, 2009), si bien que des femmes journalistes qui couvrent la politique, l’économie ou les affaires judiciaires font « naturellement » parler davantage les hommes que les femmes.

  • 12 Nous insistons ici sur le cas de la presse d’actualité pour suggérer que les valeurs professionnell (...)
  • 13 Les résultats d’un sondage auprès de 456 journalistes américains de la presse écrite indiquent que (...)

12Ces deux théories se rejoignent sur au moins un point : les jeunes recrues, hommes ou femmes, embauchées dans une entreprise de presse pour travailler à la production quotidienne d’information sur l’actualité12 et qui y entrent avec la ferme intention de réussir une carrière de journaliste, auront tendance à se conformer aux normes professionnelles en vigueur, que celles-ci soient ou non, ou leur paraissent ou non, « masculines ». Même si la socialisation n’agit pas comme une chape de plomb, même si les normes enseignées dans les écoles de journalisme et dans les salles de rédaction laissent place à interprétation, et même si l’on peut observer dans le milieu journalistique mille et une formes de « résistance » à la doxa, il reste que la pression est forte pour que les recrues se concentrent sur la maîtrise des routines du métier et s’emploient à faire reconnaître, par les pairs et par les patrons, leur talent et leur compétence au regard des critères définis par l’organisation et par la profession. Dans ces conditions, il est hasardeux pour les recrues de chercher d’emblée à changer les normes. Ainsi, par socialisation et acculturation, et pour tenir compte dans l’action des dynamiques de genre dans les salles de rédaction (Löfgren-Nilsson, 2010), les jeunes femmes journalistes qui entrent dans ce métier en viendraient à épouser la culture professionnelle, quitte à devoir s’accommoder de valeurs qui ne cadrent pas parfaitement avec leurs préférences personnelles (Creedon [dir.], 1993). Ne pas s’y conformer pourrait les exposer à une disqualification pour cause de non-conformité au système de genre et à une ghettoïsation plus ou moins consentie dans des sujets « féminins ». Le mimétisme est une modalité de l’apprentissage du journalisme et la conformité aux valeurs est un principe de reconnaissance professionnelle. Certes, une pratique originale et distinctive peut contribuer à la reconnaissance professionnelle des recrues, mais l’originalité et la distinction ne viennent qu’en second et qu’à la condition de ne pas heurter de front les normes et les usages qui font consensus13. C’est pourquoi nous pensons que le processus de féminisation des salles de rédaction des principaux réseaux de télévision francophone au Québec n’aura eu, au fil des ans, qu’une influence marginale sur la lente progression de la présence des femmes comme protagonistes dans les nouvelles diffusées dans les journaux télévisés.

La présence des femmes protagonistes dans les nouvelles

  • 14 Nous avons mesuré la place des femmes dans les nouvelles des journaux télévisés par leur temps de p (...)
  • 15 Cette proportion du temps de parole accordé aux femmes est du même ordre de grandeur que les propor (...)
  • 16 À moins d’indications contraires, les différences de proportions que nous présentons dans le présen (...)

13Les données que nous avons colligées dans les journaux télévisés de Radio-Canada et de TVA confirment qu’au cours des dernières décennies, la présence de femmes protagonistes dans les reportages a été et est demeurée très minoritaire14. En 2010, les femmes mises en scène dans les nouvelles ont parlé pendant 24,7 % du temps de parole alloué aux protagonistes des événements15. Radio-Canada et TVA présentent à ce chapitre des résultats similaires. Les données du tableau 1 suggèrent que Radio-Canada et TVA ont parfois, au fil du temps, présenté des valeurs différentes, mais ces différences ne sont pas statistiquement significatives16. Avant 1985, les données pour TVA reposent sur un nombre trop limité de journaux télévisés, et depuis 1985, les écarts entre les deux réseaux sont demeurés relativement faibles. On ne peut donc pas dire, à partir de ces données, que les pratiques éditoriales de Radio-Canada et de TVA aient été différentes en ce qui concerne la place des femmes dans les nouvelles.

Tableau 1. Pourcentage du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes à Radio-Canada et à TVA, selon les périodes

Tableau 1. Pourcentage du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes à Radio-Canada et à TVA, selon les périodes
  • 17 Les Lignes directrices concernant la représentation à l’antenne des personnes des deux sexes font p (...)

14Force est de constater que les Lignes directrices concernant la représentation à l’antenne des personnes des deux sexes adoptées en 1993 par Radio-Canada et qui visent à « assurer une représentation équitable des personnes des deux sexes » dans les émissions n’ont pas permis à la société d’État de se distinguer de son concurrent privé, du moins en ce qui concerne les journaux télévisés17.

  • 18 Dans les 5 bulletins de nouvelles qui constituent le corpus de 1961-1962, nous comptons seulement 1 (...)

15Il est clair que les femmes n’ont pas toujours occupé autant d’espace de parole qu’en 2010. Dans les bulletins de nouvelles les plus anciens que nous avons pu analyser (de 1961 à 1972), les femmes sont absentes : on ne les voit que très rarement à l’écran et elles ne parlent jamais. Les événements dont traitent les journaux télévisés de cette époque sont présentés comme s’il s’agissait d’affaires étrangères aux femmes. Dans les journaux télévisés des années 1960, qui ne duraient que 15 minutes, les extraits d’entrevues, captées sur film, étaient peu nombreux, mais plus longs qu’aujourd’hui18. Les rares acteurs à qui l’on donnait la parole étaient presque exclusivement des figures importantes de l’État ou de la société civile tels que des dirigeants politiques, des leaders d’associations patronales et syndicales, des membres éminents du clergé, des représentants de l’élite économique et culturelle. Or, à cette époque, les femmes qui occupaient les plus hautes fonctions dans les organisations, quelles qu’elles soient, étaient l’exception, ce qui ne favorisait guère leur présence en ondes.

16Dans nos échantillons, les femmes protagonistes ne prennent donc la parole qu’à partir de 1975. Elles n’occupent, dans les journaux télévisés de Radio-Canada de cette époque, que 12,5 % du temps de parole des locuteurs cités, ce qui est encore très peu en valeurs absolues puisque les journaux télévisés de cette époque ne présentent en moyenne que 3 minutes 14 secondes de citations par bulletin. Dans les échantillons des années 1980, le temps total consacré aux citations augmente, mais la proportion consacrée aux femmes reste la même. Il faut attendre le milieu des années 1990 pour que la part du temps de parole consacré aux femmes dépasse 15 %, et 2000 pour qu’elle dépasse 20 %.

  • 19 À titre indicatif, les femmes représentaient avant les élections provinciales de 2014 35 % des memb (...)

17Les femmes sont donc de plus en plus présentes dans les bulletins de nouvelles, mais la progression paraît tout de même lente et tardive si l’on compare avec la place qu’elles ont conquise dans d’autres lieux de débat et de décision19. Cela s’explique en grande partie par la tendance des journalistes à donner plus volontiers la parole aux « voix autorisées », c’est-à-dire aux plus hauts dirigeants des organisations, là où les hommes demeurent largement majoritaires. Les femmes progressent dans les hiérarchies des organisations, mais tant qu’elles se heurtent au plafond de verre et qu’elles demeurent aux échelons intermédiaires sans atteindre le sommet, elles restent largement invisibles dans les nouvelles qui portent sur ces organisations. Sur le plan quantitatif, la télévision serait donc bien un « miroir déformant ». Cependant, en faisant des femmes un groupe minoritaire, elle est fidèle à un imaginaire social qui fait des hommes une catégorie dominante et des femmes une catégorie sociale subalterne. Sur ce plan, la télévision est plutôt, suivant le mot d’Éric Macé (2006), « hyperréaliste ». Le constat vaut tant pour la télévision privée que pour la télévision publique, qui, malgré son mandat inscrit dans la loi, et malgré ses politiques internes vouées à contrer la discrimination fondée sur le sexe, n’aura pas été, sur ce plan, un agent de changement.

Le profil socioprofessionnel et le domaine d’activité des femmes citées dans les bulletins de nouvelles

  • 20 Le locuteur individuel est celui dont la parole n’engage que lui-même (l’expert, le témoin, le cito (...)
  • 21 Sur ce plan, Radio-Canada et TVA ne présentent pas de différences statistiquement significatives.

18Non seulement le temps de parole des femmes protagonistes est-il largement inférieur à celui des hommes, mais aussi ces femmes apparaissent dans le journal télévisé pour des motifs et à des titres différents de ceux des hommes. Alors que, pour l’ensemble du corpus, les hommes sont mis en scène dans 62 % des cas dans une position d’autorité, en tant que représentants ou porte-parole d’institutions (élus, dirigeants de corps constitués, responsables d’institutions politiques, administratives, judiciaires, militaires, etc.), les femmes sont plutôt représentées majoritairement (à 63 %) à titre individuel20. Le graphique 1 montre qu’il s’agit d’une tendance lourde qui s’est maintenue depuis la fin des années 1970 jusqu’à nos jours21.

Graphique 1. Pourcentage du temps de parole accordé aux protagonistes des nouvelles cités à titre individuel en fonction du sexe et de la période

Graphique 1. Pourcentage du temps de parole accordé aux protagonistes des nouvelles cités à titre individuel en fonction du sexe et de la période

19Dans les cas où les femmes sont présentes à titre individuel, elles le sont le plus souvent (dans 59 % des cas, comparativement à 28 % chez les hommes) en tant que témoins, victimes des événements ou symbole d’une catégorie sociale (comme étudiantes, ménagères, consommatrices, parents d’élève, bénéficiaires). Dans nos échantillons, on compte, en proportion de leur temps de parole, quatre fois plus de gens « ordinaires » chez les femmes (36,4 %) que chez les hommes (9,0 %), soit en tant que témoins et protagonistes des événements (27,7 % contre 7,0 %), soit comme représentants d’une catégorie sociale (8,7 % contre 2,0 %). On compte aussi trois fois plus d’artistes (7,0 % contre 2,6 %) chez les femmes que chez les hommes.

20La parole des femmes est donc plus susceptible de se faire entendre lorsque le récit journalistique des événements exige que soient mis en scène des témoins, des victimes ou d’autres protagonistes des faits divers, des conflits sociaux ou des manifestations en tout genre, ou encore des personnes à qui l’on confère le statut de représentants symboliques de l’une ou l’autre des catégories sociales.

21Les hommes et les femmes qui figurent dans les nouvelles présentent également des différences notables sur le plan socioprofessionnel. Dans l’ensemble de nos échantillons, il y a chez les femmes protagonistes, en proportion de leur temps de parole et comparativement à celui des hommes :

  • deux fois moins de gens d’affaires (3,1 % contre 5,9 % chez les hommes) ; 

  • trois fois moins d’experts et d’universitaires (2,7 % contre 8,1 %) (et l’écart s’est creusé dans les années 2000, à 3,1 % contre 11,1 %) ;

  • trois fois moins d’élus (13,8 % contre 34,3 %) ;

    • 22 Dans ces deux cas, les différences sont statistiquement significatives à p = .10.

    deux fois moins de juristes (1,3 % contre 3,0 %) et de dirigeants ou responsables de l’administration publique (2,7 % contre 5,1 %)22 ; 

  • presque quatre fois moins de policiers (0,63 contre 2,23 %).

22En revanche, il y a proportionnellement, parmi les femmes, deux fois plus de professionnelles de la santé et de l’éducation (4,2 % contre 2,0 %) (p = 10). Dans les autres catégories socioprofessionnelles, le temps de parole des femmes se distribue de la même manière que celui des hommes. Ainsi, le temps de parole des femmes et des hommes ne diffère pas, par exemple, chez les fonctionnaires, les étudiants, les religieux, les porte-parole d’associations patronales ou d’affaires, d’associations syndicales et professionnelles et les membres du personnel d’organismes parapublics.

23Par ailleurs, les femmes sont davantage citées au regard de thèmes ou de domaines d’activité réputés « féminins », ou en tout cas dans lesquels la probabilité est plus forte de retrouver des femmes dans des postes d’autorité ou de porte-parole. Les femmes sont davantage sollicitées et entendues quand il est question de santé, de mode de vie, d’éducation, de vie communautaire, de consommation ou de questions sociales (comme l’immigration, la jeunesse, les services sociaux, les droits de la personne, la famille) ; elles le sont moins quand il est question de politique, d’économie et de finance, d’affaires autochtones, de catastrophes naturelles, de politique ou d’affaires juridiques et policières.

Graphique 2. Proportion du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes, selon les thèmes des unités d’information

Graphique 2. Proportion du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes, selon les thèmes des unités d’information

24Ainsi, la couverture de l’actualité par la télévision contribue, à sa manière, à définir une division sexuée d’un univers social qui organise et hiérarchise les affaires humaines, les champs d’activité et les rapports au monde dans les deux catégories du « masculin » et du « féminin » (Bereni et al., 2012).

Le temps de parole des femmes journalistes

25Dans les journaux télévisés québécois, les femmes sont peu présentes en tant que protagonistes ou témoins des événements, mais elles le sont davantage en tant que reporters. Sur l’ensemble de la période, la parole des femmes journalistes a occupé le quart (26,4 %) du temps de parole total des journalistes (comparativement à 17 % chez les protagonistes). La présence des femmes journalistes, qui était nulle au cours des premières décennies des journaux télévisés, a connu par la suite une croissance importante. Radio-Canada et TVA présentent des différences notables à ce chapitre.

  • 23 À la fin des années 1960, elle était déjà une journaliste célèbre, reconnue entre autres choses pou (...)
  • 24 Elles participent notamment à des émissions qui ont marqué leur époque, comme Carrefour, Reportage, (...)

26Les journaux télévisés de notre échantillon de 1961-1962 (qui proviennent tous de Radio-Canada) sont exclusivement masculins : pas une femme, protagoniste ou journaliste, n’y prend la parole. Dans notre corpus, la première femme à prendre la parole n’est nulle autre que Judith Jasmin, une journaliste que les téléspectateurs de Radio-Canada de cette époque connaissaient fort bien, elle qui a fait carrière comme journaliste à la radio de Radio-Canada depuis la fin des années 1940 et que les téléspectateurs ont vue régulièrement à la télévision depuis les années 1950. Les 4 minutes 35 secondes que totalise la présence féminine dans notre échantillon de 1967-1972 correspondent à deux reportages de Jasmin alors qu’elle occupait le poste prestigieux de correspondante à l’Organisation des Nations unies. Il est significatif que la présence exceptionnelle d’une femme dans le journal télévisé de cette époque ait été le fait d’une personne d’exception aux yeux mêmes de ses contemporains et qui, déjà à cette époque, était considérée comme une figure de proue, à la fois du journalisme et de la cause des femmes au Canada (Beauchamp, 1987 et 1992)23. Dans les années 1950 et 1960, d’autres femmes, que l’on peut compter sur les doigts d’une main, travaillent comme journalistes à Radio-Canada : Lisette Gervais, Andréanne Lafond, Francine Montpetit, Solange Chaput-Rolland, mais elles ont surtout travaillé pour des émissions d’affaires publiques24 et elles n’apparaissent pas dans les journaux télévisés de notre corpus. Il faut dire qu’à part les lecteurs de nouvelles — qui en fait étaient des « annonceurs » et non des journalistes —, on voyait peu de journalistes dans les bulletins de nouvelles. Les « reportages » étaient constitués le plus souvent d’images filmées avec un texte lu en voix off par un annonceur masculin.

27Dans l’échantillon de 1975-1976, les femmes reporters se font déjà plus nombreuses. Si la présence au petit écran des Jeannine Morin, Francine Bastien, Gisèle Gallichan, Suzanne Hébert, Madeleine Poulin et Danièle Bombardier ne paraissait pas incongrue aux yeux des téléspectateurs de cette époque, il reste que la parole des femmes reporters, qui dans notre échantillon ne représente que 7 % du temps de parole des journalistes, demeurait marginale. En revanche, dans l’échantillon de 1977-1983, le temps de parole consenti aux femmes journalistes fait un bond important, à 25 %. Dans nos échantillons qui couvrent les années 1980 et 1990, les femmes occupent en moyenne 23 % du temps de parole des reporters ; dans les années 2000, cette moyenne monte à 34 %.

  • 25 Radio-Canada s’est dotée en 1986 d’un Bureau de l’équité en matière d’emploi, dont le mandat a été (...)

28Radio-Canada et TVA ont adopté des pratiques assez différentes quant à la place des femmes dans les salles de rédaction (graphique 3). Les femmes journalistes ont été et étaient encore en 2010 beaucoup plus présentes dans les journaux télévisés de Radio-Canada que dans ceux de TVA. À Radio-Canada, elles ont occupé pour l’ensemble de la période 31 % du temps de parole des reporters, alors qu’à TVA, où notre corpus remonte moins loin dans le temps, elles n’en ont occupé que 18 %. Dans les années 1980 et 1990, les femmes de Radio-Canada occupent 25 % du temps de parole des reporters, comparativement à 18 % à TVA ; dans les années 2000, la proportion est proche de la parité à Radio-Canada (44 %), alors qu’elle n’est toujours que de 18 % à TVA. Bref, TVA n’a pas suivi la même tendance à la féminisation de la salle de rédaction25.

Graphique 3. Pourcentage du temps de parole des femmes journalistes sur le temps de parole total des journalistes en fonction de la période, à Radio-Canada (SRC) et à TVA

Graphique 3. Pourcentage du temps de parole des femmes journalistes sur le temps de parole total des journalistes en fonction de la période, à Radio-Canada (SRC) et à TVA
  • 26 La présence féminine serait plus importante encore si l’on tenait compte de la présence des femmes (...)

29La progression du temps de parole des femmes dans les journaux télévisés est plus importante encore si l’on tient compte de la présence des lectrices de nouvelles26. Il suffit d’évoquer les noms de Myra Cree, Louise Arcand, Michèle Viroly, Marie-Claude Lavallée, Esther Bégin, Michaëlle Jean, Pascale Nadeau, Solveig Miller ou Geneviève Asselin pour rappeler qu’au cours des années, même si elles ont été minoritaires dans cette fonction, plusieurs femmes ont occupé le rôle de chef d’antenne, particulièrement à Radio-Canada. Cependant, pendant longtemps, les femmes lectrices de nouvelles ont été confinées aux éditions du samedi et du dimanche. Depuis que TVA a confié, en 2002, la barre de son TVA Édition réseau à Sophie Thibault et depuis que Céline Galipeau a pris en 2009 la responsabilité du Téléjournal, on peut dire que les femmes ont acquis une visibilité sans précédent dans les bulletins nationaux de ces deux réseaux.

Tableau 2. Pourcentage du temps de parole de l’équipe du journal télévisé accordé aux femmes à Radio-Canada et à TVA, selon les périodes

Tableau 2. Pourcentage du temps de parole de l’équipe du journal télévisé accordé aux femmes à Radio-Canada et à TVA, selon les périodes

Ces données portent sur le temps du journal télévisé consacré aux nouvelles (les nouvelles lues par le présentateur ainsi que les reportages des journalistes) et excluent les segments d’introduction, de transition et de conclusion, les manchettes, ainsi que les segments consacrés à la météo, aux résultats de la loterie et aux nouvelles sportives.

Les thèmes couverts par les femmes journalistes

  • 27 Il convient de rappeler ici que nos analyses portent sur les nouvelles et excluent les segments spé (...)
  • 28 Les conflits de travail étaient nombreux à cette époque et ceux couverts par les femmes reporters n (...)

30Les femmes journalistes sont responsables de 26,4 % des 2 503 unités d’information (reportages, conversations et entrevues) qu’on retrouve dans nos échantillons (nous excluons ici les nouvelles lues par le présentateur). Sous cet angle, les femmes de Radio-Canada sont plus actives que celles de TVA ; les femmes sont responsables de 30,4 % des 1 508 unités recensées à Radio-Canada comparativement à 20,3 % des 995 unités de TVA. Le croisement entre le sexe des journalistes responsables des unités et les sujets qui y sont abordés montre que les décisions relatives à l’affectation des journalistes ne semblent pas avoir été dictées par des considérations liées au sexe. Les femmes n’ont pas été confinées à la couverture de sujets réputés « féminins »27. Les premiers reportages produits par une femme et qui figurent dans notre échantillon de 1967 et de 1970 sont ceux de Jasmin ; ils portent sur la politique internationale, qui n’est pas un sujet réputé « féminin ». Dans l’échantillon de 1975-1976 (qui ne compte que des unités diffusées par Radio-Canada), on retrouve 12 unités produites par des femmes, et rien ne suggère qu’à cette époque on ait affecté les quelques femmes journalistes à la couverture de sujets typiquement « féminins ». Six unités portent sur le monde du travail et les relations de travail28, deux sur la politique (préparatifs électoraux), deux sur les affaires juridiques et policières, un sur l’éducation (manifestation d’enseignants anglo-protestants) et un autre sur le programme canadien de multiculturalisme.

31Pour les 2 503 unités d’information que comptent nos échantillons, et sur les 30 catégories de thèmes que nous avons définies (voir l’annexe tableau 2), des différences significatives entre les hommes et les femmes n’apparaissent que dans cinq cas : proportionnellement, les hommes ont davantage que les femmes couvert le thème de la politique (23,4 % de leurs unités, contre 18,9 % chez les femmes), de l’économie, de la finance et du commerce (12,8 % de leurs unités, contre 8,3 % chez les femmes), les sujets relatifs à l’énergie et au transport (4,7 % contre 1,4 %) et les nouvelles concernant l’organisation du système politique (les questions constitutionnelles, la réforme du système municipal, etc.) (2,5 % contre 0,6 %). Les femmes ont, en revanche, davantage couvert le monde des arts et des spectacles (4,5 % de leurs unités contre 1,2 % chez les hommes). Cinq catégories sur 20, c’est relativement peu, mais comme il s’agit de thématiques importantes qui totalisent à elles seules 41,7 % des unités d’information, on pourrait y voir l’effet d’une division sexuée du travail dans les salles de rédaction des réseaux de télévision. Cette interprétation appelle cependant quelques nuances. En effet, pour tous les autres sujets, et ils sont nombreux et diversifiés, la contribution des femmes ne diffère pas de manière significative de celle des hommes. Par ailleurs, comme le montre l’annexe, tableau 2, les quelques différences que l’on peut observer entre les hommes et les femmes ne sont pas constantes. Pour un thème donné, les hommes peuvent se distinguer des femmes à une époque, et pas à l’autre. Il y a même parfois des inversions : par exemple, les hommes ont proportionnellement plus que les femmes couvert de 1993 à 1996 (p = .10) et en 2005 les questions relatives à la justice et à la police, alors qu’en 2000, ce sont plutôt les femmes qui ont proportionnellement plus couvert ces sujets. Finalement, les sujets sur lesquels les hommes et les femmes se distinguent ne sont pas les mêmes à Radio-Canada et à TVA. Par exemple, à Radio-Canada, les hommes sont plus présents quand il s’agit de traiter d’économie et de finance, d’énergie et de transport ou encore des questions linguistiques, alors que ce n’est pas le cas à TVA. À Radio-Canada, ce sont surtout des femmes qui couvrent la défense et les conflits armés ainsi que les affaires juridiques, policières et de sécurité publique, alors qu’à TVA, ces sujets sont plutôt confiés aux hommes. À TVA, les arts et les spectacles sont l’affaire quasi exclusive des femmes alors qu’à Radio-Canada, ces sujets sont également couverts par les hommes et par les femmes. Bref, nos données ne fournissent pas d’indications claires qui permettraient de soutenir que le sexe des journalistes est un facteur déterminant des sujets de reportage auxquels les journalistes de la télévision sont affectés.

32La répartition des reportages selon les aires géographiques ne montre pas non plus de différences importantes ou systématiques entre les hommes et les femmes (voir l’annexe, tableau 3). Les données globales (toutes périodes confondues) indiquent qu’à Radio-Canada, les femmes ont proportionnellement couvert un peu plus l’information internationale que leurs collègues masculins, alors que ceux-ci ont porté un peu plus d’attention aux affaires canadiennes. Ce sont des différences qu’on n’observe pas à TVA. Par ailleurs, la comparaison des différentes époques fait aussi voir le caractère contingent de la répartition des aires géographiques entre les hommes et les femmes. À certaines époques (en 1980, 1985, 2000, 2005, 2010), les journalistes masculins de Radio-Canada consacrent, comparativement aux femmes, une plus grande part de leur couverture aux affaires canadiennes, mais cela n’a pas été le cas en 1990 et 1995. Les femmes ont proportionnellement plus couvert les affaires internationales en 1985, 1995 et 2010, mais pas en 1990, 2000 et 2005. On observe la même contingence dans le réseau privé. En 2005, les femmes de TVA ont consacré, comparativement aux hommes, une plus grande part de leur couverture aux affaires canadiennes, mais elles ont proportionnellement moins couvert qu’eux les affaires internationales ou étrangères. Or, en 2010, c’est l’inverse qui se produit.

L’influence des femmes journalistes sur la présence des femmes protagonistes

33Nonobstant le sujet traité et l’aire géographique auquel il appartient, les femmes journalistes sont-elles plus enclines que leurs collègues masculins à donner la parole à d’autres femmes ? La féminisation des salles de rédaction a-t-elle ainsi favorisé l’expression des voix féminines dans l’actualité ? On peut croire en effet que la marge de manœuvre d’un journaliste est plus importante en ce qui concerne le choix des protagonistes mis en scène et cités dans les reportages qu’en ce qui concerne le choix des sujets à couvrir. Certes, ce choix des locuteurs cités n’est pas, lui non plus, arbitraire et il doit satisfaire certaines exigences professionnelles (de pertinence, d’autorité et de crédibilité) et organisationnelles (de rapidité et d’efficacité dans l’exécution), mais on peut penser que des femmes journalistes sont davantage disposées que leurs collègues masculins à mettre en scène et à citer des femmes dans leurs reportages. Et pas seulement dans le but d’apporter leur contribution à la cause des femmes. Les journalistes cherchent tout au long de leur carrière à se distinguer de leurs collègues concurrents en se dotant d’un réseau de relations personnelles qui leur permet, sur un certain nombre de sujets qui les intéressent et même à propos d’événements officiels largement couverts, d’obtenir de l’information inédite, des points de vue originaux, des pistes d’analyse, parfois des nouvelles exclusives et des primeurs. Il se pourrait bien que les femmes journalistes cherchent à étendre leur réseau du côté des femmes, notamment auprès de celles à qui elles peuvent faire reconnaître le statut d’experte et que leurs collègues masculins sollicitent peu.

34Plusieurs chercheurs (Weaver, 1997 ; Price et Wulff, 2005 ; Cann et Mohr, 2001 ; Neveu, 2000 ; Robinson et Saint-Jean, 1998) ont constaté que les femmes journalistes ont plus tendance que leurs confrères masculins à citer et à mettre en scène des sources féminines. John B. Sutcliffe, Martha F. Lee et Walter C. Soderlund (2005), par exemple, observent que les femmes journalistes qui ont couvert des situations de crise pour les réseaux de télévision américains l’ont fait d’une manière très similaire à celle des hommes, mais elles ont davantage fait appel à des femmes en tant qu’expertes. Lynn M. Zoch et Judy Van Slyke Turk (1998), Cory L. Armstrong (2004), Geri Alumit Zeldes, Frederick Fico et Arvind Diddi (2007) ainsi que d’autres chercheurs ont aussi observé, dans différents contextes, que les femmes journalistes citent davantage de femmes dans leurs reportages que ne le font leurs collègues masculins. Ces observations sont cohérentes avec l’hypothèse selon laquelle les femmes journalistes auraient une manière un peu différente de concevoir et de pratiquer le journalisme (Van Zoonen, 1998 ; Neveu, 2000), de sorte que leur présence accrue dans les salles de rédaction contribuerait à une couverture journalistique moins stéréotypée, plus équitable et plus intéressante pour le public féminin (Mills, 1997 ; Christmas, 1997). Mais la relation entre le sexe du journaliste et le choix des sources paraît elle aussi contingente ; elle ne s’observe pas partout ni tout le temps. Plusieurs études, réalisées dans différents contextes, concluent en effet à l’absence de différences notables entre les hommes et les femmes journalistes quant à la présence de femmes parmi les protagonistes qui figurent dans les nouvelles (Creedon [dir.], 1993 ; Gallagher, 2006 ; Mills, 1997). Knut de Swert et Marc Hooghe (2010) constatent que les différences observées entre les femmes et les hommes journalistes dans le temps alloué aux femmes dans les reportages sont si ténues qu’elles confortent l’idée selon laquelle la culture professionnelle du journalisme tend à niveler les différences associées au sexe. L’étude de Carol Liebler et Susan Smith (1997) sur les correspondants politiques des réseaux américains ne montre aucune différence entre les hommes et les femmes quant au choix des sources citées. David J. Cann et Philipe B. Mohr (2001) constatent qu’il en va de même pour les journalistes australiens. Dans son étude sur la couverture de l’élection présidentielle américaine de 1996 par les quotidiens, Kimmerly Piper-Aiken (1999) n’a pas non plus observé de différences entre les femmes et les hommes journalistes quant à la présence de femmes dans les reportages. Karen Ross (2007) a fait le même constat dans une étude portant sur trois quotidiens régionaux britanniques. Dans l’étude de Monière et Fortier, qui conclut à la sous-représentation des femmes dans les nouvelles, l’échantillon analysé était constitué à 45 % pour Radio-Canada et à 43 % pour TVA par des nouvelles produites par des femmes journalistes. Les auteurs concluent que « même s’il y a eu accroissement des femmes dans les salles de nouvelles, cela n’a pas eu pour effet d’améliorer la visibilité des femmes » (2000 : 66).

35Nos données nous conduisent à une conclusion nuancée. On observe, d’une part, que la progression de la place des femmes dans le journal télévisé a été plus lente et moins marquée parmi les protagonistes des événements que chez les journalistes. La féminisation n’a pas eu d’effet d’entraînement très important. Mais, d’autre part, on constate que les femmes journalistes de la première génération (des années 1970 à 1990) ont, davantage que leurs collègues masculins, fait parler des femmes dans leurs reportages.

  • 29 Le fait que l’animation des journaux télévisés ait été plus récemment confiée à des femmes ne sembl (...)

36Pendant que la présence des femmes parmi les reporters faisait un saut considérable en passant de 7 % en 1975 à 24,2 % pour la période de 1977 à 1983 et qu’elle se maintenait à peu près à ce niveau jusqu’au milieu des années 1990 au moins, la présence des femmes protagonistes des nouvelles n’a pas progressé ; des années 1970 jusqu’en 1990, elle est demeurée stable, autour de 12 % du temps de parole. Par la suite, les voix féminines vont se faire davantage entendre, mais celle des femmes journalistes va rester nettement plus présente que celle des protagonistes mises en scène dans les nouvelles29.

Graphique 4. Proportion du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes comparativement à la proportion du temps des journalistes accordé aux femmes, selon les périodes

Graphique 4. Proportion du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes comparativement à la proportion du temps des journalistes accordé aux femmes, selon les périodes
  • 30 Différence significative à p = .06.

37Cependant, même si la présence des femmes journalistes est plus marquée que celle des femmes protagonistes des événements, il reste que les premières leur ont accordé un peu plus de temps de parole (21,7 % du temps de parole des protagonistes) que leurs collègues masculins (16,8 %)30. Cette différence caractérise les années 1975 à 1996, au cours desquelles les femmes journalistes accordent en proportion presque deux fois plus de temps de parole aux femmes (19,2 %) que leurs collègues masculins (11,0 %). Plus tard, dans les années 2000, cette différence entre les journalistes féminins et masculins tend à s’estomper ; les deux catégories de journalistes citent des femmes un peu plus souvent et dans des proportions similaires (23,3 % chez les femmes comme chez les hommes).

Graphique 5. Pourcentage du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes en fonction du sexe du journaliste responsable, selon les périodes

Graphique 5. Pourcentage du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes en fonction du sexe du journaliste responsable, selon les périodes

38Il se pourrait que les femmes journalistes qui ont travaillé dans les journaux télévisés entre le milieu des années 1970 et la fin des années 1990 et qui, d’après nos données, n’ont pas été affectées à des sujets particulièrement « féminins », aient été plus sensibles que leurs collègues masculins aux points de vue des femmes, à qui elles auraient voulu donner plus de temps de parole. Il est vraisemblable aussi que, par des effets de réseautage, les femmes journalistes aient tissé des liens personnels et professionnels avec les femmes de plus en plus actives dans les centres de décision et que celles-ci aient été plus enclines à discuter avec des femmes journalistes et à répondre à leurs questions. Si les résultats de l’analyse de contenu ne permettent pas de valider ce genre d’hypothèses, ils montrent tout de même qu’au cours de cette période, l’influence de la féminisation des salles de rédaction sur la présence dans les nouvelles des femmes protagonistes est demeurée limitée. Les femmes journalistes étaient encore largement minoritaires et elles devaient se conformer aux normes journalistiques en vigueur qui commandaient de privilégier les voix officielles très majoritairement masculines.

Tableau 3. Pourcentage du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes par des femmes journalistes à Radio-Canada et à TVA, selon les périodes

Tableau 3. Pourcentage du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes par des femmes journalistes à Radio-Canada et à TVA, selon les périodes

Ces données excluent les citations retrouvées à l’intérieur d’unités sous la responsabilité des présentateurs (des brèves lues ou des entrevues, par exemple) ou des chroniqueurs.

  • 31 Selon les totaux qui apparaissent dans ce tableau, les hommes de Radio-Canada semblent avoir eu moi (...)

Tableau 4. Pourcentage du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes par des hommes journalistes à Radio-Canada et à TVA, selon les périodes31

Tableau 4. Pourcentage du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes par des hommes journalistes à Radio-Canada et à TVA, selon les périodes31

Ces données excluent les citations retrouvées à l’intérieur d’unités sous la responsabilité des présentateurs (des brèves lues ou des entrevues, par exemple) ou des chroniqueurs.

39Par ailleurs, au cours de ces années, les femmes ont progressivement investi certains lieux de pouvoir, en commençant par des champs d’activité traditionnellement associés au « féminin » et à propos d’enjeux qui s’imposaient à elles ou qu’elles cherchaient à imposer à l’attention publique, de sorte que les journalistes, hommes et femmes, qui couvraient ces domaines les intégraient à leur réseau d’informateurs et les citaient dans leurs reportages. Puis, à mesure que les femmes ont élargi leur champ d’influence et affirmé leur présence dans tous les domaines de la vie collective, leur place dans l’espace public et dans les nouvelles, bien qu’elle soit restée largement minoritaire, a eu tendance à se normaliser, en tout cas du point de vue du travail des journalistes. Ceux-ci, hommes ou femmes, et quel que soit leur domaine de couverture, sont désormais appelés à transiger, qu’ils le veuillent ou non, avec des femmes porteuses d’une voix officielle ou en tout cas pertinente du point de vue des événements de l’actualité. Au cours des années 2000, les hommes journalistes semblent avoir adopté, à l’égard des sources qu’ils sollicitent, une approche qui, en ce qui concerne la place des femmes, est similaire à celle que pratiquaient leurs collègues féminines depuis déjà une décennie. Ce faisant, les hommes se sont-ils conformés, sous l’influence de leurs collègues féminines, à une nouvelle norme professionnelle ? Il est possible qu’une telle influence ait pu jouer. Mais les hommes ont peut-être surtout cité davantage de femmes quand celles-ci se sont imposées à eux en étant plus présentes et actives dans les domaines d’activité qu’ils couvrent et qu’elles y ont occupé des postes d’autorité. De plus, sous l’effet de la concurrence, notamment, la couverture de l’actualité par la télévision est devenue moins centrée sur les institutions, plus diversifiée en ce qui a trait aux thèmes, aux domaines d’activité et aux registres de discours, ce qui a pu favoriser la parole des femmes.

Conclusion

40La féminisation du personnel journalistique dans les deux principaux réseaux de télévision francophone au Québec ne semble pas avoir eu, à long terme, un grand effet sur la représentation des voix féminines parmi les acteurs mis en scène dans les reportages des journaux télévisés. Les affectations des journalistes et le choix des sources citées ne sont que marginalement influencés par le sexe des journalistes. Certes, la première cohorte de femmes journalistes a eu tendance à davantage citer des femmes que ne le faisaient leurs collègues masculins, même si les sujets qu’elles couvraient ne relevaient pas de thématiques particulièrement « féminines ». Mais, à partir de 2000, nous n’observons plus de différence entre les journalistes hommes et femmes quant au sexe des locuteurs à qui ils donnent la parole dans leurs reportages. Les pionnières des années 1970 et 1980 auraient-elles ainsi exercé une influence sur la pratique de leurs collègues masculins qui auraient entrepris, à leur tour, de davantage citer des femmes ? Cette hypothèse n’est pas à exclure, mais le fait est que les femmes ont été davantage citées par les journalistes des deux sexes à mesure qu’elles ont été plus présentes et plus actives dans des domaines d’activité couverts par les médias. Plus citées, mais toujours largement minoritaires : encore en 2010, leur temps de parole représente moins du quart du temps de parole des acteurs de l’actualité. Et, quand elles figurent dans l’actualité, c’est rarement dans des rôles d’autorité ou en tant que représentantes des pouvoirs. La faible présence des femmes est d’autant plus remarquable que l’évolution de l’information télévisée, aujourd’hui moins institutionnelle qu’hier et plus soucieuse de faire écho aux préoccupations des gens dans leur vie quotidienne, devrait être de nature à favoriser une plus grande représentation des voix féminines.

41Nos observations relatives à l’influence de la féminisation des salles de rédaction ne portent que sur trois variables du discours journalistique : les sujets traités, les aires géographiques et le sexe des locuteurs cités dans les reportages. Il n’est pas dit que la féminisation des salles de rédaction n’a pas contribué à transformer le discours journalistique au regard d’autres dimensions (le traitement, le ton, le style, les effets de cadrage, la place accordée au commentaire et à l’expression de la subjectivité, le rapport au public, etc.). Cependant, nos observations, aussi superficielles et parcellaires soient-elles, remettent en question l’idée selon laquelle une féminisation de la population des journalistes devrait nécessairement se traduire par une pratique journalistique différente parce que plus « féminine ». Si la féminisation des salles de rédaction se conçoit aisément en tant que phénomène démographique, en faire un facteur qui transformerait les pratiques journalistiques dans une direction claire et univoque qui serait celle d’une « féminisation » de ces pratiques implique deux conceptions peu réalistes : celle de l’existence d’un principe « féminin » dont les femmes seraient porteuses (elles en seraient l’objet) et qui, bon gré, mal gré et à moins d’un renoncement à ce principe qui les définit en tant que femmes, les ferait pratiquer le journalisme d’une manière forcément différente de celle des hommes, et celle d’une surdétermination de ce principe dans les rapports sociaux qui définissent le journalisme dans un temps et un lieu donnés. Une conception plus réaliste nous fait plutôt voir une diversité et une contingence à la fois des modalités d’intégration des femmes aux milieux et aux organisations journalistiques, des choix qu’elles font et des contraintes qui s’imposent à elles dans leur cheminement professionnel et de la place du genre dans la construction de leur identité personnelle et professionnelle. Les femmes qui, hier et aujourd’hui, pratiquent leur métier de journaliste dans les salles de rédaction comme celles de Radio-Canada et de TVA, jouissent d’une certaine marge de manœuvre professionnelle qu’elles peuvent mobiliser dans des stratégies d’action adaptées aux circonstances et à ce qu’elles pensent être et à ce qu’elles veulent devenir. Elles agissent suivant les conditions concrètes auxquelles elles font face dans l’organisation où elles travaillent, suivant les fonctions particulières qu’on leur confie et suivant finalement leurs visées personnelles et professionnelles, ce qui inclut leurs manières (au pluriel) de concevoir les rapports sociaux de sexe, dont on aurait tort de croire qu’elles sont homogènes (Ross, 2001 ; Van Zoonen, 1998 ; Damian-Gaillard, Frisque et Saitta, 2010). Parmi ces conditions concrètes, certaines présentent un caractère plus structurel, comme le fait de travailler dans une grande entreprise de presse commerciale plutôt que dans une entreprise de service public, pour y exercer un métier dont les règles ont été définies à l’échelle historique surtout par des hommes et pour des hommes. D’autres conditions ont un caractère plus conjoncturel, plus contingent, voire anecdotique, mais n’en sont pas moins déterminantes dans la vie des personnes, comme le fait pour une femme de ne pas avoir d’enfants ou d’avoir un conjoint qui accepte d’en partager la charge, le fait de se voir confier la couverture d’un domaine qui la passionne et pour lequel elle a été particulièrement bien formée, même s’il est réputé « masculin » (comme la politique, les conflits armés ou le sport professionnel). Qu’elles soient structurelles ou conjoncturelles, ces conditions organisationnelles, professionnelles, personnelles et identitaires agissent et interagissent de concert tant et si bien qu’en fin de compte, la féminisation des salles de rédaction est susceptible d’avoir, sur les contenus produits par les journalistes, hommes et femmes, des « effets émergents » diversifiés, voire contradictoires (Djerf-Pierre et Löfgren-Nilsson, 2001 ; Damian-Gaillard, Frisque et Saitta, 2010) que des données agrégées comme celles sur lesquelles se fonde notre analyse de contenu ne permettent pas de saisir.

Haut de page

Bibliographie

ARMSTRONG, Cory L. (2004), « The influence of reporter gender on source selection in newspaper stories », Journalism & Mass Communication Quarterly, 81(1), p. 139-154.

BAILLARGEON, Stéphane (2012), « Les médias, les femmes et le sexisme ordinaire », Le Devoir, 5 mars, p. B7

BASTIEN, Frédérick (2002), Écouter la différence ? Les nouvelles, la publicité et le service public en radiodiffusion. Mémoire de maîtrise en science politique, sous la direction d’André BLAIS, Montréal, Université de Montréal.

BEAUCHAMP, Colette (1987), Le silence des médias, Montréal, Éditions Remue-Ménage.

BEAUCHAMP, Colette (1992), Judith Jasmin, de feu et de flamme, Montréal, Boréal.

BERENI, Laure et al. (2012), Introduction aux études sur le genre, Bruxelles, De Boeck.

BONVILLE, Jean de (2006), L’analyse de contenu des médias. De la problématique au traitement statistique, deuxième édition, Bruxelles, De Boeck.

BOULET, Maude (2013), L’accès limité des femmes aux emplois de gestion : un plafond de verre ?, Institut de la statistique, Gouvernement du Québec [En ligne]. http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/travail-remuneration/industries/acces-femmes-gestion.pdf. Page consultée le 8 juillet 2014.

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL (2004), Briser le plafond de verre. Les femmes aux postes de direction, Genève [En ligne]. http://www.ilo.org/dyn/gender/docs/RES/292/F1522619657/Plafond % 20de % 20verrePDF.pdf. Page consultée le 8 juillet 2014.

CALHOUN, Craig (2010), « The public sphere in the field of power », Social Science History, 34(3), p. 301-335.

CANN, David J. et Philipe B. MOHR (2001), « Journalist and source gender in Australian television news », Journal of Broadcasting and Electronic Media, 35 (1), p. 162-174.

CASSIDY, William (2008), « Traditional in different degrees : The professional role conception of male and female newspaper journalism », Journal of Communication, 16, p. 105-117.

CEFRIO (2011), « Internet comme source d’information des Québécois », NETendances 2011, 2(4) [En ligne]. http://www.cefrio.qc.ca/fileadmin/documents/Publication/NET4-source_information_LR_.pdf. Page consultée le 6 mars 2013.

CHAMBERS, Deborah, Linda STEINER et Carole FLEMING (2004), Women and Journalism, New York, Routledge.

CHRISTMAS, Linda (1997), Chaps of Both Sexes : Women Decision-makers in Newspapers. Do They Make a Difference ?, London, Women in Journalism.

COLLIN, Françoise (2008), « Féminisme : les théories », Encyclopaedia universalis [En ligne]. http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-les-theories/. Page consultée le 10 janvier 2014.

CONFERENCE DES RECTEURS ET PRINCIPAUX DES UNIVERSITES DU QUEBEC (CREPUQ) (2006), Le système universitaire québécois : données et indicateurs [En ligne]. http://www.crepuq.qc.ca/IMG/pdf/indicateurs.pdf. Page consultée le 30 avril 2013.

CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES (CRTC) (1990), La représentation des femmes et des hommes dans la radiodiffusion au Canada, 1984-1988, Ottawa, Ministère des Approvisionnements et Services.

CONSEIL DU STATUT DE LA FEMME (2011), Portrait des Québécoises en 8 temps, Québec, Gouvernement du Québec.

COTTER, David A. et al. (2001), « The glass ceiling effect », Social Forces, 80(2), p. 655-682.

CRAFT, Stephanie et Wayne WANTA (2004), « Women in the newsroom : Influences of female editors and reporters on the news agenda », Journalism and Mass Communication Quarterly, 81(1), p. 124-138.

CREEDON, Pamela J. (dir.) (1993), Women in Mass Communication, Newbury Park (CA), Sage.

DAMIAN-GAILLARD, Béatrice, Cegolene FRISQUE et Eugenie SAITTA (dir.) (2010), Le journalisme au féminin. Assignations, inventions, stratégies, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

DEMERS, Frédéric (2003), « Sur l’historiographie de la télévision au Québec », Mens, 3(2), p. 233-267.

DESMOND, Roger et Anna DANILEWICZ (2010), « Women are on, but not in, the news : Gender roles in local television news », Sex Roles, 62, p. 822-829.

DE SWERT, Knut et Marc HOOGHE (2010), « Sources in Belgian news broadcasts (2003-5). When do women get a voice ? Explaining the presence of female news », European Journal of Communication, 25(1), p. 69-84.

DJERF-PIERRE, Monika et Monica LÖFGREN-NILSSON (2001), « Sex-typing in the newsroom : Feminization of Swedish television news production, 1958-2000 », communication à la 15th Nordic Conference on Media and Communication Research, Reykjavik, Islande.

DURRER, Sylvie, Nicole JUFER et Stéphanie PAHUD (2009), La place des femmes et des hommes dans la presse écrite généraliste de Suisse romande des années 80 à nos jours, Genève, Éditions Seismo.

FÉDÉRATION PROFESSIONNELLE DES JOURNALISTES DU QUÉBEC (1983), Thérèse, Janette, Hélène et les autres ou La face cachée de l’information : bilan du colloque « Les femmes et l’information », 1981-1982, Montréal, La Fédération.

GALLAGHER, Margaret (2006), Who Makes the News ?, London, World Association for Christian Communication.

GLOBAL MEDIA MONITORING PROJECT (GMMP) (2010a), Qui figure dans les nouvelles ?, Londres, Association mondiale pour la communication chrétienne (WACC).

GLOBAL MEDIA MONITORING PROJECT (GMMP) (2010b), Who Makes the News ? Canada. National Report, Londres, Association mondiale pour la communication chrétienne (WACC).

GUIONNET, Christine et Erik NEVEU (2004), Féminin/Masculin. Sociologie du genre, Paris, Armand Colin.

HALLIN, Daniel (1992), « Sound bite news. Television coverage of election 1968-1988 », Journal of Communication, 22(2), p. 5-24.

HOULE, Elizabeth Anne (2000), Women and the public sphere : exploring women’s access to participation in a democratic society. Mémoire de maîtrise en géographie, sous la direction de Peter GOHEEN, Kingston (Canada), Université Queen’s.

LAVIE, Aliza et Sam LEHMAN-WILZIG (2003), « Whose news ? Does gender determine the editorial product ? », European Journal of Communication, 18(1), p. 5-29.

LIEBLER, Carol et Susan SMITH (1997), « Tracking gender differences : A comparative analysis of network correspondents and their sources », Journal of Broadcasting and Electronic Media, 41(1), p. 58-68.

LÖFGREN-NILSSON, Monica (2010), « Le genre en pensée et en actes : le cas des informations télévisées suédoises » dans Béatrice DAMIAN-GAILLARD, Cégolene FRISQUE et Eugenie SAITTA (dir.), Le journalisme au féminin. Assignations, inventions, stratégies, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 119-152

MACÉ, Éric (2006), Les imaginaires médiatiques, une sociologie postcritique des médias, Paris, Éditions Amsterdam.

MARCHAND, Isabelle, Johanne SAINT-CHARLES et Christine CORBEIL (2007), « L’ascension professionnelle et le plafond de verre dans les entreprises privées au Québec », Recherches féministes, 20(1), p. 27-54.

MELIN-HIGGINS, Margareta (2004), « Coping with journalism. Gendered newsroom culture » dans Marjan DE BRUIN et Karen ROSS (dir.), Gender and Newsroom Culture. Identities at Work, Cresskill (NJ), Hamtpon Press, p. 197-222.

MILLS, Kay (1997), « What difference do women journalists make ? » dans Pippa NORRIS (dir.), Women, Media and Politics, Oxford, Oxford University Press, p. 41-55.

MONIÈRE, Denis et Julie FORTIER (2000), Radioscopie de l’information télévisée au Canada, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

NEVEU, Erik (2000), « Le genre du journalisme. Des ambivalences de la féminisation d’une profession », Politix, 13(51), p. 179-212.

NORTH, Louise (2009), The Gendered Newsroom : How Journalists’ Experience the Changed World of Media, Cresskill (NJ), Hampton Press.

PIPER-AIKEN, Kimmerly (1999), « Journalists and gender : An analysis of the New York Times coverage of the 1996 U.S. presidential election », communication présentée à la réunion annuelle de l’Association for Education in Journalism and Mass Communication, Nouvelle-Orléans.

PRÉJEAN, Marc (1994), Sexes et pouvoir, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

PRICE, Cindy et Shaun WULFF (2005), « Does sex make a difference ? Job satisfaction of television network news correspondents », Women’s Studies in Communication, 28(2), p. 207-234.

PROJETJ.CA (2012), Les femmes en journalisme en chiffres, Observatoire du journalisme [En ligne]. http://projetj.ca/article/les-femmes-en-journalisme-en-chiffres. Page consultée le 16 janvier 2014.

ROBINSON, Gertrude J. (2008), « Feminist approaches to journalism studies : Canadian perspectives », Global Media Journal — Canadian Edition, 1(1), p. 123-136.

ROBINSON, Gertrude J. et Armande SAINT-JEAN (1998), « Canadian women journalists : The <other half> of the equation » dans David WEAVER (dir.), The Global Journalist, Cresskill (NJ), Hampton Press, p. 349-370.

ROSS, Karen (2001), « Women at work : Journalism as en-gendered practice », Journalism Studies, 2(4), p. 531-544.

ROSS, Karen (2007), « The journalist, the housewife, the citizen and the press. Women and men as sources in local news narratives », Journalism, 8(4), p. 449-473.

ROSS, Karen et Cynthia CARTER (2011), « Women and news : A long and winding road », Media, Culture and Society, 33(8), p. 1148-1165.

SAINT-JEAN, Armande (2000), « L’apport des femmes au renouvellement des pratiques professionnelles : le cas des journalistes », Recherches féministes, 13(2), p. 77-93.

SCOTT, W. Joan (1986), « Gender : A useful category of historical analysis », The American Historical Review, 91(5), p. 1053-1075.

SECRÉTARIAT À LA CONDITION FÉMININE (s.d.), Partage du pouvoir. Haute fonction publique, Québec, Gouvernement du Québec [En ligne]. http://www.scf.gouv.qc.ca/index.php?id=135. Page consultée le 29 janvier 2014.

SHOEMAKER, Pamela et Stephen D. REESE (1996), Mediating the Message. Theories of Influences on Mass Media Content, White Plains (NJ), Longman.

SODERLUND, Walter C., Stuart H. SURLIN et Walter ROMANOW (1989), « Gender in Canadian local television news : Anchors and reporters », Journal of Broadcasting & Electronic Media, 33(2), p. 187-196.

SREBERNEY, Annabelle et Liesbet VAN ZOONEN (2000), « Gender, politics and communication : An introduction » dans A. SREBERNEY et L. VAN ZOONEN, Gender, Politics and Communication, Cresskill, Hampton Press, p. 1-20.

SUTCLIFFE, John B., Martha F. LEE et Walter C. SODERLUND (2005), « Women and crisis reporting : Coverage of television news coverage of political crises in the Caribbean », Harvard International Journal of Press/Politics, 10, p. 99-124.

TREMBLAY, Manon (2000), « Femmes politiques et médias : éléments de réflexion », Recherches féministes, 13(2), p. 131-136.

VAN ZOONEN, Liesbet (1994), Feminist Media Studies, London, Sage.

VAN ZOONEN, Liesbet (1998), « Rethinking women and the news ». European Journal of Communication, 3(1), p. 35-53.

WALBY, Sylvia (1994), « Is citizenship gendered ? », Sociology, 28(2), p. 379-395.

WEAVER, David H. (1997), « Women as journalists » dan Pippa NORRIS (dir.), Women, Media, and Politics, Oxford, Oxford University Press, p. 21-40.

WEAVER, David et G. Cleveland WILHOIT (1992), The American Journalist. A Portrait of US News People and Their Works, Bloomington, Indiana University Press.

ZELDES, Geri Alumit, Frederick FICO et Arvind DIDDI (2007), « Race and gender : An analysis of the sources and reporters in local television coverage of the 2002 Michigan gubernatorial campaign », Mass Communication and Society, 10, p. 345-363.

ZOCH, Lynn M. et Judy VAN SLYKE TURK (1998), « Women making news : Gender as a variable in source selection and use », Journalism and Mass Communication Quarterly, 75(4), p. 762- 775.

Haut de page

Annexe

Tableau 1. Répartition des journaux télévisés de l’échantillon

Tableau 2. Répartition en pourcentage des thèmes des unités en fonction du sexe du journaliste responsable et de la période

Ces données excluent les unités sous la responsabilité des présentateurs (des brèves lues ou des entrevues, par exemple) ou des chroniqueurs. Les cases en jaune indiquent les différences de proportions statistiquement significatives à p ≤ .05.

Tableau 3. Répartition en pourcentage des aires géographiques des unités en fonction du sexe du journaliste responsable et de la période

Ces données excluent les unités sous la responsabilité des présentateurs (des brèves lues ou des entrevues, par exemple) ou des chroniqueurs. Les cases en jaune indiquent les différences de proportions statistiquement significatives à p ≤ .05.

Haut de page

Notes

1 Pour l’étude de 2010 (GMMP, 2010a), les chercheurs ont analysé pas moins de 16 734 reportages publiés le 10 novembre 2009 par 1 281 journaux et stations de radio et de télévision dans 108 pays.

2 Le corpus canadien est constitué de 279 nouvelles publiées dans 24 médias, dont seulement 3 proviennent du Québec (un quotidien de langue anglaise, The Gazette, un quotidien de langue française à faible tirage, Le Devoir, un site Internet d’information en langue française, Canoë.ca) ; aucune station de télévision de langue française et aucun réseau de télévision de langue anglaise dont la tête de réseau est au Québec n’ont été retenus. L’étude ne dit pas comment se distribuent, dans les 24 médias retenus, les 279 nouvelles qui constituent l’échantillon canadien.

3 Dans un échantillon de 2 673 nouvelles diffusées par Radio-Canada, TVA et CBC en 1998, Monière et Fortier (2000) ont observé que 22 % des locuteurs à TVA, 19 % à Radio-Canada et 21 % à la CBC étaient des femmes et que leur point de vue était sollicité le plus souvent à titre de citoyennes et rarement en tant que protagonistes des événements ou en tant qu’expertes. À partir d’un échantillon d’une taille comparable, Bastien (2002) arrive à des résultats similaires : en 2000, 24 % des locuteurs entendus dans les journaux télévisés de TVA et de Radio-Canada étaient des femmes.

4 Statistique Canada, Enquête nationale auprès des ménages de 2011. http://www.statcan.gc.ca/. Page consultée le 7 juillet 2014.

5 Elle le demeure, mais on ne sait pas encore pour combien de temps, car un public de plus en plus grand et de tous les âges s’informe dorénavant par l’intermédiaire d’Internet (Cefrio, 2011).

6 À ces facteurs techniques et économiques s’ajoute une conception selon laquelle l’intérêt pour les événements d’actualité est par définition éphémère et qu’il n’y a pas lieu de conserver les émissions qui s’y consacrent. S’ajoute aussi, il faut le dire, une négligence collective à l’égard de la conservation des œuvres télévisuelles, négligence qui a à voir avec une indifférence, voire un certain mépris des milieux intellectuels à l’égard de la télévision (Demers, 2003).

7 Quand nous avions suffisamment de bulletins de nouvelles pour le faire, nous avons établi nos échantillons en suivant la méthode des « semaines construites » (Bonville, 2006), c’est-à-dire en choisissant au hasard quatre éditions de journaux télévisés pour chaque jour de la semaine, à l’exclusion du samedi et du dimanche. Le corpus pour une année est donc constitué, dans la mesure du possible, de 20 journaux télévisés, dont 4 pour chaque jour de la semaine.

8 Cela n’a pas été possible dans le cas de Radio-Canada pour le début des années 1960 puisque nous n’avons retrouvé pour cette période qu’un journal télévisé en 1961 et quatre en 1962. Dans le cas de TVA, nous n’avons retrouvé qu’un seul bulletin de nouvelles pour la période de 1975-1977 et seulement trois pour la période 1979-1983. Nous les avons tout de même intégrés à notre corpus de manière à pouvoir faire porter notre regard le plus loin possible dans le passé. Pour le détail de la composition du corpus, voir l’annexe, tableau 1.

9 Sur ces stéréotypes, voir par exemple Préjean (1994) et Durrer, Jufer et Pahud (2009).

10 Nous marquons par des guillemets de distanciation les termes de féminin et de masculin quand ils renvoient à cette division stéréotypée du monde.

11 Le « plafond de verre » désigne les barrières souvent invisibles (structure et réseau de pouvoir, culture organisationnelle, préjugés, conciliation du travail et de la famille, etc.) qui freinent l’ascension professionnelle des femmes dans les organisations. Voir notamment Boulet (2013), Bureau international du travail (2004), Marchand, Saint-Charles et Corbeil (2007), Cotter et al. (2001).

12 Nous insistons ici sur le cas de la presse d’actualité pour suggérer que les valeurs professionnelles transmises dans d’autres contextes où se pratiquent l’une ou l’autre des nombreuses déclinaisons du journalisme peuvent varier et laisser aux individus, particulièrement aux femmes, un degré plus élevé de liberté.

13 Les résultats d’un sondage auprès de 456 journalistes américains de la presse écrite indiquent que les femmes auraient de leur métier une conception plus traditionnelle que celle des hommes (Cassidy, 2008). Elles valorisent autant qu’eux le rôle d’interprète et d’enquêteur, mais elles valorisent davantage qu’eux le rôle plus traditionnel de relais de l’information (disseminator role). William Cassidy conclut que les femmes ont incorporé dans leur performance professionnelle les normes male-centric du journalisme traditionnel.

14 Nous avons mesuré la place des femmes dans les nouvelles des journaux télévisés par leur temps de parole. Les données présentées dans le présent article sont des proportions calculées sur le temps du journal télévisé consacré à l’information sur l’actualité, ce qui inclut les nouvelles lues par le présentateur, les reportages, les conversations, les entrevues et les analyses. Sont exclus les segments d’introduction, de transition et de conclusion, les manchettes, ainsi que les segments consacrés à la météo, aux résultats de la loterie et aux nouvelles sportives.

15 Cette proportion du temps de parole accordé aux femmes est du même ordre de grandeur que les proportions de locutrices calculées en 1998 par Monière et Fortier (2000) et en 2000 par Bastien (2002).

16 À moins d’indications contraires, les différences de proportions que nous présentons dans le présent article sont significatives à p ≤ 0,05.

17 Les Lignes directrices concernant la représentation à l’antenne des personnes des deux sexes font partie de la Politique des programmes de Radio-Canada. Elles ont pour objectif d’assurer la représentation équitable des personnes des deux sexes, y compris les enfants, dans les émissions et les annonces publicitaires diffusées à l’antenne de la CBC/Radio-Canada. En vertu de ces lignes directrices, entrées en vigueur en septembre 1993, Radio-Canada doit, dans sa programmation prise dans son ensemble : « 1. Refléter de façon réaliste la place qu’occupent les femmes et les hommes de la société canadienne contemporaine et reconnaître leur égalité intellectuelle et affective ; 2. Présenter des femmes et des hommes de différents âges, de différents aspects physiques, d’opinions et intérêts variés, dans la gamme des fonctions et des rôles qu’ils et elles exercent, incluant les fonctions et rôles non traditionnels ; 3. Interdire les stéréotypes injustifiés ou hors contexte ; 4. Représenter les femmes, tout comme les hommes, comme des personnes qui ont des expertises, de l’autorité, et qui exercent des professions, dans divers contextes, activités et circonstances ; 5. Représenter les femmes et les hommes comme des partenaires égaux, qui se partagent les tâches et les responsabilités et qui profitent également de produits et de services ; 6. Dans les émissions à contenu journalistique solliciter l’opinion de femmes, comme celle d’hommes, sur les différentes questions d’intérêt public ; 7. Chercher à atteindre un équilibre dans l’utilisation de voix hors champ féminines et masculines » (Site de CBC/Radio-Canada.[En ligne]. http://cbc.radio-canada.ca/fr/rendre-des-comptes-aux-canadiens/lois-et-politiques/programmation/politique-des-programmes/1-1-3. Page consultée le 14 janvier 2014.)

18 Dans les 5 bulletins de nouvelles qui constituent le corpus de 1961-1962, nous comptons seulement 10 citations qui totalisent 8 minutes et 18 secondes, soit l’équivalent de 2 citations d’une durée de 50 secondes par bulletin de nouvelles. En comparaison, dans l’échantillon de 2010, chaque journal compte un plus grand nombre de citations (une cinquantaine), mais d’une durée beaucoup plus courte (8,5 secondes en moyenne). Sur la diminution de la durée des citations dans les journaux télévisés, voir Hallin (1992).

19 À titre indicatif, les femmes représentaient avant les élections provinciales de 2014 35 % des membres du conseil des ministres du gouvernement québécois, 33 % des membres de l’Assemblée nationale, 35,7 % des sous-ministres en titre, 42,7 % des sous-ministres associés ou adjoints, 28,2 % des présidents d’organismes gouvernementaux. Entre 1993 et 2012, le pourcentage de postes de cadres dans la fonction publique occupés par des femmes est passé de 12 % à près de 43 %. Aux élections municipales de 2013, 17 % des maires et de 32 % des conseillers municipaux élus étaient des femmes. Elles sont majoritaires aux études universitaires de premier cycle depuis 1987, de deuxième cycle depuis 1994 (CREPUQ, 2006) et elles ont aujourd’hui atteint la parité avec les hommes au troisième cycle (Conseil du statut de la femme, 2011).

20 Le locuteur individuel est celui dont la parole n’engage que lui-même (l’expert, le témoin, le citoyen, la victime, le consommateur, etc.) alors que le locuteur porte-parole parle au nom d’une organisation. Aux fins de cette comparaison, les acteurs politiques (élus ou candidats) ont été considérés comme des locuteurs porte-parole d’un parti, d’un groupe politique ou d’un électorat.

21 Sur ce plan, Radio-Canada et TVA ne présentent pas de différences statistiquement significatives.

22 Dans ces deux cas, les différences sont statistiquement significatives à p = .10.

23 À la fin des années 1960, elle était déjà une journaliste célèbre, reconnue entre autres choses pour s’être imposée par son intelligence et sa rigueur dans un univers typiquement masculin et où elle occupera des fonctions prestigieuses. Un pavillon universitaire ainsi qu’un prix, décerné chaque année depuis 1975 par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec pour récompenser les meilleurs reportages de la presse écrite et audiovisuelle québécoise, portent son nom.

24 Elles participent notamment à des émissions qui ont marqué leur époque, comme Carrefour, Reportage, Aujourd’hui, Format 30, Conférence de presse et Femmes d’aujourd’hui.

25 Radio-Canada s’est dotée en 1986 d’un Bureau de l’équité en matière d’emploi, dont le mandat a été de proposer des mesures relatives à l’équité en emploi pour tout son personnel. Radio-Canada doit répondre non seulement aux exigences du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) et aux politiques du gouvernement fédéral en ces matières, mais aussi aux attentes du public qui exprime, à cet égard comme à bien d’autres, des exigences plus élevées envers le service public qu’envers l’entreprise privée.

26 La présence féminine serait plus importante encore si l’on tenait compte de la présence des femmes à qui l’on a traditionnellement confié la présentation de la météo.

27 Il convient de rappeler ici que nos analyses portent sur les nouvelles et excluent les segments spécialisés, comme le sport et la météo, où une division « genrée » du travail a été pendant longtemps la norme plutôt que l’exception.

28 Les conflits de travail étaient nombreux à cette époque et ceux couverts par les femmes reporters ne se limitent pas à des domaines d’emploi à prédominance féminine. Certes, elles ont produit deux reportages sur des grèves dans le monde hospitalier, mais elles ont aussi couvert un conflit de travail chez un fabricant de moteurs d’avion, une journée de débrayage de protestation contre les mesures anti-inflationnistes du gouvernement, une grève à Hydro-Québec et une grève générale en Grèce.

29 Le fait que l’animation des journaux télévisés ait été plus récemment confiée à des femmes ne semble pas non plus avoir eu d’influence directe sur la présence des femmes dans les nouvelles. De 2000 à 2010, la présence des femmes cheffes d’antenne a fait un bond considérable alors que, pendant cette période, la présence des femmes protagonistes des nouvelles n’a que peu progressé. Cela tendrait à confirmer l’hypothèse selon laquelle les normes relatives à la sélection des sources d’information et des acteurs cités dans les nouvelles ne changent pas du simple fait que plus de femmes sont présentes dans la salle de rédaction ou sur le plateau.

30 Différence significative à p = .06.

31 Selon les totaux qui apparaissent dans ce tableau, les hommes de Radio-Canada semblent avoir eu moins tendance que leurs collègues de TVA à citer des femmes dans leurs reportages, mais cet apparent manque d’intérêt des hommes de Radio-Canada envers la parole des femmes s’explique par le fait que les échantillons de Radio-Canada remontent plus loin dans le temps que ceux de TVA, jusqu’à une époque où les femmes étaient absentes des journaux télévisés, tant comme reporters que comme protagonistes des événements. Car, depuis le milieu des années 1980, la pratique des hommes de Radio-Canada en ce qui concerne les sources féminines n’est pas différente de celle des hommes de TVA.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Pourcentage du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes à Radio-Canada et à TVA, selon les périodes
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5127/img-1.png
Fichier image/png, 48k
Titre Graphique 1. Pourcentage du temps de parole accordé aux protagonistes des nouvelles cités à titre individuel en fonction du sexe et de la période
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5127/img-2.png
Fichier image/png, 50k
Titre Graphique 2. Proportion du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes, selon les thèmes des unités d’information
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5127/img-3.png
Fichier image/png, 138k
Titre Graphique 3. Pourcentage du temps de parole des femmes journalistes sur le temps de parole total des journalistes en fonction de la période, à Radio-Canada (SRC) et à TVA
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5127/img-4.png
Fichier image/png, 52k
Titre Tableau 2. Pourcentage du temps de parole de l’équipe du journal télévisé accordé aux femmes à Radio-Canada et à TVA, selon les périodes
Légende Ces données portent sur le temps du journal télévisé consacré aux nouvelles (les nouvelles lues par le présentateur ainsi que les reportages des journalistes) et excluent les segments d’introduction, de transition et de conclusion, les manchettes, ainsi que les segments consacrés à la météo, aux résultats de la loterie et aux nouvelles sportives.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5127/img-5.png
Fichier image/png, 62k
Titre Graphique 4. Proportion du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes comparativement à la proportion du temps des journalistes accordé aux femmes, selon les périodes
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5127/img-6.png
Fichier image/png, 55k
Titre Graphique 5. Pourcentage du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes en fonction du sexe du journaliste responsable, selon les périodes
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5127/img-7.png
Fichier image/png, 52k
Titre Tableau 3. Pourcentage du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes par des femmes journalistes à Radio-Canada et à TVA, selon les périodes
Légende Ces données excluent les citations retrouvées à l’intérieur d’unités sous la responsabilité des présentateurs (des brèves lues ou des entrevues, par exemple) ou des chroniqueurs.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5127/img-8.png
Fichier image/png, 55k
Titre Tableau 4. Pourcentage du temps de parole des protagonistes accordé aux femmes par des hommes journalistes à Radio-Canada et à TVA, selon les périodes31
Légende Ces données excluent les citations retrouvées à l’intérieur d’unités sous la responsabilité des présentateurs (des brèves lues ou des entrevues, par exemple) ou des chroniqueurs.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5127/img-9.png
Fichier image/png, 60k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5127/img-10.png
Fichier image/png, 118k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5127/img-11.png
Fichier image/png, 273k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5127/img-12.png
Fichier image/png, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Charron, Marilou St-Pierre et Geneviève Drolet, « La parole des femmes dans les journaux télévisés au Québec, 1961-2010  », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/5127 ; DOI : 10.4000/communication.5127

Haut de page

Auteurs

Jean Charron

Jean Charron est professeur au Département d’information et de communication à l’Université Laval. L’auteur remercie la professeure Josette Brun ainsi que les évaluateurs anonymes pour leurs commentaires. Courriel : Jean.Charron@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Marilou St-Pierre

Marilou St-Pierre est doctorante à l’Université Concordia (Montréal). L’auteure remercie la professeure Josette Brun ainsi que les évaluateurs anonymes pour leurs commentaires. Courriel : stpierre.marilou@gmail.com

Geneviève Drolet

Geneviève Drolet est doctorante à l’Université Laval. L’auteure remercie la professeure Josette Brun ainsi que les évaluateurs anonymes pour leurs commentaires. Courriel : genevieve.drolet.1@ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org