Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Paul LAFRANCE, Anne-Marie LAULAN et Carmen RICO DE SOTELO (dir.), Place et rôle de la communication dans le développement international

Québec, Presses de l’Université du Québec, 2006
Guy Pelachaud
p. 253-269
Référence(s) :

Jean-Paul LAFRANCE, Anne-Marie LAULAN et Carmen RICO DE SOTELO (dir.) (2006), Place et rôle de la communication dans le développement international, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Texte intégral

1Héritage du positivisme, le concept de développement qu’il convient de ne pas confondre avec les notions de croissance et de progrès, a longtemps été perçu comme une évidence, une aspiration universelle, le bonheur de tous pouvant être assuré par le progrès et la croissance sans limite de la production de biens et services. Aujourd’hui, après beaucoup d’échecs, les politiques de développement sont remises en cause. Certains pays vont même jusqu’à refuser les aides au développement voire même l’aide humanitaire comme ce fut le cas de l’Inde lors du tsunami de décembre 2004. Comment, pourquoi en est-on arrivé là ?

2Le propos des auteurs de cet ouvrage, modeste par sa taille, ambitieux dans son propos, n’est pas de proposer de nouvelles solutions mais d’analyser la représentation que les différents acteurs du Nord comme du Sud se sont faite et se font de la notion de développement en attirant l’attention sur son corollaire, la communication. Analyser en quelques pages les politiques de développement et le parcours, au cours du demi-siècle écoulé, des pays latino-américains, de l’Afrique et de l’Asie est une gageure. Les auteurs n’ont donc pas cherché l’exhaustivité. Ils se sont placés dans le cadre d’une démarche théorique et ont choisi des exemples destinés à illustrer leurs thèses.

3Une première partie est consacrée à une analyse critique des modèles de développement et de leur communication. Des chapitres, à la fois descriptifs et théoriques, analysent dans une deuxième et une troisième parties, quelques expérimentations dans les domaines de la santé, de l’environnement, des médias et d’Internet, avant d’évoquer la mise en œuvre de nouveaux modèles de développement et de communication prenant en compte les particularités régionales en Amérique latine, en Asie et en Afrique. La quatrième et dernière partie est consacrée aux perspectives d’avenir, à l’irruption de la société civile, à la nécessité d’accorder une place prépondérante aux diversités culturelles et à l’obligation, en conséquence, de privilégier de nouveaux concepts et modes de communication.

  • 1 Michèle Gendreau-Massaloux, recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie.
  • 2 Claude Albagli, président de l’Institut CEDIMES.
  • 3 Anne-Marie Laulan, « Modèles de communication et politiques de développement » : 161-164.

4Chaque chapitre a été rédigé par des auteurs différents, illustrant l’indispensable pluralisme scientifique et la diversité culturelle des approches. Cette multiplicité des approches rend parfois la lecture peu facile d’autant plus que chacun des auteurs a été amené à concevoir son chapitre comme un tout, ce qui n’est pas sans provoquer quelques redites. C’est pourquoi, afin d’assurer l’homogénéité de l’ouvrage, les animateurs de ce travail collectif ont jugé utile de faire précéder l’ouvrage d’une préface1, d’un avant-propos2 et d’une introduction et de le faire suivre par une conclusion3 et une postface. Au terme de notre parcours de lecture, nous n’avons pas regretté les efforts que nous avons dû faire pour appréhender cet ouvrage riche et complexe comme la réalité qu’il s’efforce d’analyser et nous partageons le point de vue qu’Amadou Top présente dans la conclusion de sa postface : « À n’en pas douter, il s’agit d’une contribution majeure à l’approfondissement des débats en cours sur la société d’information dont on ne réaffirmera jamais assez la nécessité d’en avoir une conception plurielle. »

Le concept du développement, son histoire, ses enjeux

5Selon Jean-Paul Lafrance (« Cinquante ans d’histoire du développement international selon trois grands paradigmes de communication » : 9-28), il est nécessaire de faire l’histoire de la notion de développement pour montrer que, s’il y a eu tant d’échecs, ils ne sont pas attribuables seulement à une « mauvaise communication » entre les acteurs. L’auteur considère avec Gilbert Rist (1996) que le « développement » est une utopie, un élément de la religion moderne établissant depuis Descartes la prééminence de la raison, la nécessité du progrès de la connaissance. Trois postulats sous-tendent cette notion : chaque société est en mesure de devenir une nation industrielle, les sociétés les plus avancées préfigurent l’avenir, le rattrapage sera rapide et volontariste.

La naissance du concept de développement

6Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis sont devenus une super puissance, les pays européens sont exsangues et englués dans leur passé colonial. C’est dans ce contexte que le président américain Truman déclara : « Il nous faut lancer un nouveau programme qui soit ambitieux et qui mette les avantages de notre avance scientifique et de notre pensée industrielle au service de l’amélioration et de la croissance des régions sous-développées. » Quelques mois plus tard, l’Assemblée générale des Nations Unies approuva la création du programme élargi d’assistance technique puis le transfert de capitaux du Nord vers le Sud par l’intermédiaire de la Banque mondiale.

7Le paradigme développementiste sous-jacent à ce discours a été théorisé par Rostow (1960), qui considérait que la société traditionnelle était le degré zéro de l’histoire et l’industrialisation comme un processus irréversible suivant obligatoirement le même chemin que celui tracé par les pays développés. Aux États-Unis, le trio d’universitaires – Lerner (1958), Schramm (1963), Rogers (1983) – apparaît comme le fer de lance de l’appareil idéologique mis en place pour l’encadrer. Selon la théorie de ces « modernistes », les techniques et méthodes communicationnelles employées relèvent d’un modèle linéaire, allant du haut vers le bas, axé sur l’individu et non sur la société et destinées à changer les mentalités en s’appuyant sur les médias de masse. Les spécificités culturelles sont considérées comme des obstacles à surmonter en vue d’obtenir les résultats souhaités en matière de comportements individuels et les problèmes résultant de facteurs externes comme les inégalités et les injustices structurelles, sont ignorés. Cette idéologie, essentiellement étatsunienne, a pris le relais de l’esprit colonial des pays européens ; elle s’inscrit dans la croyance en l’extension planétaire de l’économie de marché et en la force civilisatrice de la technologie. D’une certaine façon, les médias de masse ont pris le relais de l’esprit missionnaire.

Le point de vue des « dépendantistes »

8La Conférence Afrique-Asie (Bandung, avril 1955) marque la naissance de ce que l’on a appelé le tiers-monde et le début de la remise en cause du concept développementiste. Les pays latino-américains absents à Bandung auront de leur côté leur mouvement de libération, les dependencias.

9Les théoriciens du paradigme de la dépendance considèrent que les problèmes du sous-développement ne sont pas attribuables à la mentalité « primitive » des peuples mais aux relations inégales entre le Nord et le Sud, entre les élites urbaines et les zones rurales du Sud. Ce sont les pays développés qui imposent leur programme aux pays qu’ils aident, que ce soit en matière d’environnement, de droits humains, de droit de la femme, de bonne gouvernance, etc. D’autant plus que l’aide comporte souvent en contrepartie bon nombre d’obligations comme le devoir de rembourser l’argent prêté au détriment du maintien des crédits à la santé, à l’éducation et aux autres services essentiels, sans parler des pays donateurs qui considèrent l’aide au développement comme une extension de leur commerce extérieur pour écouler des produits excédentaires, des biens de consommation superflus comme des produits de grandes marques, des céréales stériles, ou des biens impliquant une dépendance économique comme les médicaments sous brevets ou les produits informatiques.

10Pour sortir de l’assistance sociosanitaire, les pays concernés ont besoin d’infrastructures de transport et de communication, d’institutions financières fiables, d’une administration publique honnête, de formation de main-d’œuvre, de commerce équitable. Certains dépendantistes vont d’ailleurs jusqu’à préconiser l’autosuffisance, le rejet de l’aide au développement. La souveraineté économique et politique, enfin, ne saurait se faire sans que soit brisée la domination culturelle qui caractérise les relations Nord-Sud. Tant que les médias seront contrôlés par les pays du Nord, ils ne pourront jouer le rôle de vecteur de changement social.

11Ces réflexions donnent lieu à des oppositions radicales et des affrontements, sur le plan international, animés par le Mouvement des pays non alignés qui s’était prononcé en faveur d’un nouvel ordre international de l’économie.

La croissance durable

12À partir des années 1970, on a commencé à s’interroger sur les capacités des ressources nécessaires à poursuivre la croissance économique et sur les conséquences pour les générations futures de la dégradation environnementale (Meadows, Club de Rome, 1972) ainsi que sur les politiques de développement (Dag Hammarskjöld, 1975). Mais c’est à la fin des années 1980 que la notion de développement durable est née (Bruntland, 1987) et il a fallu attendre le début des années 1990, c’est-à-dire la disparition de l’URSS et l’hégémonie sans partage de l’économie de marché, pour que le développement durable devienne un objectif politique (PNUD, 1991 ; Sommet de la Terre, Rio de Janeiro, 1992).

13Cette série de rapports et de rencontres préconise une nouvelle gouvernance fondée sur le dialogue et la négociation, la recherche d’un consensus et l’action concertée. Dans ce contexte, la communication apparaît comme une démarche planifiée s’appuyant sur des médias traditionnels mais aussi sur des processus participatifs. Cette décennie fut également marquée par l’émergence de la société civile caractérisée notamment par le rôle grandissant des organisations non gouvernementales : Médecins sans frontières (MSF), Greenpeace, le Fonds mondial pour la nature (WWF), l’Unicef et d’autres organisations caritatives, religieuses ou civiles.

14En ce début du xxie siècle, la situation dans le monde a considérablement changé. Des pays émergents sont apparus : les pays du Golfe et du Sud-Est asiatique. La Chine, l’Inde et le Japon atteignent des taux de croissance record, l’Afrique du Sud et le Brésil sont peut-être en train de décoller. Le grand échec des politiques de développement reste l’Afrique et plusieurs pays d’Amérique latine et d’Asie.

15Le concept de développement durable introduit la prise en compte des facteurs environnementaux, éthiques, sociaux et économiques à un niveau mondial. Entrent désormais en ligne de compte dans l’évaluation (financière) d’un groupe la notoriété, l’image, la réputation, l’éthique, le respect de la protection de l’environnement. L’industrie du tourisme s’oriente également vers un « tourisme responsable, solidaire, éthique ». Reste à savoir si ces choix d’entreprises ne sont qu’un leurre pour augmenter les rentes des actionnaires, s’interroge A.-M. Laulan (p. 59).

Le paradigme du développement est indissociable de son modèle de communication

16Les années de la décennie 1970 furent marquées par beaucoup de désillusion et de désenchantement : la volonté d’autarcie de certains pays s’est souvent soldée par des affrontements politiques dégénérant en guerre civile ; en Amérique latine, le Chili, l’Argentine, le Pérou, la Bolivie connurent des dictatures militaires soutenues par les États-Unis. La crise du pétrole enfin a fait éclater le tiers-monde en deux blocs : d’un côté les pays producteurs de pétrole, de l’autre les pays démunis de ressources naturelles.

17En mai 1974, l’ONU vote la déclaration concernant l’instauration d’un nouvel ordre de l’information et de la communication (NOMIC). Il s’agit d’une réponse partielle aux exigences des Pays non alignés. L’idée d’une démocratisation de la communication à tous les niveaux se fraie un chemin au point qu’en 1980, l’Unesco adopte les conclusions du rapport MacBride, Voix multiples, un seul monde qui prévoit, entre autres mesures, la démocratisation des communications et des ressources de l’information, la défense des identités culturelles, des mesures pour surmonter les déséquilibres dans les flux d’informations perçus comme un obstacle au développement, à la souveraineté économique et politique. Bien qu’il ait été le résultat d’un compromis, ce rapport ne fut jamais accepté par les États-Unis ni par l’URSS trop soucieux de défendre leur sphère d’influence en pleine guerre froide.

18Au cours de cette période, des analyses critiques des médias mettent en évidence l’hégémonie du modèle étatsunien par le contenu qu’il véhicule et surtout par la façon d’organiser la télévision et la production des émissions grand public, de type commercial, soutenues par la publicité et axées sur le divertissement (Schiller, 1992 ; Mattelart, 1978 ; Tunstall, 1977). Mais ce qui retient le plus l’attention des animateurs et des auteurs de cet ouvrage, ce sont les démarches concrètes remettant en cause le paradigme diffusionniste dont témoignent les exemples cités dans le domaine de la santé et de l’environnement ainsi que l’importance accordée aux modes d’appropriation des technologies de l’information et de la communication ainsi que des médias.

Deux domaines illustrent les limites du paradigme diffusionniste : la santé et l’environnement

  • 4 Projet de consortium des Universités latino-américaines, La Iniciativa de Communicación. Proyecto d (...)

19Face aux risques d’épidémies, la santé est devenue une préoccupation pour les gouvernements et les organisations internationales qui ont recours à des stratégies de communication visant à influencer les décisions individuelles et collectives. Au départ, la diffusion de l’information était considérée comme suffisante pour atteindre les objectifs. Des limites sont rapidement apparues et plusieurs approches théoriques concurrentes ont été mises en œuvre comme en témoignent Lise Renaud et Carmen Rico de Sotelo (« Communication pour la santé. De multiples approches théoriques »31-43). Il y a notamment l’approche qui préconise la conscientisation et l’autonomisation, à l’exemple du programme Naître égaux, grandir en santé amorcé en 1994, et s’adressant aux femmes enceintes peu scolarisées et dont le revenu familial se situait en deçà du seuil de pauvreté. Il y a aussi l’approche du nouveau développement qui préconise une participation active des populations et met les individus au centre du dispositif communicationnel. Ce changement qualitatif est de taille sur le plan théorique : il s’agit de réaliser le passage progressif du patient à l’usager, puis au citoyen ainsi qu’en témoigne le Projet de consortium des Universités latino-américaines (2005)4.

20Comme le note Anne-Marie Laulan (« Environnement et communication : 55-62), si la pauvreté, le retard économique, le déficit démocratique pouvaient être « localisés » et « contenus » dans la notion vague de « pays moins avancés », les problèmes majeurs de notre époque comme les menaces sur l’environnement font exploser ce schéma. Désormais, le quart-monde se rencontre aux portes de toutes les mégapoles, la pollution, l’effet de serre, les catastrophes climatiques n’épargnent aucun continent. Malgré ce constat, la communication sur l’environnement rencontre des obstacles.

21Il y a tout d’abord l’attitude de ces entreprises pollueuses capables d’adopter un discours vertueux fondé sur des principes éthiques intransigeants et validé par des rapports « certifiés ». Il y a celles qui préfèrent provisionner des fonds pour payer les amendes après avoir utilisé toutes les ruses juridiques pour contourner la législation. Il y a aussi la divergence d’intérêt que l’on rencontre partout dans le monde concernant l’accès à l’eau, la mise en œuvre de barrages, les OGM, les brevets pharmaceutiques. Par ailleurs, il n’est pas facile de partager les savoirs et le rapport romantique à la nature des philosophies occidentales ne rencontre que peu d’échos dans les populations autochtones. Ainsi, on voudrait interdire aux Inuits de tuer des phoques indispensables à leur nourriture alors que depuis des siècles, ils ont su trouver eux-mêmes les quotas respectant les équilibres.

22Autre obstacle : la différence de perception du temps (court et long terme) qu’ont les politiques et les chercheurs, les industriels et les inventeurs ainsi que la méconnaissance des valeurs, des rites sociaux et religieux des populations concernées. Ainsi, de nombreuses organisations non gouvernementales installées à proximité de villages et cherchant à protéger la nature adoptent, à leur corps défendant, des attitudes proches de celles des missionnaires des anciens colonisateurs. Cette attitude est d’autant moins bien perçue que ces « missionnaires » sont pourvoyeurs de crédits, concepteurs de projets, persuadés d’être les militants autoproclamés de la diversité culturelle des populations locales.

23Aujourd’hui, il n’est plus admis que des « experts » étrangers, fussent-ils anthropologues, viennent décrire, puis prescrire de nouvelles règles de conduite concernant les territoires, les pâturages, la forestation. La politisation du débat sur les savoirs indigènes ne peut plus être ignorée d’autant plus que le renouveau de l’activisme militant et du combat pour une politique locale de l’environnement se construit silencieusement, grâce aux réseaux très dynamiques utilisant Internet.

L’impact de la mondialisation et des technologies de l’information (TIC)

24Les moyens modernes de communication ont diminué les distances, les technologies de l’information et de la communication, les médias audiovisuels et Internet ont contribué à reconfigurer la planète. Cela ne signifie pas pour autant que le monde est devenu culturellement uniforme, bien au contraire.

Les limites de l’e-gouvernance

25Dans son chapitre consacré à l’utilisation d’Internet par les gouvernements d’Amérique latine, Santiago Carillo (avec l’amicale collaboration de Sere Katz, « La gouvernance en ligne en Amérique latine : une tentation pour les décideurs ? » : 45-53) montre qu’au-delà de la variété des situations politiques, les argumentaires utilisés pour introduire l’usage d’Internet suivent une rhétorique techniciste proche de celle des institutions internationales qui voient dans l’« e-gouvernance » un vecteur privilégié pour approfondir la démocratie. Ainsi, la Banque interaméricaine de développement (BID) a proposé en 2005 aux pays d’Amérique latine et des Caraïbes d’appliquer l’e-gouvernance au nom d’objectifs d’efficacité, de transparence, de crédibilité et même de lutte contre la corruption ! Le rapport de l’ONU (2005) sur les « Conditions favorables au gouvernement électronique » contribue à renforcer cet optimisme. De son côté, l’Unesco n’est pas en reste dans l’utilisation de ce concept. Or souligne Carillo dans sa conclusion :

La problématique de l’e-gouvernance tend à surestimer le facteur technique comme élément déterminant du réordonnancement de la vie politique. Elle néglige la détermination des acteurs concernés, la prise en compte de leurs intérêts éventuellement contradictoires et la proclamation de leurs revendications spécifiques.

Les « cabines mobiles »

26Dans un tout autre domaine, celui de la téléphonie mobile en Côte d’Ivoire, Osée Nana Kanga (« Un exemple de développement dans le contexte africain. L’appropriation de la téléphonie mobile en Côte d’Ivoire » : 106-123) montre comment cette nouvelle technologie a connu un succès croissant parmi les couches populaires défavorisées qui ont recours aux « cabines mobiles », vocable désignant une pratique de revente illicite mais tacitement cautionnée par les autorités et encouragée par les opérateurs. La logique des « cabines mobiles » obéit à celle des petits métiers dont le moteur est la nécessité de survie. Leurs exploitants ignorent que leur pratique relève de la téléphonie dûment réglementée. Ici, on ne pense pas en termes de lois et de régulation. Ainsi, pour contourner les frais d’interconnexion entre opérateurs, bon nombre de « cabines mobiles » possèdent autant de mobiles que d’opérateurs. Les clients ont ainsi accès au mobile dépendant de l’opérateur de la personne appelée. Les « cabines mobiles » relèvent avant tout de la débrouillardise, du geste « rusé » au sens où De Certeau l’entend. « Au sens strict, le téléphone mobile n’a pas, dans ce cas, de fonctionnalités typiquement africaines ou ivoiriennes. Mais le dispositif public qu’en font ses exploitants tranche avec les formes d’usage privé qu’on observe en Occident » (p. 119). Cette appropriation atypique résulte des lacunes des structures socioéconomiques mais aussi elle révèle la capacité d’adaptation des individus en situation de précarité. Elle relativise aussi le concept de fossé numérique et l’approche technique souvent privilégiée par les institutions internationales comme l’IUT et la Banque mondiale. Cette pratique, en tout cas, témoigne de la spécificité du contexte social et culturel africain difficile à conceptualiser à l’aide des catégories occidentales.

L’exemple de la Chine et de l’Inde

27La réappropriation diversifiée d’objets conçus dans une autre culture n’est pas une nouveauté, mais elle s’inscrit dans le contexte économique et politique contemporain avec une force inédite comme le montre Jiang Wang (« Vers le nouveau développement. Le cas de la Chine et de l’Inde » : 79-89) en décrivant la situation en Chine et en Inde.

28En Chine, depuis le neuvième plan quinquennal (1996-2000), l’industrie de l’information est reconnue comme l’élément central du développement économique et social avec pour objectif l’« informatisation totale » en 2015. De 1997 à 2005, le nombre d’internautes est passé de 67 000 à 111 millions. En 2005, 96,1 % des ministères et 94,9 % des gouvernements locaux disposaient de leurs sites Web. En développant Internet, le gouvernement chinois est confronté au risque de fuite d’informations et d’une fragmentation de son pouvoir d’où le recours au contrôle du réseau sous prétexte de mettre les usagers-citoyens à l’abri de différentes sources de « pollution ». Les fournisseurs de services Internet ont dû donner leur engagement d’autocensure. Au regard de son développement économique, les progrès politiques de la Chine accusent un grand retard. Mais l’approche graduelle et expérimentale de Deng Xiaoping – « traverser la rivière en tâtant les pierres » – a fourni les possibilités de corriger et de perfectionner les politiques au fur et à mesure de la réforme. Enfin, par comparaison avec l’Inde, la Chine a investi davantage dans l’éducation. Les dirigeants chinois ont conscience que l’éducation est un préalable à la modernisation du pays.

29Malgré un manque de ressources naturelles, l’Inde est riche en ressources humaines. Les établissements indiens d’enseignement supérieur sont de niveau mondial. Malheureusement, des dysfonctionnements du système politique et l’économie contrôlée ont effectivement causé la fuite des cerveaux jusqu’au milieu des années 1990. Par ailleurs, l’éducation élémentaire demeure pauvre à cause d’une infrastructure déficiente, d’une qualité d’enseignement médiocre et d’un manque de financement des écoles. Au lieu de développer un système destiné à redistribuer les richesses censées être suffisantes, selon la traditionnelle position gandhienne, l’Inde, dès 1991, adopta une planification souple, une certaine déréglementation et l’ouverture aux investisseurs étrangers. Malgré sa croissance économique, les régions rurales, où habitent les deux tiers de la population, restent à l’écart d’autant plus que le gouvernement indien s’est désintéressé des équipements et services collectifs, comme les routes, l’acheminement de l’eau et l’électricité.

30La crainte du fameux bogue de l’an 2000 a poussé de nombreuses entreprises étatsuniennes à délocaliser en Inde leurs activités de sous-traitance, en raison du très grand nombre d’ingénieurs formés en informatique et d’une main-d’œuvre beaucoup moins chère

31La croissance de la Chine et de l’Inde fondée sur l’économie de l’information, à la suite du Japon, pose la question de la propriété intellectuelle des inventions qui représentent le capital le plus précieux selon le vieil adage : « Donne un poisson à un homme et il aura de quoi manger pour une journée. Apprends lui à pêcher, et il ne connaîtra plus jamais la faim »… Comme le dit le maire de Danlian, ville du nord-est de la Chine où se délocalisent nombre d’entreprises japonaises : les Chinois apprennent à se servir et à maîtriser les outils des entreprises qui les emploient, plus tard ils produiront leur propre entreprise et deviendront alors leur propre architecte. L’information, la culture et la recherche sont bien devenues des enjeux majeurs de notre temps.

La culture est devenue un enjeu

32Avec les nouveaux moyens de communication, la délocalisation et la sous-traitance, de plus en plus d’individus et d’entreprises originaires des pays du Sud collaborent avec ceux des pays occidentaux ; cette uniformisation de la culture technique ne dissout pas pour autant les différences culturelles. Ainsi dans un centre d’appels situé à Bangalow, les jeunes Indiens sont formés pour déguiser leur accent indien et imiter celui des Américains au téléphone ; une fois sortis du travail, ils redeviennent très indiens… C’est pourquoi Jiang Wang dans sa conclusion insiste sur le fait que chaque société a sa propre force et porte ses propres faiblesses ancrées dans sa culture.

Les telenovelas

33Pour Jesús-Martin Barbero (« De la nécessité de passer par la culture dans le nouveau développement » : 127-139), la mondialisation et la globalisation remettent en cause la conception du développement qui a marqué tout un contexte cognitif et un horizon social à partir desquels on pensait et on faisait de la politique. À ses yeux, la culture est devenue un espace stratégique, un lieu de croisement de toutes les crises tant politiques, économiques, religieuses, ethniques, sexuelles que générationnelles. Au moment où la globalisation diminue le poids du territoire et celui des événements fondateurs qui sont à la base de la nation, la revalorisation du local réintroduit la notion d’identité nationale, mais celle-ci est désormais transterritoriale et multiculturelle comme en témoigne l’exemple des telenovelas.

34La telenovela, genre médiatique qui représente les meilleures alliances entre les modèles culturels populaires et les formes industrielles, après avoir presque disparu dans les années 1970 sous la domination des séries nord-américaines, est en train de connaître un regain et a fini par remplacer presque complètement la production nord-américaine. Les telenovelas ont favorisé la consolidation de l’industrie télévisuelle sur le plan des méthodes de production, des infrastructures et aussi des moyens financiers, tout en favorisant l’appropriation du genre par chaque pays. La telenovela est ainsi devenue un terrain fécond de redéfinition politico-culturelle et conflictuelle.

Une autre communication est possible

35Pour Alain Kiyindou (« De l’usage des médias alternatifs pour le développement » : 63-75), nombre d’expériences impliquant les médias, dans la recherche du développement, relèvent d’une logique techniciste au lieu et place d’une logique sociale. Elles font comme si la seule présence des médias suffisait à faire accepter aux populations le modèle de développement qui leur est proposé. Pour interpréter la relation complexe et dialectique qui existe entre technologie et changement social, il convient de replacer l’innovation technologique dans son contexte en prenant en compte les aspects politiques, économiques, sociaux mais aussi culturels.

Les radios locales et la télévision éducative en Afrique

  • 5 Voir l’encadré réalisé par Jorge-Armando Barriguete au sujet de l’action consacrée à la télémédecin (...)
  • 6 Voir l’encadré de Sandra Rodriguez consacré à « L’ambiguïté de la communication des ONG caritatives (...)

36L’auteur illustre son propos à l’aide de l’histoire de la diffusion des savoirs et des savoir-faire pour le développement par les radios locales en Afrique menée sous la houlette de l’Unesco et de la FAO dans les années 1960. L’intérêt de la radio est de favoriser l’usage participatif par la mise en place de tribunes radiophoniques et de groupes de discussion pour l’écoute radiophonique. Aujourd’hui, les animateurs des radiosurfs au Sri Lanka, au Boutan, au Népal, au Bénin ont recours à Internet pour donner l’information utile aux auditeurs. La télévision permet la démonstration et la représentation offrant la possibilité de surmonter les barrières linguistiques et d’atteindre un large public alphabétisé ou non. La télévision éducative est utilisée dans des domaines comme celui de la santé mais aussi pour accéder à des publics segmentés comme les communautés particulières. Mais dans ce domaine, la télévision éducative étant souvent mise en œuvre par des acteurs venant de pays développés, il convient d’éviter toute démarche susceptible de rappeler un quelconque néo-colonialisme5. De même, les ONG doivent surmonter les risques d’ambiguïtés de leurs campagnes publicitaires6.

Les communications communautaires pour l’éducation populaire en Amérique latine

37Dans son chapitre consacré aux communications communautaires en faveur de l’éducation populaire en Amérique latine, particulièrement riche à la fois du point de vue théorique et des exemples fournis, Luis Ramiro Beltrán (traduit par Carmen Rico de Sotelo, « Les communications communautaires pour l’éducation populaire en Amérique latine (1950-2000) » : 91-103) montre que les expériences de radios communautaires – les radio-écoles en Colombie, les radios mineras de Bolivie – se sont développées une décennie avant que ait été élaborée, aux États-Unis, la théorie de la communication en faveur du développement. Le nombre des radios locales augmenta sous le parrainage bienveillant de l’Église catholique au point qu’au milieu des années 1960, il fut nécessaire de former un réseau coopératif ERBOL (Écoles radiophoniques de Bolivie). Des reporters populaires, des bénévoles des localités rurales, s’ajoutèrent à ceux qui avaient été formés en tant que correspondants. À partir des années 1980, le réseau s’engagea dans la lutte en faveur des pauvres et des marginaux et dut subir des mesures de coercition et de répression de la part des gouvernements.

38D’une façon générale, les Latino-Américains ont mis au point un usage démocratique des radios populaires pour encourager en Uruguay un dialogue à distance entre les coopératives agricoles et en Équateur, pour donner aux paysans la possibilité d’envoyer de l’information à une radio centrale distributrice. D’autres exemples de radios populaires existent au Pérou, au Mexique, en République dominicaine, au Nicaragua et à Cuba. Elles ont combiné des émissions radiophoniques avec des visites dans les écoles et dans les foyers, par des brigades de formation en santé et en éducation. La Colombie et le Mexique ont été parmi les premiers pays qui ont utilisé la radio comme instrument d’appui à l’éducation formelle en salle de cours. Le Salvador l’a fait par la télévision. Le Mexique a également réussi à créer un réseau de canaux consacrés aux programmes de développement rural, à utiliser le téléroman pour une éducation non formelle sur la santé et la sexualité.

39Au Brésil, des groupes de journalistes audacieux créèrent la presse nanica formée de petits journaux, presque clandestins, comme expression de résistance de la population aux dictatures militaires. Des festivals de musique, des bals, des foires, des pancartes, du théâtre de rue, des concours et des séances de marionnettes, voilà autant de stratégies déployées pour faire connaître à tous ce que les grands médias ne disaient pas. D’une façon générale, dans les années 1970, les Latino-Américains furent des précurseurs dans la remise en question du modèle classique de communication dominant et pour en proposer une alternative ; ils se mirent à repenser la nature du phénomène de la communication en fonction de leur réalité économique, sociale, politique et culturelle. Ainsi, à la suite du pédagogue brésilien Paulo Freire en exil au Chili, il convient de signaler d’autres pionniers de la démocratisation de la communication : Juan Diaz Bordenave (Paraguay), Francisco Gutiérrez (Espagnol vivant en Amérique latine), Jao Bosco Pinto (Brésil), Mario Kaplun (Uruguay), Daniel Prieto (Argentine), Rafael Roncagliolo (Pérou), Fernando Reyes Matta (Chili) et l’Argentin Maximo Simpson qui énonça les caractéristiques de la « communication alternative ». Beltrán lui-même proposa en 1980 la définition suivante : « La communication est un processus d’interaction sociale et démocratique qui se base sur l’échange de symboles par lesquels les êtres humains partagent volontairement leurs expériences, par le dialogue et la participation. »

40Ces chercheurs participèrent également à des initiatives internationales, encouragées à l’époque par l’Unesco (Bogotá, 1974), qui débouchèrent sur la Déclaration de San José de Costa Rica (1996) et qui devint une sorte de credo officiel de la communication alternative pour la construction démocratique. Sous la pression des groupes de presse dominants, aucun des gouvernements des États qui avaient accepté ces propositions ne les appliquèrent.

41À la même époque, la proclamation d’un « nouvel ordre international de l’économie » puis d’un « nouvel ordre de l’information et de la communication » (NOMIC) par les Pays non alignés suscita un grand intérêt de la part des chercheurs latino-américains qui soumirent d’importantes contributions sur le sujet. Ils firent de même lorsque l’Unesco présenta le rapport McBride pourtant beaucoup moins novateur.

Nouvelle communication et société civile

42Puisque les concepts du développement sont repensés, les modes de communication pour les élaborer puis les rendre opérationnels doivent eux aussi être renouvelés, constate Anne-Marie Laulan (« À nouveaux concepts, autres modes de communication » : 141-148). Cela doit conduire les chercheurs à réviser leurs modèles théoriques en remettant en cause les rapports entre le Nord et le Sud et en pratiquant la transdisciplinarité au détriment des critères reconnus dans leurs disciplines et leurs pays d’origine.

43Le renouvellement des techniques de communication ne se résume pas à l’usage des nouvelles technologies. Il convient tout d’abord de remettre en cause l’approche traditionnelle entachée d’un esprit dominateur à l’égard des récepteurs passifs, de structures institutionnelles lourdes, de messages prescriptifs transmis dans un langage abstrait même si les publicitaires font des efforts pour utiliser des formes variées de langage s’adressant à des publics segmentés dans un registre émotionnel voire irrationnel. Il convient surtout de prendre en considération les droits culturels.

44En témoignent les débats qui ont eu lieu à l’occasion du Sommet mondial sur la société de l’information (Genève, 2003 et Tunis, 2005) au cours duquel la société civile est apparue comme un mécanisme d’autorégulation du pouvoir comme l’ont décrit Jean-Paul Lafrance et Sahbl Ben Nablia (avec le concours de Christian Agobli, « La société civile globale comme mécanisme d’autorégulation du pouvoir au SMSI » : 150-160).

45La société civile ne date pas d’aujourd’hui. Le réseau international du mouvement de la franc-maçonnerie l’a préfigurée dès les années 1790. Elle a vu le jour au xixe siècle avec la prolifération des clubs, journaux, associations et sociétés savantes comme l’a décrit Habermas (1978, 1997). Corrélativement à la crise de l’État-nation et de l’État-providence, conséquence de la globalisation et de la mondialisation des marchés, la montée en puissance de la société civile apparaît comme l’un des événements majeurs de notre époque. Elle apparaît désormais capable de répercuter sur la place publique les problèmes existant au sein de nos sociétés de plus en plus complexes et les menaces de portée mondiale qui se profilent à l’horizon : la crise de l’environnement, les cyclones, les risques d’épidémie, la pauvreté qui s’accroît, la famine… Au cours des années 1990, le concept de gouvernance issu du management anglo-saxon est apparu comme une façon de répondre aux questions les plus complexes en évitant les aspects idéologiques. Cette façon de procéder a été utilisée pour élaborer des politiques de développement durable sous l’impulsion de la Banque mondiale. Toutefois, au Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), il est apparu que la question de la gouvernance d’Internet est éminemment politique, car elle touche à des enjeux de pouvoirs économiques et politiques : les États-Unis refusant d’abandonner le contrôle qu’ils exercent sur Internet.

46Ce sont les TIC qui ont permis aux différents acteurs sociaux des quatre coins de la planète de se concerter et de coordonner leurs actions. Déjà en 1990, les zapatistes avaient réussi à capter l’opinion internationale par leur maîtrise des technologies de communication. Plus tard à l’occasion des rencontres internationales de Seattle (OMC), de Québec (Sommet des Amériques), de Gênes (G8), les altermondialistes ont réussi à faire entendre leur voix.

47Malgré les réticences des gouvernements, des grandes organisations professionnelles comme l’UIT et des grandes entreprises, l’ONU a fini par accorder une place à la société civile, lors du SMSI, à condition qu’elle s’auto-organise. Il en est résulté un protocole qui reconnaît les représentants des ONG professionnelles et communautaires, le mouvement syndical, les animateurs des médias communautaires, les groupes d’intérêts des médias traditionnels, les parlementaires et les représentants des gouvernements locaux, les communautés scientifiques et universitaires, les éducateurs, les bibliothécaires, etc.

C’est le moment de poser les termes du nouveau défi social. L’histoire moderne se caractérise au xixe siècle, par des luttes pour les droits civiques, au xxe siècle par la conquête des droits sociaux. De nos jours, le combat porte sur la protection et la reconnaissance des droits culturels, ce qui englobe le droit à la connaissance, l’accès aux moyens d’information et de communication (p. 146).

48En clair, ce qui s’est passé au SMSI illustre la constatation d’A.-M. Laulan qui résume, à nos yeux, l’intérêt de l’ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

AMIN, Samir (1976), L’échange inégal et la loi de la valeur, Paris, Éditions Anthropos.

BRUNTLAND (1987), Rapport, Commission mondiale sur l’environnement et le développement.

CARDOSO, Fernando Henrique (1980), Les idées à leur place : le concept de développement en Amérique latine, Paris, Éditions A. Métaillié.

FRANCK, André Gunther (1970), Le développement du sous-développement : l’Amérique latine, Paris, Éditions Maspero.

HABERMAS, Jürgen (1977), Droit et démocratie. Entre faits et normes, Paris, Éditions Gallimard.

HABERMAS, Jürgen (1978), L’espace public, Paris, Payot.

HAMMARSKJÖLD, Dag (1975), What Now Another Development, contribution à la session spéciale de l’AG de l’ONU, Fondation Dag Hammarskjöld, Uppsala (Suède).

LERNER, Daniel (1958), The Passing of Traditional Society, New York, Free Press.

MATTELART, Armand (1978), Multinationales et systèmes de communication : les appareils idéologiques de l’impérialisme, Paris, Éditions Anthropos.

MEADOWS (1972), The Limits to Growth, rapport, Club de Rome.

ONU (2005), Global E-Government Readiness, report.

PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) (1991), Rapport mondial sur le développement humain, Paris.

RIST, Gilbert (1996), Le développement : histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses des Sciences Po.

ROGERS, Everett (1983), Diffusion of Innovations, New York, Free Press. Voir aussi la revue Réseaux, 1989, no 36. Jean-Paul Lafrance fait remarquer que Rogers, au cours de ses nombreuses éditions, n’a cessé de s’éloigner du modèle strictement diffusionniste pour aller vers une théorie plus participative.

ROSTOW, Walt W. (1960), Stages of Economics Growth, Cambridge, Cambridge University Press.

SCHILLER, Herbert (1992), Mass Communication and the American Empire, 2e édition, Cambridge, Westview Press.

SCHRAMM, W. (1963), The Science of Human Communication, Standford, Standford University Press.

SOMMET DE LA TERRE (1992), Déclaration de Rio Janiero (Brésil), Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement, 3-14 juin.

TRUMAN, Harry (1884-1972), président des États-Unis. Discours sur l’état de l’Union, 20 janvier 1949.

TUNSTALL, Jeremy (1977), The Media Are American, Londres, Constable.

Haut de page

Notes

1 Michèle Gendreau-Massaloux, recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie.

2 Claude Albagli, président de l’Institut CEDIMES.

3 Anne-Marie Laulan, « Modèles de communication et politiques de développement » : 161-164.

4 Projet de consortium des Universités latino-américaines, La Iniciativa de Communicación. Proyecto de Fortalecimiento de las Capacidades Nacionales en Communicación en Salud.

5 Voir l’encadré réalisé par Jorge-Armando Barriguete au sujet de l’action consacrée à la télémédecine menée par la Fondation franco-mexicaine pour la médecine.

6 Voir l’encadré de Sandra Rodriguez consacré à « L’ambiguïté de la communication des ONG caritatives ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Pelachaud, « Jean-Paul LAFRANCE, Anne-Marie LAULAN et Carmen RICO DE SOTELO (dir.), Place et rôle de la communication dans le développement international », Communication, Vol. 26/2 | 2008, 253-269.

Référence électronique

Guy Pelachaud, « Jean-Paul LAFRANCE, Anne-Marie LAULAN et Carmen RICO DE SOTELO (dir.), Place et rôle de la communication dans le développement international », Communication [En ligne], Vol. 26/2 | 2008, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/515

Haut de page

Auteur

Guy Pelachaud

Maître de conférences Hors-classe, Université du Mans. pelachau@noos.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org