Navigation – Plan du site
Articles

La construction des risques liés aux pratiques sportives de montagne

Analyse de la production et de la diffusion des connaissances sur les accidents en France
Bastien Soulé, Brice Lefèvre, Véronique Reynier, Éric Boutroy, Frédérique Roux et Vincent Boudières

Résumés

L’accidentologie des sports de montagne est par certains aspects lacunaire en France. Cet article vise à cerner les freins de divers ordres à la production d’informations raisonnablement complètes, statistiquement fiables et/ou suffisamment détaillées. Au terme d’une enquête qualitative, il apparaît que des enjeux pluriels (institutionnels, économiques, corporatistes, méthodologiques, etc.) façonnent à la fois la production de connaissances sur les accidents, et, par ricochet, les messages préventifs, dont la dimension référentielle et conative se trouve par conséquent contrariée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Précision importante : les décès à bicyclette (de 130 à 140 par an en France) et par noyade (enviro (...)
  • 2 « On a chaque année plus de personnes qui se tuent en montagne (300 depuis 2007) que sur la route »(...)

1Si l’on en croit une récente étude sur les décès traumatiques liés à la pratique sportive en France, les sports de montagne se placent en tête avec une centaine d’occurrences (dont plus de la moitié en alpinisme et en ski de randonnée) sur les 246 cas1 recensés en 2010 (Rigou et al., 2013). À titre de comparaison, un seul décès a été constaté lors de la pratique du rugby. Dans un département comme la Haute-Savoie, par exemple, on meurt davantage en montagne que sur la route2.

  • 3 Empruntée aux spécialistes de la sécurité routière, cette notion renvoie au taux d’accidents rappor (...)
  • 4 L’accidentologie est l’étude des accidents, du point de vue de leurs causes comme de leurs effets.

2Considérant cette accidentalité3, on pourrait s’attendre à ce que l’analyse des mécanismes conduisant aux accidents sportifs en montagne s’impose comme une priorité. En effet, la connaissance du nombre, des circonstances et des facteurs explicatifs des accidents survenus lors de la pratique sportive constitue le fondement de leur prévention (Bahr et Krosshaug, 2005). Or, qu’il s’agisse des sports d’hiver ou des pratiques estivales, l’accidentologie4 des sports de montagne reste par bien des aspects lacunaire, en dépit d’efforts conséquents et d’initiatives plurielles de production de données.

  • 5 Réunissant un consortium de chercheurs en sciences du sport, en sociologie, en droit, en psychologi (...)
  • 6 Notre article se focalise sur les risques de traumatisme corporel : « […] dommage physique causé à (...)
  • 7 Dans diverses disciplines comme les cindyniques, la sociologie, la communication, la géographie ou (...)
  • 8 Hausse parallèle à la forte croissance du nombre de pratiquants : +300 % entre 1998 et 2008.

3Dans le cadre d’une recherche interdisciplinaire soutenue par la fondation Petzl5, nous avons entrepris un état des lieux des connaissances produites sur ces accidents en France6, en écartant les sports d’hiver pratiqués en station, qui ont déjà donné lieu à plusieurs travaux7. Les données du Système national d’observation de la sécurité en montagne (SNOSM), qui font actuellement autorité en France, nous informent qu’une centaine de décès sont enregistrés chaque été, soit 2,5 fois plus qu’en hiver, mais aussi que le nombre d’accidents en VTT est en très nette progression8, la pratique du VTT rejoignant l’alpinisme et la randonnée dans le trio des activités générant le plus d’interventions de secours (85 % à elles seules) (Lefèvre, Fleury et Monnier, 2005 ; Julien, 2011). À partir de ces renseignements et de ceux que produit l’Institut de veille sanitaire (Rigou et al., 2013), notre attention s’est donc focalisée sur cinq activités générant des accidents fréquents et aux conséquences sérieuses : ski de randonnée, alpinisme, canyonisme, randonnée pédestre et VTT.

  • 9 Ces éléments, dans leurs dimensions quantitative et qualitative, ont fait l’objet d’un rapport de s (...)

4Le présent article fait abstraction de la dimension « comptable »9 relative à la factualité des risques en montagne, pour mieux approfondir l’analyse des freins de divers ordres à la production de données raisonnablement complètes (sinon exhaustives), statistiquement fiables et suffisamment détaillées (sur le plan qualitatif notamment). Au cours de cet exercice, l’information recueillie a été appréhendée comme une construction soumise à des choix et à des contingences méthodologiques, mais aussi à des influences renvoyant à des enjeux sociaux, économiques, corporatistes et politiques.

Cadre théorique et problématique

5L’objectif initial de la recherche était de déterminer les diverses sources d’information disponibles sur ces accidents, de comprendre leur genèse (cheminements statistiques, protocoles suivis, référentiels utilisés) pour être en mesure de les comparer et de fournir des estimations à partir d’un croisement raisonné. Au-delà des aspects quantitatifs, la consultation de ces sources secondaires visait aussi l’analyse des facteurs et des contextes favorables à l’occurrence d’accidents, car cerner l’origine des séquences accidentelles (Rasmussen et Svedung, 2000) est crucial dans une optique de prévention et de gestion des risques.

6Le présent article n’est pas consacré à cette dimension factuelle des éléments du risque, mais aux modes d’objectivation et d’élaboration collectives de ce risque (Fabiani, 1986 ; Roqueplo, 1986), autrement dit à la construction sociale des risques liés aux pratiques sportives en montagne. Il s’agit alors d’appréhender le risque en tant que processus constitué « de pratiques ou de stratégies de catégories d’acteurs divers, qui contribuent à la définition et la requalification périodique des risques » (Martucelli et Sobel, 2004 : 2). Claude Gilbert (2003) utilise le concept voisin de « fabrique des risques », soulignant sa mécanique imprévisible, fonction des outils de mesure mobilisés, des logiques et des intérêts de chaque catégorie d’acteurs à « mettre en risque » (ou non) un problème collectif, ainsi que des interactions et des arbitrages entre parties prenantes (la configuration des réseaux).

7Ainsi, sans nier le fait que les dangers sont bel et bien tangibles, et souvent « horriblement réels », nous nous intéressons ici à la façon dont ils sont socialement produits et politisés au regard particulier des modes d’exposition et de la sensibilité à ces dangers. Ce que l’on donne à voir d’eux procède en effet de processus sociaux et culturels qui médiatisent ces menaces, les portant à la connaissance des principaux intéressés a priori vulnérables et de l’opinion à un certain moment, au terme d’une reconstruction complexe opérée par plusieurs acteurs.

8Dès 1975, William D. Rowe soulignait la dimension conflictuelle inhérente à toute mesure d’un danger. Quel que soit le degré d’objectivité revendiqué, le risque comme construit social dépend non seulement des représentations (Joffe, 2003), mais aussi des intérêts à défendre, du pouvoir des acteurs et des ressources directement associées à la situation d’exposition. Des influences sociopolitiques s’exercent donc immanquablement sur la description du danger et les mesures préventives qui en résultent. Les parties prenantes sont alors en conflit, dans une acception large de cette notion qui peut aller de la simple divergence de vues sur l’appréciation d’un phénomène à la controverse ouverte et engagée (Ansel et Pagès, 1997). Voilà qui inscrit en tout état de cause le risque dans une conflictualité définitionnelle, éminemment politique car mélangeant des savoirs de diverses natures (Beck, 2001). Les comparaisons « objectives » étant impossibles, des affrontements se produisent sur fond d’incertitudes liées à des connaissances partielles des phénomènes (Chantraine, 2004) et de conditions différenciées de gestion de la vulnérabilité (Boudières, 2005).

  • 10 La formule est empruntée à Gilbert : « Le risque technologique et situation de crise », Conférence (...)

9La manière d’agir par rapport au risque et de décrire celui-ci est donc non seulement dépendante de sa connaissance factuelle, mais aussi du point de vue, celui-ci reflétant la place que l’on occupe et le statut dont on jouit au sein du système décisionnel. Pour l’exprimer plus trivialement, on pourrait dire que la façon dont les risques sont définis dépend étroitement de ceux qui sont autour de la table et de leurs intérêts10. Et quel que soit le domaine d’activité, les pratiques préventives sont infléchies par ces discours en tension sur les risques potentiels, fruits de stratégies d’acteurs consistant à mesurer, à construire ou à contrer les menaces.

  • 11 « Si les statistiques locales des opérations de secours (en montagne) sont en général accessibles, (...)

10Certaines des résistances que nous entendons mettre en perspective à partir du concept de construction sociale du risque n’ont rien de fondamentalement nouveau11. En tout état de cause, la construction des risques à l’œuvre propre aux sports de montagne retenus prend appui sur une accidentologie partielle, dont nous avons cherché à mieux caractériser les fondements (épistémiques, méthodologiques, institutionnels, etc.). Par ailleurs, la manière de présenter et de faire circuler les connaissances produites sur les accidents sportifs en montagne (qui façonne indéniablement la « mise en risque » des activités concernées) s’avère elle aussi prépondérante. C’est dans le but d’appréhender plus finement ces deux aspects qu’un travail empirique de teneur qualitative a été entrepris.

Méthodologie

  • 12 Association nationale pour l’étude de la neige et des avalanches (ANENA), Centre national d’instruc (...)

11Vingt-cinq entretiens semi-directifs d’une durée moyenne de 90 minutes ont été réalisés auprès des représentants des principales institutions actives en matière de prévention ou de secours en montagne sur le territoire français12. Les éléments suivants ont été abordés dans chaque entretien : 

  • recensement des sources à disposition et des données de diverses natures générées sur les accidents par l’acteur/institution ; origine et objectifs de cette démarche de production de données ; explicitation de la méthodologie adoptée ; autocritique sur le niveau de précision, d’exhaustivité et les éventuels biais ;

  • publicité, circulation et mise en commun de ces éléments avec d’autres parties prenantes ; usages concrets faits de ces données (sur les plans préventif et de la formation notamment) ;

  • recensement des autres sources d’information dont l’acteur a connaissance ; avis sur ces autres sources (mode de production, intérêt, limites) ;

  • propositions et expression de besoins pour améliorer à la fois la prévention et la connaissance des accidents ;

  • négociation de l’accès aux données évoquées par l’acteur.

12Cette approche a permis de disposer d’un « échantillonnage » a priori exhaustif des acteurs produisant des données sur les accidents et les risques sportifs dans les massifs montagneux français. Les entretiens se sont déroulés, pour la plupart, au siège de chaque institution, mais un cinquième des entretiens a eu lieu dans des endroits publics propices à une conversation adaptée (campus, bar, etc.). Dans plus de la moitié des cas, les entretiens ont été suivis d’échanges téléphoniques destinés à préciser ou à approfondir certains aspects des discours recueillis. Cette démarche a permis de dresser un panorama des connaissances disponibles, de leur mode de constitution, de leur diffusion et de leurs usages préventifs. En parallèle, une analyse documentaire a été entreprise, avec la collaboration de la majorité des institutions sollicitées : bases de données sur les accidents, bilans d’interventions de secours, décisions rendues par les juridictions civiles et pénales dans les cas de contentieux, forums en ligne consacrés aux pratiques sportives retenues.

13La méthode adoptée a nécessité la collaboration active de plusieurs chercheurs disposant chacun de connaissances, de compétences et de relations décisives pour faciliter un recueil de données délicat, sur un terrain et un sujet épineux, puis proposer une analyse et une interprétation pertinentes. Concrètement, nous nous sommes appuyés sur un réseau d’informateurs mobilisant les ressources réticulaires des différents membres de l’équipe de recherche (auprès des secouristes publics, des acteurs médicaux, du monde fédéral, du système judiciaire, etc.), ces derniers réalisant eux-mêmes les entretiens pour faciliter leur bon déroulement. Les connaissances particulières mises à contribution sont elles aussi plurielles : apports sociologiques, juridiques, méthodologiques, mais aussi familiarité avec les sources consultées (forums de discussion, rapports d’accidents, etc.).

Résultats

  • 13 Notons d’emblée le rôle croissant des assureurs en matière de poursuites judiciaires, les particuli (...)

14La plupart des interviewés s’entendent sur quatre points fortement interreliés : ils soulignent les limites des systèmes actuels de production d’information, ainsi que le manque d’approfondissement, d’exhaustivité, d’harmonisation et le caractère approximatif de la plupart des analyses réalisées ; ils expriment un besoin persistant d’outils rendant possible une mesure plus précise du risque ; ils évoquent l’atout préventif que constituerait une meilleure connaissance des accidents ; ils déplorent l’existence d’entraves de divers ordres à une « objectivation » de la situation accidentelle. Sur le dernier point, plusieurs formes de réserves (essentiellement judiciaires, mais également médicales, voire militaires) sont désignées comme des obstacles préjudiciables à la production et à la circulation de données précises sur l’occurrence et le déroulement des accidents (notamment lorsqu’un encadrement ou un aménagement particulier entre en jeu)13. D’autres éléments d’analyse viennent enrichir cette description.

Un réseau de parties prenantes particulièrement fragmenté

  • 14 Des configurations territoriales plurielles compliquent la donne, selon que le préfet, à partir des (...)

15De nombreux acteurs produisent des données sur les accidents liés aux sports de montagne, à travers le prisme particulier de leur vocation ou d’une préoccupation singulière : les fédérations sportives sur leurs licenciés ou encadrants (FFCAM, FFME, FFRP, FFS, etc.), certains syndicats sur les professionnels et leurs clients (SNGM), les secouristes publics (sapeurs-pompiers, gendarmes, Compagnies Républicaines de Sécurité ou CRS) par l’intermédiaire de leurs bilans d’interventions14, les structures de prise en charge médicale des victimes (centres hospitaliers et services d’urgences), des associations d’experts sur des thématiques particulières (les avalanches pour l’ANENA, les conséquences médicales pour l’IFREMMONT) ou encore un observatoire interministériel (SNOSM) à partir de données centralisées par chaque préfecture sur les opérations de secours.

16En fonction de la nature singulière de sa mission, chaque partie prenante dispose de sa propre vision du phénomène, par définition réductrice (car focalisée sur une zone géographique ou administrative, une période limitée, un profil précis de victime, certains motifs d’intervention, ou encore la recherche d’une faute pour pouvoir réparer le dommage à la victime, voire condamner pénalement l’auteur des faits) (Sagues et Manteaux, 2007). Idéalement, ces données, constitutives d’autant de « pans de connaissance », pourraient se compléter ; mais dans les faits, ces différentes filières d’enregistrement des accidents et de prise en charge des victimes fonctionnent en parallèle, sans réel lien.

  • 15 Les tentatives d’harmonisation de ces référentiels, entre corps de secouristes par exemple, n’ont p (...)

17D’autant plus que ces données sont non seulement collectées dans des buts différents, mais aussi au moyen d’outils pluriels et selon des modalités particulières. De nombreux référentiels coexistent ainsi, à l’image des diverses fiches remplies à la suite des interventions de secours15 ou des formulaires de prise en charge médicale. Les différentes fédérations concernées disposent aussi de leurs propres fiches, selon leurs assureurs respectifs. Au sein même de certaines institutions, comme les sapeurs-pompiers ou l’hôpital public, chaque service départemental (Service Départemental d’Incendie et de Secours ou SDIS, Service Mobile d’Urgence et de Réanimation ou SMUR) a son propre fonctionnement et produit des statistiques à sa manière, en fonction de ce qu’il juge localement pertinent. Cette absence de standardisation du recueil de données entre structures hospitalières, mais aussi avec les secouristes, rend problématique l’exploitation des données existantes.

  • 16 C’est un effet pervers du fonctionnement d’un système au sein duquel les rivalités ne constituent u (...)

18D’une certaine manière, l’information collectée par ces différents moyens s’avère incommensurable. Cette incompatibilité des systèmes d’information existants aboutit au voisinage de plusieurs circuits de recueil et de traitement. On peut donc souligner le caractère épars des données : construites sans réelle concertation, parfois dans des conditions concurrentielles16, elles sont rarement partagées avec des pairs et encore moins rendues publiques. La plupart des acteurs médicaux et fédéraux avouent du reste ne pas très bien savoir ce que produisent les autres et avoir des difficultés d’accès aux données des secouristes. L’absence de mutualisation des données peut avoir des conséquences importantes en matière judiciaire. Au regard des difficultés que rencontrent les magistrats pour recueillir les décisions rendues par les autres juridictions, chaque jugement est rendu de manière isolée. Cela explique parfois le décalage qui existe, pour un même accident, entre les condamnations prononcées, chaque juge appréciant la faute et donc la responsabilité selon ses critères. Nous pouvons ainsi noter un écart important des sanctions retenues dans les décisions rendues par les différents tribunaux.

19Au sein de ce système complexe, chaque acteur collectif revendique une expertise, produit des données sur les accidents, mais diffuse assez peu d’éléments de connaissance, à quelques exceptions près (l’ANENA représente un contre-exemple notable). Des enjeux de légitimité en matière d’accidentologie entraînent une faible circulation de l’information. « C’est éparpillé. Et trouver les informations, c’est dur » (médecin urgentiste).

20Ce constat de morcellement de l’accidentologie a du reste poussé la préfecture de la Haute-Savoie à créer, en juillet 2012, un pôle de compétence en matière de prévention. « Malgré les multiples initiatives locales, et les actions de qualité réalisées par les acteurs de terrain et les services de l’État depuis plusieurs années, il n’existait pas jusque là de réelle coordination ni d’harmonisation départementale des actions de prévention en montagne17. » Imaginé sur un modèle existant en sécurité routière, ce pôle a pour vocation de fédérer, de coordonner et de mettre en réseau les multiples initiatives qui existent en matière d’accidentologie et de prévention en montagne. Il rassemble donc plusieurs acteurs clés (PGHM, CNISAG, Association des Médecins de Montagne ou MDEM, Service d’Aide Médicale Urgente ou SAMU, SDIS …) dans le but de faire remonter de l’information fiable, procédant de croisements raisonnés des sources.

  • 18 Julien Sagues et Éloi Manteaux (2007) soulignent avec raison la coprésence, au sein de ce système, (...)

21De nombreux organismes génèrent donc de l’information sur les accidents de sports de montagne. Leurs missions, méthodes, finalités et cultures professionnelles divergeant18, une multitude de bases de données coexistent, mais elles demeurent partielles, locales, indépendantes, peu accessibles, car souvent confidentielles. Cette dispersion rend particulièrement longue et ardue la prise de connaissance des données disponibles.

Des schémas explicatifs types empêchant le développement d’une culture accidentologique

  • 19 À l’image du rapport de l’Observatoire des métiers sportifs de la montagne (1998) : monocausalité d (...)

22Lorsqu’il est question d’accident dans le secteur des loisirs sportifs, il est difficile de se décentrer du pratiquant et de s’émanciper d’une approche basée sur l’erreur individuelle19. Dans le cadre des procédures judiciaires (civiles, pénales), la recherche de la faute personnelle est même essentielle pour déterminer la responsabilité et condamner, totalement ou partiellement, l’auteur des faits considérés comme à l’origine de l’accident. La prégnance de cette forme de « prêt à penser » focalisé sur les victimes et leurs erreurs a déjà été soulignée à propos des sports d’hiver (Soulé, 2004 ; Poizat, 2001 ; Boudières, 2007).

23Pourtant, cette imputation causale courte passe sous silence tout un pan de facteurs de risque, empêchant de cerner la complexité de la production de danger. Georges-Yvon Kervern (1995) évoque à ce propos un phénomène de « masque cindynogène ». Certes, des fautes techniques et des erreurs d’appréciation se produisent immanquablement lors de la pratique d’une activité sportive en montagne. Pour autant, les pratiquants, dans leur grande majorité, ne sont ni irresponsables ni ignorants des dangers auxquels ils font face. Des registres sécuritaires individuels (maîtrise technique, choix technologiques, savoirs particuliers, capacité à évaluer la situation, à renoncer, etc.) ou collectifs (analyse des risques, conformisme/soumission à des décisions du groupe, assistance et secours mutuels, etc.) sont la plupart du temps mis en œuvre pour garantir un certain niveau de sécurité, tout en maintenant un degré d’autonomie fortement revendiqué. Il s’agit d’être efficace, de manière opératoire, dans la pratique aussi bien que dans la gestion de sa propre sécurité (Routier, 2011 ; Martha et Griffet, 2006) et de celle des autres (Marsac, 2006). Les statistiques de l’ANENA tendent à montrer que les personnes accidentées en avalanche, par exemple, sont loin d’être en majorité des pratiquants manquant d’expérience ou d’aptitude à évaluer les risques. De même, la majorité des Français secourus en 1998 par le PGHM de Chamonix étaient originaires de la région de Rhône-Alpes, avec une prédominance claire de gens de la Haute-Savoie coutumiers de l’environnement montagnard (Lefèvre, 2000). Enfin, l’étude de la jurisprudence montre qu’un nombre conséquent d’accidents se produit à l’occasion de sorties encadrées par un professionnel ou un instructeur fédéral (UCPA, association ou club sportifs, guides indépendants, etc.).

  • 20 Selon un cadre de l’UCPA, le sujet est délicat au ministère des Sports, où l’on raisonne davantage (...)
  • 21 À la manière des clubs alpins américains et canadiens, qui diffusent chaque année un recueil de réc (...)

24Pour les acteurs de l’aménagement, de la prévention, de la promotion touristique ou de l’encadrement de ces pratiques, prioriser la thèse de l’erreur technique du pratiquant permet, en forçant le trait, d’écarter d’autres « mises en cause »20. Mais la curiosité devrait pousser à rechercher en amont des accidents (et des inadéquations effectivement présentes juste avant leur occurrence) ce qui a contribué à la séquence accidentelle. Cet approfondissement est un axe de travail à développer selon le responsable de l’accidentologie d’une fédération sportive : « On traite quelque part l’acteur en bout de chaîne, mais ce qu’on ne traite pas, on essaye de le traiter mais, de manière un peu, pas assez précise, à mon avis, on n’a pas traité le processus, ce qui conduit à l’accident. » La tendance observée depuis le milieu des années 2000 à la mise en œuvre par la FFCAM, le CNISAG ou encore le SNGM de méthodologies qualitatives de retour d’expérience à la suite de l’occurrence d’accidents ou de sur-accidents est sur ce plan louable, car à l’évidence porteuse en matière de et de formation. Dans l’idéal, il conviendrait de ne pas se limiter aux enchaînements conduisant aux décès ou aux blessures graves, mais de se saisir également d’autres situations, moins exceptionnelles, ayant généré des accidents légers, voire de simples incidents21, en tentant de s’émanciper de l’emprise cartésienne qui pousse à privilégier la désignation d’un facteur de risque retenu comme « la » cause de l’accident, pour envisager une approche basée sur la conjonction de facteurs.

25Sur les forums consacrés aux sports de montagne (notamment le vol libre et le canyonisme, mais aussi le ski de randonnée), une évolution dans ce sens est constatée. Des rubriques précisément intitulées incidents ou récits d’accidents voient en effet le jour, constituant l’occasion de retours d’expérience pluriels, plus ou moins complets22. Ces témoignages, de plus en plus fréquents, essuient parfois encore des jugements critiques de la part d’une frange de la communauté, prompte à dénoncer le comportement déviant, inapproprié, voire irresponsable ou insuffisamment renseigné du ou des pratiquants « passés aux aveux ». En effet, le jeu aisé qui consiste à rejouer a posteriori le scénario de la sortie et de l’accident pour en dégager les causes et les erreurs (incontestables et inadmissibles) est devenu un réflexe courant dans ces rubriques (les discussions virulentes se déroulant sur le site skitour23 sont sur ce point révélatrices). Toutefois, une évolution est perceptible. Elle tient en deux points. Tout d’abord, une « critique de la critique » se développe à l’égard des commentaires culpabilisants ou des donneurs de leçon par clavier interposé. En effet, le constat selon lequel ces retours d’expérience peuvent être profitables sur le plan préventif est de plus en plus admis. C’est notamment le cas au sein de la communauté du vol libre24, en dépit de la gravité des impacts (fréquemment létaux) en cas d’accident. À partir d’un récit, d’une vidéo, des événements non souhaités sont relatés, ainsi que le détail de leurs circonstances ; puis, ils sont collectivement interprétés, interrogés, disséqués et débattus, dans une perspective globalement constructive, faisant une large place à la pluralité explicative (aérologie, aspects matériels, choix de pilotage, etc.). Une demande de systématisation de tels retours d’expérience, ainsi que de statistiques affinant l’accidentologie du vol libre, est régulièrement exprimée au sein de ces communautés, dont les membres pointent parfois l’insuffisance de l’action fédérale en la matière, notamment en ce qui a trait à la diffusion des chiffres en leur possession.

26En ce qui concerne les activités à propos desquelles la critique post-accident est encore quasi systématique (ski de randonnée, par exemple), une autre évolution est perceptible : la multiplication des témoignages non plus sur des accidents, mais à propos d’incidents (avalanche déclenchée sans ensevelissement, par exemple). On a là tous les ingrédients de l’accident, sans avoir à porter le poids de ses conséquences. Dès lors, le témoignage est plus aisé, quand bien même de tels retours d’expérience sur des incidents ou des quasi-accidents s’avèrent extrêmement riches et précis (quant aux conditions nivologiques du secteur, au choix de l’itinéraire, aux décisions individuelles et collectives ou encore au degré d’exposition). Dans pareil cas, la pratique du récit est largement moins exposée à la vindicte d’une partie de la communauté.

27Le partage d’expériences en matière d’accidents et d’incidents tend ainsi à se développer sur les réseaux sociaux, sans que l’on puisse pour autant évoquer une pratique de retour d’expérience standardisée et systématisée, répondant à une démarche méthodologique singulière.

Une question délicate à appréhender sur le plan méthodologique

28Les pratiques sportives dont il est question imposent des contingences méthodologiques particulières, du fait de leur caractère itinérant, géographiquement dispersé, pas ou peu encadré et faiblement institutionnalisé. Il est par conséquent difficile d’estimer les populations mères ou encore le nombre de personnes fréquentant un itinéraire, ce qui complique l’analyse de l’accidentalité.

  • 25 « Il y a un recueil qui est fait à Paris par un bureau des missions spécialisées, mais il n’y a jam (...)
  • 26 Le manque de temps, combiné à la lassitude, peut entraîner le refus de remplir des documents supplé (...)

29Du fait de ces contraintes, un parti a été pris de longue date en France : appréhender les accidents par l’intermédiaire des interventions des services de secours. Relever les faits de la sorte constitue l’une des solutions les moins astreignantes. Elle est par ailleurs peu coûteuse et a priori satisfaisante, car le nombre important d’interventions de secours réalisées chaque année permet de dégager certaines régularités statistiques (concernant notamment le nombre de décès et de blessés par types d’activité). Ainsi, la seule base de données sur les secours en montagne de la gendarmerie comprend plus de 3 000 entrées annuelles au sujet de la randonnée pédestre, du VTT, de l’alpinisme et du canyonisme. La contrepartie du caractère macroscopique de cette focale est l’absence de détail relatif aux circonstances accidentelles, au degré de gravité des blessures, à l’âge ou encore au sexe des victimes. Les données agrégées des CRS de montagne ne mentionnent pas, pour leur part, le type d’activité sportive ayant nécessité une intervention25. L’enjeu majeur pour ces corps de secouristes est de pouvoir rendre compte précisément de leur activité, en quantifiant le nombre d’opérations de secours et de victimes assistées26. Mais l’analyse passe au second plan. Non pas qu’elle n’intéresse pas ces acteurs, au même titre que la prévention des risques ; mais ceux-ci documentent prioritairement, en toute logique, les indicateurs conformes à leur raison d’être et de perdurer au sein du système. « Au PGHM, ils font très peu d’études, ils ont besoin de chiffres pour faire des bilans de saison et en fonction de ces chiffres ils ont du potentiel de kérosène, des budgets… C’est important de faire des secours, de bien les rentrer, de savoir que tel hélico tourne tant d’heures » (médecin urgentiste).

  • 27 Le décompte des décès se limite aux victimes ayant péri « sur le coup », n’intégrant ni les personn (...)

30S’appuyer uniquement sur ce type de sources pose un certain nombre d’autres problèmes déjà largement décrits dans le domaine de la sécurité intérieure (Mucchielli, 2001), l’activité des secouristes ne couvrant tout simplement pas l’ensemble des accidents27. L’accidentalité des pratiques choisies dans le cadre de cette étude est par conséquent sous-estimée. « Quantitativement et qualitativement, les accidents en sports de montagne d’été sont peu connus. Les personnes secourues par d’autres moyens que ceux de services spécialisés […] ne sont en effet pas comptabilisées. Cette situation implique une difficulté à appréhender l’importance du phénomène accidentel » (Lefèvre, Fleury et Monnier, 2005 : 12).

  • 28 D’où certaines réticences à diffuser l’information détenue, voire une tendance à la présenter sous (...)

31Plus largement, il apparaît que toutes les données produites sur les accidents de sports de montagne ne sont pas destinées, en première intention, à améliorer la connaissance de cette accidentalité en particulier. Cela ne signifie pas pour autant que leur utilisation ne bénéficie pas à l’affinement progressif de l’accidentologie sportive en montagne. Nombreux sont en effet les acteurs (ANENA, fédérations sportives, syndicats professionnels, etc.) qui nous éclairent en la matière, parfois avec un volontarisme certain. Les fédérations sportives produisent par exemple des données relativement précises à propos des accidents de leurs adhérents, développant même l’étude qualitative approfondie de certains sinistres ou encore leur géolocalisation, et ce, dans le but de mieux connaître l’origine de ces accidents, mais aussi pour être en position de négociation favorable face à leurs assureurs. Pour les fédérations, les bases de données sur les accidents revêtent en effet une importance capitale lors de la (re)négociation, dans de bonnes conditions, des contrats d’assurance (qualifiés de « nerf de la guerre »)28.

32En dépit de leurs bonnes intentions, ces acteurs avouent ne pas disposer de personnel spécialisé, manquer de temps et parfois des compétences particulières nécessaires à la réalisation d’analyses pointues (qu’elles soient statistiques ou qualitatives, sur le mode du retour d’expérience). Du coup, ils se déclarent souvent déçus des études qu’ils produisent. Certains soulèvent même le risque d’interprétations hâtives ou erronées à partir de résultats jugés fragiles, notamment lorsque les chiffres manipulés s’avèrent relativement faibles (du fait notamment du morcellement des acteurs). « On est souvent sur des nombres très faibles, ce qui veut dire que d’une année à l’autre, ou d’un organisme à l’autre, il peut y avoir des tendances complètement différentes » (secouriste public, à propos des données relatives au secours dans un département).

33L’outil statistique revêt une valeur heuristique incontestable dans le domaine de l’étude des accidents. Le propos consiste simplement ici à souligner que les bases de données constituées à propos des accidents de sports de montagne s’avèrent souvent insuffisamment précises, et parfois peu fiables. Pourtant, un postulat a longtemps présidé aux réflexions menées sur l’accidentologie des sports de montagne : une base statistique solide devrait permettre d’objectiver la situation, les grands nombres faisant en quelque sorte autorité. Depuis la fin des années 2000, cette culture statistique devient moins prégnante, laissant la place au développement d’études qualitatives et cliniques d’accidents.

Un observatoire national au rôle et à l’utilité contestés

  • 29 D’autres pays européens ont une démarche plus active et transparente. Voir par exemple : http://www (...)

34Le SNOSM a été mis en place en 1996 pour recenser l’activité des services de secours dans les domaines skiables, puis étendu à la période estivale dès 1998. Comme déjà évoqué, il constitue en France l’outil le plus systématique de recueil de données sur les secours réalisés en station de sports d’hiver et en zone de montagne. Le dispositif déployé, quoique rigoureux et fiable, reste fragile à plus d’un titre : manques de détails, de transparence et de diffusion se combinent29 (Spira et Loisel, 2008).

35D’après une mission d’expertise du SNOSM réalisée par la société Cemka-Eval pour l’Institut de veille sanitaire en 2009, cet observatoire répond correctement à l’objectif de recensement de l’activité des services de secours (avec une bonne exhaustivité et une remontée d’information satisfaisante de la part des acteurs de terrain). Ce dispositif est en tout état de cause le seul à produire des données nationales sur les accidents de montagne pris en charge par les services de secours. Force est de constater cependant qu’il donne très peu d’information sur les personnes accidentées (âge, sexe), les circonstances et la nature des sinistres ou encore les aspects médicaux. Surtout, le caractère agrégé des données récoltées rend impossible un traitement plus fin (sur le plan territorial, par exemple).

  • 30 Préoccupation renforcée par la Loi de modernisation de la sécurité civile du 13 août 2004, qui érig (...)
  • 31 Du reste, il n’en a pas toujours la possibilité : les pompiers, par exemple, ne produisent tout sim (...)

36Officiellement, le SNOSM avait dès sa création une vocation préventive : réduire les risques d’accidents de montagne30. À partir du recensement de l’activité des secouristes en montagne, il était en effet censé offrir une meilleure connaissance des accidents ayant justifié l’appel aux secours et permettre in fine la définition d’une politique de prévention basée sur ces acquis de terrain (tirer des enseignements destinés à mieux cibler les campagnes). Sur ce plan, l’apport reste flou, car le système n’a pas été à l’origine de campagnes de sensibilisation particulièrement marquantes31 : 

Afin de mettre en place des campagnes de prévention, les informations recueillies apparaissent trop limitées pour pouvoir permettre de repérer des risques très spécifiques à une catégorie d’usagers ou à un type de pratique. […] Il apparaît que l’enregistrement des interventions des services de secours tel qu’il a été organisé jusqu’à présent n’est pas suffisant pour produire des éléments complets de connaissance des accidents de sports d’hiver, permettant la mise en place d’actions de prévention adéquates (Institut de veille sanitaire, 2009).

37À propos des données estivales, l’effort semble encore plus ténu, car avec seulement 5 000 à 6 000 interventions de secours hors domaine skiable (par rapport à 50 000 accidents sur les domaines skiables par hiver), le soutien de l’État et la curiosité ne sont pas très fortement stimulés ; il est même clairement dit que les initiatives associatives subsidiaires (de la FFCAM, de l’ANENA, de la FFRP, etc.) sont les bienvenues pour prendre le relais.

38Enfin, à l’heure actuelle, la publication des résultats du SNOSM n’est pas considérée comme un élément central d’information et de sensibilisation du public, pour des raisons que nous abordons plus en avant dans le présent article.

Des données sur les interventions de secours biaisées par des enjeux corporatistes

39Alors que les interventions des secouristes publics (unités de gendarmerie, compagnies républicaines de sécurité et sapeurs-pompiers) constituent la base de l’information produite sur les accidents hors domaine skiable à l’échelon national, un récent rapport de la Cour des comptes souligne que les conflits latents entre ces acteurs du secours en montagne nuisent à la fiabilité des statistiques : 

De réels conflits existent entre les acteurs, fondés sur ces querelles de légitimité historique, technique et juridique. Du fait de l’histoire brillante à laquelle il se rattache, du haut degré de technicité qu’il requiert et des risques qu’il peut comporter, le secours en montagne est une source de prestige pour les services chargés de l’assurer qui explique qu’ils y soient fortement attachés au point d’entrer parfois en concurrence (Cour des Comptes, 2012 : 17).

40Déjà soulignée et analysée par Bastien Soulé et Jean Corneloup (2002), cette concurrence pousse à jouer sur les chiffres pour faire bonne figure au sein d’un système a priori complémentaire. L’attribution des opérations de secours s’en trouve occasionnellement touchée : les Centres Opérationnels Départementaux d’Incendie et de Secours (CODIS) sont par exemple accusés de détourner à leur profit des interventions qui devraient revenir aux services spécialisés (gendarmes, CRS) ; inversement, les SDIS reprochent aux gendarmes et aux CRS de court-circuiter le CODIS ou le SAMU et d’engager leurs propres moyens lorsque des alertes leur parviennent directement.

  • 32 5 600 : données du SNOSM ; 8 000 : interventions déclarées par les services.

41Ainsi, en l’absence de données fiables et exhaustives, il est par exemple impossible d’évaluer le nombre d’opérations de secours en montagne assurées par les SDIS (sapeurs-pompiers) (de 5 600 à 8 000 par an en moyenne selon les sources32). Sur un total de 4,5 millions de secours aux personnes par an en France, cela représente « moins de 1 % de l’action des SP, qui sont par contre à la source de 80 % de leurs emmerdes » (sapeur-pompier).

  • 33 « La régulation systématique des alertes par les CODIS, permettant de ne qualifier en secours en mo (...)

42Ces rivalités induisent des contournements des procédures de centralisation des alertes (à l’échelon des CODIS) et de déclenchement des moyens aériens, avec pour conséquence relativement fréquente des interventions en doublon de la part de services qui en viennent à se disputer les interventions. Ces libertés prises par rapport à la centralité du CODIS dans la régulation des alertes floutent les bilans d’accidents33 : on en vient à disposer de données sur l’activité des différents services qui ne sont pas conformes à la réalité des besoins en matière de secours et d’assistance. Dans ce contexte concurrentiel, il arrive régulièrement que de simples secours à personne relevant d’accidents de la circulation, par exemple, soient accaparés par des secouristes publics désireux de « faire du bilan » ou affichés par les pompiers comme des secours en zone montagne.

  • 34 « Là où ils interviennent, les SDIS peuvent avoir une activité de secours en montagne qui ne doit p (...)

43« Dans la plupart des départements, l’addition des chiffres de la DGGN et de la DCCRS, voire le seul nombre d’interventions fourni par la DGGN dans les départements où les CRS ne sont pas implantés, dépasse le plus souvent, parfois de façon conséquente, le nombre d’interventions enregistré par le SNOSM » (Cour des comptes, 2012 : 56). Dans les faits, les SDIS réalisent pourtant un nombre non négligeable d’interventions34.

44Parfois, la rivalité des unités n’est pas directement en cause, même si la volonté de faire état aussi précisément que possible de l’activité de son unité pousse à tout mentionner, y compris quand de doubles décomptes sont probables : 

[…] souvent sur les grosses opérations, sur des avalanches, sur des recherches, les unités venaient en commun, la préfecture se voyait transmettre des chiffres redondants. Puisque tout le monde disait bon voilà, on a fait un mort à un moment donné […] et nous on transmettait un disparu parce que c’est pas nous qui l’avions, un disparu en randonnée, c’est pas nous qui l’avions retrouvé, c’était le PGHM sur une semaine de permanence… (CRS de montagne)

Les enjeux touristiques

45La raison du caractère délicat de la thématique des risques en territoire montagnard est aussi liée aux enjeux touristiques en suspens.

46La confidentialité des chiffres d’accidentologie détenus par le SNOSM est déplorée par Brice Julien (2011 : 17). Elle se traduit notamment par « le choix de la part des préfectures de jouer la transparence (ou non) sur le nombre d’accidents en montagne survenus dans leur département […]. Les chiffres d’accidentologie en montagne se positionnent aussi comme la bête noire de l’activité touristique en affichant le côté sombre (et néanmoins réel) du marché touristico-sportif en montagne. » Certains départements ne communiquent tout simplement pas leurs données, quand d’autres avancent des données « manifestement peu crédibles » (Cour des comptes, 2012 : 56).

47À propos de la Commission Information et Sécurité (CIS), un responsable des gendarmes de montagne juge pour sa part « tellement démoralisant de produire si peu depuis tant de temps ! Même si on peut comprendre pourquoi — personne n’a envie d’embêter les élus de montagne ». Pour l’ANENA, « c’est très compliqué la CIS, il y a des intérêts divergents, et le SNOSM derrière qui ne sait plus quoi faire… Il est face à une mission a priori qui est de diffuser de l’info de prévention, mais de l’autre côté pas trop non plus, parce qu’il ne faut pas faire peur aux touristes ».

Le tourisme de montagne vise un positionnement cocooning et détente et redoute le contrecoup médiatique. Or, les morts en paroi ou en avalanche parasitent la vitrine sécurisée des pistes balisées, fonds de commerce des massifs. Aussi la communauté et les élus de massifs aspirent à mieux contrôler l’information qui en est donnée. Seulement régulièrement l’actualité tragique rattrape cette logique de silence et accentue le fossé avec le public (Le Dauphiné du 15 octobre 2011).

48Dans cette perspective, le SNOSM a pour vocation de permettre une prise de recul par rapport à l’actualité et de trouver des éléments de langage permettant de parler de l’accidentologie en la relativisant. Au-delà de ses missions officielles (répondre par des chiffres fiables aux interrogations légitimes de l’opinion publique, tirer des enseignements destinés à mieux cibler les campagnes de prévention), le SNOSM poursuit donc un objectif sous-jacent ayant aussi présidé à sa mise en place : éviter les interprétations alarmistes, de la part des médias et du grand public, des bilans d’accidents se produisant en montagne.

49Les données faisant actuellement autorité sont a priori flatteuses, probablement parce qu’elles sont inférieures à la réalité accidentelle ; pour autant, elles sont aujourd’hui faiblement diffusées. Conformément à la volonté de la CIS, les résultats obtenus par le SNOSM sont peu ou pas publiés au-delà de la CIS. À partir des données reçues, « le responsable du SNOSM rédige un rapport par saison, retravaillé et discuté au niveau du comité de pilotage. Celui-ci fournit ensuite le rapport à la CIS et lui propose des axes d’actions prioritaires pour définir une politique de prévention des accidents. La CIS approuve le rapport. Le système respecte strictement les modalités prévues par la CIS » (Institut de veille sanitaire, 2009).

50Par ailleurs, le site Internet du SNOSM n’est plus actualisé (les bilans ne sont plus en ligne depuis 2007). Les rapports en version papier, vendus par son service documentation de 2000 à 2005, ne sont aujourd’hui plus accessibles à l’École nationale de ski et d’alpinisme. Pour toute communication, une simple fiche de synthèse est rédigée pour servir de support au moment du lancement des campagnes de prévention. Les principes en matière de communication adoptés par la CIS le 28 novembre 1998 sont très clairs : assurer et garantir une parfaite confidentialité de l’information collectée et traitée, ne communiquer l’information qu’avec l’accord du comité pilotage, ne communiquer que les seules données agrégées sur le plan national. « Ce qui rend le SNOSM muet, ce sont les pressions émanant des stations », affirme un membre du SNGM. Ce que confirme un fonctionnaire du ministère responsable des sports, en prise avec ces tensions : l’Association Nationale des Élus de la Montagne est très réticente à voir l’information produite diffusée davantage, et pèse dans ce sens en CIS, laquelle à son tour « verrouille ».

51C’est pourquoi la récente création par la préfecture de la Haute-Savoie d’un pôle de compétence en matière de prévention (évoquée plus haut) visait surtout à soustraire plusieurs acteurs clés de l’accidentologie de certaines pressions provenant de l’industrie des sports d’hiver et des élus de montagne. Comme si pour analyser l’accidentologie, définir les activités à risque et mettre en place des modes de prévention adaptés, il fallait reconquérir une certaine indépendance : 

L’idée c’était de travailler à plus petite échelle et de rentrer un petit peu plus dans le détail […] où c’est bien amené je trouve c’est qu’on distingue la partie accidentologie qui travaille en mode confidentiel, avec une liberté de parole, et on s’affranchit de toute la pression des lobbies, parce qu’on est purement sur l’accidentologie, et après on en dégage des pistes de prévention, et là on fait appel à de la com (fonctionnaire de l’École nationale de ski et d’alpinisme).

Conclusion

  • 35 À l’exemple des secouristes publics soignant leurs bilans d’intervention, conformément à leurs enje (...)

52Complexité de l’organisation de la prévention et des secours en montagne ; diversité des finalités des parties prenantes35 ; éclatement des sources et hétérogénéité incidente de l’information ; existence de rivalités réduisant les interrelations au sein du système ; impossibilité d’articuler des « données » trop disparates ; limites méthodologiques intrinsèques des démarches existantes ; culture statistique peu compatible avec les chiffres à disposition ; difficultés d’appréhension de pratiques diffuses et peu encadrées ; prégnance de certains « prêts-à-penser » analytiques ; manque de transparence et de publicisation de l’information produite… Mis bout à bout, ces divers facteurs interdépendants composent un tableau incitant au pessimisme : l’accidentologie des sports de montagne, sur laquelle plane l’ombre étouffante de l’industrie des sports d’hiver, est largement perfectible en France.

53Des enjeux de divers ordres (touristiques, corporatistes, assurantiels, etc.) façonnent à la fois la production de connaissances sur les accidents et les messages préventifs, dont la dimension référentielle et conative se trouve ainsi contrariée. Alors qu’elle constitue un terrain privilégié de pratiques sportives et de loisirs diversifiées en montagne, que ses massifs sont assidûment fréquentés (hiver comme été), qu’elle est dotée de professionnels de l’encadrement et du secours dont la qualité est internationalement reconnue, la France semble être moins performante en matière d’accidentologie des sports de montagne, qui constitue une sorte de « maillon faible ». A contrario, dans plusieurs autres pays où se pratiquent les sports de montagne (Suisse, Autriche, Canada, États-Unis, etc.), les donnés issues des opérations de secours sont rendues publiques, généralement consultables en ligne et font, pour certaines, l’objet d’analyses destinées à définir les principaux facteurs de danger et les contextes accidentogènes. Il est dès lors plus aisé de faire des accidents (et incidents) des occasions de progression et de formation sur le plan de la sécurité.

Haut de page

Bibliographie

ANSEL, Philippe et Jean-Pierre PAGÈS (1997), « Démocratie, scène médiatique et mesure des opinions. Le cas particulier du nucléaire », Actes du colloque Atome & Société, Paris, Centre Antoine Béclère, p. 113-124.

BAHR, Roald et Tron KROSSHAUG (2005), « Understanding injury mechanism : a key component of preventing injuries in sport », British Journal of Sports Medicine, 39, p. 324-329.

BECK, Ulrich (2001), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.

BOUDIÈRES, Vincent (2005), « Entre prévention des risques et opportunité touristique : les espaces freeride en question », Neige et avalanches, 112, p. 22-25.

BOUDIÈRES, Vincent (2007), « Risques d’avalanches et activités hors-pistes : entre attractivité touristique et gestion des risques, quelle voie pour la prévention dans les domaines skiables ? » dans Philippe BOURDEAU (dir.), Les sports d’hiver en mutation : crise ou révolution géoculturelle ?, Paris, Hermès-Lavoisier, p. 135-145.

BOURDEAU, Philippe (1995), L’escalade, entre sport et tourisme, Paris, Agence française de l’ingénierie touristique.

BROOKS, M. Alison, D. Mickael EVANS et Frederick P. RIVARA (2010), « Evaluation of skiing and snowboarding injuries sustained in terrain parks versus traditional slopes », Injury Prevention, 16(2), p. 119-122.

CHANTRAINE, Gilles (2004), « Société du risque et gouvernementalité. Jalons pour une reconstruction théorique », Actes du colloque Acteur, risque et prise de risque à l’épreuve des sciences sociales [En ligne]. http://clerse.univ-lille1.fr/IMG/pdf/co_actes_arpr.pdf. Page consultée le 17 décembre 2013.

COUR DES COMPTES (2012) L’organisation du secours en montagne et de la surveillance des plages, rapport de la Cour des comptes, septembre 2012. [En ligne]. www.ccomptes.fr/index.php/Publications/Publications/Organisation-du-secours-en-montagne-et-de-la-surveillance-des-plages. Page consultée le 10 février 2013.

FABIANI, Jean-Louis (1986), « Un exemple de construction savante du risque forestier : les forêts péri-urbaines ». Communication au colloque Évaluer et maîtriser les risques, Chantilly.

GILBERT, Claude (2003), « La fabrique des risques », Cahiers internationaux de sociologie, 114(1), p. 55-72.

HOLDER, Yvette et al. (2004), Lignes directrices pour la surveillance des traumatismes, Genève, Organisation mondiale de la santé.

INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE (2009), Mission d’expertise
 du Système national d’observation de la sécurité en montagne (SNOSM) en période hivernale, Paris, L’Institut.

JOFFE, Hélène (2003), « Risk : From perception to social representation », British Journal of Social Psychology, 42, p. 55-73.

JULIEN, Brice (2011), « Un éclairage des problématiques de l’alpinisme par l’accidentologie » dans Emmanuelle DURAND et Niels MARTIN (dir.), Actes des Assises de l’alpinisme et des activités de montagne, Chamonix, Observatoire des Pratiques de la Montagne et de l’Alpinisme, p. 17-26.

KERVERN, Georges-Yves (1995), Éléments fondamentaux des cindyniques, Paris, Economica.

LEFÈVRE, Brice (2000), Contribution à l’accidentologie des pratiques de haute montagne et de randonnée en moyenne montagne dans le département de la Haute-Savoie, Chamonix, Conseil supérieur des sports de montagne.

LEFÈVRE, Brice, Bruno FLEURY et Alain MONNIER (2005), « Accidents de montagne sur la période estivale, France, 2000-2003 : éléments descriptifs statistiques », Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 3, p. 11-12.

MARSAC, Antoine (2006), « En kayak de haute rivière, pratiques individuelles et engagements partagés », Ethnologie française, 36, p. 603-611.

MARTHA, Cécile et Jean GRIFFET (2006), « Sauter dans le vide : le Base-Jump, le jeu le plus sérieux du monde », Ethnologie française, 36, p. 635-642.

MARTUCELLI, Danilo et Richard SOBEL (2004), « Présentation », Actes du colloque Acteur, risque et prise de risque à l’épreuve des sciences sociales, 1-3 [En ligne]. http://clerse.univ-lille1.fr/IMG/pdf/co_actes_arpr.pdf. Page consultée le 15 novembre 2013.

MUCCHIELLI, Laurent (2001), Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte.

OBSERVATOIRE DES METIERS SPORTIFS DE LA MONTAGNE (1998), Accidentologie des activités de montagne. Les accidents, leurs causes et leurs préconisations. Essai de traduction analytique. Exercice 1996-1997, Fédération des clubs alpins français et École nationale de ski et d’alpinisme.

POIZAT, Dominique (2001), « Communication préventive et objectivation du risque : le cas des sports d’hiver », Communication et organisation, 20, p. 79-93.

RASMUSSEN, Jens et Inge SVEDUNG (2000), Proactive Risk Management in a Dynamic Society, Karlstad, Swedish Rescue Services Agency.

RIGOU, Annabel et al. (2013), « Une estimation des décès traumatiques liés à la pratique sportive en France métropolitaine, en 2010 », Journal de traumatologie du sport, 30(3), p. 159-165.

ROQUEPLO, Philippe (1986), « Le risque au ralenti. Le cas des pluies acides ». Communication au colloque Évaluer et maîtriser les risques, Chantilly.

ROUTIER, Guillaume (2011), De l’engagement au désengagement corporel : une approche sociologique plurielle des dynamiques, ruptures et permanences identitaires face à l’acceptation du danger dans les sports de nature. Thèse de doctorat en sociologie codirigée par Stéphane HÉAS et Bastien SOULÉ, Rennes, Université Rennes 2.

ROWE, William D. (1975), An « Anatomy » of Risk, Washington, U.S. Environmental Protection Agency.

SAGUES, Julien et Éloi MANTEAUX (2007), Création d’un observatoire d’accidentologie de montagne. Phase initiale : bilan d’acceptabilité à travers une étude des usages. Thèse de doctorat d’exercice en médecine sous la direction de Delphine RHEM, Grenoble, Université Joseph Fourier.

SOULÉ, Bastien (2004), Sports d’hiver et sécurité. De l’analyse des risques aux enjeux de leur gestion, Paris, L’Harmattan.

SOULÉ, Bastien et Jean CORNELOUP (2002), « Logiques d’action et conflits entre intervenants du secours en montagne », Cahiers de la sécurité intérieure, 48, p. 81-101.

SOULÉ, Bastien, Véronique REYNIER et Jean CORNELOUP (2007), « La communication préventive sur les risques », Communication [En ligne]. Vol. 26(1) (9 juin). http://communication.revues.org/754. Page consultée le 23 mai 2014.

SPIRA, Alfred et Jean-Pierre LOISEL (2008), « L’épidémiologie des accidents de la vie courante, rapport d’un groupe de travail » dans Livre blanc Prévenir les accidents de la vie courante, Commission de sécurité des consommateurs & INC, p. 99-113.

Haut de page

Notes

1 Précision importante : les décès à bicyclette (de 130 à 140 par an en France) et par noyade (environ 500 chaque été en France) ne sont pas pris en compte.

2 « On a chaque année plus de personnes qui se tuent en montagne (300 depuis 2007) que sur la route » (Régis Castro, directeur de cabinet du préfet de la Haute-Savoie, dans L’Essor savoyard du 19 juillet 2012). Il faut préciser qu’en 2011, ce département a été témoin, en ce qui a trait à la pratique de l’alpinisme, du véhicule tout-terrain (VTT) ou du parapente-deltaplane, de plus de 50 % des secours effectués sur le territoire national.

3 Empruntée aux spécialistes de la sécurité routière, cette notion renvoie au taux d’accidents rapporté à une variable qui peut être une population (le nombre de pratiquants d’un sport, par exemple) ou un volume de pratique (en heures, par exemple ; on parlera alors d’exposition).

4 L’accidentologie est l’étude des accidents, du point de vue de leurs causes comme de leurs effets.

5 Réunissant un consortium de chercheurs en sciences du sport, en sociologie, en droit, en psychologie sociale et en géographie, appartenant aux universités de Lyon et de Grenoble ainsi qu’au Pôle Alpin des risques naturels. [En ligne]. http://www.fondation-petzl.fr/mieux-connaitre-l’accidentologie-des-sports-de-montagne

6 Notre article se focalise sur les risques de traumatisme corporel : « […] dommage physique causé à une personne lorsque son corps a été soumis, de façon soudaine ou brève, à un niveau d’énergie intolérable. Il peut s’agir d’une lésion corporelle provenant d’une exposition à une quantité d’énergie excédant le seuil de tolérance physiologique, ou d’une déficience fonctionnelle conséquence d’une privation d’un ou de plusieurs éléments vitaux (air, eau, chaleur) […]. Le temps passé entre l’exposition à l’énergie et l’apparition du traumatisme est court » (Holder et al., 2004 : 17).

7 Dans diverses disciplines comme les cindyniques, la sociologie, la communication, la géographie ou encore l’épidémiologie (Soulé, 2004 ; Poizat, 2001 ; Soulé, Reynier et Corneloup, 2007 ; Boudières, 2007 ; Brooks, Evans et Rivara, 2010).

8 Hausse parallèle à la forte croissance du nombre de pratiquants : +300 % entre 1998 et 2008.

9 Ces éléments, dans leurs dimensions quantitative et qualitative, ont fait l’objet d’un rapport de synthèse consultable en ligne sur le site de la fondation Petzl : http://www.fondation-petzl.org Page consulté le 17 décembre 2014.

10 La formule est empruntée à Gilbert : « Le risque technologique et situation de crise », Conférence Midisciences, cycle de conférences bimensuelles pluridisciplinaires, Université Joseph Fourier, 24 avril 2001, Grenoble.

11 « Si les statistiques locales des opérations de secours (en montagne) sont en général accessibles, mais difficiles à cumuler à l’échelon national, il s’avère par contre très ardu d’obtenir une information centralisée sur l’accidentologie dans les différentes pratiques concernées (alpinisme, ski, escalade, canyoning). Rares sont les données fiables et homogènes […] du fait d’une rétention d’information parfois obsessionnelle et difficilement justifiable par des arguments sérieux » (Bourdeau, 1995 : 63).

12 Association nationale pour l’étude de la neige et des avalanches (ANENA), Centre national d’instruction au ski et à l’alpinisme de la gendarmerie (CNISAG), Centre national d’entraînement à l’alpinisme et au ski (CNEAS), Système national d’observation de la sécurité en montagne (SNOSM), Conseil supérieur des sports de montagne (CSSM), Groupe de montagne des sapeurs-pompiers (GMSP), centres hospitaliers, Institut de formation et de recherche en médecine de montagne (IFREMMONT), Association des médecins de montagne (AMM), Secours spéléologie, Fédération française de la montagne et de l’escalade (FFME), Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM), Fédération française de randonnée pédestre (FFRP), Fédération française de spéléologie (FFS), Union des centres de plein air (UCPA), Syndicat national des guides de montagne (SNGM), Union internationale des activités d’alpinisme (UIAA).

13 Notons d’emblée le rôle croissant des assureurs en matière de poursuites judiciaires, les particuliers n’étant pas toujours à l’origine de la procédure. En ce qui concerne ce volet judiciaire, les décisions pénales, rendues au nom du peuple français, sont officiellement publiques. Mais dans les faits, elles restent relativement confidentielles, dans la mesure où elles ne sont pas répertoriées ou centralisées dans une juridiction clairement désignée. Ainsi, sans banque de données, il est très difficile pour les particuliers, les organisations et même les magistrats d’avoir accès à ces jugements.

14 Des configurations territoriales plurielles compliquent la donne, selon que le préfet, à partir des forces en présence, des caractéristiques du milieu et des revendications d’intervention, a opté pour l’alternance, la sectorisation ou la mixité du secours public en montagne. En fonction du mode de partage adopté, le bilan des secours réalisés dans chaque département de montagne est plus ou moins simple à établir, et porteur de risques d’approximation (éparpillement, redondances, etc.). Il apparaît par exemple que les 20 secteurs d’intervention des pelotons de gendarmerie de (haute) montagne (PGM et PGHM) et 7 des CRS se recouvrent partiellement. Inversement, dans les territoires où un corps de secouristes publics est en situation de monopole, cette source de biais est atténuée.

15 Les tentatives d’harmonisation de ces référentiels, entre corps de secouristes par exemple, n’ont pas été suivies d’effets.

16 C’est un effet pervers du fonctionnement d’un système au sein duquel les rivalités ne constituent un secret pour personne (FFME/FFCAM, CRS/PGHM/pompiers, ANMSM/IFREMMONT) (voir par exemple Soulé et Corneloup, 2002).

17 Source : http://www.kairn.com/fr/outdoor/15170/installation-du-pole-de-competences-laquo-prevention-en-montagne-raquo-en-haute-savoie.html. Page consultée le 10 avril 2013.

18 Julien Sagues et Éloi Manteaux (2007) soulignent avec raison la coprésence, au sein de ce système, de logiques d’action difficilement compatibles : public/privé, administration/terrain, secours/soins, institutionnel/commercial, démarche nationale/intérêt local. Ces diverses parties prenantes ne font pas système à proprement parler.

19 À l’image du rapport de l’Observatoire des métiers sportifs de la montagne (1998) : monocausalité des explications, accent mis sur la faute technique (qui expliquerait à elle seule 76 % des accidents touchant les membres du Club alpin français).

20 Selon un cadre de l’UCPA, le sujet est délicat au ministère des Sports, où l’on raisonne davantage en fonction de la réglementation que de l’accidentologie : la sécurité étant essentiellement traitée à partir de la question de la certification et de la qualification des encadrants, disposer de connaissances affinées sur les accidents pourrait porter atteinte au bien-fondé de ce raisonnement basé sur le diplôme.

21 À la manière des clubs alpins américains et canadiens, qui diffusent chaque année un recueil de récits relativement détaillés d’accidents de gravité variable, pour permettre à chacun d’en tirer des enseignements ; on peut par ailleurs mentionner l’incidentologie à l’œuvre dans le cadre du Near-Miss Survey, centré sur les presque accidents (voir www.alpinenearmiss.org). Outre le fait que ces possibilités de progression sont par définition plus nombreuses que les accidents, elles ne sont pas chargées des mêmes enjeux (judiciaires, affectifs, institutionnels, etc.).

22 Voir par exemple www.camptocamp.org, www.parapentiste.info/forum, www.bivouak.net, www.descente-canyon.com/forums/.

23 www.skitour.org.

24 Voir le site www.ffvl.org.

25 « Il y a un recueil qui est fait à Paris par un bureau des missions spécialisées, mais il n’y a jamais eu une place importante à l’aspect, à l’analyse de l’accidentologie, des causes à l’origine des accidents, finalement » (CRS de montagne). Chez les pompiers, le constat est également clair : « On n’est pas bon dans l’exploitation des statistiques disponibles », qui sont pourtant nombreuses. Cela se limite à quelques traitements basiques, mais il n’y a pas d’étude poussée, systématique et régulière de ce corpus.

26 Le manque de temps, combiné à la lassitude, peut entraîner le refus de remplir des documents supplémentaires à la suite des interventions de secours. Les gendarmes doivent par exemple remplir de multiples documents : fiches d’intervention, procès-verbaux, mais aussi fiches relatives aux avalanches le cas échéant (pour l’ANENA). En ce qui a trait aux pompiers, l’informatisation en temps réel des interventions (horaires, localisation, moyens mis en œuvre) permet non seulement de gérer au mieux les ressources humaines et matérielles disponibles, mais aussi, en ce qui concerne le service des payes, de dédommager les pompiers volontaires à hauteur de leur sollicitation.

27 Le décompte des décès se limite aux victimes ayant péri « sur le coup », n’intégrant ni les personnes décédées des suites de leurs blessures ni d’éventuels disparus ; mais surtout, les blessés se rendant par leurs propres moyens à l’hôpital ou chez un médecin ne sont pas intégrés à cette base de données.

28 D’où certaines réticences à diffuser l’information détenue, voire une tendance à la présenter sous un angle favorable (taux d’accidents faibles pour les licenciés).

29 D’autres pays européens ont une démarche plus active et transparente. Voir par exemple : http://www.sac-cas.ch/fileadmin/pdf/Medien/Urgences_en_montagne_en_Suisse_2009.pdf.

30 Préoccupation renforcée par la Loi de modernisation de la sécurité civile du 13 août 2004, qui érige en principe le fait de s’attaquer aux risques en les anticipant davantage.

31 Du reste, il n’en a pas toujours la possibilité : les pompiers, par exemple, ne produisent tout simplement pas d’information sur les circonstances accidentelles des secours leur revenant, se bornant, conformément à leurs prérogatives, à venir en aide aux victimes, aux personnes disparues ou à celles en difficulté. Cela rend a priori délicate la tâche du SNOSM, qui est censé formuler des recommandations préventives à partir de telles sources…

32 5 600 : données du SNOSM ; 8 000 : interventions déclarées par les services.

33 « La régulation systématique des alertes par les CODIS, permettant de ne qualifier en secours en montagne que celles qui répondent exactement à la définition précise donnée par la circulaire du 6 juin 2011, permettrait de lever certaines incertitudes statistiques sur l’activité » (Cour des comptes, 2012 : 66).

34 « Là où ils interviennent, les SDIS peuvent avoir une activité de secours en montagne qui ne doit pas être sous-évaluée. En Haute-Savoie, avec un GMSP de 48 agents, le SDIS réalise une moyenne annuelle de 570 interventions, soit près de 24 par secouriste (sur la base de deux secouristes par intervention), atteignant des ratios comparables à ceux de certains services de l’État dans d’autres départements » (Cour des comptes, 2012 : 57).

35 À l’exemple des secouristes publics soignant leurs bilans d’intervention, conformément à leurs enjeux corporatistes, des fédérations visant à rassurer leurs assureurs, par des bilans d’accidents soigneusement établis, des médecins sensibles à l’information nécessaire à leurs publications scientifiques, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Soulé, Brice Lefèvre, Véronique Reynier, Éric Boutroy, Frédérique Roux et Vincent Boudières, « La construction des risques liés aux pratiques sportives de montagne », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/5157 ; DOI : 10.4000/communication.5157

Haut de page

Auteurs

Bastien Soulé

Bastien Soulé est professeur au Centre de recherche et d’innovation sur le sport (EA 647), de l’Université Claude Bernard Lyon 1. Courriel : bastien.soule@univ-lyon1.fr

Articles du même auteur

Brice Lefèvre

Brice Lefèvre est maître de conférences au Centre de recherche et d’innovation sur le sport (EA 647), de l’Université Claude Bernard Lyon 1. Courriel : brice.lefevre@univ-lyon1.fr

Véronique Reynier

Véronique Reynier est maître de conférences au Laboratoire Sport et environnement social (EA 3742), de l’Université de Grenoble. Courriel : veronique.reynier@ujf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Éric Boutroy

Éric Boutroy est maître de conférences au Centre de recherche et d’innovation sur le sport (EA 647), Université Claude Bernard Lyon 1. Courriel : eric.boutroy@univ-lyon1.fr

Frédérique Roux

Frédérique Roux est maître de conférences (habilitée à diriger des recherches) au Centre de recherche et d’innovation sur le sport (EA 647), de l’Université Claude Bernard Lyon 1. Courriel : frederique.roux@univ-lyon1.fr

Vincent Boudières

Vincent Boudières est codirecteur du Pôle Alpin d’études et de recherche pour la prévention des risques naturels (PARN), de l’Université de Grenoble. Courriel : vincent.boudieres@ujf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org