Navigation – Plan du site
Recherches

Améliorer les instances d’autorégulation de la publicité sexiste

Résultats d’une étude comparative et d’un sondage en ligne auprès de parties prenantes au Québec et au Canada
Benoit Cordelier, Yanick Farmer et Mylène Fauvel

Résumés

Cette note décrit les grandes lignes d’un projet de recherche qui visait deux objectifs: 1) établir une comparaison des différents systèmes d'autorégulation de la publicité sexiste mis en place ailleurs dans le monde afin d'identifier les bonnes pratiques applicables au système québécois; 2) procéder à une enquête portant sur la connaissance et l'appréciation du système québécois auprès des annonceurs, des agences de publicité et des associations représentant les consommateurs. Deux approches méthodologiques ont été utilisées pour mener l'enquête: l'analyse documentaire et le sondage en ligne.

Haut de page

Texte intégral

1La publicité et ses effets sur la société font l’objet d’un débat récurrent, avec principalement deux positions antithétiques. L’une porte des arguments qui la présentent comme un miroir de la société (Goffman, 1979 ; Holbrook, 1987) ; l’autre explique qu’elle modèle celle-ci (Pollay, 1986 et 1987). Le sujet est de plus en plus controversé en ce qui concerne le sexisme et les représentations de genre (Ganahl, Prinsen et Netzley, 2003). Depuis longtemps déjà, les autorités gouvernementales (Massé, Laberge et Massé, 2002 ; Massé, 2005 ; Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, 2008 ; Secrétariat à la condition féminine, 2011) et l’industrie de la publicité reconnaissent l’énorme influence que peuvent avoir les messages publicitaires sur les comportements des individus. Pour cette raison, dans un souci de protection du public, et en particulier des publics vulnérables comme les mineurs, des normes ont été mises en place en vue de tracer plus clairement la ligne entre l’acceptable et l’inacceptable en matière de publicité. Par exemple, le premier Code canadien des normes de la publicité est paru en 1963 et plusieurs mises à jour majeures ont été réalisées depuis ; la dernière révision en date a été réalisée en février 2014 (Normes canadiennes de la publicité, 2014). La santé publique est l’un des domaines où la régulation de la publicité est la plus stricte. Ainsi, les publicités relatives aux médicaments, aux instruments médicaux, aux produits naturels ou aux vaccins sont régies par des lois fédérales (Canada, 1985), alors que d’autres publicités relatives aux boissons alcoolisées et aux produits du tabac sont strictement encadrées par des lois provinciales (Québec, 2005 ; Québec, 1991).

2Depuis quelques années, tout ce qui relève de l’image corporelle, et en particulier de l’image corporelle de la femme, est devenu un enjeu majeur pour les autorités de la santé publique. Les images produites par les industries de la publicité et de la mode, qui ont eu tendance par le passé à associer la beauté à la maigreur extrême, sont souvent corrélées dans la littérature à des troubles majeurs de l’alimentation et à une image négative de soi-même (Irving, 1990 ; Jeffreys, 2005 ; Krcmar, Giles et Helme, 2008 ; Stephens, Hill et Hanson, 1994). Cette situation a incité les gouvernements à agir pour lutter contre ce problème. L’initiative lancée par le gouvernement du Québec en vue de l’élaboration d’une Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée (Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, 2010) témoigne d’ailleurs de l’importance accordée à cette question par les autorités. C’est donc de ce contexte qu’émane le mandat qui a donné naissance à notre recherche.

  • 1 C’était le nom de ces instances gouvernementales en 2012, lorsque la recherche a débuté. Certaines (...)
  • 2 L’instance de régulation applique des normes émanant directement de la sphère du droit et de la loi (...)

3Celle-ci est la suite d’une étude comparative menée par le Centre d’études sur les médias (CEM) de l’Université Laval entre différents mécanismes de réglementation et d’autoréglementation de la publicité sexiste mis en place au Canada et ailleurs dans le monde (Christiansen, Halpern et Trudel, 2011). Elle résulte d’un mandat confié à la Chaire de relations publiques et communication marketing de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) par le Secrétariat à la condition féminine (SCF), en collaboration avec le ministère québécois de la Culture et des Communications (MCC)1. En confiant la conduite de cette recherche à l’équipe de chercheurs de l’UQAM, le ministère espérait poursuivre ses efforts de sensibilisation du grand public et des professionnels (annonceurs et agences) et approfondir ses réflexions sur l’amélioration des instances d’autorégulation2 de la publicité sexiste au Québec.

4À la lumière de ce mandat, cette recherche avait deux objectifs principaux : 1) établir une comparaison entre les différents systèmes étudiés dans le rapport du CEM pour en déterminer les bonnes pratiques applicables au système québécois ; 2) procéder à un sondage portant sur la connaissance et l’appréciation des systèmes québécois et canadien auprès des annonceurs, des agences de publicité, des associations représentant les consommateurs et des organisations en condition féminine. Nous allons donc décrire les principales étapes de la recherche et ses résultats. La première partie présentera le cadre méthodologique employé ; la deuxième partie s’attardera aux résultats de l’analyse documentaire et du sondage ; et la troisième partie exposera brièvement l’état de la situation et les recommandations qui ont été transmises au MCC.

Méthodologie et limites

5La recherche s’est déroulée en deux temps. Dans un premier temps, l’équipe a réalisé une analyse documentaire qui s’appuyait essentiellement sur le rapport produit par le CEM. Dans un second temps, il s’agissait de faire un sondage en ligne auprès des parties prenantes dans le but de recueillir leurs avis sur différents aspects de l’autorégulation de la publicité sexiste.

Analyse documentaire

6Dans son rapport, le CEM avait produit une analyse principalement descriptive des mécanismes de régulation et d’autorégulation de la publicité sexiste mis en place au Canada et dans 10 autres pays : l’Allemagne, l’Australie, l’Espagne, les États-Unis, la France, l’Italie, le Royaume-Uni, la Suède, le Danemark et la Norvège. L’équipe du CEM s’est surtout intéressée au mandat des organismes, à leurs membres, aux codes et à la définition de la publicité sexiste, au nombre des plaintes reçues et aux étapes de leur traitement. Étant donné les délais assez courts accordés à l’équipe par le commanditaire de la recherche, l’analyse documentaire s’est limitée à la relecture du rapport du CEM, pour en dégager les questions déterminantes concernant précisément l’autorégulation de la publicité sexiste (le rapport du CEM s’intéressait aussi à certaines instances internationales de régulation comme la Chambre de commerce internationale). Cette analyse documentaire était bien sûr utile à l’étude puisqu’elle permettait de voir les meilleures pratiques de l’industrie à l’étranger et de les comparer à celles qui ont cours au Québec et au Canada. Cependant, pour respecter le mandat de la recherche et proposer des pistes d’amélioration plus ciblées, il apparaissait nécessaire d’interroger directement les parties prenantes ayant un intérêt particulier pour l’amélioration du système actuel. C’est pourquoi l’équipe a décidé d’élaborer un questionnaire en ligne destiné aux annonceurs, aux agences de publicité, aux associations de consommateurs et aux organisations en condition féminine.

Sondage en ligne

7Le sondage visait à établir chez les personnes ou auprès des organisations interrogées la connaissance des dispositifs québécois et canadien d’autorégulation de la publicité sexiste, l’utilisation qui en avait été faite (le cas échéant), la satisfaction ou l’insatisfaction générée par la procédure et les pistes d’amélioration attendues. Deux questionnaires légèrement différents ont été utilisés pour recueillir les opinions des groupes de parties prenantes. L’un s’adressait aux annonceurs et aux agences de publicité, l’autre aux associations de consommateurs et aux groupes en condition féminine. Les questionnaires comportaient principalement des questions fermées faisant appel à des échelles de Likert. À la fin des questionnaires, il y avait aussi quelques questions ouvertes au sujet des forces et des faiblesses du système d’autorégulation en place et des pistes d’amélioration possibles. Les deux questionnaires comprenaient cinq sections, soit un formulaire d’information et de consentement, une partie sur les données socioprofessionnelles, une partie sur la connaissance des mécanismes de régulation en publicité, une partie sur les expériences vécues auprès des instances en place et, finalement, une partie sur les forces et les faiblesses du système actuel.

8La sélection des participants s’est faite à partir de listes de diffusion. Ainsi, pour les groupes en condition féminine, le SCF avait une liste particulière de groupes qu’il souhaitait sonder, et c’est avec cette liste que l’équipe de recherche a travaillé. Pour ce qui concerne les annonceurs, l’équipe s’est limitée à un groupe de 84 annonceurs membres de l’Association canadienne des annonceurs et dont les coordonnées étaient disponibles sur le site Web de l’association. Du côté des agences, un appel a été lancé aux membres de l’Association des agences de publicité du Québec. Le recrutement des participants de tous ces différents groupes s’est fait uniquement à l’aide d’un courriel transmis aux responsables des communications ou de certains membres de la direction. Un second courriel de relance leur a aussi été envoyé une semaine avant la fermeture du sondage. En tout, les participants disposaient donc de trois semaines pour répondre au questionnaire en ligne.

9Au total, 47 personnes ont répondu au questionnaire s’adressant aux annonceurs et aux agences de publicité. De ces 47 questionnaires, seuls 29 ont été conservés pour l’analyse des résultats. Notre critère d’inclusion était que le participant avait répondu à une majorité de questions et s’était rendu jusqu’à la fin du questionnaire. Il faut aussi souligner que les participants avaient la liberté de ne pas répondre à certaines questions. Il est donc arrivé que nous conservions certains questionnaires, même si les répondants n’avaient pas répondu à la totalité des questions.

10Le second questionnaire a quant à lui été envoyé à 12 organismes sélectionnés par le SCF et le MCC. Un courriel d’invitation a été transmis à trois groupes nationaux et à quatre groupes régionaux en condition féminine, au Conseil du statut de la femme et à trois associations représentant les consommateurs. Dans ce groupe, 20 personnes ont répondu au questionnaire. De ce nombre, 13 questionnaires ont été jugés recevables selon les critères mentionnés précédemment.

11Ces réponses ont par la suite donné lieu à une analyse en quatre étapes. Une première étape consistait en une analyse descriptive permettant de dégager des tendances centrales pour chaque question abordée dans le questionnaire. Une deuxième étape consistait en une analyse comparative, lorsque c’était possible, des résultats obtenus en fonction du statut (poste de direction ou autre) du participant au sein de son organisation. Dans la troisième étape, l’objectif était de comparer les résultats obtenus auprès des annonceurs et des agences à ceux qui ont été obtenus auprès des organismes en condition féminine et des associations de consommateurs. Cette analyse a été effectuée par un logiciel qui utilisait deux filtres, l’un pour exclure les questionnaires incomplets, l’autre pour analyser les réponses en fonction du statut professionnel au sein des organisations. La dernière étape consistait en la rédaction du rapport de recherche qui a été remis au commanditaire, et dans lequel les données ont été traduites sous la forme de graphiques qui en facilitent la lecture (Fauvel, Cordelier et Farmer, 2013).

Limites méthodologiques

12Étant donné les contraintes, notamment de temps, à l’intérieur desquelles l’équipe a dû travailler, la recherche comporte certaines limites sur le plan méthodologique. D’abord, comme mentionné précédemment, l’analyse documentaire a été réalisée à partir d’un seul document, soit le rapport produit par le CEM. Cet élément a certainement réduit la possibilité d’avoir un portrait plus global des pratiques de régulation et d’autorégulation de la publicité sexiste à l’échelle internationale. Cependant, en raison de leurs caractéristiques assez similaires aux nôtres, les pays et les instances étudiés offraient certainement un aperçu fiable des meilleures pratiques applicables au Québec. Une deuxième limite assez importante de la recherche était liée à la maîtrise de la langue française. En effet, les questionnaires mis en ligne étaient en français uniquement. Or, au moment de la diffusion auprès des annonceurs, nous avons constaté que plusieurs entreprises basées en Ontario n’avaient pas d’employés suffisamment compétents en français pour pouvoir répondre au questionnaire. La troisième limite est liée au nombre de répondants. L’équipe a reçu un nombre assez appréciable de réponses, mais plusieurs d’entre elles ont été exclues, car les questionnaires étaient incomplets. Une autre limite se rapportait à notre mandat, qui ne visait pas des recommandations de nature réglementaire ou législative. Pour cette raison, les réponses qui allaient dans ce sens ont été écartées. Enfin, il aurait pu être intéressant de poursuivre notre démarche par une analyse qualitative plus poussée, ce que notre outil de collecte de données ainsi que le délai imparti pour la recherche ne permettaient pas de faire.

Résultats

Résultats de l’analyse documentaire

13Quatre aspects qui apparaissaient essentiels à l’amélioration du système québécois sont ressortis de l’analyse du rapport du CEM. D’abord, le rapport souligne la nécessité, pour tout mécanisme d’autoréglementation, de baser les décisions sur une définition précise de ce qu’est une publicité « sexiste ». La précision de la définition des termes favorise une application plus pointue des normes et permet même de réduire le délai de traitement des plaintes, comme c’est le cas par exemple en Italie. Cela dit, il importe de noter que le processus visant à définir la publicité sexiste peut se révéler complexe et changeant, dans la mesure où chaque définition doit tenir compte des évolutions culturelles et sociales propres à chacune des communautés où agissent les instances de régulation et d’autorégulation de la publicité. L’équipe de recherche a aussi noté qu’il serait pertinent de créer des codes propres aux produits « sensibles », tels que l’alcool, les produits érotiques ou les sites de rencontres, comme cela se fait déjà dans des pays comme l’Espagne ou l’Australie. Comme c’est le cas pour toute application de normes générales, le rapport fait également comprendre l’utilité d’illustrer les guides d’interprétation des normes de la publicité par une forme de compilation de la jurisprudence qui aiderait à voir comment appliquer des normes générales à des cas singuliers.

  • 3 La préapprobation est un service d’examen des contenus publicitaires offert aux agences ou aux anno (...)

14Le deuxième aspect qui a émergé de l’analyse du rapport est la réduction du délai de traitement des dossiers qui, cela va de soi, témoigne de l’efficacité des mécanismes mis en place. À partir de la lecture du rapport du CEM, il est suggéré de mettre en place quelques outils pratiques comme un service obligatoire de préapprobation3, un processus d’examen accéléré pour les cas plus simples et un autre standard pour les cas complexes, ou d’établir un processus précis d’ententes à l’amiable lors du traitement des plaintes.

15Le troisième aspect de l’analyse documentaire concerne le lien entre l’autorégulation et la réglementation. Lorsque ce lien est plus serré, il est montré que le nombre de publicités sexistes diminue. En ce sens, au regard de ce qui se fait ailleurs, il semblait souhaitable de renforcer le caractère coercitif du dispositif par la mise en place d’obligations de nature contractuelle liant les membres d’un organisme d’autorégulation et par le suivi auprès des instances administratives ou juridiques compétentes lorsque l’annonceur refuse de collaborer, comme cela se fait aux États-Unis.

16Enfin, le quatrième aspect qui ressort de l’analyse documentaire porte sur la mise en place d’activités de sensibilisation et sur la nécessité pour l’instance d’autorégulation de continuer à réfléchir sur la validité et l’actualité de ses propres normes. Ces activités de sensibilisation passent souvent par la publicité, souvent même par la publicité négative destinée au grand public, mais cette approche a montré ses limites (Leshner, Bolls et Wise, 2011). Il importe aussi d’étudier l’évolution de l’acceptabilité sociale par différents mécanismes de consultation qui devraient inclure l’ensemble des parties prenantes, y compris le grand public.

Résultats du sondage en ligne

17Comme mentionné précédemment, deux questionnaires ont été élaborés, l’un pour les annonceurs et les agences, l’autre pour les associations de consommateurs et les groupes en condition féminine. Du côté des annonceurs et des agences, 29 personnes ont répondu au questionnaire. De ce nombre, la moitié occupaient des postes de direction, tels que président, vice-président, directeur général ou encore directeur des communications. Les autres répondants occupaient les postes suivants : agente de communication, chargée de projet, technicienne média, concepteur-rédacteur, producteur. Il faut noter par ailleurs que quatre personnes ont préféré ne pas nommer leur poste et qu’au total quatre personnes occupant des postes de direction venaient des annonceurs, alors que huit venaient des agences de publicité.

  • 4 Ce chiffre un peu étonnant s’explique sans doute par le fait que le questionnaire ne mentionnait pa (...)

18La première partie du questionnaire portait sur la connaissance générale des organismes d’autorégulation de la publicité et de leur mandat. Tous les répondants connaissaient l’existence de normes régissant les contenus publicitaires au Québec et au Canada. Cependant, 82 % savaient qu’il existait des normes concernant le sexisme. De plus, si les répondants connaissaient bien les principaux organismes d’autorégulation de la publicité comme les Normes canadiennes de la publicité (NCP) (85 % connaissaient bien les NCP), ils avaient une moins bonne connaissance du mandat de ces organismes (39 % disent en avoir une connaissance faible ou nulle). D’autres organismes d’autorégulation comme le Conseil d’éthique de l’industrie québécoise des boissons alcoolisées (CEIQBA) étaient toutefois moins connus des répondants (les deux tiers des répondants affirmaient ne pas connaître celui-ci)4.

19Dans cette partie du questionnaire, d’autres questions portaient sur les processus de plainte et de sanction. À ce sujet, il y a tout de même 18 % des répondants qui ont dit ne pas savoir s’il est possible ou non de porter plainte contre une publicité à caractère sexiste. De plus, plusieurs répondants ne savaient pas quelles sont les sanctions prévues contre les publicités fautives. En fait, plus de la moitié des répondants occupant un poste de direction en agence ou chez un annonceur ne savaient pas quels types de sanctions sont prévus en cas de non-conformité aux normes de la publicité. Pourtant, seulement 57 % des répondants ont indiqué avoir besoin d’en connaître davantage sur les mécanismes et leur mode de régulation. À ces données s’en ajoute une autre, intéressante quand on pense aux recommandations que l’équipe de recherche devait faire au terme de son enquête : environ 60 % des répondants affirmaient ne voir que rarement ou jamais des messages de sensibilisation aux stéréotypes véhiculés par la publicité.

20La deuxième partie du questionnaire concernait le niveau de satisfaction à l’égard des mécanismes de régulation de la publicité sexiste. De manière générale, les répondants étaient assez satisfaits, puisque 44 % se sont déclarés très (7 %) ou assez (37 %) satisfaits, pendant que 28 % des répondants s’estimaient peu ou aucunement satisfaits. Par rapport au traitement des plaintes, peu de répondants ont affirmé avoir recours au processus de plainte. Un seul répondant a indiqué avoir porté plainte pour une publicité sexiste. Cette plainte a été jugée fondée par l’organisme, mais le répondant a ajouté qu’il avait été « moyennement » satisfait du délai de traitement et assez satisfait de la décision.

21La dernière partie du questionnaire traitait des forces et des faiblesses du système canadien de régulation et d’autorégulation de la publicité sexiste. Du côté des annonceurs et des agences, les participants ont insisté sur le fait qu’à leur avis, le système actuel est neutre à l’égard des annonceurs, les organismes d’autorégulation jouissent d’une influence certaine, toutes les plaintes sont traitées et le traitement est en général assez rapide.

22Les faiblesses ciblées par ce groupe de répondants s’articulent autour de trois thèmes : les sanctions, les normes et la connaissance des mécanismes de régulation. En ce qui concerne les sanctions, les répondants ont estimé qu’en général, elles sont insuffisantes. Les répondants avaient parfois l’impression que les mécanismes de régulation ne « donnent pas les moyens nécessaires à l’élimination des publicités sexistes ». L’un des problèmes soulevés à cet égard concernait le processus d’adhésion uniquement volontaire des annonceurs aux instances d’autorégulation.

23En ce qui concerne les normes, il est ressorti du sondage à plusieurs reprises que le système d’autorégulation tel qu’il existe au Québec et au Canada permet le sexisme, car un annonceur peut diffuser une publicité que les répondants jugent sexiste tout en respectant les normes. Il y a d’ailleurs plusieurs exemples de ce type, notamment dans les publicités de boissons alcoolisées. Certains répondants ont aussi fait ressortir que trop de publicités sexistes ridiculisent les hommes. Certains commentaires émis par des répondants ont même fait valoir des préoccupations éthiques. Ainsi, certains ont indiqué qu’à leur avis, les normes de la publicité protègent peut-être trop la liberté d’expression au détriment de la dignité humaine et de l’égalité entre les hommes et les femmes. Par contre, d’autres répondants se sont prononcés contre cette idée, estimant plutôt que des normes trop restrictives brimaient la créativité. Il n’y avait donc pas de consensus sur cette question, mais le premier point de vue était partagé par un plus grand nombre de répondants.

24Enfin, en ce qui concerne la connaissance des mécanismes d’autorégulation, plusieurs répondants ont souligné que la population en général ne connaît pas les mécanismes de régulation de la publicité ni le processus pour porter plainte. Ce point est d’ailleurs conforme aux résultats obtenus lors de cette enquête.

25Du côté des associations représentant les consommateurs et les groupes en condition féminine, les répondants ont reconnu très peu de forces dans le système canadien quant à sa capacité à contrôler les publicités sexistes. Les quelques forces nommées par les répondants concernaient plutôt le contrôle des publicités destinées aux mineurs et la véracité de l’information (concernant notamment les prix). Parmi les autres forces citées par les répondants, certains ont évoqué le retrait des publicités jugées trop « choquantes ».

26Les faiblesses ciblées par ce groupe de répondants s’inscrivent donc dans l’esprit des commentaires qu’ils avaient formulés à l’égard des « forces » du système canadien. Ainsi, beaucoup de répondants ont jugé qu’il est trop facile de « contourner les règles » et de présenter malgré les normes en place des publicités à caractère sexiste. À ce sujet, l’utilisation du corps de la femme pour la vente de produits commerciaux ainsi que le maintien de certains stéréotypes et de la pression sociale qui en découle ont été nommés comme problématiques par certains répondants.

État de la situation et recommandations

27Au terme de la recherche, nous avons envoyé au SCF un état de la situation et une série de recommandations découlant de la collecte de toutes les données et des analyses effectuées. L’état de la situation reprenait les grandes lignes des résultats compilés au cours de l’enquête, lesquels ont pour l’essentiel été résumés ici. Les principales recommandations adressées au SCF font référence à cinq enjeux qui nous ont paru importants.

28Le premier enjeu, fondamental, concerne la mise en place d’activités d’éducation et de sensibilisation. Ces activités devraient s’adresser à toutes les parties prenantes, y compris le grand public, et porter bien sûr sur les mécanismes eux-mêmes et leur fonctionnement, mais aussi sur les répercussions sociales de la publicité sexiste, car celles-ci sont souvent sous-estimées. Le deuxième enjeu consiste à revoir les sanctions prévues en cas de publicité fautive. Comme c’est souvent le cas dans la vie sociale en général, un régime de sanctions plus coercitif reste sans doute un moyen efficace de contrôle des contenus publicitaires. Une meilleure transition vers la judiciarisation du processus de sanction en cas de refus ou de récidive est considérée comme souhaitable par l’équipe. De plus, comme cela a été dit précédemment, les normes, pour être efficaces, doivent bien définir l’objet auquel elles s’appliquent. Il a donc été recommandé de s’attarder à la définition exacte de ce qu’est une publicité sexiste, d’approfondir l’acceptabilité sociale à ce sujet et d’illustrer l’interprétation des cas à l’aide de la jurisprudence. Dans le but d’établir clairement la définition du sexisme en publicité et de déterminer quelle est l’acceptabilité sociale, l’équipe a aussi recommandé de mettre en place, au sein d’un organisme d’autorégulation, un comité composé de toutes les parties prenantes et chargé de se pencher sur ces questions et de produire des avis au besoin.

29La dernière recommandation formulée par l’équipe concernait la structure des organismes d’autorégulation. Étant donné qu’il était difficile pour plusieurs répondants de reconnaître les organismes, il a été suggéré de porter attention à deux aspects relevant de la structuration des dispositifs québécois et canadien : la concentration et la spécialisation. Ainsi, l’équipe s’est demandé s’il ne serait pas souhaitable dans les circonstances de procéder à la mise en place d’un « guichet unique », donc de rassembler les organismes en un seul, pour éviter l’extrême complexité du système actuel dans lequel s’entremêlent de nombreux organismes de régulation et d’autorégulation, et ce, dans plusieurs domaines différents de la communication et des médias (télévision, radio, journaux, Internet). Quant à la spécialisation, même si cela peut paraître évident, l’équipe a jugé utile de rappeler l’importance d’avoir des membres dont l’expertise, même si elle peut être complémentaire, est reconnue par le milieu, ce qui favorise le lien de confiance entre ces instances et l’ensemble des parties prenantes.

30Étant donné que les méfaits sociaux de la publicité sexiste sont reconnus depuis peut-être moins longtemps que ceux, par exemple, qui sont associés à la cigarette et à l’alcool, car ils touchent davantage des dimensions intangibles de l’être humain comme l’image de soi, la question de la régulation du sexisme en publicité reste encore largement à discuter. Dans les prochaines années, il est à prévoir que la sensibilisation à cette problématique continuera de prendre de l’ampleur dans notre espace médiatique.

Haut de page

Bibliographie

CANADA (1985), Loi sur les aliments et les drogues, L.R.C., chapitre F-27 [En ligne]. http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/F-27/. Page consultée le 17 juillet 2014.

CHRISTIANSEN, E., P. HALPERN et P. TRUDEL (2011), Portrait descriptif des mécanismes de réglementation et d’autoréglementation relatifs à la publicité sexiste, Québec, Université Laval, Centre d’études sur les médias.

FAUVEL, M., B. CORDELIER et Y. FARMER (2013), Comparatif des mécanismes de réglementation et d’autoréglementation relatifs à la publicité sexiste, Montréal, Université du Québec à Montréal, Chaire de relations publiques et de communication marketing.

GANAHL, D., T. PRINSEN et S. NETZLEY (2003), « A content analysis of prime time commercials: A contextual framework of gender representation », Sex Roles, 49(9/10), p. 545-551.

GOFFMAN, E. (1979), Gender Advertisements, New York, Harper and Row.

HOLBROOK, M. B. (1987), « What is consumer research? », Journal of Consumer Research, 14, p. 128-132.

IRVING, L. M. (1990), « Mirror images: Effects of the standard of beauty on the self- and body-esteem of women exhibiting varying levels of bulimic symptoms », Journal of Social and Clinical Psychology, 9(2), p. 230-242.

JEFFREYS, S. (2005), Beauty and Misogyny: Harmful Cultural Practices in the West, New York, Routledge.

KRCMAR, M., S. GILES et D. HELME (2008), « Understanding the process: How mediated and peer norms affect young women’s body esteem », Communication Quarterly, 56(2), p. 111-130.

LESHNER, G., P. BOLLS et K. WISE (2011), « Motivated processing of fear appeal and disgust images in televised anti-tobacco ads », Journal of Media Psychology, 23(2), p. 77-89.

MASSÉ, H., M. LABERGE et G. MASSÉ (2002), « L’analyse différenciée selon les sexes au gouvernement du Québec : vers une mobilisation interne et des alliances stratégiques pour l’égalité », Lien social et politiques, 47, p. 43-54.

MASSÉ, H. (2005), L’expérimentation de l’analyse différenciée selon les sexes au gouvernement du Québec : ses enseignements et ses retombées. Rapport : période 1997-2004, Québec, Ministère de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine, Direction des relations publiques et des communications [En ligne]. http://www.uqtr.ca/biblio/notice/document/24787295D.pdf. Page consultée le 11 juillet 2014.

MINISTÈRE DE LA CULTURE, DES COMMUNICATIONS ET DE LA CONDITION FÉMININE (2008), Plan stratégique 2008-2011, Québec, Le Ministère.

MINISTÈRE DE LA CULTURE, DES COMMUNICATIONS ET DE LA CONDITION FÉMININE (2010), Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée, Québec, Le Ministère [En ligne]. http://www.scf.gouv.qc.ca/fileadmin/publications/Charte/Charte_8.5X11_CHIC.pdf. Page consultée le 11 juillet 2014.

NORMES CANADIENNES DE LA PUBLICITÉ (2005), Code canadien des normes de la publicité [En ligne]. http://www.adstandards.com/fr/Standards/canCodeOfAdStandards.aspx. Page consultée le 11 juillet 2014.

NORMES CANADIENNES DE LA PUBLICITÉ (2014), Code canadien des normes de la publicité [En ligne]. http://www.normespub.com/fr/Standards/canCodeOfAdStandards.pdf. Page consultée le 11 juillet 2014.

POLLAY, R. W. (1986), « The distorted mirror: Reflections on the unintended consequences of advertising », Journal of Marketing, 50(2), p. 18.

POLLAY, R. W. (1987), « On the value of reflections on the values in <The Distorted Mirror> », Journal of Marketing, 51(3), p. 104.

QUÉBEC (1991), Règlement sur la promotion, la publicité et les programmes éducatifs en matière de boissons alcooliques, L.R.Q., chapitre P-9.1, r. 6 [En ligne]. http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2etfile=//P_9_1/P9_1R6.htm. Page consultée le 11 juillet 2014.

QUÉBEC (2005), Loi sur le tabac, L.R.Q., chapitre T-0.01 [En ligne]. http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2etfile=/T_0_01/T0_01.html. Page consultée le 11 juillet 2014.

SECRÉTARIAT À LA CONDITION FÉMININE (2011), Pour que l’égalité de droit devienne une égalité de fait, Québec, Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Direction des communications et des affaires publiques [En ligne]. http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2044145. Page consultée le 11 juillet 2014.

STEPHENS, D. L., R. P. HILL et C. HANSON (1994), « The beauty myth and female consumers: The controversial role of advertising », Journal of Consumer Affairs, 28(1), p. 137-153.

Haut de page

Notes

1 C’était le nom de ces instances gouvernementales en 2012, lorsque la recherche a débuté. Certaines transformations ont eu lieu depuis en raison des changements de gouvernement.

2 L’instance de régulation applique des normes émanant directement de la sphère du droit et de la loi. L’autorégulation est plutôt une solution de rechange à la législation dont les normes résultent de la prise en charge de l’industrie de la publicité par elle-même.

3 La préapprobation est un service d’examen des contenus publicitaires offert aux agences ou aux annonceurs avant l’utilisation de ces contenus auprès des consommateurs et du public.

4 Ce chiffre un peu étonnant s’explique sans doute par le fait que le questionnaire ne mentionnait pas le lien entre le CEIQBA et Éduc’alcool, qui appartiennent à la même entité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Cordelier, Yanick Farmer et Mylène Fauvel, « Améliorer les instances d’autorégulation de la publicité sexiste », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 04 février 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5179 ; DOI : 10.4000/communication.5179

Haut de page

Auteurs

Benoit Cordelier

Benoit Cordelier est professeur au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal. Courriel : cordelier.benoit@uqam.ca

Yanick Farmer

Yanick Farmer est professeur au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal. Courriel : farmer.yanick@uqam.ca

Articles du même auteur

Mylène Fauvel

Mylène Fauvel est assistante de recherche au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal. Courriel : mylene.fauvel@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org