Navigation – Plan du site
Lectures

Stéphane OLIVESI, La communication selon Bourdieu. Jeu social et enjeux de société

Paris, L’Harmattan, Coll. « Communication et civilisation », 2005
Fabien Granjon
p. 270-275
Référence(s) :

Stéphane OLIVESI (2005), La communication selon Bourdieu. Jeu social et enjeux de société, Paris, L’Harmattan, Coll. « Communication et civilisation »

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Stéphane Olivesi propose d’« expliciter les apports et les acquis [de la sociologie bourdieusienne] dans la compréhension des phénomènes de communication ainsi que dans l’analyse des objets “canoniques” des sciences de la communication ». La communication selon Bourdieu se présente ainsi comme un essai programmatique visant « à suggérer de nouveaux usages, de nouvelles formes d’importation des grilles de lecture bourdieusiennes, pour enrichir la compréhension de la communication comme enjeu de société et jeu social ». La gageure n’est pas des moindres tant l’on sait le peu d’appétence que le sociologue critique nourrissait pour la « communication » en général et pour l’interdiscipline qui en a fait sa spécialité en particulier (lui refusant même le statut de science(s) à part entière). Certes, au cours de leurs travaux, Pierre Bourdieu et ses collègues (Accardo, Champagne, Marchetti, etc.) se sont saisis d’objets de recherche parmi lesquels on trouve certains des territoires « naturels » revendiqués et arpentés par les sciences de l’information et de la communication (SIC) : l’opinion publique, les sondages, le marketing politique, les médias, le travail journalistique, le langage, les pratiques culturelles. Néanmoins, la « communication » n’a jamais été un thème de recherche mobilisé « en soi » par les sociologues d’obédience bourdieusienne (il n’y aurait donc pas à proprement parler de « communication selon Bourdieu »).

2La mise en exergue systématique de certains passages des écrits de Pierre Bourdieu où le terme de « communication » est explicitement convoqué ne peut donc constituer la preuve suffisante d’une proximité (de facto refoulée) qui existerait (à l’état de potentiel) entre le structuralisme génétique développé par le sociologue français et les recherches menées au sein du champ des SIC. Stéphane Olivesi s’en garde d’ailleurs plutôt bien, même si en certains passages de son petit opus, la citation suffirait parfois à la démonstration de cette contiguïté supposée. L’intérêt par exemple porté à la « communication pédagogique » (c’est-à-dire notamment aux prérequis nécessaires à la « bonne » réception des connaissances transmises au sein du système éducatif) est assez emblématique de cette posture traquant la moindre potentielle mitoyenneté. Car dans ce travail ancien et peu cité (Rapport pédagogique et communication, 1965), Pierre Bourdieu et ses co-auteurs n’entendent pas tant traiter le « problème communicationnel du malentendu linguistique » qu’analyser les déterminants sociaux qui conditionnent la (non-)réussite scolaire et la reproduction sociale par le système d’enseignement.

3Les principaux éléments de l’appareillage conceptuel développé par Pierre Bourdieu sont ainsi passés en revue par l’auteur qui tente d’effectuer un travail de traduction entre le structuralisme critique proposé par ce dernier et la « communication ». Ce dernier terme n’est d’ailleurs pas spécifiquement défini. Il reste sous la plume de Stéphane Olivesi ce caméléon conceptuel que l’on connaît bien, fort utile pour faire rentrer sous une même appellation des réalités sociales étonnamment diverses. La tentation est alors grande de faire de « communication » l’exact synonyme de « social » et c’est parfois au prix de cet amalgame que le lien est effectué. Yves de la Haye insistait pourtant, dès le début des années 1980, sur le fait qu’« inspecter dans tous ces détails de fonctionnement, le rapport social que l’appareil de communication met en jeu – émission, réception, écriture, lecture, parole, écoute – ne donne que bien peu de lumière sur sa raison sociale : c’est parce que, à la différence de la plupart des rapports sociaux, il n’existe qu’en se greffant sur d’autres rapports ! C’est un rapport prédateur », ajoutait-il. La théorie de la pratique, celle des champs, les concepts d’habitus ou de capital sont ainsi discutés et repris dans de nouvelles formulations axiomatiques faisant de la communication le composant nodal des pratiques sociales. On peut ainsi lire :

Tout acte, toute pratique engage un certain capital, conçu comme ensemble de ressources permettant à l’agent de communiquer. Il suppose ainsi une structure de relations qui confère une réalité, ne serait-ce qu’à titre de virtualité nécessaire, à des « agents destinataires » participant à la construction du sens parce qu’ils partagent une même connaissance du jeu social et des enjeux.

4Et d’ajouter par exemple, quelques pages plus loin : 

[Pierre Bourdieu] élargit ainsi le regard porté sur les pratiques de communication en suggérant de les saisir à la fois comme des « constructions » au sens où elles engagent les principes de vision et de division du monde social dont les agents sociaux sont porteurs et comme les produits de déterminations sociales puisqu’elles dépendent de facteurs liés aux dispositions et aux ressources qu’ils peuvent mobiliser,

5ou bien encore : 

La communication s’inscrit sous la dépendance de cet inconscient social qu’est l’habitus, à un double titre. D’abord parce qu’il fonctionne a priori comme un sélecteur, un opérateur de tri de ceux avec qui les agents sociaux sont susceptibles de communiquer ou de ne pas communiquer en raison de prédispositions perceptibles sans pour autant être clairement perçues ; ensuite parce qu’il s’exprime à l’insu de ceux qui communiquent, dans leurs manières d’être et de juger leurs interlocuteurs.

6Ces rapprochements mimétiques, dont l’objectif principal n’est autre que de montrer l’heuristique de l’approche bourdieusienne afin de penser les faits de communication (à l’instar de John Gumperz, peut-être pourrait-on effectivement, dans cette perspective, révéler l’existence d’un « capital communicationnel »), servent par ailleurs une thèse plus audacieuse (bien qu’elle soit assez largement implicite) de l’essai de Stéphane Olivesi : la sociologie critique de Pierre Bourdieu serait in fine proche du nomos des SIC dans la mesure où celle-ci déploierait de facto une approche relationnelle du monde social, liant dans un même mouvement analytique le « social objectivé » et le « social subjectivé ». Il y aurait donc un voisinage entre le logiciel bourdieusien mettant en relation les structures sociales objectives (l’histoire-faite-choses, les champs) et les actions et représentations des agents sociaux (l’histoire-faite-corps, l’habitus), et la pensée communicationnelle. Il est vrai que la sociologie bourdieusienne partage avec certaines recherches en SIC une épistémologie de la complémentarité qui revendique un constructivisme social prônant l’étude des médiations plutôt que celle des choses. Mais cette attitude est aussi partagée par beaucoup des « nouvelles sociologies » (Corcuff) avec lesquelles les SIC entretiennent d’ailleurs parfois des conflits de territoire. La posture théorique dépassant les antinomies traditionnelles entre idéalisme et matérialisme, micro et macro, collectif et individuel, sujet et objet, etc., ne saurait suffire à établir un lien naturalisant à bon compte une sorte de (fausse) gémellité épistémologique.

7Une des orientations possibles permettant d’ouvrir des chantiers mobilisant l’appareillage théorique bourdieusien dans le champ des études en communication est sans nul doute celle de la réflexivité. Au demeurant, Stéphane Olivesi le suggère fort justement dans sa conclusion intitulée « éléments pour une socio-analyse des SIC ». Cette proposition aurait certainement mérité des développements plus conséquents et aurait pu largement fournir matière à un chapitre : « Une socio-analyse des SIC conduirait ainsi le chercheur en sciences de la communication à analyser les logiques d’institutionnalisation de ce champ, son autonomisation par rapport à d’autres disciplines, mais aussi les stratégies des agents dominants, les spécificités des différentes formes de capital et de ressources dont disposent les agents à l’intérieur comme à l’extérieur de ce champ, les luttes souvent euphémisées dont cet espace social résulte, etc. » Autrement dit, l’intérêt porté à la sociologie de Pierre Bourdieu incite naturellement à travailler la question de l’objectivation participante, c’est-à-dire la question de l’objectivation du rapport subjectif qu’entretiennent les chercheurs en communication à leur discipline de rattachement, leurs orientations théoriques et leurs objets. Des questionnements forts autour des « structures objectives » du sous-champ que constituent les SIC, des parcours sociaux et universitaires des enseignants-chercheurs de la discipline, de la position dominée des SIC dans le champ des SHS, de la prise en compte de la demande sociale dans la recherche et les enseignements, du tournant empiriste et opératoire de certaines problématiques, des politiques de recrutement de l’université, de l’évolution des rapports de force entre les tenants des différentes approches existant à l’intérieur même de ce sous-champ (communication des organisations, sémiotique, sociologie des usages, etc.), seraient ainsi autant de pistes à suivre pour construire une véritable auto-socio-analyse collective dont l’un des attendus, et non des moindres, serait sans doute de contribuer à libérer les SIC de cette maladie infantile qui la freine dans sa production d’« un capital collectif de méthodes et de concepts spécialisés dont la maîtrise constitue le droit d’entrée tacite ou implicite dans le champ » (Bourdieu). Orphelines de quelques paradigmes qui auraient pu leur conférer une pleine autonomie scientifique, les SIC n’ont pas construit de matrices conceptuelles susceptibles d’étayer leur projet interdisciplinaire et restent donc « un carrefour de disciplines ».

8Un autre élément essentiel que suggère selon nous le travail de Stéphane Olivesi est la nécessaire réhabilitation des approches critiques en SIC. Pour être tout à fait exact, la focale réglée sur la sociologie bourdieusienne nous invite notamment à considérer les phénomènes de communication dans leur rapport aux stratégies de changement social. Pour autant, l’auteur ne creuse pas ce sillon, considérant à l’instar du Pierre Bourdieu de l’époque du Métier de sociologue que « le travail critique revêt une connotation plus militante que scientifique [les deux tendant à s’opposer !]. Elle propose moins une analyse réflexive, soucieuse de mettre au jour des faits ou de saisir la logique de relations sociales qu’une dénonciation d’une situation jugée anormale et préoccupante ». L’on pourrait ainsi reprocher à Stéphane Olivesi de ne pas aller au bout de la perspective de rupture qu’il entend pourtant initier en montrant l’heuristique du constructivisme structuraliste de Pierre Bourdieu. Si le travail des SIC est potentiellement « solidaire d’un progrès » (Weber), ce progrès ne peut être que la conséquence d’une analyse critique de la société visant la mise en lumière des rapports de domination dans la communication. Ce qu’il faut alors poser comme revendication, c’est bien une activité scientifique engagée qui n’opposerait pas strictement la raison pure à la raison pratique, les jugements de fait et les jugements de valeur, l’éthique de responsabilité et l’éthique de conviction, le savant et le politique. Des sciences de l’information et de la communication critiques doivent faire leur exigence d’une réflexivité qui s’efforce, d’une part, d’exposer le nomos politique qui les fonde parce que distanciation n’est pas synonyme d’absence d’engagement, et d’autre part, de s’interroger sur la portée sociale de leurs travaux dans la « structuration-destruction-restructuration des rapports sociaux » (Vincent). Serait-ce là déroger aux principes de construction de la science ? La réponse est doublement négative. Elle l’est une première fois parce que cette approche reconnaît l’impératif d’une posture méthodologique qui pose la nécessité d’une rupture avec la doxa, ainsi que celle d’une dialectique empirico-théorique dont le principe premier est celui d’un concret-pensé (de la « reproduction du concret par la voie de la pensée ») caractérisant l’épistémè de toutes les sciences sociales. Elle l’est une seconde fois parce qu’à moins d’épouser un point de vue étroitement positiviste, les SIC sont une activité de recherche certes spécifique (c’est-à-dire répondant à des critères de scientificité) mais également historique, socialisée et bien évidemment insérée dans des rapports sociaux. Il s’agit alors de n’endosser ni le costume trop large du chercheur positiviste réfugié dans son improbable tour d’ivoire le prévenant du normatif, ni celui trop étroit de l’expert acritique conseiller du Prince et cautionnant la reproduction de l’ordre social établi, ni même celui, pourtant à la mode, bien que mal taillé, du communicologue-pacificateur compréhensif qui noie les conflits dans les eaux tièdes du consensus. Il faut oser le battle dress du chercheur de terrain qui, s’il est principalement équipé d’armes théoriques et méthodologiques qui lui assurent, in concreto, une pleine efficacité, est également doté d’une précieuse « boussole sociale » qui lui permet d’arpenter le champ de bataille de l’information et de la communication et de s’orienter vers les objectifs stratégiques et les combats à mener les plus utiles dans une visée émancipatrice, directement en rapport avec les inégalités sociales, les combats idéologiques, les phénomènes de précarisation, les processus d’exploitation ou les logiques de domination économique, politique ou culturelle.

9Outre les limites sur lesquelles nous avons cru bon devoir nous arrêter, il faut également relever l’existence de quelques approximations et réductionnismes. La distinction faite entre classe en soi et classe pour soi – classe probable et classe mobilisée chez Bourdieu – est une différenciation que l’on doit bien évidemment à Marx et non d’abord à Althusser. Par ailleurs, l’interactionnisme ne peut quand même pas se résumer à une approche qui « écarte a priori la dimension symbolique du langage » pas plus que les sciences du langage se distingueraient exemplairement par leur renoncement au social. C’est ici aller un peu vite et faire peu de cas de travaux majeurs tels que ceux de Labov, Hymes, Encrevé, Garfinkel ou encore Goffman (ce dernier ne se contentant assurément pas de développer uniquement une sociologie « des scènes de la vie [comme] théâtres [sociaux] indistincts »). Cette critique de l’interactionnisme – d’ailleurs de quoi et de qui parle-t-on exactement en employant ce syntagme ? De la linguistique interactionnelle ? Des approches conversationnalistes ? De la seconde école de Chicago ? De la sociologie goffmanienne ? De l’ethnométhodologie ? – faite en plusieurs endroits de l’ouvrage pourrait être allègrement renversée, car il est manifeste que Pierre Bourdieu, en accordant une primauté aux structures objectives, se prive d’une analyse fine des interactions considérant qu’elles ne sont que des « actualisations conjoncturelles des relations objectives ». On pourra aussi déplorer l’absence de références explicites à une série de travaux de qualité, critiques à l’égard de la sociologie de Pierre Bourdieu tout en étant conduits dans un souci d’héritage pleinement assumé (Lahire, Corcuff, etc.). Leur prise en compte aurait certainement permis de dessiner de nouvelles problématiques critico-communicationnelles. Mais malgré ces quelques regrets, l’ouvrage de Stéphane Olivesi reste à l’évidence un écrit tout à fait stimulant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Granjon, « Stéphane OLIVESI, La communication selon Bourdieu. Jeu social et enjeux de société », Communication, Vol. 26/2 | 2008, 270-275.

Référence électronique

Fabien Granjon, « Stéphane OLIVESI, La communication selon Bourdieu. Jeu social et enjeux de société », Communication [En ligne], Vol. 26/2 | 2008, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/519

Haut de page

Auteur

Fabien Granjon

Sociologue, Laboratoire Sociology and Economics of Networks and Services – Orange Labs, Issy-les-Moulineaux. Fabien.granjon@orange-ftgroup.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org