Navigation – Plan du site
Recherches

La lecture des étudiants entre plaisir et contraintes

Lylette Lacôte-Gabrysiak

Résumés

Les pratiques culturelles des jeunes ont beaucoup changé depuis l’apparition d’Internet. La lecture de livre semble peu touchée par cette révolution des pratiques. Les plus récentes enquêtes étudient les nouvelles formes de lecture parcellaires sur supports électroniques (ordinateur, tablette, smartphone). Notre enquête porte sur un aspect plus négligé : la lecture de livre imprimé. Un questionnaire constitué très majoritairement de questions fermées a été administré en 2011 à 461 étudiants venant de filières diverses. Le questionnaire a été élaboré en fonction de nombreuses hypothèses échafaudées d’après les enquêtes précédentes et suite à des discussions avec des professionnels du livre et à des pré-tests effectués auprès d’étudiants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les résultats détaillés de cette étude sont exposés dans l’ouvrage de Christian Baudelot, Marie Car (...)
  • 2 En France, les élèves de 11 à 15 ans fréquentent le collège pendant quatre ans. Ensuite, les élèves (...)

1La lecture chez les jeunes est un sujet récurrent en France, surtout dans une perspective relativement alarmiste : les jeunes ne lisent plus, le niveau scolaire baisse, les deux faits étant souvent corrélés. Une enquête importante1 a été réalisée à partir de 1989 auprès de 1 200 élèves pendant 4 ans au cours d’une période charnière recouvrant la fin du collège (à environ 14 ans) et le lycée2. Cette étude riche et détaillée a mis en lumière une situation complexe : les jeunes lisent moins, mais ils lisent quand même. Les prescriptions scolaires au lycée limitent la lecture de livres personnels. Ce type de lecture reprend après la classe de première du lycée, qui se conclut par des épreuves anticipées du baccalauréat, principalement celles qui touchent au français. Il y a des jeunes qui lisent et ne réussissent pas, d’autres qui ne lisent pas mais qui réussissent. Les jeunes issus des milieux les plus favorisés sont les plus gros lecteurs. Enfin, un travail sur les livres lus montre précisément qu’en plus des œuvres classiques étudiées en classe, ce sont des œuvres connues qui sont le plus souvent lues. Les auteurs « choisis » les plus représentés sont Stephen King et Mary Higgins Clark, des auteurs de best-sellers.

  • 3 Vidéos amusantes où l’on voit un ou plusieurs chats. Au sujet de l’engouement pour ce type de vidéo (...)
  • 4 Selon l’étude d’Ipsos MediaCT consacrée au téléchargement, un internaute français sur six âgé de 16 (...)

2Si les principaux résultats obtenus demeurent, bien sûr, intéressants, les pratiques culturelles des jeunes ont beaucoup changé depuis la fin des années 1980, période au cours de laquelle a été effectuée cette enquête, changement dû principalement à l’apparition d’Internet. Ce média qui regroupe l’ensemble des autres médias vient perturber la donne. Beaucoup de choses ont en effet évolué : sur Internet, on peut écouter la radio, regarder des émissions de télévision, non plus selon le temps contraint de la diffusion, mais en fonction de ses envies grâce aux podcasts et au téléchargement ou au visionnage en streaming. Pour les programmes télévisés, il est ainsi possible de voir des émissions déjà diffusées auparavant, mais également d’accéder à des séries non encore diffusées en France dès leur passage dans un autre pays, le sous-titrage étant réalisé très rapidement par des fans bénévoles. Sur Internet, on peut aussi visionner des vidéos publiées là directement. La profusion de l’offre sur YouTube ou Dailymotion va des lolcats3 aux blogues en passant par les sketchs en ligne. Il est donc facile, pour un adolescent, de passer ses soirées à visionner des vidéos en dehors de tout média traditionnel. Bien sûr, la musique est également disponible en ligne. Si le téléchargement, généralement illégal, a longtemps été la pratique la plus courante4, les sites comme Deezer ou Spotify proposant l’écoute gratuite de musique, sans téléchargement, sont maintenant massivement utilisés.

  • 5 Les scantrads sont des mangas japonais qui ne sont pas encore diffusés en France, mais que des fans(...)

3Sur Internet, on lit aussi, beaucoup. La presse généraliste comme la presse spécialisée proposent des contenus gratuits en ligne, les dessinateurs de bande dessinée ont des blogues illustrés et le « piratage » des livres existe, même si ce sont certains types d’applications qui semblent privilégiées, tels les scantrads5. Enfin, il ne faut pas oublier le Web participatif avec, notamment, les forums et les réseaux sociaux particulièrement prisés par les jeunes. Cette profusion s’accompagne d’une difficulté supplémentaire : les jeunes font plusieurs choses à la fois. Ils sont ainsi susceptibles de faire leurs devoirs, notamment grâce à des documents qu’ils trouvent en ligne, tout en écoutant de la musique toujours en ligne et en discutant avec leurs amis sur Facebook. Comment, alors, quantifier et qualifier le temps passé à accomplir une activité culturelle ?

  • 6 Au sujet de l’évolution du livre numérique en France, on peut consulter le dossier très complet dis (...)
  • 7 Pour étayer cette remarque, plus que sur une référence bibliographique, nous nous appuyons sur une (...)

4La lecture de livres semble néanmoins être une activité encore peu touchée par cette révolution des pratiques. Les livres électroniques représentent quasiment un non-marché en France (moins de 1 % des livres vendus étaient des livres électroniques au moment de l’enquête dont il va être ici question et ce pourcentage a peu augmenté depuis)6, ce qui constitue une différence importante avec les États-Unis notamment. Le piratage de livres reste également extrêmement marginal. Ce qui a sans doute le plus changé dans les pratiques de lecture des étudiants par rapport à celles des générations qui les ont précédés tient plutôt à une multiplication des activités culturelles possibles et à une substitution des livres par des ressources en ligne dans le cadre du travail scolaire et universitaire notamment. En effet, là où les générations précédentes consultaient des encyclopédies et des ouvrages imprimés, les jeunes de la génération Y, les digital natives comme on les nomme parfois, ont naturellement recours à des documents trouvés en ligne (Wikipédia avant toute autre source, mais aussi des sites divers en fonction de leurs besoins). Cette mutation est aussi profonde que difficile à mesurer puisque ces jeunes gens n’en ont même pas conscience : ils n’imaginent pas comment ils pourraient s’y prendre pour rechercher de l’information autrement qu’en utilisant le réseau7.

  • 8 Par exemple, l’enquête Conditions de vie étudiante 2010 (Observatoire national de la vie étudiante, (...)

5Les lectures étudiantes ont été souvent étudiées, notamment au cours d’enquêtes sur les conditions de la vie étudiante8. Les plus récentes montrent que la lecture sur écran tend à remplacer la lecture sur support imprimé ; ce sont donc ces nouvelles formes de lecture parcellaire sur supports électroniques (ordinateur, tablette, téléphone intelligent) qui sont les plus étudiées. L’enquête qui est décrite dans la présente note de recherche porte sur un aspect plus négligé dans la recherche : la lecture du livre imprimé.

  • 9 Brevet de technicien supérieur. Ces filières, très techniques, consistent en deux années d’études a (...)
  • 10 Diplôme universitaire de technologie. Il s’agit également d’une filière professionnelle sélective d (...)
  • 11 Les classes préparatoires sont des filières sélectives d’une durée de deux ans, effectuées dans les (...)

6Notre enquête, dans son incomplétude, permet d’avancer des pistes, notamment méthodologiques, pour préciser l’étude sur les pratiques culturelles des Français d’Olivier Donnat en ce qui a trait aux pratiques estudiantines. Pour réaliser notre enquête, nous avons fait passer en 2011 un questionnaire imprimé constitué très majoritairement de questions fermées (les deux seules questions ouvertes étaient « Quel livre lisez-vous actuellement ? » et « Quel est votre livre préféré ? ») à 461 étudiants venant de filières diverses : BTS9 génie civil, DUT10 gestion des entreprises et des administrations, DUT informatique, licence culture et communication, filière universitaire de sciences humaines et sociales et BTS arts appliqués. Le questionnaire a été distribué à des étudiants captifs au début d’un de leurs cours. Le public interrogé n’est pas représentatif de l’ensemble des étudiants puisqu’il ne compte pas d’étudiants de classe préparatoire11, peu (1999) d’étudiants en filière générale scientifique/santé/école d’ingénieur (catégorie autre) et que les étudiants en filières courtes techniques ou technologiques sont surreprésentés.

  • 12 Stéphanie Nicot, alors éditrice de science-fiction, fondatrice de la revue Galaxies, auteure d’anth (...)

7Le questionnaire a été élaboré en fonction de nombreuses hypothèses échafaudées d’après les enquêtes précédentes et à la suite de discussions avec des professionnels du livre et de prétests effectués auprès d’étudiants : les étudiants lisent assez peu, ils ne tiennent que partiellement compte des prescriptions de lecture, et ce, d’autant moins qu’ils sont dans des filières techniques, ils ne classent pas forcément les livres qu’ils lisent en fonction de leur « valeur littéraire », mêlant littérature de gare et littérature contemporaine, leur culture littéraire reste marquée par les lectures obligatoires du lycée, etc. Il nous semblait également que la littérature sentimentale du type de celle de Danielle Steel était en perte de vitesse, tout comme l’étaient certains auteurs tels que King ou Higgins Clark plébiscités par les jeunes interrogés dans le cadre de l’enquête de Christian Baudelot à la fin des années 1980. Surtout, certaines de ces hypothèses demandaient une étude fine des livres lus. Par exemple, il nous a toujours semblé étrange que dans toutes les enquêtes, y compris celles de Donnat, les lecteurs de science-fiction soient de jeunes hommes peu diplômés : une connaissance de la littérature contemporaine de ce genre et des discussions avec une éditrice du domaine12 nous ont conduite à douter de ce fait étant donné la complexité narrative, le niveau de langue, le besoin de connaissances scientifiques propres à beaucoup de ces romans. Il en va de même pour tous les livres qui peuvent être inclus dans les « romans contemporains », catégorie si vaste qu’elle en est presque dénuée de sens.

8De ce fait, nous avons tenté de contourner un obstacle fréquemment rencontré dans les études sur les pratiques de lecture : s’il est assez facile de demander à une personne les films qu’elle a vus au cinéma au cours de l’année écoulée, puis d’exploiter les résultats, il est beaucoup plus compliqué d’exploiter la liste des livres lus par cette personne. D’abord, il y a environ 80 000 nouveautés par an, ensuite, elle a pu lire des livres qui ne sont pas des nouveautés, enfin, les gens oublient souvent le nom de l’auteur, le titre exact, voire le titre et l’auteur des livres qu’ils ont lus ou qu’ils sont encore en train de lire. De ce fait, les enquêtes portant sur la lecture interrogent plutôt les personnes sur le genre de livres lus (littérature française ou étrangère, roman policier, de science-fiction, bande dessinée). Or, cette catégorisation est assez peu fonctionnelle puisque lesdits genres recouvrent des réalités fort différentes. Dans la science-fiction, on peut placer aussi bien les best-sellers de Bernard Werber que les ouvrages de Iain M. Banks, dans la littérature française contemporaine, on trouve Marc Levy et Olivier Adam. Ensuite, les personnes interrogées n’ont pas forcément la même représentation de ce que recouvrent ces genres que les personnes qui les interrogent. Ainsi, en librairie, la notion de chick lit (« littérature de poulettes » qui rassemble des romans d’amour humoristiques) est précise, ce qui n’empêche pas celle-ci d’être très peu connue du grand public. Il en va de même de la notion de roman sentimental : différencier roman sentimental et roman d’amour peut ne pas être simple. Selon le Syndicat national de l’édition sont considérés comme romans sentimentaux des romans entrant dans une collection particulière du type Harlequin. Certains lecteurs peuvent estimer que Marc Levy et Guillaume Musso écrivent de la littérature sentimentale, ce qui ne sera pas forcément le cas de certains de leurs lecteurs les plus assidus. On peut, bien sûr, demander aux gens ce qu’ils ont lu et rechercher les références des ouvrages cités. C’est ce qui a été fait, en partie, dans le cadre de l’enquête de Baudelot. Cela requiert un travail extrêmement long et minutieux. Nous avions retenu cette option pour deux questions ouvertes sur le ou les livres lus au moment de l’enquête et le livre préféré, mais nous n’avons pratiquement pas pu exploiter les résultats. Surtout, cela limite beaucoup la période de l’étude (on ne peut pas demander à quelqu’un d’établir la liste de ce qu’il a lu au cours des quatre ou cinq dernières années, voire de ce qu’il a lu au cours de sa vie). De plus, il faut noter que Donnat prend en compte et revient sur ce problème dans un article récent (2014). L’enquête sur les pratiques culturelles des Français a en effet introduit 3 questions de connaissances et de jugements portant sur 35 artistes, de domaines variés.

9Enfin, dans ce type d’enquête, il faut toujours tenir compte de l’offre éditoriale. Les lecteurs ne peuvent pas lire ou acheter des livres qui n’existent pas… Or, il y a de moins de moins d’ouvrages scientifiques dans le champ des sciences exactes. La majeure partie des étudiants de notre échantillon étant inscrits au premier cycle, cela entre peu en ligne de compte puisque ce public, dans ce domaine, lit avant tout des manuels et des ouvrages de vulgarisation.

10Au-delà de ce point, nous avons également voulu interroger le lien entre lecture prescrite ou obligatoire et lecture de plaisir pour un public d’étudiants. En ce sens, plusieurs questions ont été posées. Lisent-ils ? Combien de livres lisent-ils ? Quelle est la place de la lecture de livres dans l’ensemble de leurs loisirs ? Lisent-ils sur prescription universitaire ? Y prennent-ils plaisir ? Lisent-ils en dehors de ces prescriptions et pourquoi ? À quelle période de leur vie ont-ils lu le plus ? Qu’est-ce qui les incite à lire? Sont-ils inscrits en bibliothèque ?

11Nous essaierons de fournir d’abord des éléments de réponse à ces questions avant de préciser quels livres ont obtenu et obtiennent encore la préférence des étudiants.

Lire ? Oui, un peu

12Les étudiants lisent-ils ? Quand on leur demande de quantifier le nombre de livres lus au cours d’une année, on arrive à une majorité de petits lecteurs (48,4 %) : 6,5 % des étudiants disent ne lire aucun livre par an, 48,4 % de 1 à 5 livres par an, 34,5 % de 5 à 20 livres et 10,8 % plus de 20 livres par an. Ainsi lisent-ils tout de même beaucoup plus que la moyenne de la population, qui comptait 30 % de non-lecteurs en 2008 (Donnat, 2008a). En revanche, ils comptent moins de gros lecteurs (plus de 20 livres par an), qui sont estimés à 17 % de la population dans la même enquête.

13Bernard Lahire (2002) a montré que les pratiques de lecture des étudiants étaient avant tout liées à leur filière (sciences humaines et lettres comparativement à études scientifiques). Dans notre cas, les choses semblent un peu plus complexes. En effet, si les filles de notre échantillon, issues des filières plus littéraires que les garçons, lisent généralement plus, elles sont surtout moins nombreuses à être des non-lectrices (1,8 % contre 10,8 % pour les garçons). Elles sont plus nombreuses à être de moyennes lectrices, mais la majeure partie d’entre elles font partie des petits lecteurs.

Lire quand il n’y a rien d’autre à faire

14Afin de connaître la place de la lecture dans les loisirs de notre échantillon, nous avons demandé aux étudiants de classer leurs loisirs, de celui auquel ils consacraient le plus de temps à celui auquel ils en consacraient le moins parmi les activités suivantes : cinéma, télévision, Internet, presse/magazines, lecture de livres, sport, voir des amis, autre. L’exploitation des résultats de cette question montre que la lecture reste un loisir, mais relativement peu prisé. Comme nous l’avons vu, l’étude des loisirs des étudiants est devenue complexe depuis la banalisation d’Internet. En effet, un étudiant qui vous dit être passionné de cinéma peut très bien ne quasiment jamais mettre le pied dans une salle, en raison du coût notamment, mais passer son temps à regarder des films de cinéma téléchargés sur le Web ou en streaming. De même, la lecture de magazines se maintenant aussi bien sur papier qu’en ligne. De ce fait, l’interprétation du temps consacré aux différents loisirs est compliquée par les pratiques et l’on ne peut plus se servir des supports pour poser les questions. D’un autre côté, il est difficile pour les personnes interrogées de faire la part, sur l’ensemble du temps passé en ligne, des moments consacrés à travailler, à lire un journal, à répondre à des courriels, à regarder des vidéos, à parler à ses amis sur Facebook, etc. Ces différentes activités sont le plus souvent imbriquées (plusieurs fenêtres sont ouvertes simultanément et l’étudiant du XXIe siècle est multitâche ou se considère comme tel). En dehors de cet aspect, on peut noter l’importance du temps passé avec des amis (en chair et en os, pas sur Facebook) et la place modeste de la lecture de livres pour l’ensemble de l’échantillon.

15Ainsi, au premier rang du temps de loisir, on trouve le temps passé avec des amis (51,2 %), le sport (12,8 %), Internet (11,5 %) avec le flou que cela recouvre, la télévision (7,4 %), les jeux vidéo (5,6 %), le cinéma (2,6 %), la lecture de livres (2,2 %), la lecture de presse/magazines (2 %). L’ensemble des « autres loisirs » (passer du temps en famille, au café…) remporte 3,9 % des suffrages. La lecture sort donc bonne dernière de ces activités principales. La lecture de magazines paraît encore plus mal lotie que la lecture de livres mais, comme cela a été précisé plus haut, cette interprétation peut être faussée par la lecture sur des sites d’informations en ligne comptabilisée sans doute plus souvent dans la rubrique Internet que dans la catégorie presse/magazines.

Lire pour ses études

16Nous avons choisi ici de ne pas écarter les livres lus par obligation dans le cadre des études suivies. En effet, le temps de lecture est occupé aussi par ce type d’ouvrages. Dans une enquête (Carvajal, 1997) effectuée en mai 1992 auprès d’étudiants de sciences, de lettres et de droit présents en bibliothèque universitaire (BU) à Nice, les étudiants disaient lire, en moyenne, deux fois plus pour leurs études que pour leurs loisirs. Cette enquête a été réalisée 10 ans avant la nôtre et les étudiants qui y ont répondu étaient en BU, ce qui peut montrer une propension à utiliser les livres dans un cadre universitaire. Dans le cadre de notre enquête, la première question à poser était de savoir si les étudiants interrogés reconnaissaient avoir des prescriptions de lecture. Il s’agit ici de ce que disent les étudiants. Une réponse négative n’exclut pas la possibilité qu’on leur ait donné des bibliographies, mais celles-ci peuvent n’être fournies qu’à titre indicatif (et donc ne pas compter aux yeux de ceux qui les reçoivent). À cette question concernant le fait qu’on leur ait donné des prescriptions de lecture, 53,8 % répondent oui et 44,9 % non. Si l’on décline cette question en fonction de l’année d’études suivie, on obtient des résultats tranchés : autour de 45 % de oui pour les étudiants de première et de seconde année et autour de 80 % pour les étudiants de troisième année ou au-delà. Cette distinction suit le type d’études poursuivies : en BTS et en DUT, on prescrit moins de lectures qu’à l’université et, au sein de celle-ci, les lectures obligatoires augmentent au fil des années. Il faut rappeler néanmoins que ces dernières remarques ne touchent que des étudiants en sciences humaines.

17Ce point étant posé, comment les étudiants suivent-ils ces prescriptions ? Nous leur avons demandé si, dans le cas des prescriptions, cela représentait pour eux plus un parcours qu’une lecture suivie, s’ils y prenaient un certain plaisir, s’ils n’aimaient pas ça mais y trouvaient une utilité, s’ils estimaient que cela ne servait pas à grand-chose. Le premier résultat concerne le taux de non-réponse, qui est de 41,9 %. Vient ensuite le fait que 28,2 % d’entre eux n’aiment pas lire par obligation, mais reconnaissent l’utilité de cet effort, alors que 18,2 % disent parcourir les ouvrages, ce qui est assez logique si l’on prend en considération que les normes ou les ouvrages professionnels pratiques ne demandent pas une lecture linéaire pour être utiles. Enfin, 12,4 % prennent plaisir à cette lecture obligatoire. Le niveau d’études est déterminant ici. Ce sont les étudiants au-delà de la troisième année qui lisent le plus les prescriptions et qui leur trouvent le plus d’utilité (à plus de 80 %). Nous ne leur avons pas demandé si cette utilité est jugée en fonction de la réussite à leurs examens ou s’il s’agit davantage d’une utilité plus globale par rapport à leurs connaissances.

Lire pour le plaisir ?

18Cette question des prescriptions mise à part, lisent-ils en dehors ? Oui pour 38 %, oui mais peu pour 37,7 % et non pour 19,7 %. D’où l’on peut déduire, si l’on considère le taux de non-lecteurs recueilli plus haut (6,5 %), que pour cette part limitée des étudiants, la lecture se résume aux lectures obligatoires.

19On leur a également demandé pourquoi ils lisaient (les répondants pouvaient cocher plus d’une réponse) ; 27,5 % disent lire « les prescriptions universitaires », 36,7 % disent lire pour « accroître leur culture, leur savoir », 28 % « pour s’informer », 26 % « pour trouver des informations ponctuelles » et 59,7 % « par plaisir ». La réponse à cette question peut sembler un peu paradoxale : les étudiants lisent peu, ils le font par obligation pour une partie de ce qu’ils lisent, mais on voit bien ici que les livres conservent une image de savoir, une aura culturelle (« lire pour accroître ses connaissances » — il serait intéressant de savoir quels livres ils lisent précisément dans cet objectif) et, surtout, ont toujours une dimension de loisir, de plaisir. Cela est-il lié, notamment pour ceux d’entre eux qui ne lisent quasiment plus, à une période antérieure ?

  • 13 Cela tient surtout au fait que les épreuves de français, qui incluent l’étude d’œuvres complètes et (...)

20Quand on leur demande à quelle période de leur vie ils ont le plus lu (pendant l’enfance, au collège, au lycée, depuis qu’ils sont inscrits à l’enseignement supérieur, de manière globale avant leur entrée aux études supérieures, sans différence notable pour l’ensemble des périodes), on obtient des résultats assez intéressants. La majeure partie des étudiants estiment avoir lu le plus pendant le lycée (32,8 %), puis viennent la période au collège (24,1 %), toutes les périodes (20 %), l’enfance (9,3 %), la période depuis leur arrivée aux études supérieures (6,9 %) et celle avant leur entrée à l’enseignement supérieur (5,9 %). Il semble donc que les prescriptions scolaires dans le cadre du lycée aient une influence importante. On peut noter le fait que l’arrivée des élèves à l’enseignement supérieur marque très rarement un accroissement de leur activité de lecture. Si l’on croise ces résultats avec ceux de la question précédente, il semble donc que la lecture, même si elle est considérée comme un plaisir, est souvent liée à la contrainte : les étudiants lisent surtout au lycée et c’est surtout au lycée que les lectures sont prescrites, obligatoires et contrôlées13.

21Si beaucoup lisent peu en dehors des prescriptions, comment expliquent-ils cette situation ? À cette question aussi le taux de non-réponse est important (36,9 %), mais peut-on en conclure qu’ils ne l’expliquent pas ? L’occupation de leur temps de loisir par d’autres plaisirs, le fait de ne tout simplement pas y penser les conduisent-ils à cette situation sans véritable volonté de leur part ? Ont-ils un peu honte d’être de si piètres lecteurs ? On sait que ce phénomène de culpabilité va décroissant. Parmi eux, 45,1 % ne lisent pas hors des prescriptions « par manque de temps ». Cette explication s’accorde avec la mauvaise place de la lecture de livres dans les loisirs des étudiants : ils voient des amis, font du sport, vont sur Internet, éventuellement vont en cours et travaillent, ils ne peuvent pas lire en plus… D’autres, soit 19,1 %, disent tout simplement « ne pas aimer lire », ce qui est une excellente raison de ne pas lire, alors que 5,6 % disent « avoir déjà assez de livres obligatoires à lire » pour ne pas en lire d’autres. Enfin, 4,8 % se disent « dégoûtés de la lecture après leurs années de lycée ». Ce taux, bien que limité, reste tout de même assez gênant, les cours de littérature n’étant pas censés faire passer le goût de la lecture.

22Nous leur avons par ailleurs demandé ce qui leur avait donné le goût de lire. Le taux de non-réponse est assez faible ici, soit 17,6 %, donc inférieur à celui des étudiants qui déclarent ne pas lire parce qu’ils n’aiment pas ça (19,1 %). Cela peut s’expliquer par l’intemporalité de cette dernière question : ils n’aiment plus lire, ce qui ne veut pas dire que cela a toujours été le cas. Beaucoup peuvent avoir de bons souvenirs de lecture même s’ils ont renoncé à cette activité, peut-être temporairement d’ailleurs. Au total, 47,1 % disent que le goût de la lecture leur est venu « tout seul », 29,7 % disent que ce goût leur a été transmis par leurs parents et 22,3 % que c’est l’école qui est à l’origine de cette motivation.

  • 14 Les BTS dépendant des lycées, les étudiants qui y sont inscrits peuvent se rendre dans les centres (...)
  • 15 Il s’agit des intranets des universités sur lesquels les étudiants peuvent consulter leur emploi du (...)
  • 16 D’autres études ont montré qu’un certain nombre d’étudiants ne font pas le lien entre les ressource (...)

23Enfin, une dernière question concernait leur inscription en bibliothèques. Si 52,1 % n’ont pas répondu, est-ce parce qu’ils ne sont pas inscrits ? Pour autant, 18,2 % disent être inscrits en bibliothèque municipale ce qui représente un taux légèrement supérieur à celui de l’ensemble de la population (Ministère de la Culture, 2011) et seulement 38,4 % disent être inscrits en BU. Ce taux s’explique en partie par la présence d’étudiants inscrits au BTS qui bénéficient du centre de documentation de leur lycée et vont assez peu s’inscrire en BU14, mais la présence des BTS n’explique pas tout. Il faut signaler que le fait de fréquenter une BU comme lieu de travail et d’utiliser des ressources documentaires en ligne sur les espaces numériques de travail15 universitaires ne signifie pas forcément pour les étudiants interrogés qu’ils sont effectivement inscrits dans une BU16. Seul l’emprunt de documents sur support demande une inscription de fait.

Que lisent les étudiants ?

24Dans l’étude de Donnat (2008b), certains auteurs de romans étaient mentionnés, ce qui permettait d’avoir des données plus précises sur les livres lus par les personnes interrogées. L’idée de cette liste de noms d’auteurs a été reprise, étoffée et appliquée au public des étudiants (qui sont jeunes dans l’immense majorité des cas et donc susceptibles d’avoir lu Harry Potter de façon massive, par exemple). Elle a été étendue aux auteurs classiques (encore proches dans l’esprit de beaucoup d’étudiants, car ils ont été lus au lycée), à quelques auteurs jeunesse, puis à des auteurs de best-sellers. Dans ce cas, la question posée était : « Lesquels de ces auteurs avez-vous lus dans votre vie ? »

25Sur ce que les jeunes lisent en ce moment, nous en sommes restée au genre (ce qui permettait des comparaisons avec les résultats obtenus avec les deux questions précédentes).

26Que lisent les étudiants ? La réponse est complexe, et nous avons choisi de la décomposer en fonction de la période de leur vie prise en compte, d’une part, et du choix de réponses qui leur était proposé, d’autre part.

Qu’ont-ils déjà lu ? Ou Molière encore et encore

27La première question a pris la forme d’une liste de noms d’auteurs (parfois précisés par le nom de leur personnage emblématique) et portait sur l’ensemble de leur vie. Il s’agissait ici de déterminer leur corpus commun. Nous avons donc mêlé au sein de cette liste des auteurs classiques étudiés à l’école (Molière, Guy de Maupassant, Victor Hugo), des auteurs classiques plus souvent lus dans le cadre de loisirs (Jules Verne, Agatha Christie), deux auteurs de littérature adolescente ayant vertu de best-seller (J. K. Rowling avec Harry Potter et Stephanie Meyer avec Twilight), deux auteurs de bande dessinée jeunesse (Goscinny avec Astérix, mais aussi Zep, l’auteur de Titeuf, très en prise avec leur génération), viennent ensuite des auteurs de best-sellers, notamment de romans policiers et, enfin, des auteurs de littérature française qui se vendent bien et bénéficient d’une notoriété assez importante.

28On obtient les résultats présentés dans le tableau ci-dessous.

Tableau 1. Liste des auteurs

Tableau 1. Liste des auteurs

29Comme on peut le voir, les prescriptions scolaires tiennent le haut du pavé puisque 83,5 % des étudiants interrogés disent avoir lu Molière, au collège sans doute et peut-être le plus souvent sous la forme d’extraits. Si ce résultat paraît évident, il ne faut pas sous-estimer cette « culture commune » si fortement présente puisque ce sont les trois premières places qui sont tenues par des auteurs classiques certainement étudiés en classe. Une fois ces prescriptions passées, ce sont, là aussi assez logiquement, les bandes dessinées qui dominent, les ouvrages de Goscinny bien sûr, mais immédiatement suivis de ceux de Zep. Ensuite, on retrouve un mélange de serials vendeurs très ancrés dans cette génération (Rowling et Harry Potter, Levy) et de classiques toujours présents (Christie, Verne). Si Stephen King peut faire office de classique, Dan Brown est l’exemple du très gros vendeur (plus de cinq millions d’exemplaires du Da Vinci Code en format poche vendus en moins d’un an) a priori peu programmé pour durer. On peut également noter l’importance de la littérature de genre hormis les classiques. Cela va dans le même sens que la grande représentativité de cette littérature dans la rubrique des meilleures ventes. Les auteurs français sont lus en proportion de leurs ventes globales. Le premier dans la liste est ainsi Levy en huitième position. Il est suivi par Amélie Nothomb, Guillaume Musso et Bernard Werber. Les auteurs français les plus « littéraires » de notre sélection sont lus, mais assez peu tout de même puisque Michel Houellebecq a été lu par 5,4 % des étudiants, Virginie Despentes par 2,6 % et Olivier Adam par 1,5 %. Steel ne fait pas vraiment recette auprès de cette génération puisqu’elle n’a été lue que par 4,1 % d’entre eux.

30Dans l’étude de Donnat (2008b), une liste d’auteurs, plus courte, était proposée aux personnes interrogées. On leur demandait si elles avaient déjà lu un livre de J. K. Rowling, Dan Brown, Marc Levy, Michel Houellebecq, Danielle Steel, Amélie Nothomb, Mary Higgins Clark, Bernard Werber, Fred Vargas, Jean d’Ormesson, Stephen King, Zep, Goscinny. La reprise de quasiment tous ces auteurs dans notre étude permet de juger de la représentativité de notre échantillon. Les résultats sont assez proches, les auteurs les plus lus par la catégorie « élèves, étudiants » étant Goscinny, Rowling, Zep, King et Higgins Clark.

31Pour compléter cette approche, nous avons mis au point une autre liste, qui reposait sur des titres d’ouvrages, de séries ou de noms d’auteurs jugés représentatifs d’un genre qui n’était pas mentionné dans le questionnaire. Nous avons demandé aux étudiants s’ils avaient lu au cours des deux ou trois dernières années une ou des bandes dessinées parmi Lanfeust de Troy ou des Étoiles, Les tuniques bleues, Largo Winch, Cédric, Ducobu, Boule et Bill, Les schtroumpfs et Kid Paddle, en estimant que ces titres étaient représentatifs des bandes dessinées grand public et touchant le jeune public. Nous avons exclu de cette catégorie Astérix et Titeuf, car leurs auteurs étaient dans la liste des auteurs proposés.

32Nous leur avons également demandé s’ils avaient lu un ou des livres d’auteurs de bandes dessinées pour les adultes, plus spécialisées et donc qui étaient susceptibles d’avoir été lues par des lecteurs plus intéressés par ce genre : Persepolis de Marjane Satrapi, les bandes dessinées de Bilal, Manu Larcenet (Le combat ordinaire), Joann Sfar, François Bourgeon, Tardi, Mœbius, Schuiten.

33Nous avons également inclus des séries de mangas qui sont toutes des best-sellers, selon l’hypothèse que presque tous nos participants ont dû en lire : un ou des mangas parmi Naruto, Dragon Ball Z, Fruit Basket, Nana, Death Note.

34Le succès de la série Walking Dead était moindre au moment de l’étude et les comics étaient moins grand public, mais nous en avons aussi inclus : un ou des comics parmi Walking Dead, Spiderman, Batman, Superman, Le surfer d’argent.

35Il s’agissait aussi de voir si les jeunes étudiants lisaient des bandes dessinées en ligne ou des mangas piratés : une ou des bandes dessinées ou des mangas en ligne sur des blogues (Boulet, Pénélope Bagieu) ou sous la forme de scantrads.

36Nous avons également inclus des best-sellers pour les adolescents. En raison de l’âge moyen des étudiants de notre échantillon, ceux-ci étaient susceptibles d’avoir lu ce type d'ouvrages. Il semblait intéressant de voir l’influence de cette littérature : un ou des romans parmi Les chevaliers d’Émeraude, Eragon, Artemis Fowl, Le monde de Narnia, À la croisée des mondes, Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire.

37Il y avait aussi des titres classiques et plus récents de séries de fantasy : un ou des romans parmi L’épée de vérité, La trilogie des elfes, L’assassin royal, Pug l’apprenti, Le trône de fer, Le seigneur des anneaux, La Belgariade, des romans du Disque-monde.

38Se trouvaient aussi des romans de science-fiction, aussi bien classiques que plus récents : un ou des romans parmi Dune, Hyperion, Le guide du routard galactique, Le cycle de Mars, les romans d’Isaac Asimov, de Iain M. Banks.

39Nous avons également inclus des titres de chick lit ou « littérature de poulettes », sous-genre caractérisé par la légèreté du récit, le ton humoristique employé et l’importance donnée à une ou des histoires d’amour, le personnage principal étant, bien sûr, une fille jeune et, le plus souvent, jolie (même si elle l’ignore encore au début du récit) : un ou des romans parmi Le journal de Bridget Jones, Le diable s’habille en Prada, la série Accro du shopping, la série Gossip Girl, les romans de Meg Cabot.

40Nous avons également pensé aux romans policiers historiques (Les enquêtes du juge Ti, Les aventures de Nicolas Le Floch). Le public français aime les romans policiers, mais il est également féru d’histoire, comme pourra le confirmer tout bon libraire. Étant donné l’importance de la production éditoriale dans ce genre, nous nous sommes demandé si cela touchait également les jeunes. La formulation choisie s’est révélée malheureuse, au sens où elle englobe sans doute, pour les personnes interrogées, tous les romans antérieurs à l’an 2005 : un ou des romans policiers qui se passent à une autre époque que la nôtre.

  • 17 Commission de Liaison Interprofessionnelle du Livre. Classification CLIL, version du 31 janvier 201 (...)

41La Commission de Liaison Interprofessionnelle du livre définit la littérature sentimentale comme étant composée de « romans sentimentaux s’intégrant dans des séries populaires de grande diffusion »17 ce qui présente l’intérêt de la simplicité. Il semblait intéressant de voir si le jeune public continuait de s’intéresser à une collection déjà ancienne : un ou des romans de la collection Harlequin.

42Le choix des titres, des séries et des auteurs désignés comme représentatifs peut certainement être discuté. Nous avons décidé, dans chacune des catégories artificielles ainsi créées, de mêler classiques et best-sellers plus récents. Les listes ont évolué après des discussions avec des libraires et des tests auprès d’étudiants. Nous sommes partie du principe qu’un lecteur intéressé par un genre aura forcément lu au moins l’un des ouvrages, des auteurs ou des séries cités dans la catégorie. Le biais principal résulte des petits lecteurs qui auront lu, par hasard, l’un des ouvrages de la catégorie sans pour autant s’intéresser au genre en lui-même. Ce biais ne nous est pas apparu beaucoup plus lourd que celui qui s’attache à la définition des genres eux-mêmes dans l’esprit du public. Les résultats obtenus, s’ils ne sont donc pas d’une rigueur scientifique à toute épreuve, demeurent intéressants et peuvent sans doute servir de base à une étude plus fine à ce sujet.

43Cette question concernait donc ce que les étudiants avaient lu au cours des deux ou trois dernières années, ce qui, ramené à des souvenirs souvent flous, revenait à écarter surtout les lectures d’enfance et de collège.

Tableau 2. Choix de lecture selon les genres

Tableau 2. Choix de lecture selon les genres

44Ce que presque tous ont lu, c’est donc de la bande dessinée jeunesse. Il est intéressant de souligner ici que le taux de lecteurs de la bande dessinée franco-belge grand public tombe à 13,9 %. Les mangas, très inscrits dans cette génération (les titres de série cités étant de gros vendeurs autant « pour filles » que « pour garçons »), ne sont finalement pas si lus que cela ou le sont par un lectorat plus jeune et infidèle, puisque seuls 42,3 % des étudiants interrogés disent en avoir lu au cours des deux ou trois dernières années. Le taux de lecteurs de comics (littérature tout de même plus confidentielle il y a deux ans) est assez semblable, avec 30,8 %.

45Après les bandes dessinées jeunesse et les mangas, les genres les plus lus sont les romans policiers historiques et la littérature pour adolescents. Ce type de romans, qui s’est multiplié depuis une vingtaine d’années, semble donc effectivement bien populaire chez les jeunes. Ce genre, lié à l’enfance, est immédiatement suivi par la chick lit bien représentée, surtout chez les filles (60,4 %).

Tableau 3. Choix de lecture selon les genres et le sexe

Tableau 3. Choix de lecture selon les genres et le sexe

46Si seulement 6,1 % des garçons lisent de la chick lit, ils sont 7,8 % à avoir lu des romans Harlequin, contre 14,7 % de filles. S’il y a donc bel et bien des garçons qui aiment les romans d’amour, soit ils ne connaissent pas l'existence de la chick lit, soit ils préfèrent rester dans la romance classique, soit, et c’est sans doute probable, ils ont emprunté des livres à leur mère ou à leur grand-mère. La réponse à cette question rejoint l’une de nos hypothèses de départ sur la littérature sentimentale. Si les séries sentimentales sont lues par les jeunes, elles le sont peu (11,1 %), les auteures comme Steel ne sont plus prisées par cette génération qui leur préfère des romans d’amour parlant d’autre chose que d’amour (femme active, problèmes professionnels) et adoptant un ton résolument humoristique. Cela correspond à l’évolution des magazines féminins depuis l’arrivée de Cosmopolitan.

47La fantasy, quant à elle, si elle demeure un genre souvent lu (28,6 %), est surtout populaire auprès des garçons (39 % contre 18,7 % de filles), ce qui peut sembler assez étonnant puisque ce genre est censé plaire à un public assez large, notamment féminin. La science-fiction reste également très masculine mais, surtout, très minoritaire par rapport à la fantasy (7,4 % contre 28,6 %) et par rapport à des romans classés comme de la science-fiction mais beaucoup plus grand public, tels ceux de Werber qui ont été lus par 20 % de notre échantillon. C’est notamment en ce qui a trait aux littératures de l’imaginaire que le recours au genre dans des enquêtes paraît le plus difficile.

  • 18 Comme les Notes du dessinateur Boulet extraites de son blogue, dont huit tomes ont été publiés chez (...)

48En ce qui concerne la lecture de bandes dessinées ou de mangas en ligne, le score est inférieur à ce que nous avions prévu, puisque seulement 13,7 % des étudiants lisent en ligne. Cette lecture est plus masculine puisqu’elle correspond à 16,5 % des garçons et à seulement 10,7 % des filles. La sortie des blogues de bandes dessinées en album imprimé18 est donc sans doute un moyen important pour augmenter leur lectorat…

49Les Français ont la réputation d’aimer les romans historiques et les livres d’histoire. L’importance de l’offre de romans policiers historiques dans les librairies confirme la volonté des éditeurs de mettre à la disposition de leurs lecteurs un heureux (souvent) mélange entre suspense et roman historique. A priori, les jeunes paraissent adhérer à cette offre puisqu’ils sont 41 % à dire avoir lu un ou des romans policiers « qui se passent à une autre époque que la nôtre ». Cette formulation nous était apparue plus parlante que celle de « roman policier historique » incomprise lors de notre prétest. Ce n’est qu’après la passation des questionnaires que nous avons envisagé l’ambiguïté de la question : un roman situé dans l’univers d’Agatha Christie ou même simplement dans le cadre des années 1980 répondait également à ce critère. De ce fait, la seule chose qui peut être conclue de ce résultat est que 41 % des étudiants interrogés ont lu des romans policiers qui ne sont pas strictement contemporains.

  • 19 Les catégories socioprofessionnelles favorisées, dans le monde occidental des années 2000. C’est un (...)

50Si l’on étudie ces résultats en fonction de la catégorie socioprofessionnelle des parents, on constate que les jeunes issus de PCS+19 lisent plus et lisent des ouvrages de toutes les catégories. Les différences entre filles et garçons sont également moins marquées (ce sont les garçons de PCS+ qui ont lu de la chick lit, quant aux filles, elles ont lu de la science-fiction). Enfin, ils ont lu, plus que les autres, les romans pour adolescents. Ces résultats semblent assez logiques : ces jeunes ont été davantage en contact avec des livres de tous genres, ils lisent davantage et ont donc testé plus que les autres différents types de littérature. On leur a sans doute offert plus souvent des livres au cours de leur adolescence et on les a davantage incités à pratiquer la lecture. La lecture en soi, à l’adolescence, peut alors être vue comme une pratique distinctive, en cela qu’elle concerne majoritairement les jeunes issues des catégories sociales supérieures. Pourtant, cette constatation reste pour nous une hypothèse : peu d’étudiants ont rempli la rubrique sur la profession des parents et, dans un certain nombre de cas, celle-ci n’était pas exploitable, car seule y figurait la mention « retraité ». L’étude de Baudelot sur la lecture des élèves semble aboutir à des résultats nuancés : « […] le lien entre la catégorie sociale des parents, le niveau scolaire et l’investissement dans la lecture n’est pas direct » (1999 : 38), même si cette donnée n’est pas en contradiction directe avec nos propres résultats.

  • 20 Voir par exemple à ce sujet les développements à partir du concept d’omnivorisme de Peterson (2004) (...)

51L’objectif de cette enquête n’était pas de mesurer la présence, ou le recul, de la culture classique dans une population d’étudiants. Le glissement de cette culture a depuis longtemps été constaté20. Si le poids de la culture classique est si souvent mesuré, c’est bien sûr à la suite des publications de Pierre Bourdieu. Il a travaillé sur les pratiques culturelles dites légitimes en ce qu’elles servent de marqueurs symboliques de certaines fractions dominantes au sein de la société (Bourdieu, 1979). Cette culture légitime est une culture classique, elle se traduit par des pratiques facilement reconnaissables (musique classique, opéra, théâtre, littérature classique) dont sont exclus les loisirs populaires. Richard A. Peterson (2004) a montré que, dans beaucoup d’enquêtes plus actuelles, les catégories sociales supérieures se caractérisent surtout par une diversité de pratiques allant de la culture savante à la culture la plus populaire. C’est en travaillant sur la musique qu’il a défini la notion d’omnivorisme. En ce qui concerne la lecture, nous nous heurtons toujours à la complexité des catégories généralement utilisées dont il a déjà ici été beaucoup question. De plus, ce sujet de l’omnivorisme appliqué à la lecture est assez difficile à traiter par rapport aux jeunes gens en devenir : ils sont encore trop marqués, surtout par ce qu’ils ont lu enfants et adolescents, par leur milieu d’origine. Si les jeunes issus des PCS+ lisent plus et lisent des livres de genres plus divers, cela va bien dans le sens de la notion d’omnivorisme au sens d’une ouverture des classes supérieures à la diversité culturelle. Mais dans le cas des jeunes, s’ils ont fait preuve de curiosité et ont testé divers types de littérature, que feront-ils par la suite ? Après une période de découverte, vont-ils davantage se limiter à certains genres ? Et, même si leurs pratiques semblent demeurer éclectiques (des romans contemporains et des romans policiers), on en revient à la même problématique : des romans policiers certes, mais écrits par Maxime Chattam ou par Fred Vargas ? Quant aux jeunes issus de milieux plus modestes, vont-ils eux aussi évoluer et apprendre à connaître et à aimer ce qu’ils ne lisent pas encore, notamment grâce à l’université ?

52Un autre point concerne les pratiques émergentes, liées par exemple aux livres électroniques, que les étudiants devront prendre en compte. Ainsi, s’il paraît difficile de tirer des conclusions sur l’omnivorisme selon notre enquête en raison de l’évolution probable des pratiques de cette génération Y dans le temps, et plus prosaïquement en raison du taux de non-réponse aux questions sur la profession des parents, des éléments méthodologiques pourraient être réutilisés dans le cadre d’un travail sur cette notion. Il s’agit de la catégorisation des ouvrages en fonction non seulement de leur genre, mais aussi de leur « spécialisation » (par exemple, la bande dessinée grand public par rapport à la bande dessinée adulte contemporaine) et, surtout, de la manière de présenter ces catégories dans un questionnaire.

Que lisent-ils maintenant ? Ou l’histoire d’un dragon amoureux en manga

53Afin de nuancer davantage les résultats, nous avons demandé aux étudiants de préciser ce qu’ils lisaient en ce moment à partir d’une liste plus « classique » de genres littéraires : roman classique, roman contemporain, roman policier, roman de science-fiction ou de fantasy, roman d’amour, bande dessinée, manga ou comics, livre d’actualité ou de politique, témoignage, biographie, livre d’histoire, livre pratique, livre technique, autre, essai. L’objectif de cette question était triple : d’abord, recueillir et exploiter les résultats en tant que tels, ensuite, croiser les données obtenues avec celles qui ressortent des réponses aux autres questions (en particulier au sujet de la science-fiction) et, enfin, comparer nos résultats avec ceux d’autres enquêtes qui utilisent ce type de catégorisation des genres. Nous avons obtenu les résultats suivants.

Tableau 4. Lecture des genres littéraires « classiques »

Tableau 4. Lecture des genres littéraires « classiques »

54Sans surprise, ce qui ressort le plus, toutes catégories confondues, est la catégorie des bandes dessinées, mangas ou comics. Ce qui peut paraître assez étonnant, c’est qu’elle ne ressorte pas davantage : seulement 41 % d’étudiants disent lire actuellement ce type d’ouvrages. Ainsi, si ce qu’ils lisent le plus est des bandes dessinées, moins de la moitié dit en lire effectivement au moment de l’étude. Suit la catégorie des romans de science-fiction ou de fantasy avec 30,8 % des étudiants. Les réponses aux questions précédentes permettent de tempérer ce résultat : aujourd’hui, ce sont les romans de fantasy qui sont lus massivement par les étudiants de notre échantillon et non les romans de science-fiction. Il serait intéressant de voir si l’attrait pour ce genre de roman est lié à l’âge de nos étudiants et s’il s’érode avec le temps comme un reste d’enfance et d’attirance pour les contes et les mondes imaginaires ou si un noyau de lecteurs adeptes du genre se forme et perdure, quel que soit l’âge des lecteurs. Selon l’étude de Donnat (2008a et 2008b), ce sont les jeunes qui lisent le plus de la fantasy, l’intérêt pour ce genre décroît avec l’âge, mais il est encore tôt pour étudier l’évolution de ses lecteurs dans le temps, l’explosion de ce genre étant assez récente (une quinzaine d’années).

55Suivent, presque avec les mêmes taux, les romans policiers (27,8 %) et les romans contemporains (27,1 %). Puis, on trouve les livres techniques et pratiques avec respectivement 23,2 % et 22,8 % de lecteurs. Viennent ensuite les romans classiques (21 %), les livres d’actualité ou de politique (20,2 %), les romans d’amour (18,4 %), les témoignages, à égalité avec les livres d’histoire (15,8 %), les biographies (13,2 %), les non-réponses (8,2 %) et, enfin, les essais (1,1 %). Les livres jeunesse et de beaux-arts obtiennent 0 %. Ainsi, ce qui demeure le plus lu reste de la fiction. Pourtant, les livres techniques sont la lecture principale des étudiants en filière technique.

56Si l’on étudie la répartition par sexe, on voit que les filles lisent d’abord des romans contemporains (42,7 %), des romans policiers (35,6 %) et des romans d’amour (34,7 %). Ces chiffres doivent être pris plutôt dans leur globalité, la distinction entre romans contemporains et romans d’amour étant délicate. Si nous avons distingué ces deux catégories, cela correspondait davantage à une envie de voir si la catégorie des romans d’amour, avec sa possible image de littérature de midinettes, était boudée ; visiblement, cela n’est pas le cas. Les garçons lisent d’abord des bandes dessinées, des mangas ou des comics (52,8 %), puis des romans de fantasy et de science-fiction (35,9 %). Suivent les livres techniques (33,3 %) (la population des filières techniques est très masculine) et les livres pratiques (23,4 %). La littérature est moins lue par les garçons : romans policiers (20,8 %), romans classiques (16 %) et romans contemporains (12,1 %). Ils lisent également moins de témoignages et de biographies que les filles.

57Donnat, dans son étude (2008a) a demandé quels étaient les genres de romans (autres que les policiers) le plus souvent lus (2 réponses au choix) : 47 « élèves étudiants » sur 127 interrogés (37,0 %) disaient lire le plus souvent des ouvrages de la catégorie « science-fiction, fantastique, heroïc fantasy, horreur », ce qui est inférieur à notre propre résultat. Les autres genres les plus lus sont les romans contemporains français (14,2 %), les romans historiques (11,8 %), puis les romans de type Harlequin, les biographies romancées, les autres romans contemporains étrangers, les prix littéraires, les grands auteurs français du XXe siècle.

58Les différences avec nos résultats proviennent sans doute de la formulation des questions. D’abord, les romans policiers étaient écartés de l’étude sur les pratiques culturelles des Français. Ensuite, le fait de s’enquérir des « romans lus le plus souvent » sous-entend un choix par genre de livre, ce qui ne fait pas toujours sens pour les lecteurs, le poids de l’auteur ou de la série étant prépondérant, comme nous l’avons montré dans un article précédent (Lacôte-Garbysiak, 2010). De plus, les catégories proposées ne concernaient que les romans. Ainsi, en élargissant les catégories à l’ensemble des livres, nous pouvons mesurer le poids des livres techniques et pratiques dans ce qui est lu.

59Afin de raffiner nos résultats, nous avons posé deux questions ouvertes : « Quel livre lisez-vous en ce moment ? » et « Quel est votre livre préféré ? » Les taux de non-réponse ont été importants : 42,3 % pour le livre lu en ce moment (ce qui peut correspondre au fait qu’aucun livre n’était en cours pour la moitié ou presque de notre échantillon, que les étudiants ne se souvenaient pas du titre ou encore qu’ils ne tenaient pas à nous livrer cette donnée) et 30,6 % pour le livre préféré. Nous avons essayé de reprendre le peu d’éléments de réponses pour cibler les livres en question et pouvoir leur attribuer un choix de genre. Cela s’est révélé délicat, non seulement parce que les références données étaient toujours pauvres, parfois fausses, mais aussi parce qu’il pouvait s’agir d’ouvrages assez anciens ou difficiles à classer dans un genre. Les seuls résultats qui peuvent être représentatifs sont le taux de romans contemporains (18,4 %), cette catégorie incluant, nous le savons, les romans comme ceux de Levy et de Musso, suivi du taux de romans de science-fiction ou de fantasy (11,9 %). Les autres catégories sont inférieures à 10 %. On retrouve des résultats proches de ceux déjà obtenus : 21,5 % des livres préférés sont dans la catégorie des romans contemporains et 14,1 % dans celle des romans de science-fiction ou de fantasy. Les réponses à la question sur le livre préféré sont variées : « Nothomb », « Naruto, Tolstoï, Dostoïevski, Marivaux », « Java ++ », « Le Coran », « Moi, Christiane F, 13 ans, droguée, prostituée », « Le tour du monde en 80 jours de Jules Verne »… On peut noter ici la présence d’auteurs classiques lus au lycée, de Nothomb très appréciée et la faible représentation des bandes dessinées, de mangas ou de comics. Cette faible représentation résulte sans doute du fait que le plus souvent les bandes dessinées, les mangas ou les comics sont avant tout des lectures de distraction, des livres que l’on lit d'abord pour se détendre. Il est donc assez naturel que ces ouvrages n’apparaissent pas comme des livres « préférés ».

Conclusion

60Les résultats obtenus permettent de nous faire une idée, dans le cadre des « sous-cultures » de la littérature de genre, des préférences de nos étudiants. Ainsi lisent-ils des bandes dessinées certes, mais des bandes dessinées grand public, peu d’entre eux s’intéressant à la bande dessinée adulte contemporaine. De même, s’ils lisent de la science-fiction, ce sont des best-sellers et non les classiques du genre (Asimov) ou les romans d’auteurs contemporains (Banks). S’ils lisent de la littérature contemporaine, ce sont des romans de Levy ou de Musso. Ainsi, si la culture classique recule, elle n’est pas remplacée, chez la majorité de nos étudiants, par une autre culture — geek par exemple, fondée sur la connaissance d’un domaine éditorial et le choix des titres les plus exigeants —, mais par des livres grand public inscrits sur les listes de meilleures ventes. Peut-on en déduire que, le nombre de livres lus diminuant et la lecture devenant avant tout une pratique de détente, c’est du coup sur la littérature la plus facile que se porte le choix de nos étudiants ? À cela, il faut ajouter le poids majeur des lectures du collège et du lycée qui ne sont pas remplacées dans leurs références par des auteurs plus contemporains.

  • 21 Entretiens réalisés en 2010 dans le cadre d’un projet étudiant auprès de 15 personnes lectrices de (...)

61Dans un article précédent (2010), nous avions travaillé sur les meilleures ventes de livres en France au cours de deux décennies (1984-2004). Sans trop de surprise, nous avions pu ainsi déterminer les genres particulièrement vendeurs : dictionnaires, bandes dessinées grand public, romans policiers et des auteurs dont le succès ne se démentait pas année après année, comme Higgins Clark, Coben, Werber, Nothomb ou Levy. À cela, enfin, il fallait ajouter des phénomènes éditoriaux exceptionnels comme Harry Potter ou le Da Vinci Code de Brown. En ce qui concerne les romans les plus populaires, une série d’entretiens21, qui n’a pas été le sujet d’une publication, auprès de lecteurs de Levy et de Musso permettait de dégager ce qui caractérise ces romans aux yeux de leurs lecteurs : de belles histoires qui finissent bien, avec un peu d’humour ou de fantastique, où les gens sont jeunes, beaux, intéressants, où l’intrigue est simple, à la fois attendue (ils s’aiment) et surprenante (il y a du suspense). Hormis quelques adeptes, les lecteurs et surtout les lectrices y recherchaient, et y trouvaient, une petite douceur, un moment de détente avant de dormir sans surévaluer leur qualité littéraire. Le succès récent des romans de Gilles Legardinier suit cette logique. Cette enquête montre que les étudiants lisent aussi cette littérature populaire. La réalisation d’entretiens permettrait d’affirmer ou d’infirmer ce qui n’est encore que des conjectures sur ce qui les incite à rechercher ce type de romans.

62Cette petite enquête nous permet de dresser un portrait de l’étudiant en lecteur. Occupé à autre chose, il lit peu. S’il considère toujours les livres comme des sources de savoir et de culture, il s’intéresse rarement aux prescriptions universitaires, surtout s’il suit une filière courte technique. Son intérêt sur ce plan augmente proportionnellement aux nombres d’années d’études et s’accroît s’il est inscrit dans une filière de sciences humaines en faculté. Il partage avec les autres un bagage commun d’auteurs classiques issus du collège et du lycée. S’il s’agit d’une étudiante, elle lira surtout des romans contemporains et des histoires d’amour, alors que l’étudiant privilégiera les bandes dessinées ou les mangas et les romans de fantasy. En général, l’étudiant ou l’étudiante lira surtout des best-sellers, se confondant, de ce fait, avec le reste de la population.

63Les résultats de cette enquête ouvrent des pistes à deux types de recherche complémentaires sur la lecture. D’abord, il serait intéressant de compléter les résultats par l’ajout des étudiants de classe préparatoire pour voir si l’appartenance à ce type de filière a réellement une influence sur leurs lectures. En effet, si l’on peut supposer que ceux-ci lisent plus de prescriptions universitaires et plus d’auteurs classiques (en particulier pour les étudiants en classes préparatoires littéraires), qu’en est-il de leur lecture choisie ? Est-elle constituée d’œuvres contemporaines prisées par la critique ? Est-elle exclusive ou hétérogène ? Contient-elle des best-sellers ? Ces données pourraient être recoupées avec le milieu social d’origine et être éclairées par des entretiens, ce qui permettrait d’affirmer ou d’infirmer davantage l’existence de pratiques omnivores chez les jeunes Français « lettrés ». L’autre piste est d’ordre méthodologique et reprend la création de catégories plus fines pour interroger le lectorat des différents « genres » littéraires. Ce point rejoint également les études sur l’omnivorisme. Les membres des classes sociales supérieures ont-ils des pratiques de lecture omnivores et, si oui, que se cache-t-il derrière cette diversité ? S’ils lisent des romans contemporains et des romans policiers, de quels romans contemporains et de quels romans policiers est-il réellement question ? Mais ce sont là des questions qui restent à explorer…

Haut de page

Bibliographie

BAUDELOT, Christian, Marie CARTIER et Christine DETREZ (1999), Et pourtant, ils lisent…, Paris, Seuil, Coll. « L’épreuve des faits ».

BOURDIEU, Pierre (1979), La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

CARVAJAL, Christine (1997), « La pratique de la lecture chez les étudiants », Cahiers de l’Urmis, nos 2-3 : 29-42

DAGNAUD, Monique (2013), Génération Y : les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, deuxième édition revue et augmentée, Paris, Presses de Sciences po, Coll. « Nouveaux débats ».

DETREZ, Christine (2005), Les adolescents et la lecture, Arras, Artois Presses Université, Coll. « Études et témoignages ».

DONNAT, Olivier (2008a), Les pratiques culturelles des Français à l’ère du numérique. Synthèse, Ministère de la Culture [En ligne]. http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/doc/08synthese.pdf. Page consultée le 28 mai 2014.

DONNAT, Olivier (2008b), Enquête sur les pratiques culturelles des Français, Ministère de la Culture [En ligne]. http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/08resultat_chap6.php. Page consultée le 15 février 2014.

DONNAT, Olivier (2014), « Le populaire à l’épreuve de la diversité culturelle », Bulletin des Bibliothèques de France, mars [En ligne]. http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2014-01-0062-005. Page consultée le 28 mai 2014.

DONNAT, Olivier et Paul TOLILAO (2003), Le(s) public(s) de la culture, Paris, Presses de Sciences po.

FRAISSE, Emmanuel (dir.) (1993), Les étudiants et la lecture, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Politique d’aujourd’hui ».

LACÔTE-GABRYSIAK, Lylette (2010), « C’est un best-seller ! », Communication [En ligne]. 27(2) (31 mars). http://communication.revues.org/3130. Page consultée le 23 juillet 2014.

LAHIRE, Bernard (2002), « Formes de la lecture étudiante et catégories scolaires de l’entendement lectoral », Sociétés contemporaines, 4(48) : 87-107.

MINISTÈRE DE LA CULTURE (2011), Chiffres-clés 2011 [En ligne]. http://www2.culture.gouv.fr/culture/deps/chiffres-cles2011/08-bibliotheques-2011.pdf. Page consultée le 15 février 2014.

MOLLIER, Jean-Yves (2007), Où va le livre ?, Paris, La Dispute.

OBSERVATOIRE NATIONAL DE LA VIE ETUDIANTE (2010), Enquête Conditions de vie étudiante [En ligne]. http://www.ove-national.education.fr/enquete/2010. Page consultée le 10 février 2014.

PETERSON, Richard A. (2004), « Le passage à des goûts omnivores : notions, faits et perspectives », Sociologie et société, 36(1) : 145-164.

SYNDICAT NATIONAL DE L’ÉDITION (2014), Dossier sur le livre et le numérique [En ligne]. http://www.sne.fr/dossiers-et-enjeux/numerique/barometre-sur-les-usages-du-livre-numerique.html. Page consultée le 17 novembre 2014.

Haut de page

Notes

1 Les résultats détaillés de cette étude sont exposés dans l’ouvrage de Christian Baudelot, Marie Cartier et Christine Detrez (1999).

2 En France, les élèves de 11 à 15 ans fréquentent le collège pendant quatre ans. Ensuite, les élèves peuvent intégrer une formation professionnelle courte (CAP) ou intégrer le lycée dans des filières professionnelles, techniques ou générales (scientifique, économique et littéraire). Le lycée dure trois ans et se termine par un examen, le baccalauréat, dont l’obtention permet l’inscription dans n’importe quelle université, mais pas dans les filières sélectives qui demandent une admission sur dossier ou à la suite d’un examen d’entrée. La possession du baccalauréat demeure alors une condition nécessaire, même si elle n’est pas suffisante.

3 Vidéos amusantes où l’on voit un ou plusieurs chats. Au sujet de l’engouement pour ce type de vidéos et, de manière plus générale, des pratiques des jeunes sur les réseaux, voir Dagnaud (2013).

4 Selon l’étude d’Ipsos MediaCT consacrée au téléchargement, un internaute français sur six âgé de 16 à 34 ans déclare télécharger régulièrement des contenus vidéo (télévision, film, sport) ou musicaux de manière illégale. Disponible sur le site d’Ipsos : [En ligne] http://www.ipsos.fr/ipsos-mediact/actualites/2009-04-17-telechargement-legal-et-illegal-sur-internet. Page consultée le 20 avril 2014.

5 Les scantrads sont des mangas japonais qui ne sont pas encore diffusés en France, mais que des fans bénévoles ont numérisés, traduits et mis en ligne.

6 Au sujet de l’évolution du livre numérique en France, on peut consulter le dossier très complet disponible sur le site du Syndicat national de l’édition (2014). Site du SNE www.sne.fr. Page consultée le 17 novembre 2014.

7 Pour étayer cette remarque, plus que sur une référence bibliographique, nous nous appuyons sur une expérience quotidienne auprès de publics estudiantins de diverses origines pendant des cours de bibliographie.

8 Par exemple, l’enquête Conditions de vie étudiante 2010 (Observatoire national de la vie étudiante, 2010).

9 Brevet de technicien supérieur. Ces filières, très techniques, consistent en deux années d’études après le baccalauréat. Elles sont sélectives, c’est-à-dire que les élèves sont sélectionnés sur dossier pour y entrer. Les BTS sont gérés par les lycées au sein desquels ils se déroulent. À ce titre, ils ne sont donc pas intégrés aux universités.

10 Diplôme universitaire de technologie. Il s’agit également d’une filière professionnelle sélective d’une durée de deux ans. Les DUT sont intégrés aux universités. Le dernier type de filières sélectives est constitué par les écoles d’ingénieurs et les « grandes écoles » françaises, elles-mêmes plus ou moins intégrées aux universités.

11 Les classes préparatoires sont des filières sélectives d’une durée de deux ans, effectuées dans les lycées, dont l’objectif est de préparer les élèves à passer les concours leur permettant d’intégrer les écoles d’ingénieurs et les grandes écoles.

12 Stéphanie Nicot, alors éditrice de science-fiction, fondatrice de la revue Galaxies, auteure d’anthologies et coorganisatrice des Imaginales : festival des littératures de l’imaginaire à Épinal, dans les Vosges.

13 Cela tient surtout au fait que les épreuves de français, qui incluent l’étude d’œuvres complètes et de textes issus d’œuvres, sont anticipées et ont lieu en fin de classe de première (deuxième année du lycée). De ce fait, les élèves doivent lire des romans classiques principalement pendant les première et deuxième années de lycée.

14 Les BTS dépendant des lycées, les étudiants qui y sont inscrits peuvent se rendre dans les centres de documentation et d’information (CDI) qui s’y trouvent. Ils ont également le droit d’aller s’inscrire aux bibliothèques universitaires, mais très peu d’entre eux le font.

15 Il s’agit des intranets des universités sur lesquels les étudiants peuvent consulter leur emploi du temps, leurs notes, ont accès à des cours en ligne et à des ressources documentaires.

16 D’autres études ont montré qu’un certain nombre d’étudiants ne font pas le lien entre les ressources documentaires disponibles sur le site intranet de leur université et les bibliothèques universitaires.

17 Commission de Liaison Interprofessionnelle du Livre. Classification CLIL, version du 31 janvier 2014. [En ligne] http://alire.asso.fr/docs/CLIL_listedesThemesCLILClassification.pdf. Page consultée le 17 novembre 2014.

18 Comme les Notes du dessinateur Boulet extraites de son blogue, dont huit tomes ont été publiés chez Delcourt.

19 Les catégories socioprofessionnelles favorisées, dans le monde occidental des années 2000. C’est un terme employé essentiellement dans une optique de marketing.

20 Voir par exemple à ce sujet les développements à partir du concept d’omnivorisme de Peterson (2004).

21 Entretiens réalisés en 2010 dans le cadre d’un projet étudiant auprès de 15 personnes lectrices de Levy ou Musso jointes, d’abord, au moment d’une séance de signature de Levy en librairie et sur des forums de fans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Liste des auteurs
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5234/img-1.png
Fichier image/png, 125k
Titre Tableau 2. Choix de lecture selon les genres
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5234/img-2.png
Fichier image/png, 75k
Titre Tableau 3. Choix de lecture selon les genres et le sexe
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5234/img-3.png
Fichier image/png, 72k
Titre Tableau 4. Lecture des genres littéraires « classiques »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5234/img-4.png
Fichier image/png, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lylette Lacôte-Gabrysiak, « La lecture des étudiants entre plaisir et contraintes », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/5234 ; DOI : 10.4000/communication.5234

Haut de page

Auteur

Lylette Lacôte-Gabrysiak

Lylette Lacôte-Gabrysiak est maître de conférences à l’Institut Universitaire de Technologie Nancy-Charlemagne, de l’Université de Lorraine, et membre du Centre de recherche sur les médiations, EA 3476 (CREM). Courriel : lylette.lacote@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org