Navigation – Plan du site
Lectures

Stéphane OLIVESI (dir.), Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2006
Odile Riondet
p. 276-277
Référence(s) :

Stéphane OLIVESI (dir.) (2006), Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif se veut moins un manuel qu’une présentation des thèmes de recherche en sciences de l’information et de la communication (SIC). Il se compose de trois parties de longueur inégale : les objets (journalisme, documentation, publics des médias…) ; les types de savoirs développés (approches socio-économique, anthropologique, historique, sémiotique) ; et, finalement, la réalité institutionnelle de la discipline.

2La première partie (les objets) ne se distingue pas vraiment d’autres ouvrages collectifs sur le même sujet. Elle n’échappe pas à un certain émiettement, chaque chapitre abordant un seul objet : les publics des médias (Jean-Pierre Esquenazi), la médiation culturelle (Michèle Gellereau), la documentation (Jean-Paul Metzger), les journalistes (Roselyne Ringoot et Denis Ruellan), la communication politique (Jacques Le Bohec), la communication publique (Caroline Ollivier), la communication territoriale (Isabelle Palliart), la communication organisationnelle (Nicole d’Almeida et Yanita Andonova) et les technologies de l’information et de la communication (Alain Rallet). L’impression d’émiettement découle en partie de l’absence d’une synthèse : la présentation de l’ouvrage se limite à décrire les parties sans en proposer une vision unitaire. On comprend seulement que le découpage du champ des SIC en autant d’objets est une démarche habituelle sans que soit explicité le pourquoi d’une telle démarche.

3Les articles ne sont pas destinés à des étudiants débutants mais plutôt à des chercheurs. En effet, chaque contributeur développe son approche et précise ses concepts. On fait appel aux écoles sociologiques pour fonder les théories qui définissent le public comme masse, classe économique ou acteurs ; on interpelle Pierre Bourdieu pour aborder la médiation culturelle ; sont mises à contribution l’analyse de la réception, l’histoire et l’économie pour traiter, respectivement, de la communication politique, de l’identité territoriale et des technologies.

4La deuxième partie porte sur les savoirs. La proposition de départ est la suivante : les SIC sont dites interdisciplinaires. Quelles sont donc les disciplines concernées ? La réponse tient en cinq chapitres.

5La première des disciplines est la socio-économie dont certaines écoles, comme l’économie des coûts de transaction et l’économie des conventions, interrogent les nouveaux modèles éditoriaux et les industries culturelles. La deuxième discipline est l’anthropologie qui, s’appuyant sur les travaux de Palo Alto, privilégie les études ethnographiques du comportement, les analyses de mœurs et de comportement social, comme chez Erving Goffman ou Norbert Elias, mais aussi l’analyse des mythes. Parce que la communication est en partie inconsciente, elle échappe au sujet et celui-ci se réfère à une mythologie pour justifier ses comportements et leur donner une signification. La troisième discipline, la politique, s’attarde à l’analyse de l’émergence d’un espace public, concomitante du développement des moyens de communication depuis le xviiie siècle. L’espace public s’est constitué au carrefour de la liberté d’expression, de la liberté d’examen, de la liberté de la presse elle-même fondée sur la liberté de l’argumentation et de l’opinion. La quatrième discipline, la linguistique, est née dans les années 1960, marquée par le structuralisme et la critique de la société de consommation, et qui a fortement influencé l’analyse du discours. Aujourd’hui, elle est plus portée par la volonté de repérer des logiques d’acteur et des problématiques d’interprétation ou de présence du sujet, principalement dans les médias (par exemple, une émission de télévision). Et finalement, la sémiologie qui a toujours eu des relations étroites avec les SIC : Greimas a analysé le récit, Barthes la mode, Metz le cinéma, Schaeffer la photographie. Aujourd’hui, les analyses sémiologiques couvrent de plus en plus non seulement les objets mais aussi les situations de communication.

6Ici encore, on regrettera l’absence d’un chapitre de synthèse. Peut-être cela signifie-t-il simplement que, les SIC étant pluri ou multidisciplinaires, il n’y a aucune unité à chercher. Si telle est bien l’intention de l’ouvrage, cette position aurait mérité d’être explicitée et justifiée.

7La dernière partie (la discipline et son institutionnalisation) ne comporte que deux chapitres : l’un sur son émergence dans l’université française, l’autre sur l’état actuel du recrutement des enseignants-chercheurs. Robert Boure estime nécessaire de faire « une histoire sociale de la construction de la discipline », qui lui semble au moins aussi importante que celle des théories scientifiques en information et communication. Pascal Froissart et Hélène Cardy présentent une série de statistiques, sur les recrutements universitaires depuis trente ans. On regrettera qu’il s’agisse de résultats déjà publiés ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Riondet, « Stéphane OLIVESI (dir.), Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline », Communication, Vol. 26/2 | 2008, 276-277.

Référence électronique

Odile Riondet, « Stéphane OLIVESI (dir.), Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline », Communication [En ligne], Vol. 26/2 | 2008, mis en ligne le 03 août 2009, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/524

Haut de page

Auteur

Odile Riondet

Maître de conférences (Habilitée à Diriger des Recherches), Rectorat de Lyon. Odile.riondet@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org