Navigation – Plan du site
Recherches

Couleurs « parlées » et couleurs « affichées » dans l’espace public roumain après 1989

Daniela Roventa-Frumusani et Adriana Stefanel

Résumés

Les auteures ont analysé la modalité par laquelle les acteurs politiques en général et les partis politiques parlementaires en particulier de la Roumanie postcommuniste ont communiqué avec l’électorat. Par l’intermédiaire des couleurs en assumant ou par contre en niant l’identité doctrinaire, en mettant en évidence par l’analyse sémiotique visuelle et l’analyse de discours les motivations assumées ou présumées telles qu’elles résultent des déclarations des hommes politiques et du discours des médias.

Haut de page

Texte intégral

1Au début du troisième millénaire, dans la « société du risque », de la « crise de la représentation » et des micropolitiques, on constate que le rapport de l’individu au politique et aux médias s’est complexifié.

2Il s’agit moins de dépolitisation que de déplacement des pratiques politiques et des formes de politisation (le printemps arabe, l’hiver civique de Bucarest). À cela s’ajoutent la transformation des discours, l’apparition de nouveaux supports (blogues, médias sociaux) et de genres médiatiques, la complémentarité des codes sémiotiques (iconiques, symboliques, chromatiques) ainsi que la perspective d’une « interdisciplinarité focalisée » (Charaudeau, 2010).

3À l’ombre des changements sociopolitiques tels l’éclatement et la parcellarisation des espaces publics, les nouvelles modalités d’interaction sociale et les modes particuliers d’appropriation collective de récits, d’images médiatiques et du traitement informationnel, nous nous proposons d’analyser le discours politique médiatique roumain à partir du binôme verbe/image, plus précisément du binôme identité politique/choix chromatique (iconique et symbolique) en mettant en évidence la relation avec le moment temporel, social et culturel.

4Nous essayerons de voir comment s’articulent à l’intérieur de la schématisation politique la monade forme/sens ou plutôt le fonctionnement texte/visuel et le travail de l’idéologie : 

On ne conçoit plus le texte politique comme un simple agencement d’idées qui permettrait d’« exprimer » de manière plus ou moins détournée idéologies ou mentalités. Le « contenu » est en réalité traversé par le renvoi à ses conditions d’énonciation. Le contexte n’est pas placé à l’extérieur, dans une série d’enveloppes successives, mais l’énonciation ne fait qu’un avec la gestion même de son contexte (Maingueneau, 2010 : 86).

La complémentarité des codes sémiotiques, la fabrication des signes et des discours politiques

5Dans son texte « Introduction. Pour une histoire des emblèmes et des couleurs », Michel Pastoureau met en évidence l’importance de l’étude de l’héraldique, de l’emblématique et de la vexillologie, en insistant sur le recours nécessaire aux acquis de la sémiologie: « La vexillologie n’a pas su ou pas voulu profiter des mutations récentes de la plupart des sciences sociales et linguistiques — ainsi l’apport de la sémiologie lui est presque totalement inconnu, ce qui paraît effarant pour une discipline qui a pour objet premier l’étude d’un système de signes » (2008 : 11). Les questions qu’il pose aux drapeaux, aux emblèmes, aux signes en général sont d’ordre historique, sémiotique, anthropologique et idéologique :

Depuis quand par exemple l’homme s’emblématise-t-il davantage par la couleur et par la géométrie que par les figures animales ? Quelles mutations — matérielles, sémiologiques, sémantiques, idéologiques, sociales — a impliqué ce passage du drapeau en tant qu’objet physique vers le drapeau en tant qu’image conceptuelle ? Tout drapeau a une histoire et cette histoire est rarement une histoire immobile (2008 : 12).

6Or, cette histoire véhiculée par les groupes pour conserver leur identité a la force emblématique et symbolique des mythes fondateurs, même si parfois les histoires dénaturent l’Histoire. Un exemple est fourni par Pastoureau pour expliquer l’effet euphorisant du bleu et du blanc du drapeau grec, non pas en référence au blanc des maisons et au bleu du ciel et de la mer — ce qui est loin de la réalité historique —, mais au blason des rois de Bavière du XVIIIe siècle sur le trône de la Grèce.

7Dans le cadre de notre étude, nous considérons comme langages les formes et les couleurs qui symbolisent, consolident ou euphémisent le texte de l’affiche électorale. Nous examinerons comment le choix, la conservation ou la transformation des couleurs et des emblèmes dans les constructions sémiotiques (sigles des partis, affiches électorales, pages Web) contribuent à délimiter la configuration des identités politiques.

Tout comme les épées ou tissus dans les musées dépourvus de leur fonctionnalité initiale acquièrent des significations symboliques, esthétiques, nous allons moins envisager la vertu mobilisante des drapeaux et emblèmes, mais plutôt leur charge symbolique, autrement dit on va traiter conjointement de la couleur nommée et de la couleur représentée, dont la complémentarité fournit « une sorte de puissance exponentielle » (Pastoureau, 2008 :14).

8En contexte interdisciplinaire il est intéressant de réitérer le fait que les emprunts discursifs entre politique et publicité se multiplient et se complexifient. Dans l’une des premières catégorisations de ces emprunts, Emmanuel Souchier (1992) distingue trois phases :

  • la première est celle du gommage du politique par un contenu publicitaire ;

  • la deuxième est l’essor du marketing politique dans les années 1970 (promotion des partis et des candidats comme des marchandises) ;

  • la troisième, dans laquelle nous sommes aujourd’hui, est la récupération de la substance politique et des discours des acteurs politiques à des fins commerciales (Barbet et Desmarchelier, 2012). À titre d’exemple, le « Yes, we can » de Barack Obama utilisée dans une publicité offrant de payer la TVA pour un achat chez Chevrolet.

9Une publicité récente d’Yves Saint Laurent inclut le mot manifeste, fortement connoté comme « lutte féministe » dans la promotion de l’image stéréotypée de la féminité séductrice. Nous allons voir que la même procédure d’hybridation joue dans les couleurs politiques « parlées » (« la peste rouge », « le quadrilatère rouge », etc.) et « affichées » (toile de fond, rebranding).

Manifesto d’Yves Saint Laurent

Manifesto d’Yves Saint Laurent

10Nous vivons dans un monde d’images, une société du spectacle et un univers des apparences et des simulacres (Mitchell, 1994), d’où l’idée d’un changement de paradigme semblable à celui du pragmatic turn décelé par Richard Rorty, à savoir le pictorial turn tel qu’il est défini par W. J. T. Mitchell et approfondi dans la sémiotique sociale et l’analyse critique du discours, où l’on parle de multimédialité (Fairclough et Wodak, 1997) comme structure intégrée visuelle, linguistique et musicale (Roventa-Frumusani et Stefanel, 2013).

11Le présent travail veut esquisser un modèle d’analyse des fonctionnements chromatiques iconiques et symboliques et, sur la base d’exemples concrets, évaluer la pertinence de la consubstantialité lisible/visible.

La dimension explicative et argumentative des images et des couleurs

12Dans la société contemporaine, l’image plus que le langage participe au « discours polymodal » (Kress et Van Leeuwen, 2006 ; Kress, 2010) tendant asymptotiquement vers une langue parfaite à même d’offrir « une possibilité de compréhension presque internationale des images, bien qu’il y ait des différences de style et de goût » (Eco, 2011 : 17).

13L’image, les couleurs et les chiffres sont doués d’une énorme « puissance abréviative » (Souchier, 1992; Robert et Souchier, 2008) susceptible d’interpeller, d’objectiver, d’expliquer et de schématiser un événement ou une situation.

14Les données factuelles (chiffrées ou colorées) peuvent fonctionner non seulement comme des discours d’autorité, mais également comme des messages mobilisateurs comportant des connotations légitimantes, intégratives aussi bien que stigmatisantes ou (dé)culpabilisantes.

15« À défaut de pensée éthique, on a besoin au moins d’émotion éthique ; à défaut de croyance religieuse qui convie à la fraternité, on a besoin au moins d’une religiosité affective fondée dans une narration sur nous-mêmes ou notre groupe » (Stoiciu, 2006 : 207), et cette émotion sera le fruit entre autres des évocations schématisantes (images, cartes, etc.) fondées sur la symbolique des couleurs et des emblèmes. « Or si la carte appelle au rêve, à l’imagination, elle convoque par là même un travail de collecte et de compréhension de ces représentations » (Robert et Souchier, 2008 : 28).

16Les cartes, les schémas et les tableaux, autant que les images, ont permis de « domestiquer la contingence », de rendre l’univers intelligible, contrôlable, manœuvrable. Face à la modernité réflexive qui caractérise la société du risque, la science ainsi que le discours politique ou médiatique doivent répondre à la question suivante : « Comment peut-on comprendre, saisir dans le cadre d’une pensée sociologiquement informée et inspirée les incertitudes dont est frappé l’esprit du temps » (Beck, 2005 : 21) ? Une réponse parmi plusieurs serait : par l’intermédiaire des schématisations fondées sur des mots thématiques et des représentations chromatiques.

17Il nous paraît important de mentionner ici la centralité de l’axe locuteur/interlocuteur (acteur politique/public électeur) et l’emphase sur l’articulation de l’organisation formelle et du lieu sociopolitique. Nous souscrivons à la fois au sens précis que donne Ruth Amossy (2000) de l’argumentation dans le discours et au sens plus large qu’en donnent ceux qui intègrent l’analyse du discours dans l’étude de l’influence sociale et du changement social (Charaudeau, 2008 ; Van Dijk, 2008), faisant ainsi référence à l’accroissement de la performativité et de l’agentivité des discours. Leurs caractéristiques légitimantes, stigmatisantes, unifiantes, clivantes interfèrent dans la matérialité de la langue et du discours et construisent un horizon d’attente. Il est bien évident que pour l’affiche électorale « promotionnelle », l’effet recherché ne peut être que légitimant, unifiant, alors que dans la publicité négative, visant à détruire l’image de l’adversaire, il sera dysphorique et critique.

18L’asujetissement ou la persuasion des individus et des groupes passe par la mobilisation des indicateurs (quantitatifs et iconiques) chargés « d’orienter et de cautionner les orientations politiques », mais aussi de « présenter une réalité déproblématisée et dépourvue de toute ambiguïté » (Siroux, 2008 : 18).

En passant de l’histoire à la nature, le mythe fait une économie : il abolit la complexité des actes humains, leur donne la simplicité des essences, il supprime toute dialectique, toute remontée au-delà du visible immédiat, il organise un monde sans contradiction parce que sans profondeur, un monde étalé dans l’évidence, il fonde une clarté heureuse. Les choses ont l’air de signifier toutes seules (Barthes, 1957 : 231).

19Cette simplification ou clarification sera d’abord créée par la lisibilité ou la visibilité de la couleur.

La Roumanie postcommuniste

20La communication politique actualisée par le truchement de l’affiche amalgame les trois composantes définies par Jacques Gerstlé (1992) : les dimensions pragmatique (la persuasion, la séduction, la manipulation discursive), symbolique (l’aspect non linguistique des logos, des drapeaux) et structurale (les institutions, les partis, les groupes).

21Afin de faciliter la lecture comparée de deux époques historiques, nous rappellerons brièvement le cadre général du communisme roumain lu comme « stalinisme nationaliste », « État idéologique » ou « État-parti », le seul ayant le droit de « définir la signification et le but de l’existence humaine » (Tismaneanu, 2014 : 125). Instance suprême, l’État décide de tout et pour tous.

22Si, dans l’entre-deux-guerres, la Roumanie a connu un régime constitutionnel, démocratique et multipartite, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, elle s’est vu imposer par les Soviétiques un gouvernement sous le contrôle absolu du Parti communiste roumain. Celui-ci a dissous les partis historiques, commis une fraude électorale en 1946 et forcé le roi à abdiquer en 1947. Après le démantèlement du régime démocratique s’est installée l’époque de Gheorghe Gheorghiu-Dej (1947-1965), lequel élimina la propriété privée et le pluralisme politique. Cela s’est poursuivi sous Nicolae Ceausescu, jusqu’à l’effondrement du communisme en 1989. Sous l’apparence d’une libéralisation et d’une politique prooccidentale, le régime s’est transformé en une forme de dictature néostalinienne visant la construction de l’homme nouveau, de la « société socialiste multilatéralement développée » aux « sommets du progrès et de la civilisation » (formule emblématique du parti communiste).

23Depuis les années 1990, les partis politiques de la Roumanie ont été aux prises avec une tension identitaire générée par l’opposition entre l’attractivité des modèles européens et des familles politiques européennes dont ils se revendiquent et le besoin de les adapter aux réalités du contexte et à l’histoire nationale. L’adoption ou l’abandon d’une couleur par les partis politiques devient un acte politique ayant des significations profondes et des conséquences importantes. Nous nous proposons d’analyser comment les partis politiques parlementaires de la Roumanie postcommuniste ont communiqué avec leurs électeurs par l’intermédiaire des couleurs, tout en affichant ou en masquant leur idéologie.

24De 1990 à 1992, la Roumanie fut considérée comme une zone instable en raison de ses liens antécédents avec Moscou et du conservatisme du premier président postcommuniste, Ion Iliescu. De 1992 à 1996, la Roumanie fut qualifiée de cryptocommuniste ou de « quadrilatère rouge », en référence à son gouvernement de coalition qui regroupait trois partis de gauche (le Front démocratique de la sauvegarde nationale [FDSN], le Parti socialiste du travail [PSM], le Parti de la Grande Roumanie [PRM]) et un parti de centre gauche (le Parti de l’unité nationale des Roumains [PUNR]).

25En 1996, la domination de Iliescu et du Front national, dénommé le Parti social-démocrate roumain (PDSR), prend fin et est remplacée par l’alliance entre la Convention démocratique roumaine (CDR) et le président élu, Emil Constantinescu, recteur de l’Université de Bucarest.

26En 2000, la gauche revient au pouvoir. Le PDSR s’allie avec le Parti humaniste roumain (PUR) et gagne la majorité parlementaire. Son chef, Ion Iliescu, conservateur, revient au pouvoir dans un gouvernement de coalition avec Adrian Nastase comme premier ministre.

Les années 1990

Le dépassement de la monochromie communiste

27En dépit de l’omniprésence du rouge emblématique du bolchevisme, la période communiste (1947-1989) est plutôt dominée par le gris : celui des maisons et des vêtements, mais aussi du discours, c’est-à-dire de la « langue de bois ». Le rouge perd son pouvoir de signification et devient un simple accessoire de la propagande communiste comme les manifestations, les drapeaux, la musique « révolutionnaire ».

28Si le « monologue communiste » est remplacé dès les premiers jours de la révolution de 1989 par une « polyphonie discursive », les couleurs politiques (au sens propre et figuré) s’affichent et s’installent beaucoup plus lentement.

29La révolution roumaine (que d’aucuns appellent la télérévolution) s’est présentée sous le signe du tricolore (en l’absence des armoiries et de l’emblème prolétaire de la faucille et du marteau). L’image du drapeau troué et celle du Gavroche roumain enveloppé dans le tricolore ont fait le tour des médias internationaux.

La révolution roumaine

La révolution roumaine
  • 1 Leader formé à Moscou et leader de la révolution : « Ceux qui sont restés cinq ans chez les Russes (...)
  • 2 Tous les leaders se définissent comme une « émanation de la révolution ».

30Ion Iliescu, le leader non contesté du FSN — Front de la sauvegarde nationale (formation politique née pendant la révolution) —, choisit d’exclure les couleurs nationales de ses affiches électorales. On ne connaît pas les raisons de ce choix, mais on peut supposer qu’il s’agit d’une prise de distance par rapport au passé communiste de la Roumanie1et de son positionnement comme héros2 d’une révolution qui a vaincu le système oppressant. D’autre part, pour se démarquer du bolchevisme il n’a pas utilisé le rouge, mais le vert de la « renaissance roumaine ».

Les candidats aux présidentielles de 1990

Les candidats aux présidentielles de 1990
  • 3 Célèbre slogan de l’époque : « Nous ne vendons pas notre pays ».
  • 4 « Les vieux qui n’ont pas de dents veulent devenir présidents » slogan qui visait les présidents de (...)

31Parmi les opposants, seul Ion Ratiu, du Parti national paysan chrétien démocrate, choisit de communiquer en reprenant les couleurs associées à une famille européenne, la famille chrétienne-démocrate dont son parti se revendique. Son feuillet de campagne (ci-dessous) et d’autres matériaux de campagne utilisent le mélange de noir et de jaune. La méconnaissance de l’histoire de l’entre-deux-guerres ainsi que la présence d’une thématique bien cultivée pendant l’époque communiste — la peur des étrangers qui veulent exploiter la Roumanie, la coloniser3 — ont contribué à son échec. L’utilisation dans sa campagne du noir, associé à la mort dans l’espace culturel roumain, est jugée excessive. De plus, il est perçu comme vieux4 et étranger (il n’a pas souffert « à nos côtés », « n’a pas mangé de salami de soja comme nous »).

Le feuillet de la campagne électorale de Ion Ratiu

Le feuillet de la campagne électorale de Ion Ratiu
  • 5 Les Roumains ayant vécu à l’étranger sont perçus comme des outsiders, coupables de ne pas avoir véc (...)

32Le Parti national libéral (PNL), de son côté, mise sur une stratégie communicationnelle bien différente. Pour affirmer l’appartenance des libéraux à l’espace roumain et diminuer les répercussions nuisibles de l’origine diasporique de ses plus importants leaders5, le PNL inclut dans sa communication électorale les couleurs nationales (le rouge, le jaune et le bleu).

Les affiches de campagne du PNL en mai 1990

Les affiches de campagne du PNL en mai 1990

33

34Les briques du mur qui doit être démoli — l’ennemi — sont d’un rouge associé au Parti communiste.

35Il est à remarquer qu’au cours des premières élections postcommunistes, les partis historiques datant du XIXe siècle — le PNL et le Parti national paysan chrétien démocrate (PNTCD) de Ion Ratiu — utilisent la chromatique des familles politiques européennes, alors que le Front de la sauvegarde nationale (FSN), né pendant la révolution, dans sa tentative de mettre un bémol sur le passé communiste, n’utilise pas le rouge « prolétaire ».

La politique en noir ou blanc

36La première décennie postcommuniste marquée par la dichotomie (néo)communisme/démocratie est caractérisée par l’incommunicabilité entre les partis politiques historiques réapparus après 1989 — le Parti national libéral (PNL), le Parti national paysan (PNT), la Convention démocratique roumaine (CDR) — et les partis fondés après la révolution — le Parti humaniste roumain (PUR) et le Parti de la Grande Roumanie (PRM).

  • 6 Le plus important parti, le PDSR, se regroupe sous différentes dénominations autour de Ion Iliescu (...)

37Les visions de l’avenir de la Roumanie sont bien différentes : les partis historiques (ceux de l’entre-deux-guerres) sont prooccidentaux et ont pour modèle la démocratie occidentale — leurs principaux leaders appartiennent à la diaspora roumaine et sont rentrés au pays après la révolution —, alors que Ion Iliescu et les partis issus de la révolution6 — le Parti de la Grande Roumanie, le Parti de l’union nationale et le Parti socialiste du travail — militent pour une démocratie roumaine originale par opposition à la démocratie importée de l’Occident. Dans le contexte de ce dialogue de sourds, l’ancien leitmotiv « Qui n’est pas avec nous est contre nous » reprend de l’ascendant.

L’affiche de campagne de Ion Iliescu en 1996

L’affiche de campagne de Ion Iliescu en 1996

Slogan électoral : « Près des gens, avec les gens ! »

38La personnalité de l’heure à cette époque est Ion Iliescu, qu’il occupe le palais présidentiel (le palais Cotroceni) ou les rangs de l’opposition. Même si elle a été niée avec véhémence, son appartenance aux structures de direction du Parti communiste roumain n’a pu être cachée, pas plus que ses affinités idéologiques avec Moscou. Même si ses affiches électorales évitent le rouge, le discours des opposants et celui des médias rappellent sans cesse son passé communiste : ils désignent son gouvernement de coalition de quadrilatère rouge et de fil rouge de la propagande. Qui plus est, la télévision publique, la plus importante source d’information à l’époque, utilise le syntagme de l’opposition « le Petit Chaperon rouge KGB » pour désigner Iliescu.

39La réitération du « rouge parlé » (le quadrilatère rouge, le Petit Chaperon rouge KGB) produit un effet équivalent à celui du rouge iconique (celui de la révolution et du sang) qui va réapparaître une décennie plus tard, entrelacé de roses.

Les années 2000

L’intégration dans les familles politiques européennes

  • 7 Après une pause de quatre ans, pendant lesquels la Convention démocratique d’Emil Constantinescu a (...)
  • 8 En rupture totale avec l’année 1990, lorsque l’entrée au pays lui avait été refusée.

40Même si le nouveau millénaire commence sous les auspices du retour de Ion Iliescu et du pouvoir rouge à Cotroceni7, l’avenir européen de la Roumanie était déjà tracé, comme on peut le voir sur l’affiche électorale de Iliescu en 2000, où le drapeau de la Roumanie et celui de l’Union européenne se confondent. D’ailleurs, ce dernier mandat de Iliescu ne ressemblera pas aux deux mandats précédents. À titre d’indicateurs de ce changement d’orientation politique, le roi Michel de Roumanie8 est invité à intervenir dans les démarches de préparation de l’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne et le président des États-Unis Bill Clinton ainsi que toute une série de leaders importants visiteront la Roumanie.

L’affiche de campagne de Ion Iliescu en 2000

L’affiche de campagne de Ion Iliescu en 2000

Slogan électoral : « Près de gens, avec eux ! »

41L’élection de 2004 amène un autre changement important : malgré l’affiliation du Parti socialiste conduit par le premier ministre Adrian Nastase à l’Internationale socialiste, la couleur politique de son parti demeure inchangée.

L’affiche de campagne d’Adrian Nastase en 2004

L’affiche de campagne d’Adrian Nastase en 2004

Traduction : « J’ai conduit la Roumanie vers l’Europe. Les faits sont ma politique »

42Même si la Roumanie a connu une croissance économique de 2000 à 2004, le parti de gauche, le Parti social-démocrate, n’a pas réussi à se maintenir au pouvoir après la défaite de Nastase au deuxième tour des présidentielles devant Traian Basescu, propulsé par Justice et Vérité (DA), alliance formée par le Parti national libéral (PNL) et le Parti démocrate libéral (PDL).

43En 2009, devant l’imminence des élections présidentielles, le Parti social-démocrate (PSD) quitte le gouvernement dans l’espoir d’offrir plus de chances à son candidat Mircea Geoana, mais les élections présidentielles ont offert un deuxième mandat de cinq ans à Traian Basescu, les sociaux-démocrates restant dans l’opposition.

  • 9 Les grues cendrées ont été pendant un bref laps de temps symbole du Parti.

44Aux élections de 2009, pour la première fois, un parti politique adopte la couleur rouge. Il s’agit du Parti démocrate qui, après être passé de la gauche vers la droite — une volée de grues9 —, s’est donné un nouveau président et un nouveau nom, le Parti social-démocrate. Aujourd’hui encore, le Parti affiche la couleur rouge.

L’affiche de campagne de Mircea Geoana en 2009

L’affiche de campagne de Mircea Geoana en 2009

Slogan électoral : « Président en 2009 »

45Si le passage du bleu au rouge s’accomplit lentement chez l’ancien parti de gauche (PSD), le passage du bleu à l’orange s’est littéralement produit du jour au lendemain pour le Parti démocrate libéral (PDL). Membre de l’Internationale socialiste (où il a bloqué pendant plusieurs années l’entrée du Parti social-démocrate), le PDL renonce à l’affiliation internationale pour devenir un parti de droite avec l’intégration d’une aile détachée du Parti national libéral. L’adoption du rouge et de l’orange par les partis marque ce changement sur l’échiquier politique.

Les sigles des plus importants partis politiques roumains à l’heure actuelle

Les sigles des plus importants partis politiques roumains à l’heure actuelle

Légende : le rouge et les trois roses du Parti social-démocrate ; l’orange du Parti démocrate libéral ; le bleu, le jaune et la flèche (symbole du progrès) du Parti national libéral.

  • 10 Les années 1990 sont marquées par une multitude de scissions, de réunifications, de trahisons, etc.

46Les libéraux ont très tôt adopté le jaune et le bleu des libéraux européens et, en dépit de leur histoire tumultueuse10, les ont conservés.

Le sigle jaune et bleu de l’Alliance des libéraux et des démocrates pour l’Europe (ALDE) est partiellement repris par la Jeunesse nationale libérale (TNL) et Le Parti national libéral (PNL)

Le sigle jaune et bleu de l’Alliance des libéraux et des démocrates pour l’Europe (ALDE) est partiellement repris par la Jeunesse nationale libérale (TNL) et Le Parti national libéral (PNL)

47

Le brassage des couleurs après 2010

  • 11 L’orange est considéré comme trop associé à un gouvernement inefficace, marqué par des affaires de (...)

48Si la première décennie du XXIe siècle est placée sous le signe de l’intégration européenne, la deuxième décennie est marquée par la confusion idéologique (accompagnant la tourmente financière mondiale) et la dissolution. Dans sa tentative de se dissocier des effets d’une gouvernance très controversée, le Parti démocrate libéral (PDL) fonde une alliance avec deux petits partis satellites — la Force civique (FC) et le Parti national paysan chrétien démocrate (PNTCD) — et se présente aux élections de 2012 sous de nouvelles couleurs : le vert et le blanc aux élections locales — en raison de « l’allergie à l’orange »11 — et le rose et le bleu aux élections parlementaires.

Les élections parlementaires

Les élections parlementaires

49La présidente du Parti démocrate libéral, Elena Udrea, annonce lors d'une conférence de presse à Bucarest que le vert sera la couleur de son parti. « Le vert est une couleur qui signifie la jeunesse, la force, l’ouverture, l’espoir et le renouveau. ».

50

Les élections locales

Les élections locales

51Un clou chasse l’autre. Après l’expérience de la campagne et sa victoire à la Pyrrhus aux élections parlementaires, Elena Udrea, vêtue d’une blouse orange et d’un foulard de la même couleur, revient sur le choix du vert et propose l’ancienne couleur. « Nous devons revenir au brand PDL, à la couleur orange », a-t-elle déclaré, alors que les médias titraient « La révolution orange, c’est du passé en Ukraine comme en Roumanie ».

52Pour sa part, l’Union sociale libérale (USL) — alliance (conjoncturelle) du Parti social-démocrate, du Parti national libéral et de l’Union des Magyars de Roumanie (UDMR) — associe les couleurs nationales du drapeau à l’arc-en-ciel et aux thèmes du changement, de la croissance et du développement pour s’assurer la victoire aux élections parlementaires.

Conclusion

53Pendant les deux décennies de parcours démocratique, les acteurs et les partis politiques roumains ont dû faire face à une tension identitaire engendrée par l’opposition entre l’attractivité des modèles européens (des familles politiques européennes dont ils se revendiquent et dans lesquelles ils désirent être inclus) et le besoin d’adaptation aux particularités nationales (historique politique, schéma mental collectif, aussi bien que symbolique des couleurs).

54Dans une société médiatique et médiatisée, le modèle du style journalistique simple et prégnant ainsi que le pattern de la schématisation visible/intelligible — couleurs, images, langage — sous-tendent tous les fonctionnements discursifs, dont ceux de la communication politique.

55Dans notre étude géopolitique et sémiotique des couleurs, nous suggérons que l’adoption ou l’abandon par les partis politiques d’une couleur ou d’une combinaison de couleurs devient un acte politique qui revêt une signification profonde. Nous avons relevé plusieurs exemples : l’abandon aux élections de 2004 de la couleur rouge par le Parti social-démocrate de Roumanie (PSDR devenu PSD), héritier du discours et des ténors politiques du Parti communiste roumain (PCR), pour la couleur bleue perçue comme plus « européenne » ; la réappropriation par le Parti national libéral (PNL) des couleurs « nationales » (le rouge, le jaune et le bleu) ; la décision du Parti démocrate libéral (PDL), longtemps associé à l’orange, de se présenter aux élections locales et parlementaires de 2012 sous des couleurs différentes dans l’espoir de contrecarrer sa baisse de popularité et de se distancier des « oranges » que l’opinion publique associait à la corruption et à la mauvaise gouvernance. Mais, comme les prescriptions en justice, la mémoire aussi efface des connotations négatives pour garder une continuité sinon idéologique, du moins de branding institutionnel (le parti PDL) ainsi que personnel (certaines personnalités « phares »).

56L’étude des emblèmes politiques telle la chromatique politique nous semble une piste intéressante pouvant mener à l’étude plus générale des positionnements des partis politiques par rapport à une mémoire collective (ici le passé communiste) et par rapport aux grands enjeux du présent politique (ici l’intégration européenne).

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, Ruth (2000), L’argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin.

BARBET, Denis (2012), « Les emprunts discursifs entre politique et publicité. Des échanges inégaux », Mots, 98, p. 15-30.

BARBET, Denis et Dominique DESMARCHELIER (2012), « Au croisement de deux mondes » Mots, 98, p. 5-13.

BARTHES, Roland (1957), Mythologies, Paris, Seuil.

BECK, Ulrich (2008), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion, Coll. « Champs Essais ».

CHARAUDEAU, Patrick (2008), « L’argumentation dans une problématique d’influence » [En ligne]. http://aad.revues.org/index193.html. Page consultée le 12 avril 2013.

CHARAUDEAU, Patrick (2010), « Pour une interdisciplinarité <focalisée> dans les sciences humaines et sociales », Questions de communication, No 17. [En ligne]. http://questionsdecommunication.revues.org/385. Page consultée le 18 mars 2012.

ECO, Umberto (2011), « La langue imparfaite des images », entretien avec Adeline Wrona et Frédéric Lambert dans Frédéric LAMBERT (dir.), L’expérience des images, Paris, INA Éditions, Coll. « Les entretiens de MediaMorphoses », p. 9-49.

FAIRCLOUGH, Norman et Ruth WODAK (1997), « Critical discourse analysis » dans T.A. DIJK (dir.), Discourse Studies: A Multidisciplinary Introduction, Londres, Sage, p. 258-284.

GERSTLE, Jacques (1992), La communication politique, Paris, Presses universitaires de France.

KRESS, Gunther (2010), Multimodality. A Social Semiotic Approach to Contemporary Communication, New York, Routledge.

KRESS, Gunther et Theo VAN LEEUWEN (2006), Reading Images: The Grammar of Visual Design, Londres/New York, Routledge.

MAINGUENEAU, Dominique (2010), « Le discours politique et son environnement », Mots, 94, p. 85-90.

MITCHELL, W. J. T. (1994), Picture Theory. Essays on Verbal and Visual Representation, Chicago, University of Chicago Press.

PASTOUREAU, Michel (2008), « Introduction. Pour une histoire des emblèmes et des couleurs » dans Denis TURREL et al. (dir.), Signes et couleurs des identités politiques du Moyen Âge à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 9-19.

ROBERT, Pascal et Emmanuel SOUCHIER (2008), « La carte, un média entre sémiotique et politique. La carte au rivage des SIC », Communication et langages, 158, p. 25-29.

ROVENTA-FRUMUSANI, Daniela et Adriana STEFANEL (2013), « La chute du mur de Berlin : 20 ans après. Reconstruction mémorielle et célébration événementielle dans les médias roumains », dans Traces, mémoire et communication, Bucarest, Editura Universitatii din Bucuresti, p. 31-43.

SIROUX, Jean-Louis (2008), « La dépolitisation du discours au sein des rapports annuels de l’Organisation mondiale du commerce, Mots, 88, p. 13-23.

SOUCHIER, Emmanuel (1992), « La publicité comme détournement du politique », Communication et langages, 93, p. 36-51.

STOICIU, Gina (2006), Comment apprendre l’actualité, Montréal, Humanitas.

TISMANEANU, Vladimir (2014), The Devil in History. Communism, Fascism and Some Lessons of the Twentieth Century, Berkeley, University of California Press.

Haut de page

Annexe

Tableau synthétique des principaux partis politiques de la Roumanie postcommuniste

Haut de page

Notes

1 Leader formé à Moscou et leader de la révolution : « Ceux qui sont restés cinq ans chez les Russes ne peuvent pas penser comme Bush », slogan qui visait Ion Iliescu pendant les premières campagnes électorales présidentielles postcommunistes

2 Tous les leaders se définissent comme une « émanation de la révolution ».

3 Célèbre slogan de l’époque : « Nous ne vendons pas notre pays ».

4 « Les vieux qui n’ont pas de dents veulent devenir présidents » slogan qui visait les présidents des partis historiques (parti libéral et parti chrétien démocrate) pendant la campagne en janvier 1990.

5 Les Roumains ayant vécu à l’étranger sont perçus comme des outsiders, coupables de ne pas avoir vécu les privations communistes après 1990.

6 Le plus important parti, le PDSR, se regroupe sous différentes dénominations autour de Ion Iliescu et des anciens leaders communistes.

7 Après une pause de quatre ans, pendant lesquels la Convention démocratique d’Emil Constantinescu a occupé la présidence.

8 En rupture totale avec l’année 1990, lorsque l’entrée au pays lui avait été refusée.

9 Les grues cendrées ont été pendant un bref laps de temps symbole du Parti.

10 Les années 1990 sont marquées par une multitude de scissions, de réunifications, de trahisons, etc.

11 L’orange est considéré comme trop associé à un gouvernement inefficace, marqué par des affaires de corruption, des scissions et des scandales.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Manifesto d’Yves Saint Laurent
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-1.png
Fichier image/png, 208k
Titre La révolution roumaine
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-2.png
Fichier image/png, 279k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-3.png
Fichier image/png, 291k
Titre Les candidats aux présidentielles de 1990
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-4.png
Fichier image/png, 240k
Titre Le feuillet de la campagne électorale de Ion Ratiu
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-5.png
Fichier image/png, 142k
Titre Les affiches de campagne du PNL en mai 1990
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-6.png
Fichier image/png, 120k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-7.png
Fichier image/png, 82k
Titre L’affiche de campagne de Ion Iliescu en 1996
Légende Slogan électoral : « Près des gens, avec les gens ! »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-8.png
Fichier image/png, 163k
Titre L’affiche de campagne de Ion Iliescu en 2000
Légende Slogan électoral : « Près de gens, avec eux ! »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-9.png
Fichier image/png, 189k
Titre L’affiche de campagne d’Adrian Nastase en 2004
Légende Traduction : « J’ai conduit la Roumanie vers l’Europe. Les faits sont ma politique »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-10.png
Fichier image/png, 201k
Titre L’affiche de campagne de Mircea Geoana en 2009
Légende Slogan électoral : « Président en 2009 »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-11.png
Fichier image/png, 190k
Titre Les sigles des plus importants partis politiques roumains à l’heure actuelle
Légende Légende : le rouge et les trois roses du Parti social-démocrate ; l’orange du Parti démocrate libéral ; le bleu, le jaune et la flèche (symbole du progrès) du Parti national libéral.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-12.png
Fichier image/png, 204k
Titre Le sigle jaune et bleu de l’Alliance des libéraux et des démocrates pour l’Europe (ALDE) est partiellement repris par la Jeunesse nationale libérale (TNL) et Le Parti national libéral (PNL)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-13.png
Fichier image/png, 66k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-14.png
Fichier image/png, 110k
Titre Les élections parlementaires
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-15.png
Fichier image/png, 125k
Titre Les élections locales
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-16.png
Fichier image/png, 71k
Titre L’orange
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-17.png
Fichier image/png, 503k
Titre L’Union sociale libérale
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-18.png
Fichier image/png, 150k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-19.png
Fichier image/png, 192k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5244/img-20.png
Fichier image/png, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniela Roventa-Frumusani et Adriana Stefanel, « Couleurs « parlées » et couleurs « affichées » dans l’espace public roumain après 1989 », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 05 février 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5244 ; DOI : 10.4000/communication.5244

Haut de page

Auteurs

Daniela Roventa-Frumusani

Daniela Roventa-Frumusani est professeure à la Faculté de journalisme de l’Université de Bucarest, en Roumanie. Courriel : danifrumusani@yahoo.com.

Articles du même auteur

Adriana Stefanel

Adriana Stefanel est chargée de cours à la Faculté de journalisme de l’Université de Bucarest, en Roumanie. Courriel : adriana.stefanel@fjsc.ro.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org